Alain Brunet

Archive du 11 mars 2010

Jeudi 11 mars 2010 | Mise en ligne à 10h27 | Commenter Commentaires (40)

Ces Français qui chantent en anglais / Phoenix

phoenix-band-1

D’accord, d’accord. On  passe à un autre sujet après ce qui suit. Enfin, très bientôt car on vous réserve une dernière  salve dans notre édition de samedi…

Bien sûr, on n’aura pas vidé cette sempiternelle question…  Je me souviens avoir abordé le même sujet dans mes premiers articles, c’est-à-dire au début des années 80 !  Notre inquiétude face à la montée de l’anglais dans la francophonie revient sporadiquement sur le tapis, un peu comme le ménage du samedi et le sarclage printanier du jardin.

Vous savez, je ne serais nullement surpris que les Victoires françaises rajustent le tir l’an prochain en privilégiant une nouvelle vague de pop et de chanson françaises. Comme nous, francophones d’Amérique,  l’avons fait déjà à quelques reprises après nous être inquiétés vachement d’une croissance  exagérée des contenus anglos créés par des francos. Ces vagues  ne sont pas d’hier, au risque de me répéter. Il s’agit de rester vigilants… sans capoter.

Personnellement, je n’ai rien contre quiconque chante en anglais, en autant qu’il maîtrise la langue. C’est le résultat qui compte.

En autant que la production française reste en bonne santé et majoritaire au sein de l’espace francophone, il n’y a pas lieu de s’opposer aux incursions de francophones dans le marché anglo. Non, il n’y a pas lieu de verser dans la crispation identitaire. Ne sommes-nous pas à l’époque des multiples assomptions culturelles ? Des identités doubles voire triples ? En ce qui me concerne, c’est bien mieux ainsi.

En autant que l’espace francophone mondial puisse vraiment progresser, devenir beaucoup plus cohésif qu’il ne l’est actuellement (point de vue chanson, en tout cas, notre relation est plutôt poche avec les cousins!), je ne m’inscris pas en faux contre le bilinguisme des Français et de ces petits groupes qui tâtent de l’anglo… à moins qu’ils  se déploient au détriment des expressions locales, régionales ou nationales.

Bien entendu, lorsqu’on écoute des bands assez ordinaires comme Pony Pony Run Run, on peut se désoler. Or il y en a d’autres, nettement supérieurs à ce qu’on a pu entendre aux Victoires samedi dernier.

Prenez Phoenix, qui a remporté en janvier le  Grammy du best aternative music album, véritable, exploit dans un marché aussi chauvin que l’américain.

Vous avez écouté l’album Wolfgang Amadeus Phoenix, sorti  l’an dernier et dont la chanson 1901 a fait le tour de la planète pop  ?  Vous en avez écouté un extrait malgré vous: c’est l’excellent groove dans la  pub de Cadillac ! Voilà un exemple probant de pop anglophone réussie par des non anglophones. On se fout complètement de leurs origines françaises, de leur petite bourgoisie versaillaise, de leur présumée acculturation.

Phoenix fait de la très bonne pop, tout simplement .

Leur page MySpace.

Leur site officiel.

Leur bio sur wiki.
1901 collaboration video

PHOENIX | MySpace Music Videos

Lire les commentaires (40)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    mars 2010
    L Ma Me J V S D
    « fév   avr »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  
  • Archives

  • publicité