Yves Boisvert

Yves Boisvert - Auteur
  • Yves Boisvert

    Yves Boisvert est chroniqueur à La Presse depuis 2000, après avoir été chroniqueur judiciaire pendant 10 ans.
  • Lire la suite »

    Partage

    Vendredi 7 juin 2013 | Mise en ligne à 14h29 | Commenter Commentaires (166)

    Ici: je ne comprends plus, là

    images-2

    Pas de farce, je ne comprends pas du tout ce que nous explique le vice-président de Radio-Canada-Ici, M. Louis Lalande.

    Lisez un peu ce qu’il déclarait:

    «Nos auditoires ont changé. Ils ont des demandes plus exigeantes. Ils veulent davantage de participation. Les comportements ont également évolué. Le multiplateforme fait maintenant partie des habitudes. Les gens ont plus de possibilités et beaucoup moins de loyauté envers les médias qu’ils choisissent pour s’informer ou se divertir, en particulier les plus jeunes»

    OK, mais le rapport avec “Ici”?

    «Pour permettre au diffuseur public de demeurer présent, il faut nous adapter aux nouvelles réalités. Je ne vous apprends rien en disant que tout l’écosystème des médias francophones est en train de se redéfinir. Devant ces défis, on a deux choix : soit, on se laisse porter par le vent ou on prend une position de leadership. On a décidé de prendre notre position en décidant de repenser Radio-Canada.»

    Bon point, M. Lalande, bon point.

    Mais encore?

    «On a moins d’argent pour répondre aux attentes, mais on doit être présent dans un grand nombre de plateformes dont plusieurs sont contrôlés par nos concurrents. De plus, on doit le faire dans un cadre de politiques publiques qui n’offre plus à la société d’État la même protection qu’avant, mais qui nous impose quand même des exigences importantes pour remplir notre vaste mandat»

    En conséquence de quoi… Si je comprends bien… Mais en fait je n’y comprends rien… Ici… C’est comme qui dirait… Faire plus avec moins de lettres? Lisons encore…

    «D’une part, nous voulons changer la perception des gens sur la société d’État qu’ils jugent trop conservatrice ou ennuyante. Et d’autre part, nous voulons simplifier nos processus de travail et nos façons de faire afin d’alléger les coûts et rendre le diffuseur public plus flexible.»

    Ah! OK, Radio-Canada ça fait plate, mais ICI ça fait cool. Et c’est ainsi qu’ICI est né!

    Il n’empêche que, d’après un communiqué émis hier, «J’ai la conviction qu’au fur et à mesure où elle se concrétisera à la télé, à la radio et sur le web, il ne subsistera aucun doute dans l’esprit des francophones d’un bout à l’autre du pays: ICI, c’est ICI Radio-Canada.»

    Donc, Ici est Radio-Canada, donc Radio-Canada est Ici.

    Vous me suivez?

    Moi je suis perdu.


    • Les gens qui jugent Radio-Canada “conservatrice et ennuyante” ne sont pas et ne seront pas une clientèle naturelle pour Radio-Canada, fut-elle renommée “Ici”. De la même manière, le fait qu’on a renommé TQS “V” n’a pas attiré les intellectuels, qui ne sont pas une clientèle naturelle pour ce genre de télévision.

      Mais cela confirme qu’il y a bel et bien des gens déconnectés à la tête de Radio-Canada/Ici…

    • Pareil… J’ai vraiment du mal à saisir le rapport. Le problème doit venir du ou des consultants en marketing ou relations publiques. C’est une sale engeance payée rubis sur l’ongle pour brouiller tout le monde. On le voit quand il sont recrutés pour pondre les discours des politiciens…

    • Une télé ne peut s’appeler radio. C’est simple. Ça m’a toujours mélangé.

    • Le fromage d’ICI, tant annoncé sur les ondes de plusieurs stations privées, il sera fabriqué à Radio-Canada? Ou ceux qui ont produit ces annonces depuis plusieurs années vont poursuivre Radio-Canada?

      Seul baume, aux nouvelles, on n’entendra plus le sempiternel “X Y, Radio-Canada, Pékin, Washington ou Jérusalem, mais “X Y, ICI, Pékin, Washington, Jérusalem…” Ce qui les encouragera peut-être à enlever le ICI complètement: aux nouvelles de Radio-Canada, tous les correspondants sont de Radio-Canada, alors pas besoin de nous le dire…. on le sait à l’avance… Mais bon, quand on a peu de substance pour remplir le 30 minutes de nouvelles, faut bien le remplir avec un peu de vent, n’est-ce pas?

    • Quel firme de publicité est derrière tout ça?
      Ils ont voulu faire comme V.

    • Impossible de suivre ça….
      Au pire, si c’était un groupe de penseurs dans une Tour d’ivoire, peuvent bien s’amuser et faire ce qu’ils veulent.
      Mais, ça a coûté combien pour en arriver là?
      J’ai lu 500 000. Est-ce le jeu du téléphone qui fait que le montant grossit ou bien c’est dans ces tons-là?

    • ICI Radio-Poutine. N’ajustez pas votre appareil s.v.p…

    • J`ai entendu une entrevue avec lui ce midi à ici… et j`en suis sorti plus confus qu`au début. L`idée étant de regrouper les differents postes sous une seule banniere sans délaisser Radio-Canada. Par exemple (je le cite) quand on regarde Explora on a aucune idée que c`est une station du reseau de radio-canada mais maintenant que ca s`appellera ici Explora ca sera beaucoup plus clair !!! Euh…

      Je n`embarque pas dans les théories conspirationistes du ROC qui sous-entendent que cette initiative a pour but de faire disparaitre le mot Canada. Faut vraiment être parano !

      Toutefois, je ne vois aucunement l`utilité de l`initiative. Je ne comprends juste pas. Quel en sera l`avantage, qu`est ce que ca a à voir avec le contenu. Pourquoi un rebranding ? Comment justifier une telle dépense dans un contexte de coupures budgétaires ?

      En écoutant monsieur Lalande j`ai trouvé que lui même n`était pas convaincu et que tout cela n`était que charabia digne d`un brainstorming publicitaire et de faiseux d`images floues.

      Par exemple quand il déclare : Et d’autre part, nous voulons simplifier nos processus de travail et nos façons de faire afin d’alléger les coûts et rendre le diffuseur public plus flexible.» Veut- il dire qu`il n`y aura plus 4 recherchistes deux techniciens ,deux préposés au web un assistant à la réalisation, une réalisatrice,un animateur ,4 chroniqueurs,un nouvelliste ,un météorologue,un journaliste sportif,un journaliste à la circulation,un éditorialiste etc etc etc ? Permettez moi d`en douter . Ils ne sont pas du type à réinventer la roue bien au contraire . Il ne font que garder en ondes des intervenants d`une autre époque et évitent à tout prix de laisser la place à une image plus jeune et plus actuelle.

      On a moins d’argent pour répondre aux attentes dit il en tentant maladroitement d`expliquer en quoi consiste cette dépense de $400.000 pour retoucher l`image… Typique d`un Radio-Canada qu`on aime critiquer et dénigrer avec raison.

    • C’est de la pensée magique.

      Quand ça va plus ou moins bien dans une firme, il y a toujours des spécialistes de l’organisation ou du marketing qui ont des solutions miracles qui éblouissent les grands patrons dans leur tour d’ivoire.

      On change l’organigramme, à Radio-Canada, on change le nom.

      Dans la vraie vie, ce les personnes qui font qu’une organisation fonctionne bien. Choisir les bonnes personnes, les motiver à être efficace et à travailler ensemble est beaucoup plus difficile que de changer périodiquement les organigrammes et l’entête sur le papier à lettre.

