Alain Brunet

Alain Brunet - Auteur
  • Alain Brunet

    Chroniqueur à La Presse, Alain Brunet est à l'affût des nouvelles tendances de la musique.
  • Lire la suite »

    Partage

    Vendredi 29 octobre 2010 | Mise en ligne à 17h41 | Commenter Commentaires (23)

    Alexandre Désilets tient sa Garde haute

    Alexandre Désilets

    On a aimé le précédent, son premier. Fort de l’album Escalader l’ivresse, Alexandre Désilets fut choisi parmi les révélations de Radio-Canada, a remporté le prix Félix-Leclerc sans compter le prix André «Dédé» Fortin ce mois-ci, remis par la Société professionnelle des auteurs et des compositeurs du Québec. Beau succès d’estime, indeed.

    Le vent dans les voiles, quoi.

    Comme ce fut le cas pour Escalader l’ivresse, le réalisateur Jean Massicotte (Pierre Lapointe, Arthur H, etc.) s’est impliqué à fond dans la création de La Garde, nouvel album du chanteur lancé officiellement jeudi. Je viens de l’écouter trois fois d’affilée, voici mes premières impressions:

    Réalisation on ne peut mieux soignée. Références pop indé, bel équilibre entre numérique et analogique, très bons grooves dans les ponts, mixage de haute tenue, belle tension entre l’abrasif et le soyeux. Mélodies un peu grises, instrospectives, qui s’impriment lentement dans le cortex. Toujours cette voix de ténor haut perchée, aux limites du contre-ténor. Il faut aimer cette voix très typée, d’ailleurs, sinon on risque de se lasser. Il faut aussi apprécier ces musiques qui se rapprochent davantage des ambiances sonores réussies que des chansons qui se fredonnent aisément sous la douche.

    Signés Alexandre Désilets et Mathieu Leclerc, les textes sont interprétés en français normatif, ce qui pourrait favoriser l’exportation.; tout francophone n’aura aucun mal à saisir. Alexandre Désilets ne fait vraiment pas dans la québécitude, on lui souhaite bonne chance dans l’hexagone car s’y trouve une bonne part de son salut à long terme.

    Quoi qu’on pense de son deuxième album (personnellement j’en pense de plus en plus de bien), Désilets est l’exemple parfait d’un chanteur raffiné dont la pop de niveau international n’aura de réel succès commercial que si elle conquiert plusieurs marchés relativement nichés. Méchant contrat ! De ce côté de la flaque, considérant la période très discutable que traverse le Québec en matière de musique francophone de pointe, considérant l’atmosphère ambiante pas particulièrement propice au risque, je prévois quelques milliers d’exemplaires vendus. À moins d’un déclic dont la nature m’échappe pour l’instant.

    Liens utiles:

    Wiki

    Site officiel

    MySpace


    • La chanson “J’Échoue” sur Escalader l’ivresse est une des plus belle chanson qu’il m’ait été donné d’entendre depuis longtemps. Dommage que personne ou presque ne la connaisse

    • J’ai apprécié son disque “Escalader l’ivresse”. J’aime bien la voix d’Alexandre Désilets et aussi les différents atmosphères qu’il réussi à créer avec ses arrangements.
      Je considère aussi que les chansons “J’échoue” et “L’éphémère” sont vraiment magnifiques.
      J’ai bien hâte de découvrir son nouvel opus!

    • Eh bien, il m’avait échappé celui-là..
      Je viens de regarder le clip ( superbe attitude sur scène) et écouté quelques chansons. Je n’ai aucun problème avec les voix d’hommes haut-perchées. J’ai même un faible pour ce genre de voix. Ses textes sont franchement bons et les atmosphères musicales me plaisent.
      Je vais m’attarder sur la musique de ce Alexandre Désilets, je crois.

    • J’avais quelques appréhensions vis-à-vis cet album puisque l’on parlait d’un virage pop. Heureusement, oui, Désilets garde la Garde haute, et si virage pop il y a (je n’en suis qu’à ma première écoute), il ne fait pas dans le commercial. Espérons tout de même un déclic… 18 novembre à Québec mais Karkwa aussi, dommage.

      Un petit hors sujet : je vais pouvoir me reprendre d’avoir raté Besnard Lakes pendant le Festival d’été : ceux-ci reviendront à Québec au mois de novembre pendant le Festival Folk. Bonne occasion pour me reprendre pour Timber Timbre et Damien Robitaille par la même occasion. Et Jimmy Hunt qui se pointe avant tout ça. Qui a dit que le mois de novembre était ennuyeux ?

