Alain Brunet

Archive, novembre 2008

Samedi 29 novembre 2008 | Mise en ligne à 20h14 | Commenter Aucun commentaire

Soirée guitare

Vendredi, je me suis rendu au théâtre Centrepointe, en périphérie d’Ottawa. L’International Guitar Night s’y est avérée correcte, sans plus.

Les plus

dale.jpg

La découverte de Dale Kavanagh valait le déplacement, une virtuose manquait à ma culture. Puisque la musicienne canadienne  réside en Allemagne et que je m’initie à  la guitare classique,l cela explique le retard…  Technique spectaculaire ? Un euphémisme. D’une classe à part, dans le contexte de l’IGN. Ce qu’elle accomplit avec cet instrument est d’une beauté !

Andy Sheppard m’a aussi semblé très intéressant. Son «fingerstyle» s’accompagne de touches brillantes avec les harmoniques, et l’on ne parle pas de la singuarité rythmique de son phrasé. Très personnel, et techniquement élevé.

Les moins

zabala.jpg

La relecture à quatre guitares de Paranoid Android agace pour la raison suivante: la voix de Cecilia Zabala ne peut transcender le jeu des guitaristes, en incluant le sien. Seule, la relation guitare-voix fonctionne très bien pour cette artiste d’Argentine, mais le lien perd de ses qualités dans un contexte de performance guitaristique à plusieurs musiciens. Cet irritant, pour ma part, a marqué tous les échanges où elle était impliquée.

On se reparlera de l’International Guitar Night l’an prochain, je suppose…

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






Jeudi 27 novembre 2008 | Mise en ligne à 10h42 | Commenter Aucun commentaire

Atlantic se pète les bretelles

atlantic_records.png

Chez Atlantic, une importante filiale de Warner Music Group, on affirme que les ventes venant de la musique en ligne comptent cette année pour 51 % des ventes totales de la fameuse étiquette dans le marché américain. C’est du moins ce que rapporte le journal en ligne Afterdawn.com.

Voilà qui dépasse considérablement les plus ou moins 15% de revenus mondiaux de la musique en ligne, une statistique observée au début de 2008 par l’International Federation of the Phonographic Industry (IFPI).

Ainsi, cette performance d’Atlantic porterait à 27% les revenus provenant de la musique en ligne chez Warner Music, ce qui positionnerait la multinationale américaine en tête des majors à ce titre.

Mais il ne faut pas se leurrer avec ces statistiques triomphalistes. Cet éloquent 51% des ventes compte pour un revenu global qui a chuté de moitié depuis 1999, l’année où l’industrie de la musique enregistrée avait atteint le sommet historique de 40 milliards US $.  Aux États-Unis,  durant la même période, le chiffre d’affaires de la musique enregistrée a chuté de 14,6 milliards à 9,2 milliards, fait observer Afterdawn.com en citant l’institut Forrester Research.

Cette croissance de la musique vendue virtuellement ne pourra  pas compenser ces pertes considérables, comme on le répète depuis des années. Sans partage des bénéfices de la nouvelle économie (outils numériques, fourniture d’accès à l’internet, etc.) , les seules offres légales ne pourront sortir la music business de ce bourbier.

On aura beau clamer que la vente de musique en ligne supplantera celle des CD, mais si c’est le cas d’une industrie qui aura perdu les 3/4 de ses bénéfices dans un avenir proche, il faudra obligatoirement rajuster le tir.

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






Mercredi 26 novembre 2008 | Mise en ligne à 14h22 | Commenter Un commentaire

Peter Gabriel et We7

peter-gabriel.jpg

Selon The Guardian, Peter Gabriel a investi une grosse somme sur le site de téléchargement légal We7. Mis en ligne récemment, cette plate-forme se veut «une alternative au piratage».

On peut y télécharger gratuitement des chansons… auxquelles on a collé une pub. Cela compte pour la moitié du répertoire de We7, on doit quand même payer pour les chansons sans pub.

Pour plusieurs observateurs, la voie des revenus publicitaires serait le dernier retranchement de la vente directe de musique en ligne. Rien, jusqu’à maintenant, n’a démontré aux créateurs la viabilité du modèle fondé sur des revenus publicitaires. Si ça ne fonctionne pas à moyen terme (ce que je crois personnellement), on devra se tourner vers d’autres solutions pour rétribuer équitablement ceux qui composent, écrivent et chantent – et je ne parle surtout pas des plus gros, une infime minorité au sein de la communauté artistique.

« C’est un véritable obstacle», a concédé Gabriel au journaliste du Guardian qui s’interrogeait sur l’accueil des fans de chansons gratuites téléchargées avec de la pub imposée – comme à la FM commerciale.

«Il y a 20 ans,  l’idée de soutenir la publicité avec de la musique originale revenait à offrir sa fille au diable », ajoute le fameux chanteur britannique.

Nous sommes en 2008, 20 ans plus tard… Et l’on n’arrive toujours pas à rétribuer la création musicale avec la vente en ligne. Ce modèle fondé sur la pub a-t-il un avenir ?

Essayez We7 et livrez vos commentaires.

Un commentaire  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    juin 2011
    L Ma Me J V S D
    « mai   juil »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    27282930  
  • Archives

  • publicité