      Dans le cas de Radio-Canada, il était prévisible qu’enlever le mot Canada ferait des vagues. Ce gouvernement ajoute le mot Canada partout dans ses sites web.

    • Hypothèse1 : on a voulu enlever le mot Canada du nom.

      Hypothèse2 : un reporter ne pourra plus dire « Ici Jo Bleau de XXX » sans qu’on pense à Radio-Can.

      Hypothèse3 : monsieur Lalande avait des amis en panne de contrats.

    • Lalande a vraiment une vision claire et précise des choses. Ce qui est bien également c’est qu’il est très habile pour synthétiser sa pensée et parler de manière concise.

      Non mais sérieusement, on voit que le gars est dépassé par les évènements, pas pour rien que c’est un gâchis son affaire.

      Ce que vous avez fait M. Lalande ça s’appelle du branding. Une simple opération qui consiste à donner à la gamme de produit Radio-Canada une identité homogène. Un ‘ADN’ Radio-Canada.

      Je sais que la boite de marketing qui vous a vendu le projet vous a bien enfumé en parlant de quelque chose de révolutionnaire avec des mots comme ‘multiplatforme’ et ‘écosystème’ mais en bout de ligne c’est seulement du branding.

      Et non vous n’êtes pas du tout des leaders là-dedans. Ça fait déjà plusieurs années que cette pratique est à la mode. C’est Apple qui ont lancé cette tendance, les produits Apple ont tous le même ADN.

      Aujourd’hui c’est une pratique qui est répandue dans tous les secteurs. On veut que toute la gamme de produits de l’entreprise soient facilement identifiables.

    • Ce midi, M. Lalande disait à Michel C. Auger que toute cette confusion était une erreur de perception. Franchement! C’est de notre faute si nous n’avons rien compris, bande d’incultes que nous sommes. Pour des spécialistes des communications, c’est vraiment pas fort.

    • Pauvres administrateurs, de vraies poules sans tête.

    • Les jeunes n’écoutent pas la télé. Les aînés écoutent TVYA. Il ne reste qu’une certaine partie des gens de ma génération, les 40-55 ans, qui écoutent/regardent Radio-Canada (télé et radio) et qui y sont attachés. Alors le changement d’appellation ne servira à rien. Ça va faire comme lorsqu’ils ont décidé, il y a environ 20 ans, de changer ça pour la SRC; ça n’a pas duré très longtemps. Ramenez-nous notre Radio-Canada!

    • C’est vraiment typique des petits délires que certains “marketeux” se font quand ils ne touchent plus à terre – les coûts, le timing, le résultat même de leur “analyse”, tout ça complètement déconnecté du monde ordinaire.

      Franchement, dans le contexte où la télévision d’état est un concept qui est en voie de disparition, ces gens-là devraient être congédiés.

    • Du dérapage issu de consultations bizarres. ICi télé, ICI radio, ICI ATV, ICI Rdi et ICI international! Un étranger va entendre “Ici la chaine ICI, qui vous informe qu’ici il y a des manifestations…” De la confusion totale. Le pendant anglophone pourrait-il se décliner Here Brodcasting Corporation? Je présume que l’hypothèse d’enlever le mot Canada n’est pas farfelue. En faisant cela, les francos du diffuseur public vont probablement se couper la tête car on rugit déjà dans le Canada anglais et, pour une fois, je serai d’accord avec le gouvernement Harper d’intervenir.

    • La question se pose… En région, surtout au Saguenay, est-ce qu’ICI se nommera là là?

    • Si Radio-Canada tente tant que ça de rajeunir leur image, il faudrait peut-être qu’ils cessent de passer la pub de la femme qui se dit fière de vouloir travailler en art-thérapie jusqu’à 94 ans sur les ondes de La Première Chaîne…

    • J’espère qu’on va dire au génie qui a approuvé ça, Ici la porte !

    • @respectable D’accord avec vous. Ils auraient du alors la rebaptiser
      “TVC”, C pour Canada. comme TVA, A pour abominable

    • Des hauts fonctionnaires sur-payés qui tente de justifier leur job. Un changement de “branding” c’est toujours plus facile que de propsoer un meilleur contenu!

    • “Moi je suis perdu”. Vous n’êtes pas le seul. 40,000 pur accoucher de cette ineptie!

    • ICI Là-Là-Là. Ne quittez pas s.v.p.

    • @respectable 14h42 “Une télé ne peut s’appeler radio”. Toutes les ondes de communication sont des ondes radio.

    • 15h18 40,000 $ pour…

    • Pour moi, ça le message ne passe pas. Radio-Canada qui s’est toujours targuée d’avoir un réseau de correspondants à travers le monde et qui aime le démontrer, Radio-Canada qui change de marque pour ICI en enlevant le mot Canada (sûrement délibéré) pour ne s’adresser qu’aux Québécois seulement. Tout ça donne une image plutôt réductrice, locale. Ça ne connecte pas avec l’image de grand réseau qu’ils veulent se donner.

    • La majorité des Québecois ne s’identifient pas à Radio Canada?

      Comme la majorité il fallait la rebaptiser: Icitte.

      C’est de cette façon que la majorité des Québecois le disent ”ICITTE”

    • hé, hé…J’ai entendu le VP de ICI tenter de répondre aux questions (pourtant très pondérées) de Michel C Auger ce midi …Le pauvre homme donnait l’impression d’un gars qui pédale à reculons, tellement il était décontenancé par la réaction du public. Et plus il tentait d’expliquer le point de vue de ICI, plus il s’empêtrait dans des explications vaseuses et plus on était mêlé LÀ (LÀ LÀ au Saguenay). Tout sonnait faux ! C’est franchement ridicule.

      La bonne nouvelle dans tout ça, c’est que la réaction de scepticisme du public indique que beaucoup de gens sont attachés à Radio-Canada, à l’institution. Les petits kids du marketing auraient dû comprendre cela avant.

      Patrice Ouellet, ICI ET LÀ à St-Adolphe d’Howard

    • ICI Persil-Per-Là.Ho-La-la-La!

    • ICI le wonderbras.nouveau.look@de la-la-lande. (400,000$)

      Congédiez ce Lalande s.v.p…

    • C’est bien vrai : un chameau est un cheval dessiné par un comité….c’est bien ça qu’on a ICI !

    • Radio-Canada est rempli de Séparatistes et Souverainistes et juste
      de dire Radio-Canada ils leur poussent des boutons
      Pathétique Radio-Canada d’Ici

    • “Une télé ne peut s’appeler radio”.
      ——————

      La chaîne ne s’appelle pas Radio-Canada mais bien la Télévision DE Radio-Canada.

      S.Larousse

    • ICI = Imperial Chemical Industries de 1926 à 2008…

    • C’est tout simplement inexplicable cette aventure. Pourquoi essayer de créer un autre brand, alors que vous en avez déjà un parfait: Radio-Canada. Ce n’est pas juste une appellation Radio-Canada, c’est un standard, une image de marque. Le travail aurait dû être fait sur le contenu de la programmation, surtout à la télé. Toute l’information et la grille doit être revue pour le 21e siècle. En commençant par le Téléjournal…rendu à 22h, tout le monde sait ce qui s’est passé au niveau des nouvelles. Ça prend une autre offre qu’on ne voit pas présentement à la télé: de l’analyse des grands enjeux, le choc des idées, comment interpréter toute l’informaion que l’on emmagasine dans une journée? My two cents…

    • Maintenant qu’ils ont une nouvelle identité qu’ils changent le line-up….Pas parce que l’emballage est mieux (mettons) que le contenu est meilleur. Pas sur que Josélito, Patrice Lecuyer, Michel Barrette et le spare à Véro (Joel Legendre) ça vaut ben, ben cher la livre sur le multiplateforme….

