Alain Brunet

Archive, octobre 2009

Vendredi 30 octobre 2009 | Mise en ligne à 12h12 | Commenter Commentaires (44)

L’ADISQ et les non-membres

felix.gif

Si vous n’avez pas entendu parler du gala “en discussion” chez Groupe Archambault, filiale de Quebecor Media, ça se poursuit sur ce blogue.

Pour vous mettre au parfum, je vous fournis l’hyperlien de notre nouvelle exclusive de  jeudi ainsi que  l’analyse de mon collègue Marc Cassivi avant de vous suggérer la mienne.

Le problème en résumé:

1. Le retrait de Quebecor de l’ADISQ se fonde sur un différend des mesures à prendre sur l’internet quand on est producteur de musique enregistrée.

2. Une fois sorti de l’association, Quebecor trouve aberrant que ses artistes en production ne puissent être éligibles aux galas de 2010. Renoncer à l’association des producteurs indépendants a des conséquences fâcheuses… qui mènent à une autre stratégie de développement.

3. Ainsi, Quebecor envisage de faire son propre gala, et poursuit sa marche vers l’intégration verticale des contenus cultuels produits et diffusés par l’entreprise.

4. L’ADISQ est confrontée au retrait d’artistes québécois très populaires, elle doit gérer cette crise bon gré mal gré.

Des visions développement s’opposent désormais au grand jour, à commencer par les mesures contraignantes sur l’internet. Un fournisseur d’accès internet et un portail internet qui disposent d’un tel réseau de câblodistribution savent où se situent d’abord leurs intérêts financiers.

Même avec un préjugé favorable à la production de contenus québécois, même s’il est un acteur important dans la production des contenus audiovisuels, le consortium dirigé par Pierre-Karl Péladeau réprouve toute notion de redevances obligatoires sur l’internet à partager avec les créateurs.

Dans l’autre camp, une majorité de producteurs réclament la mise en place de mesures contraignantes sur l’internet: contrôle du trafic illégal pour faire évoluer une offre légale encore bien timide sur le net, partage desrevenus des fournisseurs d’accès et de services sur le net.

Le problème dans le détail :

1. La vision de Quebecor

Ainsi donc, Pierre Marchand, ex-patron de MusiquePlus / MusiMax, devenu président du secteur musique chez Groupe Archambault, envisage la tenue d’un événement parallèle au Gala de l’ADISQ. “Ça se discute”, a-t-il résumé.

Dans les mondes de la télévision et de l’édition, la tendance de Quebecor à faire cavalier seul est connue. On se retire des associations professionnelles, on décline ensuite ses propres propositions sur les plateformes de Quebecor – Canoe, TVA, Le Journal de MTL, etc- et le tour est joué.  Stratégie on ne peut plus prévisible, doit-on renchérir.

Au tour de la zizique, donc.

La principale raison qui justifie cette “autarcie” est la suivante:

D’abord, Quebecor réunit toutes les plateformes nécessaires au déploiement du nouvel environnement médiatque – journaux, magazines, télévision, portail internet, câblodistribution, fourniture d’accès internet, téléphonie mobile, production et distribution de contenus audiovisuels.

Inutile d’ajouter qu’on y a réalisé tout le pouvoir de cette tuyauterie dans un environnement numérique. Or, pour en maintenir le développement et la rentabilité, la perspective de de réglementer le partage des revenus est un frein au développement des secteurs les plus prometteurs.

Alors ? Bien que sensible au succès de la musique québécoise, le groupe dirigé par Pierre-Karl Péladeau réprouve toute réglementation contraigante à l’endroit des “transporteurs” de contenu. Ainsi, Quebecor préconise d’autres modèles d’affaires pour rétribuer les contenus. Lesquels ? On ne sait pas vraiment, sauf qu’ils doivent être réalisés dans le cadre d’ententes privées, sans répondre à quelque réglementation publique qui obligeraient les transporteurs à respecter des normes d’équité établies par l’État.

Pourquoi le groupe Quebecor invoque-t-il le  soi disant passéisme de l’ADISQ sur cette question ?  Pour mieux s’en distancier.  Parce que Qubecor sait l’impossibilité (à tout le moins la grande difficulté) de gérer le trafic internet, parce qu’il sait aussi le peu de rentabilité des contenus audiovisuels vendus en ligne. Pour Quebecor, l’avenir des contenus repose sur une circulation fluide des contenus. Lesquels ? Ceux qui disposent de solides ententes privées avec des groupes importants… comme Quebecor.  Alors ? Les artistes favorisés par de telles ententes ne peuvent être que très grand public, sauf exception. Les artiste de contenu moins rentable, particulièrement ceux associés à des genres plus nichés (pop indie, chanson d’auteur, électro, hip hop,world, jazz, classique), sont généralement évacués de cette nouvelle dynamique économique que préconise Quebecor.

