Alain Brunet

Alain Brunet - Auteur
  • Alain Brunet

    Chroniqueur à La Presse, Alain Brunet est à l'affût des nouvelles tendances de la musique.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mardi 3 août 2010 | Mise en ligne à 10h30 | Commenter Commentaires (321)

    Arcade Fire: The Suburbs, suite et fin

    TheSuburbs

    Voici les huit autres chansons de The Suburbs, question de boucler la boucle le jour de la sortie officielle, qui correspond au vrai début de mes vacances . À la suite de cet envoi,  je prends une longue pause d’Arcade Fire dans ce blogue, promis juré !

    Mon verdict personnel est le suivant: 3 1/2 étoiles fort…ou 4 étoiles faible. Plusieurs écoutes subséquentes me feront pencher d’un côté ou de l’autre.

    Meilleur que Neon Bible, inférieur à Funeral, cet album pourrait mener  Arcade Fire à élargir considérablement son aire d’influence. Parmi les trois albums, c’est à mon sens le mieux maîtrisé des trois… Et  pas le plus visionnaire.

    Arcade Fire y a relevé les défis de la maîtrise et de la concision, l’interprétation y est remarquable.  Et nous verrons bien si le quatrième album pourra confirmer définitivement le souffle créateur de cette formation montréalaise qu’on a trouvé si formidable d’entrée de jeu. Enfin… on a quelques bonnes années à passer avec cet album avant de revenir (ou ne pas revenir) à ces considérations.

    9. Suburban War

    Ballade presque folk-rock, Suburban War est une autre de ces constructions référentielles de l’album. Très années 70. Très bien fagoté. Et pas très singulier musicalement.

    Let’s go for a drive, see the town tonight
    There’s nothing to do but I don’t mind when I’m with you

    This town’s so strange they built it to change
    And while we sleep we know the streets get rearranged
    My old friends, we were so different then
    Before your war against the suburbs began

    Before it began

    Now the music divides us into tribes
    You grew your hair so I’ll grew mine
    You said the past won’t rest
    Until we jump the fence and leave it behind

    My old friends, I can remember when
    You cut your hair, I never saw you again
    Now the cities we live in could be distant stars
    And I searched for you in every passing car

    The night’s so long
    Yeah the night’s so long
    I’ve been living in the shadows of your song
    Living in the shadows of your song

    In the suburbs I, I learned to drive
    You told me we would never survive,
    So grab your mother’s keys we leave tonight

    But you started a war that we can’t win
    We keep erasing all the streets we grew up in
    Now the music divides us into tribes
    Choose your side, I’ll choose my side

    All my old friends they don’t know me now
    All my old friends are staring through me now
    All my old friends they don’t know me now
    All my old friends they don’t know me now
    They don’t know me now
    All my old friends, they (?)…


    10. Month of May

    Rock de base, bien envoyé, avec des ornements intéressants vers la fin. Ces arrangements  auraient pu à mon sens être moins ténus dans le mix et ainsi laisser une impression de plus grande créativité.

    Gonna make a record in the month of May
    In the month of May, in the month of May
    Gonna make a record in the month of May
    When the violent wind blows the wires away

    Month of May, it’s a violent thing
    In the city, their hearts to sing
    Well, some people sing, it sounds like they’re screaming
    Used to doubt it but now I believe it

    Month of May, everybody’s in love
    And the city was sent from above
    And just when I knew what I wanted to say
    The violent wind blew the wires away

    We were shocked in the suburbs

    Now the kids are all standing with their arms folded tight
    Kids are all standing with their arms folded tight
    Well, some things are pure and some things are right
    But the kids are still standing with their arms folded tight
    I said some things are pure, and some things are right
    But the kids are still standing with their arms folded tight

    So young, so young
    So much pain for someone so young
    Well, I know it’s heavy, I know it ain’t light
    But how you gonna lift it with your arms folded tight?

    First they built the road
    Then they built the town
    That’s why we’re still driving around
    And around and around and around and around
    And around and around and around…
    2009, 2010
    Wanna make a record how I felt then
    When we stood outside in the month of may
    And watched the violent wind blow the wires away

    If I die in the month of may
    Let the wind take my body away, yeah
    Wish I may, I wish I might
    But meet me down there with my arms folded tight

    Start again in the month of May
    Start again in the month of May
    Come on and blow the wires away
    Come on and blow the wires away

    Start again in the month of May
    Start again in the month of May
    Come on and blow the wires away
    Come on and blow the wires away

    Gonna start again in the month of May
    Start again in the month of May
    Come on and blow the wires away
    Come on and blow the wires
    The wires away

    11. Wasted Hours

    Ballade folk-rock, encore une fois complètement americana. Les voix sont belles, les petites nappes de claviers sont appropriées, et la voix de Win Butler vraiment habitée.

    All those wasted hours we used to know
    Spent the summers staring out the window
    The wind it takes you where it wants to go

    At first they built the road then they built the town
    That’s why we’re still driving around and around
    And all we see are kids in the buses longing to be free

    Wasted hours before we knew
    Where to go and what to do
    Wasted hours that you make new
    Turn into a life that we could live

    Some cities make you lose your head
    In this suburb stretched out thin and dead
    What was that line you said?
    Wishing you were anywhere but here
    You watched the life you’re living disappear
    and now I see, we’re still kids in the buses longing to be free

    Wasted hours before we new
    Where to go and what to do
    Wasted hours that you make new
    Turn into a life that we could live

    12. Deep Blue

    Pop folk qui débouche enfin vers un arrangements plus musclé. La mélodie et le refrain sont très accrocheurs,  avec un petit côté Springsteen  derrière la cravate. Encore une fois, la finale est trop timorée dans le mix, il aurai à mon sens fallu l’exprimer davantage.

    Here in my place and time
    And here in my own skin I can finally begin
    Let the century pass me by, standing under the night sky
    Tomorrow means nothing

    I was only a child then
    Feeling barely alive when I heard a song from a speaker of a passing car
    Praying to a dying star, the memories fading
    I can almost remember singing

    We watched the end of the century
    Compressed on a tiny screen
    A dead star collapsing and we could see
    Something was ending
    Are you through pretending?
    We saw the signs in the suburbs

    You could have never predicted that it could see through you
    Kasparov, Deep Blue, 1996
    Your mind’s playing tricks now
    Show’s over so take a bow
    And leave it in the shadows


    13. We Used To Wait

    Autre approche néo-springsteenienne dans la dégaine de type “rock à texte” . Les claviers allègent le beat, le pont aérien fait décoller plus haut  cette chanson fédératrice, potentiel de rayonnement très grand public.

    I used to write
    I used to write letters
    I used to sign my name
    I used to sleep at night
    Before the flashing lights settled deep in my brain
    But by the time we met
    The times had already changed
    So I never wrote a letter
    I never took my true heart
    I never wrote it down
    So when the lights cut out
    I was left standing in the wilderness downtown

    Now our lives are changing fast
    Hope that something pure can last

    It seems strange
    How we used to wait for letters to arrive
    But what’s stranger still
    Is how something so small can keep you alive
    We used to wait
    We used to waste hours just walkin around
    We used to wait
    All those wasted lives in the wilderness downtown

    Ooooo we used to wait
    Sometimes it never came
    Ooooo we used to wait
    Sometimes it never came
    Ooooo we used to wait
    Still moving through the pain

    I’m gonna write a letter to my true love
    I’m gonna sign my name
    Like a patient on a table
    I Wanna walk again
    Gonna move through the pain

    Now our lives are changing fast
    Hope that something pure can last

    Ooooo we used to wait
    Sometimes it never came
    Ooooo we used to wait
    Sometimes it never came
    Ooooo we used to wait
    Still moving through the pain

    We used to wait for it
    Now we’re screaming
    Sing the chorus again

    I used to wait for it
    Hear my voice screaming
    Sing the chorus again

    Wait for it

    14. Sprawl 1 (Flatland)

    Ballade classique qui raconte une errance banlieusarde avec pour prétexte l’identification d’une maison de banlieue où on a habité. Les harmonies choisies sont tristes et dramatiques, galvanisés par les cordes de chambristes. Pour le narrateur, le retour sur les lieux d’une autre vie soulève d’autres sentiments que l’enthousiasme…

    Took a drive into the sprawl
    To find the house where we used to stay
    I couldn’t read the number in the dark
    You said “let’s save it for another day”
    I took a drive into the sprawl
    To find the places we used to play
    It was the loneliest day of my life
    You’re talking at me, but I’m still far away

    Let’s take a drive through the sprawl
    Through these towns they built to change
    And then you said “The emotions are dead”
    It’s no wonder that you feel so estranged

    Cops showing their lights
    On the reflectors of our bikes
    Said “Do you kids know what time it is?”
    Well, sir, it’s the first time I felt like something is mine
    Like I have something to give

    The last defender of the sprawl
    Said “Well, where do you kids live?”
    Well, sir, if you only knew what the answer’s worth
    Been searching every corner of the earth…


    15.  Sprawl  II (Mountains Beyond Mountains)

    Avec ses synthés dramatiques et la voix haut perchée de Régine, on ne peut éviter de penser à la new wave des années 80 et même un soupçon d’ABBA  lorsqu’on écoute Sprawl II. Qui se décline cette fois sur le boulevard Taschereau et la poétique Rive-Sud… qui complètent la poétique de Houston et son étalement urbain.

    They heard me singing and they told me to stop,
    Quit these pretentious things and just punch the clock,
    These days, my life, I feel it has no purpose,
    But late at night the feelings swim to the surface.
    Cause on the suburbs the city lights shine,
    They’re calling at me, come and find your kind.

    Sometimes I wonder if the world’s so small,
    Then we can never get away from the sprawl,
    Living in the sprawl,
    Dead shopping malls rise like mountains beyond mountains,
    And there’s no end in sight,
    I need the darkness someone please cut the lights.

    We rode our bikes to the nearest park,
    Sat under the swings, we kissed in the dark,
    We shield our eyes from the police lights,
    We run away, but we don’t know why,
    And like a mirror these city lights shine,
    They’re screaming at us,  we don’t need your kind.

    Sometimes I wonder if the world’s so small,
    Then we can never get away from the sprawl,
    Living in the sprawl,
    Dead shopping malls rise like mountains beyond mountains,
    And there’s no end in sight,
    I need the darkness someone please cut the lights.

    They heard me singing and they told me to stop,
    Quit these pretentious things and just punch the clock.

    Sometimes I wonder if the world’s so small,
    Can we ever get away from the sprawl?
    Living in the sprawl,
    Dead shopping malls rise like mountains beyond mountains,
    And there’s no end in sight,
    I need the darkness someone please cut the lights.

    16. The Suburbs (continued)

    On boucle la boucle avec une chanson évanescente, belle conclusion.

    If I could have it back
    All the time that we wasted
    I’d only waste it again
    If I could have it back
    You know I would love to waste it again
    Waste it again and again and again
    Well, I’ve got to ask

    Sometimes I can’t believe it
    I’m moving past the feeling again
    (Sometimes I can’t believe it
    I’m moving past the feeling again)


    Encore une fois, tous les textes transcrits des chansons de The Suburbs proviennent du site SongMeanings.

    En terminant avant de partir en vacance (je ferme boutique très bientôt, le temps de vous laisser vous exprimer quelques jours), voici l’annonce vidéo de la captation du concert d’Arcade Fire au Madison Square Garden de New Yourk, tournée par nul autre que Terry Gillian.


    • J’écoute l’album depuis hier. D’accord avec jay_jay qui disait que chaque chanson est parfaitement liée à celle qui précède. Univers homogène.
      J’aime les textes. Ça me parle
      Mes préférées: 4.5.9.15. La chanson 15 semble faire l’unanimité et je me demande comment ça se fait que personne ne mentionne le petit côté ABBA…Quand même, ça m’a fait sourire…

    • Bravo pour l’homogénéité thématique. Pas loin d’un album-concept à la American Idiot (dans un autre style musical). La pièce maîtresse à mon avis : Suburban War, vraiment poignante. Le duo Half Light ne m’atteint pas encore, par contre.

    • L’album est bien foutu, mais il n’a pas le même impact émotif que Funeral. Et je persiste à croire qu’il serait bien meilleur s’il était un peu plus cours et concis.

      Sinon, bonnes vacances.

    • @ecampeau, vlad_drac
      En lien avec vos 2 interventions, je crois que l’album aurait été meilleur sans les chansons 6-7-8, donc City with no Children et les 2 Half Light. Pas qu’elles soient mauvaises, mais elles ne sont pas nécessairement des «highlights» de l’album et celui-ci aurait peut-être gagné à durer 10 minutes de moins. Mon bilan, après 2 semaines intensives à l’écouter pratiquement sans répis : 85%. Certaines chansons perdent rapidement de l’intérêt, mais dans l’ensemble, j’adore. Et je suis d’accord avec la plupart des intervenants, Rococo, Suburban War et The Sprawls II sont probablement les meilleures chansons. J’aime aussi beaucoup Ready to Start, Empty Room et Deep Blue.

    • M. Brunet

      Vous avez bien le droit de parler de quoi vous voulez !

      C’est votre blogue après tout.

      Ca me fais rire, ceux qui chiâlent sur les sujets…ils ont juste à ne pas lire.

      The Suburbs: Excellent !!

      Je crois qu’ils élargiront leur public.

      il faut dire que j’ai écouté seulement 7 des 16 chansons jusqu’à maintenant .

      Chacune par contre à au moins 8-9 reprises.

      J’ai adoré Ready to Start , We used to Wait, Empty Room , Month of May et Roccoco.

      Maintenant j,ai hâte d’écouter:

      Sprawl ll (qui semble faire l’unanimité)

      Deep Blue

      Ready to Start

    • Contrairement à la vaste majorité, j’ai préféré Neon Bible à Funeral.

      Je sais, je sais… difficile à expliquer, mais c’est comme ça. Peut-être est-ce parce que j’aime aussi Decrepit Birth.

      Jusqu’à maintenant, je trouve The Suburbs excellent. Je trouve que la majorité des chansons sont incroyables.

      Ce groupe est vraiment spécial.

    • Personnellement, je ferais prendre le bord à Wasted Hours et Deep Blue, qui ralentissent l’album et n’offre rien de particulièrement nouveau ou excitant.

    • @ neurosis1975

      Tu va te sentir moins seul car j’ai éffectivement une toute petite préférence pour Neon Bible, pour ce qui est de The Suburbs et bien après 2 écoutes j’adore, il n’y a rien à jeter sur cet album là, c’est un peu comme le dernier Wolf Parade (Expo 86) ces 2 albums ont une formidable cohésion. D’ailleur Wolf Parade aurait mérité une chronique eux aussi sur ce blogue!! Et bien, bravo Arcade Fire pour ce magnifique album!!!

    • @norvegequebec
      La chanson 15 (Sprawl II) n’est effectivement pas sans évoquer “Heart Of Glass (1979)” de Blondie. Beau mashup en perspective… :o)

    • Le lien pour Heart of Glass…

      http://www.youtube.com/watch?v=BtGWVoLGAA8&translated=1

    • @ stef27

      C’est vrai, on dirait que le dernier de Wolf Parade est passé inaperçu un peu partout..

    • Je viens de finir ma première écoute de The Suburbs, à fond dans la voiture, sous un orage torrentiel, et je suis complètement sur le cul. Funeral et Neon Bible sont les deux albums que j’ai le plus écoutés dans les 5 dernières années, et je crois que The Suburbs viendra joindre ce petit club sélect d’albums dont je ne me tannerai pas. Bon, je l’admets, je n’ai fait qu’une seule écoute et je suis encore peut-être sur le high de leur show au FEQ, mais pour l’instant, je suis complètement charmée, d’un bout à l’autre.

      Bonne vacances m. Brunet!

    • Blah. Je suis tombé sérieusement sous le charme de Funeral, comme tout le monde. Neon Bible m’a laissé plutôt froid. J’aimais les textes plus abstraits de Funeral (enfin sur les meilleures chansons). Neon Bible versait souvent dans les textes très simplistes sur la religion, la consommation, etc. Ça faisait réflexion niveau cégep pas mal et m’empêchait d’apprécier vraiment les mélodies.

      C’est la même choses pour The Suburbs. Vraiment? Les banlieues? C’est un thème qui a été décortiqué 1 000 fois, et mieux. Si American Beauty nous semble plutôt dépassé aujourd’hui, c’est quoi l’idée de faire une critique ultra simpliste de l’aliénation banlieusarde en 2010? Tout le monde l’a entendu celle-là. Ou je suis rendu un vieux crouton qui dit qu’il a tout entendu déjà (à 28 ans!).

    • … et je suis le type le plus urbain (ou le 2e, on sait jamais), du Québec, alors le thème devrait pas me déranger!

    • @ neurosis 1975

      Si le dernier Wolf Parade à été moins couvert ici (J’ai lu beaucoup de critiques, très bonnes en passant dans beaucoup de magazines spécialisés) c’est probablement à cause de tout les festival qu’ont a eu dernièrement et qui ont pris beaucoup de place!!

    • Je ne suis pas un grand fan de Arcade Fire ( a cause de mon coté un peu plus rock n’ roll) , mais je doit avouer que leur dernier album est très bien construit.

      Par contre, il a aussi ses défauts car il un peu trop long à mon goût. Mais ce n’est que des détails. Je donne un bon 8,5/10.

      Ce n’est pas mon style favori, mais je sais reconnaître une œuvre de qualité!

    • Wow, je sens que je vais m’inscrire en marge de vos opinions, mais… il y a quelques chansons de Arcade Fire qui me font vraiment aimer le groupe (pas nécéssairement sur cet album), alors que d’autres me laissent totalement froid..