    • M. Brunet…

      Alexandre Désilet….compose-t-il seul sa musique ??

      je n’ai pas encore écouté” La Garde ” mais la critique que vous en faite pourrait facilement
      s’appliquer a” Escalader l’ivresse” ……”mixage de haute tenue, belle tension entre l’abrasif et le soyeux..”

    • @bruno9

      C’est effectivement dans le même esprit, mais avec une expertise supplémentaire. Lui ne voulait certes pas faire le même album, mais je dirais qu’il est dans le même cycle de création. Ce qui est parfaitement normal.

    • @bruno9
      que voulez-vous dire exactement ??

      Ma chanson préférée du deuxième, à date, c’est À moitié fou de toi. Très beau…

    • Bonjour Alain et ceux qui bloguent ici

      J’ai une question hors-sujet. Pour ceux qui aurait l’amabilité de m’éclairer. Svp me donner vos commentaires si possible. je viens de lire un article sur Cyberpresse sur Elvis Costello: Elvis à Nashville. Cela fait longtemps que j’entend parler de lui (des années en fait) mais j’ai jamais entendu une seule chanson de lui passer à la radio ou être dans le hit-parade du moment. Je l’ai entendu chanter avec Tony Bennett dans un special télé à PBS. Et à part le pseudonyme Elvis, ce n’est pas un chanteur à voix, ni qui avait une prestation qui me donnait le goût d’aller plus loin avec lui. Mais est-il, comme on dirait en anglais, overatted? Ou underatted?

      Est-ce que ce Elvis est vraiment important dans le monde musical? A-t-il un oeuvre comparable à du Neil Young ou Bob Dylan? Est-ce qu’il vous inspire? Si il vient à Montréal, est-ce qu’il rempli le Centre Bell? Est-il un monument incontournable ou un musicien qui est là depuis maintenant si longtemps qu’il fait partie des meubles? Comme Michel Louvain quoi? Son plus grand oeuvre, c’est ses jumeaux avec Diana Krall? (Il est bien marié en tout cas, et méchant pétard et superbe musicienne)

      J’ai lu récemment qu’il a annulé des représentations en Israel pour prosteté contre l’arraisonnement des bateaux turques. Est-ce que c’était catastrophique pour les fans israeliens? Est-ce qu’il fait salle comble partout?

      svp ne pas juste répondre par oui, oui, non, oui, oui, non, non, non, oui. Juste un peu plu que cela svp. Cela sera plus intéressant.

      Merci aux connaisseurs et blogueurs intéressant du blogue d’Alain.

    • Pourquoi répondrions-nous à vos questions sur X ici au lieu de continuer à échanger nos impressions autour du travail d’Alexandre Désilets ? Personnellement j’ai plein de questions autour de Django Reinhardt, ça vous intéresse de développer longuement pour mon bon plaisir ? À mon avis vous devriez trouver un autre moment, s’il vous plait.

    • @boule_de_neige

      Cela part bien comme réponse à mes questions. Surtout avec le ton si amical et courtois dont vous me faite part. Je n’ai pas dit d’annuler le sujet du jour ni d’arrêter d’en parler. Je demande juste un petit encart.

      Ma réponse à votre question sur mes questions: parce que si j’attend qu’on parle d’Elvis Costello, je n’aurais jamais de réponse avant longtemps. Et je ne demande pas de traitement de faveur, juste un peu encart avec des gens intéressés, courtois et gentils. Ce donc vous sembler manquer amèrement à mon endroit. Bien plus facile d’être bête et condescendant que de partager amicalement n’est-ce pas? Quelle mentalité que je trouve tellement stupide entre nous les québecois.

      Le doux chagrin (de Gilles Vigneault)

      J’ai fait de la peine à ma mie (bis)
      Elle qui ne m’en a point fait
      Qu’il est difficile

      refrain
      Qu’il est difficile d’aimer, qu’il est difficile
      Qu’il est difficile d’aimer, qu’il est difficile

    • ” je prévois quelques milliers d’exemplaires vendus. ”

      Ç’a pas ce cr… d’allure. Mais c’est ça pareil. En plus il passera pas a la radio commerciale, alors bonsoir les droits d’auteur (pour autant qu’elle soit a lui !)… Vu que Rad-Can a eu la brillantissime idée de shipper tous les ‘marginaux’ a la radio satellite que personne écoute… J’espère pour lui que Monique Giroux l’aime ! Si Monique Giroux l’aime, il aura un peu plus de beurre sur ses toasts… A moins que son éditeur/maison de disque mette du beurre sur ses toasts… Il est pas rare de voir 100% de la PI être détournée dans ce milieu subventionnaire.

