Alain Brunet

Archive, août 2010

Mardi 3 août 2010 | Mise en ligne à 10h30 | Commenter Commentaires (321)

Arcade Fire: The Suburbs, suite et fin

TheSuburbs

Voici les huit autres chansons de The Suburbs, question de boucler la boucle le jour de la sortie officielle, qui correspond au vrai début de mes vacances . À la suite de cet envoi,  je prends une longue pause d’Arcade Fire dans ce blogue, promis juré !

Mon verdict personnel est le suivant: 3 1/2 étoiles fort…ou 4 étoiles faible. Plusieurs écoutes subséquentes me feront pencher d’un côté ou de l’autre.

Meilleur que Neon Bible, inférieur à Funeral, cet album pourrait mener  Arcade Fire à élargir considérablement son aire d’influence. Parmi les trois albums, c’est à mon sens le mieux maîtrisé des trois… Et  pas le plus visionnaire.

Arcade Fire y a relevé les défis de la maîtrise et de la concision, l’interprétation y est remarquable.  Et nous verrons bien si le quatrième album pourra confirmer définitivement le souffle créateur de cette formation montréalaise qu’on a trouvé si formidable d’entrée de jeu. Enfin… on a quelques bonnes années à passer avec cet album avant de revenir (ou ne pas revenir) à ces considérations.

9. Suburban War

Ballade presque folk-rock, Suburban War est une autre de ces constructions référentielles de l’album. Très années 70. Très bien fagoté. Et pas très singulier musicalement.

Let’s go for a drive, see the town tonight
There’s nothing to do but I don’t mind when I’m with you

This town’s so strange they built it to change
And while we sleep we know the streets get rearranged
My old friends, we were so different then
Before your war against the suburbs began

Before it began

Now the music divides us into tribes
You grew your hair so I’ll grew mine
You said the past won’t rest
Until we jump the fence and leave it behind

My old friends, I can remember when
You cut your hair, I never saw you again
Now the cities we live in could be distant stars
And I searched for you in every passing car

The night’s so long
Yeah the night’s so long
I’ve been living in the shadows of your song
Living in the shadows of your song

In the suburbs I, I learned to drive
You told me we would never survive,
So grab your mother’s keys we leave tonight

But you started a war that we can’t win
We keep erasing all the streets we grew up in
Now the music divides us into tribes
Choose your side, I’ll choose my side

All my old friends they don’t know me now
All my old friends are staring through me now
All my old friends they don’t know me now
All my old friends they don’t know me now
They don’t know me now
All my old friends, they (?)…


10. Month of May

Rock de base, bien envoyé, avec des ornements intéressants vers la fin. Ces arrangements  auraient pu à mon sens être moins ténus dans le mix et ainsi laisser une impression de plus grande créativité.

Gonna make a record in the month of May
In the month of May, in the month of May
Gonna make a record in the month of May
When the violent wind blows the wires away

Month of May, it’s a violent thing
In the city, their hearts to sing
Well, some people sing, it sounds like they’re screaming
Used to doubt it but now I believe it

Month of May, everybody’s in love
And the city was sent from above
And just when I knew what I wanted to say
The violent wind blew the wires away

We were shocked in the suburbs

Now the kids are all standing with their arms folded tight
Kids are all standing with their arms folded tight
Well, some things are pure and some things are right
But the kids are still standing with their arms folded tight
I said some things are pure, and some things are right
But the kids are still standing with their arms folded tight

So young, so young
So much pain for someone so young
Well, I know it’s heavy, I know it ain’t light
But how you gonna lift it with your arms folded tight?

First they built the road
Then they built the town
That’s why we’re still driving around
And around and around and around and around
And around and around and around…
2009, 2010
Wanna make a record how I felt then
When we stood outside in the month of may
And watched the violent wind blow the wires away

If I die in the month of may
Let the wind take my body away, yeah
Wish I may, I wish I might
But meet me down there with my arms folded tight

Start again in the month of May
Start again in the month of May
Come on and blow the wires away
Come on and blow the wires away

Start again in the month of May
Start again in the month of May
Come on and blow the wires away
Come on and blow the wires away

Gonna start again in the month of May
Start again in the month of May
Come on and blow the wires away
Come on and blow the wires
The wires away

11. Wasted Hours

Ballade folk-rock, encore une fois complètement americana. Les voix sont belles, les petites nappes de claviers sont appropriées, et la voix de Win Butler vraiment habitée.