      C’est tu moi ou bien les lettres sont faites avec les mêmes bâtons de popsicle que celles de TiViA?

    • La superficie du Canada est de 9 984 670 km2
      C’est où au juste ici?

    • ICI le ridicule ne tue pas

    • CLOTAIRE RAPAILLE: SORT DE CETTE TOUR!

    • Les ondes radio vont de 3 kHz à 300 GHz (300 000 000 kHz). Cela inclut beaucoup de choses, dont les ondes courtes, les ondes radio AM, les ondes radio FM, les ondes de fréquence TV, et les ondes que les radiotélescopes aiment capter… En somme, tout ce qui est de longueur d’onde plus grande que l’infra rouge.

      Quand une émission radio vient du centre de notre galaxie, elle ne provient pas d’un correspondant de Radio-Canada…

    • Aux gens qui écrivent un commentaire: abstenez-vous de faire des jeux de mots avec ICI. Ils ont tous été faits, même le vôtre, on les a vus partout. Même ici. Ils n’étaient pas drôles écrits par d’autres, alors par vous, ce n’est pas plus hilarant. Maintenant, que pensez-vous de ce changement de nom: dites-le ici et maintenant.

    • Les topos des journalistes de Radio-Canada se termine tous par: Ici, Joyce Napier, Radio-Canada, Washington. Ça va devenir: Ici Joyce Napier, ICI, Washington.

      C’est Joyce Napier ou c’est Washington? Elle est ici ou à Washington? Moi aussi je suis toute mêlée! ;)

    • À trop vouloir faire 2.0, je crois sincèrement qu’on dilue. Et puis quelle est cette manie de rendre à tout prix l’information interactive. Comme nous sommes en train de le faire ici…?! Euh…

    • ICI = Idée Chaudement (clairement, communément) Ignorée.

      ICI = Idée Clairement Ignoble

    • Cette farce ridicule me rappelle la création du logo de la ville de Montréal, logo qui avait couté 100,000 $ et dont un loustic avait découvert une copie à peu près conforme dans un moule en plastique déjà existant. Un concours assorti d’une bourse aurait été moins cher.

    • message à S. Harper: Radio-Canada a encore trop d’$ à gaspiller: vous pouvez couper encore.

    • Il faut que les personnes qui ont approuvées soient congédiées sur le champs. Commençons par M. Lalande. Et je suis d’accord sur l’hypothèse qu’ils ont voulu enlever le mot Canada.

    • 15h21 Que dis-je, 40,000 $? 400,000 $! De quoi payer quelques intéressants reportages à l’étranger.

    • Le ridicule ne tue pas … même quand on a un gros salaire de “boss”! Pénible!

    • Et hop! D’un coup de baguette magique, les gens qui trouvent que la société d’État est “trop conservatrice et ennuyante” vont virer capot et “tripper” sur “ICI”. N’importe quoi.

    • Pour ma part, je pense que ce changement est positif pour Radio-Canada. Le fait de regrouper sous une même bannière ses différentes filiales aura un impact positif à moyen terme.

      Il est malheureux par-ailleurs, que Radio-Canada a si mal passé son message. Espérons qu’ils feront mieux la prochaine fois.

    • Ayoye je savais pas à Radio-Canada ils font aussi de la radio—)))

    • Que Radio-Canada demeure Radio-Canada. Je suis dans la vingtaine, auditeur de la radio et de la télé de la SRC et connecté et je ne vois pas le problème. Je travaille en marketing et je trouve que c’est nul tant dans le concept que dans l’exécution.

      L’idée des tendances ICI est encore plus médusante : http://indice.ici.ca/#/graphics-page/2013-06-07

      Ça fait penser au logo “vivant” qu’avait imaginé Bleu Blanc Rouge pour l’Outaouais: http://www.lapresse.ca/le-droit/actualites/ville-de-gatineau/201101/20/01-4362018-une-image-vivante-pour-loutaouais.php

      Trop compliqué pour être simple ou efficace. Et on voit d’ailleurs (nul part) ce qu’il en reste.

    • Lalande sonne comme un gars qui s’est fait avoir par un vendeur en achetant un gadget hors de prix et qui tente de justifier son achat à sa copine mais qui n’a aucun argument.

      -Chéri pourquoi tu as acheté ça?

      -Parce que c’est nouveau et que c’est pas mal mieux.

      -Celui qu’on a fonctionne très bien, c’est quoi l’avantage de celui-là?

      -C’est nouveau, c’est pas mal mieux.

      -Oui mais c’est quoi l’avantage.

      -C’est pas mal mieux ma belle, c’est nouveau. C’est genre multiplateforme et interactif.

      -Ca veut dire quoi multiplateforme et interactif.

      -Ca veut dire que c’est pas mal mieux ma belle.

    • Un investissement ponctuel de 400 000 $ représente bien moins que les coûts récurrents de rince-bouche et de chirurgies buccales et cutanées pour soigner les bouches de nos chouchous écorchées par la prononciation de l’ignoble mot Canada qui leur donne de l’urticaire.

    • Le vice-président principal d’ICI, Louis Lalande, dit : «Recréer Radio-Canada, c’est en faire une organisation moderne (…) toujours à l’écoute des besoins de nos auditoires.»

      «des besoins de nos auditoires» ????

      Ah! Bon. Je ne savais pas que j’avais ce besoin-là!

    • Ceux qui disent que les gens qui cherchent à éliminer le terme Radio-Canada sont des séparatistes qui veulent plutôt se débarrasser du méchant mot “Canada” ont parfaitement raison. En plus, ces gens, séparatistes, le font en CATIMINI et en dépensant une fortune de nos taxes.

      Duchesne te Drainville devaient-tu se sentir mal lorsqu’ils prononçaient les mots “Radio-Canada”

      De toutes façons, ce n’est pas la première fois que ces séparatistes qui se cachent à Radio-Canada essaient de nous en passer une vite. Ils se sont essayés avec le mot SRC pour tenter d’éliminer le méchant mot “CANADA”!

      Que cela vous plaisent ou pas…C’est mon opinion!

    • Ce sont tous les Canadiens qui paient pour cette Télé-Poubelle
      ils devraient respecter le nom de Radio-Canada

    • Avec ICI on va à Paris. Et avec Ça on reste Là-Là. Un moment s.v.p..­.

    • @Lukos 7 juin 2013 16h21

      Excellent point. Vous donnez un projet comme ça à des étudiants en publicité avec une bourse de 1000$ et je suis certain qu’on aurait des meilleurs résultats.

      Ce qui me sidère le plus c’est le 400 000$. Comment on peut en arriver là? Est-ce qu’ils étaient 12 à travailler là dessus pendant 4 mois? C’est ridicule pour une idée aussi stupide qu’ICI. Radio-Canada faisait le travail, c’est le contenu qui ne le faisait pas.

      Et j’ai fait un petit calcul rapide, 400 000$ c’est 12 personnes à 50$ de l’heure pendant 4 mois.

    • Faut admettre que j’ai rarement vue les québécois autant d’accord sur un sujet et encore plus rare, les québécois d’accord avec le ROC!

      Bravo à Radio-Canada pour essayer de tuer une valeur commun que tout les québécois et les Canadiens partagent! Bravo aussi d’essayer de tuer un des plus vieux branding au pays!

      Maintenant, je souhaite des coupes plus profonde à Rad-Can.

    • Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement – Et les mots pour le dire arrivent aisément.

      ICI

      voyons, c’t évident !

    • Technocrates inc., et ca prend des puissants tarlas pour approuver une telle initiative de pensée magique. On garde le contenu mais on change le nom, shazam, le public se pitche, c’est scientifique, c’est prouvé. A la librarie, c’est juste a coté de “Les erreurs d’Einstein” de George W. et “Mes plus profondes pensées” de Rael.