2. La vision de l’ADISQ

Là où le problème se complique davantage c’est que l’ADISQ prête flanc à la critique dans sa manière d’aborder l’environnement numérique. Bien sûr, l’ADISQ défend l’intérêt de ses membres en réclamant des mesures contraigantes sur l’internet: contrôle des internautes déviants, gestion du trafic illégal sur la toile, partage des revenus des fournisseurs d’accès internet et autres acteurs de la nouvelle économie des contenus.

À tout le moins du côté de sa vieille garde, l’association de producteurs rêve encore de restreindre le piratage en contrôlant les habitudes des internautes, en instaurant une gestion plus serrée du trafic des contenus sur l’internet. Comment y arriver ? Personne n’a vraiment réussi à ce jour.

Encore aujourd’hui, c’est-à-dire dix ans après les débuts de la lutte contre le piratage, la musique légale est tellement facile à contourner que les profits réalisés dans un contexte de mesures contraignantes destinées aux internautes (lois plus sévères, réduction du trafic des contenus piratés, etc.) n’arriveront pas (de sitôt) à la cheville de l’ordre “d’autrefois”, c’est-à-dire la fin des années 90 où les ventes de disques avaient atteint leur ultime sommet.

Alors ? Bien au-delà de Quebecor, et pas pour les mêmes raisons, d’aucuns croient que l’ADISQ fait  preuve de passéisme avec son désir de contrôler l’offre légale en ligne – et cela inclut un portion croissante de ses propres membres. En revanche, la perspective de favoriser le partage des revenus du numérique (ententes de rétribution avec les fournisseurs d’accès, hébergeurs de contenu, fabricants de hardware) ou encore d’imposer ce partage politiquement et juridiquement (si les parties ne s’entendent pas), fait son chemin chez les producteurs et les créateurs. Très différent de la position de Quebecor, n’est-ce pas ?

Nous sommes donc loin, très loin de solutions réelles qui relanceront les contenus musicaux et tous les autres. L’ADISQ a donc du temps pour raffiner sa position sur l’environnement numérique.

3. Le gala des membres et des non-membres

À court terme, il y a ce problème des labels non-membres qui vient d’être vachement médiatisé. Conséquence indirecte de ce différend profond entre l’association de producteurs indépendants et Quebecor Media, le retrait stratégique du label Musicor avec ses artistes devenu non éligibles pour les galas de 2010 forcera l’ADISQ à trouver une issue.

Comment se passer de tous ces artistes grand public dans un aussi petit marché ? Comment l’ADISQ peut-elle exclure Zachary Richard, les compétiteurs de Star Académie, Mario Pelchat, Stéphanie Lapointe, Marie-Mai et autres Renée Martel ? Dans un aussi petit marché, cela me semble impossible.

Que Quebecor en vienne ou non à diffuser un autre événement, il faudra trouver une solution du côté de l’ADISQ.  Soit modifier la réglementation des mises en nomination (avec le risque de voir son modèle de financement affaibli, du moins provisoirement), soit entrer en guerre (de tranchée!) avec le consortium démissionnaire, entre autres manoeuvres “travailler au corps” les artistes sous contrat chez Musicor afin qu’ils changent de camp, pour citer un producteur avec qui j’ai causé tout récemment… On imagine alors les pressions exercées par le camp adverse.  Ça ne serait pas très joli…

Tant qu’à y être, une ouverture aux non-membres de l’ADISQ serait-elle aussi bénéfique à gauche du spectre musical québécois ?

Si tous les indés de la pop indie anglo-montréalaise ou québécoise francophone avaient accès aux mises en nomination, si tous les artistes des musiques du monde, du jazz, de la musique classique, des scènes électro ou hip hop, n’étaient pas tenus de devenir membres de l’ADISQ pour qu’is soient mis en nomination et reconnus à la hauteur de leur talent et leur impact, notre industrie de la musique n’en sortirait-elle pas gagnante ?

Poser la question…

Lire les commentaires (44)  |  Commenter cet article






Mardi 27 octobre 2009 | Mise en ligne à 10h00 | Commenter Commentaires (100)

L’Autre gala de l’ADISQ: exprimez-vous !

 adisq-logo.png

On a tendance à y imaginer triompher les artistes les plus marginaux. Vraiment ? L’autre Gala de l’ADISQ, auquel ma collègue Marie-Christine Blais a assisté lundi, est-il plus à gauche dans cette mouvance musicale de l’extrême-centre qu’est cette industrie représentée par l’association de producteurs québécois? Chaque année, la question revient à l’esprit.

Voici donc l’exercice proposé pour l’Autre gala, en attendant  le gala télévisé dont ce blogue fera l’objet d’une discussion en direct :

1. Exprimez votre accord ou votre désaccord avec les gagnants de l’Autre gala présenté le lundi 26 octobre. Pour étoffer vos réponses, je vous fournis les mises en nomination.

2. Il arrive régulièrement que plusieurs albums de catégories plus marginales ne soient pas mis en nomination pour diverses raisons:

* Le processus  de mises en nomination peut faire fausse route. Par exemple, les résulats de vente l’emportent souvent sur la qualité, même lorsque des jurys spécialisés sont mis à contribution

* Lesp artistes ne sont pas inscrits à l’ADISQ parce qu’ils n’ont pas les moyens d’être membre ou parce qu’ils ne sont tout simplement pas intéressés à le devenir.

Si vous y voyez une incongruité, n’hésitez pas à la souligner !

LES GAGNANTS DEVAIENT-ILS GAGNER ?

Album de l’année Rock: Mille excuses Milady , Jean Leloup
Album de l’année Anglophone: Wooden Arms , Patrick Watson
Album de l’année Hip-Hop: Avant k’tu m’oublies , Sir Pathétik
Album de l’année Humour: Le show caché, Louis-José Houde
Album de l’année Bande sonore originale: Babine, Serge Fiori, Normand Corbeil
Album de l’année Classique, Orchestre et grand ensemble: Philip Glass: Portrait, Angèle Dubeau et La Pietà
Album de l’année Classique, Soliste et petit ensemble: Franck, Lekeu, Sonates, Mathieu, Ballade Fantaisie, Alain Lefèvre et David Lefèvre
Album de l’année Classique Vocal: Hymnes à la beauté du monde
Album de l’année Country: L’Héritage, Renée Martel
Album de l’année Instrumental: Berceuses pour Philou
Album de l’année Jazz Création: Big Band, Lorraine Desmarais Big Band
Album de l’année Jazz Interprétation: Mario Pelchat et Michel Legrand , Mario Pelchat
Album de l’année Jeunesse: Le Broco Show, Annie Brocoli
Album de l’année Meilleur vendeur: Fais-moi la tendresse, Ginette Reno
Album de l’année Musiques du monde: La historia de Lola, Florence K.
Album de l’année Reprises: 70s Volume 2, Sylvain Cossette
Album de l’année Traditionnel: La traversée miraculeuse, Les Charbonniers de l’enfer, La Nef
Album de l’année Alternatif: Labyrinthes, Malajube
Album de l’année Musique électronique: Sport de combat, Numéro#
Spectacle de l’année Humour: André Sauvé, André Sauvé
Vidéoclip de l’année: La Façade, Karkwa
Artiste de la francophonie s’étant le plus illustré au Québec: Grand Corps Malade
Artiste québécois Interprétation autres langues: Pascale Picard Band
Artiste québécois s’étant le plus illustré hors Québec: Pascale Picard Band

LES MISES EN NOMINATION ÉTAIENT-ELLES ADÉQUATES ?

album de l’année – alternatif

Nord, Dumas
Production : La Compagnie Larivée Cabot Champagne
Maison de disques : La Tribu
Direction artistique : Claude Larivée
Réalisation : Dumas, Louis Legault
Équipes de promotion : La Compagnie Larivée Cabot Champagne, Taxi Promo
Distribution : DEP Distribution Exclusive
Soudure Mexicaine,
Hugo Fleury
Production : Pomme Zed
Maison de disques : Disques Anubis
Direction artistique : Hugo Fleury
Réalisation : Michael Néron, Hugo Fleury
Équipe de promotion : Disques Anubis
Distribution : Outside Music
Contre le tien – Ananas bongo love, Carl-Éric Hudon
Production : GSI Musique, La Confiserie, Disques Fruit
Maisons de disques : GSI Musique, La Confiserie
Direction artistique : Carl-Éric Hudon
Réalisation : Navet Confit
Carl-Éric Hudon
Distribution : Distribution Select
La patère rose, La patère rose
Production : Disques Dare to Care
Maison de disques : Grosse Boîte
Direction artistique : La patère rose
Réalisation : Loïc Thériault, La patère rose
Équipes de promotion : Disques Dare to Care, Taxi Promo
Distribution : Distribution Select
Labyrinthes, Malajube
Production : Malajube Inc.
Maison de disques : Disques Dare to Care
Direction artistique : Malajube
Réalisation : Malajube, Pierre Girard
Équipes de promotion : Disques Dare to Care, Bonsound
Distribution : Distribution Select

