Alain Brunet

Alain Brunet - Auteur
  • Alain Brunet

    Chroniqueur à La Presse, Alain Brunet est à l'affût des nouvelles tendances de la musique.
  • Lire la suite »

    Partage

    Vendredi 24 juin 2011 | Mise en ligne à 19h50 | Commenter Commentaires (36)

    Prince à Montréal : nous sommes prêts !

    101_1802

    On m’a confié la tâche d’assister au premier concert de Prince. On ne m’a pas prié !!! Après une heure passée auprès de Robert Plant à la PdA, je cours au Métropolis. Si je le peux, j’irai aussi au show de samedi.

    Question de me préparer à l’expérience, je viens de me farcirLotusflow3r, MPLSound et 20Ten, les trois albums de Prince parus en 2009 et 2010. Trois albums en deux ans ! Le plus récent m’a semblé le moins intéressant, un peu cheesy même. Lotusflow3r comporte de très bons grooves, des compositions plus poussées… et rien d’exceptionnel sauf cette faculté à puiser dans tous les genres et les enrober de cette sauce dont seul Prince connaît le secret.

    Pour être honnête, je vous avouerai avoir perdu la trace de Prince qui m’a tant fait tripper à une autre époque. Pour cette escale montréalaise, je renoue volontiers.

    Près d’une quarantaine d’albums studio depuis 1978. Des dizaines et des dizaines de tournées. Roger Nelson ne se calme pas le pompon ! Au point de solliciter lui-même le Festival international de jazz de Montréal afin d’y donner deux concerts. Deux Métropolis remplis en quelques minutes, à 179$ le billet. Une aubaine ? Well, c’est cher, mais pas plus qu’un spectacle de Lady Gaga et beaucoup moins qu’un show de Madonna. À vrai dire, je n’ai entendu que des gens déçus de ne pas s’être procuré de billet.

    Alors ? Je vous laisse pour quelques heures. Et je vous préviens que cet envoi va se transformer au fil du week-end. Je vous y rapporterai un max de ce que j’ai vu et entendu. Celles et ceux qui s’y trouveront ce soir feront de même, enfin c’est à souhaiter.


    • Je compte sur vous pour nous livrer un bon compte-rendu.

      J’avais payé 92 $ pour le voir à Wilfrid-Pelletier en 2001. Un show très audacieux, qui en avait découragé plus d’un, car, si je me souviens bien, il avait improvisé pendant environ une heure et demie avant de passer aux “choses sérieuses”. Sacré Prince.

      Dix ans plus tard, j’espère qu’il est encore à la hauteur.

    • Malheureusement trop pauvre pour aller voir le monsieur au Métropolis, j’ai par contre vu la prestation de Robert Plant.

      Pour être honnête, mes attentes n’étaient pas élevés, non pas que la dernière galette du bonhomme ne soit pas probante mais de ce que j’avais entendu live n’était pas trop convaincant, la voix de l’ex Zeppelinard n’étant plus que l’ombre de ce qu’elle fut jadis.

      Finalement aidé par un excellent groupe mené par Buddy Miller, musicien sous-estimé s’il en est un, c’est un Plant pas mal plus dynamique et comme le nom de son groupe l’indique fort joyeux, n’hésitant pas à faire des clins d’œil à son mythique passé d’icone rock. La voix n’est évidemment plus ce qu’elle fut mais elle possédait pas mal plus de tonus de ce que j’ai entendu de la dernière ré-formation avec vous savez qui, de plus il était appuyé par Patty Griffin pour aider à passer les moments ou ça craignait.

      Goguenard, il s’est amusé à pimenter ses interventions d’expression Françaises, pas tout à fait Québecoises par contre mais bon c’est l’effort qui compte et le plus important c’est qu’il semblait s’amuser comme un petit fou sur scène.

      Musicalement, c’était à l’image de son dernier album mais avec des arrangements passablement plus musclé, bref une belle adaptation du studio à la scène, au grand plaisir des nostalgiques a interprété quelques pièces de Zeppelin (Black dog en ouverture, What Is And What Should Never Be, Misty Mountain Hop entre autres, Gallow’s, pole au rappel) mais point de passéisme, tout simplement des relectures adaptées au répertoire du Band of Joy et également en fonction de l’état des cordes vocales du vétéran.

      Généreux, Plant a laissé de la place à ses talentueux compagnons pour leur propre heure de gloire, en espérant que ça donne le goût au Miller et Griffin de venir se produire à Montréal comme leader.

      Bref une soirée fort agréable et nettement au dessus de mes attentes et après mes aventures dans l’univers de la musique plus ou moins accessible, un sympathique dessert.

    • Concernant les prix des billets de Prince, compte tenu de la vitesse dont les billets se sont vendus, faut croire qu’il était justifié.

