Alain Brunet

Alain Brunet - Auteur
  • Alain Brunet

    Chroniqueur à La Presse, Alain Brunet est à l'affût des nouvelles tendances de la musique.
  • Lire la suite »

    Partage

    Lundi 27 septembre 2010 | Mise en ligne à 10h50 | Commenter Commentaires (40)

    «Kebrikana» dans le Placard

    Placard photo du band 2010Placard (album 2010)

    Madame Lou, Margo, Arianne, Annie, Lisa, Henriette, Julie, la Grande Kim, Jeannine, la Prieuse.  Une chanteuse rock, une vraie dérangée, une vieille pute, une déprimée, une généreuse malheureuse, une mystique, on en passe et des meilleures. Voilà autant de portraits de femmes méticuleusement dressés sur les toiles« kebrikanas» de Dany Placard, artiste francophone de… l’americana vous l’avez deviné.

    Comme les Frères Goyette qui ont suscité diverses réactions sur la pertinence d’une tendande chansonnière en 2010, Dany Placard fait dans la québécitude régionale et assumée. Cette fois, c’est un Bleuet de Laterrière (et Montréalais depuis une mèche) qui s’exprime à travers ces dix chansons officiellement lancées le 28 septembre sous étiquette Indica.

    Plywood 3/4 , le groupe qui m’a fait découvrir Dany Placard il y a quelques années, m’avait vraiment séduit pour son mélange inédit de folk-rock et ponctions avant-gardistes – le seule album auquel j’ai attribué une cote de 3 étoiles et … 3/4 ! Dany Placard a,  depuis, proposé son travail en solo  – dont les fans de Vincent Vallières ont eu un aperçu lors de sa dernière tournée, du moins à Montréal.

    Voilà un autre artiste qui fait dans le joual signifiant,  voilà une des deux sorties automnales s’inscrivant dans le sillon des artistes de qualité qui cultivent le même champ, soit un folk-rock régional et d’autant plus signifiant. Rassurez-vous, on est loin loin de Kaïn.

    Musicalement, Dany Placard est un artisan précis, rigoureux, intelligent, qui ne fait pas dans la dentelle. Son rock de pick-up ne lésine pas sur les riffs bien gras, sur les motifs guitaristiques parfaitement intégrés par les amateurs du genre, sur les charges rythmiques bien baraquées. Pour honorer son expression, des musiciens de calibre ont été recrutés pour cet opus:  le batteur Jean-François Mineau (un parent des Mineau de Malajube), le bassiste Michel-Olivier Gasse (un régulier de Vincent Vallières), les guitaristes Guillaume Bourque et Francis «Toots» Macbeth. Et non, Olivier Langevin n’est pas de la partie ! Scuzez là…

    Inutile d’ajouter que ces musiciens sont de respectables pros, tous férus d’americana, tous au service d’un auteur-compositeur-interprète parfaitement assumé… et qui préconise désormais des musiques plus convenues, c’est-à-dire moins audacieuses qu’il nous en a déjà suggérées. Personnellement, je préfère les ornements plus bizarroïdes au folk-rock alterno de l’ami Placard mais bon, j’imagine qu’il a fait le choix (conscient ou non) de joindre un public plus vaste (dans un marché minuscule comme le nôtre, il faut manger n’est-ce pas ?) que la toute petite frange de population québécoise déjà conquise.

    Liens utiles:

    MySpace

    Profil de Placard (site de Preste, son diffuseur)


    • Si au moins la radio montréalaise pouvait ouvrir ses ondes à l’électricité québécoise, peut-être que nos producteurs musiciens pourraient se permettre une plus grande faim?

    • Oubliez ça, atchoum. À la FM commerciale, la musique est un produit d’appel. La tendance à homogénéïser, focus groups à l’appui, ne s’inversera pas.

    • Jamais je n’écouterai un disque dont la musique provient uniquement de barbus. Ça aussi c’est de l’homogénéisation.

    • @francis222

      On est loin de Guy Debord ! Explications supplémentaires ?

    • Bien au contraire, on est en plein dans Debord.

      Cette généralisation de la barbe n’est qu’un preuve supplémentaire que les artistes plus ”marginaux” sont assujettis à autant de codes et de normes que ceux qui évoluent dans le mainstream. En fait, il y a plus de diversité dans le look des artistes aux Gémeaux qu’il y en a dans la scène musicale indépendante.

    • Votre bonne foi me rassure !

    • Au fond c’est peut être eux qui ont ‘tout compris’…

      Pourquoi diable s’évertuer a ‘innover’ musicalement quand y’a juste a ploguer une Hofner coréenne, une Télé probablement tout aussi mexicaine et se faire du fun a faire de la musique radicalement passée date ?!

      Le pire, c’est que je le dis sans ironie ! J’ai comme un blocage a m’imaginer que ce genre de rock ne plaît absolument plus a personne, mais en fait j’ai complètement tort !

      @boogie

      Tu demandais l’autre jour quelle guitare jouait LJ Cormier : ben dans la Presse ce matin il a une Duesenberg CC, la même que j’ai achetée !

    • Bonjour monsieur Brunet,

      Hors sujet pas mal, mais je me demandais si vous aviez écouté le nouvel album complet de Sufjan Stevens, The Age of Adz, qui vient de sortir (gratuit en streaming pour l’instant). À première écoute il semble pas mal bon, votre opinion?

    • @mtlp

      Pas encore, je suis dans Pop Montréal jusqu’aux oreilles. Dans cette programmation, je m’intéresse aux chauves, poilus, cheveux courts, cheveux longs, barbus et glabres….

      @mikhail
      Ça ne plaît plus à personne ? Où avez-vous pris ça ?

    • hors sujet

      Alain,

      Avez-vous reçu le nouveau Deerhunter?

      @mikhail

      Belle guitare…je connaissais le modèle de vue, mais pas le nom.
      Auparavant, il jouait principalement avec des Telecaster, si je me souviens bien.

    • Libre à vous, Alain, de croire que l’intérêt récent pour la barbe dans le milieu indé n’est pas autre chose qu’un sympathique hasard et que ce milieu est à l’abri du conformisme de caste. À ce chapitre, de toute façon, vous partagez le point de vue de la grande majorité des barbus indé. Alors si la planète indé le fait et le dis, c’est que ça doit être vrai.

    • Ceci dit, je n’ai rien contre Placard, bien au contraire.

    • Bon bon, c’est bien la dernière affaire que j’aurais pensé traiter aujourd’hui. La barbe normative… Affirmer que que je fais dans le credo indie et que je partage le point de vue de la grande majorité des barbus indé, c’est éminemment tiré par les cheveux ! Francis, êtes-vous de mauvais poil aujourd’hui ? Blague à part, c’est vrai, chaque milieu a ses codes normatifs, aussi indie peuvent-ils être. So what ?

    • Mais non, je dis simplement que sur la barbe, vous ne semblez pas y voir quelques chose de signifiant, ce qui est le point de vue de cette communauté.

    • @ab

      À force de fréquenter ma crowd ‘électro’ je suppose… je pense que je vais revenir à mon ancienne gang et remettre ma sparkle drive à 10 !

    • Pour ma part(protection “tête sur le billot” activée), la façon de chanter en “québécois” me fatigue un peu trop. Je trouve ça presque aussi inécoutable que d’entendre Marjo rouler ses “r”. Évidemment, moi qui suis de Montréal, je n’ai pas d’accent ;-).

    • Est-ce vraiment capillotracté, poil au nez…? Je préfèrerais me dire que c’est des fans finis de Grandaddy.

    • Setzer, on a tôt fait de folkloriser l’accent des autres.

    • @unholy_ghost

      Oui, sans aucun doute, mais je préfère tout de même un français moins joual et moins relâché… ça fait “farmer”, eu pardon, rural et je trouve que ça manque d’élégance. En fait, ce n’est pas tant l’accent que le joual qui me fatigue.

    • Je suis certain que les 4 gars de Slayer ont eu des barbes en même temps!
      ;-)

    • Encore de faux rebelles qui ne cherchent au fond que la norme. ;-)

    • Slayer, en fait, sont très conservateurs, oui.

    • Vous savez, c’est ben correct de ne pas trouver que le conformisme de la scène musicale indépendante n’est pas un bon sujet. C’est correct aussi de ne rien voir de paradoxal dans le fait qu’elle cherche à se distinguer du mainstream, entre autre, par son souci pour l’originalité.

      Moi, ça me préoccupe et ça m’intéresse, mais bon…

    • @ boulga
      c’était un genre de joke mais c’est exact:
      http://francisvachon.photoshelter.com/image/I00002EKltqh9omE

      Je trouve que son tone est bonifié depuis qu’il a laissé tombé ses tele.

    • En passant, étant le seul fan ici de Oi! ainsi que de métal classique, je suis probablement le seul qui apprécie autant le conservatisme dans le rock. C’est l’ironie de la chose. Mais voilà, ces gens là ne laissent planer aucun doute sur leur conservatisme.

    • @francis222

      “conservatisme”

      Oui, le fait d’avoir un look “identifiable” à l’intérieur d’une niche, dans la grande famille musicale pop est, sans doute, un signe d’un certain conformisme. Cependant, il ne faudrait tout de même pas s’arrêter qu’au look, aussi important soit-il en musique pop(trop d’ailleurs). Il y a aussi la musique et le texte.

      Par ailleurs, comme personne d’entre nous, sauf avis contraire, ne connait ces musiciens personnellement, comment pouvons-nous juger de la qualité de leur barbe? Est-elle fausse ou vraie? ;-)

      Sommes toutes, dans un test à l’aveugle, on entendra que la musique et les paroles.

    • @boogie
      j’ai joue des fender dans toutes les situations possibles et imaginables et quand j’ai plogue la cc dans un jam l’autre soir, j’ai eu l’impression de jouer un piano!

      @ghost
      il existe aussi l’auto folklorisation à la bienvenue chez les ch’tis…. c’est plutôt à ça qu’ on à affaire ici. l’humour sauve la donne…

    • Je croyais que Placard allait renouer avec des cuivres façon 3/4…

    • Est-ce qu’il y a une possibilité que 3/4 reprenne du service oubedon cette aventure est morte. J’apprécie le travail du bonhomme en solo mais un peu vous j’avais été séduit par le collectif et leur son assez unique.

      Je me rappelle d’avoir vu Plywood 3/4 en première partie de Calexico, une belle découverte et de très beau souvenirs. Les gars de Calexico avait invité les locaux à se joindre à eux pour les dernières pièces au rappel.

    • @Setzer
      Je ne tiens pas du tout à personnifier mes observations et encore moins à les associer à Placard plus qu’à quiconque.

      La barbe n’est qu’un prétexte pour explorer la question du conformisme dans une caste, ce qui est d’autant plus intéressant quand cette caste évolue en marge de la culture dominante.

      Ce type de questionnement provoque toujours des malaises et, en ce sens, cela prouve qu’il touche à des zones sensibles.

      Vous trouverez ça superficiel, mais oui, je m’interroge sur le fait que quelqu’un de 30-35 ans qui n’a jamais porté de barbe de sa vie (je généralise, je ne parle de personne en particulier) décide du jour au lendemain de s’en laisser pousser une parce que les gens qui font de la musique qu’il aime en ont une. Vient une âge ou, il me semble, on a plus besoin de s’identifier de cette façon à une catégorie de gens dont la caractéristique commune est un goût pour un genre musical particulier.

      C’est la barbe, mais ça pourrait être le graphisme de la pochette, la chemise de flanelle, la façon de bouger sur scène. Et encore une fois, je ne vise personne en particulier.

    • @ boulga
      je savais que l’amour rendait aveugle mais sourd? ;-) Je pense comprendre ce que tu veux dire avec ton histoire de piano. C’est le genre de guitare qu’on achète dans la trentaine (comme LJC), avec la maturité (et le budget).

    • “il existe aussi l’auto folklorisation à la bienvenue chez les ch’tis…. c’est plutôt à ça qu’ on à affaire ici. l’humour sauve la donne…”

      Ce n’est pas faux. Mais de toute façon, quoiqu’on fasse, il y aura toujours un problème avec la langue au Québec; que tu parles en français international ou en joual, tu ne peux que t’enfermer dans une boîte.

    • @francis222
      Le problème avec votre “argumentation” c’est qu’elle est basée sur l’appartenance et la revendication de cette appartenance à un groupe, soit les “indie” et je ne crois pas que Placard lui-même s’identifie à ce groupe, ou ce mouvement. Il me semble qu’il se contente de faire à sa tête de cochon depuis toujours, tout simplement. C’est un peu tannant d’être automatiquement associé à une scène ou un mouvement, qu’il soit indie ou pas, juste parce qu’on est autonome et qu’on ne fait pas de concession. Par ailleurs, je serais fort étonnée que ce soit sa première pousse de barbe, car les hivers doivent pas être chauds à laterrière!

    • J’ai, à plusieurs reprises, signifié que je ne visais pas du tout Placard en particulier. Je ne connais pas les motivations derrière chacune des personnes qui se sont fait pousser une barbe dans les dernière année. J,ai également signifié qu’il s’agit d’un questionnement plus large qui ne concerne pas que la barbe, mais bien tous les gestes adoptés en bloc par une communauté.

      Ce n,est pas tant une ”argumentation” qu’une observation et un questionnement sur l’adoption de code dans une caste particulière, ainsi que sur les causes et les conséquences de tels comportements.

      Dois-je terminé en signifiant q

    • …en signifiant que je ne vise pas Placard ni quiconque en particulier?

    • Pour résumer, Francis, tu ne vise pas Placard ni quiconque en particulier? C’est ça?

    • Je crois qu’il serait plus juste de dire que je ne vise pas Placard ni quiconque en particulier.

    • Ah, j’avais plutôt compris que tu ne visais ni Placard ni quiconque en particulier. Mes excuses.

    • ok, ben c’est quand tu dis “Jamais je n’écouterai un disque dont la musique provient uniquement de barbus. “, et que tu fais ce commentaire sur un billet parlant de placard, ça peut laisser l’impression que tu parles du sujet …

    • tout à fait raison mysbe. Mais c’était simplement une entrée choc en la matière. Il ne faut pas prendre ça au pied de la lettre. Vraiment, Placard m’est sympatique.

      D’ailleurs, je l’ai déjà vu bien avant Plywood 3/4, à l’époque d’Agent Placard. C’était du gros rock sale. Pas mal bon. Peut-être avait-il une barbe déjà, mais je ne m’en souviens pas.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    avril 2013
    L Ma Me J V S D
    « mar   mai »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    2930  
  • Archives

  • publicité