    • Le nom radio canada était brûlé à cause du ramassis de gauchistes antisémites qui lui y font mauvaise réputation à l’Intérieur de la boîte. Faut changer le nom de l’ONU i too.

    • Pis Lalande va garder sa d’job….bêtise. Suffit de voir la télévision aux nouvelles avec la Galipeau…..affreux, le même ton nasillard ……..heureusement on peut “switcher” à la CBC pour les nouvelles et il y a toujours Bruneau à TVA. On va remplacer Simon Durivage pas une femme c’est sur sur sur. Une émission intéressante à RC, on la coupe (Une heuire sur terre)…..mais on accorde les budgets à ICI. On devrait enquêter s’il n’y a pas de collusion avec les compagnies de publicité…..Y’a pas juste dans les villes où ça coûte cher.

    • TVA est ICI; V est ICI; Télé-Québec est ICI. Mais à Radio-Canada, bien sûr, on se prend encore pour le nombril du monde.

    • @thomasch 16h32 “l’hypothèse qu’ils ont voulu enlever le mot Canada”. Je ne crois pas que ce soit cela. Je crois que c’est juste de la bêtise. J’aime autant ne pas savoir ce que ces brillants innovateurs buvaient, fumaient ou sniffaient pendant leurs réunions.

    • on critique ICI, mais en revanche RDICI ça sonne bien: leurs nouvelles ont toujours un air d’ici!

    • IL est vrai de dire qu’ Harper peut couper un autre 10% facile. Y’a du gras ICI et là.

    • De toutes façons, je vais continuer d’écouter des documentaires de la BBC et du National Geographic sur Netflix. En espérant que la BBC ne changera pas son nom pour HERE…

      Au moins on a tou.tv…

    • ICI Coupez-la-lui.

    • Ce qu’il nous manque au Québec, c’est de la culture. Je vous garantis que vous ne verrez pas les Américains débaptiser l’Université de Harvard ou les Yankees de New York.

      Mais, nous les sans cultures de Québécois, on se laisse faire par le premier venu!

      Quand est-ce qu’on va débaptiser les “Canadiens de Montréal”??

    • Et Là-Là une pipe de Toronto.

    • Ils avaient déjà trois lettres sur lesquelles on peut travailler: SRC.

      Pourquoi chercher à changer cela?

    • Qui sont les consultants en marketing de M. Lalande? Des actionnaires d’une chaîne de télédiffusion privée?

      M. Lalande affirme que : “(…) Les gens ont plus de possibilités et beaucoup moins de loyauté envers les médias qu’ils choisissent pour s’informer ou se divertir, en particulier les plus jeunes (…). C’est vrai. Bien des jeunes sont conscients que les médias présentent de plus en plus des informations partielles, biaisées voire trompeuses, où l’on mise plus sur les apparences que la recherche de la vérité.

      Qu’est-ce qui est ICI ? Un diffuseur qui va maintenant miser sur son image, faute d’avoir les budgets pour maintenir la qualité de sa programmation? Un diffuseur qui confond adaptation et maquillage? Un diffuseur qui parle de simplification des processus de travail en faisant usage d’un discours ésotérique qui nous transporte à des lieux d’ICI?

      Dans le fond, ce que l’on veut savoir c’est: Entre ICI et AILLEURS, y a-t-il une différence ?

    • @pager 7 juin 2013 18h02

      Ce n’est pas tellement qu’on se laisse faire. La plupart du temps c’est un petit groupe de personnes qui se croient assez intelligents pour décider pour le reste des 8 millions de québécois. On peut voir très clairement ici que la décision de rebaptiser Radio-Canada ne passe pas.

      On a énormément de culture au Québec, même que le ROC se base un peu sur nous pour promouvoir le pays (sirop d’érable, poutine, chalets, motoneige, hockey etc…) La vrai raison est qu’on a toujours peur de se faire juger. Et en effet, les américains n’ont pas ce problème.

    • Pensez-vous que Québecor va poursuivre? ICI était il n’y a pas longtemps le nom d’un de leur hebdos culturels…

      en passant, le nouveau nom écoeurent tout le monde, indépendantistes inclus. Donc ceux et celles qui pensent au “complot séparatiste” peuvent aller prendre une petite pilule pour se calmer…

    • Il y avait ce groupe de musique… “Rodrigue Pimparé et ses joyeux drilles”. Ils jouaient de la polka. C’etait un groupe moche. Ça ne levait pas.

      Ils ont changé de nom. Ils s’appellent “Les squelettes électriques”… Ils jouent encore de la polka. C’est encore un groupe moche. Ça ne lève toujours pas.

      Il n’y a pas de problème, à mon avis, avec la qualité du contenu offert à Radio-Canada (je me limite à la télé, je n’écoute pas la radio). J’adore les documentaires, les émissions pour les jeunes sont mieux pensées. C’est un contenu plus sérieux que V ou TVA, et c’est correct. Ça n’a pas besoin d’être “chill”. Rien à voir avec les tendances « fashion ». Leur mission n’est-elle pas de nous informer, nous éduquer, et bien sur nous divertir, dans une certaine mesure ? C’est justement ce qui les démarque des autres, que d’avoir ces obligations. Pour ma part, ils atteignent ces trois buts. Leur mission va bien au-delà du divertissement. Le nom ne changera rien. Ils ne jouent pas dans la même ligue que les autres diffuseurs, c’est voulu ainsi, le produit est différent et répond à un besoin. Rien n’y changera…

    • @bazingotcha 7 juin 2013 18h32

      HERE is BBC, National Geographic, PBS, HBO, ABC, etc…

      Oups, ce sont des diffuseurs in english… C’est vrai au Québec on a pas le droit de dire qu’on aime l’anglais.

      Blagues à part, comme quelques personnes l’ont mentionnées sur ce blogue. Je crois qu’ils ont décidé de “québécaniser” le nom parce qu’ils croient que les québécois ne s’associent pas avec la culture anglophone. Excusez moi, mais Virginie est pas mal moins hot que Game of Thrones.

    • 1. Dans leur pub ICI ils nous disent (essaient de nous convaincre) : ”on a un nom, maintenant il faut lui donner une personnalité”. M. Lalande se tire dans pied avec cette pub dans laquelle il avoue avoir mis la charue avant les boeufs. Car normalement on a une personnalité ensuite on y donne un nom et non l’inverse. M. Lalande avoue ICI que son truc (et sa compétence) est une belle coquille vide.
      2. Dans leur pub ICI ils nous disent (essaient de nous convaincre) : ”une identité rassembleuse, un nom qui marque l’imaginaire”. Quelle identité? ICI ne veut rien dire, le mot ICI n’est pas une identité, c’est un mot qui signifie qu’on est dans un lieu géographique non localisé non signifié non précisé, c’est un mot qui signifie qu’on pas là mais ici, cela ne veut pas dire que cela est une identitié! ICI ne peut être une identité rassembleuse non plus puisque ICI n’est pas une identité donc on ne peut se rasembler autour d’une identité qui n’en est pas une. ICI est un mot générique. De plus, quel imaginaire? ICI ne réfère à aucun lieu, aucune identité, aucune personnalité aucune culture alors comment peut-on être marqué, comment ICI peut-il marqué notre imaginaire si ICI n’a pas une identité ni personnalité? Cela est impossible, un imaginaire est marqué par une identité, une idée, ce n’est pas le cas ici. ICI c’est du générique sans âme ni identité ni personnalité,ni idée. Preuve: ce mot pourrait être utilisé par n’importe laquelle télévision, radio de n’importe lequel pays, ville du monde. ICI ce n’est pas une identité ni géographique, ni patriotique ni culturelle ni d’un pays (Canada ou Québec), ni d’une ville.
      Pour un truc qui n’a aucun sens, aucune personnalité, aucune identité, qui n’est pas une idée et donc qui ne peut marqué l’imaginaire de personne ni ne ne peut rassembler personne, payé 400 000$ c’est du gaspillage de nos fonds publics. Je demande le congédiement de M. Lalande pour cette belle coquille vide de 400 000$.