 album de l’année – anglophone

Beast, Beast
Production : Avalanche Productions
Maison de disques : Véga Musique
Direction artistique : Sébastien Nasra
Réalisation : Jean-Philippe Goncalves
Équipe de promotion : Véga Musique
Distribution : Universal Music Canada
Storyteller, Nicola Ciccone
Production : Matita Publishing
Maison de disques : Matita Publishing
Direction artistique : Nicola Ciccone
Réalisation : Peter Ranallo, Nicola Ciccone
Équipe de promotion : Communications Julie Lamoureux
Distribution : Distribution Select
Speak your mind, Ian Kelly
Production : Disques Audiogram
Maison de disques : Disques Audiogram
Direction artistique : Mathieu Houde
Réalisation : Ian Kelly, Guillaume Chartrain
Équipe de promotion : Disques Audiogram
Distribution : Distribution Select
Lhasa, Lhasa
Production : Disques Audiogram
Maison de disques : Disques Audiogram
Direction artistique : Lhasa
Réalisation : Lhasa
Équipe de promotion : Disques Audiogram
Distribution : Distribution Select

album de l’année – bande sonore originale

Annie et ses hommes – Les 7 saisons en chansons
Artistes variés
Production
Musicor Produits Spéciaux
Maison de disques
Musicor
Direction artistique
Martin Leclerc
Réalisation
Bernard Dansereau
Gaétan Essiambre
Équipes de promotion
Musicor, Taxi Promo
Distribution
Distribution Select
Babine
Serge Fiori
Normand Corbeil
Production
Cité Amérique
Productions Serge Fiori
Productions Clavicorde
Maison de disques
Musicor
Réalisation
Serge Fiori
Normand Corbeil
Équipe de promotion
Musicor
Distribution
Distribution Select
The Timekeeper
Claude Fradette
Guy Bélanger
Production
Productions Bros
Maison de disques
Disques Bros
Direction artistique
Claude Fradette
Réalisation
Claude Fradette
Équipes de promotion
Productions Bros
Communications Lise Raymond
Six Media Marketing
Distribution
Distribution Select
Borderline
Benoît Jutras
Production
Benoit Jutras
Max Films
Maison de disques
Go Musique
Direction artistique
Benoit Jutras
Réalisation
Rob Heaney
Benoit Jutras
Équipe de promotion
Paule Genest
Distribution
DEP Distribution Exclusive

album de l’année – classique orchestre et grand ensemble

Schindler’s List, Alexandre da Costa, Orchestre Symphonique Bienne
Production : ATMA Classique
Maison de disques : ATMA Classique
Réalisation : Johanne Goyette
Équipe de promotion : ATMA Classique
Distribution ; Naxos
Philip Glass : Portrait, Angèle Dubeau & La Pietà
Production : Analekta
Maison de disques : Analekta
Direction artistique : Angèle Dubeau, François Mario Labbé
Réalisation : Carl Talbot
Équipe de promotion : Analekta
Distribution : Distribution Select
André Mathieu : Concerto No. 4; Oeuvres pour orchestre, Alain Lefèvre, Tucson Symphony Orchestra, George  Hanson, Bruce Chamberlain
Production : Analekta
Maison de disques : Analekta
Direction artistique : Alain Lefèvre, François Mario Labbé
Réalisation : Carl Talbot
Équipe de promotion : Analekta
Distribution : Distribution Select
Bruckner 9, Orchestre Métropolitain, Yannick Nézet-Séguin
Production : ATMA Classique
Maison de disques : ATMA Classique
Réalisation : Johanne Goyette
Équipe de promotion : ATMA Classique
Distribution : Naxos
Bach Métamorphoses, Orchestre symphonique de Québec, Yoav Talmi
Production : ATMA Classique
Maison de disques : ATMA Classique
Réalisation : Johanne Goyette
Équipe de promotion : ATMA Classique
Distribution : Naxos

album de l’année – classique soliste et petit ensemble

Messiaen – Fête des belles eaux, Ensemble d’Ondes de Montréal
Production : ATMA Classique
Maison de disques : ATMA Classique
Réalisation : Johanne Goyette
Équipe de promotion : ATMA Classique
Distribution : Naxos
Chopin, André Laplante
Production : Analekta
Maison de disques : Analekta
Direction artistique : François Mario Labbé
Réalisation : Carl Talbot
Équipe de promotion : Analekta
Distribution : Distribution Select
Franck, Lekeu – Sonates ; Mathieu – Ballade-Fantaisie, Alain Lefèvre, David Lefèvre
Production : Analekta
Maison de disques : Analekta
Direction artistique : Alain Lefèvre, François Mario Labbé
Réalisation : Carl Talbot
Équipe de promotion : Analekta
Distribution : Distribution Select
Devienne – Sonates op. 24, Mathieu Lussier
Production : ATMA Classique
Maison de disques : ATMA Classique
Réalisation : Anne-Marie Sylvestre
Équipe de promotion : ATMA Classique
Distribution : Naxos
Glenn Gould, Ernest MacMillan, String Quartets, Quatuor Alcan
Production : ATMA Classique
Maison de disques : ATMA Classique
Réalisation : Anne-Marie Sylvestre
Équipe de promotion : ATMA Classique
Distribution : Naxos

