Yves Boisvert

Yves Boisvert - Auteur
  • Yves Boisvert

    Yves Boisvert est chroniqueur à La Presse depuis 2000, après avoir été chroniqueur judiciaire pendant 10 ans.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mardi 9 juillet 2013 | Mise en ligne à 22h54 | Commenter Commentaires (52)

    Rencontre avec le président de MMA

    Robert Grindrod

    Robert Grindrod

    Il était 20h quand notre collègue Philippe Teiscera-Lessard a reconnu Robert Grindrod à la table du restaurant près de lui à Lac-Mégantic –il y a à peu près trois restaurants ouverts.

    Bob Grindrod est le président de la Montreal, Maine & Atlantic Railway (MMA), une entreprise dont le siège social est dans le Maine. MMA est propriétaire du chemin de fer qui a causé le carnage de samedi.

    À ne pas confondre avec le président du holding Railway World, Ed Burckhardt, dont la MMA n’est qu’une division.

    Nous nous précipitons donc dans le parking du motel Quiet, où M. Grindrod nous donne une entrevue.

    “Nous offrons nos condoléances aux gens de Lac-Mégantic, nous avons notre part de responsabilité et nous allons faire tout ce que nous pouvons… Mais pour ceux qui ont perdu des proches, je ne peux rien, croyez-moi je voudrais bien, mais je ne suis pas Dieu…”

    Il était temps que les expressions minimales de sympathie arrivent. On ne les avait pas entendues encore.

    Quant à la manière chaotique dont la MMA a communiqué avec les gens d’ici, il ne parle pas d’erreur mais dit que “ça ne s’est pas passé comme j’aurais voulu.”

    Il voulait d’abord parler à la mairesse, dit-il, mais il n’arrivait pas à lui parler, tant elle était occupée.

    L’homme est en ville depuis trois jours!

    Il voulait d’abord vérifier les faits.

    Or, les faits… sont encore nébuleux.

    Oui, un représentant de MMA était bel et bien sur les lieux, à Nantes, vendredi en fin de soirée vers 23h30, quand des pompiers ont été appelés à éteindre un incendie de locomotive.

    Cet employé a vu que le feu avait été éteint. Il a fait le tour. Il a quitté.

    Que s’est-il passé plus tard, vers 1h de la nuit, quand ce train est parti tout seul pour fondre sur la ville, 10 km plus bas?

    “Je ne le sais pas.”

    Pourquoi ne pas avoir surveillé le train?

    Le feu était éteint, tout était en ordre, répond M. Grindrod. Il est de pratique courante, partout en Amérique du Nord, de laisser des trains sans surveillance pendant quelques heures: ils sont sécurisés et normalement il n’est pas possible de les mettre en marche facilement.

    Mais après un incendie, sachant que 73 wagons de fuel étaient sur la voie ferrée, n’aurait-il pas fallu qu’un employé demeure sur les lieux?

    Tout avait l’air en ordre…

    Admet-il la responsabilité de MMA? En partie, sans doute, mais on ne sait pas jusqu’à quel point.

    L’entretien?

    Les rails étaient inspectés selon les normes de Transport Canada avec des outils très sophistiqués, dit-il.

    Comment se fait-il qu’aucun dispositif n’existe sur les locomotives pour alerter en cas de départ involontaire?

    “Ce n’est pas Star Wars, un tel outil n’existe pas.”

    Oui, mais même les camions de UPS ont un GPS…

    “Dans notre industrie, une telle chose n’existe pas.”

    Il se dit très frustré de ne pas pouvoir aller sur les lieux du sinistres pour fournir l’aide dont il est capable: plusieurs employés sont sur place –spécialistes de la qualité de l’air, de contrôle des substances chimiques, bref toute une équipe pour nettoyer.

    “Mais je comprends que la police a un travail à faire.”

    Quant à la rumeur selon laquelle la MMA a déplacé des locomotives pendant la nuit pour se faire ordonner de les rapporter par la police, elle est mal fondée: Transport Canada a demandé de déplacer des wagons demeurés à Nantes et de les diriger vers Montréal; mais un contre-ordre est venu ensuite du même ministère… Ce après quoi MMA a demandé ce qu’elle devrait faire exactement.

    Sa compagnie risque-t-elle de périr dans le flot des poursuites et des coûts qui suivront?

    “Je ne me soucie pas de ça du tout en ce moment; ce qui compte c’est d’essayer de nettoyer.”

    “Je suis dans cette industrie depuis 1967 et j’ai atteint l’âge de la retraite; je n’avais pas l’intention de terminer ma carrière comme ça. Personne ne peut prévoir les suites de cet événement. Mais nous allons prendre nos responsabilités.”

    Il dit qu’il entend compenser les victimes.

    Combien vaut sa compagnie? C’est privé. Quel est le niveau de ses assurances? Il en a mais refuse de parler de ça.

    La catastrophe a-t-elle eu des conséquences sur ses activités aux États-Unis?

    “Non, et au Canada non plus.”

    Pendant qu’il parlait, six jeunes hommes l’écoutaient au loin, les bras croisés, comme un symbole de la colère de Lac-Mégantic.

    Il était temps que MMA commence à parler aux gens…

    Cette ville est très fâchée et se sent méprisée, quelles que soient les raisons de cette pénurie de communication.

    Mais en fait, c’est encore par hasard que ça s’est fait.

    Aucun point de presse, aucune stratégie claire, que des entrevues ici et là, tantôt par le président du holding, tantôt par le président de MMA, tantôt par un membre du conseil (Yves Bourdon).

    Il semble que le grand patron, M. Burckhardt, débarquera en ville mercredi.

    Il est très tard. Mais au moins il arrive.


    • Attendre quelques jours pour parler, j’en suis.
      Mais le mercredi? 5 jours après?
      Ils ont réagit comme aux USA. La crainte des poursuites.

