Alain Brunet

Archive du 9 avril 2009

elias.jpg


Eliane Elias

diana-krall.jpg

Diana Krall

Pendant que je faisais mes impôts, je me suis amusé à comparer le jazz pop 2009, déclin sur deux nouveaux albums. Oui, je sais, les amateurs d’indie et de jazz sérieux diront que c’est bon pour les cabinets de dentistes. Enfin… les cabinets de dentistes des années 70 et 80. En 2009, on semble y préférer Rythme FM et Cité Rock Détente, ne me demandez surtout pas de commenter… Vraiment pas envie de m’excuser pour demander pardon…

Personnellement, je ne vois pas dans ce faste bossa-jazz quelque signe de muzak, mais bien une forme classique et astiquée, bien qu’elle soit destinée au grand public.

La bossa nova mêlée au répertoire jazz pop (fondé sur le Great American Songbook) est une valeur sûre qui dépasse largement le statut de pop subliminale dont l’objet est de favoriser la consommation dans les grandes surfaces :  cordes, anches et cuivres à l’appui, cette façon de produire la musique est devenu un classique en soi, que Diana Krall a bellement relancé pour ainsi devenir la chanteuse de jazz au plus vaste rayonnement sur terre.

Celles et ceux pour qui le hasard n’existe pas verront un signe dans la sortie quasi simultanée de cet album de la Brésilienne Eliane Elias et celui de la célébrissime  Canadienne.

 

Comme Diana Krall, l’autre grande blonde joue du piano jazz à un haut niveau, sans être une killer de l’instrument… tout comme Diana Krall qui n’est pas non plus virtuose malgré son jeu impeccable. Je dirais toutefois qu’Eliane Elias est meilleure pianiste, enfin…

 

Sur la pochette de Bossa Nova Stories, Eliane Elias n’hésite pas à  montrer ses jambes, son sillon mammaire et porter une robe de soirée. Noire, longue, élégante, assurément sexy… comme Diana Krall sur la pochette de son nouvel album… et qui n’a jamais reculé. devant une contre-plongée sur ses pattes ! Sur le disque qu’Elias a elle-même arrangé pour grand orchestre  (la direction est assurée par Rob Mathes), elle reprend une formule étrangement comparable à celle préconisée par Krall.

 

On sait que Verve (Universal) produit l’interprète nord-américaine, de loin la plus populaire sur sur le territoire rassurant de la bossa nova/ jazz/pop. Blue Note (EMI) réplique ainsi par le travail aux visées pop d’une jazzwoman brésilienne, mélange gagnant d’évidences bossa (La Fille en pyjama, Desafinado, etc.) et de standards puisés le great american songbook – They Can’t Take That Away From Me, The More I See You, Day In Day Out, etc.

 

Et que penser de celle à qui Blue Note aimerait grignoter quelques parts de marché ?

Le graphisme de la pochette  de Quiet Nights, signé Diana Krall est supérieur à celui des Bossa Nova Stories d’Eliane Elias. Les photos sont aussi sexy, mais plus subtiles. Les moyens de production sont considérables, comme à l’habitude : arrangements de Claus Ogerman, coréalisation de Mme Krall et de son fidèle collaborateur, Tommy LiPuma, enregistrement aux mythiques studios Capitol de Los Angeles… Les cordes sont soyeuses et léchées, nettement plus californiennes que cariocas – une sensibilité brésilienne qu’Eliane Elias, d’ailleurs, a su conserver aux studios Avatar de New York.

 

D’emblée, je crois que les Nord-Américains préféreront ce type d’emballage que Madame Krall nous sert depuis des lustres (le combientième album similaire ?), bien que le corpus soit comparable à celui d’Eliane Elias. Ainsi, la Fille devient le Garçon d’Ipanema (féminisme west coast ?) et précède d’autres classiques de la bossa auxquels on a ajout des standards américains triés sur le volet: Where Or When, You’re My Thrill, Walk On By, etc. Si Eliane Elias reprend le ton doux, sans vibrato, des chanteuses typiques de la bossa brésilienne, Diana Krall leur confère une esthétique de torch song typiquement amerloque.

 

Lequel traitement faut-il préférer ? Match nul en ce qui me concerne. Les deux formules sont archi-connues et n’amènent strictement rien de neuf sous le soleil. Ce qui n’est pas un désagrément en soi.

 

Embraer vs Bombardier ? Blue Note vs Verve ? Elias vs Krall ?  D’ordinaire, je n’aime pas ce genre de comparaisons. Dans le cas qui nous occupe, cependant, cela m’apparaît plutôt rigolo, à défaut d’être surpris par la musique…

 

Lire les commentaires (18)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    mai 2010
    L Ma Me J V S D
    « avr   juin »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Archives

  • publicité