album de l’année – classique vocal

Gloria! Vivaldi et ses anges, Ensemble Caprice, Matthias Maute
Production : Analekta
Maison de disques : Analekta
Direction artistique : Matthias Maute, François Mario Labbé
Réalisation : Carl Talbot
Équipe de promotion : Analekta
Distribution : Distribution Select
Melodiya, Marianne Fiset, Orchestre Radio-Canada Musique, Jean-Philippe Tremblay, Marie-Ève Scarfone
Production : Analekta
Maison de disques : Analekta
Direction artistique : Marianne Fiset, François Mario Labbé
Réalisation : Carl Talbot
Équipe de promotion : Analekta
Distribution : Distribution Select
Handel Arias, Karina Gauvin, Tempo Rubato, Alexander Weimann
Production : ATMA Classique
Maison de disques : ATMA Classique
Direction artistique : Alexander Weimann
Réalisation : Johanne Goyette
Équipe de promotion : ATMA Classique
Distribution : Naxos
Wales – The Land of Song / Chansons galloises, Shannon Mercer, Skye Consort
Production : Analekta
Maison de disques : Analekta
Direction artistique : Shannon Mercer, Seán Dagher, François Mario Labbé
Réalisation : Carl Talbot
Équipe de promotion : Analekta
Distribution : Distribution Select
Hymnes à la beauté du monde, Michaël
Production : Productions Minh Thao
Maison de disques : Productions Minh Thao
Direction artistique : Josélito Michaud
Réalisation : Carl Marsh
Équipe de promotion : Productions Minh Thao
Distribution : Distribution Select

album de l’année – country

Dans la nature jusqu’au cou,
Avec pas d’casque
Production : Disques Dare to Care
Maison de disques : Grosse Boîte
Direction artistique : Avec pas d’casque
Réalisation : Avec pas d’casque
Équipe de promotion : Disques Dare to Care
Distribution : Distribution Select
Au bout de tes rêves,
Georges Hamel
Production : Productions musicales Georges Hamel
Maison de disques : Karo
Direction artistique : Georges Hamel
Réalisation : Denis Champoux
Équipe de promotion : Productions musicales Georges Hamel
Distribution : Distribution Select
Au nom du countr(i), Madame Moustache
Production : GSI Musique
Maison de disques : GSI Musique
Direction artistique : Madame Moustache
Réalisation : Jean-Luc De Bellefeuille, Madame Moustache
Équipe de promotion : Lamosik
Distribution : Distribution Select
L’Héritage, Renée Martel
Production : Musicor, Productions Pierre Gravel International
Maison de disques : Musicor
Direction artistique : Martin Leclerc, Sébastien G. Côté
Réalisation : Marc Pérusse
Équipes de promotion : Musicor, Taxi Promo
Distribution : Distribution Select
Chansons à boire et déboires vol. 1, Polo et les Méchants Moinôs
Production : Disques Atlantis
Maison de disques : Disques Atlantis
Direction artistique : Michel Sabourin
Réalisation : Marc-André Lalonde
Équipe de promotion : Promotions Marie-Jo Bastien
Distribution : Distribution Select

album de l’année – hip-hop

Les Racines dans le béton, Koriass
Production : Disques 7ième Ciel
Maison de disques : Disques 7ième Ciel
Direction artistique : Emmanuel Dubois
Réalisation : Félix-Antoine Bourdon, Emmanuel Dubois, Steve Jolin
Équipe de promotion : Disques 7ième Ciel
Distribution : DEP Distribution Exclusive
Dendrophile, Movèzerbe
Production : Movèzerbe
Maison de disques : Districk Musique
Direction artistique : Movèzerbe
Réalisation : Movèzerbe
Équipe de promotion : Beat Market
Distribution : Distribution Select
Avant k’tu m’oublies,
Sir Pathétik
Production : Production Pathétik
Maison de disques : High Life Music
Réalisation : Raphaël Bérubé
Équipe de promotion : Communications Julie Lamoureux
Distribution : DEP Distribution Exclusive
Le Coeur et la Raison, Taktika
Production : Explicit Productions
Maison de disques : Explicit Productions
Direction artistique : Frédéric Auger
Réalisation : Frédéric Auger
Équipe de promotion : RSVP Média
Distribution : Distribution Select
Ma Raison, Vaï
Production : K.Pone Inc. Music Group
Maison de disques : K.Pone Inc. Music Group
Direction artistique : Adil Takhssait
Réalisation : Adil Takhssait
Équipes de promotion : E-Stunt, Warner Music Canada
Distribution : Warner Music Canada