      Mais le dimanche, ils auraient pu, au moins, offrir des condoléances, expliquer ce qu’ils savaient (et avaient dit aux autorités), parler des procédures normales.

      Ne vous inquiétez pas, on est au Canada.
      Personne ne fera une cenne avec cette tragédie.

    • J’ai passé plusieurs années à gérer des dossiers majeurs, et tout ce que je puisse dire, c’est qu’il est bien tôt pour tirer des conclusions. L’enquête de Transport Canada prendra des mois, mais elle fera la lumière sur ce qui s’est passé. Attendons les faits. On verra la suite. C’est très tentant de blâmer l’un et l’autre. Combien de fois ai-je vu des dossiers “winners” prendre une tournure alambiquée car des nouveaux faits sont ressortis durant l’enquête ou les interrogatoires. Et vice versa.

      Une chose est claire. Les gens de Lac-Mégantic souffrent. Ils n’avaient pas besoin du ton condescendant de M. Burckhardt, qui a manqué de sensibilité avec ses propos. L’enquête nous dira s’il avait tort ou raison quant au travail des pompiers, mais il a mal choisi son timing pour faire cette sortie. Attendons donc les faits. Par respect pour les habitants de Lac-Mégantic, qui ont droit à la vérité.

    • Comme dirait l’ineffable François Legault: On verra…

    • “Il est très tard. Mais au moins il arrive”. Une minute passé minuit, c’est une minute de retard de trop. Il y a des retards qui ne se rattrapent pas.

    • Quatre jours de silence à consulter les avocats pour exercer le damage control. Il semble bien que â ne suffira pas.

    • 23h27 Ça ne suffira pas.

    • Le commentaire du Cachalot inquiet ressemble au propos du ministre fédéral Denis Lebel.

    • @mephistau 23h10 “Personne ne fera une cenne avec cette tragédie”. Mais certains n’en perdront pas une, ou presque. Et ce n’est pas parce qu’on est au Canada. C’est comme ça partout. Et comme les gens s’en rendent de plus en plus compte, les mouvements de contestations ne peuvent faire autrement que de s’accentuer.

    • “Pas de règles fédérales sur le nombre d’opérateurs de train”. J’ai pourtant besoin d’un permis pour mon chien…

    • « Il est de pratique courante, partout en Amérique du Nord, de laisser des trains sans surveillance »

      Ce que j’aimerais savoir, c’est si des accidents du genre, c’est-à-dire des accidents qui auraient pu être évités si quelqu’un surveillait le train, sont déjà arrivés. Si c’est la première fois, alors c’est triste, mais nous ne pouvons pas vraiment critiquer la compagnie pour n’avoir laissé personne surveiller le train.

      Dans le cas contraire, alors non seulement la compagnie devra payer, et j’entends par la des accusations de négligences criminelles contre les personnes impliquées, peu importe les règlements, mais des politiciens et des fonctionnaires devraient eux aussi être jugés au criminel pour ne pas avoir imposé un règlement adéquat. Quand on occupe un poste de responsabilité, l’incompétence et le manque d’intelligence ne devraient jamais être une excuse.

      Malheureusement, pour l’instant, je n’ai pas encore vu des journalistes faire correctement leur travail et mettre un contexte aux évènements. Du sensationnel il y en a à la pelle, des journalistes qui font de jolies entrevues faciles il y en a partout, mais du vrai travail de journalisme, il faut croire que c’est rare.

    • Moi ce que je ne digère pas, c’est le communiqué traduit par Google Translate. Toute la non-stratégie de non-communication est pourrie depuis le début, mais ça, c’est le boutte du boutte. Le top du mépris.

      Je sais que le site de la compagnie a été piraté.

      Moi je me suis couchée très tard tous les soirs depuis vendredi (3 ou 4 h du matin) et j’ai vu le «vrai» communiqué français, que j’ai d’ailleurs téléchargé avec l’anglais. Le site piraté (un faux site avec un «redirect» à partir du vrai) a été mis en ligne après seulement. Et franchement, MMA a couru après.

      Je n’ai que du mépris pour ces Scrooge avares et cupides même pas capables de dépenser 50$ à 100$ pour faire traduire un communiqué correctement. Imaginez le reste. Imaginez. Ils coupent dans le personnel. Combien ça vaut un train rempli de pétrole à 100$ le baril? Ils ne sont même pas capables de protéger la valeur de la cargaison. Les pompiers de Nantes ont appelé pour dire qu’il y avait eu un feu: MMA n’a rien fait. Rien. Il aurait été facile de faire commencer le quart de l’équipe suivante à la fin de celui de l’autre. Non. Et on laisse le moteur bruyant et polluant tourner en pleine nuit, alors que ce sont les freins à main qu’il faut poser. Je suppose qu’ils ne voulaient pas payer le chef de train le temps qu’il les pose?

      Et ils ont le toupet de blâmer les pompiers, ou leur propre personnel.

    • 89170

      La Presse, la Gazette et le devoir ont au contraire très bien expliqué le contexte et donné des explications très claires. Il est d’ailleurs intéressant de remarquer que la Presse et la Gazette ont donné à peu de choses près les mêmes explication. Moi j’ai lu les deux et j’ai comparé.

      Il est vrai que des journalistes de la télé ont posé des questions d’une stupidité et d’une cruauté navrantes aux sinistrés genre «Votre fille est manquante. Est-ce que vous l’aimez?» J’espère qu’ils seront pas juste réprimandés mais sanctionnés pour ce manque de jugement.

      Mais dans les cinq médias que je lis le plus souvent (ajoutons le Globe & Mail et le Toronto Star) et dans le Guardian, le travail a été en général bien fait, avec sérieux.