    • la bonne nouvelle dans tout ça, c’est que le mot CANADA disparaît…

    • @kleverb200 18h59 “Le nom ne changera rien”. Raison de plus pour ne pas y toucher, ne pas le changer. “Ils ne jouent pas dans la même ligue que les autres diffuseurs”. Normal, c’est une société d’état. Une société d’état mentionnent généralement l’état dans son nom.

    • @quoailleur
      Le vice-président principal d’ICI, Louis Lalande, dit :
      «Recréer Radio-Canada, c’est en faire une organisation moderne (…) toujours à l’écoute des besoins de nos auditoires.»
      Je voudrais justement dire à Louis Lalande que mes deux besoins les plus urgents sont:
      1. qu’il est urgent qu’il se modernise d’ICI lundi i.e. qu’il oublie le vieux ICI générique passé de date depuis des décennies
      et 2. qu’il se congédie lui-même d’ICI lundi s’il est vrai qu’il est toujours et vraiment à mon écoute, avant que moi là je le congédie moi-même là, là.

    • 19h16 mentionne.

    • @chataco “la bonne nouvelle dans tout ça, c’est que le mot CANADA disparaît…”

      Qu’est-ce que ça fait si j’aime bien le mot Canada en tant que Québécois? On pense pas à moi dans tout ça?

      “D’après leurs recherches, le nom « canada » signifie « village de cabanes » dans la langue parlée au début du XVIe siècle (c’est-à-dire le laurentien) par les Iroquoiens du Saint-Laurent qui hivernaient à Stadaconé, les premiers Amérindiens que Jacques Cartier aurait rencontrés en l’été 1534 à Gaspé.”

      Moi ça me plait comme description, et vous?

    • pour paraphraser le célèbre écrivain d’ici:
      c’est pas parce que tu changes le maquillage d’une fille de l’Est que c’est pu une fille de l’Est !

    • Moi je me pose la question suivante : est-ce que quand on est ICI, ça veut dire qu’on NE sera plus là à Roberval, plus là à Québec, plus là à Rouny-Noranda, plus là à Rivère-du-Loup, plus là à Shawinigan, plus là à La Pocatière, plus là à Chicoutimi, plus là à St-Georges-de-Beauce, plus là à Percé, plus là à Victoriaville, plus là à Drummondville, plus là à Alma, plus là à Sorel, plus là à Laval, plus là au Nunavut, plus là à Ottawa, plus là à St-Boniface, plus là aux Iles-de-la-Madeleine, plus là à Caraquet, plus là à Vancouver, plus là …, plus là …, plus là …, plus là … parce que Radio-Canada en gaspillant 400 000$ pour cette coquille vide de ICI n’a plus d’argent pour nous les régions? Est-ce une façon de nous dire que Radio-Canada ne sera plus là pour nous qui sommes peu importants ICI, dans l’ailleurs? C’est ça, tu l’as Roger, on ne va plus parlé de toi parce que vois-tu, toi t’es là et pas ICI.

    • Pourquoi personne ne pose de questions à la firme qui a fait cette recommendation? Je crois que c’est Cohésions ou Cohérence Marketing (si c’est cela, ils sont mal sérieusement mal nommés!)

    • @SylvainTT

      Le nom que tu cherches est “Collusion Marketing”

    • Louis Lalande aurait dû garder SRC, qui est le pendant franconphone de CBC.
      C’est une société d’état et qu’on aime ou pas, on doit y voir le mot Canada l’identité canadienne (Société Radio-Canada ou SRC, comme Canada Broadcasting Corportation ou CBC) dans son appellation.
      Sinon ça exclut -et nom rassemble- tous les citoyens francophones qui vivent à l’extérieur du Québec et ce n’est pas respectueux.

    • @Sylvain TT
      J’ai cherché sur le web Cohésions ou Cohérence Marketing, mais rien.

    • ICI = Imperial Conservative Industry

    • ICI Cohésions Marketing, ICI Cohérence Marketing, nous cherchons de nouveaux clients….nous sommes rejoingnables ICI, ICI et ICI…..

    • Question à 400 000$ posée à mon enfant de 5 ans :
      Je suis ICI, pas là, où suis-je?
      Réponse de mon enfant: euh…

      Question à 400 000$ posée à tous les québécois, tous les francophones canadiens et même tous les francophones du monde entier:
      Je suis ICI, pas là, où suis-je?
      Réponse: Euh…

      Oui, ICI c’est notre identité propre, rassembleuse, qui marque l’imaginaire…

    • Puisque M. Lalande ne semble pas avoir grand-chose à faire de son temps, Radio-Canada devrait lui confier le mandat spécial d’organiser à chaque saison, à l’instar de Vermont Public Television, des campagnes de financement publiques. À chaque année, un pourcentage croissant du budget de Radio-Canada dépendrait du succès de ces campagnes, et le fédéral s’en retirerait proportionnellement. Qu’est-ce qu’on parie que chaque dollar serait dépensé pas mal plus parcimonieusement dans la grande tour de la rue Panet?

    • @ Lukos

      Amen ! C’est exactement ce que je voulais dire, en plus précis…

    • Complètement ridicule ce changement de nom. Et la rhétorique qui tente de l’expliquer.
      Le pire, c’est que ça a coûté $400 000 de nos poches pour arriver à cette absurdité… J’espère qu’on demandera aux dirigeants d’ICI de rembourser chaque dollar ainsi gaspillé… Mais je sais que c’est tout aussi probable que cela arrive… que le nouveau nom attirera plus d’auditeurs.

    • À ce que je sache, il n’y pas grand’monde qui avait un problème avec l’appelation ‘Radio-Canada’ — à part de la belle gang de souverainistes engagéee par notre société d’État.

      Comme diraient si bien nos compatriotes : “If it ain’t broke, don’t fix it!”.

      Le peuple francophone du Canada a parlé haut et fort. Redonnez-lui sans tarder son Radio-Canada! Et surtout, débarassez-nous de M. Lalande et ses acolytes souverainistes.

    • Ce cher Lalande, faut croire qu’il n’a pas grand chose a faire……..Pour moi ca sera toujours Radio-Canada et je m’oppose fermement a ce changement ridicule. Non mais, en plus, RC appartient a tout’lmonde, je n’ai jamais demande qu’il change de nom et je vais faire savoir mon point de vue a qui de droit. Y’a toujours “ben” des sacrees limites!

    • On ne dira plus “Ici Radio Canada” mais plutôt “Ici ICI”

    • Autre hypothèse un peu farfelue (ou pas) : la ” commande” vient d’en haut…et au bout de la ligne notre premier ministre trouvera qu’il n’y a plus grand-chose de Canadien cette affaire et s’empressera de mettre la hache dans ce qui va rester de notre télévision nationale…. En tout cas, il n’y a rien de clair dans cette histoire là!

    • the-real-lulu

      Ce sont des fonctionnaires payés par l’état. Que tu sois DG ou secrétaire. ça ne change rien. Ils ont les meilleurs salaires et plans de pension du pays. Moi je suis fatigué de me faire bloquer des augmentations de salaire parce que le privé va mal au Québec. Quand je vois les fonctionnaires se donner des plans de pension en béton à l’âge de 55 ans, ma poche a un pli de plus.

    • @puck
      Je suis d’accord avec vous! Personne n’a demandé aux téléspectateurs ce qu’ils pensaient d’un tel changement! On a vraiment l’impression de s’être fait passer un sapin… (Mmmm, est-ce seulement une impression…???)