      Par contre la comparaison avec Lady Gaga et Madonna me semble peu opportune, de un, on parle de spectacle à grand déploiement et qui voyagent vraiment mais vraiment lourd, ce qui n’est pas tout à fait le cas de Prince, ceux qui ont vu la prestation me corrigeront si j’ai tort, de deux les noms mentionnés sévissent au Centre Bell qui se trouve à être sur une autre galaxie en ce qui concerne les tarifs des billets et de la bière aussi.

      Pour une prestation au Metropolis, ça me semblait un peu excessif, mais bon comme toujours les absents ont rarement raison.

      Place à la musique, de préférence en salle, parce que la météo ….

    • J’aime Prince parce que c’est un artiste independant. Il fait ce qu’il veut et se fout un peu des conventions de la pop. C’est pour ca qu’il a passé en dessous du radar depuis quelques années. Mais Il fallait s’y attarder un petit peut pour voir qu’il est toujours un tres grand artiste. Les albums Musicology et 3112 sont vraiment bons, on sentait vraiment qu’il voulais avoir un peut d’attention, et ca parrais sur ces albums. Pop bien fignolé que seul Purple prince peut faire. Meme son album qui a ete gratuit dans les journeaux d’angleterre a ses moments tres Prince…bon show tout le monde, je suis sur que vous aurez un plaisir immense. C’est tres bon du Prince, Imaginez vous la set list de malade…

    • Je viens de lire la critique du sorstu.ca et cela a continué jusqu’à 3h30 du matin… Difficile de dire que les fans en ont pas eu pour leur argent et même plus !

    • Ouache.

    • Je dis ça de même, mais avec 175$, on peut s’acheter l’intégral de Jimi Hendrix et il reste même de l’argent pour s’acheter quelques albums de Little Richard.

    • Des albums et un concert live en personne c’est une expérience bien différente…

      Canoe, parle des revendeurs demandant jusqu’à 300$ le billet hier… Ils en ont eu eux aussi pour leur argent à mon avis… Cela va durer quatre heures aussi ce soir ? Et les prix vont rester les mêmes chez les revendeurs sur place ?

    • ”Des albums et un concert live en personne c’est une expérience bien différente…”

      Je ne peux pas croire que j’ai toujours pensé que c’était exactement la même chose!

    • Prince, c’est un peu comme Michael Jackson: trois ou quatre albums géniaux, puis on s’enfonce peu à peu dans la vase sirupeuse et le n’importe quoi, avec des pochettes qui font plus penser à une compil new age ou les plus grands succès de votre ascenseur qu’à un génie funk. Je n’ai pas écouter tout, par contre, mais je serais reconnaissant envers toute personne qui m’indiquerait les bonnes pièces car c’est au-dessus de mes forces. À son meilleur, il approche du génie de Sly Stone; à son plus mauvais, ses ballades me donnent envie de m’envoyer l’intégral de Céline Dion pour rétablir mon taux de sucre.

    • @placebo

      Reviens à tes 222 et prends-en une triple dose !!!!

    • Voir et entendre Prince au Métropolis était comme une communion avec la musique. Prince et son groupe nous ont démontré leur puissance. Ils avaient l’air de s’amuser comme des fous. Prince était très souriant et semblait plus que jamais dans son élément : la scène. Ses musiciens et lui sont quant à moi des virtuoses du genre ce qui est toujours impressionnant et fascinant.

      Un spectacle mémorable de talents.

      Un moins pour tous ces gens du public qui filment ou font des photos en obstruant la vue continuellement vers la scène.

      Un message demandant de respecter l’artiste à la porte et de nombreuses demandes de Prince de fermer les cellulaires, n’ont pas suffi à faire baisser les bras de ces adorateurs de mauvaises images… Inconscients… Aucun respect… et, j’en passe. Je ne comprends pas cette partie du cerveau humain!!!

      Paul Carrière

    • ouf… je suis toujours un peu découragée de lire ce qui se dit sur les médias sociaux, sous l’anonymat d’un nickname. Pour ma part, j’ai probablement assisté à l’un des meilleurs shows que j’aurai eu la chance de voir dans ma vie.

    • À l’instar de Ghost, je ne connais pas toute l’oeuvre de Prince mais il me semble qu’à partir de Purple Rain, ça n’a été qu’une enfilade de ballades quétaines. Guitariste certes compétent, mais jamais trop compris le statut de génie qu’on lu a accolé.

    • Prince ou Radiohead?
      .
      Radiohead et Prince, même combat?

    • @angel_eyes
      “il me semble qu’à partir de Purple Rain, ça n’a été qu’une enfilade de ballades quétaines”

      Kiss ? Cream ? Rasberry Beret ? Des ballades quétaines ?
      On n’aime ou on n’aime pas, mais une chose est certaine: Prince s’écoute et s’apprécie plutôt avec son bassin que son cerveau. Et moi, il me séduit chaque fois…

    • Kiss, c’est fabuleux. Sign’o’ the time, c’est génial, Je parle de merde absolue comme Arms of Orion, etc. Cela dit, un show de Prince, avec tous ses succès, je ne dirais pas non.

