Alain Brunet

Archive du 27 mars 2010

Samedi 27 mars 2010 | Mise en ligne à 9h52 | Commenter Commentaires (184)

Karkwa: grand bond vers la maturité

karkwa les chemins de verre

Un atelier de travail: Le Pensionnat des établis.

Un très bon travail de synthèse: Les tremblements s’immobilisent.

Une première véritable contribution: Le volume du vent.

Le grand bond vers la maturité: Les chemins de verre.

Rares sont les groupes capables de maintenir un tel degré d’excitation. Très rares sont les groupes québécois francophones capables d’y parvenir. Pour ma part, il n’y en a que deux au Québec : Karkwa et Malajube. On en veut  d’autres! En attendant la prochaine cuvée indie (ça presse!), on a tout intérêt à suivre  la trajectoire de ces trentenaires. Car Louis-Jean Cormier, François Lafontaine, Julien Sagot, Martin Lamontagne et Stéphane Bergeron n’ont pas tout dit.

Qu’ont-ils dit cette fois ?

Pyromane de l’intimité. Scribe de la chambre à gaz, en proie à l’acouphène cette « bile qui roule dans mon crâne ». Un « moi léger » émerge du tunnel et la lumière. Une petite Marie qui pleure pour rien. La grande dérive néolibérale, l’escapade de fraudeurs en smoking, 3000 soldats en guerre, santé précaire du bon sens. Des mutants en cavale sur des chemins de verre. Le grand paradoxe de la relation passionnelle… et de son implosion annoncée. Les drogues dures. Les enfants de Beyrouth. Étrange lucidité au bar de danseuses. Le sang d’encre face à la santé de l’autre. Celle qu’il aime.

Voila autant d’agrégats de la matière poétique signée Louis-Jean Cormier, principal auteur – Julien Sagot s’est permis quelques rimes solides en complément d’orchestre. Voilà un monde de densité littéraire, dont les ambitions formelles demeurent louables. Ces textes de chansons s’en trouvent moins surchargés qu’ils ne l’ont été, bien que… quelques maladresses se planquent encore dans l’abstraction. Bien que des rimes devraient encore être émondées.

Mais bon, il faut en retenir les améliorations notoires. Et il faut surtout apprécier la musique de Karkwa. Car le groupe, du moins en ce qui me concerne, propose d’abord une aventure sonique. Ze groupe québécois au chapitre de l’équilibre atteint entre complexité musicale et force brute. À ce titre, Karkwa reste nettement supérieur à la moyenne francophone, toutes nations confondues.

Pour ce quatrième album, le groupe a pris de sages décisions en évitant toute surproduction. En misant le caractère brut du rock indé sans en évacuer les trouvailles formelles. En accédant à d’autres banques de sons, de nouveaux riffs, des arrangements inédits. Prenez La Piqûre, qui deviendra un classique du groupe; Karkwa n’avait jamais fait les choses ainsi.

En flirtant avec le folk, en rapprochent davantage de la forme chanson plutôt que de déployer son savoir instrumental, Karkwa a créé un album qui s’imprimera dans la mémoire des fans.

Grand bond vers la maturité,  j’insiste.


Karkwa présenté sur Audiogram
Le blogue des fans

Les Chemins de verre (la chanson) sur MySpace

L’interview de Presse Canadienne sur Cyberpresse

L’interview de Télé-Québec

Lire les commentaires (184)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    mars 2010
    L Ma Me J V S D
    « fév   avr »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  
  • Archives

  • publicité