Alain Brunet

Archive, décembre 2009

Mercredi 30 décembre 2009 | Mise en ligne à 13h04 | Commenter Commentaires (128)

Le temps des listes / Top anglo 2009

Bonne année à toutes et tous !

Vous avez été très nombreux à collaborer aux différentes listes de fin d’année et de fin de décennie, un grand merci !  Vous avez été d’autant plus nombreux à me lire et à nous lire, merci également à tous nos lecteurs qui choisissent d’observer.

Chose certaine, l’année 2009 a été fertile pour ce blogue et la communauté qui s’y greffe quotidiennement.  Et quelle banque de données musicales avons-nous constitué au cours des derniers jours !

Inutile d’ajouter que ça continue de plus belle en 2010.

Il y a fort à parier qu’on va s’amuser ferme à la suite de cet envoi, puisque nos blogueurs sont très majoritairement férus de pop indé toutes moutures confondues : chanson d’auteur, pop, rock, électro, hip hop… d’expression anglaise.  C’est clairement le secteur d’expertise le plus évident de nos intervenants, force est d’observer en 2009.

Petite prédiction au demeurant: l’immensité de la production anglophone (déclinée en  dizaines de sous-genres) nous mènera fort probablement à une grande diversité de points de vue.

Alors ?

Avant de rédiger votre top 10 et/ou réagir au mien, consultez votre collection perso des albums parus en 2009… et peut-être les palmarès qui pullulent, question d’étoffer vos choix.

Voici quelques sources dignes d’intérêt :

Le palmarès de Metacritic, qui consiste en une compilation des critiques recensées auprès de différents médias écrits – imprimés et/ou en ligne.

L’incontournable top 50 de Pitchfork devenu (quoi qu’on en pense) le plus influent des sites en ligne au domaine de la musique chantée en anglais… avec quelques grenailles étrangères.

Le top 25 de The AV Club, respectable média en ligne.

Qthe music.com propose évidemment son top 50.

Le quotidien anglais The Guardian propose le top 50 de ses chroniqueurs.

Repiqué par Rollo & Grady, Mojo Magazine présente son top 50 de 2009.

Vieille institution de la pop culture anglaise, le New Musical Express propose sa sélection.

Les fidèles de Rolling Stone iront sûrement consulter le top 25 de l’année orchestré par le média américain. Incroyable mais vrai, les deux premières places sont occupées respectivement par U2 et Bruce Springsteen…

Le New York Times offre un des plus pointus palmarès, mêlant musiques d’avant-garde et pop culture. Y figurent des musiciens aussi différents que l’excellent pianiste de jazz Vijay Iyer et le groupe Grizzly Bear !

Les Inrocks pour le dessert ? Le top 50 est aussi en ligne.

Sans prétendre à une connaissance horizontale de l’entière production, voici ma liste d’albums anglos préférés en 2009 – avec un préjugé local pour la première place. J’en conviens et j’assume.

Pour celles et ceux qui ne sont pas familiers avec l’un ou l’autre de ces artistes, vous n’avez qu’à cliquer sur chaque numéro pour ainsi aboutir sur la page MySpace de l’artiste ou groupe.

watsoncover_final-712412.jpg

1. Patrick Watson, Wooden Arms, Secret City

fever-ray-cover.jpg

2. Fever Ray, Fever Ray, Rabid.

animal-collective-merryweather.jpg

3. Animal Collective, Merriweather Post Pavillion, Domino 

moderat.jpg

 4. Moderat, Moderat, BPitch Control      

st-vincent-actor-album-art.jpg

5. St.Vincent, Actor, 4AD

micachu-jewellery.jpg

6. Micachu, Jewellery, Rough Trade

the-xx-album.jpg

7. The XX, The XX, Young Turks

dirty-projectors-bitte-orca.jpg

8. Dirty Projectors, Bitte Orca, Domino

embryonic.jpg

9. The  Flaming Lips, Embryonic, Warner Brothers

timber-timbre.jpg

10. Timber Timbre, Timber Timbre, Arts & Craft

Lire les commentaires (128)  |  Commenter cet article






Dimanche 27 décembre 2009 | Mise en ligne à 10h13 | Commenter Commentaires (37)

Le temps des listes / Top francophone 2009

Le temps des tops implique bien sûr une rétrospective de la production francophone. Voici mon humble sélection… en attendant la vôtre !

