Alain Brunet

Alain Brunet - Auteur
  • Alain Brunet

    Chroniqueur à La Presse, Alain Brunet est à l'affût des nouvelles tendances de la musique.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mardi 31 mai 2011 | Mise en ligne à 21h10 | Commenter Commentaires (3)

    Elektra chez Mutek

    Purform

    Yan Breuleux et Alain Thibault : Purform

    « Les festivals Elektra et Mutek ont remporté aujourd’hui le 25e Grand Prix du Conseil des arts de Montréal. Nommés ex aequo tant ils sont complémentaires, ces deux organismes font de Montréal la capitale nord-américaine des arts numériques. Branchés sur l’innovation, l’émergence et la mixité des pratiques, ouverts aux collaborations les plus riches de la planète technologique, Elektra et Mutek partagent une vision artistique audacieuse résolument tournée vers l’avenir, en affichant une programmation internationale de haut niveau. Les deux événements ont un effet d’attraction et de rétention auprès de publics dont l’assistance, de toutes générations, présente une courbe de croissance vertigineuse. Le jury du Grand Prix 2009 a reconnu l’importance majeure de ces deux organisations. »

    C’était le 23 mars 2010. Cétait ainsi rédigé dans un communiqué officiel du Conseil des arts de Montréal. Deux festivals concurrents devenaient officiellement complémentaires et considérés équivalents. Vraiment équivalents ?

    Oui, plusieurs artistes présentés à Mutek l’ont été ensuite à Elektra avant de revenir à Mutek. Elektra a beau miser essentiellement sur la combinaison audiovisuelle avec l’électro pour sa dimension audio, Mutek présente une portion probante de musiques électroniques de pointe assorties de vidéos d’art.

    Or, il est clair que Mutek est plus réputé, plus considérable et plus fédérateur qu’Elektra. Beaucoup plus de journalistes internationaux s’y présentent chaque année, les découvertes y sont plus nombreuses malgré le retour de valeurs sûres parmi les nouveautés – Amon Tobin, Plastikman, etc.

    Lorsque le festival Élektra s’est positionné à trois semaines de Mutek il y a quelques années, a-t-on imaginé le torchon brûler entre les deux organisations? Oui. Pourquoi au juste Elektra se rapprochait-il d’un événement cousin, bien implanté et plus gros ? Afin de profiter de l’effet d’entraînement de la haute saison festivalière ? Ou encore profiter de l’engouement printannier des technoheads ? Poser la question…

    Or, en 2011, il semble que Mutek et Élektra soient désormais disposés à cohabiter pour le meilleur et pour le pire.

    À preuve :

    «Bien que les festivals montréalais MUTEK et Elektra ne soient qu’à trois semaines d’intervalle et défrichent tous deux le domaine de la création numérique depuis plus d’une décennie, la frontière entre ces deux événements a été rarement franchie… Jusqu’à ce jour… MUTEK est fière d’accueillir le compositeur Alain Thibault, fondateur du festival Elektra, et son partenaire visuel Yan Breuleux pour une présentation de White Box, performance audiovisuelle fascinante sur trois écrans. Misant sur une nouvelle forme de génération de contenu A/V en temps réel, cette dernière création du duo Montréalais s’inscrit dans un cycle qui a débuté en 2003 par une performance intitulée Black Box. Ce cycle transpose métaphoriquement en sons et en images certains concepts de la théorie des systèmes liés aux black boxes, white boxes et grey boxes.»

    En février dernier, j’ai assisté à la présentation de White Box à la 5e Salle de la Place des Arts, dans le cadre de Montréal en lumière. Intéressant, très conceptuel, profusion de lignes, beaucoup de blanc.

    Chose certaine, Breuleux et Thibault valent le détour.

    « Ils ont obtenu une mention pour la vidéo-musique a-light au prix Ars Electronica 1998 (Linz, Autriche) dans la catégorie animation par ordinateur. Leur suite vidéographique a-b-c-light a été diffusée dans plusieurs pays d’Europe. Une nouvelle version haute définition du projet a été présentée à la Maison des Métallos à Paris en septembre 2008. Leur oeuvre pour multi-écrans FausTechnology fut créée lors des événements ELEKTRA 2001 à Montréal et présentée en octobre 2002 à Nagoya (Japon), lors du International Symposium for Electronic Arts, ISEA 2002 et au festival Dissonanze à Rome en septembre 2003. La première du projet Black_Box, une création pour son quadraphonique et multi-écrans, a eu lieu en mai 2003 à l’Usine C et fut présentée à Bolzano et à Milan en Italie en 2005. After Dark, réalisée en 2006, est une oeuvre immersive pour panorama vidéo 360 degrés et système audio surround 8.1. Ils travaillent actuellement sur la transposition du projet ABC-Light pour des dispositifs HD, multi-écrans et sphériques. »

    L’expérience PurForm sera proposée de nouveau, soit en ouverture de Mutek : ce mercredi, 20h, salle Pierre-Mercure, dans le cadre de A/Visions 01 de Mutek 2011, «festival international de créativité numérique et de musiques électroniques».

    Que penser de la relation actuelle entre Mutek et Élektra ? Signe des temps ?

    Que les blogueurs technoïdes se prononcent!

    Liens utiles

    Purform, site officiel

    Mutek 2011

    Conseil des arts Montréal

    Purform – White Box from Gridspace on Vimeo.


    • Je m’ennuie tout de même de Elektra au mois de Novembre. Je pense toujours à Elektra rendu au mois de Novembre: çà manque.

      En fait je voyais une grande différence au début entre Elektra et Mutek, car Elektra était plutôt axé sur les arts visuels. Çà a vite changé. Au Québec, un festival est souvent la “possession” de son programmateur ou directeur. Tu as une tête forte, il part son petit festival, et il tient les rênes jusqu’au bout. Ce qui fait qu’il y a des festivals qui naissent et se font concurrences que ce soit en cinéma ou musique.

      En Europe, il y a plus d’événements qui sont fondés par un groupe, et dont le directeur change d’années en années. Je pense qu’à cause de cela, les événements sont plus large et ont moins de concurrence, mais je me fais dire que c’est juste une question que la clientèle est plus importante en Europe.

      Honnêtement je suis d’accord avec ceux qui disent “plus d’événements = plus d’occasions de sorties”, mais le problème quand les événements restent petits (faute qu’il y en a trop, subventions réparties, concurrence, ec..), c’est que la programmation en est affligée. Tu te retrouves avec des programmateurs qui ont un groupuscule de contacts, et font souvent revenir les mêmes artistes. Le programmateur doit se débattre pour démontrer que son événement est encore pertinent, et c’est toujours plus facile en faisant toujours appel à tes mêmes amis.

      Je pense que c’est pas mal le portrait.

    • Vraiment excellent le teaser de White Box/Purform! Quel dommage, je travaille intensément à cette période de l’année et je ne peux jamais y aller….
      Je me ratrappe avec le Mois Multi à Qc.

    • Je crois que Tristan Perich était à un événement d’Elektra en 2009 et AntiVJ aussi la même année.
      http://www.elektrafestival.ca/elektralab2.php

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    octobre 2013
    L Ma Me J V S D
    « sept   nov »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Archives

  • publicité