album de l’année – instrumental

Antonio, Antonio – David Brunet
Production : David Brunet
Maison de disques : La Tribu
Direction artistique : David Brunet
Réalisation : David Brunet
Équipe de promotion : La Compagnie Larivée Cabot Champagne/La Tribu
Distribution : DEP Distribution Exclusive
Berceuses pour Philou, Artistes variés
Production : Effendi Records
Maison de disques : Effendi Records
Direction artistique : Alain Bédard
Réalisation : Alain Bédard
Équipe de promotion : Effendi Records
Distribution : Distribution Select
Bataclan!, Bataclan
Production : ATMA Classique
Maison de disques : ATMA Classique
Réalisation : Anne-Marie Sylvestre
Équipe de promotion : ATMA Classique
Distribution : Naxos
Cafe Fuego Volume 1, Cafe Fuego
Production : Les Troublemakers
Maison de disques : Sphere Musique
Direction artistique : Gabriel Aubry
Réalisation : Marc Bell, Cristobal Tapia de Veer
Équipe de promotion : RSVP Média
Distribution : DEP Distribution Exclusive
Rodéoscopique, Rodéoscopique
Production : Disques Audiogram
Maison de disques : Disques Audiogram
Direction artistique : Antoine Berthiaume, Rick Haworth
Réalisation : Rick Haworth
Équipe de promotion : Disques Audiogram
Distribution : Distribution Select

album de l’année – instrumental

Antonio, Antonio – David Brunet
Production : David Brunet
Maison de disques : La Tribu
Direction artistique : David Brunet
Réalisation : David Brunet
Équipe de promotion : La Compagnie Larivée Cabot Champagne/La Tribu
Distribution : DEP Distribution Exclusive
Berceuses pour Philou, Artistes variés
Production : Effendi Records
Maison de disques : Effendi Records
Direction artistique : Alain Bédard
Réalisation : Alain Bédard
Équipe de promotion : Effendi Records
Distribution : Distribution Select
Bataclan!, Bataclan
Production : ATMA Classique
Maison de disques : ATMA Classique
Réalisation : Anne-Marie Sylvestre
Équipe de promotion : ATMA Classique
Distribution : Naxos
Cafe Fuego Volume 1, Cafe Fuego
Production : Les Troublemakers
Maison de disques : Sphere Musique
Direction artistique : Gabriel Aubry
Réalisation : Marc Bell, Cristobal Tapia de Veer
Équipe de promotion : RSVP Média
Distribution : DEP Distribution Exclusive
Rodéoscopique, Rodéoscopique
Production : Disques Audiogram
Maison de disques : Disques Audiogram
Direction artistique : Antoine Berthiaume, Rick Haworth
Réalisation : Rick Haworth
Équipe de promotion : Disques Audiogram
Distribution : Distribution Select

album de l’année – jazz interprétation

Silence!, Mimi Blais
Production : Orange Music
Maison de disques : Orange Music
Direction artistique : Claude  Simard, Mimi Blais
Réalisation : Claude  Simard, Mimi Blais
Équipe de promotion : Orange Music
Distribution : Distribution Select
Moonlight Café, Moonlight Girls
Production : Disques Artic
Maison de disques : Disques Artic
Direction artistique : Robert Pillitz
Réalisation : Robert Pillitz
Équipe de promotion : RSVP Média
Distribution : Distribution Select
Mario Pelchat / Michel Legrand, Mario Pelchat
Production : Musicor
Maison de disques : Musicor
Direction artistique : Anne Vivien, Lionel Lavault
Réalisation : Michel Legrand
Équipes de promotion : Musicor, Taxi Promo
Distribution : Distribution Select

album de l’année – musique électronique

Festin Nu, Biobazar
Production : Studio stereo records
Maison de disques : Studio stereo records
Direction artistique : Dany Janvier
Réalisation : Dany Janvier
Équipe de promotion : Studio stereo
Distribution : Ingrooves media distribution
St-Michel, Jean-Pierre Limoges
Production : Jean-Pierre Limoges
Maison de disques : Les Disques Musik2Musik
Direction artistique : Jean-Pierre Limoges
Réalisation : Jean-Pierre Limoges
Équipe de promotion : Les Disques Musik2Musik
Distribution : Distribution Select
Sport de combat, Numéro#
Production : Numéro
Maison de disques : Saboteur Records
Direction artistique : Numéro#
Réalisation : Simon Weiskopf
Équipe de promotion : Saboteur Records
Distribution : Outside Music