All those wasted hours we used to know
Spent the summers staring out the window
The wind it takes you where it wants to go

At first they built the road then they built the town
That’s why we’re still driving around and around
And all we see are kids in the buses longing to be free

Wasted hours before we knew
Where to go and what to do
Wasted hours that you make new
Turn into a life that we could live

Some cities make you lose your head
In this suburb stretched out thin and dead
What was that line you said?
Wishing you were anywhere but here
You watched the life you’re living disappear
and now I see, we’re still kids in the buses longing to be free

Wasted hours before we new
Where to go and what to do
Wasted hours that you make new
Turn into a life that we could live

12. Deep Blue

Pop folk qui débouche enfin vers un arrangements plus musclé. La mélodie et le refrain sont très accrocheurs,  avec un petit côté Springsteen  derrière la cravate. Encore une fois, la finale est trop timorée dans le mix, il aurai à mon sens fallu l’exprimer davantage.

Here in my place and time
And here in my own skin I can finally begin
Let the century pass me by, standing under the night sky
Tomorrow means nothing

I was only a child then
Feeling barely alive when I heard a song from a speaker of a passing car
Praying to a dying star, the memories fading
I can almost remember singing

We watched the end of the century
Compressed on a tiny screen
A dead star collapsing and we could see
Something was ending
Are you through pretending?
We saw the signs in the suburbs

You could have never predicted that it could see through you
Kasparov, Deep Blue, 1996
Your mind’s playing tricks now
Show’s over so take a bow
And leave it in the shadows


13. We Used To Wait

Autre approche néo-springsteenienne dans la dégaine de type “rock à texte” . Les claviers allègent le beat, le pont aérien fait décoller plus haut  cette chanson fédératrice, potentiel de rayonnement très grand public.

I used to write
I used to write letters
I used to sign my name
I used to sleep at night
Before the flashing lights settled deep in my brain
But by the time we met
The times had already changed
So I never wrote a letter
I never took my true heart
I never wrote it down
So when the lights cut out
I was left standing in the wilderness downtown

Now our lives are changing fast
Hope that something pure can last

It seems strange
How we used to wait for letters to arrive
But what’s stranger still
Is how something so small can keep you alive
We used to wait
We used to waste hours just walkin around
We used to wait
All those wasted lives in the wilderness downtown

Ooooo we used to wait
Sometimes it never came
Ooooo we used to wait
Sometimes it never came
Ooooo we used to wait
Still moving through the pain

I’m gonna write a letter to my true love
I’m gonna sign my name
Like a patient on a table
I Wanna walk again
Gonna move through the pain

Now our lives are changing fast
Hope that something pure can last

Ooooo we used to wait
Sometimes it never came
Ooooo we used to wait
Sometimes it never came
Ooooo we used to wait
Still moving through the pain

We used to wait for it
Now we’re screaming
Sing the chorus again

I used to wait for it
Hear my voice screaming
Sing the chorus again

Wait for it

14. Sprawl 1 (Flatland)

Ballade classique qui raconte une errance banlieusarde avec pour prétexte l’identification d’une maison de banlieue où on a habité. Les harmonies choisies sont tristes et dramatiques, galvanisés par les cordes de chambristes. Pour le narrateur, le retour sur les lieux d’une autre vie soulève d’autres sentiments que l’enthousiasme…

Took a drive into the sprawl
To find the house where we used to stay
I couldn’t read the number in the dark
You said “let’s save it for another day”
I took a drive into the sprawl
To find the places we used to play
It was the loneliest day of my life
You’re talking at me, but I’m still far away

Let’s take a drive through the sprawl
Through these towns they built to change
And then you said “The emotions are dead”
It’s no wonder that you feel so estranged

Cops showing their lights
On the reflectors of our bikes
Said “Do you kids know what time it is?”
Well, sir, it’s the first time I felt like something is mine
Like I have something to give

The last defender of the sprawl
Said “Well, where do you kids live?”
Well, sir, if you only knew what the answer’s worth
Been searching every corner of the earth…


15.  Sprawl  II (Mountains Beyond Mountains)

Avec ses synthés dramatiques et la voix haut perchée de Régine, on ne peut éviter de penser à la new wave des années 80 et même un soupçon d’ABBA  lorsqu’on écoute Sprawl II. Qui se décline cette fois sur le boulevard Taschereau et la poétique Rive-Sud… qui complètent la poétique de Houston et son étalement urbain.