    • Je n’ai jamais été un fan de Prince (ni de Michael, non moi j’avais choisi le camp Boy George, lol), mais ceux qui pensent que Prince n’a fait que de la ballade sirupeuse depuis Purple Rain: VOUS ÊTES DANS LES CHAMPS.

    • En 2001, Prince a proposé un disque que j’écoute encore : ”The Rainbow Childrens”. Cette galette était fortement inspiré par le monumental Voodoo de D’Angelo… Je crois que chaque disque de Prince nous propose son lot de moments inspirants et sa part de platitudes
      aussi… Je ne vois que The Roots qui peut être aussi généreux avec son public!

    • Le concert le plus généreux de ma vie était Zoviet:France: çà avait duré plus de 8 heures, durant toute une nuit (j’étais allongé sur le dos au sol). Y a pas de mots pour cette expérience.

      Ma référence de Boy George, c’est qu’à l’époque il y avait plusieurs articles de journaux qui commentait sur qui était plus populaire à Montreal entre Michael Jackson et Boy George (Culture Club). Il faut dire que Culture Club a été particulièrement big ici. Dans les reste du monde le rapport entre ces 2 artistes ne faisait pas le poids (ni entre MJ et Prince, d’ailleurs).

    • commentaient (et durant = pendant: pas beau de répéter unmot)

    • “Prince n’a fait que de la ballade sirupeuse depuis Purple Rain”

      Je n’ai pas dit ça.

    • On voit les connaisseurs ici, ils faisaient l’apologie de Lady gaga sur des billets lui étant consacrés et considèrent aujourd’hui que Prince fait dans la balade sirupeuse…

    • @unholy_ghost

      D’accord avec vous que quand il fait dans la ballade, ça me tape un peu. Mais disons que quand il est génial, il l’est pas à peu près !

    • Je pense que c’est angel-eyes la coupable (sujet: balade sirupeuse).

    • Ah non, unholy a parlé de vase sirupeuse.

    • Moi, je pleure des larmes mauves quand je l’entends interpréter Purple Rain!

    • Je parle d’un embourbement progressif. Prince est ma première idole. Purple Rain est une ballade géniale, probablement le premier slow que j’ai dansé collé (enfin pas trop, pour ne pas que ma partenaire sente… euh, changeons de sujet), mais si quelqu’un ici me dit que Arms of Orion c’est génial, qu’il me laisse me marrer en paix. Son disque de Batman est le début de la fin. Prince a pondu du génial, puis du très bon, puis du vilain et j’ai décroché. Qu’il y ait, sur ces derniers disques, du bon par moments, je veux bien le croire et je demande le nom des tounes.

    • @sultitan

      Ah pardon, j’ai parlé de ballades quétaines !

    • Et je suis un “il”.

    • Imoi, tu ne viens ici occasionnellement que pour me planter avec pour seule mailloche Lady Gaga. Probablement que cette petite démangeaison envers moi, moi et moi vient d’un esprit fort et noble, je ne te connais pas.

    • Et Sheena Easton pour The Arms of Orion ?

      http://en.wikipedia.org/wiki/Sheena_Easton

      C’est pas plus elle que lui ?

    • Cherchez la femme… Oui, c’est Easton qui l’a écrite, mais Prince l’a créé, chanté et a ajouté ces merdouilles de synthé par-dessus. Des slows baveux, je pourrais en nommer d’autres. Mais je le répète: en show, s’ils jouent ses hits, rien à redire. Ça reste Prince.

    • @unholy_ghost: quelques tounes (non exhaustif, juste mon choix personnel)
      Endorphinemachine, Shhh, She gaves her angels, Strays of the world, So far so pleased, Wherever u go whatever u do
      et je suis loin du compte. Il faut aussi écouter les lives “non-officiels” pour trouver Prince faisant des reprises de ses propres morceaux de manière magistrale (/mode guitar hero on).

    • Merci electric!

      Pour moi Prince c’est cinq chef-d’oeuvre: Dirty Mind, 1999, Purple Rain, Parade, Sign’o’ the Times, puis des albums une coche ou deux en dessous jusqu’à Gold Experience, après j’ai suivi de loin en loin sans jamais me passionner pour ce que j’entendais. C’est sûr qu’il doit y avoir des pépites et du potables sur la flopée d’albums qui suivent. Je vais prêter attention aux tounes mentionnées, un grand merci.

    • Ok. De toute manière, je connais plus ces hits à Prince. Pour le slow dont tu parles je suis allé l’écouter. Pour moi, cela sonne comme beaucoup d’autres dans les années ‘80. Et là on était rendu à la fin…

      Je dis années ‘80 c’est même avant dans les années ‘70… C’est plein, plein de tounes commerciales et de slows comme cela… C’est pas ce qui m’intéresse chez Prince alors…

      Quand même dans les années ‘80… J’ai oublié complétement la toune qui jouait quand j’ai dansé un slow avec … et celui avec … aussi… Aucune idée de ce qui jouait à ce moment là…

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    novembre 2014
    L Ma Me J V S D
    « oct    
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
  • Archives

  • publicité