    • A titre d’exemple, voici l’éditorial de Judith Lachapelle de ce matin: http://www.lapresse.ca/debats/editoriaux/judith-lachapelle/201307/09/01-4669235-la-defense-par-le-blame.php où elle écrit: «Dans une entrevue au quotidien The Gazette, un ancien chef de train a expliqué que non seulement les freins à main doivent être actionnés en cas d’une défaillance du système à air comprimé…» A bien noter que les freins à main doivent être actionnés EN CAS DE DÉFAILLANCE du système à air comprimé. Vrai ou faux? Parce que l’article suivant ne dit pas la même chose: http://www.lapresse.ca/actualites/dossiers/tragedie-a-lac-megantic/201307/09/01-4669054-cause-du-desastre-le-president-de-mma-contredit-categoriquement.php

      Dans ce dernier article de Charles Côté où il interroge M. Doug Finnson, M. Finnson dit: «Un train comporte quatre systèmes de freinage différents, mais un seul est utile lorsque le convoi est à l’arrêt sans surveillance, explique-t-il en entrevue avec La Presse. C’est le frein manuel.»

      Il n’est plus question ici de freins manuel EN CAS DE DÉFAILLANCE, mais bien en tout temps.

      Qui a raison? Est-ce trop demander aux journalistes d’un même journal d’aller vérifier la probité de leurs sources et de nous revenir avec une information fiable? Et c’est comme ça depuis le début où la confusion s’ajoute à la confusion alimentant la grogne de la population et des scénarios qui n’ont plus de fin et dont personne ne sait vraiement quel rapport ils ont avec la réalité. Je comprends que les circonstances sont difficiles, mais il faudrait dans ce cas user de prudence dans la rédaction des articles, chroniques et éditoriaux. Peut-être délaisser le ton de celui qui sait.

    • @dcsavard; 05h53

      Tout à fait d’accord avec vous. Il y a trop de sources discordantes et de désinformation, présentement. Tout le monde répond à chaud, et ça ne sert pas le dossier.

      @jacques45; Tout ce que je dis, c’est d’attendre l’enquête avant de blâmer qui que ce soit. À moins que vous ayez une boule de cristal qui vous permets d’ores et déjà de conclure à la responsabilité de certaines parties.

      Tout ce que je dis, c’est de garder la tête froide. Les coupables seront mis au jour éventuellement. Arrêtons de spéculer sur des questions qui sont beaucoup plus complexes qu’elles n’ont l’air.

    • Et pour ceux qui n’auraient pas saisit quelle différence cela fait que la version de Charles Côté soit la bonne ou celle de Judith Lachapelle, c’est bien simple.

      S’il fallait mettre les freins manuels peu importe l’état des freins pneumatiques, alors le conducteur Tom Harding est responsable de l’accident pour n’avoir pas mis les freins manuels avant d’aller se coucher à Lac-Mégantic. Par contre, si les freins manuels ne doivent être mis qu’en cas de défaillance, alors personne n’est responsable parce qu’il fallait au préalable savoir qu’il y avait une défaillance. Or, lorsque le personnel de MM&A a quitté après le feu, il n’y avait pas de défaillance, ce n’est qu’une heure plus tard avec le relâchement de la pression consécutif à l’arrêt des locomotives qu’il y avait une défaillance à constater et personne n’était sur place pour le constater.

    • @jacques45: la différence entre moi et le ministre Lebel, c’est que moi, au moins, j’ai de l’expérience dans les gros dossiers, ce qui manque cruellement au ministre Lebel…

    • @dcsavard

      Tout d’abord je tiens à vous remercier pour la précision apportée à mon commentaire d’hier dans l’autre sujet.

      Effectivement il y a des informations contradictoires qui proviennent des différents “experts”. C’est à s’en arracher les cheveux. Cependant il y a quelquechose d’aberrant de laisser un train sans surveillance avec une locomotive en marche et que si celle-ci flanche, le train puisse bouger (si tel est le cas).

      Cela dit, ce qui a mit les gens en rogne, dont moi-même, c’est la tentative de Burckhardt de faire proter le chapeau aux pompiers. Le bonhomme n’aide pas sa cause et quand on a l’impression de se faire rouler dans la farine, on réagit!

      La question que moi je me pose est bien simple : est-ce que les employés de MMA ont bien sécurisé le train dans les règles de l’art, ce qui signifierait que c’est un bête accident ou bien on a coupé les coins ronds pour sauver des sous, ce qui est de la négligence criminelle, d’où mon allusion hier à l’état de la voie. À ce moment-ci je n’ai pas cette réponse et j’ai bien l’impression que ça va prendre un p’tit bout avnt qu’on obtiennent une réponse claire.

    • @dcsavard 6h26 – “… S’il fallait mettre les freins manuels peu importe l’état des freins pneumatiques, alors le conducteur Tom Harding est responsable de l’accident… ”

      Je ne veux pas vous faire la leçon mais je vois que vous tombez vous aussi dans le piège que vous tentez de nous prévenir.

      Qui vous dit que la responsabilité incombe entièrement à Tom Harding ? Ne se fait-il pas aider par d’autres employés pour appliquer les freins ? N’y avait-il pas un répartiteur? Et qui sait, c’est peut-être une politique d’entreprise de couper les coins ronds, genre : “bah, pourquoi appliquer les freins manuels, l’autre équipe s’en vient et, c’est long à appliquer et tester, juste les freins à air vont faire l’affaire”. Beaucoup d’interrogations…

    • À noter que si le principe du No Fault est mis en cause dans cette tragédie, les citoyens ne sont pas sortis du bois avant plusieurs années à venir. Mais encore?

    • Cessons d’attiser la vindicte populaire.

    • Il arrive régulièrement des catastrophes partout dans le monde. Qui se rappelle l’incident de la Union Carbide à Bhopal? Cette fois, c’est chez-nous… Aucun conseil d’administration de compagnie ne souhaite gérer ça mais les décisions à la petite semaine peuvent y mener quant on coupe ici et là pour honorer le dieu Argent. Qu’est-ce qu’on peut apprendre de tout ça sinon qu’il ne faut pas se fier à la bonne volonté des compagnies pour protéger leur personnel, l’environnement et tous les autres. Ça prend des règles gouvernementales strictes NON NÉGOCIABLES. Point à la ligne.

    • Au-delà des pertes humaines et matérielles au Lac-Mégantic, ce qui nous choque, au plus profond de nous-même, c’est de constater les valeurs, les comportements et les attitudes qui mènent aujourd’hui nos vies.

      En ce début de XX!e siècle, au Québec, une partie de nous reconnaît que nous avons tout ce qu’il nous faut (savoir, technologies, argent,…) pour éviter des accidents comme il s’est produit au Lac-Mégantic. Certains reconnaissent aussi que la situation qui prévaut en est une qui commande que nous regardions les choix que nous avons fait comme société, en laissant notre quête de la prospérité croître au point de dominer les autres valeurs que nous chérissions: la santé et la sécurité de nos enfants; la qualité de l’air, de l’eau & de nos terres; l’entraide et l’équité dans nos communauté, la liberté,…

      Ce qui me choque le plus dans ce drame, c’est de constater que nous avons tous – moi inclus bien sûr – une part de responsabilité face au drame qui se déroule. Nous pouvons tous faire un petit quelque chose pour améliorer la santé et la sécurité de nos enfants et ce monde. Nous pouvons tous reconnaître le pouvoir personnel que nous avons dans nos vies, plutôt que de se laisser envahir par le sentiment d’impuissance ou, son semblable, le besoin de dominer (par l’argent & le prestige).

      Au-delà des pertes humaines et matérielles au Lac-Mégantic, ce qui m’attriste aujourd’hui c’est de constater la rupture de la communication avec soi et avec son notre prochain, et l’argent que l’on laisse régner en maître et roi arrogant sur nos vies. M. Grindrod sait, à quelque part en dedans de lui, qu’il aurait pu et dû parler directement à la mairesse de Lac-Mégantic et sa population, aussitôt après cet accident, ne serait-ce que pour communiquer ses condoléances. Or, la voie cahoteuse qu’il a choisi ne semble pas être celle de la réconciliation, mais plutôt celle du déni qui prévaut sur la vérité, de la loi aveugle qui prévaut sur le voyant bon sens , de l’argent qui prévaut sur l’humanité… Je nous souhaite tous de ne pas dérailler trop longtemps sur cette voie…

    • carbone-14

      Le « No fault » s’applique aux blessures corporelles causées uniquement dans les cas d’accident d’autos. C’est la SAAQ qui indemnise les blessés, éliminant par le fait même les poursuites.
      .
      À Mégantic, juste la facture du ministère de l’environnement va être salée pas à peu près, sans compter toutes les villes qui doivent se protéger contre le pétrole qui continue son petit bonhomme de chemin. Ça aussi, ça se fait rembourser.

    • Il faudrait savoir si les compagnies d’assurance-vie ont un droit de recours dans ce genre d’accidents. Si oui, la facture augmente encore pour la MMA.
      .
      Au moins 40 édifices ont été rasés, de l’asphalte aurait fondu… Ça va coûter une fortune de rebâtir le centre-ville de Mégantic. Pour une population de 6 000 habitants où ça leur prend tout leur petit change pour faire lever de terre un projet, il faut se demander d’où proviendra l’argent. Et dans la culture actuelle des extras, ça coûtera combien en surplus?

      Autre point, c’est le vieux Mégantic qui est passé au feu. À combien estime-t-on la valeur patrimoniale d’immeubles ou d’un quartier d’une communauté?

      La facture que va recevoir la MMA sera astronomique.

    • Il y a eu plein de déclarations. Celles de Beurkhard, sont du genre “aller à la pêche ouère si ça mord avec les ménés”…..celle du ministre Lebel sont du genre défensives…..”nous autres le gouvernement on est pas à blâmer”, mais une déclaration qui a passé et à laquelle on ne s’est pas attardé beaucoup est celle du député Bonardel était tout à fait approprié et donc celle d’arrêter toute les activités sur le territoire de la MMA. Cette déclaration de député Bonardel était juste, intelligente, et applicable. Un homme de décision ce Bonardel. On aurait pu s’attendre à une déclaration du genre de Marois…..or…..elle a raté l’occasion.

    • Stationner une auto de livraison sur le frein à main en haut d’une côte en laissant le moteur tourner , c’est peut-être normal pour un livreur de pizza, mais le faire quand il s’agit d’un train transportant 70 wagons de pétrole, j’ai un peu plus de misère à considérer ça normal même s’il semble que ce le soit pour Transport Canada.

      Toute cette histoire est celle des coupures du personnel d’inspection et de la réglementation gouvernementale et c’est pas fini.
      Rendez-vous pour le prochain crash d’avion où là aussi les inspections sont maintenant devenus la responsabilité des entreprises privées .

    • Le ministre Lebel est en mode « damage control » depuis qu’il est apparu sur les écrans radar. Diminution des accidents de train depuis, 101 inspecteurs, inspections et blablabla….
      .
      Son gouvernement permet quand même :

      - le transport de pétrole dans des wagons d’abord conçus pour transporter de l’huile de maïs (ou quelque chose d’équivalent)

      - la présence d’un seul opérateur au lieu de deux sur cette ligne de chemin de fer. Si j’ai bien lu, le seul autre endroit où c’est permis au Qc, c’est dans le nord, dans le coin de Shefferville et c’est du minerai qui est transporté

      Si l’enquète révèle que négligence criminelle il y a eu, en plus du laxisme des lois et rêglements fédéraux dans ce dossier, je souhaite qu’en plus des remboursements qui seront exigés à la MMA, autant à la MMA qu’au fédéral, le gouvernement Marois intente des poursuites civiles en dommages-intérêts punitifs. Si c’est légal, évidemment. Tout comme je me demande s’il serait légal que les citoyens de Mégantic intentent un recours collectif contre le fédéral et la MMA. Il faudra voir, mais je serais curieux de lire des avocats à ce sujet.

    • @dcsavard

      C’est vrai que c’est fatigant qu’on puisse pas savoir qu’elles sont les règles exactes en ce qui concerne l’application des freins pour un train à l’arrêt. Je pense que le problème est qu’en réalité les compagnies sont laissées à elles-mêmes. J’ai entendu un opérateur de train parler à Radio-Canada 95,1 FM hier soir et j’ai trouvé son commentaire assez éclairant. Il n’a pas parlé des normes, mais de ce que lui fait normalement pour immobiliser un train qui doit être laissé sans surveillance. Trois mesures sont alors à prendre : 1) placer le train sur une voie de garage munie d’un “dérailleur”, 2) appliquer le système à air comprimé et 3) appliquer les freins manuels. On sait que le train n’était pas sur une voie de garage (alors que selon l’homme qui parlait à la radio, il y en avait une à proximité, mais je ne sais pas si c’est vrai), donc on peut tout de suite éliminer cette mesure qui n’a pas été appliquée. En ce qui concerne les freins à air comprimé, mettons qu’ils ont été appliqués, mais ils ont probablement lâché ou eu une défaillance pour une raison inconnue. En ce qui concerne les freins manuels, il faudrait selon l’opérateur deux personnes pour les appliquer (parce qu’il faut être deux pour procéder aux tests nécessaires pour estimer si suffisamment de freins sont appliqués pour immobiliser le train), mais on sait que la norme à la MMA est de n’avoir qu’un seul opérateur de train. Donc, on se serait fié sur une seule mesure pour immobiliser le train et si cette mesure connaissait une défaillance, ben il n’y avait rien pour prendre le relais… Là c’est pas moi qui parle, je ne fais que relayer ce que l’homme disait hier à la radio.

    • dcsavard

      Je ne trouve pas que les deux versions se contredisent. “En cas de défaillance” pour moi ça veut dire que les freins manuels doivent êtres appliqués en tout temps au cas où une défaillance des freins pneumatiques surviendrait.

      Une fois que le wagon part à la dérive, trop tard pour se décider à aller activer les freins manuels.

      Mais encore là, faut faire attention avant de dire que c’est la faute de l’opérateur. Sait-on combien de temps est requis pour un seul homme afin d’effectuer les manoeuvres d’immobilisation? La compagnie alloue-t-elle le temps nécessaire à son personnel pour bien les effectuer? On imagine facilement que ces procédures prennent du temps et affectent le rendement de la compagnie.

      Je me rappelle cet épisode de May Day où un pilote avait commit une erreur de pilotage résultant dans l’écrasement de son appareil. Le rapport des enquêteurs avait tout de même blâmer son employeur puisque celui-ci, aux prises avec de graves difficultés financières, ne donnait pas la formation requise à ses employés et leur demandait d’effectuer des heures de travail trop exigeantes.

      En gros, la conclusion était que la compagnie avait créé un contexte propice aux erreurs et qu’un accident allait se produire tôt ou tard.

    • Juste une petite note, j’ai vu ce monsieur donné une entrevue a Radio Canada tot dimanche matin et il s’était effectivement identifé comme étant le président du MMA, j’en conclu qu’il ne se cachait pas.

    • @bazingotcha

      Excellent commentaire!

      Je suis un résidant de Lac-Mégantic et depuis cette tragédie que je me demande pourquoi? ce qui m’a amené a une série de questions…. chaque réponse m’amenait une autre question. Ça va au delà de la négligence parce qu’il y a beaucoup de “oui mais”. Oui mais pourquoi qu’on permet de transporter 73 bombes à travers les vies humaines? Ce sont nos élus qui permettent à ces compagnies de broche à foin de “trainer” 73 mega tank de pétrole brut (Bombes) en sachant fort bien que ceci est un incroyable risque et danger pour ses citoyens, qu’ils ne viennent pas nous dire:” qu’on ne pensait pas qu’une telle catastrophe arriverait”. Hey…!!! juste aller “tanker” ma “bombe-bonne” de propane en auto et je suis nerveux, j’ai la chienne quand je vois le gars la remplir Hey!! wake up vous devez avoir des BBQ vous aussi???? come on.

      Notre société, nos gouvernements sont déconnecté des vrais valeurs humaine, ils sont centré et priorise le cash au détriment des vies humaines, aucune excuse ou raisons viendra réparer cette tragédie.

      Ça doit changer, on doit agir par respect pour les proches des victimes et des résidents de Lac-Mégantic pour que les choses change c’est impératif coûte que coûte….. on vient de payer très chère….. 50 vies et l’âme d’une ville on a plus rien à donner pour que ça change, donnez nous votre aide!!!

    • @davcorm

      Votre commentaire de 08h58

      Vous avez tout comprit, c’est effectivement comme cela que les choses doivent se faire.

      Quant à la question de la voie de garage, le MMA en a effectivement une à Nantes. Tapez ces coordonnées dans Google Maps et vous allez la voir, des wagons s’y trouvent.

      45.629397,-71.012155

    • J’ai vû et entendu M. Burchardt hier soir et disons qu’il aurait été mieux de faire seulement des entrevues radio. Ses propos étaient appropriés dans les circonstances mais, en parlant d’événements tragiques et de responsabilités, il avait un large sourire au visage. Pour les experts en langage non verbal, était-ce le sourire du mépris, du mensonge, du bonheur ou de l’inconfort?

      Peu importe, il aurait dû se faire entraîner un petit peu….