mara-tremblay.jpg

1. Mara Tremblay, Tu m’intimides, Audiogram

À ses débuts, Mara Tremblay n’annonçait pas l’artiste exceptionnelle qu’elle est devenue. Puis vint l’album Papillons en 2001 et les observateurs le moindrement rigoureux ont dû réviser leur position. D’une auteure-compositrice presque naïve, elle a raffiné, complexifié, étoffé ses proposition en plus de s’adjoindre les meilleurs musiciens – Olivier Langevin, Antoine Gratton, etc. Elle a su magnifier l’idée qu’elle s’est forgée de la culture americana, pour ainsi  accomplir le plus bel exploît de 2009 au domaine de la chanson francophone. Tu m’intimides est le disque d’une artiste ayant atteint la maturité, en plus de maîtriser les référents fondamentaux de ce continent – folk, pop, rock, country, etc.

2. BABX, Cristal Ballroom, Karbaoui/Warner

David Babin alias BABX, est pour moi la découverte française de 2009. Je sais, il m’en manque des bouts sur l’actualité chansonnière de l’Hexagone, vu le peu d’intérêt manifesté par notre industrie de la musique (et que dire de la radio) pour les cousins. Par voie de conséquence, si peu d’informations traversent la flaque au domaine des musiques de qualité – que nos blogueurs de France nous instruisent à ce titre, notamment mc.anger dont on espère la liste au-dessous. Il y a au moins eu BABX dans ma compile en 2009.  De Tom Waits au rock hendrixien en passant par l’impressionnisme français, sa palette sonore est le véhicule d’un véritable univers poétique, qui mène à croire en la pérennité de ce jeune artiste venu presque incognito au dernier Coup de coeur francophone.

3. Malajube, Labyrinthes, Dare To Care

J’ai mis du temps à apprécier ce troisième album de Malajube. Trois saisons plus tard, je peux dire que cet albums a fleuri entre mes oreilles, le tout coiffé par un petit extra à la fin de l’année (les quatre chansons supplémentaires offertes en décembre).  Julien Mineau et ses potes ne maîtrisent toujours pas les mots, mais leur sens musical, leur vision de l’espace sonore en studio, leur énergie, leur instinct concourent à l’idéal qu’on se fait d’un grand groupe rock québécois. Au bout de 2009, je puis affirmer que Labyrinthes est un album à la hauteur de Tompe l’oeil et Le Compte complet.

4. Fred Fortin, Plastrer la lune, C4

Sauf peut-être son titre (plastrer est un anglicisme un peu maladroit), tout est très bon ou excellent dans ce nouvel opus de Fred Fortin. L’équilibre entre texte et musique illustre la maîtrise acquise par le Bleuet Montréalais, qui demeure à mon sens de leader esthétique de toute une frange des créateurs indés du Québec.  On l’a encore vérifié en spectacle tout récemment, Fred demeure parmi nos meilleurs.

5. Marie-Pierre Arthur, Marie-Pierre Arthur, Bonsound

Révélation 2009 de notre pop indé, la bassiste, chanteuse, auteure et compositrice a réussi la plus belle entrée en matière cette année. Non seulement évolue-t-elle au sein d’un milieu musical exceptionnel (Louis-Jean Cormier et François Lafontaine de Karkwa, coréalisateurs de cet album, pour ne nommer que ceux-là), mais encore a-t-elle posé les bases d’un art qui s’annonce aussi substantiel que singulier.

6. Bernard Adamus, Brun, Dare to Care

Autre révélation de 2009, cet animal furieusement brun (la couleur de l’amour!) qu’est Bernard Adamus a imposé sa propre facture. Superbe sens de la parole keb (malgré ses petits ornements scatos), mélange vivifiant de folk, country blues, hip hop et fanfare déglinguée. S’il trouve le moyen de garder la forme, Bernard Adamus est un cas sur lequel on n’a pas fini de se pencher.

7. Guillaume Arsenault, Géophonik, GSI Musique

À mon sens, c’est la plus belle surprise des régions en 2009.  On en convient, Guillaume Arsenault n’est pas un débutant; il avait enregistré des chansons avant de sortir son excellent Géophonik, portail de son univers perso. Et quel univers ! De la Baie des Chaleurs, l’homme a créé un cyber-folk digne des plus belles expériences du genre, toutes nations confondues. Et ça sent bon la Gaspésie !

