Alain Brunet

Archive du 12 avril 2009

Dimanche 12 avril 2009 | Mise en ligne à 17h30 | Commenter Commentaires (15)

P.J. Harvey & John Parish / Un homme une femme

pj-harvey-john-parish.jpg

Revoilà notre Polly Jean adorée, de retour avec John Parish avec qui elle a tant tourné et entre autres coréalisé un album en 1996, Dance Hall At Louse Point. À mon sens moins intéressant que celui-ci:  A Woman A Man Walked By, qui n’est qu’une parenthèse selon ses protagonistes, s’attire des commentaires qui varient entre très bon et excellent.

Je vous propose un petit track by track :

1. Black Hearted Love.

La narratrice  s’adresse à l’homme qui la fait souffrir d’amour. Le tempo est moyen, les guitares sont lourdes comme l’atmosphère des sombres ébats ici évoqués. Le mix est volontairement minimal pour une approce aussi crue. L’incroyable vavoum de ce petit bout de femme sort d’on ne sait où,  voilà une entrée en matière pour le moins tellurique.

2. Sixteen, Fifteen, Fourteen

Erica observe, Erica fait le décompte pendant que la guitare acoustique trompe l’oreille et module sur des harmonies intéressantes. L’embarcation flotte soudain sur une coulée de lave, les claviers et les cordes électriques en brûlent la cale, le véhicule s’immobilise soudain. On devine la suite dramatique.

3.  Leaving California

La démonne redevient l’ange de White Chalk, l’album précédent de PJ, le plus ténu et le plus aérien de sa discograhie. La guitare acoustique durement grattée et le piano drôlement pianoté font ici contraste avec la voix haut perchée de l’Anglaise, presque cristalline, et se distinguent aussi des ornements synthétiques superbement imaginés pour le contexte.  Il est question de renoncement, d’abandon, les détails semblent superflus.

4. The Chair

Les changements rythmiques de cette excellente pièce rappellent les procédés que choississent les meilleurs musiciens de rock, je pense à ceux capables de complexité sans perdre le côté viscéral de leur expression. Les modulations de la voix sont teintées d’un orientalisme étonnant, ce qui nous en dit long sur le goût et la vaste culture de la chanteuse et son collègue.

5. April

PJ devient alors sorcière et prêtresse, elle psalmodie des rimes qui prennent forme au-dessus d’une piste d’orgue funéraire, rimes ponctuées de lentes saccades  percussives. Une chanson prend forme, la pluie froide d’avril y ressemble à celle de novembre, la narratrice y exprime des questions et sentiments tout simples… mal de vivre… toute petite lumière au bout du tunnel.

6. A Woman A Man Walked By ; The Crow Knows Where All The Little Children Go

Sur le ton de l’ogresse, Polly Jean raconte une histoire étrange, pour ne s dire perverse, conte d’épouvante émaillé de mots crus et qui se conclut sur un long passage instrumental pour le moins solide. Voilà qui illustre brillament cette trame narrative de folie et d’absurdité.

7. The Soldier

La gratte est un peu déglinguée pendant qu’une soldate raconte une incursion des troupes au 39e parallèle. Dur dur malgré cette apparence de berceuse.

8. Passionless, Pointless

Le cri primal, le refus catégorique, la rage, la grande secousse. Et le miracle PJ-Parish se produit de nouveau: de cette apparente brutalité émerge toute une flore de trouvailles sonnantes, le tout se termine par un contraste aigre-doux. Quelle histoire !

9. Pig Will Not

Let the dirt fall, dit la chanteuse sur le ton d’une ballade noire et d’autant plus insidieuse; un groove rock et un feu d’effets soniques s’élèvent sur une puissante charpente de basse électrique. Encore là, les capacités phénoménales de ces artistes sautent aux oreilles.

10.  Cracks In The Canvas

Sur des métaphores de désolation, dans la violence du calme, l’album se conclut. Encore là, la recherche et le goût de nos protagonistes sont tout simplement remarquables.

ALORS ?

Nous n’avons pas entre les oreilles album de la trempe de To Bring You My Love, toujours la pièce maîtresse de PJ Harvey, nous avons néanmoins entre les oreilles un album de haute tenue.

Et voici le clip de Black Hearted Love

Lire les commentaires (15)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    avril 2009
    L Ma Me J V S D
    « mar   mai »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    27282930  
  • Archives

  • publicité