      Cet album, malheureusement, sonne pour moi comme du réchauffé. J’aime bien qu’un artiste évolue (Bon Iver avec Volcano Choir) ou perfectionne sa branche. Ici, on dirait de la bonne pop, mais peu accrocheuse, ni inventive…

      Dans mon cas, malheureusement, je ne reviendrai pas sur cet album…

      Les textes sont pauvres ou ne sont pas bien interprétés. Je veux bien donner une chance, mais on dirait que le tout sonne comme du artsy fartsy indie. J’ai entendu déjà des textes plus profonds, et mieux interprétés, qui mériteraient la cote de 3 étoiles et demi.

      Désolé, j’aurais beaucoup aimé critiquer cet album de façon positive…

      Des fois je me demande s’il n’y a pas mieux que arcade fire comme band indie au québec… Je ne contesterai ni le succès critique et public, c,est juste que… un gros baaaahhhh

    • Après le très très ordinaire (je demeure poli) Neon Bible, après deux pistes elles aussi assez moyennes mises en ligne il y a un mois, devrais-je investir de l’argent mais surtout du temps sur Suburbs d’AF? Je suis un produit de ces « suburbs », je m’y intéresse en général mais cet album n’arrive pas à me titiller.
      Ce dont je suis certain cependant, c’est qu’il y a plein de perles dans la liste d’artistes brésiliens qui a été mise en ligne par Alain fin avril et que je viens tout juste de commencer à explorer. Curumin et son japanpopshow fait de la pop qui groove solide de haut calibre et ultra bien produite avec plein d’instruments seventies (rhodes et de basse funky à souhait), pensez Beck version Amérique du sud, en plus éclaté.
      Cidadão Instigado de leur côté déconstruisent et intègrent un ééénorme paquet de genres pour créer de la musique festive d’été par excellence imo (avec une petite touche de deuxième degré kitch jouissive). Et j’attends mon cd de 3 Na Massa avec impatience. Cet automne, je vais me concentrer sur les trucs plus mélancoliques/chanson qui ont été proposés dans Ze liste, là j’ai commencé par le festif.
      Bref avec cette humidité et cette chaleur, j’ai plusss le goût de caresser mes oreilles avec le génie musical du Brésil plutôt qu’avec la pop correct de Longueuil et des banlieues de Houston.

      Je dis tout ça mais je vais probablement acheter AF quand même…

    • @pulk100. Bien trouvé.
      Moi, c’est vraiment le beat de piano derrière la voix haut perchée qui m’a sauté aux oreilles.
      Le rythme dance, flirtant carrément avec le disco a fait que dans ma petite tête, les jumpsuits de ABBA ont repris du service, l’espace d’une demie-minute. Je trouve que ça marche et que l’effet est réussi. Autrement dit, on ne bascule pas dans le pur dance.

      J’entends une parenté avec tellement d’artistes sur cet album. Certains ont parlé de remâché. Moi, je ne suis pas de cet avis.
      Je crois qu’en même temps qu’on se remémore les souvenirs qui nous ont marqués, ils nous arrivent avec un certain son, qui n’est peut-être pas en phase avec une création d’avant-garde..
      Enfin…que sais-je?

    • 3-4 écoutes plus tard, j’estime que la cote de 87% recensée la semaine dernière est tout à fait justifier et mènera cet album dans le top 10(5?) à la fin de l’année et le statut d’Arcade Fire au niveau de super-groupe (U2-Coldplay-Radiohead…).On dénotent des textes quelconques? (il y a des amateurs de poésie dans la salle?) – mais quelles rimes!Belle cohésion dans la diversité, comble amplement les attentes pour ce groupe (il faut peut-être pas recherché l’avant-garde chez un groupe rock qui a des ambitions fédératrices) et ayons confiance en AF, ils iront très, très loin même si ce n’est pas nécessairement ma tasse de thé.

    • La toune titre du disque est vachement ”queens of the stonienne”.
      Pas mal plus que Neil young. Mais bof, c’est pas grave, je ne suis pas capable d’arrèter de l’écouter.

      J’ai aimé Funeral(malgré la hype agressante), j’ai débuzzé a Neon Bible, mais Suburbs est quelque chose.

      Vraiment, moi, je mettrais 4 sur 5.

    • Je trouve votre critique juste M. Brunet, je vais dans le meme sens, mieux que Neon Bible mais moins bon que Funeral. The Suburbs est un bon album qui s’écoute très bien d’un bout à l’autre. Empty Room est celle qui m’accroche le plus pour le moment… City with no children, tres bonne aussi… et difficile de ne pas etre de bonne humeur et danser un peu en ecoutant Sprawl II bien sur!!

    • C’est bien bon The Suburbs. Mais c’est un disque mature que voulez vous. Funeral c’est comme Mellow Gold. The Suburbs ça va être comme Odelay.

    • Bonnes vacances, vieille branche !! Merci de nourrir mes temps libres

    • Arcade Fire c’est du folk. Mais ils ont le don de mettre leur signature et d’arranger le tout d’une manière qui pique la curiosité et l’attention.

      Ils s’inspirent de tout : Roy Orbisson, Beatles, Simon and Garfunkel, Coldplay et j’en passe, pour nous délivrer une très belle musique.

      Encore une fois, on se fait délivrer par AF un bijoux. Merci beaucoup, c’est fort apprécié.

    • J’aime les chanson interprétées par Régine. Ce n’était pas le cas pour les deux albums précédents, à l’exception d’Haïti.
      L’album commence à faire son chemin dans mon coeur et ma tête. Il s’installe certainement pour de bon.

      Renaud

      PS: Je suis de ceux qui n’acceptent pas qu’on sous-estime la qualité de Neon Bible, leur précédent opus. Il y a des tounes remarquables et il s’en dégage une atmosphère lourde et oppréssante. J’adore.

    • Quel excellent album. Personne ne trouve que Sprawl II a une parenté certaine avec le chanson Heartbeats de The Knife ? La sonorité du synthé qui arrive au second couplet est semblable. Loin d’être un défaut cependant…. haha !

    • Quel plaisir d’entendre ce 3e album d’Arcade Fire après avoir entendus plusieurs des titres en live à Québec et à Montréal.

      Un chef d’oeuvre ? Non, mais un album de qualité. Moins bon que Funeral ? Oui, mais assez difficile de faire mieux. Le meilleur album de l’année ? Même pas, mais dans les très bon, tout de même.

      Une 3e réussite d’AF et un quatre étoiles bien assumé !

      Bonnes vacances !

    • @ alain b.

      Vous ne parlez pas de Michael Bublé? :wink:

    • Ayant assisté à leur spectacle sur les plaines pour le Festival d’été de Québec, je savais un peu à quoi m’attendre avec The Suburbs. Ils avaient d’ailleurs débuté leur spectacle avec Ready to start et je peux vous assurer qu’il n’en fallait pas plus pour mettre la foule en délire. Bref, les nouvelles chansons m’avaient déjà séduites lors du spectacle, j’attendais donc avec impatience la sortie de l’album. Résulat : The Suburbs est un délice! Je l’écoute en boucle depuis. Il s’agit là d’un album effectivement mature, mais aussi très puissant et nostalgique. Oui, c’est vrai on peut percevoir un peu d’influence de Neil Young, les Beatles…

      Je suis complètement d’accord avec dublac, l’album Neon Bible ne mérite pas d’être sous-estimé. Il est beaucoup plus sombre, tragique et spirituel (du moins dans son thème principal), mais magnifique.

      Je crois que j’aurais beaucoup de mal à dire lequel parmi les albums Funeral, Neon Bible et The Suburbs est mon préféré. Le plus faible à mon avis est leur tout premier album (Ep), de toute évidence moins connu, qui contient néanmoins des petits bijoux dont la première version de No Cars Go.

    • Ayant écouté le show sur youtube hier, je ne peux ètre qu’en tabarbip d’avoir manqué leurs shows récemment(quebec-longueuil-osheaga)

      C’était au Madison square garden, et je ne pouvais m’arrèter de penser a The song remains de same de Led Zep en 74, au même endroit.

    • Bon j’ai écouté cet album, qui est bien fait mais qui ne réinvente ni la roue, ni le volant ni grand chose. Les critiques devraient retenir leurs ardeurs, dans 2 semaines ils n’écouteront probablement plus jamais ce disque.

      Oui il y a des chansons accrocheuses qui peuvent très bien se prendre en concert, avec une couple de bière dans le corps. On bien en se promenant en char sur le boulevard St-martin ou taschereau.

      Mais c’est en général très prévisible. Et les quelques bonnes idées sont reprises et étirées durant beaucoup trop longtemps ce qui fait qu’à la longue, ces hooks perdent beaucoup de leur intérêt.

      Cette première track ‘The surburbs’ qui dure 5 minutes quelque par exemple… 3:00 et c’en aurait été assez. C’est ce que Beck a fait avec Heaven Can Wait de Charlotte, genre de power pop dans le même registre que la pièce titre de The suburbs (mais limitée à 2 minutes 40, merci bonsoir).

      Point positif, j’aime bien les arrangements de cordes en particulier sur roccoco. Et je donne 3 sur 5.

      Dans mon lecteur, pas trop loin d’Arcade Fire dans l’ordre alphabétique, il y avait Animal Collective. Que j’écoute en ce moment. Là on parle de créativité brute. La nouveauté n’est pas tjs ce qu’on recherche, dans mon cas ça l’est… aujourd’hui en t cas.

    • Bon pour une fois que je réussi à obtenir et écouter un album en même temps que tout le monde sur ce blogue, je vais en profiter pour pouvoir en discuter.

      Pour vous mettre en contexte, je n’ai plus aucun souvenir de Funeral ou Neon Bible, donc je vais me contenter de parler de cet album sans le comparer aux opus précédents. Et j’ai évité de lire quoi que ce soit au sujet de l’album sauf les gros titres.

      J’ai apprécié l’effort d’homogénéité, mais justement à cause de ça , j’aurais apprécié un album un peu plus court. 60 minutes, poutr utiliser la bonne vieille expression, trop c’est comme pas assez.

      Le truc que je me disais le plus souvent en écoutant les différentes pièces est heille c’est un toune qui doit sonner bien dans un show. L’ennui est que tout seul dans mon salon en face de mes deux hauts-parleurs l’effet se perd un peu trop. Un album studio c’est sensé un animal à part. Et c’est à mon avis le principal échec de cet album. Les pièces ne sont pas mauvaises, c’est simplement que les pièces d’un album studio se doivent être une finalité en elles-mêmes pas un work in progress.

      La pièce la plus mémorable après une première écoute, Sprawl II qui n’est pas sans me rappeler Heart of Glass .

    • Ouf, les gens se plaignent maintenant que les tounes durent plus que 3:00…

      Un autres affirme ètre mal a l’aise en voyant des musiciens qui se donnent tant
      de mal a jouer de leurs instruments pour vrai, et qu’il retourne a son ”techno”…

      Una autre affirme que les pièces studio se doivent d’ètre une finalité(??), alors que j’ai toujours pensé que le disque était un point de départ aux exercices de reconstruction sur scène…

      Une chance que vous n’avez pas vécu les années 70, vous auriez surement fait un infarctus avec des tounes de 20 minutes…
      Peut-ètre est-ce vrai, que les jeunes ont maintenant de la misère a ètre attentif plus de 3minutes.

    • @ tabarly
      On se calme le boomer! Je n’ai aucun problème avec les pièces de 10 minutes, 20 ou même 30 minutes (sauf les niaiseries prog des années 1970 auxquelles vous faites probablement référence). Tant que l’intérêt est maintenu et qu’il y a progression et développement de l’idée de base. K.Jarrett y arrive facilement. Un flash ou une ritournelle étirée pendant 5 minutes alors qu’elle n’en mérite pas 3, c’est ça le problème. J’ai réécouté le disque une troisième fois aujourd’hui. Terminé.

    • Une toune de 20 minutes qui parvient à garder notre attention en nous faisant voyager c’est écoeurant… une toune de 5 minutes qui est hyper prévisible dans sa structure et qui fait à peu près la même chose que la précédente c’est poche. Et effectivement les années 70 ont vu trop souvent des trucs de ce genre , faut croire que la drogue était meilleure

      By the way j’aimerais bien dire je suis un jeune avec un déficit d’attention, malheureusement pour moi ce n’est plus le cas, en ce qui me concerne ub

    • @boogie…je ris depuis tantôt le ‘on se calme le boomer’. Ça valait la peine d’ouvrir l’ordi!!!
      En tout cas, moi, ça fait plus que 3 fois que j’écoute l’album et même si j’y prend mon plaisir, je ne comprends pas trop l’encensement ++ de l’album.
      C’est bon mais on se calme…c’est pas sensationnel.
      Ici, les journaux norvégiens ont fait beaucoup de place à The suburbs. Les 3 plus grands journaux ont donné des scores très élevés. 5/6-5/6 et 6/6.
      Entrevues/articles mur à mur. (ça doit être parce qu’il y a deux chansons sur 16 qui trempent dans la sauce ABBA..
      Nostalgie quand tu nous tiens!!

    • Très agréablement surpris par le nouvel album. Comme plusieurs, Funeral reste pour moi dans une classe à part mais The Suburbs est déjà un classique. Ouaip, un classique.

    • J’avoue que la dithyrambe m’étonne aussi. J’aime beaucoup cet album qui va probablement m’aider à finir l’été, mais je cherche encore le génie là. Ça se situe quelque part derrière Funeral et devant Neon Bible. Arcade Fire a une progression discographique intéressante, mais personnellement, j’attends encore leur oeuvre maîtresse. Espérons qu’elle arrivera avant que la pression médiatique n’ait écrasé le groupe. Quoi que si on assistait au “peak” du groupe maintenant, ce serait déjà un fort bel accomplissement! Je ne leur demande pas non plus de virer le monde de la musique à l’envers…

    • Eh gang,

      De retour de vacances…

      Il passe des choses pas mal a la radio la-bas (France), nos programmateurs a la noix devraient y aller faire des stages… J’ai même pogné du vieux Gainsbourg en prime time, toutes sortes d’affaires pas ‘commerciales’ pour deux cennes. En Belgique par contre c’est le festival du Québécois poche a la radio style les Cathédrales et autres fadaises. Dans ce temps-la on règle l’addition avec notre meilleur accent pointu…

      Quand les Inrocks au crié au génie pour Suburbs ç’a refroidi un ti-peu mon enthousiasme… Mais a vous lire ma decision est prise : cette galette n’alourdira pas mes tablettes. Ç’a l’air convenu en batinse.

      Ramené un Dinah Washington de Paris de 1957, avec Quincy Jones a la prod. Oah, la classe.

    • @ boulga

      À 10$, c’était un bon achat, mais pas sûr qu’à ta place, je mettrais 25 tomates sur le vinyle… Paye-toi un billet de concert à la place. Moi je trouve que c’est là que ça se passe, Arcade Fire.

    • @Boulgakoi,
      c vrai que celà peut-être convenu……….. Comme trouver de l’eau sur Mars….

    • @boulga
      Tu pourras toujours te réconcilier avec la scène provinciale en allant voir ton chouchou..Sufjan Stevens au Métropolis le 12 octobre !!
      Et puis…ne boude pas ton plaisir. AF est un bon album. Pas la 8ème merveille du monde mais pas poche non plus. Moi, quand AF chante Let’s go downtown, j’embarque dans le char… !!!

    • @boulgakov

      ”Ç’a l’air convenu en batinse”

      Suivi de:

      ”Ramené un Dinah Washington de Paris de 1957, avec Quincy Jones a la prod. Oah, la classe”

      Avec un petit commentaire de ‘’stellement pluse bo la-ba qu’icitte” genre

      ”Il passe des choses pas mal a la radio la-bas (France), nos programmateurs a la noix devraient y aller faire des stages…

      Vous vouliez dire convenu ou parvenu?

    • @tabarly

      Pas besoin d’être très colonisé ou même ‘parvenu’ pour se rendre compte qu’on a un gros problème de playlist sur les ondes privées au Québec. Surtout vers mars-avril, quand la SOCAN fait ses sondages annuels et que comme par hasard on entend juste du Éric Lapointe…

      Pas besoin d’être un complexé pour dire haut et fort que les trains, mettons, ont un demi-siècle d’avance en France qu’au Québec… Bin la radio c’est pareil.

      A contrario, je pourrais ergoter sur un million d’affaires que je préfère en Amérique du Nord mais je crois que vous avez saisi.

      La véritable ‘fierté’ nationale c’est d’être capable de voir nos travers en pleine face. C’était le fonne en maudit de faire la A6, de faire seek sur le FM et de pouvoir écouter de quoi d’écoutable.

      D’ailleurs AF ça tourne probablement plus en Europe qu’a Montréal même, CQFD.

    • @ Boulkikoi

      Tu as raison de dire que nos radios commerciales ne sont pas terribles dans leurs programmations. Toujours les mêmes chansons, que l’on fait jouer à répétition.
      Pour être nostalgique, disons que je m’ennuie du temps où CKOI était CKVL FM
      et où il n’y avait aucune censure dans le choix musical. Malheureusement, le disco est venu tuer cette époque. Et maintenant la radio commerciale c’est plate en cr……….
      Moi j’ai réglé mon problème. Je n’écoute pratiquement pas la radio. Les postes commerciaux sont évités et je me rabats sur les radios universitaires et radio Can.
      Se qui fais que si tu es frustré par la piètre qualité des radios commerciales, change de poste………..Ou bien écoute un vinyle de ta discothèque. J’ai cru entendre que tu en as une bonne………….

    • @mikhail_boulgakov

      Incroyable comment certains Québécois sont chatouilleux par rapport à la France. Tabarly n’aurait sans doute pas réagi si votre propos avait concerné les États-Unis.

    • @angel_eyes

      J’avoue que dans le cas présent, vous avez raison.

      Dans le débat présent, on parles d’Arcade fire, un groupe rock anglo-saxon. Et je suis sur que le Québec n’a pas la prétention de faire compétition aux ricains.

      Mais pour ce qui est de la France, dans ce domaine, j’ai vraiment jamais pigé quedalle, comme on dit. Pas pour rien que les francais, les inrocks en tête, s’intéresse énormément a ce qui ce passe de ce côté-ci de la marre.

      Pour ce qui est des radios, ayant de la famille a Arcachon, je n’ai jamais été impressionné outre-mesure. Entendre du Gainsbourg en prime time, so what??
      C’est pas l’équivalent d’entendre du Ferland ici, en prime time??
      Je pense bien que oui…

    • Et je ne voulais pas insulté Mr Boulgakov. Son commentaire était un petit peu pédant, mais c’est son style. Pas un con pour autant…

    • @jboulais

      Comme le précise gentiment tabarly, je ne suis pas tout à fait idiot et je n’écoute plus la radio privée sauf par accident depuis au moins 1995.

      Mais la vraie radio a ce charme qu’un CD dans une auto n’aura jamais : nous étonner avec la prochaine toune.

      Et non, entendre 69 année érotique sur la A6 entre deux sélections plus convenues (et encore, un vieux Smiths 10 minutes après), ç’a rien a voir avec pogner les femmes de 30 ans sur radio-rock-matante ! La comparaison Ferland/Gainsbourg a toujours relevé pour moi de la très haute fantaisie.

    • @Boulaki
      La vraie radio à aussi le charme de me faire changer de poste, p-c-q elle aussi est capable des pires mix. Placer une chanson plate après 2-3 chansons agréables, tout le monde peut faire ça. De toute façon CKOI une vraie radio?????? Et dans ma voiture, la musique qui joue est celle que j’ai choisie. Donc rarement plate…….. Comme le précise gentiment Tabarly, je ne suis pas tout à fait idiot, veux-tu dire qu’il y en tout de même un peu d’idiotie dans tes propos??????
      En passant, moi aussi j’aime bien le dernier A-F…

    • Je commence à être d’accord avec ceux qui trouvent l’album trop long. Les 4 ou 5 premières tounes m’ont fait triper solide ce matin, mais j’avoue que plus ça avance, plus les autres bonnes tounes sont entrecoupées de pièces plus ou moins ordinaires.

      D’accord aussi avec Boulga que c’est le fun d’être surpris des fois… Le plaisir d’entendre une pièce et se dire “Wow, c’est qui ça? C’est donc ben bon!” Mais bon, pour ça, je télécharge maintenant les podcasts de CISM que j’écoute dans ma voiture.

      C’est bien simple: Autant les radios servaient à diffuser et faire vendre de la musique avant, autant la musique sert à vendre de la radio maintenant. Les radios commerciales doivent garantir à l’auditeur SES tounes pour garder son attention. Alors pour être surpris, faudra repasser.

    • “Autant les radios servaient à diffuser et faire vendre de la musique avant, autant la musique sert à vendre de la radio maintenant.”

      Bien tourné !

    • C’est surtout malheureusement vrai !

    • “Autant les radios servaient à diffuser et faire vendre de la musique avant, autant la musique sert à vendre de la radio maintenant.”
      .
      Ben voilà, tout est dit! Pour les autres, il reste CKCH…

    • Petit rappel pour les amateurs de musiques aventureuses, Matana Roberts en compagnie d’une dizaine de musiciens se produira à L’Envers ce soir et demain.

      http://events.myspace.com/Event/4828485/Event-Title

      Elle y présentera son projet Coin Coin qui en avait ébahi plus d’un lors de sa prestation à La Sala Rossa il y a deux ans.

      http://apps.facebook.com/reverbnation_fb/artist/matanarobertscoincoin

    • ”C’est pas l’équivalent d’entendre du Ferland ici, en prime time??”

      NON!

    • @francis222

      Malgré vos superbes arguments, j’ajouterais qu’au Québec, les trippeux de gainsbourg(un peu moi, un peu…), pensent flirter avec quelque chose de pointu artistiquement, mais qu’en France, gainsbourg est pas mal plus banal qu’ici.

      En passant, je ne suis pas un Ferland lover, c’est la premiere analogie qui m’est venu en tête. Mais les deux ont un point commun: Des bonnes tounes noyées dans une mer de merde…

    • Matana Roberts? Dammit, je pourrai pas y aller. Mais comment Gordon Allen fait-il pour booker des trucs aussi intéressants dans son loft?

    • @ blakened

      J’avoue que je suis effectivement pas mal confus sur le fonctionnent de son espace, de ce que j’ai pu comprendre c’est contribution volontaire.

      Ah oui Truffaut du Devoir en a parlé sur son blogue , Sun Ra Orkestra s’amène cet automne mais dire que les détails sont flous concernant les infos (Du genre salle, heure, prix des billets) c’est comme dire qu’Arcade Fire est un peu hypé.

    • fonctionnement doh !

      Ah oui le lien pour la prestation du Sun Ra Orkestra

      http://truffautjazz.blogspot.com/2010/08/sun-ra-montreal.html

      On a le code postal de l’endroit (?!)

      Comme j’ai dit à un copain, la veille du show je me colle un timbre sur le front et je me présente au bureau de poste !

    • D’après la carte sur le My Space, la salle de spectacle se trouve dans le quartier N.D.G.
      Je travaille dans le coin. Il me semble que la salle est située entre Monkland et Sherbrooke.
      Il y a un collège privé très huppé où il y a surrement une aud pas de salle de spectacle.
      À suivre

    • Oh wow, on se tient au courant là-dessus, tout le monde? C’est à ne pas manquer!!!

      @ vanbasten

      Le timbre dans l’front… Hahahaha!

      Pour l’Envers, je crois que c’est un règlement municipal qui les empêche de charger des frais d’entrée et de vendre de l’alcool. Mettons que la contribution volontaires est fortement suggérée. Ce qui est surtout buzzant, c’est que c’est un loft et qu’il ne se limite absolument pas dans le booking. Pour aller voir un petit groupe, ça va, mais quand le Ratchet Orchestra (30 musiciens) a joué là, il restait plus grand place pour le public! Mais bon, c’est ce qui fait le charme de la place!

      Je commence à avoir hâte à l’automne, moi…

    • Finalement il y a un frais d’entrée (minuscule) pour L’Envers , j’en reparlerai plus en détail demain , d’autant plus qu’une 2e prestation se produira samedi soir. Donc vous aurez la chance de vous reprendre.

    • Pas une surprise mais tout de même triste, Abbey Lincoln n’est plus.

      http://www.nytimes.com/2010/08/15/arts/music/15lincoln.html?_r=1&hp

    • @ vanbasten
      Merci1

    • Pour revenir à Matana Roberts la prestation n’a ni la spiritualité ni l’émotivité du spectacle qu’on avait vu il y a deux ans.

      Primo c’est une autre portion présentée secundo la musique d’un ensemble ne permet pas le même genre de communion qu’un quartet comme ce fut le cas à la Sala Rossa.

      Également faut le dire l’acoustique du loft de Allen n’est pas génial pour ce genre de prestation. Ça faisait davantage magma sonore et enlève la richesse de certains mouvements

      Ça demeure tout de même excellent, ça rapelle davantage l’Art Ensemble de Chicago. Il y a de superbes passages, j’ai bien hâte d’entendre le disque .

      Du reste l’endroit est particulier, j’ai l’impression d’être dans le salon d’un étranger, moi qui est plutôt timide disons que c’est pas évident quand tu es seul de ta gang

      Pour ma part, c’est la première fois que j’assiste à un spectacle assis dans une chaise berçante.

      Ah oui on souligne la présence dans la formation du sympathique employé de la Sala et la Casa Fred Bazil au Tenor.

    • J’écoute de loin la chanson anglosaxonne. Mais bon, quand le groupe du XXIe siècle sort le disque de l’année, je prête un peu attention. Ça s’écoute bien. Parfois j’entends Bowie, parfois les Talking Heads, mais au final je n’entends pas beaucoup plus que de la pop sympathique. Mais bon, ça fait bien 20 ans que je ne suis plus trop au fait de l’actualité musicale américaine ou britannique, alors je dois avoir l’oreille rouillée.

    • vive le kwebec, et ses beaux et bons kwebeckerzes, anglicisé, anglifié. C’est tu le fun d’être si anglo-fun. Assimilation faite par les kwebekerzes eux-mêmes. Les anglo-fun du ROC (rock’n'roll baby) n’ont même pas besoin de s’en mêler.

    • @fuckinshit

      Ben oui, c’est vrai que Arcade Fire c’est des francophones qui ont décidé de chanter en anglais… Euh, non.

      Aussi, bravo pour le choix de pseudo super franco-fun.

    • @jimbojones

      C’est ce que je disais: Fuckinshit, on est anglicisé. Tout est dans mon pseudo mon Jimbo Bimbo.

      Et je ne parlais pas d’Arcade Fire, mais de la gang de frenchies qui aimeraient être anglophones et faire parti de l’empire mais qui sont pris dans un corps de frogs.

      God shave the Queen.

    • M.Brunet vous etes probablement en vacances, mais peut-ètre qu’un modérateur pourrait s’occuper de renouveller la prescription de médicaments de la personne ici un peu plus haut !!!

    • Un petit conseil concernant les tâches, comme fuckinshit, qui s’amuse à dire des conneries, faut juste les laisser parler. Ça ne vos même pas la peine de leurs répondre. On dirait qu’ils cherchent juste à faire réagir les gens. Avec le genre de commentaires qu’ils font… Et il y aura toujours ce genre de tâches sans contenu ou opinion pour faire chi…. le monde. C’est sans intérêt. Soyer plus intelligent qu’eux. Et Dieu sait qu’il y a pas mal de gens dans le même genre sur le blogue.

    • Pourquoi toujours aucune critique CD de l’album Recovery d’Eminem?? On boude le hiphop? L’album a dépassé les 2 millions de ventes déjà! Tout un score en 2010!

    • @jboulais

      Il y a en toujours qui écrivent des niaiseries, c’est vrai. Mais il y a toujours un pour traiter les autres de noms et les insultés. Pour qui tu te prends? Un grand monsieur de ce monde? Toi aussi tu fait chié avec tes remontrances de parvenus.

    • Pour en revenir au sujet de ce Blogue: ARCADE FIRE !!!

      Après une dizaine d’écoute, je peux désormais affirmer que The Suburbs sera mon album de l’année 2010 ! Et il n’y a pas grand compétition en vue…

    • @enweilledon

      On prend une grande respiration……..

      Et on se calme

    • @ francois390

      J’adore le nouveau Arcade Fire et il va surement être dans mon top 5 de l,année 2010, mais de là à dire qu’il n’y a pas grand compétition en vue, vous ne devez pas avoir acheté beaucoup d’album cette année. Je fais seulement référence aux album suivant High Violet de The National, Expo 86 de Wolf Parade, Les chemins de verre de Karkwa, This is happening LCD Soundsystem, Heligoland Massive Attack, Swim de Caribou, Cosmogramma de Flying Lotus, Plastic Beach de Gorillaz et j’en passe !! se sont tous des albums, selon moi aussi bon et peut-être meilleurs que le dernier Arcade Fire qui est, je persiste à le dire un très grand album!!!

    • AF album de l’année?
      voyons! Pas du tout. Déja, Radio Radio est mieux positionné, Wolf Parade, Besnard Lakes… BESNARD LAKES! ce disque me fout à terre.

      Non, AF, disque de l’année… Funeral oui, mais pas The Suburbs…

    • Franchement, The Suburbs est un album jetable, de la pop gomme balloune prévisible et sans grand intérêt. On assiste en direct à la U2-isation de AF.

      D’accord avec Jimbo: Besnard Lakes a une bonne longueur d’avance si on parle de la catégorie Indie montréalais. Karkwa aussi, même si un band sur Audiogram qui passe à Baiser de France n’est probablement pas vraiment indie. Pour ce qui est de l’album de l’année toutes catégories, on va attendre, il reste 4 mois à l’année!

    • @JBOULAIS

      ok jboulais on fait la paix, j’ai respiré à fond. Mais ne traite plus les autres de tâches. Et je me calme.

    • J’avais oublié l’album de The Besnard Lakes, comme un des meilleurs de l’année!!!

    • @ boogie

      Et quand les band Indie américain passe à David Letterman, est-ce que ça veux dire qu’ils sont moins Indie ? Voyons, soyons sérieux!! Karkwa sont finaliste cette année pour le Polaris Mercury Prize. Prix décerné au meilleurs groupe Indie Canadien de l’année.

    • @stef27
      Letterman (en fait les producteurs de son show, pas lui j’imagine) invite Queen of the stone age, Grizzly Bear et un paquet de trucs champs gauche. Baiser de France TVA Beaudoin est pas mal pas mal plus conservateur (et plate!). Mais ce n’est pas l’idée principale. Comment peut-on se prétendre “indépendant” ou “indie” quand on est signé par Audiogram? Cela étant dit, Karkwa est mon band qc préféré, indie ou pas.

      Et anyway, dans 2 ans, plus personne ne va parler de “indie” parce que ça ne veut plus rien dire.

    • @ boogie

      Le genre “Indie” existe depuis plus de 30 ans et sinon plus, je vois pas pourquoi ce terme disparaitrais dans 2 ans !! Pour moi, le côté “Indie” c’est également l’attitude, on peux être sur une grosse étiquette de disque et continuer à être “Indie” regarder l’époque Radiohead ou ils étaient avec EMI ou bien R.E.M ils continuent à avoir une attitude de groupe “Indie” enfin, c’est mon opinion!!

    • Boogie a totalement raison. À la base, ”indie” reflète la situation contractuelle d’un artiste comme dans ”être sur un label indépendant”. Depuis une dizaine d’années, c’est devenu un ‘’son” et un ”genre”.

      La confusion vient de ce que plusieurs labels indépendants ont des liens étroits avec les majors, que les majors eux-mêmes ont multiplié les ”fausses” étiquettes indie et que plusieurs bands ”indie”, même parmis ceux considérés comme les fondateurs du genre (Sonic Youth, Dinausor Jr., REM), se sont retrouvés à un moment ou à un autre sur des majors.

      Alors qu’est-ce que ça veut dire ”indie”? C’est être ”indépendant” de quoi au juste? Si on ramène l’idée selon laquelle ”indie” évoque l’indépendance créatrice et artistique, et bien un tas de projets hip hop, jazz, métal et classique sont ”indie” aussi.

      C’est une étiquette vidée de son sens, ce qui a bien y penser, est en parfait accord avec notre époque et avec la façon dont les gens consomment maintenant la musique. ”ind

    • C’est quoi, au juste, l’attitude ”indie”?

    • Mettre des chemises en flanelle? Porter la barbe? Mager de la crème glacée bio dans le MIle End? Avoir une démarche artistique non axée sur le profit? S’apitoyer sur son sort? Utiliser une big muff? Être capable de namedropper ”Steve Albini” dans une discussion supposément intéressante?

    • Quand j’étais jeune ado, on disait que ceux qui achetaient leurs disques chez Dutchies et qui s’habillaient en noir étaient des “altern” et qu’ils écoutaient du rock “alternatif”. The Smith et cie, ce n’était pas du “indie” mais c’est le terme qu’on utiliserait probablement pour les décrire aujourd’hui.

      Quant à moi j’étais abonné au Club Columbia (mes parents reçoivent-ils encore des pubs par la poste?) et je commandais des Led zep, Doors, Hendrix, Sabbath et cie… Des trucs sur Atlantic, Warner, et autres cies requins. Du rock dépendant et non-alternatif finalement!

    • @ francis222
      haha excellent! Il faudrait ajouter à la liste: se coiffer pendant 1 heure le matin pour ne pas avoir l’air décoiffé.

    • “avoir l’air décoiffé”, scusez.

    • @francis222

      ”Être capable de namedropper ”Steve Albini” dans une discussion supposément intéressante?”

      On en est pas mal la en ce moment, non???(blague)

    • … oui, sauf que j’aime ni Albini ni 90% du indie rock et que j’ai pas de barbe.

    • Je me rase aux 2 semaines à peu près, donc je suis Indie 50 % du temps. J’ai presque acheté une big muff aussi.

    • Ben je dis ça de même, mais je ne suis pas certain qu’à part Mudhoney, ben ben du monde joue avec une big muff. Mais Mudhoney, c’est pas indie, c’est du grunge, right? En tout cas, c’est ça qu’ils disent.

      De toute façon, Boss doit avoir une pédale ”Indie rawk” brune. Tu mets ça avec le setting ”Fender Twin Reverb” sur ton simulateur d’ampli pis ça doit sonner comme Clap Your Hands Say Yeah.

    • Être indie les boys, c’est compter sur rien ni personne à part soi. Quand ça plante, tu plantes avec… C’est forcément un statut temporaire, puisque quand ça marche, tu ’signes’. D’ailleurs, le terme ‘étiquette indie’ est un peu paradoxal.

      Arcade Fire, indie ?! Laissez-moi hurler de rire. Juste le budget de 10 secondes d’un de leurs vidéo-clips (et de l’époque de Funeral, SVP), je fais 10 ans de musique…

      J’ai écoute 3/4 du disque dont 1/4 dans des conditions +- optimales. Mais à la fin j’en avais mon quota, carrément.

