Alain Brunet

Alain Brunet - Auteur
  • Alain Brunet

    Chroniqueur à La Presse, Alain Brunet est à l'affût des nouvelles tendances de la musique.
  • Lire la suite »

    Partage

    Lundi 29 septembre 2008 | Mise en ligne à 11h01 | Commenter Commentaires (7)

    Pour les mélomanes du numérique

     hifi2.jpg

    Les mélomanes abhorrent  le téléchargement de fichiers numérisés  128 kbps, avec raison d’ailleurs. Piètre intelligibilté, lorsqu’on a goûté à la haute fidélité, phénomène de plus en plus rare pour la génération montante… Et l’on ne compte pas les inconditionnels des systèmes analogiques de haut niveau (table tournante, vinyle), pour qui toute technologie numérique demeure suspecte lorsqu’il est question de haute fidélité. On sait, par ailleurs, qu’il est de plus en plus facile de télécharger en 320 kbps, ce qui se rapproche vraiment de la qualité d’audition d’un CD normal. Mais cette avancée est loin de satisfaire les mélomanes férus de hi-fi.

    Depuis la croissance exponentielle des baladeurs numériques, plusieurs observateurs sont allés jusqu’à  annoncer la mort de la haute fidélité.  La peur était relativement fondée, car la plupart des jeunes consommateurs qui n’achètent plus de CD se contentent d’une intelligibilité réduite.

    Le vent serait-il en train de tourner ? Pas encore. Les mélomanes attendent toujours le meilleur raccord entre la chaîne stéréo du salon et l’ordinateur personnel qui permet des téléchargements de qualité sans cesse accrue. Les «early adopters» se voient néanmoins offrir des alternatives, des fabricants d’équipements plus sophistiqués ont déjà mis au point des produits intéressants, quoique trop coûteux pour l’instant. Question de volume… de ventes.

    À ce titre, lisez cet article du New York Times.


    • Très intéressant, ce papier du NYT. Écrit par un gars qui connaît son affaire.

      Car il a mis le doigt sur l’élément clef : le jitter. Le jitter est le ‘vice de conception’ fondamental du son CD numérique, et sa conséquence première et de bousiller l’image stéréo, ce qui rend le son ‘plat’ et ‘froid’, comme la plupart des gens peuvent s’en rendre compte. En MP3 (même à 320) ça devient caricatural, parce que la compression des données ajoute en plus un ‘MP3 flange’, une espèce de ‘woosh’ hideux qui s’entend notamment sur les cymbales, mais partout ailleurs si on sait le reconnaître.

      Or, le feed numérique direct par serveur, sans lecture laser, diminue grandement ce phénomène, sans l’éliminer toutefois complètement (d’où le ‘greatly immune to’). Mais c’est déjà ça de pris. En plus, il n’y a plus de limite de résolution qu’imposent les 700 megs du CD. On peut feeder directement des fichiers à 24 bits de résolution, et, plus tard, à 32, voire 64 bits d’ici une dizaine d’années. Rendu à 64 bits de résolution (ça existe pas encore), ça voudrait dire plusieurs gigs de mémoire juste pour une minute de musique. Alors, le son numérique pourra commencer à rivaliser avec le son analogique, qui a, lui aussi, évidemment, ses défauts (bruits de surface, hiss, etc.). À 64 bits, sans jitter, le son numérique pourra enfin entrer dans l’ère audiophile.

      Les ‘jeunes’ consomment ce qu’on leur offre. J’ai mis le CD promo du GAMIQ avec les Ware Are Wolves, Torngat, Dale Hawerchuck et autres, et à part une ou deux tounes (Samian, notamment), c’était absolument inécoutable. Acheter une chaîne hi-fi pour écouter ça c’est carrément contre-productif. Ce son ‘choppé’ et hypercompressé passe sans doute très bien sur des speakers de Mac, mais c’est du pur ‘garbage’ sur n’importe quoi d’autre… Comment des ‘producteurs’ peuvent-ils presser un son pareil ?!? C’est triste, parce que les seules choses qui survivent vraiment leur époque sont les choses qui combinent l’intérêt de la partition, le rendu de la partition, et la production de qualité. En d’autres termes, une toune bien écrite, une toune bien feelée, une toune qui sonne. Pensez à n’importe quelle chanson qui a survécu 30 ans : sauf immense exception, elle remplit ces trois conditions.

    • Une vieille table Lenco, un Marantz, Texas Flood de Stevie Ray Vaughan jouant sur sa Fender 58 et son Twin Reverb à lampes : The sky is crying !

    • Intéressant ! C’est vrai que le son MP3 à 128 kbps, c’est comme le dit Mikheal, hyper compressé. Et le pire, c’est que la qualité se perd par habitude. Moi, je songe à me rééquiper. J’aimais fréquenter les salons de hi-fi et ma foi, la qualité est une vraie jouissance pour les oreilles. Tant mieux si on veut récupérer ce qu’on a perdu en chemin.

    • Le monde s’en foutent de la qualité sonore.

      Lorsque j’ai commencé à transférer ma musique sur ordinateur, je voulais pas trop perdre la “qualité” du CD original. Alors j’ai transféré en *.wav à raison de 700-800MB par disque. Disons qu’après 40-50 CD j’ai du revoir mes plans!

      Le seul inconvénient du Hi-Fi c’est la facture finale!

      Vive les vinyles :)

    • @bertrand

      Oui, la facture… Mais il faut relativiser certaines choses… Une chaîne hi-fi de 10,000 $ (amplement assez sans virer fou) ça dure une vie, carrément, contrairement à une Toyota Echo de 15,000 $ qui n’en dure que 7 ou 8, ou une télé plasma machin qu’il faut remplacer dans 5 ans. Et ça s’achète très bien en seconde main : moi, ma chaîne ‘à 8,000′, elle m’est revenu 3,000 top.

      Ça fait même pas un trente sous par jour pour, tous les jours, toute sa vie, pour déguster du son carrément jouissif. L’amour du bon fromage ou du bon vin coûte beaucoup, beaucoup, plus cher que ça.

      @bozappa

      Super références… C’est drôle parce que dès que j’ai eu mon ampli YBA, une des premières choses que j’ai écoutées c’était cet album là. Pas parce qu’il sonne exceptionnellement bien, mais parce que je suis aussi guitariste et que c’est l’instrument dont je peux dire si le rendu est parfait (un sax ça me dit pas grand-chose). Et le rendu était parfait… Tin pan alley, entres autres, était qq chose. On l’entend buzzer comme si on était à côté !

      Jaser pour jaser, SRV utilisait effectivement un Twin en live (comme au fameux el Mocambo), mais en studio il se ploguait principalement dans des têtes Howard Dumble (des amplis de pedal steel), ce qui fait que sur sa reprise de ‘voodoo child’, sa corde de mi sonne carrément comme un piano !

    • @mikhail : oui, bien d’accord! J’ai juste pas ce montant qui traîne…. :)

      Côté char, je me promène avec un Corolla 92… hehehehe

    • Je sais que je suis complètement hors sujet, mais par hasard, qui va au spectacle de Beck le 6 octobre ?

      Pour monsieur Brunet, allez-vous en parler ? Une entrevue peut-être ?

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    novembre 2014
    L Ma Me J V S D
    « oct    
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
  • Archives

  • publicité