      Quant à tout les experts qui se prononcent sur les causes depuis la tragédie, c’est une véritable farce. Des journalistes et blogueurs sont maintenant des experts en sécurité ferroviaire….

    • Combien de dirigeants d’entreprise, dont les activités sont à haut risque, se croisent les doigts en espérant que, malgré toutes les coupures au niveau du personnel et des mesures de sécurité, il n’arrivera rien de grave. Eh bien oui, c’est forcé d’arriver un jour ou l’autre. La leçon MMA s’applique donc à TOUS ces gestionnaires qui font passer la rentabilité financière de leur entreprise avant la sécurité de leurs employés, la protection du public et la sauvegarde de l’environnement. Comme citoyens, nous ne devons pas accepter que nos gouvernements fassent preuve de laxisme dans la surveillance des pratiques des compagnies. L’approche «conservatriste» actuelle du Moins-de-gouvernement est totalement répréhensible dans des domaines comme la protection de l’environnement, la sécurité dans les transports et la salubrité des aliments, etc. À nous, contribuables, de le faire savoir au gouvernement Harper par la voix de notre député fédéral.

    • Si je stationne ma voiture le long de la voie publique, sur un terrain plat en omettant de tourner les roues vers le trottoir, je suis en infraction.

      Si je laisse le moteur de ma voiture tourner plus de 4 minutes à l’arrêt, je suis en infraction.

      Si le cheminot laisse un convoi à l’arrêt au sommet ou plutôt presqu’au somment d’une pente pendant des heures, moteur en marche et sans surveillance, il est en règle.

      Particulier, n’est-ce pas?

      Ce n’est certainement pas une question d’argent, ça n’a sûrement rien à voir avec le fait qu’il faudrait payer le cheminot pendant de longues minutes (ou en payer deux pendant moins de temps) pour appliquer les freins “sec” manuellement.

      Dites-moi, si les procédures de la compagnie et les réglement de transports Canada ont été respecté, nous dira t-ont que rien n’est arrivé?
      Nous dira t-on qu’un tel accident est fortuit et ne risque pas de se reproduire, qu’en conséquence et en égard des coûts et de risques il faut accepter le destin et ne rien changer aux règles et procédures?

      La partie ne fait que commencer, l’argent va encore parler.

    • @bonserge,

      effectivement, il est possible que les deux versions ne se contredisent pas, par contre la formulation est pour le moins nébuleuse. Est-ce bien difficile d’écrire que la règle est que les freins manuels doivent être appliqués? Que l’on finisse pas savoir si oui ou non ces foutus freins auraient dû être appliqués. Et faudrait savoir si tous ces gens interrogés rapportent des politiques d’entreprise sur l’immobilisation des trains ou bien s’ils rapportent ce que contient le réglement sur l’opération des trains. Est-ce que légalement le réglement oblige ou non les opérateurs de trains à appliquer les freins manuels lorsqu’ils stationnent un train? C’est ça la question pertinente. Un journaliste veut bien se donner la peine d’aller consulter les autorités en la matière et nous revenir avec une réponse officielle émanent d’une autorité qui ne peut être mise en doute?

      Et si le réglement oblige à appliquer les freins manuels, le conducteur est fautif. Ultimement c’est lui qui a la responsabilité du convoi et de sécuriser son convoi. Possible que la compagnie aura aussi sa part de responsabilité, mais le conducteur se devait de faire cette opération ou bien de dénoncer aux autorités sa compagnie s’il est impossible de remplir ses obligations et qu’il doit enfreindre la loi et les réglements.

    • @ le_piano_ivre

      Merci, il me semble que soudainement on réussit à coller plusieurs morceaux et que quant à moi, je crois que c’est le laxisme de l’entreprise qui est responsable de l’accident. Mais enfin, on verra bien!

    • @Igreck

      Ce n’est pas qu’une question d’entreprise privée. C’est une façon d’opérer, de voir les choses.

      Mauvaise évaluation des risques devant le gain. Dans le cas du ferroviaire, mauvaise évaluation des risques de la part de certains dirigeants d’entreprises mais aussi de certaines municipalités.

      Tiens allez voir ici dans Google Maps :

      45.454622,-73.670718

      Vous allez voir un beau terrain de golf situé dans la municipalité de Côte-St-Luc et en partie dans l’Arrondissement Lachine.

      Ce terrain est bordé à l’est par une emprise ferroviaire du CP, au sud par la voie principale du CP, par une cour ferroviaire de l’AMT et à l’ouest par la cour de triage du CP.

      Nos autorités municipales rêvent d’y bâtir des maisons de ville et des édifices à condos à peut-être 10 mètres de la voie ferrée.

      Pas besoin de vous dire quel genre de produits circulent sur ces voies.

      Devant la possibilité d’augmenter la richesse foncière sur leur territoire et conséquemment les revenus qu’elles tirent des taxes foncières nos municipalités sont souvent portées à se fermer les yeux.

      Dans 20 ans le nouveau Maire de Côte-St-Luc va sans doute passer à RDI ou ailleurs pour nous dire qu’il ne fait aucun sens d’avoir une cour de triage aussi près des habitations.

      Peut-être au lieu d’attendre que se reproduise encore l’impensable dans 20 ans devrions-nous lui dire immédiatement.

      Alors dites si un train déraille à cet endroit précis dans 20 ans qui sera responsable? Seule la compagnie ferroviaire?

    • @jacques45 23h42
      En effet, les propos de Denis Lebel, ministre fédéral des Transports, ressemblaient étrangement à une défense proactive de la réglementation en vigueur et de l’industrie. C’était une pauvre défense (la locomitive avait été inspectée la veille de la catastrophe).

    • Faisons encore l’avocat du diable. Deux choses:

      1) Je ne dis PAS que c’est ce qui est arrive ou n’accuse aucunement le conducteur de negligeance: je ne fait que demontrer que TOUS avons la capacite de faire la meme erreure si erreure il y a lieu
      2) Je sais pertinament que je compare une voiture avec un train. Le but n’est pas de dire que les chiffres vont concordes, mais que le schema de pense est le meme et qu’il existe donc une possibilite non nulle que cette erreure se produise.

      Source: https://www.caaquebec.com/nc/fr/sur-la-route/conseils/capsules-conseils/conseil/show/sujet/stationnement-101/

      Le Code de la sécurité routière, à l’article 383, définit très bien comment il faut se stationner dans une pente avec une voiture :« Tout véhicule routier doit être stationné à au plus 30 cm de la bordure la plus rapprochée de la chaussée et dans le même sens de la circulation, sauf indication contraire de la personne responsable de l’entretien de ce chemin.

      Si le véhicule est stationné dans une pente, le frein d’urgence de ce véhicule doit être appliqué et ses roues avant doivent être orientées de façon à ce que tout déplacement de l’avant du véhicule se fasse vers la bordure la plus rapprochée de la chaussée. »

      Maintenant que tous savez que c’est un reglement de mettre le frein d’urgence (AKA frein a main) dans une pente, combien le mettent? Combien de gens avec leurs voitures automatique prennent pour acquis que celui-ci fonctionnera? Je sais pertinament que je compare une voiture a un train de petrole, mais la logique derriere est la meme: si on est persuade que le frein principale n’aura aucun probleme, le frein a main perd de son utilite a nos yeux. cela ouvre la porte a de nombreuses “erreures” qui vont de ne rien faire (i.e pas de frein a main) jusqu’a faire a 90% de ce qui est requis (i.e 1 frein/11 wagons au lieu de 1 frein/10 wagons).

      Attendons la fin de l’enquete qui determinera ce qui s’est produit, bien que je me demande comment ils vont definir si les freins a main etaient actionnes. et avant de blamer le conducteur ou qui que ce soit d’erreur, demandez-vous si, a votre travaille, ou dans votre vie de tous les jours vous respectez 100% des procedures qui vous sont demandes. Juste avec l’exemple du stationnement dans une cote, je sais que j’ai probablement sorti la grande majorite des intervenants. Maintenant ajoutons les exces de vitesses, les stops a l’americaine et autres “petites infractions” qui sont pourtant des regles de securite… et qui est blanc comme neige?

    • @dcsavard

      “Et faudrait savoir si tous ces gens interrogés rapportent des politiques d’entreprise sur l’immobilisation des trains ou bien s’ils rapportent ce que contient le réglement sur l’opération des trains.”

      D’accord avec ça.

      Certains journalistes/chroniqueurs se plaignent qu’ici l’information filtre au compte-goutte quand on compare avec la situation à San Francisco avec leur écrasement d’avion. Peut-être bien… mais en même temps je n’ai pas l’impression que ces mêmes journalistes/chroniqueurs font tout en leur pouvoir pour débusquer l’information qui devrait déjà être accessible.

    • ”Ce sont nos élus qui permettent à ces compagnies de broche à foin de “trainer” 73 mega tank de pétrole brut (Bombes) en sachant fort bien que ceci est un incroyable risque et danger pour ses citoyens”

      Les élus du canada, ne l’oublions pas. C’est le voisin qui décide comment ça se passe dans notre maison. Le transport ferroviaire est de juridiction FÉDÉRALE et les conservateurs ont tôt fait de mettre la hache dans tout ce qui concerne la règlementation qui régit le pétrole. Ils ont même passé une loi pour museler ceux qui oseraient s’opposer à leurs décisions irresponsables. Ce n’est pas pour rien que harper s’est contenté d’envoyer une meneuse de claque conservatrice en la personne du sinistre Lebel pour divertir et répéter la même cassette idéologique.

      Sylvain Pelletier

    • Une chose qui me parait curieuse depuis le début c’est qu’il me semble qu’on a mal ou pas du tout planifié l’endroit pour stationner ce train qui est l’un des endroits les plus élevés au Canada d’après ce que j’ai lu. La chose est peut-être pire que ça dans le sens qu’on a même pas pensé que ça pouvait être planifié cette chose-là dans le but de minimiser les risques.

      Cela se passait peut-être à la bonne franquette comme dans les compagnies de livraison par camion. Ce qui importe pour le patron c’est que sa marchandise soit livrée, le reste comme si le gars stationne son camion chez lui et repart de là lendemain, le patron ne s’intéresse pas à ça.

      Justement, j’ai écouté le patron hier et une des premières mesures qu’il a annoncé c’est que s’il y a besoin de stationner un train ça ne se fera plus à un endroit en hauteur et je crois qu’il parlé de Sherbrook. Et pour lui aussi c’est le fait que le moteur ait été arrêté qui a fait que le train est parti, ça semble pour lui assez clair.

      Et si c’était parce que le conducteur voulait arrêté ce train à cet endroit parce qu’en l’arrêtant là il bénéficiait de certains avantages ou seulement l’avantage de faire profiter à un ami d’un client de plus…

      Je sais bien que tout le monde veut défendre le Québécois dans cette histoire et que ce ne serait pas un gros péché d’avoir pensé qu’il n’y avait pas de problème avec le train en marche et les freins à l’air.

      Tout de même, le gars a eu une réaction de panique extrême et il a détruit un peu la preuve parce que comment peut-on compter les wagons qui étaient sur le frein manuel maintenant… il a été en cherché et il peut dire qu’il a enlevé le frein de ces wagons pour les ramener. Le fait qu’il les ait mis ou pas avant restera invérifiable.