album de l’année – musiques du monde

Beats on Canvas, Beats on Canvas
Production : Disques BOC
Maison de disques : Disques BOC
Direction artistique : Martin  Bernard, Dominique Bernard, Catherine Latendresse
Réalisation : Martin  Bernard, Catherine Latendresse, Dominique Bernard
Équipe de promotion : Protomusik Management
La historia de Lola, Florence K.
Production : Productions Red Blues
Maison de disques : Musicor
Direction artistique : Anne Vivien
Réalisation : Florence K., Nicolas Petrowski
Équipes de promotion : Musicor, Taxi Promo
Distribution : Distribution Select
Na Laje, Mônica Freire
Production : Disques Audiogram
Maison de disques : Disques Audiogram
Direction artistique : Julius Britto Liminha, Mônica Freire
Réalisation : Julius Britto Liminha
Équipe de promotion : Disques Audiogram
Distribution : Distribution Select
Déserts, La Nef
Production : Fidelio Musique, La Compagnie musicale La Nef
Maison de disques : Fidelio Musique
Direction artistique : Claire Gignac
Réalisation : Claire Gignac, René Laflamme
Équipe de promotion : Fidelio Musique
Distribution : SRI Canada
La rose des sables, Lynda Thalie
Production : PMD Production – Cameron Management
Maison de disques : Musicor
Réalisation : Michel Bruno
Équipes de promotion : Musicor, Taxi Promo
Distribution : Distribution Select

album de l’année – rock

Mille excuses milady, Jean Leloup
Production : Roi Ponpon, Jean Leloup, Anthony Ayotte
Maison de disques : Grosse Boîte
Direction artistique : Jean Leloup
Réalisation : Anthony Ayotte, Jean Leloup
Équipe de promotion : Disques Dare to Care
Distribution : Distribution Select
Pour ne pas être seul, Mathieu Provençal
Production : Disques Artiste
Maison de disques : Disques Artiste
Direction artistique : Caroline Cloutier
Réalisation : Mathieu Provençal, Marc-Antoine Olivier, François Séguin
Équipe de promotion : Promotions Marie-Jo Bastien
Distribution : Distribution Select
Dans un monde, SENS
Production : Productions Simonsays
Maison de disques : Productions Simonsays
Direction artistique : Toby Gendron, Sylvain Michel
Réalisation : Toby Gendron, Sylvain Michel
Équipe de promotion : Torpille
Distribution : DEP Distribution Exclusive
À distance, Marie-Chantal Toupin
Production : EDC Musique
Maison de disques : EDC Musique
Direction artistique : Eduardo Da Costa
Réalisation : Guy Tourville
Équipe de promotion : Promotions Marie-Jo Bastien
Distribution : Distribution Select

album de l’année – traditionnel

Bon Débarras, Bon Débarras
Production : Productions de l’onde
Maison de disques : Productions de l’onde
Réalisation : Jean-François Dumas, Dominic Desrochers, Luzio Altobelli
Distribution : Distribution Select
La Bibournoise, Genticorum
Production : Productions du Moulin
Maison de disques : Roues et Archets
Direction artistique : Genticorum, Pascal Gemme
Réalisation : Pascal Gemme
Équipes de promotion : FAMGroup, Heather Kitching
Distribution : Distribution Fusion3, Outside Music
Mesdames et messieurs !, Le Vent du Nord
Production : Le Vent du Nord et Associés
Maison de disques : Borealis Records
Direction artistique : Le Vent du Nord
Réalisation : Le Vent du Nord
Équipes de promotion : Communications Lise Raymond, Heather Kitching, Le Vent du Nord et Associés
Distribution : Universal Music Canada
La traverse miraculeuse, Les Charbonniers de l’enfer, La Nef
Production : ATMA Classique
Maison de disques : ATMA Classique
Direction artistique : Sylvain Bergeron
Réalisation : Johanne Goyette
Équipe de promotion : ATMA Classique
Distribution : Naxos

Partons allons, Les Chauffeurs à pieds
Production : Disques Scorbut
Maison de disques : Disques Scorbut
Réalisation : Antoine Gauthier
Équipe de promotion : Disques Scorbut
Distribution : Distribution Select

artiste québécois – interprétation autres langues

Susie Arioli

Producteur de spectacles
Agence Spectra

Florence K.

Producteur de spectacles
Groupe Phaneuf
Ian Kelly
Maison de gérance
Frilance Musique
Pascale Picard Band
Maison de gérance
Tandem.mu

artiste québécois s’étant le plus illustré hors Québec

Céline Dion

Maison de gérance

Productions Feeling
Les Cowboys Fringants

Maison de gérance
La Compagnie Larivée Cabot Champagne
MalajubeMaison de gérance
Bonsound
Pascale Picard Band

Maison de gérance
Tandem.mu
The Lost Fingers
Maison de gérance
Tandem.mu

 
 
 
 

Lire les commentaires (100)  |  Commenter cet article






Dimanche 25 octobre 2009 | Mise en ligne à 12h51 | Commenter Commentaires (30)

U2be… You Too

u2youtube.gif

rosebowl_1751.jpg

Un pas de plus vers l’universalisme, donc. Mais… de quel universalisme est-il ici question ?

You Tube, désormais LA télévision de l’univers connu, webdiffusait dimanche le plus fédérateur des groupes rock de l’univers connu. -  20h30, heure de Californie, 23h30, heure de l’Est. En direct du Rose Bowl de Pasadena, devant 96 000 fans conquis d’avance, certes l’un des plus beaux stades du monde pour un concert rock, U2 comptait fournir un exemple probant de sa tournée 360 degrees, en marche depuis la fin juin.

À Montréal, on devra se rabattre sur le 16 juillet, nous ne faisons pas partie de la première vague de cette tournée mondiale. Étrange, ne trouvez-vous pas ? Montréal n’est-il pas un des châteaux forts du quartette irlandais ? Il semble que ce soit un problème de toiture… Et que dire de la sonorisation, tant qu’à y être…  U2, comme tous les bands capables de remplir un stade, savent que le nôtre est minable à ce titre. Un ingénieur du son habitué à de telles tournées mondiales m’a déjà confié qu’il était le pire au monde, rien de moins … Alors ? Qu’en sera-t-il le 16 juillet prochain? Le Parc Jean-Drapeau sans toit, ou encore des garanties pour la toiture du Stade olympique ? Y a pas 56 possibilités… Que pensez-vous de l’hypothèse de Blue Bonnets ? Faudrait que sa capacité d’accueil dépasse les 40 000 personnes pour que les promoteurs choisissent cette option et mettent en branle la logistique nécessaire. Méchant contrat.

D’ici  là, on aura le temps de ruminer la matière de No Line On The Horizon… Je me suis excité le pompon lorsque le dernier album de U2 est sorti. Regain spontané de confiance à l’endroit d’un groupe qui me semblait déraper vers le divertissement familial, et ce depuis une mèche. L’après Pop, en quelque sorte, a été pour moi un processus d’institutionnalisation hautement lucratif pour le quartette irlandais, avec à la clef des propositions statiques et efficaces. Il fallait désormais éviter le tune off tellement c’était devenu big.

Et voilà No Line On The Horizon, et voilà qu’on se réjouit d’entrée de jeu.

J’imagine que ça devait quand même chicoter Bono et The Edge de se faire taxer de corporate, nouveau Cirque du soleil du rock avec en prime un bel assortiment de causes humaitaires. D’où l’effort (conscient ou non) d’un album créatif. Cet album est créatif, d’accord.

Quelques mois après sa sortie, où en est la digestion ?

Plus j’écoute le petit dernier à l’orée de la mégatournée mondiale vachement numérisée sur la toile, plus je me rends compte que le lot de créativité sur No Line On The Horizon me semble davantage attribuable aux réalisateurs et collaborateurs de longue date, Brian Eno et Daniel Lanois. L’étonnement vient de là, du moins en ce qui me concerne. À leur décharge, on doit au moins applaudir le désir de Bono et ses collegues d’aller de l’avant… tout en imprimant les mêmes mélodies et les mêmes progressions d’accords dans nos caboches rassurées.

Et voila la méga-supra-hyper opération sur scène. Une opération que très peu de groupes rock peuvent s’offrir. Crise de la musique, déclin évident des super vendeurs (plus de 5 millions d’albums), déclin des grands-messes dans les stades. Jusqu’à quand? Jusqu’à ce que la toile multiplie les opérations du genre. Forcément, il se crée des blockbusters sur cette autoroute de l’information qu’on croit encore destinée aux millions de propositions créatives qui ne cessent de fleurir sur cette petite planète. Malgré tout, il ne s’est jamais consommé autant de musique qu’aujourd’hui.

L’internet a donné un élan formidable aux niches, aux marchés spécialisées, à des centaines de milliers de communautés d’intérêt. Malgré son appauvrisement économique, la musique a profité de cette divertisté exponentielle sur le net. Il faut maintenant trouver le solutions économiques à ce pullulement.

Dans ce contexte, il ne faut surtout pas sous-estimer les effets de masse sur l’internet, dont ce concert pourrait être un signe précurseur du Web 3.0. Le net troisième génération sera-t-il  marqué par la systématisation de la diffusion massive des contenus mis de l’avant par les plus grands groupes du divertissement, forcément anglo-américains ?

Pour le format court, You Tube occupe outrageusement le marché des hébergeurs de contenu audiovisuel. Ses propriétaires envisagent désormais le format long. Ne manquent que quelques connexions faciles d’usage (pas encore grand public), et nous aurons tous un lien permanent l’internet et le téléviseur.

Alors là…

Ce dimanche, U2be franchit un pas important avec You Too. Scuzez  cette petite dyslexie, pas pu me retenir.

Ainsi, le supergroupe et son superhébergeur s’apprêtent à consolider leur position dominante. La circulation s’annonce astronomique sur la toile, on aura tôt fait d’en webdiffuser les résultats.

You Tube – U2’s official channel, dit la pub.

Alors ? Le bon vieux phénomène de masse (…) n’a pas dit son dernier mot.

Lire les commentaires (30)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    octobre 2014
    L Ma Me J V S D
    « sept    
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité