Alain Brunet

Alain Brunet - Auteur
  • Alain Brunet

    Chroniqueur à La Presse, Alain Brunet est à l'affût des nouvelles tendances de la musique.
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 6 août 2009 | Mise en ligne à 16h09 | Commenter Commentaires (28)

    FrancoFolies et cie, bientôt la fin du marathon

    Bien  sûr, notre couverture des FrancoFolies est différente de celle du Festival de jazz, vaisseau amiral des festivals montrélais. Vu que nous sommes au terme d’un marathon festivalier depuis le début de juin (Mutek-Suoni-Jazz-Nuits d’Afrique-Osheaga-MEG-Francos), nous sommes plus nombreux à couvrir moins de matière chacun.

    Je suis néanmoins sorti chaque soir depuis le début des Francos, sauf un samedi passé à Osheaga, et la nuit de dimanche à lundi sur le Meg-Boat. Boum-boum à profusion, néanmoins supertrip nocturne sur le Saint-Laurent. Au retour, vers 3h du mat, ça flashait fort lorsque le bateau est passé sous le pont Jacques-Cartier et qu’on a fait gimper le volume.

    Alors, que dire du reste ?

    * Tout a été dit sur Coeur de pirate. On suggère d’ailleurs à notre ami Ghost de nous faire parvenir sa thèse sur la belle-et-jeune-blonde-Québécoise-qui-fait-dans-la-pop. Il va finir par publier, je vous dis ! Blague à part, Ghost, vos remarques sur la question sont très appréciées.

    * Ai trouvé sympathique et prometteur le mariage PayzPlay et Artist of The Year.

    * Ai aimé le Français Spleen et son groupe funky-groove, pour le peu que j’en ai vu.

    * Ai trouvé belles les pousses de Movèzerbe, même si encore frêles, même si ça pousse un peu croche.

    * Étais content d’avoir flairé Roi Poisson l’an dernier. Bien que prometteur, le groupe était encore très échevelé lorsque je l’avais vu sur scène, fin 2008, dans ce même Cabaret Juste pour rire. Je suis tenté de conclure à une progression fulgurante mais je préfère modérer mes transports. En tout cas, ça torche vraiment, ce Roi Poisson. C’est totalement keb dans l’expression, en plus de balancer une pop assez singulière (prog, rock indie jazz, néo kitsch, blues, psychédélisme, gamineries, etc.) qui a un potentiel de masse. C’est joué solidement, ça peut délirer comme ça peut faire de très solides démonstrations de musicianship.

    * N’ai pas du tout trippé sur Nouvelle Vague. Pas été convaincu par l’enthousiasme palpable sur le parterre. Groupe assez moyen, en somme, paire de chanteuses moins que moyennes. Concept charmant pour le studio… qui se dégonfle sur scène, le tout précédé d’une Patère Rose à laquelle je  n’ai pas non plus accroché malgré de nobles intentions… et qui m’a ramené parfois à Cégeps en spectacle.

    * Ai contemplé Juliette Greco, que je contemplais pour la énième fois et dont je savais que ce serait plus ou moins similaire aux fois précédentes. So what ?  C’est déjà très honorable pour une octogénaire aussi monumentale que de donner un récital avec une telle précision, une telle grâce.  Ben oui, je pourrais m’étendre sur mes bémols, je préfère m’en tenir à la contemplation de Greco, inatteignable tant et aussi longtemps qu’elle nous offrira de telles soirées.

    * Ai trouvé très correcte la prestation de Khaled, crooner assumé du raï moderne, LA voix de l’Algérie pop. Et que dire de ce ciel qui s’est éclairci comme par magie – ce qui a ausi sauvé la croisière du MEG.

    * Ai fait du rattrapage en assistant au spectacle de Martin Léon. Son jardin est parfois clairsemé, mais on finit par apprécier l’espace entre les plantes. Bel aménagement poétique, l’intelligence du coeur, une tête remplie de questions impossibles à résoudre, un joli sens de l’absurde, bon humour en prime. De surcroît un accompagnement solide et raffiné, avec notamment l’excellent Rick Haworth et sa forêt de guitare, ou encore la violoncelliste et choriste Mélanie Auclair. Bonne tête, celle de Martin Léon.

    * Ai été très touché par l’impact massif du spectacle en extérieur Poussières d’étoiles, un événement populaire (et pas très singulier) à la mémoire de Dédé Fortin, célébré par ses ex-collègues avec l’appui de quelques stars locales: Sébastien Plante (?), Paul Piché (?),  Marc Déry… Lorsque ce dernier a annoncé le dévoilement de La Comète, une chanson inédite de Dédé avec la voix de Dédé et l’accompagnement  en direct de ses Colocs, l’atmosphère était chargée au-dessus de cette foule considérable, peut-être la plus considérable de toutes les FrancoFolies 2009. C’était touchant de voir ces dizaines de milliers de gens fredonner les paroles. On réalisait à quel point l’oeuvre de Dédé a marqué notre imaginaire collectif. Pour les bonnes raisons.

    * Ai trouvé Daby Touré, fils d’un des Touré Kunda, un peu redondant par rapport à ce que j’ai entendu de lui jusqu’à maintenant. Cela étant, je ne cesse de me réjouir qu’un Africain de l’Ouest (transplanté à Paris) puisse monter un vrai power trio, capable d’hybrider des grooves mieux connus en Occident tout en conservant une vraie saveur africaine.

    * Ai trouvé Martha Wainwright mal préparée pour son récital en français au Théâtre Maisonneuve. D’entrée de jeu , le choix de Piaf (ses chansons connues et moins connues) comme principal élément du corpus ne m’a pas plu particulièrement, vu le caractère vachement redondant de l’exercice. La salade était mixte, il faut dire en revanche. De Richard Desjardins à maman Kate et tante Anna (présentes comme prévu), la salade était néanmoins constituée d’aliments un peu disparates. On a beau trouver charmante cette grande spontanéité du clan McGarrigle, il y a quand même des limites.  Voilà un récital  qui manquait cruellement de soins.


    • Je préfère les rousses…

    • …surtout si elles portent des collants verts.

    • Cher Alain, le plus gros chapitre, et de loin, de ma thèse: http://www.youtube.com/watch?v=B6WQRmEEzdc

    • @ghost

      Mersey Sound quand tu nous tiens…

    • Yes, mersey sound, avec du gros son fuzzé. Pis c’est incroyable combien ça sonne comme ce que Gainsbourg va faire dans les années qui suivront pour lui (à part peut-être Qui est in en 66 un peu avant) ou pour de belles jeunes femmes blondes…

    • @ Monsieur Brunet,

      Mais qu’en est-il des prestations d’Arthur H ? Je n’ai lu que quelques mots à son sujet cette semaine. J’ai probablement raté la critique.

    • @guym

      Personnellement, j’ai passé mon tour.

    • Perso: Tiken Jah Fakoly accompagné de pluie, d’éclairs et de danse!!! Jorane et le trempoline! Roberto Lopez et quelques petites scènes. Je n’ai vu aucun spectacle en salle cette année puisque les spectacles extérieurs m’intéressaient en général. Déçu du gars de Loco Locass qui s’est trompé dans ses paroles de Belzébuth lors du spectacle Poussière d’Étoiles (mais, très bon spectacle quand même)

      Voilà

    • le solo de daniel belanger vous-a-t’il plu ? pour ma part ce fut un grand moment de musique, pour sa capacité à contrôler le son et sa personnalité intouchable et immortelle..

    • Bélanger est vraiment un très bon guitariste. Je ne l’ai jamais vu en solo mais je suis certain qu’il est excellent. Quant à on nouveau « all star band », que j’ai vu dehors à la St-Jean cette année, franchement, je n’ai pas été très impressionné. Assez brouillon, comparativement à son groupe précédent, celui qui l’accompagnait pour la tournée l’Échec du matériel (wow, quel show incroyable!). Peut-être qu’ils en étaient à leurs premiers shows à la fin juin mais ça manquait de préparation, de relief et de cohésion.

      Par ailleurs pour les poussières d’étoiles, je dois dire que je n’ai jamais vraiment compris le buzz autour des Colocs. À l’époque de dédé, c’était à des milliers de kilomètres de mon univers musical alors je ne portais pas trop attention à cette musique ‘de party’. Avec la sortie récente du film et la publicité autour, j’ai essayé de réécouter tout ça d’une oreille plus attentive, pour voir si quelque chose m’avait échappé. En particulier leur supposé chef d’œuvre, Dehors Novembre. Ok, les textes sont très forts et bien campés dans le champ gauche souverainiste (1 point pour eux). Mais je n’écoute pas de la musique pour les textes. Et musicalement Les Colocs, c’était dans le très moyen quant à moi. Pour ce qui est du musicianship, qui fait que je pourrais potentiellement embarquer même si les compos et l’originalité sont moyennes, alors c’est proche de zéro. Ce guitariste Sawatski, qui semble être le #2 du groupe… franchement pas très fort. Enfin, je comprends quand même que ce groupe puisse avoir marqué notre imaginaire collectif… pour les bonnes ou mauvaises raisons.

    • Je ne comprends pas qu’on ne parle nulle part du fait que Paul Piché s’est royalement planté en chantant la nouvelle chanson des Colocs! Il ne la connaissait pas, il ne chantait pas dans les temps, il a marmonné à plusieurs reprise!

      Et lorsque ce fut le temps de chanter Paysage, ben le monsieur, il lisait.

      Vraiment.

      Un show Hommage au Colocs, joués par les Colocs, devant des milliers de personnes. Paul Piché a deux tounes à faire. Il scrape les paroles de la première et lit celles de la seconde.

      Calvasse.

    • Keith Kouna était excellent.
      Toute une découverte
      Je suis étonné du peu d’intérêt manifesté par les journalistes à son égard.

    • Paul piché était complétement ridicule… vous avez raison. Oublie les paroles, lis les paroles d’une autre, aucune prestance sur scène, ce sent mal à l’aise quand les diouf viennent chanter avec lui…. vraiment il aurait du s’acheter un album des colocs quelques jours avant et l’écouter ou rester chez lui!

    • AB,

      Merci pour votre article sur La Confiserie. J’aime bien le deuxième album de Navet Confit (oui, même sa pièce qui rappelle du Loverboy). Heureux de voir qu’il était de la programmation des Francos, je suis devenu perplexe en voyant qu’il partagera la scène avec d’autres artistes. Je ne trippe pas trop sur le concept “6-pack” d’artistes sur la même scène dont ce festival abuse tellement! Je comprends les bienfaits de la formule, particulièrement pour les artistes moins connus, mais quand je me déplace pour un artiste, ce n’est pas pour me taper son répertoire dilué avec les pièces et les interprétations d’autres artistes. Votre article rassure un peu, ça semble une initiative des artistes, et non du festival…

    • Bien aimé l’article sur Marie-Pierre Arthur. J’ai pas eu le coup de foudre à la première écoute mais dès la première chanson, on entre dans son monde. Après deux ou trois écoutes, il m’a fallu admettre qu’elle a créé son atmosphère et qu’elle laisse bien parler la musique. Beaucoup de ouhhh aaahhh ooohhhh mais on flotte volontiers avec elle . Pas de coup de foudre parce qu’un peu tout le temps dans le même mood, dans les mêmes états d’ame: dans les regrets, les petites ou grandes trahisons, petites ou grandes lachetés. En fait, il est facile de sentir un lien de parenté avec la fille qui chante. L’artiste, elle, installe l’intimité. Donc sur ce plan, c’est réussi. J’aimerais un peu plus de variations sur le même thème et de nerf dans la voix à certains endroits mais pour flotter, on flotte. Bien fignolé et de toute évidence une artiste qui fait son chemin. J’aime bien son explication sur les filles qui jouent de la basse. Belle simplicité. Bonne entrevue.

    • À M. Brunet,

      On parle de Coeur de Pirate… mais comment avez-vous trouvé la prestation du Husky Trio en première partie?

    • Keith Kouna, quel show en effet. Quel album aussi.

    • Keith Kouna, le chanteur des défuntes “Goules”… Je disais que je n’écoutais pas la musique pour les paroles mais dans ce cas je fais exception. Plein de perles et des textes délirants d’absurdité. Disons qu’au niveau de l’absurdité, les denis drolet sont à des milles et des milles. Et spectacle Les Goules, c’était la folie furieuse. J’imagine que c’est la même chose pour Kouna mais je ne
      connais pas son oeuvre en solo par contre.

      Je me souviens d’Edgar Fruitier, genre à Beau et Chaud ou quelque chose du genre, qui disait avoir beaucoup beaucoup aimé le disque des Goules! Mais c’est vrai qu’ils n’ont jamais été très médiatisés.

    • Les deux premiers disques des Goules, j’ai adoré personnellement.
      Le solo de K. Kouna est dans la même veine, mais moins rock, disons. Honnêtement, du sapré bon stock qui n’aura pas la résonance qu’il devrait en raison des textes absurdes… Mais bon, de la bonne écoute quand même. Et des shows de fo. lie. (en deux mots).

    • Merci de m’avoir aiguillé sur Roi Poisson. J’ai visité leur My Space. Fort intéressant. Ça fait un peu penser à Fred Fortin. À suivre. J’essaierai d’assister à leur prochain concert.

    • Vous me rassurez !

      Je croyais avoir vu le sosie de Michael Jackson mais non … : c’était Juliette Greco ; je l’aime mieux en entrevue que sur scène où je la trouve un peu sec et paradoxalement maniérée , ce sont des préjugés, bien sûr. Mais ce visage si Jacksonien, qui va lui dire ?! Elle fait du rap, maintenant, n’est-il pas ?

      http://www.rfi.fr/actufr/images/083/greco_leh_ronx430.jpg
      http://www.hitsville.org/wp/wp-content/uploads/2009/06/michael-jackson-neverland.jpg

      Préjugés également sur Bernard Lavilliers (vous aviez écrit bof). Non, il n’est pas si costaud et etc. Il est passé à coté de moi à la salle Maisonneuve et … je suis beaucoup plus grand et costaud que lui ! Son spectacle était surprenant, plutôt bon, quoique le son et les basses trop forts pour mes oreilles … et cette ressemblance ou petit air de Gilles Latulippe qu’il avait !

      http://static1.purepeople.com/articles/2/97/42/@/42430-bernard-lavilliers-637×0-1.jpg
      http://planete.qc.ca/showbiz/images/gillesLatulippe-3.jpg

      Je n’ai pu malheureusement lire la critique de Sylvain Cormier sur Lavilliers dans Le Devoir parce que rien ailleurs, ni dans La Presse ; si quelqu’un l’a, je la cherche.

      Mais le top éternel, c’était …

      Leonard Cohen, mais c’était au Festival du jazz, et c’était l’an passé !

      pb

    • Bonjour le seul problèmes avec cœur de pirates ce sont ces tatous… et je remarque qu’une grande parti de la gente féminine montréalaise est maintenant tatouées et cela me désole grandement ces une catastrophe de gâcher sont corps comme ca ,je sais je suis loin du sujet mais cela me désole car on sais que cette mode a déjà déferler dans le passé mais cela ces atténuer âpres quelques années et la majorité de ceux qui c’étais fait tatouées on PROFONDÉMENT regretter leurs erreurs et on tenté par tous les moyens d,y remédier sans suces alors que cette mode revienne en force aujourd’hui m’assomme carrément car les tatous comparativement au papier vieillisse très mal au fils des années et cela ne fait g’agraver le GACHIS car pourquoi s’auto mutiler le corps comme ca (si on aime un dessin pourquoi ne pas ce le faire faire sur une toile? Et malheureusement toutes ces dames on oubliée que pour une majorité d’homme les tatous sont un turnoff excuser l’anglais…

    • Fin du marathon Francofou avec Émily Loizeau hier soir. Avec Dame Loizeau, je suis vendu d’avance. Mais hier soir, gros malaise, une bonne moitié des chansons sont en anglais. Parfois c’est son propre matériel (mais est-ce plus excusable, elle a amplement suffisamment de chansons en français pour tenir une heure), mais là où elle se fiche vraiment de la gueule des gens, c’est lorsqu’elle reprend Eurythmics et Tom Waits. Il faudrait peut-être songer à lui expliquer le sens de franco dans Francofolies.

    • Tout à fait d,accord pour le magnifique spectacle Poussières d’étoile des Colocs dédié à Dédé Fortin: Foule immense, atmosphère de fête, un événement pas de doute pour les dizaines de milliers de personnes présentes.

      Je ne m’intéressais pas vraiment aux Colocs lorsqu’ils sont apparus sur la scène québécoise des années 1990, puis j,ai peu à peu prêté l’oreille, aux textes de FOrtin, puis l’originalité de ses hybridations musicales…. mais j’ai vraiment saisi l’ampleur des talents de ce surdoué lorsque j’ai vu le film “”Dédé à travers les brumes”… un artiste de grand talent, un surdoué.

      J’ai aussi été enchanté mais d’une manière bien différente par le spectacle de Jorane (que je connaissais peu) et de l’Orchestre métropolitain… magnifique, quel talent

      J’attends beaucoup du spectacle des 12 hommes rapaillés dédié à Gaston Miron, ce soir… j’espère que ce sera mon 3e moment privilégié de ces francofolies qui m’apparaissent particulièrement riches cette année

    • @marieclaudeclaudi Je vous conseillerais d’évité Brooklyn, berceau de l’indie, 2 peaux blanches pour 48 tatoués ! c’est phénoménalement envahissant. Est-ce vraiment si pire à mtl ?! Enfin, c’est intimement lié à la scène et parfois la qualité du tatouage est plus importante que celle de la guitare !

    • Des commentaires sur la Confiserie hier ! quelqu’un y était?

    • Il faudra encore combien de Francofolie pour faire en sorte que nos artistes vise l’internationnal et éviter de sonner…trop comme si il vivait dans un vase clos…le québec.

      Il me semble que quand tu joue de la musique tu essaie de sonner comme le cosmos…pas comme brossard…

      Vive les vrais Hendrix, Lennon et Davis qui se cachent dans leur garage ou lieu de jouer un son garage…

      un jour le son de la musique québ n’aura plus de frontière et ça sonnera mieux.
      R

    • Spectacle magnifique de simplicité et de beauté hier autour et au coeur de la poésie de Gaston Miron…

      Pas un mot des interprètes… Michel Rivard, Daniel Lavoie, Jim Corcoran, Richard Séguin, Yves Lambert, Pierre Flynn, Yann Perreault, Vincent Vallières, Martin Léon, L J Cormier, D. Marin, G Bélanger…. que les paroles de Miron… entrevues d,archives et ses textes chantés par ces 12 hommes rapaillés… musiciens magnifiques… en particulier le claviériste de Karkwa… François Lafontaine…

      des moments de pure grâce… Yann Perreaul , jouissif dans Amour Sauvage,
      Vincent Vallières aux accents dylaniens…. grandiose…

      ode à l’amour, ode
      à l’universel….. merci Gaston merci à tous les artisans de ce spectacle

      (allez lire Marie Christine Blais sur cyberpresse… elle en dit plus long que moi sur ce spectacle…. exceptionnel )

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    septembre 2014
    L Ma Me J V S D
    « août    
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    2930  
  • Archives

  • publicité