    • Cette histoire n’a pas de bon sens, on ne devrais pas changer le nom de Radio-Canada. Changer pour changer c’est idiot.

      Le peuple devrait pouvoir renverser ce genres de décisions qui ne font pas l’unamité. C’est la tv publique mais c’est une petite clique de personnes qui décident et qui annoncent la nouvelle une fois décidé.

      Au final, c’est nous qui allons payer la restructuration sans avoir eu un mot à dire.

      C’est pas la démocratie ca quand la masse ne décide jamais.

    • ICI Menou-Menoum.T’es-qui-toé?

    • Pourtant, “ICI et Maintenant”, ça ne me paraît pas si compliqué.

    • Tous avec des casseroles dimanche matin devant ICI.

    • C’est comme quand La Presse a changé son logo légendaire connu partout dans le Monde pour un vulgaire carré rouge (oups !!). C’est insipide (ICIpide) :-)

      @respectable
      “Une télé ne peut s’appeler radio. C’est simple. Ça m’a toujours mélangé.”
      Rien à dire de plus. Vous auto-dénoncez votre manque d’ intelligence. Etrange !!

    • La télé rentre chez nous par impulsion électrique, pas par onde radio.

    • Je crois sincèrement que la seule bonne chose a faire est de licencier la personne responsable de cette désolante saga et de vite reprendre le contrôle de la situation. Ce ne sera pas la première fois qu’une entreprise se plante en voulant modifier leur image de marque et s’ils réagissent vite et bien ce sera vite oublié, comme le Pepsine clear ;)

    • Lalande ira rejoindre Drainville, Duchesne et Archambault au près de Pauline.

    • ICI les colons d’ICI.

    • CITÉ-FM a changé pour Rock Détente, puis a finalement pris pour nom “Rouge FM”.
      Puis qu’est-ce que ç’a changé ? RIEN.
      Rouge FM, c’est assez laid merci comme nom.

      Maintenant, on veut nous rentrer dans la gorge ICI comme société nationale de télé et de radio. Une bêtise.
      Je voudrais que le nom change et qu’on dise tout simplement la SRC, ça c’est logique. SRC télé, SRC radio, SRC.ca, ça c’est logique.

      ICI… une marque plate et laide, insultante pour l’intelligence.

    • @puck
      Moi je viens d’écrire une plainte à l’ombudsman de ICI parce que ICI ne respecte pas mes droits de citoyen canadiens i.e. mon identité canadienne, vu que Louis Lalande a enlevé le mot Canada; je ne suis pas citoyen de ICI mais bien du Canada, je ne suis pas une ici-enne mais bien uen canadienne. Je vous suggère fortement de faire la même. chose.
      Je pense qu’une pétition au gouvernement canadien serait bien…bonnw idée!

    • ICI = Identité Corrompue Inédite….wow ça vaut 400 000$

    • ICI = Initially Canadian (now) Irrelevant ?

    • Je m’étais pourtant habitué à SRC, ce qui était parfait pour désigner les diverses plateformes. ? Lalande et ses acolytes auraient mieux fait de se concentrer sur le contenu que sur le contenant.

    • J’aime la nouveauté, j’aime le changement, j’aime le design, j’aime être séduite et conquise mais là, je ne trouve rien, rien, rien,rien de tout ça, donc je n’aime pas.

    • Avec des ICI, on reste là, là…

    • Mais d’un point de vue visuel, ICI fait pas mal drapeau du Canada :

      - les deux « I » remplacent les deux bandes rouges et le « C », la feuille d’érable et lettre « C » qui est la première du mot « C » anada; en somme, il fait très CANADA ce ICI

      Eee… il est vrai aussi que si on ferme complètement la lettre « C » on obtient un « 0 » (zéro) :

      - et là apparaît le nombre « I0I » (101).

      C’est peut-être cela qui dérange…

      Oui mais, la loi 101 n’a-t-elle pas comme objectif de défendre la langue de ceux qui ont été les premiers à adopter l’identité canadienne?

      Enfin, je trouve cette décision très audacieuse (le choix du mot ICI) puisqu’elle soutient que l’identité canadienne se définit ici. Par contre, cela n’interdit en rien que l’identité canadienne puisse se définit ailleurs. Sauf qu’en anglais, ICI se traduit par HERE, qui se prononce comme « ire »; et c’est ce que qu’a soulevé le fameux ICI : l’ire.

      P.S. : bon coup de pub que toute cette controverse!

      daniel verret nadagami

    • On a eu le iPad,le iPhone,maintenant le iCi….. iCi phone home…..

    • ‘”nous voulons changer la perception des gens sur la société d’État qu’ils jugent trop conservatrice ou ennuyante.’ Bonne idée de fermer BANDE À PART

      Ici ICI

    • ICI c’est brillant et porteur d’avenir. Ça simplifie l’intégration de la multiplicité des plateformes. Les réacs nous font une crise d’urticaire comparable à la crise an-atomique déclenchée par la création du bikini… M. Boivert, ICI est un témoin pour une course à relais de marathoniens, léger et facile à passer, mieux adapté à la course média passionnante qui est en cours, que notre belle vielle appellation qui nous manquera, bien entendu, comme Bobino.

    • Pour renouveler Radio-Canada ,j’aurais plutôt changé quelques têtes d’affiche qui sont là depuis trop d’années et les auraient remplacés par des plus jeunes et des visages nouveaux et en même temps ils auraient pu baisser un peu les salaires.Radio-Canada aurait économisé et renouvelé leurs personnels et n’aurait pas eu à dépenser $400.000
      Je pense à Simon Durivage,Céline Galipeau et Anne-Marie Dusseault. Ce sont là de gros salaire et ils sont mûre pour la retraite.

    • Ça m’apparaît si ridicule sur le fond….que, malheureusement, je ne peux m’empêcher de penser qu’il y a lien du genre “ti-nami” entre la cie de pub qui a conçu ça pour si cher….et un bonnet de la SRC….
      Il y a un truc irréaliste et hallucinant dans ça en tout cas…

    • Bref, donnez-moi 400 000? et je vous trouverai volontiers un truc dans ce genre-là….sans trop me forcer…
      Hallucinant….

    • On se fatigue de voir toujours les mêmes faces de nos politiciens après 8ou 9 ans imaginez de voir toujours les mêmes tous les jours pendant 10,15 ou 20 ans .Ça aurait été là le vrai renouveau.Changer le personnel.

    • Ce que j’aimerais voir changer à Radio-Canada c’es le ton prétentieux de madame Dussault et autres. Cet air de me dire que je suis bien nono et qu’on va m’instruire. Le vrai rajeunissement, à mon avis, il est là. Pas ici mais là.

    • Une pathétique tentative de rebranding confuse et complètement ratée… Une manoeuvre d’une insondable sottise, qui met en péril les acquis prestigieux d’une des seules véritables institutions canadiennes-françaises. En deux mots: de quossé?

      J’ai été soulagé de lire les nombreux commentaires allant dans le même sens, car je craignais être relativement isolé dans cette perception, mais ce n’est manifestement pas le cas.

    • Serait-ce pour retirer du nom les mots néfastes, négatifs, porteurs de souvenir néfaste qui ici pour en faciliter la compréhension nous appellerons ‘’Élément Toxique’’
      Je m’explique par comparaison de cas.
      Prenons celui de PFK. Qui au fils des ans est passé de Poulet Frit à la Kentucky (de 1952 à 1991) à PFK depuis 10991 avec une diminution des Lettres PFK au profit de l’image du Colonel entre 1997 et 2006. Aujourd’hui aux USA KFC (PFK en anglais) à son p’tit frère KGC (G pour Grilled). Comme vous le voyez l’élément toxique ‘’Frit’’ a été graduellement éliminé de l’identification du produit.