      Il va sans dire que je suis désolé pour ce chauffeur de train mais considérant que tout le Québec est sous le choc de cette grosse main ennemie qui est venue ramasser et nous voler une cinquantaine de Québécois dans sa pogne, je pense qu’on va bien analyser tous les détails. Et ça me semble un fait assez important de savoir qui décidait ou allait stationner le train et si c’était ce conducteur ? À ce moment-là, sur quelle base l’a-t-il fait au juste ? Sur la base “je connais ça, il n’y a pas de danger avec les freins à air et en plus j’aide un ami” ou sur la base d’une certaine connaissance de la sécurité qui dit que placer une telle masse en hauteur n’est pas très sécuritaire ?

      C’est très facile de juger après coup, si le patron de la compagnie nous parait mesquin et près de ses sous et si le conducteur m’apparait mêlé dans ses priorités c’est peut-être que j’ai eu , pendant des jours, devans les yeux les images de personnes profondément malheureuses et victimes de cette catastrophe et que ça pèse lourd mais ce sont des comportements tellement humains ! Est-ce que je ne fais pas un grand détour parfois pour épargner $1 sur un pot de yogourt et est-ce que je ne fais pas des efforts parfois pour plaire à mes amis ?.

      Si j’avais commis un des petits actes qui a mené à ce désastre, j’en serais tellement malheureux à l’heure actuelle. Comme les autres je ne voudrais pas juger mais je pense que veut, veut pas, notre jugement collectif est sur les rails et qu’il n’a pas suffisamment de frein pour rester immobile.

    • @corsi10 et @tous :-)

      Merci de ne pas arrêter de poser des questions, même quand la réponse ne vient pas tout de suite ou que ce qui sort en surface ne fait que soulever détritus après détritus…

      Merci d’oser remettre en question des lois et d’avoir le courage d’exprimer vos opinions, même quand elles vont à contre-courant.

      Merci à tous pour cette tribune qui nous aide à éclairer la meilleure voie à suivre, même si ça semble difficile d’y aller…

    • On ne parle pas beaucoup de l’incendie dans la locomotive et quelque chose m’intrigue à ce sujet. J’ai lu qu’il avait été éteint avec un extincteur, on suppose des flammes peu importantes alors, mais ce que j’ai vu à l’écran, c’est un feu qui s’élevait pas mal au-dessus de la locomotive. Quels ont été les dommages ? Est-ce que le système de freins pneumatiques aurait pu être affecté ?

    • @signal11

      “J’ai lu qu’il avait été éteint avec un extincteur, on suppose des flammes peu importantes alors, mais ce que j’ai vu à l’écran, c’est un feu qui s’élevait pas mal au-dessus de la locomotive”

      Vous avez vu des images de l’incendie qu’il y a eu dans la locomotive à Nantes et qui a été éteint par les pompiers avant que le train de dévale jusqu’à Lac-Mégantic? Où ça?

    • J’ai entendu ces deux homes a CBC..on y reconnait bien le Principle de Peter.
      Ils appliquent la loi du moindre effort et de la non responsabilité.
      Ils ne sont pas à la tête de leurs sociétés à cause de leur competence c`est certain.

    • @davcorn

      A la télé, RDI et/ou LCN, à plusieurs reprises.

    • @le_piano_ivre 10 juillet 2013 10h06
      @Igreck «Ce n’est pas qu’une question d’entreprise privée.»

      Je m’excuse de me citer moi-même mais c’est ce que je disais en mentionnant ceci : «…Comme citoyens, nous ne devons pas accepter que nos gouvernements fassent preuve de laxisme dans la surveillance des pratiques des compagnies…» Mon propos incluait bien évidemment le niveau municipal qui fait aussi preuve de laxisme en ce qui a trait au respect des zones inondables. On accepte que les gens construisent leur propriété au bord de l’eau, bien sûr, puisque ces terrains sont fort prisés (donc fortement imposés). Lorsqu’il y a des inondations, les municipalités «fautives» se tournent vers les paliers gouvernementaux supérieurs pour réclamer de l’aide. Résultat : quand ça va bien la municipalité encaissent des taxes élevées et quand ça va mal ce sont tous les contribuables québécois qui casquent… merde !!!

    • @ blade791 10 juillet 2013 10h19
      «… avant de blamer le conducteur ou qui que ce soit d’erreur, demandez-vous si, a votre travaille, ou dans votre vie de tous les jours vous respectez 100% des procedures qui vous sont demandes.»

      Un instant, là on parle d’une compagnie et de son employé, qui avaient conjointement la responsabilité de 73 wagons, remplis d’un produit extrêmement dangereux, stationnés sur une voie ferrée devant pénétrer en plein coeur de plusieurs villes et villages. On se réveille. Il ne s’agit pas de petits manquements avec peu de conséquences mais de la sécurité de milliers de personnes et de la protection de l’environnement (incluant l’approvisionnement en eau potable de dizaines d’agglomérations le long de la rivière Chaudière). C’est pourquoi le gens responsables de telles activités doivent être extrêmement bien formés, faire preuve d’un jugement sûr et être très conscients de la gravité des gestes qu’ils posent au quotidien. Leur rémunération et leurs conditions de travail sont sensées être prévues en conséquence. Si tel n’est pas le cas, on se trouve en présence d’organisations «cowboys» qui méritent totalement la vindicte populaire et la réprobation générale.

    • Pour appuyer mon propos du 12 juillet 2013 à 11h57
      Le gouvernement agit, enfin, pour corriger le problème…

      http://www.lapresse.ca/actualites/montreal/201307/12/01-4670174-construction-en-zones-inondables-quebec-impose-son-trace-a-laval.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_BO2_quebec_canada_178_accueil_POS4

    • Je ne comprends pas pourquoi votre blogue est annoncé sur la page principale de la presse. Cet article est vieux de 4 mois. Si vous ne voulez plus bloguer, pas de problème mais s’il vous plait retirez-vous de la liste des blogueur.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    juillet 2013
    L Ma Me J V S D
    « juin    
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  
  • Archives

  • publicité