      Conclusion : j’achète pas. Y’a des ambiances bien foutues (guitares slide planantes très Hotel2Tango, bruitages à la Pompei) mais fondamentalement ce band m’emmerde profondément. Le propos harmonique est insignifiant, les couleurs timbrales d’une fadeur, les beats pochasses (à part l’espèce de 5 et demi/4 sur le premier side) mais surtout ‘utterly grooveless’. J’embarque pas dans son emo, à ce type, alors que j’écoute l’histoire sur Seldom Seem Kid et j’en pleure quasiment.

      L’espèce de toune disco était presque pas pire… Mais à 45 rpm !

      Et ça sonne le cul, carrément, avec un mastering fait pour sonner sur un iPod.

    • @francis

      Santana et David Gilmour ont fait leur carrières sur des Big Muff.

    • C’est pas Hendrix qui a parti le bal de la grosse muff?

      C’est drôle, tu lis les reviews d’équipement sur un site comme Musician friend et les personnes laissent comme info, à propos de leur style musical, des trucs du genre: “blues/rock/indie/funk”; “indie/post-rock/punk”.

      Euhh, indie?!? C’est quoi un accord “indie”, un beat “indie”, une harmonie ‘indie”?

    • @boogie

      Sauf erreur, ce serait anachonique, du moins pour le début (novembre 1966 avec Hey Joe). Non, je crois pas, mais pas le temps de googler ça. Roger Meyer lui a fait sa célèbre ‘fuzz face’ avec un chip de germanium, qui était une pédale ronde avec les boutons qui évoquaient un happy face… Son octavia (faite aussi par Meyer) saturait aussi (style Purple Haze). Puis il y en a eu une autre de forme de vaisseau spatial, je sais plus le nom… Mais c’est un genre de son qui annonce la TS-808 originale, comme sur ‘Come On’, ou encore ‘Drivin’ South’.

    • @Boulga
      Ha oui, et un paquet d’autres. Je cherchais des artistes ”indie”.

    • Albini doit faire quelque chose de bien, car il a été impliqué dans plusieurs bons albums… Ceci dit, sa présence est-elle essentielle ou i est là juste parce que c’est cool d’avoir son nom dans les crédits?

      Ce qui m’amène à une réflexion sur la scène « indie » : Vous trouvez pas rigolo que tous ces artistes supposément en marge se font un devoir d’utiliser le même matériel (ou les mêmes ingénieurs de son) pour produire leur musique? Trouvez-moi un band « indie » qui n’utilise pas au moins une guitare Fender ou Gibson! Je n’enlève rien à la qualité de ces instruments (j’ai moi-même une Jazz Bass mexicaine en backup dans mon arsenal), mais venez pas me faire croire qu’il n’y en a pas d’autres qui pourraient faire la job et qui sait, conférer un peu plus de personnalité au son de ces bands!

      Surtout qu’au prix où sont les authentiques Gibson et Fender, ça doit hypothéquer un budget « indie » en torrieux…

    • @blackened
      Je me suis payé une ES-339 cet été, je suis de plus en plus Indie! (et de moins en moins riche). Avoue qu’un Indie avec une BC Rich ou une Jackson, ça fait pas trop sérieux.

      Tortoise sont post-rock/indie et utilisent une big muff avec le sustain dans le piton.

    • Anyway, le jour où le concept d’indie est devenu un ‘brand’, ç’a tué le concept même. C’est l’évidence. Genre quoi, mi-nineties déjà ?

      Un peu comme la marque ‘no name’. C’est une marque.

      Arcade Fire est un produit de consommation de masse, s’il a jamais été autre chose.

    • @boogie

      N’importe quoi avec une BC Rich ça fait pas très sérieux… Idéal pour hommage au Hair Rock, cela dit.

    • @ boulga

      J’ai toujours rêvé de m’acheter une Mockingbird et de me partir un band de jazz…!!! Blague à part, Kim Gordon n’a pas longtemps joué de cet instrument au design délicat?

    • @ boulchikoi
      Et toi avec ton eau sur mars tu pense casser la baraque????
      Psudo prog, faible image de Pink floyd. Scratch d’amateur…….
      Fait tes preuves avant taper sur tout
      Je sais bien que faire des shows à la brasserie Limoilou sur la 3 eme ça mène pas très loin…
      Un peu de retenue mon grand, car il te reste encore pas mal de chemin à faire avant d’être reconnu comme un compositeur et de pouvoir porter dignement se nom

    • @boulga
      parait que Slash est passé à 2 doigts d’enregistrer Appetite avec une BC Rich. Une Les paul est arrivée de nulle part à la dernière minute…

      @jboulais
      mais qu’est-ce que ces conneries? Tu as tout à fait le droit de ne pas aimer WOM. Mais en quoi cela enlève-t-il le droit à qui que ce soit de dire ce qu’il pense sur quoi que ce soit?

    • Moi j’aime les BC Rich!!! SLAYER!

      Bon, la petite police à Jerry Boulais s’énarve.

    • Et feu Chuck Schuldiner de DEATH!

    • @jboulais

      Vous êtes ridicule. Vous pensez que je ne sais pas que AF obtient autrement plus de reconnaissance que mon band ?!

      Et il faudrait donc que tout ce qui a vendu plus que 1,000 disques, joué ailleurs que sur la 3e (on a fait le FEQ, mais bref), soit forcément génial ?! Voyons donc. Y’a des bands poche qui ont vendu du disque au camion…

      Et je ne me présente à personne comme ‘compositeur’ ! Quelle idée.

      À ce compte, 99% des musiciens québécois (jamais nommés à l’ADISQ, mettons) auraient pas le droit de dire un mot sur l’industrie pcq ils ont ‘rien prouvé’. Le % qui reste oui… En passant je suis dans le % en plus…

      Ça suinte la jalousie semi-anonyme mal placée, votre affaire…

      @boogie

      Slash en BC Rich ! Quelle aberration a posteriori. Lui qui a botté le cul au Hair Rock !

    • @Boogie
      C’est vrai? Le leader de Death est décédé? Vous savez de quoi ou à quel âge? Cuo donc! Chuis-tu en train de vieilir moi, là? Me semble qu’il n’y a pas longtemps encore on s’obstinait à savoir qui était l’inventeur du genre…

    • @ atchoum
      ça va faire une dizaine d’années, du cancer du cerveau. Trop brillant guitariste ce gars, le show de Symbolic au Spectrum, avec Gene Hoglan au drum, était kek chose rare.

      Meilleure sono pour un show metal à vie en ce qui me concerne, performance débile. Je n’ai pas eu une période pwouel-death-métale trop longue mais ces années 92-95 ont été assez incroyables de ce côté. Suffocation, Meshuggah, Death, Deicide…

    • Carcass, man, Carcass!

      et Atheist.

    • Puisqu’on parle de guitare et de distorsion, je sais que nous ne sommes pas sur un forum de guitare et je comprendrais que vous ne vouliez pas me répondre, mais j’ai une petite question pour les spécialistes: J’ai une Tele américaine et une bonne vieille DS-1, mais j’ai toutes les misères du monde à faire feedbacker, il faut que je “crank” mon ampli pas mal, alors qu’avec la Danelectro cheap d’une amie ça feedback à mort, même à bas volume! Question de micros ?

    • J’ai un sourire gros comme ça en lisant ces noms de groupe. J’en parlais avec un bonhomme dans la vingtaine dernièrement et ìl m’a résumé tout ça en un mot : des classiques! Je vieillis, alors…
      .
      Atheist! L’album Elements, c’est eux?
      .
      My Dying Bride, Paradise Lost, Morbid angel, Solitude Aeturnus, Cathedral…

    • Carcass.. j’avais un chum qui nous gossait tellement avec ça. Cette voix, jamais été capable de la supporter. Et je pense que je trouvais ça trop clean comme prod je ne sais plus trop pourquoi je n’ai jamais embarqué en fait. Napalm Death par contre…

      @angel_eyes
      Si tu mets tes 3 pitons à max (tone/volume/dis) et que t’as pas de feedback, ta DS1 est scrap! (ou ta tele!)

    • @boogie

      Je finis par avoir du feedback mais il faut que je monte mon ampli pas mal plus qu’avec la Dan. Ma DS-1 est neuve et ma Tele est nickel. Merci quand même!

    • Dure semaine, je dois être dans mes spm. J’vais mettre un homme là-dessus et je vous reviens.

    • @Boogie
      En fait les premiers Carcass sont extremement lo-fi et sales, dans la lignée de SCUM de Napalm Death. Après, ça devient de plus en plus propre et ”calme”. Mais je préfère aussi Napalm Death et surtout leurs débuts. Bordel, ça n’a aucun sens ce truc. Je les ai vu quelques fois en concert et ça toujours été excellent.

      J’étais allé voir Campaign for Musical Destruction avec Napalm Death, Carcass, Cathedral et Brutal Truth. Du bruit à profusion!

    • Hors sujet:

      Parlant d’album de l’année… C’est moi ou le dernier de CocoRosie, “Grey Oceans” c’est du vrai bonbon ?

      Les deux weirdo de soeurs sont difficile à définir (Freakfolk, lo-fi, indie folk, folktronica, selon RYM…) mais autant j’étais méfiant en première écoute autant ça joue en loop chez moi et dans la bagnole, maintenant…

      Dans mon top 5 de l’année facilement. Sans même devoir attendre la fin…

    • @ angel_eyes
      bon ben dans ce cas, ça te prends deux DS-1 branchées une après l’autre! Ça devrait te percer un tympan sans problème.

      Cela étant dit, une guitare cheap de chez Distribution consommateur, y a rien de mieux pour faire du noise. Une télé, c’est pour faire du country!

    • @ angel
      les puristes te diraient que les nouvelles ds-1 sont pas bonnes, que ça te prends une made in Japan 1985!

    • @Angel_eyes
      Moi je te dis : achète-toi la Danelectro si tu ne peux conserver celle de ton ami. C’est vraiment pas cher comme pédale. Mets-là en série avec la DS-1. Ou procure-toi une distortion Berhinger (encore moins cher). Ça ne sonnera pas nécessairement bien, mais ça devrait feedbacker. Tu peux jouer avec la DS-1 et appuyer sur ton autre pédale seulement quand tu veux du feedback.

      Aussi, mets le plus de high possible dans ton son et joue face à ton ampli et près de lui.

    • @francis222

      La Danelectro dont je parlais, c’est une guitare, pas une pédale. Je joue depuis longtemps et je sais comment produire du feedback, j’ai l’impression que c’est le niveau de sortie des pick-up de la Tele qui est moins élevé. Bref, j’arrête de vous emmerder avec ça!

    • @ Boogie

      Zut… Moi qui ai toujours cru qu’une Tele, c’était pour faire du indie… ;-)

    • @angel

      Il manque une variable fondamentale dans ton équation : c’est quoi l’ampli ?! Marque et puissance ?

      Ce qui explique que la Tele est dure a faire feedbacker (même plus qu’une strat) c’est qu’elle est massive (la strat a la chambre a spring derrière qui crée de la résonnance). La Danalectro est beaucoup plus poreuse, voire creuse derriere le pickguard. Plus légere ça c’est sur. Alors elle feedbacke plus vite. Pour feedbacker, il faut que la guitare vibre en unisson avec le speaker de l’ampli.

      La pédale sert juste a overdriver le préamp, ce qui accélère le processus, mais c’est pas la que le feedback se passe. Il se passe strictement entre la capacité vibratoire de l’instrument, et comment le speaker cone agit sur cette variable.

    • Effectivement, j’ai essayé ma ds-1 avec une archtop et un 5 watts à lampe. Ça c’est mis à ciller assez vite merci. Sur ma Godin ben pleine et pesante avec des single coil, ça pris pas mal plus de volume.

      Mais pour ce qui est de feedbacker sur le bon pitch, comme dans WOM que j’ai écouté ce matin en m’en venant au travail, ça prend un peu de pratique ou un cours de Boulga! :0)

      @blackened
      je me suis tjs demandé: Ton nick, c’est en l’honneur de la première the And Justice ou quoi? Une bonne toune pour pratiquer son picking, sur une Tele pourquoi pas! Metallica goes Indie.

      Brunet est en vacance, les guitar geeks prennent le contrôle!

    • @angel_eyes
      Désolé, j’avais pas compris ça.

    • @boogie

      Ah ça, c’est sympa de l’avoir remarqué… Effectivement, avant le solo de Nathalie T., je pogne, l’octave, puis la quinte, puis l’octave au-dessus sur un même feed ! C’est hyper ésotérique comme technique, j’ai fait ça dans un gymnase, en me promenant pour aller a la ‘pêche’ aux harmoniques, carrément… Tu spottes un peu les endroits ou tu les ‘pognes’ a l’avance, puis tu y vas dans le bon angle et tout.

      Je fais beaucoup de feedback pour le gig de Floyd, aussi, genre dans the wall. J’ai cru remarquer a l’extérieur que l’humidité tue les vibrations nécessaires. Des frettes trop lisses aussi ça marche pas, pcq desfois juste le bon vibrato qui ‘frotte’ ca relance.

      Bref, un sujet de prédilection… J’ai fait mes premiers feedbacks a 11 ans avec une guitare électrique home-made (c’est tout ce que je savais faire !)

    • @mikhail_boulgakov

      J’ai une tête Yamaha G100 des années 80 avec un 4×12, c’est puissant en masse. Merci pour le infos.

    • @ boogie

      C’est une longue et vieille histoire, mais effectivement, le nick est inspiré de la dite chanson!

      Bon ok, j’exagère un peu. C’est sûr qu’il y a des instruments qui se prêtent plus à certains styles musicaux que d’autres, mais je trouve quand même cette obsession Fender/Gibson un peu excessive, surtout dans un contexte artistique où l’artiste doit se trouver une identité, un son qui lui est propre…

      C’est peut-être moi… Je suis plus le genre à bidouiller l’instrument que j’ai en main jusqu’à ce que je puisse en tirer un son intéressant plutôt que de courir après les valeurs sûres.

    • @ blakened
      attend que Setzer revienne, il va te causer Gretsch aussi!

      Comme disait Jack White dans Guit player récemment, ce qui compte le plus pour trouver et faire “son” propre son, c’est les doigts, la touch. L’équipement compte mais, c’est très secondaire. Je suis certain que tu donnes à peu près n’importe quel instrument, n’importe quel ampli à White… et tu peux le reconnaître en 5 secondes. J’exagère aussi un peu mais à peine.

    • @angel

      A transistors ? Ç’a beau être puissant, l’oscillation nécessaire au feedback est plus facilement générée par des lampes, et souvent a plus faible wattage. Mais effectivement, c’est ‘en masse’ !

    • @boogie

      Comment tu savais que j’avais une Gretsch? ;-)

      @angel

      Le plus vite pour le feedback c’est de mettre la tête directo sur l’ampli… celle de la guitare évidemment.

    • Ajoutons que les petits amplis avec un 10 pouces, genre fender 15 watts à 75$, sont hyper facile à faire feedbacker.

    • @ setzer
      un feeling, comme ça! Je gage un 2$ qu’elle est orange.
      Ajoutons aussi, à propos des p’tits Fender, qu’ils sont difficiles à ne PAS faire feedbacker!

    • @boogie

      Orange… oui, pour ce qu’il reste de vernis.

    • Pour revenir aux hypothétique album de l’année, il va surement falloir compter sur Sufjan Stevens (celui qui a créé le merveilleux album Illinois) Je viens de téléchargé son nouveau EP de 8 chansons (All Delighted People). Et oui 60 min de musique vraiment incroyables pour 4.99 et ça, c’est en attendant son véritable album du pour le 12 oct (The Age of Adz)

    • j’ai adoré funeral, un peu moin neon bible et un peu moin the suburbs. Je suis un peu tanné des mélodies douces, presques accoustiques, le tout enveloppé dans un enrobage lisse, sans bosses et uniforme.

      J’ai aimé les expérimentations de Funeral, les instruments weird qui étaient utilisés, Régine qui buche sur son piano pendant que les autres frappent sur tout ce qu’ils trouvent. Je trouve The Suburbs un peu monotone. C’est très planant mais sans le coté agressif expérimental de Funeral. J’ai l’impression qu’ils sont passés d’un band de Lollapalooza à un band de Lilith Fair (si vous voyez ce que je veux dire…). Ils ont perdu leur petit coté noise experimental à la Sonic Youth et c’est plate parce que c’est ce qui m’avais fait accrocher à Arcade Fire. C’est quand même un album de haute qualité, but i feel they have lost their edge. But that’s my own opinion…

    • ”noise expérimental”

      Vraiment?

    • @blackened

      L’obsession Fender/Gibson peut aussi, paradoxalement, dévoiler la véritable personalité de l’artiste.

      Exemple, Buddy Holly, SRV, Malmsteen, Gilmour, etc. jouent tous des Strats… Pourtant ils sonnent à des années-lumière les un des autres, avec ce je-ne-sais-quoi de familier. Puisque la guitare est (jusqu’à un certain degré) constante, la variable est le guitariste. C’est comme les peintes qui utilisent les mêmes canevas, la même acrylique. On déduit le génie à partir de la constante.

      Prends Brian May qui a construit sa propre guitare : on sait pas s’il est générique ou non, puisque qu’on peut toujours se dire : bah, c’est sa guit homemade qui donne ce son là…

      @boys

      Cela dit, les boys, voici le nouveau joujou à s’ajouter à mes deux Stratos… Mais en gaucher, avec le vrai Bigsby ! (exclusif aux gauchers, na !).

      http://www.paramountguitars.net/photos/DuesenbergCC2/6_DuesenbergCC2.jpg

      Oh boy, c’est presque de l’amour… J’ai essayé une tonne de Gibson, justement, des 335 à plus savoir quoi en faire, et ça c’est autre chose !

    • @francis

      Un peu excessif comme observation c’est clair !