They heard me singing and they told me to stop,
Quit these pretentious things and just punch the clock,
These days, my life, I feel it has no purpose,
But late at night the feelings swim to the surface.
Cause on the suburbs the city lights shine,
They’re calling at me, come and find your kind.

Sometimes I wonder if the world’s so small,
Then we can never get away from the sprawl,
Living in the sprawl,
Dead shopping malls rise like mountains beyond mountains,
And there’s no end in sight,
I need the darkness someone please cut the lights.

We rode our bikes to the nearest park,
Sat under the swings, we kissed in the dark,
We shield our eyes from the police lights,
We run away, but we don’t know why,
And like a mirror these city lights shine,
They’re screaming at us,  we don’t need your kind.

Sometimes I wonder if the world’s so small,
Then we can never get away from the sprawl,
Living in the sprawl,
Dead shopping malls rise like mountains beyond mountains,
And there’s no end in sight,
I need the darkness someone please cut the lights.

They heard me singing and they told me to stop,
Quit these pretentious things and just punch the clock.

Sometimes I wonder if the world’s so small,
Can we ever get away from the sprawl?
Living in the sprawl,
Dead shopping malls rise like mountains beyond mountains,
And there’s no end in sight,
I need the darkness someone please cut the lights.

16. The Suburbs (continued)

On boucle la boucle avec une chanson évanescente, belle conclusion.

If I could have it back
All the time that we wasted
I’d only waste it again
If I could have it back
You know I would love to waste it again
Waste it again and again and again
Well, I’ve got to ask

Sometimes I can’t believe it
I’m moving past the feeling again
(Sometimes I can’t believe it
I’m moving past the feeling again)


Encore une fois, tous les textes transcrits des chansons de The Suburbs proviennent du site SongMeanings.

En terminant avant de partir en vacance (je ferme boutique très bientôt, le temps de vous laisser vous exprimer quelques jours), voici l’annonce vidéo de la captation du concert d’Arcade Fire au Madison Square Garden de New Yourk, tournée par nul autre que Terry Gillian.

Lire les commentaires (321)  |  Commenter cet article






Dimanche 1 août 2010 | Mise en ligne à 19h12 | Commenter Commentaires (29)

Osheaga dominical: Snoop Dog, Major Lazer, Sonic Youth…

SNOOP DOGG-01

Snoop Dog sur la scène de la Montagne, photo François Roy

Eh oui les amis, nous revoilà au parc Jean-Drapeau. Osheaga est béni des dieux cette année. Seconde journée parfaite en perspective. Parfaite selon mère Nature,  encore plus chaude qu’ hier.  Et du point de vue zizique ?

Programme sympa, programmation plus consistante que par les années passées, moins de trous béants entre deux concerts intéressants, plus de découvertes, meilleure direction artistique. Cela étant, je ne peux conclure à deux journées mémorables jusqu’à maintenant, si ne n’est le triomphe de formes musicales généralement  boudées par les radios commerciales… et l’ensemble de la diffusion généraliste.

Me revoilà donc comme hier avec mon vieil Acer,  fort probablement à sa dernière mission après de longs et valeureux services.

Cet après-midi, la demi-heure passée à l’écoute de la chanteuse et songwriter Hannah Georgas, scène des Arbres, a été pas mal. Bonnes chansons indies, refrains accrocheurs,  riffs juste assez baveux. Nous verrons bien ce qu’elle deviendra.

Tiens tiens, encore une  basse Hofner sur la scène Verte ! Décidément l’instrument de Sir Paul (Mc Cartney) est redevenu à la mode depuis une paire d’années – au Québec, d’ailleurs Marie-Pierre Arthur est là pour nous le souligner. Autour de cette Hofner, donc, les gars de Blitzen Trapper. Le style de ce band from Oregon serait alt country si l’on s’en tient à la définition officielle du programme d’Osheaga. Alt country, certes, mais aussi country rock et country folk. Voilà, somme toute, des chansons qui ne prétendent pas réinventer la roue et qui expriment leur singularité via le texte.  Et on a surtout  hâte d’entendre ça en salle.

Scène de la Rivière, les Black Keys de l’Ohio nous mettent  dans tout un état ! Le blues rock qui s’embrase full distorsion comme ça se passait à la fin des années soixante / début soixante dix, époque Cream et autres Humble Pie. On les connaît depuis un moment ces Black Keys, mais on a le sentiment net que le tandem que forment le  guitariste-chanteur Dan Aurbach et le batteur Patrick Carney, auquel se joint un bassiste, est clairement sorti des milieux parallèles.

On se rue ensuite vers la zone Picnic Elektronik, c’est hyper paqueté pour Diplo et son projet Major Lazer. Osheaga n’est pasréputé pour le DJisme mais on peut dire que cette super séquence d’une heure sous les arbres aura fait danser quelques milliers de fans.  À la barre de Major Lazer, donc, cet excellent DJ britannique, proche collaborateur de M.I.A. – Switch, l’autre instigateur du projet, n’a pas pris part à la tournée. Au menu ? Tout ce qu’il y a de propice à la danse sur le plancher des vaches: rythmes jamaïcains véloces et moult compléments technoïdes. Idéal pour une clairière aussi peuplée !

Petite halte chez les Mornig Benders sous les arbres. D’origine asiatique, ces garçons de la Bay Area révèlent de belles qualités: compositeurs, arrangeurs, chanteurs, connaisseurs de la cuture rock et pop pour leur jeune âge – début de vingtaine. Ecoutez l’album Big Echo, ça promet.

On passe ensuite aux “choses sérieuses” avec Snoop Dog qui débarque sur la scène de la Montagne, en retard comme prévu. Tresses et barbichette proverbiales, chemise noire et ce micro spectaculaire digne des plus mauvais garçons. Alors ? Le grand efflanqué donne un très bon show de variété, tout compte fait. Ce vieux desperado du hip hop sait comment chauffer une foule !  La rendre un peu plus rustre et un peu plus cochonne qu’elle ne l’est d’ordinaire.

Immense bannière avec pitoune assortie sous l’effigie du fameux MC,  les filles dans la foule filmées en direct et commentés par le MC assisté d’un bassiste, batteur, DJ, etc. Le Snoop s’en tireraplus qu’ indemne malgré ses problèmes d’horaire.

Thurston Moore

Thurston Moore de Sonic Youth, photo François Roy

Quant à Sonic Youth, ce sera comme ça devait l’être pour la bande de Thurston Moore, Kim Gordon, Lee Ranaldo, Steve Shelley, Mark Ibold  : à la hauteur de leur esprit rock, de leur grande expérience et de leur curiosité sans bornes. Les meilleures chansons de l’album The Eternal (juin 2009) au programme, séquences bruitistes  réussies pour trois guitares (Kim Gordon, d’ailleurs, n’a presque pas joué de basse de la soirée), un show aucunement axé vers les vieux classiques, des chansons hyper biens construites malgré le caractère exploratoire de plusieurs d’entre elles – et les limites techniques de ses protagonistes, il faut le rappeler. On a certes observé des fans plus conformistes migrer vers la scène de Metric au cours de cette performance de Sonic Youth, mais les plus ouverts sont sortis élevés de cette expérience qui les a menés bien au-delà du rock.

METRIC Emily Haines

Emily Haines de Metric,scène de la Montagne – photo François Roy

J’écoute Weezer en direct pendant que j’écris mes derniers paragraphes sur Osheaga. Et je me demande… Pourquoi Weezer au dessert ? Oui c’est un bon party de clôture, mais je n’y vois pas la cerise sur le sundae.  Discutable en ce qui me concerne. Cette musique de skaters, émergente au milieu des années 90, a certes sa place dans un tel festival, mais pas comme clou de la soirée.   Question de budget, on suppose. En tout cas, le budget de l’an prochain risque de s’accroître puisqu’on estime à plus de 27000 entrées payantes  la foule dominicale au parc Jean-Drapeau, ce qui fait un total de 53 000 entrées payantes en incluant les présentations en salle d’Osheaga.

Précédemment, le groupe canadien de l’année (aux Junos) s’est exprimé. Emily Haines et Metric donnent une performance digne de leur statuette. La chanteuse occupe la scène sans problème aucun, la formation sait rocker dans l’esprit indie. Ne manque qu’à Metric une identité sonore plus forte, plus singulière. Cela se produira-t-il un jour ?

Pendant qu’on se posait  la question, on se dirigeait vers la scène verte pour un retour instantané à la new wave des années 80… avec les gars de Devo en costume d’époque !  Éclairages et fims assortis, oui madame. Il y avait matière à se bidonner !

Weezer

Weezer en finale d’Osheaga

Lire les commentaires (29)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    janvier 2013
    L Ma Me J V S D
    « déc   fév »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Archives

  • publicité