Alain Brunet

Alain Brunet - Auteur
  • Alain Brunet

    Chroniqueur à La Presse, Alain Brunet est à l'affût des nouvelles tendances de la musique.
  • Lire la suite »

    Partage

    Lundi 28 février 2011 | Mise en ligne à 18h38 | Commenter Commentaires (12)

    Lykke Li: Suède… californienne

    Lykke_Li_-_Wounded_Rhymes_album_cover

    Superbement réalisé par Björn Yttling (de la formation indie pop Peter, Björn & John), cet album de Lykke Le n’exhale pourtant rien ou si peu qui puisse évoquer clairement la période actuelle.

    Originaire de Suède, née de parents hippies routards et baroudeurs, férue de contre-culture américaine, la chanteuse de 24 ans aurait créé ce Wounded Rhymes en s’imprégnant de la contre-culture californienne proéminente fin 60 début 70. Sur Wikipedia, on raconte même que Lykke Li a visionné à répétition le film culte du cinéaste mexicain Alejandro Jodorowsky, La Montagne Sacrée. Très en vogue au milieu des seventies, ce film initiatique garni de symboles mystico-pétés ressurgit dans de jeunes caboches ! De quoi fumer la moquette…

    Dans une interview accordée à Pitchfork (18 novembre dernier), Lykke Li dit s’être terrée dans le quartier Echo Park de Los Angeles afin d’y pondre ces Wounded Rhymes. Elle se serait inspirée de cette Californie mythique où convergeaient les archi-bonzes hippies. Elle aurait aussi été séduite par la cohabitation du bien et du mal dans cette banlieue éternelle qu’est aujourd’hui LA.

    Ainsi, elle nous a pondu une pop musclée, certes fédératrice, rigoureusement construite dans les règles de l’art, néanmoins muséologique malgré les minuscules réformes que propose la réalisation. Mélodies contagieuses au programme, accroches à profusion, excellente prise de son, excellent mix, guitares post rock’a'billy, ambiances claviers à la Jefferson Airplane, prises de son inversées, quelques évocations post punk à l’anglaise (les sources les plus récentes de son inspiration?!!), et cette voix qui perce les murs.

    Difficile d’imaginer plus référentiel. Très habité, pourtant, d’autant plus efficace. Lykke Li sera de retour le 21 mai prochain au Métropolis, annonce-t-on sur son site officiel.

    Liens utiles

    Wikipédia

    My Space

    Site officiel

    L’interview de Pitchfork


    • bonjour
      pour tout ceux qui ont deja consommer
      Le nom de la chanteuse bjon me rappelle en 1994 bjork de iceland et son album debut

    • J’aime bien ce genre de voix trés féminine typée: oui, ça me renvoie à Björk, à Goldfrapp, à Johanna Newson et même à Rickie Lee Jones. La gente masculine, dont je fais partie, se liquéfie habituellement à leur écoute. Mais, l’emballage musical, entre pop 80’s et Lady Gaga, me déconcerte un peu. Il me semble que Likke Li mérite un peu plus d’originalité.

    • C’est un très bon album, qui rappelle une autre époque c’est vrai. Plutôt sombre et mystérieux. J’aime les percussions . Cette fille est fort sympathique en entrevue. Il y a une touche d’inconfort chez elle qui laisse deviner une fille en quête de…

    • Suède diabolique

      J’écouterai bien volontiers Likke Li, mais plus tard. Pour l’instant, j’ai l’oreille complètement corrompu par ÇA: http://www.myspace.com/diabloswingorchestra
      Le lien avec Likke Li. Ben, c’est suédois, ya plein de liens référentiels avec toute sorte de musique, pas trop hippie je dois l’avouer. Les mots “Diablo” et “Swing” ne sont pas de vagues allusions. C’est peut-être archiconnu, moi je découvre.

      Il me semble que Francis 222 doit (ou devrait) aimer cela.

      Bonne journée.

    • Je viens d’écouter l’extrait. Mi-figue, mi-raisin…
      J’aime la voix, les arrangements, les sonorités…bref, bien bel enrobage.
      Malheureusement, la chanson elle-même, couplet-refrain-couplet, je ne sais pas, ça manque un peu de surprise…Pas mauvais mais pas vendu pour l’instant.

    • Premières impressions après une écoute complète. J’attendais avec pas mal d’intérêt cet album depuis avoir vu le vidéoclip de “I Follow Rivers”, il y a quelques semaines. J’avais espoir que cet extrait soit parmi les plus pop du disque, et que le reste soit un peu plus obscur, peut-être, moins facile. Ce n’est pas le cas. Mais bien que ce soit plutôt convenu, ce n’est pas inintéressant, la voix est assez envoûtante, il y a de l’âme dans cette musique. Le mix Californie /Suède m’a quelques fois déstabilisé, ce qui n’est jamais mauvais. Il m’a semblé entendre Stevie Nicks, par moments, surtout sur Rich Kids Blues.

      Je m’attendais peut-être inconsciemment à du Fever Ray “Light”. Pas du tout.

    • “Difficile d’imaginer plus référentiel.”

      Alain, tu mentionnes parfois le côté “référentiel” d’un album/artiste, y vois-tu un manque d’originalité ou alors plutôt le signe d’une certaine maîtrise au niveau musical? Je pose la question comme ça, ce n’est pas une critique.

      Bien hâte d’écouter l’album!

    • @stereo

      « manque d’originalité ou alors plutôt le signe d’une certaine maîtrise au niveau musical ?»

      Ce peut-être l’un et pas l’autre ou peut-être les deux. Dans la cas de cet album, je n’entends pas de nouvelles choses ou si peu, alors que la production est impeccable et l’interprétation habitée. Non, cet album ne me semble pas original et cela ne m’empêche aucunement de l’apprécier… sans tomber de ma chaise.

    • @ alain
      Est-ce que vous avez reçu l’album de Buddy Miller, The majectic silver strings, paru aujourd’hui? Depuis que j’ai découvert ce guitariste-producteur avec l’album de R.Plant, j’en veux encore. Ces textures de guitares ultra-planantes-country-jazz reverbées à fond, c’est du bonbon. Et en plus deux des mes héros, Bill Frisell et Marc Ribot, jouent sur ce disque. Que demander de plus ? Mon disquaire ainsi que les autres de la chaîne ne l’ont pas reçu mais j’ai un assez bon feeling pour ce projet.

    • J’aimerais bien entendre l’opinion de M. Brunet sur Devotchka, un groupe genre fusion (il n’y a pas de meilleur terme pour un mélange gitan/mariachi/pop/romantique) qui roule sa bosse depuis une décennie.

    • On l’a remarqué beaucoup à cause de ses collaborations (Kleerup, Royksopp, etc),
      je pense que cet album va être un plaisir assuré (à entendre l’extrait).

      Devotchka font pas mal partie de la tendance des années 2000 avec leur son folkrock orchestral. Je ne suis pas parvenu à devenir fan, car à l’époque je préfèrais Beirut (qui sort un album bientôt).

    • Une Hope Sandoval déjantée, c’est ce à quoi me fait penser Likke Li.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    avril 2014
    L Ma Me J V S D
    « fév    
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    282930  
  • Archives

  • publicité