    • @mikhail_boulgakov

      Belle guitare, la couleur me rappelle étrangement quelque chose.

      “obsession Fender/Gibson”

      Personnellement, depuis que j’ai une telecaster et une strat, entre autres, je joue beaucoup mieux. La variété aide à se perfectionner. Toutefois, je demeure plus confortable sur la Gretsch ou la tele par rapport à la strat. La Gibson que je veux est hors prix pour moi pour le moment(re-issue de LesPaul Gold Top 56).

    • @setzer

      L’influence Gretsch est assumée, ça va de soi.

      En fait, une bonne guitare qui a une vraie personnalité propose des ‘licks’ au guitariste. Dès que j’ai eu cette guitare entre les mains, il m’est sorti des petites progressions bossa que j’aurais jamais jouées sur une Strat.

      Le sustain autrement plus long modifie aussi l’approche solistique que sur une Fender. Effectivement, avec une seule guit’ on devient un peu un ‘one trick poney’.

    • mikhail_boulgakov

      “En fait, une bonne guitare qui a une vraie personnalité propose des ‘licks’ au guitariste”

      Absolument d’accord avec ça. En ce qui me concerne, quand je commence à “dormir” sur une ou l’autre de mes guitares, je change pour une à complètement à l’opposé. Ça inspire.

    • Belle, et probablement pas mal plus chère qu’une petite strat de série made in usa!

      Tout ça est bien vrai. Et pour prendre un exemple de l’autre famille, John McLaughlin jouait avec une SG, tout comme Angus Young et Julien Mineau!
      le « problème » avec les maudites guits’, c’est qu’on en veut toujours une autre pis une autre pis une autre, tjs plus cher. droyyye…

    • Pour revenir à AF et faire le lien, je dirais que The suburbs est parfait pour un débutant qui voudrait apprendre ses accords majeur/mineur en accompagnant des tounes écoutables et parfois très bonnes (ref.Funeral!). À strummer les mêmes 4 accords pendant 5 minutes, tu finis par les connaître je suppose. Voilà, Arcade Fire n’est pas noise expérimental, mais plutôt pédagogique, comme Paul piché ou Beau Dommage.

    • Bien d’accord avec vous et je ne voulais pas faire l’apologie du lo-fi ici. Meilleur est l’instrument, mieux sera exposé le potentiel de l’instrumentiste, et la personnalité de celui-ci a énormément à voir dans le son qu’il va en tirer. Ceci dit, il y a plein de bons instruments sur le marché pour ça (et Boulga vient de nous le démontrer), mais le marketing de Gibson et Fender (qui au demeurant, font de bien bons produits) a réussi à faire croire à tout le monde que leurs instruments étaient le boutte de la marde. Et ils capitalisent sur les prix à grands coups de pseudo-vintage.

      Quand je vois un hipster indie (!) s’acheter une Gibson Firebird avec un manche peinturé à 2000$, j’appelle ça payer pour le look et surtout pour la marque. Ou que dire de la série vintage « neuf mais au look usé » de Fender…

      Remarquez, c’est peut-être un juste retour des choses, après que ces compagnies se soient fait copier à tour de bras dans les années 80 par les Kramer, ESP, Jackson et autres…

    • @ blackened

      Moi ce que je trouve plus désolant, voir déprimant, c’est le marché “vintage”. Vaut mieux acheter une bonne re-issue d’une Gretsch 6120 à 2800$, par exemple, que de payer plus de 6000$ pour une usagé.

      Plusieurs vendeurs font croire que leur vieil instrument est collectionable simplement parce qu’il a 40 ans. Très peu de modèle usagé (vintage) valent vraiment ce qu’on en demande. Et là, on ne parle même pas de la qualité de l’instrument en tant que tel.

    • Ah ça, le look ‘pucké à l’usine’ de Fender est un des grands, grands mystères de l’existence. Qui est LOOSER, simonac, pour s’acheter une guitare wanna-be sixties avec des scratches faites à l’avance ?! Et qui ont l’air fake en plus ?! Estie que c’est jambon comme marché.

      Déjà que les ré-issues, desfois… Je sais pas pour les Gretsch, mais j’ai joué une fois sur une vraie Strat 1962, et une autre fois sur une vraie 1959, et y’a pas à dire, ça vaut peut-être pas les délirants 30,000$ demandés sur la 45e, mais ça vaut pas mal plus que la ré-issue. Ça tient à pas grand chose, une Strat, juste ma ‘77 sonne mille fois plus que ma placide ‘91. Ça se compare même pas !

      Le milieu des guitaristes est très conservateur et un rien fétichiste, et Gibson/Fender l’ont très bien compris.

      Mais mettez Santana sur une merdouille à 100 piasses, et il va sonner comme Santana… Cliché mais c’est le bottom line.

    • @boogie

      Y’a des belles modulations très jazzées dans Beau Dommage. C’est pas l’université de la guitare, mais au moins le Cégep ! Cela dit, les chansonniers ont l’heur de te massacrer un Lam6 en la mineur… Quand c’est pas en do !

      Heureux d’un Printemps, ça va, c’est l’école primaire…

    • @ mikhail
      et les cowboys fringants la maternelle!

      Les personnes qui se payent un kit pokés (je pense que fender/gibson font même de fausses brûlures de cigarettes sur certains modèles pour donner un look plus “rock ‘n roll”) sont probablement les mêmes qui vont s’acheter des jeans déjà troués à 200 $.

      Et ceux qui se payent la Les Paul 59 à un demi million, ben ils ne savent probablement pas jouer. Enfin.. j’ai essayé une PRS à 3000$ sur l’heure du lunch et je ne suis pas devenu Santana comme par magie.

      @ blakened
      l’affaire aussi c’est que si t’achètes une Les paul usagée à 1800$, tu vas pouvoir la revendre à peu près le même prix dans 5 ans. Une location gratuite quoi. Ce ne sera pas la même chose avec une Godin ou une autre marque moins glamour, par exemple.

    • @mikhail_boulgakov

      “Déjà que les ré-issues, des fois… Je sais pas pour les Gretsch”

      J’ai une vielle 6120 datant de 1960 avec les “tresstle bracing”, f hole, etc. J’ai eu la chance de l’acheter dans les années 80. Quand c’était encore abordable. Récemment j’ai essayé une re-issue et des modèles Brian Setzer et, franchement, si j’avais à 10 000 $ à dépenser, je prendrais 2 ou trois re-issue au lieu de tout mettre dans l’achat d’une vielle Gretsch.

      L’an dernier, j’ai vu deux Gretsch à vendre pour 4000$ chacune. Une 6120 de 1966 double cutaway et une Tenessean 1969. Par des détails sur les photos j’ai reconnu deux Gretsch que j’avais vendues dans les années 80(à l’époque pour financer l’achat de celle qui me reste encore). Franchement, je paierais pas 8000$ pour ces guitares. Elle étaient belles, mais la qualité des nouvelles Gretsch est bien meilleure. Faut dire que la Tenessean et la 6120 n’étaient pas des modèles haut de gamme à l’époque.

      Pour Fender, j’ai une re-issue Thinline 1972 MIM. Pas mal pour une (seconde) guitare de 800$. À l’opposé, dans ce cas, l’originale de 1972 d’une de mes amies est bien meilleure. Sauf qu’elle en demanderait au bas mot, 3000$. Je pense que si j’achète une bonne guitare de 2000$ aujourd’hui ça serait un meilleur achat. Ça dépend des modèles sans doute.

      Pour le look “pucké”, je non comprend pas non plus. Quand j’achète un produit neuf je veux pas une maudite égratignure dessus. Je me suis détesté pendant 3 mois quand j’ai à peine accroché ma strat AM deluxe en la déposant dans sa caisse. ;-)

    • @boogie

      “Enfin.. j’ai essayé une PRS à 3000$ sur l’heure du lunch et je ne suis pas devenu Santana comme par magie.”

      Ça c’est en option ;-). Comme les vitres électriques sur une Chevelle 1972.

      Tiens, une corvette 1966 avec fausse puck et peinture grafignée… ça pourrait remonter GM.

    • @setzer

      Y’a une vieille Gretsch Firebird noire début sixties chez Tone sur St-Laurent.

      @boogie

      Les Fringants, c’est pire : on peut entendre l’illetrisme musical pur avec leurs ‘modulations accidentelles’, genre qu’ils modulent sans le savoir, et rien dans l’arrangement suit pour le souligner ! (genre ils passent de ré majeur à fa majeur mais la basse fait stupidement ré/fa, au lieu de profiter du chromatisme fa# (dans le ré) fa. Mettons.

    • @mikhail_boulgakov

      Non, mais ho! Tu veux que je me fasse assassiner par ma blonde ou quoi?

    • C’est devenu Guitar Player ici?…

    • ouin un peu intense “noise experimental” mais c’est ce que j’avais trouvé de mieux pour qualifier les percussions faites avec une baguette de drum et un casque sur la tête et des magazines que l’on déchire les pages.

      Peut-être “experimental drumming”?

    • “experimental drumming”?

      J’ai toujours pensé que le gars qui tapait avec ses baguettes de drum un peu partout tandis que ses chums changeaient d’instruments à chaque pièce camouflait son manque de polyvalence par une énergie débordante et ma foi fort sympa. D’ailleurs, AF ne doit-il pas d’abord et avant tout sa renommée à la performance live plutôt que studio?

      The Suburbs… Qui aurait cru qu’AF aurait pu accoucher d’un 3e album aussi surprenant que Funeral? Je sais que AF a une rayonnance plus mondiale que la plupart des groupes québécois, n’empêche… Qui au Québec a pondu un chef d’oeuvre au 3e album après avoir sorti un permier album à la fois succès d’estime et populaire? Vite comme ça, je ne vois qu’Harmonium. Fa que… AF, album sympa, sans plus, sans surprise non plus. Et allons les voir en show.

    • Est-ce que quelqu’un sait si Paul McCartney joue encore avec son instrument de l’ère Beatles? Vu de loin, le look fait vieillot.

    • Ou, plutôt, le look fait classique.

    • Wow! Depuis le 3 août que ce blogue est sur Arcade Fire. Espérons que tout a été dit et tout a été examiné de long en large, de bas en haut, de gauche à droite, de devant et de derrière. Parce que là, parce que là là, parce là là là. Wow!!!!

      P.S. Patrick Normand forever.

    • @atchoum

      Oui, McCartney joue toujours avec sa basse Hofner ‘violin’ modèle 1962. La même qu’il a utilisée pour à peu près tous les albums des Beatles. On dit qu’il a encore un set list de collé dessus avec Twist and Shout et tout !

      Et quand il a fait Blackbird sur les Plaines, c’était la même droitière à l’envers que pour la take originale.

      Les artistes peuvent parfois ’sticker’ longtemps avec le même instrument. On pense à la Black Strat de Gilmour. Dans U23D, on reconnaît la Gibson Explorer qui a servi à enregistrer Boy (et U2-3 en 1978) ainsi que la Strat seventies de Red Rocks.

      @ghost

      On profite de l’occasion pour jaser boutique un peu. Derrière tout ce qui sous-tend les modes et le emo, il y a des outils, et la façon de s’en servir. Sur AF l’essentiel est relativement vite dit. En toute justice, c’est leur album le plus guitaristiquement intéressant, même si décidément le karma de ce band est de pomper le son Hotel2Tango sans lui donner le mérite qui lui revient…

    • Je serais curieux de vous entendre sur qui sont ou ont été les grands maîtres du “feedback”? Jimi Hendrix? Pete Townshend? Adrian Belew? …

      J’ai réécouté de vieux albums de David Torn et, ce que ce gars là fait avec un feedback contrôlé au quart de ton et une wah-wah est absolument fantastique; j’avais oublié. Voir What Means Solid Traveler…

    • Arcade Fire…

      bon nom de groupe…

      cela dit depuis la parution de Funeral…je ne fais que constater une bande de lurons pas trop joyeux…qui aspirent à faire de la critique sociale mystico-banlieusarde…au travers la musique POP…édulcoré par des influences qui transpirent tellement de BOWIE mais en plus pâle…
      que le groupe est comme beaucoup pour flirter avec l’îcone de BOWIE qui est déjà réputé d’être un compositeur pop qui peut à lui seul rivaliser avec le tandem Lennon-McCartney…

      difficle de ne pas brusquement interchanger pour des Disques de BOWIE…tellement les élèves ne dépassent pas le Maître

      pour moi aussi faire de la musique qui ressemble à ce qui a déjà été approché…est aussi signe et malaise de notre époque…youtubiste…

      Je peux cependant dire que les arrangements sont plus intéressant qu’avant avec ce dernier opus…mais c’est tout ce que je peux leur accorder de bon…

      Je préfère The Roots qui eux cherchent à créer de nouvelles sonorité en accord avec leur époque… sans renier leur propre allégence d’antan…Leur dernier disque est beaucoup plus fort comme oeuvre charnière de notre époque actuelle…

      et je sais qu’on va parler de cet ablum là dans 20ans

      pas sûr qu’on parlera d’Arcade Fire à ce point comme on le fait…

      Je me rappel aussi qu’à Montréal existait des groupes beaucoup plus solide et évolué que les Arcades Fire…

      un exemple Jazz Pharmacy…groupe qui aurait pu emmener la planète entière à chaque envolée sonnore…

      On peut dire alors que si les acolytes de Jazz Pharmacy n’ont pu préserver l’existence du groupe au delà de certains de leur égos…

      on voit que le succès d’Arcade Fire réside dans le fait que tous l’ensemble se range derrière le Wim Butler sans leur égo…mise à part celui de Wim

      selon moi…la pop du future sera celle maîtrisé par les groupes qui feront de solide alliages de tous les styles de musique existant…absoluement tout…avec autan de chasé croisé avec le côté ethnique qu’électronique…

      une musique que visiblement ne Cultive pas Arcade Fire…

      On ne sent pas par ex…personne dans les rangs digne d’un Roger Waters qui trafic des sons avec des machines en les alliants très bien dans le son organique pour donner des accents futuristes…

      ce genre de pratique n’est pas le lot d’Arcade Fire et si BEAST traffic ce genre d’arrangements sonnore on ne peut que constater les limittes à bien maîtriser ces alliages…

      Mais je dirais au moins Chapeaux pour oser essayer…dans un son qui est plus d’actulités et plus internationnales

      Par contre BEAST ne sais pas composé encore des ligne mélodique forte au sens de la POP

      ce qui nous force à conclure …

      Que Montréal recèle sûrement un groupe qqpart en secret qui cultive la musique de Demain…
      celle du future…

      que déjà les oreilles cherchent à entendre…en attendant la fin du monde

      peace
      R

    • @rafc
      ”Je serais curieux de vous entendre sur qui sont ou ont été les grands maîtres du “feedback”? ”

      Jesus and Mary Chain

    • http://www.youtube.com/watch?v=noeTCf8PLuc

    • @francis222

      Les maîtres du fuzz aussi !

    • Mike Patton n’a pas déjà fait une “étude” pour feedbacks à Victo? Paraît que c’était pas mal poche et assez insupportable (h.s. mais j’aime bien le dernier de Patton; des chansons italiennes sur le 220, avec des petites effluves de Mr Bungle. J’adore le kitsch/trash de ce genre d’exercice qui ne révolutionne rien mais se prend bien).

      Pour revenir aux feedbacks, un gars comme Steve Vai serait probablement capable de sortir les variations Goldberg en harmoniques feedbackées. Mais ça serait un autre trick de cirque un peu ennuyant.

      Donc Hendrix reste le maître à mes yeux, il possède le copyright.

      En deuxième place, un chum qui jouait avec moi au secondaire, qui branchait sa guitare acoustique dans un fuzz et un ampli très très cheapette (sans compter le pickup add-on à 2$). Des feedbacks impossibles et incontrôlables, qui expliquent peut-être en partie que mon oreille droite ait parfois tendance à gricher.

    • @enweilldon
      “P.S. Patrick Normand forever”
      J’ai vu dans le cahier voyage qu’une cie organisait une croisière d’une semaine avec Patrick à bord, en spectacle à chaque soir. À ne pas manquer!

    • Sur ‘Love or Confusion’ (1967) Hendrix fait une track entière d’accompagnement de 3 minutes sur un seul feedback à la tonique continu, qu’il accentue de coup de ‘bar’ (justes, évidemment) pour souligner les changements d’accords. Magistral et indépassé.

      Sur le live de Machine Gun il peint carrément des fresques dignes de Guernica avec du feed de salle noyé dans le reverb et le univibe. Glaçant et… inégalé.

      Que dire du sustain feedbacké à Woodstock dans ‘Woodstock Improvisation + Star Spangled’ (version longue) ? À la limite de la cassure, hallucinant de virtuosité.

      Copyright, non. Il y en a sur ‘Blues in D natural’ (1958) et d’aucuns avancent que ce fut une grosse influence sur Hendrix, qui avait 16 ans quand c’est sorti.

      Mais le plus drôle, c’est que durant les sessions à la BBC, un ingénieur en sarau et lunettes NASA et venu voir Hendrix, voltmètre en main, et lui a dit de son plus grand sérieux brit : « Sir, you amp is feedbacking’.

    • @ mikhail
      il y a, avec la réédition de AYE qui est sortie cette année, un petit dvd qui montre Eddie Kramer devant sa console, qui s’amuse à faire entendre quelques tracks individuelles de Are you experienced. C’est pas long mais wow… Tu vois les yeux du gars qui brillent.

    • @boogie

      Kramer est responsable d’au moins 50% du ‘tone’ légendaire de Hendrix. C’est le son typique d’une guit déjà ‘hot’ qui arrive ‘à chaud’ sur le tape, avec les vu-mètre à +5. Je sais, ça m’est arrivé une fois par accident, et ça donnait exactement sur genre de sibillance et de saturation compressée.