      Il en va de même avec la société Radio-Canada pour le volet francophone de la société dont l’élément toxique et graduellement éliminé :
      1932, la Commission canadienne de radiodiffusion
      1936, CBC/Radio-Canada
      Par la suite : Société Radio-Canada
      Puis : SRC
      Et maintenant : ICI
      La suite : II
      Ainsi l’élément toxique ou tout ce qui pourrait le rappeler (C) sera définitivement éliminé de l’image de la Société Radio-Canada tout comme l’élément toxique ‘’Frit’’ du Poulet Frit à la Kentucky le fut.

      P.S. Je laisse le soin aux gens perspicace de trouver de quel élément Toxique je parle dans la commission CANADIENNE de radiodiffusion/Société Radio-CANADA/srC/iCi.

      G. Duquette

    • Je me réjoui de cette décision. Voila un 400 000 $ bien financé. Radio Canada cela fait trop ringard

    • Excellent commentaire de tibotin. Je trouve ICI résolument moderne et progressiste, la ptit drette va encore faire des boutons, je recommande polysporin trois fois par jours.

    • La meilleur chose à faire est de faire part de notre mécontentement à Radio-Canada et au parti politique à Ottawa.

    • Ça ressemble à une idée de souverainistes pusillanimes et subversifs à Radio-Canada ou de fédéralistes subversifs et manipulateurs en poste au Québec, ou d’un comité de 25 persoones regroupant les 2 types précédents en proportions égales. Mathématiquement impossible, vous direz? Au Canada TOUT est possible.

    • [La traduction française suit]
      Ladies and gentleman of English Canada, I must urgently point out to you that the « separatist » interpretation of the rebranding of Radio-Canada under the handle ICI is a regrettable misunderstanding. While ICI indeed means “here”, it does not at all imply “here in Quebec”. In fact, there is no reference to Quebec whatsoever in this new designation. It is crucial to understand that while the tagline for the English language service is: “This is CBC” we, on the other side of the Corn Flakes box, say: “Ici Radio-Canada” and whereas you folks exclaim on air: “This is Paul Laurendeau”, we announce: “Ici Paul Laurendeau”. This particular phrasing finds it origins in the early days of radio. ICI is the archetypical point of localization of the anchor and/or the station in French speaking culture and has been so since the very inception of broadcasting. Furthermore, any narrow-minded tory pronouncing that a Canadian designation ought to be included in the name of our public broadcaster would be advised to brush up on his history instead of attempting to rewrite it. The name CBC was selected to monkey the BBC… and Radio-Canada to monkey Radio-France. So much for the essential Canadian-ness of these designations. ICI, at the minimum, has the merit of being unique to Canada. If we are to debate this new designation, we must at least do so within the parameters of minimal descriptive accuracy.

      Mesdames et messieurs du Canada anglais, je dois, de toute urgence, vous faire observer que l’interprétation « séparatiste » de la nouvelle désignation ICI pour Radio-Canada est un malentendu regrettable. Bien sûr, ICI signifie « here » mais il ne s’agit en rien de dire « ici au Québec ». De fait, il n’y a pas la moindre référence au Québec dans cette désignation. Il est absolument crucial que vous compreniez que, quand le service de diffusion anglophone dit: “This is CBC”, nous, de l’autre côté de la boite de Corn Flakes, on dit: “Ici Radio-Canada” et que quand vous autres vous exclamez, en onde: “I am Paul Laurendeau” nous autres, on annonce “Ici Paul Laurendeau”. Cette formulation spécifique remonte aux vieux temps de la radio. ICI est le point d’ancrage archétypique du radiojournaliste et/ou de la station de radio, dans la culture francophone et il en est ainsi depuis les tous débuts de la diffusion en onde. Maintenant, quand d’aucuns de nos conservateurs étroits jaragouinent à propos du fait qu’une désignation canadienne devrait figurer dans le nom de notre station publique, ils feraient mieux de relire l’histoire plutôt que de la ré-écrire. Le nom CBC fut créé pour singer BBC…et Radio-Canada pour singer Radio-France. Pas fort fort, la canadianité dans de telles désignations. Au moins ICI n’existe qu’ici, au Canada. Donc, allons-y, débattons au sujet de cette appellation mais au moins faisons-le dans le cadre de paramètres descriptifs minimalement adéquats.
      Paul Laurendeau

    • Qui ne se rappelle pas la tête de l’Indien où au même poste on diffusait en français et en anglais. Reculeront-ils? Cette décision me fait penser à l’arrivée d’un nouveau gestionnaire au sein d’une entreprise qui décide de tout changer pour faire sa marque en révolutionnant tout jusqu’à la papeterie. Au diable la dépense, on repart à zéro. J’espère que Radio-Canada arrêtera ICI ses folies de rajeunissement en arrêtant ICI d’engloutir des $$$ si précieux à sa survie.

    • Ici Bernard Derome d’ICI pour les nouvelles d’ici et d’ailleurs. ICI a appris que AC/DC fera un nouvel album ailleurs……

    • Incompréhensible en effet. Si la TV, radio etc de la SRC est platte et conservatrice, ICI ne changera rien à cela… Ici c’est quoi? Montréal? Probablement puisque justement s’y trouve le siège d’Ici. Alors les gens (francophones et francophiles qui aiment les émissions plattes et conservatrices) d’ailleurs au pays vont écouter Là car ça ne viendra pas d’Ici… Ça au moins le mérite de faire jaser et de donner lieu à une superbe parodie de bureaucratie platte et conservatrice. Ils auraient quand même pu trouver une façon plus intelligente de dépenser l’argent du peuple…

    • Faut se rendre a l’évidence, on n’avait pas le choix.
      Le mot canada nous passe de travers dans gorge.

      En espérant, maintenant ce changement d’appellation fait, que ICI arrete de nous parler de météo a Hearst ou a Whitehorse.
      Et pire encore, espérons que les Maxence Bilodeau cesseront d’ouvrir leurs topos avec des “Chez nous, en Ontario…” Chez…WHAT ??

      Trop cher c’est vrai, ce changement de nom…mais incontournable…

    • Heureusement que le ridicule ne tue pas, cela aurait fait plusieurs morts à Radio-Canada et parmi les faiseurs d’image qui l’ont si grotesquement conseillée.

    • @nanlaj

      Le fait de parler pour les autres n’ajoutera pas de valeur à vos mots. Concentrez vous à parler de vos opinions et arrêtez de parler pour les autres svp.

      D’ailleurs, vous êtes bien seul sur votre île de radicalisme, heureusement.

    • Une télé ne peut s’appeler radio. C’est simple. Ça m’a toujours mélangé.

      mais si , les ondes que vous recevez avec vos oreilles de lapin sont encore des ondes radios, c est l appareil qui les reçoit qui les convertit en son et images

    • @ maniacs

      Ile de radicalisme. Good one !
      Vraiment oui, j’suis très très radical. Ca se voit tout de suite…

      En passant je parle justement de mes opinions.
      Et je sais compter, j’suis loin d’etre seul.

    • Une télé peut s’appeler “radio” si elle fait de la radio.

      C’est même pour ça que Radio-Québec est devenue Télé-Québec, parce qu’elle ne faisait pas de radio.

    • nanlaj

      Radio-Canada étant diffusée d’une côte à l’autre, on ne peut échapper au téléjournal “national” (qui devrait s’appeler “fédéral”).

      Mais ça me frappe chaque fois à quel point ce qui se passe à Saskatoon m’intéresse autant que ce qui se passe à Rio.