      Ce pays est a hurler : des CD absolument merdiques de star académiciens font encore du six chiffres de ventes et obstruent les ondes.

      J’ai démissionné du Québec, personellement.

      @hottawa

      Je vous jaserais bien de Costello, mais moi non plus j’ai jamais embarqué dans sa discographie. Le gars a sorti 6x des 5* entre 1977 et 1982… Autant de ‘top net’ critiques accote effectivement des Dylan et des Hendrix. Y’a tellement de choses a connaître en musique que desfois même des ‘monuments’ on passe a coté…

    • @hottawa

      Bien qu’encore très actif sur plusieurs niveaux (albums,concerts, show télé, écriture pour les autres), Elvis Costello n’a plus la pertinence qu’il a pu avoir entre 1977 et 1985. Pendant cette période il participe à l’émergence de la “new wave” par défaut en signant quelques un des meilleurs hits de l’époque (Watching the detectives, Pump it Up, Oliver Army). Sa présence scénique étonne grace ,en partie, à son look d’employé de bureau mysanthrope et frustré sexuellement.
      La lecture de vieux magazines fin 70’s prouve que le monsieur est en voie de devenir énorme. Sa palette de compositeur semble hautement plus variée que la moyenne. En 79 l’album Armed Forces s’annonce comme celui de la consécration, mais une déclaration malheureuse teintée de racisme lors d’une altercation éthillique dans un bar, lui vaut un passage à la case purgatoire dont il ne se remettra jamais entièrement. S’en suit un adoucissement du propos dans les textes et chaque album devient une démonstration de maitrise styllistique dont plusieurs chef d’oeuvre confidentiels ( Get Happy, Imperial Bedroom, Blood and Chocolate).
      Au début des années 90 il s’achête une respectabilité en aidant McCartney à se trouver des “hits” (album Flowers in the Dirt). Depuis, sa carrière s’inscrit sous le signe d’une rigueur parfois assommante (les textes foisonnants qui riment mais ne disent pas vraiment grand chose) . Il faut dire qu’il y a au moins deux Elvis Costello. Agressif et direct avec son groupe de départ, les Attractions ou Imposters ou académique et exigeant dans ses projets jazzy (North) ou classique ( Brodsky quartet).
      Non il ne rempli pas le centre bell, mais plutôt la place des arts. Oui c’est un grand chanteur…avec une voix difficile .

      En tant que fan je ne recommande pas sa production récente pour commencer.
      Suggestions en ordre d’appréciation :

      Get Happy (style : soul new wave….album incroyable)

      Imperial Bedroom ( symphonie pop produite par Geof Emerick)

      This Year Model ( Rock’n'roll new wave trépidant)

      When i was Cruel ( album rock plus récent, teinté d’électro)

      Si Costello reste confidentiel, c’est que son style exige souvent plusieurs écoutes et baigne plus souvent qu’autrement dans les sonorités des années 80. Mais l’amateur de grande pop sera récompensé par une oeuvre en mille feuilles qui fait office de grand trésor caché.

      Isolite : Un mot peu utilisé dans la chanson qui revient souvent dans les textes de Costello : Nylon.

    • @mikhail

      Just watch me go cette semaine pendant les festivités de l’ADISQ

    • Et bien moi je refuse de démissionner du Québec… Je trouve que nous avons beaucoup d’artistes et de musiciens de grande qualité ici au Québec. Mais j’avoue que c’est bien frustrant de constater que les radios diffusent beaucoup trop de musique pop hyper commerciale… C’est vraiment désolant que des artistes du calibre de Désilets et autres soient aussi peu diffusés à la radio et restent donc méconnu de la plupart des Québécois.

    • @vieux con

      Vous coupez les coins ronds en affirmant que Costello n’a plus la pertinence qu’il a déjà eue. Cette productivité phénoménale produit le même effet à long terme que ses pairs qui ont sorti polus ou moins un album par an durant toute leur carrière. Sur le long terme, l’édifice finit toujours par être visité.

    • @tous

      Gardez-vous des arguments, des munitions. On va parler keb et francophone au cours des jours qui viennent.

    • @vieuxcon

      Je ne peux pas assez vous remercier de votre bonne foi, des réponses généreuses à mes questions et votre amabilité. J’aurais pus lire plein de truc sur Elvis sur le net ou ailleurs, mais je préférais des commentaires de sang-froid et avec le coeur ouvert comme les vôtres. Vous faite ma journée et merci pour avoir mis toute cette viande sur l’os.

      @mikhail_boulgakov

      Vous êtes toujours aussi sympatique et vous avez mon admiration la plus sincère.

      @alainbrunet

      quelques, même petit, commentaires de votre part me serait grandement précieux à lire. Venant d’un maître, es musique comme vous, c’est pas n’importe quoi quand même.

      @boule_de_neige

      Déception totale venant de votre part. Pas besoin de vos commentaires méprisants.

    • @alainbrunet

      moi j’ai eu mes réponses sur Elvis. Merci @Vieuxcon. Et j’ai hâte de lire Alain vos blogues sur l’adisq. Notre musique, nos artistes et musiciens à nous.

      Vous reprenez la phrase célébre de Trudeau pour l’Adisq: Juste Watch Me. C’est plutôt pour les Juno cela non. Et tellement anglophone. Peut-être dire pour l’adisq comme René Lévesque: “si je vous ai bien compris, vous me dites à la prochaine”.

      Et non, je ne vous fait pas la leçon. Je vous aime tellement comme le plus sympathique blogueur du personnel de Cyberpresse. C’est juste pour faire plus keb que canadian que je vous mentionne cela.

      Mes meilleurs égards à vous.

    • @alainbrunet

      C’est sûr que je tourne les coins ronds….sinon je serais encore en train d’écrire mon premier commentaire. Je fais référence à l’importance de Costello en tant que force créatrice influant sur son époque. En 78 il influe et définit les rêgles. En 2010 il entretient son public….grisonnant (j’étais la tête brune à la PDA en 2003).Attention je ne dis pas que c’est un mal, mais Dylan ou Neil Young ou Tom Waits…ou récement Nick Cave ont réussi à se rallier de nouvelles générations de façon plus convaincante.
      Maintenant c’est certain qu’il poursuit son oeuvre de façon rigoureuse. Mais je ne pense pas que Delevry Man aie l’impact de this Year Model et ce…malgré un niveau technique beaucoup plus élevé.
      Mais …hey…je suis fan et j’aurai ma copie du nouveau, malgré l’ennui poli que m’a procuré Sugarcane. Je n’ai d’ailleurs qu’un autogrphe dans maes disques et c’est celui de Costello…jamais déchiffré la phrase qu’il a écrit.

    • @vieucon

      OK, bien reçu ! Enfin, c’est vrai que ce public vieillit, mais il risque de s’en trouver de nouveaux qui aimeront l’oeuvre, comme ça se produit chez Neil Young ou Bob Dylan.

    • Avec l’Adisq qui approche il sera intéressant de suivre ce blogue…Il me semble qu’Il y a beaucoup plus de jeunes artiste sur la scène musicale québécoise… Cela ne dois pas être facile pour eux…

      Si il ne sont pas beaucoup jouer à la radio…et que en plus ils sont victimes de piratage par téléchargement illégaux….

    • @ Alain Brunet

      Vous faite de bonnes analyses des albums que vous écoutez, même si je ne suis pas toujours en accord avec vos critiques, il me semble que vous devriez donner une évaluation sur la qualité de production des albums. Cela pourrais peut être stimuler les producteurs a mieux peaufiner leurs productions…
      Il y a de très bon studio d’enregistrement ici au Québec, sans oublier que nous avons d’excellentes compagnie d’appareilles audio 100% québécois

      Nous avons toutes les raisons du monde d’ être fier de nos artistes dans tout les styles musicaux, alors allons y pour des analyse en profondeurs de oeuvres critiqué…Pour le plaisir de tous…

    • Je souhaite la meilleure des chances à Alexandre Désilet. J’aime bien sa musique, qui m’a amené à aller le voir en spectacle au Club Soda l’an dernier. J’en suis ressorti avec un bon malaise. J’ai trouvé un peu lourde sa performance, fortement affectée, aini que ses paroles, plutôt forcées. Musicalement, c’est excellent, mais l’ensemble me fait décrocher. J’espère seulement que son nouvel album est plus nuancé.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    septembre 2013
    L Ma Me J V S D
    « août   oct »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    30  
  • Archives

  • publicité