      L’EQ de la console y est pour beaucoup aussi, et Kramer est un maître. Plus ses stereo flange, etc., réalisés à même la bande magnétique.

      Ma théorie est que si Hendrix était resté au Café Wha en octobre 1966, il serait passé dans le tordeur de l’histoire. Sans le psychédélisme Brit et l’expertise de Kramer, il aurait été juste un joueur de R&B un peu fêlé, un génie manqué qui n’aurait jamais trouvé son ‘accoucheur’.

    • @ Boogie

      J’y étais, à cette fameuse étude de feedback de Patton, et heureusement que j’avais des bouchons! Il a vidé la moitié de la salle en moins de temps qu’il fallait pour dire “ayoye, mes oreilles”. Mettons qu’en terme de subversion, le trio Zorn/Reed/Anderson peut aller se rhabiller!!! Et personne n’en a fait grand état. Comme quoi, d’un festival à l’autre, tout est question de culture…

      Et il n’y avait pas de guitare impliquée. Juste 16 micros branchés dans une console de laquelle sortaient 6 Fender Twin… Il a placé deux micros devant chaque ampli et ouvert les valves. Je le répète: Ayoye.

    • @blackened

      Calvaire, c’est brutal.

    • Tellement brutal que je sais plus compter: C’était 8 Fender Twin.

      Le plus hilarant, c’est que Radio-Canada a enregistré le concert et l’a diffusé. J’ai encore le tape de ça…

    • On se doutait que c’était ça ou 12 micros.

      En fait, c’est parfaitement débile comme affaire, des mikes ça produit des larsen dénués du moindre iota de musicalité… Complètement pitchless, à 8 en plus?! Si le PA était moindrement costaud, c’est carrrément des plans pour blesser du monde. C’est de l’imposture en bonne et due forme. On peut aussi flusher 8 bécosses et appeler ça de l’art… D’ailleurs, quand on pisse dans de l’alu, ça fait un son flangé de type comb-filter… (authentique).

      Un vrai beau feed bien maîtrisé c’est carrément crémeux comme son, même c’est un sifflement qui se rapproche de la structure même de la quintessence de l’oscillation électronique qu’on retrouve dans l’onde Martenot.

      Mais le mot clef est : maîtrisé. L’art sans maîtrise, c’est de la fucking imposture.

    • Chere Boulga,
      J’ai l’impression à te lire que tu n’es pas au courant que le XXe siècle a existé.

    • Oups, CHER, je veux dire.

    • @francis

      Le bruitisme des Varèse et Xenakis, les toiles (insérez le nom j’y connais rien) abstraites, ça requiert de la maîtrise. Même beaucoup plus que pour dessiner une vache et jouer À la Claire Fontaine.

      Jouer ‘anarchy in the UK’, ça requiert une ‘maîtrise’. Minimale, mais réelle.

      Mais ploguer 8 twins dans une console et admirer béatement le chaos engendré, c’est de la fucking imposture. Ou ‘performance art’ mais c’est la même affaire. Le XXe siècle ne se résume pas à de tels étalage de cynisme.

    • Les huit Twins emplissaient l’aréna en masse, nul besoin de PA… Y avait une forme de contrôle des fréquences via la console, mais rien de bien subtil.

      J’ai rien contre ce genre d’imposture, tout dépend de la valeur qu’on lui accorde. Y avait quand même quelques cons qui sortaient de là tout ébahis…

    • Le critère dans tout ça, c’est: est-ce que quelqu’un l’a fait avant? Si la réponse est non, alors c’est légitime. Con de même.

    • @boogie

      C’est un peu la même chose pour le fameux carré blanc sur fond blanc. “Ben voyons, n’importe qui est capable de faire ça !” Peut-être, sauf qu’il y a pensé avant toi.

    • @mikhail_boulgakov

      concernant le ”pompage” H2T de Arcade Fire, il faut dire que Howard Bilerman était derrières les consoles et il à également joué du drum sur le premier album. Il est donc normal que ce fameux studio et les techniques qui y sont utilisées ont eu une influence sur le groupe.

    • @Boulga
      Allez, un peu de sérieux. Je suis bien d’accord pour Varèse ou Xenakiss, mais quelle maitrise exige ”4:33” de John Cage, l’urinoir de Duchamp, ou pour reprendre l’exemple plus haut, ”Carré blanc sur fond blanc”? Il s’agit de certaines des oeuvres les plus significatives du XXe siècle et pourtant aucune ”maitrise” n’a été requise à leur création, si ce n’est la maitrise de la connaissance du champ dans lequel elle s’inscrive. Il n’y a aucune maitrise technicienne dans ces oeuvres, seulement une idée géniale.

      S.V.P, qu’on ne vienne pas me dire que le silence dans 4:33 est maitrisé! Que c’est meilleur quand John Cage joue cette pièce que quand c’est moi, allons…

      Le problème de Paton, ce n’est pas vraiment de ne pas avoir su maitriser les feedbacks de façon à leur donner une forme plus ”musicale”, mais plutôt d’avoir mis en scène une idée qui n’est pas vraiment intéressante à la base.

    • @ francis222

      L’idée n’était pas dénudée d’intérêt, mais Patton aurait pu polir le concept un peu avant de l’amener dans un aréna, devant quelques centaines de personnes… Mais bon, c’est Patton, capable du meilleur comme du pire et de toute la subversion qui vient avec.

    • @francis

      Je vieux bien descendre d’un cran et parler de ‘fumisterie’. Et ça inlut 4:33, qui n’est pas une des ‘oeuvres les plus significatives du XXe siècle’ faut pas charrier… Et le terme ‘génie’ est pas mal galvaudé dans ce cas. Laissons ça à Miles.

      Et qui dit que dans un XXIIIe siècle néo-classiciste ou que sais-je, on ne se gaussera pas de ce siècle de fumistes ?

      Le ‘jusqu’où’ comme objectif artistique en soi, c’est bien puéril. Devraient faire du limbo : ‘how low can you go, how low can you go…’

    • Patton se présente à Victo avec un show qui s’appelle étude pour feedbacks… Déjà, ça sonne prétentieux et ça n’augure rien de bon: le gars est chanteur (de très grand talent), il fait dans le rock un peu expériemental mais rien de crackpot et c’est pour ça qu’il est reconnu.

      Cependant on ne peut pas vraiment parler d’imposture et de cynisme, comme dans le cas de Reed/Zorn/Anderson. Son marketing était clair et le contexte pour ce show était le bon (victo). Ceux qui se sont présentés là en pensant qu’il allait entendre This is it ou d’autres tounes de Faith no more étaient très inconscients ou ben très stones.

    • “how low can you go”, c’est l’objectif de ben des “nu metal” avec des drop tuning toujours toujours plus bas!

    • Je n’ai pas dit que Cage était un génie, mais qu’il avait eu une idée géniale. Dans le contexte où cette idée est née, on parle de quelque chose de très significatif et de très parlant sur l’aventure musical du XXe siècle.

      À un niveau purement historique, oui, il s’agit de quelque chose de significatif. Au niveau musical, bien entendu, c’est autre chose. Mais c’est précisément ce qui rend cette pièce significative : qu’un morceau sans intérêt musical (et même sans musique) puisse être consciemment composé comme tel, c’est très révélateur sur une époque et sur l’état de la musique de pointe à cette époque. Alors, oui, c’est significatif.

      Quand on se demande ”pourquoi” Cage arrive avec cette idée, c’est à ce moment qu’elle devient intéressante. Se demander si c’est bon ou pas en terme musical (et conclure à ce chapitre au génie ou au contraire à la fumisterie), c’est être complètement à côté de la track.

    • À ce sujet, quelque chose d’assez drôle:

      ”In July 2002, composer Mike Batt was accused of copyright infringement by the estate of John Cage after crediting his track “A Minute’s Silence” as being written by “Batt/Cage”. Batt initially vowed to fight the suit, even going so far as to claim that his piece is “a much better silent piece. I have been able to say in one minute what Cage could only say in four minutes and thirty-three seconds.” Batt told The Independent that “My silence is original silence, not a quotation from his silence.” Batt eventually settled out of court for an undisclosed six figure sum in September 2002.”

    • @francis

      Je suis bien au courant de ces nuances mais c’est précisément quand il faut aller voir la démarche d’un artisite pour apprécier son art (ou même que cette démarche contextualisée est le seul intérêt, puisque la création per se n’en n’en a pas) qu’on commence à définir ce qu’est la fumisterie.

      Faites jouer 4:33 à Mozart et il va vous flanquer une ruade. Faites-lui jouer du Herbie Hancock et ça risque de lui donner des idées.

    • À quand un blogue d’au moins un mois sur toutes les facettes, les détails, les coins et recoins, les fameuses phrases dites pendant et tout, mais tout tout tout tout les évènements de la carrière de:

      PATRICK NORMAND

      Signé: un fan fini. Mais vraiment fini. Presque à l’agonie.

    • @enweilledon

      Peut-être quand vous apprendrez à l’écrire correctement ?

      http://www.qim.com/artistes/biographie.asp?artistid=148

    • Il y a longtemps qu’on ne réduit plus l’art à la simple maîtrise technique. Si la démarche présente un questionnement intéressant sur l’art, je ne qualifierais pas ça de fumisterie, ça change de ceux qui n’en ont aucune (de démarche). Des gars comme Cage ou Duchamp sont des artistes accomplis qui ont réalisé autre chose avant de repousser les limites de ce que le sens commun appelle de l’art. L’exemple de Mozart n’est pas bon selon moi, il lui manquerait trois siècles de bagage pour comprendre, même Herbie Hancock il trouverait que c’est du bruit. Cela dit, il est vrai que l’art contemporain souffre d’un certain essouflement, il est difficile d’aller plus loin dans le nihilisme que l’urinoir de Duchamp et on a fait pas mal le tour en matière de bruitisme ou d’assemblage de détritus.

    • @ mikhail
      ” c’est précisément quand il faut aller voir la démarche d’un artisite pour apprécier son art (ou même que cette démarche contextualisée est le seul intérêt, puisque la création per se n’en n’en a pas) qu’on commence à définir ce qu’est la fumisterie.”

      Des plans pour fermer la faculté des arts de l’UQAM demain matin, là où la démarche est TOUT.

    • Moi je n’ai pas le goût d’entendre 4:33 mais j’aime en entendre parler. C’est ça l’art contemporain, pas besoin de le voir ou de l’entendre. L’important n’est pas de voir mais de savoir que ça été fait… Ahhh wouen, y afait ça? malade..

    • @Boulga
      Mais en quoi cela est-il de la fumisterie?
      Et surtout, QUI considère qu’il s’agit de fumisterie?

    • MOI je considère que c’est de la fumisterie, et je me considère suffisant comme caution.

      D’ailleurs, je suis sûr qu’on est une gang à penser pareil (je soupçconne que ça fédère le mononc’ qui y comprend rien et l’artiste de pointe qui s’en est lassé), mais quand même bien serais-je le seul au monde, je me suffirais !

      D’ailleurs, j’en ai vu 5 beaux fumistes, hier. Misteur Valaire. 95% du show sort d’un laptop, et ils sont là à faire semblant de jouer sur scène, l’un à changer des vinyles qu’on entend pas, l’autre à faire des lignes de basses inexistantes, l’autre à faire chik-chik sur une cymbalette pas mikée… Le drummer arrête et le beat continue… Ah si, on souffle une tonique et une tierce dans une trompette full reverb.

      Désolé si je suis old-school là-dessus, les laptops c’est bien pratique pour ajouter un sample ici et là, mais play yer fucking guitar… À m’ment donné, les clowns, ça va faire.

    • C’est vrai, mais il y a eu un moment de vraie magie à Misteur Valaire: ils jouaient un truc répétitif puis ils sont venus faire des danser un continental en avant, puis sont retourné jouer de leur instrument, vachement impliqués, sans jamais, pendant toute cette séquence, que la musique ne change!!! Thaumaturges!

    • Mais c’est clair que l’art conceptuel, c’est devenu un cul de sac. Mais il faut reconnaitre l’importance de ça dans le siècle. Tout est une question de contexte.

      C’est justement pour ça qu’on ne peut prendre l’exemple de Misteur Valaire pour réfuter l’intérêt de la démarche de John Cage. On est pas dans le même degré de fumisterie!

      Mais les gars, y se passe rien à Québec pour aller voir ça ou quoi? What’s next? La Patère Rose?

    • Entre les hipsters qui disent qu’il faut voir machin et les anti-hipters (en fait des hipsters au carré) qui disent qu’il faut pas aller voir machin, je préfère aller me faire mon opinion par moi-même, surtout quand c’est gratis. Or donc: beau petit mélange sympa de samples à écouter chez soi en passant la balayeuse (avec une bille dedans pour faire du flange 100% naturel) mais en show c’est de l’arnaque pur jus.

      Et puis, il faut suivre les copines. D’ailleurs l’une, courroucée de nous entendre se gausser des comédiens sur la scène, nous a répondu: “Ben voyons, ils sont 5 su’l stage, i’ peuvent pas tout faire”.

    • Sur Cage, je ne me prononcerai pas, je n’y connais rien. Mais il est clair que c’est du matantisme agravé que de croire que toute oeuvre demande une maîtrise technique. La pissotière de Duchamp est aux oeuvres classiques ce que les échecs sont aux sports (pas beaucoup de sueur, beaucoup de causa mentale).

    • Une bille insérée dans une balayeuse produit du flange 100 % naturel?

    • À mon sens, une oeuvre est un coup de poing, un coup de foudre. On ressent. Quiconque écoute Machine Gun de Hendrix n’a pas besoin de se faire expliquer, situer le contexte ou avoir besoin d’une heure de note pour ressentir ce qui se passe. Même chose pour 1812. Et dépendemment de nos connaissances, notre réaction pourra se limiter à j’aime/j’aime pas. Mas il y aura eu émotion.
      .
      Maintenant, présenter un pot de yogourt écrasé avec un peu de crasse des rues empoussiéré dessus comme étant un exemple de la décadence capitalo-occidentalo-montréalo-québécoise ce n’est pas de l’art. C’est au mieux n’importe quoi et au pire de l’arnaque.

    • Ainsi tout ceux qui ont une opinion sur les hipsters en sont de facto? Ça ne me laisse pas beaucoup de chance.

      Par ailleurs, c’est loin d’être facile de jouer 4:33 comme en témoigne cet interprète qui de toute évidence maitrise très bien sa technique.

      http://www.youtube.com/watch?v=8LJFJyvZA94

    • “On est pas dans le même degré de fumisterie!”

      C’est patent. Je sais l’importance (et même la valeur) historique de ce genre de chose, genre ‘on est rendu-là’. Mais moi l’art-limbo, c’est juste pas trop mon truc. D’ailleurs s’est un peu passé cette mode-là.

      Et oui, une génération complète semble avoir oublié ce que trois gars peuvent faire avec un piano, une batterie et une contrebasse.

      @boogie

      Ghost me pique quelques idées de façon ostentatoire parce qu’il me fait parfois le reproche que je lui pique les siennes.

      Prend une bille d’acier dans un tuyau de balayeuse tavelé (débranchée !) fais le rouler dedans, colle l’oreille, et oui, ça fait un effet de flange à cause du doppler du mouvement combiné à l’écho. C’est dans la famille des ‘comb-filter’ mais oui, c’est flangé à mort comme son !

    • Ben non, Francis, je ne parlais pas de toi.

      Boogie, oui, une bille dans le tuyau.

    • Boulga, ce n’est pas une idée volée, mais une blague subtile envers Misteure Valaire. Du reste, je l’avais déjà remarqué.

    • “C’est au mieux n’importe quoi et au pire de l’arnaque.”

      C’est au mieux un cliché.

    • @Atchoum
      Bien entendu qu’il y a de la dérive et de l’arnaque quand la logique de la conceptualisation est vidée de son sens et ne repose sur rien.

      Mais c’est un raisonnement très primaire que de croire qu’une oeuvre comme 4:33 ne procure pas d’émotion. L’irritation que beaucoup ressente face à ça, c’est une émotion! Même chose pour l’urinoir de Duchamp. Quand des gens crient au scandale et à la fumisterie en expérimentant une oeuvre d’art, c’est qu’il se passe quelque chose au niveau émotif.

      Et si tu as besoin d’une heure de note pour ressentir quelque chose en ”écoutant” 4:33, y a un gros problème! C’ets juste que cet oeuvre devient encore plus intéressante quand tu commences à t’interroger sur sa signification.

    • @Boulga
      Mais c’est certain que c’est passé de mode, ce qui ne veut pas dire que tout ça n’a pas une importance dans l’histoire de l’art du XXe siècle et surtout que ce n’a pas été trop loin. Mais je signale que du côté de la maitrise, on est aussi passé de Djengo à UZEB. Ce n’est guère mieux.

      Et en passant, à moins que tu fréquentes le cercle des amis d’Edgar Fruitier, je ne suis pas certain que Mozart est très à la mode non plus.

    • @ boulga
      Il t’a aussi piqué l’idée de partir d’ici pour mieux revenir! facile…
      J’essaye ça ce soir avec ma balayeuse Euro-machin. Si ça fonctionne, je propose un set pour Victo l’an prochain: Étude pour vacuum.

      @ francis
      De Django à Uzeb? Je ne vois pas le rapport, personne n’a dit que Uzeb était le terminus dans le domaine de la maîtrise. Tien en métal “maîtrisé”, on est passé de Sabbath à Mastodon et Lamb of god. Pas si mal. Et en guitare jazz, de Django à Lagrene, Scofield, McLaughlin et cie. Pas de régression en vue là non plus.

      Enfin, moi je suis d’accord avec toi et même si je ne suis pas consommateur d’art conceptuel, je suis plutôt sympathique à toute cette mouvance. 4:33, je trouve ça génial. Et ton explication de l’émotion provoquée par des trucs scandaleux vise en plein dans le mille.

    • @boogie

      Bin ouais, toi tu gosseras un tuyau de balayeuse miké en stéréo à chaque bout, moi je pissera dans un urinoir en alu, on flangera les flange naturel dans un troisième flange naturel (une première sauf erreur) et trois ou quatre couillons crieront au génie et aux limites repoussées. Puis un prof d’université glosera sur notre démarche post-machin-néo-truc, et en plus on encaissera un chèque. Whoa.

    • @Boogie
      Je dis simplement qui si tu ne fais que citer les pires exemples, tu arrives avec une vision biaisée. C’est comme si tu essaies de me convaincre que la maitrise d’un instrument, ça peut-être intéressant (Djengo) pis que je te sors UZEB pour te prouver le contraire. Les courants artistiques ne se résument pas qu’à leurs abus.

    • Et si je sors UZEB, c’est pour montrer que la maitrise aussi, ça peut être de la fumisterie.

      UZEB ne me procure pas plus d’émotion que le plus stupide et prétentieux des artistes conceptuels.

    • Où est Alain? Encore en vacances? C’est lui qui a la meilleure job.

    • @ francis
      tu vas probablement dire que je ne sais pas lire et que je ne comprends rien mais je me permet de te tirer la pipe et de te citer quand même (avec une légère modification).

      “Mais c’est un raisonnement très primaire que de croire qu’une oeuvre comme UZEB CLUB ou Noisy Night ne procure pas d’émotion. L’irritation que beaucoup ressente face à ça, c’est une émotion! Même chose pour l’urinoir de Duchamp. Quand des gens crient au scandale et à la fumisterie en expérimentant une oeuvre d’art, c’est qu’il se passe quelque chose au niveau émotif.”

    • Je comprends ce que tu veux dire, mais ça ne m’irrite pas et ça ne me procure aucune émotion. C’est le vide.

      L’autre chose c’est que les intentions sont complètement différentes.

    • … en ce sens, UZEB n’est pas comme Duchamp en son temps, mais plutôt comme les artistes conceptuels actuels qui se noient sous des concepts vides. `

      Arts conceptuels Musique
      —————— —————————–
      Duchamp = Djengo/Miles etc.
      Uqamiens conceptuels
      vides = UZEB

    • Oups, tableau n’a pas tenu le coup, mais résumons:

      Duchamp = Miles/Djengo, etc. = ÉMOTIONS
      UZEB = Artistes uqamiens avec démarches verbeuses mais vides = indifférence

    • “Il t’a aussi piqué l’idée de partir d’ici pour mieux revenir! facile…”

      C’est la rentrée, non? En fait je ne suis jamais parti et je ne suis surtout pas revenu. Je vais où ça me chante, nuance. Ce n’est quand même pas le Vatican ici et je ne suis le Cardinal Ouellet.

      Sinon, pour pouvoir trancher oeuvre d’art/fumisterie, il faudrait déjà s’entendre sur des critères absolus, choses introuvables (et la maîtrise n’en est certainement pas un, c’est triste de rappeler une évidence). Mieux, il faudrait s’entendre sur l’idée même de l’art (les conceptions sur l’art ont beaucoup bougé des artefacts religieux aux modernismes, du culte à la culture). Or, des oeuvres comme les ready-made ou 4:33 ont justement pour but de remettre en conception l’idée même de l’art (tel que la bourgeoisie l’a pensé depuis l’âge classique). Ce sont des oeuvres méta-esthétiques, en quelque sorte. Ces oeuvres passionnent d’ailleurs les philosophes depuis et toutes personnes qui ne s’arrêtent pas aux idées classicistes ou plus simplement petites-bourgeoises.

      J’ai vu une scène magnifique dans La maison de Maxime Lapierre. La designer va avec le beau Maxime dans une galerie d’art. Notre joueur préféré tombe sur une croûte très kitsh représentant un gros taureau bien couillu et grogne: “C’est moi ça, ça me représente”. Plus tard, sur la terrasse de la Maison, la designer émue: “Si j’ai réussi une chose durant cette émission, t’intéresser à l’art, je me dis que j’ai rempli ma mission”.

      J’ai versé une larme. Finalement, à la fin, tous les amis joueurs s’extasient sur une nouvelle toilette de Maxime, une oeuvre d’art technologique (le couvercle s’ouvre et se referme comme le futur toit du stade) que n’aurait pas reniée R. Mutt (alias Duchamp).

    • ^^^^d’accord avec tout ça.

    • Mon idée de départ c’est de dire que fumisterie ou non, ces oeuvres sont aussi crucial pour comprendre l’art au XXe siècle que Miles peut l’être. Ce n’est pas une question de génie, mais d’éclairage. Et ce n’est évidemment pas une question de maitrise.

    • Si Duchamp ou Cage n’avait créé que ces oeuvres, on pourrait parler de fumiste (de génie) mais c’est très loin d’être le cas (enfin, pour Duchamp que je connais mieux). L’art c’est ce que fabrique les artistes (statut que fait exister un certains nombres d’institutions sociales qui ont beaucoup variées avec le temps).

    • Cage a fait beaucoup d’autres choses. Entre autre sa musique pour Piano préparé où il insère des pièces de métal entre et autour des cordes, donnant ainsi des sons percussifs et métalliques et des compositions qui ont quelque chose de vaguement oriental. Et comme les pièces métalliques ne sont pas fixes, tout ça laisse de la place au hasard (un élément important dans sa démarche).

      Son influence sur la musique pop doit être prise en considération, par ailleurs, puisqu’il collabore avec John Cale peut avant que celui-ci joigne le Velvet.

      Et pour boucler la boucle, il a aussi composé ”Music for Marcel Duchamp”.

    • Cale qui faisait des ready-destruct en démolissant des pianos avec un marteau-piqueur.

    • @ francis
      Fair enough. Mais tu permets que je te cite une deuxième fois, en date du 5 février 2010?
      “Uzeb, c’est toellement stérile (dans le sens de dénué de toute impureté) que s’en est inquiétant.”
      L’inquiétude est-elle une émotion?

      Bon j’arrête, il est vrai que l’intention de uzeb n’est pas d’inquiéter! Mais j’ai bien aimé uzeb jadis, c’est pourquoi je picosse de même.

      Et merci Ghost pour ce post fort intéressant. En attendant la suite.

    • On ne peut s’entendre sur les critières (mais on déclare ex cathedra que la maîtrise n’en est pas un, tiens donc!), on ne peut définir l’art… Alors du coup, anything goes.

      Ce qui est pénible de ce genre de relativisme c’est qu’on ne peut pas le contredire, puisque c’est une avocasserie intellectuelle si bien ficelée… Mais puérile. Pcq selon ce paradigme à la noix, tout est art, même le bruit que je fais en me grattant le …

    • Fouiller mes réponses jusqu’en avril pour tenter de me prendre en défaut dans une toute autre discussion, ça fait quasiment peur.

      Trouver une toune plate et stérile, ce n’est pas comme être choqué parce qu’on trouve qu’une démarche ”n’est pas de l’art”. Des gens sont sortis de la première 4: 33 parce qu’ils étaient scandalisés que l’art en soit rendu là.

      Si je ne vais pas voir UZEB, ce n’est pas parce que ça me répugne ou me scandalise, mais simplement parce que ça m’ennuit. Je ne dirai pas ”ce n’est pas de l’art” ou ”ce n’est pas de la musique”.

      Et quand je dis ‘’s’en est presque inquiétant”, c’est une figure de style! Crois-tu vraiment que je sois inquiet!

      Ne pas aimer 4:33, ce n’est pas une question de goût et là réside l’intérêt de la chose. C’est précisément parce que le débat sur la validité de cette oeuvre se déroule sur un tout autre terrain que ça devient intéressant.

      Ne pas aimer UZEB, ça ne m’amène pas à me demander si c’est du jazz ou non.

    • Je ne dis pas que la maîtrise n’est pas un critère valable, je dis simplement que ce n’est pas un critère absolue au nom de quoi juger ce qui est de l’art ou pas. Ou alors il faudrait juger artistique tout objet qui demande un certain savoir-faire, ce qui évidemment absurde.

      L’idée de maîtrise vient du statut de maître (et son corollaire, les élèves), liée historiquement aux académies. Or l’art moderne s’est construite justement sur la négation des normes académiques en donnant la part belle aux esquisses, aux ratages, au collage, aux ready-made, à l’inconscient, etc. Des artistes comme Warhol ou Kraftwerk sont même allés jusqu’à nier l’idée même de sujet créateur en laissant la place aux machines.

      Le critère dernier c’est la pensée. Quand Kraftwerk laisse des robots jouer à leur place, il y a une pensée profonde sur l’automatisation de l’art, sur la robotisation de l’humain. Quand Misteure Valaire fait semblant de jouer, il n’y a que de l’arnaque pour les gogos. Mais la pensée ce n’est pas un artiste de l’UQAM qui fait du blabla sur son oeuvre; une pensée peut naître d’une émotion violente.

    • Francis n’aieS pas peur, je me souvenais que tu avais déjà planté uzeb, j’ai tapé uzeb et francis222 dans google et voilà 2 secondes plus tard je trouve. je ne suis pas psychopathe! pas tout à fait…

    • Si un faussaire reproduit la Jaconde à la perfection, cela prend bien sûr un maîtrise absolue. Bien entendu, personne ne dira que c’est de l’art valable alors qu’on trouvera que l’art naïf de Douanier Rousseau en est. La Jaconde a un statut d’art que parce que c’est Léonard qui l’a peint. Duchamp pousse à repenser tout cela en signant un objet usuel et il a eu raison car en voulant remettre en question la notion d’art il a créé une oeuvre aujourd’hui exposée au musée.

      Pour la musique, c’est différent, car un musicien qui reproduit à la perfection une partition on ne dira pas que c’est un faussaire. L’oeuvre c’est la partition et l’interprétation. Ce qui est d’autant plus intéressant quand il n’y a rien à jouer. Le rock c’est encore autre chose car on ne considère pas qu’un groupe-hommage fait de l’art mais de la reconstitution: l’interprétation n’est pas au fondement ontologique du rock, puisque l’oeuvre d’art n’est pas la partition mais le disque produit.

    • @Boogie
      Le plus navrant n’est pas que tu fasses ce type de recherche, mais qu’à chaque fois que je participe ici à un ”débat”, ton idée n’est pas d’y participer, mais de chercher des contradictions dans mon discours, ce que tu aimes appeler ”picosser”, terme sympathique qui t’évite probablement te réaliser la médiocrité de pareils actions.

      J’ai un grande nouvelle pour toi : TOUT ce que je dis peut être contredit par des paroles que j’ai dit à un autre moment dans ma vie, dans un autre contexte. Si tu veux, je te fournis l’intégrale des mes paroles depuis l’âge de 5 ans, tu vas t’amuser : ”Aille, tu as déjà dit que le rouge était ta couleur préférée, mais là tu dis que c’est jaune”.

      Sans envergure.

    • oooohhh la pôovre victime… Que tu manques d’humour. Tu traites tout le monde et son frère d’imbécile, tu crois posséder LA vérité mais tu n’es pas capable d’encaisser le moindre sarcasme.
      Limbo.

    • Je ne suis pas victime. Juste fatigué. Fais autre chose, c’est tout. Trouves-toi d’autre fixation.

    • Allons, allons les enfants…

      @ghost

      Oui, ce sont des nuances intéressantes.

    • Non mais de Arcade Fire à John Cage dans le même blogue. Le blogueur en chef va être flabbergasté à son retour! Tout ça à cause d’une histoire de feedback…

      Triste que Misteur Valaire soient rendus aussi ternes en concert. Je les avais vus il y a quelques années et me semble que la performance n’avait pas été déplaisante. Peut-être que flirter dans le grand monde leur a fait enfler la tête… D’autant plus plate que Golden Bombay est quand même agréable, comme album.

      Pour l’art conceptuel, je dirais que oui, anything goes. La question pour moi, c’est quelle valeur on lui attribue? Tout le monde peut essayer des affaires car en bout de ligne, ça finit par faire avancer l’art. Mais quand on crie au génie à tout bout de champ, c’est là que je décroche. Me semble qu’on peut se garder une petite gêne et attendre quelques années, de façon à voir comment l’oeuvre s’inscrit dans l’histoire, l’influence qu’elle aura eu sur les artistes qui vont suivre…

    • Pour ma part, je n’ai jamais entendu crier au génie pour une oeuvre d’art conceptuel réalisée dans les 40 dernières années.

      Et aussi, faut cesser de jouer sur les mots. Ce n’est pas parce qu’on dit ”génial” qu’on crie au génie.

      -Je passe te prendre à 14h00
      -Génial!

      Y a pas de génie là. On s’entend.

    • Boogie, si j’avais du temps à perdre, je trouverais une citation où tu te plains que je te bashes trop…

    • Ce qui est triste avec Misteur Valaire, c’est qu’ils disent donner leur disque pour Internet afin d’avoir plus de fans et se rattraper par la vente de billets. Mais s’ils ne jouent plus vraiment en show, que restent-ils? Essentiellement du marchandising.

      Comme me disait Boulga Copyright 2009, beaucoup de DJ ne font rien et font semblant de tourner des boutons. Misteur Valaire est la généralisation de ce principe à un groupe complet. Ce qui est triste c’est que s’ils jouaient pour de vrai, ils auraient sûrement manger leur bas quelques années et ils auraient fini par savoir jouer leur sampling; là ils doivent sérieusement s’emmerder à faire les guignols.

    • L’un des changements notables dans la définition même de l’art c’est le déplacement de l’accent mis de l’artefact (on se fout de l’auteur d’une statue égyptienne) à l’artiste et sa vie devenue oeuvre (chez Sophie Calle par exemple). De là le double sens de ma définition: l’art c’est ce que fabrique un artiste. Il y a bien sûr des dérives.

    • La première fois que j’ai entendu Misteur Valaire j’ai trouvé ça vraiment cool. Disons que maintenant, j’en suis un peu revenue . D’autant plus que je viens d’écouter un clip de leur passage à Québec…
      Par contre, quand je regarde leurs vidéos, je me bidonne. Si j’osais, je dirais que je les vois un peu comme les RBO de l’électro??!!

    • Oui, tout ça est très second degré. Des petits malins habiles à la déconnade. Ça ne va pas très loin. Musicalement, c’est bien ficelé, mais que font-ils de plus que Ramasutra voilà dix ans?

    • @ francis222

      Crier au génie est une image. On pourrait remplacer l’expression par “sombrer dans la dythirambe” ou encore “s’énarver le poil des jambes”. Sans utiliser le terme “génial”, faire preuve de quelqu’enthousiasme excessif que ce soit ne rend pas tellement service à l’oeuvre.

      J’ai vu ça à la sortie même de l’étude de feedback de Patton. Des fafouins qui vouaient un culte à l’oeuvre de Patton au point de s’extasier devant ses expérimentations les plus ordinaires. Ils ne sont pas légion, j’en conviens (et tant mieux si t’as pas eu le malheur d’en côtoyer), mais il peut parfois y en avoir suffisamment pour qu’une oeuvre en vienne à être surévaluée.

    • Mais l’art d’avant-garde-conceptuelo-machin n’a pas le monopole de la surévaluation…

    • Bien sûr, et on en a un parfait exemple avec le sujet initial du blogue.

    • Je n’enterrerais pas si vite The Suburbs. Je trouve qu’il résiste, malgré ce qu’on peut lui reprocher. Dire que les tounes s’étirent, qu’il y a trois accords qui se répètent et qu’on entend des références, ce n’est pas en dire grand chose. Ce n’est pas atteindre à sa vérité. Quand je mettrai le doigt dessus, je vous en reparle.

      J’en connais un qui va crier au meurtre, mais le disque auquel The Suburds me fait le plus penser jusqu’à maintenant, non pas à la lettre mais dans l’esprit, dans la “démarche” (mot tabou) si l’on veut, c’est Labrador Skyline de Water on Mars. Quelqu’un comprend cette intuition?

    • De retour du Lac Huron et d’un marathon de rénos. Modem kaput, pas d’internet au Lac Huron. Et voici le nouveau modem et me revoilà… enfin très bientôt. Mon congé se termine lundi, théoriquement.

      Il n’y a peut-être pas eu beaucoup de sorties en août. J’observe quelques rentrées, cependant… sans chercher d’explications il va sans dire.

      :-)

      Bonne rentrée à tous. Je reprends du service incessamment. Laissez-moi ouvrir mes enveloppes et fouiner un peu sur le Net.

      Quelles sont les sorties à couvrir d’après vous ? J’en ai quelques-unes en tête…

    • @unholy_ghost

      “Ce n’est pas atteindre à sa vérité. Quand je mettrai le doigt dessus, je vous en reparle.”

      Par chance que nous vous avons pour nous aider à atteindre la vérité de certaines oeuvres, que deviendrons-nous sans vous ? Nous attendons avec impatience.

    • Je me le demande… (blague)

      Ce que je voulais dire c’est qu’exécuter un album en deux trois arguments bidons, c’est un peu facile, sinon paresseux.

      Je trouve que cet album pose question.

    • “Quelqu’un comprend cette intuition?”

      Effectivement, ça l’air prétentieux tourné comme ça. Mea culpa. Ce que je voulais dire est plus modeste: quelqu’un a-t-il ressenti aussi ce lien entre les deux albums, dont j’ai l’intuition sans pouvoir mettre le doigt dessus, afin de me l’expliquer?