8. Navet confit, LP3/Papier vampire, La Confiserie

Tout compte fait, Navet confit a réussi son troisième album, son meilleur à mon humble avis. Malgré le côté un tantinet abscons de ses textes, le directeur artistique de La Confiserie  a réussi un enregistrement de très bon niveau. Le travail de studio est celui d’un véritable orfèvre s’étant approprié les grandes références de la  pop culture mondiale. En ressort une création on ne peut plus personnelle. Soulignons au passage les sorties de très beaux albums de la même Confiserie que dirige (artistiquement) le Navet : La lenteur alentour d’Émilie Proulx et Contre le tien ananas bongo love de Carl-Éric Hudon.

9. Jean Leloup, Mille excuses Milady, Grosse Boîte

Un fois qu’on admet et qu’on accepte son côté brouillon en studio, une fois qu’on exulte devant lui sur scène (l’automne dernier au Métropolis), on ne peut que se prosterner devant le roi Ponpon.  L’as du texte rock au Québec, c’est encore et toujours Jean Leloup. L’artiste pondera toujours des musiques inachevés et, pourtant, irrésistibles… sur lesquelles il couche des rimes de haute volée.

10 . Luc De Larochellière, Un toi dans ma tête, Disques Victoire

Celui qui fut une vraie vedette pour les gens de sa génération, fin 80 début 90, a créé son meilleur album depuis des lustres, de concert avec son vieux complice Marc Pérusse. Luc DeLarochellière nous rassure ainsi sur la perspective de créer des chansons fortes… une existence durant. Que ceux qui voient en lui un has been se détrompent. Un Toi dans ma tête est un très beau disque de chanson qui n’a rien, strictement rien de suranné.

Lire les commentaires (37)  |  Commenter cet article






Samedi 26 décembre 2009 | Mise en ligne à 12h27 | Commenter Commentaires (48)

Le temps des listes / La décennie québécoise

Le temps des Fêtes coïncide avec celui des tops. Il y a quelques semaines, j’ai suggéré à nos blogueurs de dresser leur liste. Depuis le 26 décembre, j’ai relancé notre communauté pour que tous puissent s’exprimer sur la décennie. Une série d’envois est prévue d’ici la nouvelle année et la nouvelle décennie.

Ce premier consiste à faire le point sur la décennie québécoise, francos et anglos confondus.

Voici mon top 25 perso pour le Québec 2000-2009.

Plusieurs chroniqueurs de La Presse / Cyberpresse ont fait cet exercice. Le vôtre mainteant ?

arcade-fire-funeral.jpg

1. The Arcade Fire, Funeral, Merge (2004)

2. Patrick Watson, Wooden Arms, Secret City (2009)

3. Karkwa, Le volume du vent, Audiogram (2008)

4. Malajube, Trompe-l’oeil, Dare to Care (2006)

5. Rufus Wainwright, Release the Stars, Geffen (2007)

6. Fred Fortin, Planter le décor, C4 (2004)

7. Richard Desjardins, Kanasuta, Foukinic (2003)

8. Pierre Lapointe, La forêt des mal-aimés, Audiogram (2006)

9. Jérôme Minière, Jérôme Minière chez Herri Kopter, La Tribu (2004)

10. Daniel Bélanger, Rêver mieux, Audiogram (2001)

11. The Besnard Lakes, The Besnard Lakes Are At The Dark Horse, Jagjaguwar (2007)

12. Mara Tremblay, Tu m’intimides, Audiogram (2009)

13. Wolf Parade, Apologies to the Queen Mary, SubPop (2005)

14. Douze hommes rapaillés, Douze hommes rapaillés, Spectra Musique (2008)

15. Unicorns, Who Will Cut Our Hair When We’re Gone?, Alien8 (2003)

16. François Bourassa Quartet, Indefinite Time, Effendi (2003)

17. Akufen, My Way, Force inc. (2002)

18. Marie-Jo Thério, La Maline, GSI Musique (2000)

19. Monsieur Mono, Pleurer la mer morte, Productions du chien (2005)

20. Urbain Desbois, Entomologie, La Tribu (2003)

22. DJ Champion, Chill’em All, Saboteur/Maple Music (2004)

23. Chloé Sainte-Marie, Je marche à toi, FGC Disques (2002)

24. Guillaume Arsenault, Géophonik, GSIMusique (2009)

25. Jean Leloup, La Vallée des réputations, Roi Ponpon/Dare to Care (2003)

 

Lire les commentaires (48)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    mai 2014
    L Ma Me J V S D
    « fév   juin »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archives

  • publicité