      Moi les chiens écrasés à l’étranger…

      Je ne dis pas que rien de ce qui se passe dans le monde m’intéresse, mais il faut que ça soit une nouvelle d’envergure internationale, pas une nouvelle sur une grève de professeurs en Ontario, qu’est-ce qu’on en a à cirer…

    • Un nombre très important de gens, l’immense majorité n’aiment pas du tout l’idée du nouveau nom que serait ICI pour remplacer Radio-Canada ou SRC.
      Radio-Canada doit donc reculer et oublier ce projet imbécile, inutile et indésirable.

    • Je suis confus… je suis inquiet… Le projet de radio-Canada me laisse de glace, et pire que tout, Docteur Boisvert, je suis inquiet, car les conservateurs pensent comme moi… Au secours !

    • Les icit sont rendu tellement bons et neutres que les actuelles règles du CRTC les empêchent d’evolue.Alors,je suis d’accord avec leur nouveau brand mais en même temp je propose q’on privatise la SRC et les laisser de voler de leur propres ailles.

    • Provocation
      Masse salariale d’égal contrepoids de coupure, programmation d’un FAITE MOI RIRE. Bravo syndicalisme manipulateur et merci aux vraies polémistes du multiculturalisme ou pire encore ceux qui s’en croient de métissage…

      RADIO-CANADA est devenue en quelques lurettes une chaîne pub d’une probante collusion au détriment d’un culturalisme plus fort la poche. L’espace culturel distinct d’un clérical déroute conséquent à notre suite des choses d’entendu dire trash et promontoire d’intéressé.

    • Provoquez-nous intelligemment quand même. Harpeur derrière le syndicalisme, femme comme enfant dans la rue, le média postillonnèrent notre sympathique polémique québécitude de conquête.
      Pendant ce temps à Ottawa, pullulait de projet de loi complexe, le temps d’une diversion aurait-on du lire et que dire de ce stupide jingle claqué d’Arabe, L’érable printemps, et oui nous y retournerons aux urnes, faut pas lâcher et si tu perds ton emploi de fonctionnaire, ben t’en ramasseras du cocombre toi aussi.
      Les discours et la finesse d’Ottawa font toute la différence, monsieur, madame, le pouvoir politique de certaines richesses canadiennes divise notre québécitude polémique depuis des lustres, une reconquête culturelle de réussite au plus fort la poche, cette fois nous nous soumissions en vrai Canadien, et ce, sans exception a la règle d’un sans histoires…

    • @ nanlaj (commentaire « 8 juin 2013 11h31 ») :

      Si le mot Canada vous passe mal en travers la gorge et que vous vous vous morfondez lorsque vous devez écouter la météo de Hearst (une communauté presqu’entièrement francophone du nord de l’Ontario) et des nouvelles provenant de l’Ontario et de la Saskatchewan, pourquoi ne vous contentez-vous pas d’écouter la radio communautaire de votre patelin.

      Une radio communautaire typique qui diffuse sur la bande FM (en modulation de fréquence) peut normalement difficilement être captée à plus de 30 kilomètres du lieu où est située l’antenne de transmission.

      En restreignant votre écoute à une radio communautaire située dans votre lieu de résidence, il serait donc peu probable que vous auriez à souffrir la torture de l’écoute des prévisions météo de Hearst et de Kapuskasing, ou des nouvelles de Radio-Canada qui relatent le dynamisme économique de l’Alberta ou de la Saskatchewan…

      Lancez-vous donc derechef à la recherche de l’annonce « Ici Radio-Mon Patelin », qui vous offrira sans aucun doute à chaque jour une captivante émission d’annonces classées qui ne traitera (fort heureusement pour vous) que des objets usagés en vente dans votre région…

    • Je n’ai rien contre la décision de Radio-canada (oups : Ici!), mais ça demeure une décision de bureaucrate!

      Toutes les bureaucraties ont plein de petits rapports, stratégies, politiques, directives, cadres, architectures de programmes, règlementations, mesures du rendement, processus, etc. dans lesquels ils doivent cocher un tas de petites boîtes et surtout accompagner lesdites petites boîtes de quantités phénoménales de texte (tout spécialement des adjectifs et des adverbes) pour justifier le fait que telle “action” identifiée lors de la réunion de tel comité des sous-quelque-chose adjoints a été prise et menée à terme.

      Ici est donc la résultante de ces petites boîtes, ces adjectifs et ces adverbes développés dans la foulée de l’obsession d’atteinte des objectifs des architectures de programmes identifiés comme service essentiel selon la politique cadre XYZ.

      Ça fait du sens…

      N.B. Ça me fait penser au Ministère Industrie et Commerce du Québec (MIC, MDER, etc.) qui avait changé de nom 3 fois en 1 an suite à l’élection des Libéraux il y a une décennie… ça faisait du sens aux yeux d’un bureaucrate!

    • @ samuel 2013

      “ICI = Initially Canadian (now) Irrelevant ?”

      J’adore!!! LOL

    • Un léger emprunt au vocabulaire anglo:

      If it ain’t broken….
      Don’t fix it!!

      Et que je n’entende plus chialer sur les coupures à Radio-Canada après un aussi joyeux gaspillage!

      Un Nouveau Coca-Cola avec ça?

    • Qu’ils commencent par rendre TOUT leur contenu disponible sur le web et surtout, qu’ils règlent les problèmes techniques qui font qu’une fois sur deux, il est impossible de regarder les émissions en direct, et ils n’auront pas besoin de dépenser de l’argent, BEAUCOUP d’argent, pour changer leur image.

    • “Blagues à part, comme quelques personnes l’ont mentionnées sur ce blogue. Je crois qu’ils ont décidé de “québécaniser” le nom parce qu’ils croient que les québécois ne s’associent pas avec la culture anglophone.”

      C’est pas” québécoiciser” plutot ?

    • Quand je n’aurai plus qu’un paire de fesses pour penser, j’irai l’asseoir à l’Académie d’ICI.

      Georges Bernanos.

    • Il y a deux organes inutiles ICI : la prostate et la présidence de la République.

      Clemenceau.

    • La culture est ce qui demeure lorsqu’on a tout oublié. Émile Henriot.

    • Si tous ceux qui croient avoir raison n’avaient pas tort, la vérité ne serait pas loin.

      Mieux vaut réfléchir avant de penser.

      Pierre DAC

    • Rad-Can peut bien dire n’importe quoi lorsque Lisée était payé 13 mois par an au même titre que Homier-Roy qui disait n’importe quoi le matin.

      Avec ce changement d’image, je comprends le Reste Of Canada d’en vouloir à cette gang de farfelus qui se disent indépédentistes.

      Au lieu de copier le canal V, Rad-Can devrait se concentrer sur l’information.

    • Ci-git ma femme: Oh! qu’elle est bien,
      Pour son repos et pour le mien!

      Jacques de Lorens.

    • R.I.P. pour la SRC

      Monument assez délabré,
      On lui refit une beauté,
      Mais il en résulta un DCD.

    • @cabone-14 N’en jetez plus, la cour est pleine.

    • Hey bon ti-Québécois!

      On vous vole votre pays et vous ne dites rien………!

    • Cela ne vous rappelle pas un certain journaliste de sport qui se dit lui-même “Souverainiste” et qui ne pouvait digérer que ” les Canadiens de Montréal” s’appellent “les Canadiens de Montréal”. Alors, ce journaliste a convaincu la direction des Canadiens de dorénavant les appeler “Le Canadien”, car un tel nom fait moins “Habitant du Canada” et devient alors une vulgaire marque de commerce.

      Ces séparatistes qui se cachent partout, cherchent par tous les moyens à éliminer tout les mots qui nous rappellent ce que nous sommes réellement: “DES CANADIENS”

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    juin 2013
    L Ma Me J V S D
    « mai   juil »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
  • Archives

  • publicité