    • Je veux dire: à part d’avoir eu le même score (”3 1/2 étoiles fort…ou 4 étoiles faible”) par le maître de céans…

    • Bon retour Alain,

      Les deux sorties récentes que je tente de cerner ces jours-ci sont, d’abord le Land of Talk. J’avais usé jusqu’à la moelle le précédent produit par Bon Iver, Some Are Lakes, à l’énergie brute qui pourtant envoûte. Pour Cloak and Cipher, toujours la même basse musclée et le même sens mélodique; cependant la production de Jace Lasek et le son du Breakglass emporte le tout comme un vent qui me semble encore un peu étranger (même si j’adore ce son!). On dirait presqu’une collaboration; alors que Bon Iver se tapissait sous la prod garage en ajoutant des touches délicates ici et là. Les guitares sont très diversifiées, c’en est même baroque … je le réécouterai pour une troisième fois ce soir…

      L’autre n’est pas une réelle nouveauté (paru en décembre 2008), c’est le Fredo Viola. Alors là il y a démarche, et elle revêt toute son importance. C’est l’album d’un véritable artiste; on se demande qu’est-ce qui influence quoi: l’image produit la voix?, la voix l’instrumentation?, l’arrangement les voix? Dans une période musicale où la voix souffre d’une dépréciation étendue, voici un album frais comme une brise qu’on aurait oubliée.

    • Juste comme ça, Mikhail, ce dont tu nous parlais à la sortie de Labrador (et c’était par ailleurs passionant), cette équation mathématique qui faisait se relier chaque chanson; cela ne relevait-il pas d’une démarche?

    • Le créateur de WOM a été influencé par le Labrador, le lieu de son enfance si je comprends bien. AF par les banlieues, d’où ils sont issus. Je ne vois rien d’autre.

      Blonde Redhead la semaine prochaine.

    • @rafc

      Touché! Mais j’ose croire que le résultat est à sa face même plus probant que 4:33 de silence…

      @boogie

      Moi aussi je vois juste ça !

    • Au Québec c’est Panache et L’Indice qu’il faut surveiller ces prochains mois. Le second s’annonce assez original…

      Elle reste en tête cette equation mathématique de Labrador; sorte d’inscription sonore en filigrane. Sachant l’existence de la démarche, l’écoute est inévitablement différente!

    • @mikhail_boulgakov

      tu as raison, j’ai confondu avec

      http://www.normandlamour.com/

      Maudit D à marde.

    • @mikhail_boulgakov

      C’est vrai aussi que Patrick Norman (Pas de D) a comme vrai nom Yvon Éthier.

    • Ah, Normand l’Amour… Je lui ai acheté une cassette. Jamais entendu rien d’aussi psychotronique, sans blague. Le Picbooooois avec un beat de casio, ayoye !

    • @mikhail_boulgakov

      wow tu réponds vite.

      Chaque pays a ou doit avoir son Normand L’Amour. Cela évite de se prendre trop au sérieux et de faire de nos artistes des dieux que l’on vénére sans jugement.

    • Vous ne voyez juste ça (c’est déjà beaucoup mais c’est l’évidence) parce que vous n’avez pas vraiment écouté The Suburbs, en tous les cas distraitement (et même pas au complet pour l’un). Il y a une parenté plus profonde.

      C’est vrai Rafc que Boulga chiale contre toute analyse qui dépasse la cuisine musicale pour aller vers la “démarche”, alors que c’est justement le parangon de l’artiste conceptuel “à démarche”. Cordonnier…

    • D’accord avec rafc pour Panache.

    • Je disais que The Suburds résiste. Il y a une indice qui pour moi ne ment pas à chaque fois que ça arrive (rarement). À chaque fois que j’écoute l’album c’est une chanson différente qui me fascine, certaines que je trouvais franchement plates les premières fois.

    • La gang, vous me fasciné avec vos analyses. Vous savez même ce que le groupe, les musiciens ont dit en entrevues. Vous comprenez leur émotions. Vous décortiquez tout comme dans un autopsie. Vous comprenez toutes les subtilités des paroles, des harmonies. Vous pouvez faire le lien avec un autre album précédent. Des vrais fans. Des experts experts. Je suis vraiment nul et ignorant.

      Wow. Je suis sur le c…l.

      Quand j’écoute du Yvon Éthier Deuh! du Patrick (pas de D) Norman: Maudit que c’est pas aussi compliqué.

      Yvon c’est pété un burn-out il n’y a pas si longtemps. J’espère que ce n’est pas en analysant Galerie Feu.

    • En ce qui me concerne, il y a un autre genre d’indice qui ne ment pas dans mon cas : je n’ai pas entendu, ni acheté, ni vraiment envi de la faire.

      Mais j’ai aimé Funerals et même Neon Bible.

      Je me garde des choses, comme ça, pour dans 20 ans. Je n’ai jamais entendu In Utero de Nirvana non plus. Quel bonheur de savoir qu’il me reste toujours un album studio de ce groupe à écouter.

    • @enweilledon

      Moi j’aime Nicole Martin.

    • @francis222

      c’est tout à ton honneur.
      Imagines un duo avec Yvon. Juste y penser et je me peux plus.

    • Son album ”Nostalgie de Noël” est le seul qui rivalise avec ”Noël à l’église” d’Evan Joaness.

      Mais Yvon et Nicole, ça serait du gâteau.

    • … et Yvon il a un peu la grosse tête depuis que la clic du Plateau tripe sur lui.

    • @francis222

      Le Plateau qui tripe country-folk: bande de demeurés. Comprennent à rien au vrai Art.
      La gang de Zartistes financé et subventionnés par Culture Canada et autres ministères du même acabit.

    • Surtout que Nicole Martin a déjà été une grande prêtresse glam, transformé par Tony Roman en Zerra la chasseresse: http://www.quebecpop.com/MenuPrincipal.htm

      http://www.mafiarose.com/2010/03/nicole-ma-nicole-2/

    • “La gang de Zartistes financé et subventionnés par Culture Canada et autres ministères du même acabit.”

      Boulga, tu n’es plus tout seul…

    • “Je me garde des choses, comme ça, pour dans 20 ans. Je n’ai jamais entendu In Utero de Nirvana non plus. Quel bonheur de savoir qu’il me reste toujours un album studio de ce groupe à écouter.”

      Je ne sais pas si tu es sérieux, mais si c’est le cas: génial!

    • Bon bon… On crie au génie encore… ;-)

    • “Vous décortiquez tout comme dans un autopsie. Vous comprenez toutes les subtilités des paroles, des harmonies.”

      Au contraire. Si c’était le cas, ce ne serait pas des oeuvres intéressantes. Décortiquer tout est pour moi du chipotage. La vérité de l’art est toujours liée à son mystère: on le dévoile comme on se souvient d’un mot qui était sur le bout de la langue.

    • @mikhail_boulgakov

      11 août 2010
      20h15

      Hey mon Boulga, tu me dit que Yvon Éthier Norman prends pas de D à la fin. Ok, mais toi tu as du fonne. C’est l’équivalent de Fun en nengla.

      La véritable ‘fierté’ nationale c’est d’être capable de voir nos travers en pleine face. C’était le FONNE en maudit de faire la A6, de faire seek sur le FM et de pouvoir écouter de quoi d’écoutable.

    • Je suis tout à fait sérieux pour In Utero!

      J’ai acheté Nevermind, mais je me suis lassé très vite. Je n’ai jamais entendu rien d’autre de Nirvana hormis ce qui a joué à la radio. Je suis un enfant Teflon.

      je suis aussi sérieux dans mon amour pour Nicole Martin, surtout que son dernier disque paru récemment est disponible en vinyle.

      Je savais pour sa période rock, mais j’ai jamais entendu…

    • sacrament enweilledon, t’es tu Henriette Valium?

    • @unholy_ghost

      Bien dit et là tu m’en bouche un coin. Tu es fort.

      Le mystère est aussi pour moi le plaisir de laisser vivre sa propre imagination sur un oeuvre, un produit culturel, selon son vécue et même ses besoins intellectuels du moment. Pas besoin toujours d’avoir l’assentiment ou un cadre fermé et opaque imposé par les autres.

    • @francis222

      pourquoi un sacre? Qui est cette Henriette?

    • Faites-nous part de votre opinion.

    • @francis222

      ok Patrick Henley, wow, un bande dessineux.

    • @ A. Brunet :

      Jimmy Hunt.

      Et Corin Tucker Band.

      http://downloads.pitchforkmedia.com/Corin%20Tucker%20-%20Doubt.mp3

    • Je comprends l’amour pour Nicole. Il y a vraiment quelque chose de fou dans sa voix. Dommage que les arrangements soient toujours de si mauvais goût. Par exemple, je déteste le clinquant cacanne de “Laisse-moi partir s’il te reste un peu d’amour”, mais quand elle pousse le refrain il y a un truc qui se passe qui n’approcheront jamais les Marie-Élaine Thibert de ce monde. Comme Ginette, elle aurait pu devenir une grande chanteuse de variété si elle avait eu plus de goût, genre Piaf, Dionne Warwick, Carole King, etc.

    • @unholy_ghost

      on est loin de Galerie Feu, mais bon, c’est le fonne (fun) comme dirait @mikhail_boulgakov.

      Nicole Martin, c’est sa voix filtrée. Sa voix de fumeuse si on peut dire. Un genre de filet de fumée qui émane de cette voix. Stop tabac au laser n’existait pas à cette époque.

      Comme Châtelaine (la chanteuse; corps à corps avec toi), Nicole c’est la sensualité même dans le regard. Pas besoin de gros tatoos comme les filles aujourd’hui sur le mollet ou en haut de la craque de fesses. Pas besoin de décoletté plongeant en bas du nombril pour nous émoustiller. Juste un regard et la voix envoûtante. Et des paroles pour certains quétaines mais en dansant on se collait à notre partenaire. Aujourd’hui, on dirait que plus on s’approche d’elle, plus on leur tombe sur les nerfs.

    • “Aujourd’hui, on dirait que plus on s’approche d’elle, plus on leur tombe sur les nerfs.”

      Hahaha!

    • Zerra c’est seulement un 45 tours sur Révolution. Mais elle a aussi fait partie d’un duo à la Sunny and Cher: Nicole et Frédéric.

      Je vous conseille de faire le tour des Colisée du livre: il y a une biographie d’elle où l’on trouve justement la photo de Zerra. Je la cherche depuis un boutte.

    • Nicole et Frédéric: http://rateyourmusic.com/artist/nicole_and_frederic

    • @unholy_ghost

      Je ne suis pas du Plateau mais je suis subventionné par Québec pour franciser ce bloque, alors Fantôme_Pas Saint.

      Bon, pour en revenir aussi à Yvon, depuis qu’il a enlevé sa moumoute et c’est mis un foulard sur la tête, je suis un peu déboussolé. Quand tu changes si vite de style, sa ‘fuck’ ta relation avec tes fans, groupies (oh francisation: tes admirateurs; svp me rappeler à l’ordre si je passe à l’anglais)

      Nicole reste toujours aussi belle et je te jure qu’elle m’allume bien plus que bien des chanteuses et bien des musiciennes d’aujourd’hui, tout styles confondus.

    • Mauvaise traduction…

    • @unholy_guost

      gimme yo version

    • Intraduisible. Le mieux serait Esprit-(mal)Saint, avec la connotation fantomatique.

    • @unholy_ghost

      Yo I won’t mess with it again brother.

    • @eweilldon

      ‘Fonne’ est la graphie de Réjean Ducharme. Je l’ai tout de suite aimée quand je l’ai lue, comme le ‘bin’ de Franquin qu’on trouve chez Gaston.

      D’ailleus Ghost se met a écrire ‘fonne’ lui aussi, me semble que ‘fonne’ c’est plus le fonne que fun (que les Français prononcent avec un ‘u’ un peu trop ‘u’, et d’ailleurs c’est fûn c’est pas tout à fait aussi fonne que fonne… Si je me fais bien comprendre !

    • Oui, Ducharme parle du “fonne noire”.

    • Les Français préfèrent avoir du feune…

    • @enweilledon et esprit_impie :

      Ma mère avait acheté l’album « Les cœurs n’ont pas de fenêtres », avec Jimmy Bond; je me souviens de Nicole, sur la pochette : un short en jean avec fentes lacées sur les côtés, et les bras croisés sur sa poitrine nue.

    • @mikhail_boulgakov

      Fonne c’est comme Courriel, c’est à nous les francophones de l’utiliser au lieu de e-mail et Fun. C’est comme ne plus chanter le happy birthday anglo-amaricain mais plus utiliser Mon chèr …….. c’est à ton tour de te laisser parler d’amour. C’est à nous, c’est nos bébelles linguistiques.

      Et les français qui prononcent plus le U. Bien moi je les ai dans le …U quand ils parlent. Ze au lieu de The. Maudite gang. On dit Washington, pas Washingtonne. Faut suer eux autres quand ils parlent l’angla.

    • @hardy_canyon

      arrêtes je n’en peux plus.

    • Ouais, le problème c’est p-e ce Jimmy Bond. Il a manqué à Nicole un Gainsbourg ou Stéphane Venne. Les grandes interprètes ont souvent besoin d’un Pygmalion.

    • Il n’y a plus personne qui parle de Galerie Feu ici. Va falloir partir un blogue sur Nicole et Yvon

    • Galerie Feu?

    • @unholy_ghost

      Arcade Fire

    • Je viens de lire que Robert Charlebois sortait son “dernier album” en octobre. Est-ce une bonne ou une mauvaise nouvelle?

    • @boogie

      Est-ce que c’est des nouveautés ou encore du réchauffer? Au Québec c’est la mode depuis les années 60. Aprés les groupes des années yé-yé, il y a les reprises à la Sylvain Cossette, Elvis Story, Joe Dassin, etc. Et les artistes avec leur ”meilleur de”.

    • @ enweilledon
      Des nouveautés, avec en plus la promesse que ce sera un album typique du vieux Charlebois. Son testament quoi.

    • Faut voir…

    • @boogie

      Bravo à Charlebois. Il est le premier, ou bien un des premiers à avoir rendula musique québécoise moins matante, plus dans le vent. Et plus joyeuse et drôle aussi.

      C’est une légende pour la culture musicale québécoise.

    • j’ai finalement écouté The Suburbs et je trouve 2 pièces ”correctes” (1 et 7), le reste est assez redondant voire endormant.

      De toute manière je trouve Arcade Fire assez moyen en général. Rien de bien neuf dans le paysage du rock-populaire et le chanteur n’a pas de voix.

      Rien pour remplacer GY!BE au poste de fierté Montréalaise dans mon coeur…

    • “Ce groupe est vraiment spécial.” – neurosis1975

      ah ? Me semble que le qualificatif “spécial” est dans les derniers qui me viendraient en tête avec AF… Qqun peut m’expliquer ce que je pige pas ?

    • C’est le fonne la phonétique ! ça nous fait prendre conscience qu’on est tous un peu ‘musicien’ dès la naissance.

      Pour Charlebois, y faut effectivement voir; rien de vraiment solide depuis Solide.

    • D’ailleurs, Francis222, Solide de Charlebois est peut-être ce que le “son Uzeb” a pu faire de mieux dans la pop (C’est pas un chef-d’oeuvre, on s’entend, mais…).

    • @ rafc
      tu oublies Diane Tell…

      Cela étant dit je dirais que “j’t'ha?s” et “J’veux d’lamour” SONT des chefs d’oeuvre.

    • «Le fonne, c’est plate.» – Réjean Ducharme

    • Un ami a un super qualificatif pour Useb. Du jazz-pén…

      Depuis Solide? vous êtes gentils les gars. Swing Charlebois Swing était déjà une m… consommé.

    • C’est la répétition éponyme qui m’a fait mentir, ce qu’on ne ferait pas pour une figure de style moche! Ça lui donne un sursis de deux album ! où, comme boogie, on peut trouver de beaux moments: faites danser naïvement vos convives sur Superficielle, ça déchaîne les bassins…

    • @Boulga

      Pour la radio en France ? Je ne suis pas certain que c’est vraiment mieux qu’ici pour ma part. Mais j’en ai pas assez écouté par le web…

      Pour moi leur RFM, Nostalgie ou Chérie.Fm… C’est un genre de Rock-Détente…

      Alors que leur NRJ c’est l’équivalent de notre CKOI ou NRJ (anciennement Énergie ).

      Je trouve juste finalement que c’est leur marché qui est plus grand. France Bleue, par exemple, outre les concerts qu’ils donnent, intéressant, dans la programmation régulière cela devient pas mal beaucoup variétés.

      Tiens une privée ? Jazzradio… Bien Planète Jazz, ici à Montréal fait aussi bien… Dans le jazz très accessible… Ou même autour de…

      C’est pour Radio France, que je dirais qu’ils ont un plus sur Radio-Canada en français en ayant France Musique et France Culture… Plutôt que seulement un Espace Musique comme ici… Il aurait fallu idéalement garder la Chaîne Culturelle et ajouter une nouvelle station comme Espace Musique…

    • @ Blackened, et autres
      Concernant la prestation de Sun Ra Arkestra à Montréal discutée en quelque part sur cette entrée, finalement obtenu des détails !

      http://cinquiemesalle.com/public/en/calendar_detail.php?id=101

    • Allo? Quelqu’un est encore à l’écoute, ici, des mois après?
      Suis-je seul à trouver de plus en plus de qualités à The Suburbs, à découvrir qu’il s’imprègne durablement, à magnifier la formidable Suburban War, à prêter aux paroles une plus grande envergure que lors des premières écoutes?
      J’dis ça d’même…?

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    octobre 2010
    L Ma Me J V S D
    « sept   nov »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031
  • Archives

  • publicité