Alain Brunet

Archive du 26 octobre 2008

Dimanche 26 octobre 2008 | Mise en ligne à 11h42 | Commenter Commentaires (8)

Zappa Plays Zappa au Gesù : quel band !

zappa.jpg

Zappa Plays Zappa était de retour à Montréal, tel que prévu. J’ai assisté à la représentation de samedi au Gesù, le cadre idéal pour un tel festin de musique.

WOW!

J’étais au Métropolis il y a deux ans (l’orchestre de Dweezil y est passé une paire de fois), cette représentation au Gesù m’a semblé vraiment supérieure à la précédente. Sans la présence de membres originels, on a pu se concentrer sur le répertoire qui dépasse largement ses interprètes.  Un peu moins rock, cette fois, plus jazz, plus musique contemporaine, vraiment plus élevée au plan de l’interprétation. Huit musiciens sur scène, tous polyvalents (saxes, claviers, guitares, percussions, voix, etc.) , tous virtuoses,  interprètes absolument époustouflants.

Je ne sais si Dweezil Zappa, guitariste hors-pair comme le fut son défunt paternel, pourra un jour se démarquer en tant que créateur autonome, je crois néanmoins que ce nouveau cycle de concert consacre son orchestre parmi les plus brillants au chapitre des musiques instrumentales de notre époque, forcément hybrides. C’est dire la vision qu’avait Frank.

On aura constaté une fois de plus que son répertoire  gravit des sommets de complexité technique, les exemples de samedi étaient plus que probants:  Billy The Mountain, sorte de fresque burlesque d’avant-garde prévue dans cette tournée, ou encore les classiques souhaités par les fans  et que l’orchestre de Dweezil a joués après consultation du public via l’internet – Montana, Peaches en Regalia et tant d’autres. Une loghorrée de grands titres, de la très grande musique américaine, j’insiste.

La prédiction est facile : on reprendra toujours le répertoire de Zappa comme on le fera pour George Gershwin, Duke Ellington, Aaron Copland, Leonard Bernstein, Philip Glass, Steve Reich, Charlie Parker, Thelonious Monk et autres compositeurs cruciaux de la culture US.  Parmi ces compositeurs, Zappa est le premier à avoir amalgamé les matériaux sonore des années 60, 70 et 80, soit la culture rock, la easy listening de bar salon et tant d’autres formes de musique populaire ayant meublé notre environnement sonore.  Quinze ans après sa mort, ses collages fabuleux demeurent à la fois puissants,  savants et d’autant plus divertissants.

Pour crémer le tout, Dweezil a fourni aux (seuls) détenteurs de billets  la possibilité de télécharger gratuitement  la musique du concert présenté au Gesù. En phase avec le présent, la famille Zappa !

Lire les commentaires (8)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    octobre 2008
    L Ma Me J V S D
    « sept   nov »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité