Yves Boisvert

Yves Boisvert - Auteur
  • Yves Boisvert

    Yves Boisvert est chroniqueur à La Presse depuis 2000, après avoir été chroniqueur judiciaire pendant 10 ans.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mardi 26 mars 2013 | Mise en ligne à 10h08 | Commenter Commentaires (102)

    L’Homme de Calder et l’immobilisme montréalais

    L'Homme de Calder (photo Société du parc Jean-Drapeau)

    L'Homme de Calder (photo Société du parc Jean-Drapeau)

    Les connaisseurs nous disent que l’Homme, immense sculpture d’Alexander Calder faite pour l’Expo 67, est peut-être l’oeuvre d’art public la plus importante à Montréal.

    Le hic, c’est qu’elle est dans l’île Sainte-Hélène. Le site était le centre du monde en 1967, mais depuis, c’est loin d’être le coeur du Montréal touristique.

    Je dis “le hic”, et on aura compris que je trouve l’idée plutôt bonne de déménager cette sculpture dans un endroit visité et visible de Montréal. Pour bien des gens, dont mon collègue François Cardinal à l’éditorial, ce n’est pas un hic du tout: cette sculpture a été conçue pour cet endroit.

    Appelons ça un désaccord raisonnable.

    De toute manière, le conseil municipal a clos le débat la semaine dernière: la sculpture restera où elle est depuis 46 ans.

    La conseillère Élaine Ayotte, naguère favorable au déménagement, nous dit sans rire qu’on pourrait organiser des navettes pour aller visiter l’oeuvre! Voilà qui est organique, simple et écologique, non?

    Le plus comique de l’affaire est que la ville a formé un comité sur l’art public, composé de quelques uns des meilleurs experts en ville. Le comité était en train d’étudier la question, avec de toute évidence un penchant favorable pour le déménagement, maintes fois répété par son président Alexandre Taillefer.

    Le comité n’a pas eu le temps de compléter son travail, le conseil municipal a réglé le cas. Vram. Fini. On n’en parle plus.

    Les mêmes amoureux fous de la consultation ne veulent rien savoir des consultations… quand leurs idées risquent d’être contestées. Ah, les beaux démocrates que ça nous fera s’ils prennent le pouvoir…

    Message de Projet Montréal: que le comité se penche sur le mécénat, et qu’il s’arrange pour faire atterrir à Montréal des nouvelles oeuvres, inédites, contemporaines, qui marqueront le 375e et inspireront les générations futures…

    Bonne idée.

    Mais l’un n’empêche pas l’autre. L’idée du comité était d’inaugurer une oeuvre majeure d’art public par année. Et l’Homme, en pleine ville, était dans le lot. Je sais bien que le lieu n’avait pas été déterminé encore, que bien des discussions auraient eu lieu… mais peut-on au moins laisser le comité parler?

    Non, ta gueule comité.

    Et le clou, remarquez le ton méprisant employé par François William Croteau, maire Projet Montréal de Rosemont-Petite-Patrie, dans son blogue :

    “Montréal ne doit pas être considérée comme le salon privé de quelques mécènes, collectionneurs ou gens d’affaires déplaçant une œuvre d’art public au gré de leur volonté comme on déplace un tableau de la cuisine au boudoir.”

    Wow…

    On voit bien que ça vise directement Alexandre Taillefer et quelques autres, des gens qui effectivement ont mis une partie de leur fortune et de leur temps pour la promotion des arts à Montréal.

    Merci beaucoup pour la reconnaissance!

    Et c’est à ces mêmes mécènes qu’on ira brailler pour financer l’art public demain.

    Lâchez pas, vous êtes en bonne voie: tout doit rester tel qu’il est.


    • Oh boy…vous en faites toute une histoire pour une sculpture. Réussir à faire le procès de Montréal sur ce seul fait divers, faut le faire.
      Qu’elle soit sur l’ile Ste-Hélène ne fait que la mettre à l’écart des criminels destructeurs du bien public dits graffiteurs.
      J’ai beau relire et relire votre billet et je ne comprends pas votre montée de lait.

      Sylvain Pelletier

    • L’homme de Calder est un peu plus beau que le Stade Olympique, mais pas beaucoup plus. Ni l’un ni l’autre ne mérite le déplacement. Nos beautés sont avant tout naturelles: les rapides de Lachine, le mont Royal Les rapides de Lachine pourraient être mis plus en évidence. Il n’y a aucune grande ville au monde qui ait à la fois une montagne et des rapides.

    • Cette oeuvre a été créée pour Terre des Hommes et doit rester sur le site de Terre des Hommes. Si trop peu de gens la voient, la solution ne réside pas dans son déménagement mais dans la valorisation du site où elle est située. Le site de Terre des Hommes dans son ensemble doit être revivifié.

      Je ne vois aucun mépris dans les paroles de François William Croteau mais une Vérité qui nous est lâchée en pleine face. Il a entièrement raison de dire que “Montréal n’est pas le salon privé de quelques mécènes, collectionneurs ou gens d’affaires déplaçant une oeuvre d’art public au gré de leur volonté comme on déplace un tableau de la cuisine au boudoir.”

      Ce n’est pas parce qu’on met sa fortune à la valorisation et à la promotion des oeuvres d’art que ces oeuvres nous appartiennent en propre. Ces oeuvres sont la propriété de tous les Montréalais et je dirais même, pour le cas de l’Homme de Calder, de tous les Québécois.

    • Si l’Homme de Calder est condamné à demeurer dans sa solitude, je vois mal comment des touristes pourraient avoir envie d’aller le voir. Je verrais par contre le site devenir un musée en plein air où l’Homme pourrait se trouver en compagnie d’autres oeuvres.
      Il y a justement un petit jeune sculpteur bourré de talent qui mérite d’être encouragé ces temps-ci. Il s’appelle Armand Vaillancourt. On doit bien avoir une oeuvre à lui commander, non? Au fait, croiriez-vous qu’il y a plein de gens qui n’ont même jamais entendu son nom? Pitoyable.
      Par ailleurs, je suis sûr qu’en fouillant un peu dans ses caves, la ville de Montréal trouverait quelques oeuvres à remonter à la surface.
      Tout cela plus un jardin où s’asseoir et se détendre serait du plus bel effet.

    • To déménager or not to déménager…

      Certes, l’oeuvre a été créée pour un événement relativement ponctuel, dans un cadre spécifique, à une époque donnée. Cet aspect «commémoratif» justifierait que l’oeuvre demeure sur place.

      Toutefois, la magnificence de cette oeuvre mériterait sans doute la plus grande fréquentation publique qu’assurerait sa présence au coeur de Montréal.

      Mais… compte tenu des coûts sûrement exorbitants qu’entraînerait ce déménagement, compte tenu des études quant à l’emplacement, des déchirements inter-arrondissements qui ne manqueront pas (des délais, donc…) ne serait-il pas préférable d’allouer ces importantes sommes à l’acquisition d’une oeuvre magistrale (nouvelle, bien sûr) qui S’AJOUTERAIT au patrimoine artistique de Montréal ???

      Merde, je rêve… puisque les sommes en question ne font probablement pas partie même «poste budgétaire» de l’administration et ne sont sans doute pas «transférables»…

      René St-Germain

    • Je suggère une Lady Banana avec les deux pieds coulés dans le ciment pour faire un peu plus postmoderne. Dans le petit parc de la Presse du 350e, par exemple. Les croquis suivront…

    • Juste à regarder la photo de l’Homme de Calder avec la silhouette de Montréal en arrière plan (en haut de votre texte), on voit clairement que cette oeuvre est exactement là où elle doit être.

      Une image vaut 1000 mots.

      Ysabel Labonté

    • Yas-tu moyen qui se passe e-rien

    • J’ai toujours trouvé que Montréal manquait d’œuvres d’art. Et si, en plus, on cache celles que nous possédons, c’est triste. Je la vois déjà au coin de Des Pins et Du Parc. Ce qui mettrait encore davantage en valeur ce bel espace.

    • Je suis d’accord avec ceux qui dénoncent votre montée de lait. Cette statue est parfaitement bien en place où elle est : c’est le site et son accès qu’il faut revitaliser. Et je ne suis pas loin de penser comme le maire de Rosemont non plus. Il y a une petite élite ici qui se croit tout permis parce qu’elle peut tout se payer ; c’est pas comme ça qu’on marche en tant que société. L’argent ne doit pas donner le droit à tous les privilèges, sinon ça devient une plutocratie.

    • «Le comité n’a pas eu le temps de compléter son travail, le conseil municipal a réglé le cas. Vram. Fini. On n’en parle plus.»
      Ben non, la preuve: vous en parler ce matin…
      Il y a aussi dans vos propos une idée saugrenue: les touristes ne quittent pas le centre-ville. Ben, voilà une occasion pour eux. Montréal c’est plus que le centre-ville…Et l’homme est à deux minutes d’une station de métro…
      Moi quand je visite une ville étrangère, je suis aussi intéressé à ce qui n’est pas dans le guide de voyage ( sur cet aspect, je présume que les «Îles» sont dans les guides sur Montréal. )

      L’immobilisme ici c’est de ne pas être assez original pour proposer autre chose que des déplacements d’oeuvres existantes. Ne peut-on pas plutôt en commander de nouvelles?

      Et je suis d’accord pour dire qu’il n’y a aucun mépris dans les propos de François Croteau.

    • Je n’ai pas envie de payer pour la nettoyer des graffitis à tout les mois.

      Les montréalais(que je suis) n’ont plus assez de savoir vivre pour pouvoir ”dealer” avec une oeuvre d’art en pleine ville.

      Sad but true.

    • Étant donné le faible esthétisme de cette oeuvre totalement inconnue du public, laissons ce monstre d’acier dans un lieu loin du centre-ville, là où elle pourra faire moins de dommage à l’image de la ville et aux rétines des passants.

    • Développez l’ile ste-helene !!
      Amenez-en des projets.
      C’est mort Montréal.
      Imaginez, la place la plus vivante à Montréal, ou il y a le plus de projets, c’est le stade olympique… ca va pas ben !
      Think big sti !

    • Je dois confesser mon absence de sensibilité à cette forme d’art (l’homme de Calder). Je trouve même cela déplaisant à regarder. Mais bon, faut croire que je suis un inculte.

      Tout comme “honorable” je pense qu’il serait plus agréable et plus conviviale d’investir dans l’accessibilité de ce que Montréal a de “naturellement” beau.

      Nous, montréalais, ne sommes pas tous propriétaires de résidences secondaires dans Charlevoix ou dans les Laurentides.

    • « Message de Projet Montréal: que le comité se penche sur le mécénat, et qu’il s’arrange pour faire atterrir à Montréal des nouvelles oeuvres, inédites, contemporaines, qui marqueront le 375e et inspireront les générations futures… »
      Si c’est pour donner d’autres « œuvres » comme le batteur à œufs du centre Jean-Claude Malépart, j’aime autant mieux qu’on prenne l’argent, qu’on donne des pelles et des natériaux à ces messieurs-dames du comité et qu’on les paient à boucher les nids-de-poules. Pour un Homme de Calder réussi, combien de niaiseries payons-nous l’entretien? Il y a des limites à faire payer n’importe quelle « œuvre » au contribuable malgré ses critiques sous prétexte qu’il ne connaît rien à l’art de toute façon.
      http://fr.canoe.ca/archives/infos/regional/2011/12/20111215-045904.html

    • On devrait ériger plutôt un penseur de Rodin au parc Émilie Gamelin lieu de départ des manifestations de carrés rouges. Histoires de mettre un peu plomb dans tête de ceux qui veulent vivre dans un québec « gratuit » sans jamais rien payer. Je suis pas très portée en dépense d’art mais pour des penseurs de rodin je suis partant. Il y en a un justement à l’entrée de sagard. Preuve que ça fonctionne.

    • Je peux comprendre les divergences d’opinion à ce sujet et ce n’est pas le premier débat autour d’une statue. J’avoue être iconoclaste car je n’ai jamais compris pourquoi les villes s’embarrassent de monuments et autres “oeuvres d’art” si ce n’est faire payer un peu plus les contribuables. Il serait plus profitable d’admirer un chêne centenaire qu’un amas de ferraille que les fientes de pigeons vont dégrader. La personnalité d’une ville devrait exister par son architecture et non par un chapelet d’oeuvre d’arts disséminées comme pour un parcours fléché de guide touristique. L’art urbain s’exprime au travers de l’architecture et c’est amplement suffisant. Les municipalités sont suffisamment généreuses avec nos impôts pour qu’on se paye le luxe de dilapider encore plus pour des oeuvres que seule une élite parviendra à comprendre (si ce n’est à deviner que c’est de l’art). La première fois que j’ai vue cette monstruosité sur l’île Ste-Hélène, j’ai cru que c’était le reliquat d’un ancienne décharge. J’ai connu des ruines de blockhaus plus agréables à contempler.
      Laurent G.

    • L’Homme de Calder sur l’avenue du Parc à la place de G-E Cartier, qu’on envoie sur le site de l’ancien parlement du Canada, dans le Vieux-Port, en souvenir du scandale du Grand-Tronc, dont l’édifice se trouve en face, sur la rue McGill.

    • .
      Si on commence à déplacer les oeuvres d’art dans la ville, ….. assurons nous que le «nouveau pont sur le St-Laurent» ne sera pas dans la catégorie oeuvre d’art.

    • Cet endroit, c’est aussi le lieu du PikNik électronique, visité par presque 100 000 personnes à chaque été.

      Cette sculpture rends cette place intéressante, et le lieu rends la sculpture intéressante également, l’enlever rendrait le lieu plutôt insignifiant.

      Pas vraiment une facon de revaloriser le territoire Montréalais.

      Il y a moyen de faire des ajouts artistiques au centre-ville sans dépouiller le voisinage immédiat !

    • L’idée du Calder sur le flanc du Mont-Royal me plaisait bien. Mais l’oeuvre est heureuse là ou elle est. D’autant plus qu’on prévoit investir plusieurs dizaines de millions pour retaper le Parc des Iles. Il ne faut pas non plus complètement dénaturer ce site. Déjà des canaux, qui font le charme de l’ïle Notre-Dame, ont été enterrés pour le bénéfice du Casino. C’est pas très joli.

      Investissons maintenant dans une oeuvre nouvelle. Pour avoir des artistes reconnus demain, il faut commencer par leur offrir un piédestal, aujourd’hui.

    • C’est l’un des plus beau site montréalais! Durant la saison estivale, le site de l’homme de Calder est le lieu de rendez-vous des aficionados de musique électronique. C’est probablement l’une des scultures les plus visitée du Grand Montréal!

    • Je trouve que cette sculpture est très bien là où elle est… Ça ferait pas mal ch’nu dans le coin si on l’enlevait… Et puis, c’est tellement pratique quand on veut donner rendez-vous à quelqu’un et dans le cadre des Piknic électronique, c’est génial de danser dessous avec la superbe vue sur le fleuve…

    • À lire plusieurs commentaires ici je comprend que Montréal a ce qu’elle mérite, des politiciens sans vision…pauvre, pauvre Montréal. Heureusement, il y a chip et quelques autres…Quelle tristesse!

    • Ironique que l’on s’étripe à propos d’une œuvre célébrant la fraternité humaine…

      Ceux qui s’opposent au site actuel ne s’y sont probablement jamais promenés par un beau dimanche d’été.

    • Au-delà des états d’âme et d’un «ta gueule…» mal placé, l’Homme a sa place où il est. Bien en vue à partir du Vieux Montréal, au-delà du fleuve.
      Au fait, est-il éclairé la nuit?
      GTremblay
      Montréal

    • Je suis complètement d’accord avec vous. J’ajouterais un autre élément de réponse: le dédain qu’a la société en général envers les arts.

      Ce n’est pas normal que, au Québec, les gens connaissent le nom des finalistes d’une saison de Star Académie alors qu’ils ne savent même pas qui est Michel Cusson. Force est de constater que les arts souffrent énormément de la convergence des média.

      Nous l’avons vu durant le débat lors des coupes en art du gouvernement de “Harper Canada”. Selon beaucoup de gens, surtout les disciples de la droite néo-libérale; les artistes se plaignent le ventre plein, sont inutiles à la société et coûtent cher pour rien.

      Donc, ce qui se passe à la ville de Mtl n’est rien de surprenant…surtout pas avec l’état de l’administration ces jours-ci.

    • Mettre l’Homme de Calder sur une plateforme tournante en hauteur et le problème de visibilité sera réglé.

      Une rotation lente ferait en sorte d’apprécier l’œuvre sur tous les angles et à partir de tous les lieux.

      Je pourrais dire à mes enfants futures.

      - Regardez cet Homme, il bouge.
      - Ils me diraient… mais ce n’est pas un homme, c’est une sculpture d’art.

      Je répliquerais… Ah, si jeunesse savait…

    • L’araignée qui contrôlait le cerveau de Calder se dit: les pesauvr pensent encore que c’est un homme. Ils ont fous ces humains!

    • @montrealaise 10h28 “Cette oeuvre a été créée pour Terre des Hommes”. “Les connaisseurs nous disent que l’Homme, immense sculpture d’Alexander Calder faite pour l’Expo 67, est peut-être l’oeuvre d’art public la plus importante à Montréal”. Créée pour l’Expo 67, pas pour Terre des Hommes. Je crois qu’elle mérite d’être plus en vue, en ville.

    • @honorable 16h46 “L’araignée qui contrôlait le cerveau de Calder”. N’importe quoi! À se demander quelle bibitte contrôle votre cerveau.

    • Tiens, puisqu’on parle de détails et qu’on les monte en épingle…

      je vais vous citer : “Wow” (Yves Boisvert, “L’homme de Calder et l’immobilisme urbain”, La Presse du 26 mars 2013, page 1)

      J’aime bien cet argument percutant et nuancé, disert, riche de culture et doctes références, simple dans son approche tout autant que complexe dans son implication, savoureux sans choir dans le populisme, courageux sans être belliqueux, rassembleur dans son approche fine tout en évitant l’amphigouri, et qui de plus a la qualité de présenter un palindrome parfait!

      Chapeau à l’auteur.

    • @lukos: la sculpture me fait penser à une araignée ou un crabe. On n’a plus le droit d’avoir d’opinion sauf celle du conformiste qui suit la mantra du jour, selon vous? Y-a-t-il crime de lèse-opinion chez vous? Toutes les opinions sont valables sauf celles qui diffèrent de la vôtre? Vous devriez aller en Hétutistan, le blogue de l’esprit de chapelle; vous vous y sentiriez bien.

    • @ lukos

      Terre des Hommes était le nom donné à Expo 67.

    • Je suis un capitaliste et je sais comment faire pour rentabiliser un investissement pour l’amélioration de ce site sur l’île Sainte-Hélène.

      L’Art, ce n’est pas qu’esthétique… puisque ça peut être aussi dynamique que notre imaginaire.

      Déménager cette œuvre aurait été une erreur et persister à tout concentrer, au centre-ville ou près du Mont-Royal, ça ne rendrait pas justice à chacune de ces œuvres.

    • @honorable 17h46 ” Y-a-t-il crime de lèse-opinion chez vous?” Aucunement. Mais dire que le cerveau de Calder était contrôlé par une araignée est méchant et méprisant.

    • @honorable 17h46 “Vous devriez aller en Hétutistan, le blogue de l’esprit de chapelle”. J’y vais, et vous aussi d’ailleurs. Je suis toujours surpris de voir des gens vilipender un blogue auquel ils participent volontiers.

    • @jeanfrançoistrottier 17h36 Seriez-vous un admirateur d’Achille Talon?

    • Je crois que si cette œuvre était bien situé il y a 40 ans, aujourd’hui elle n’est plus du tout situé de façon a répondre aux besoins des touristes de Montréal. Je crois qu’il faut un peu de vision pratique pour renouveler l’offre touristique.

    • Des dizaines de milliers de jeunes ont l’occasion de voir cette oeuvre dans le cadre des piknik electronique. Ils dansent,mangent et fete autour de l’homme de Calder , ce qui est tres bien ainsi.

    • @lukos: vous n’avez aucun sens de l’humour. L’araignée dans le cerveau faisait allusion à l’apparence archnide de la sculpture. Il ne fallait pas le prendre littéralement! Vous avez manifestement des difficultés avec l’abstrait dans l’art d’écrire :)

    • Côté discussion et ouverture de votre part… on repassera aussi.
      François Cardinal avait le mérite de terminer ses entrées de blogue (quand il était contre comme quand il était pour) par un espèce de “Qu’en pensez-vous”

      Mais pour vous, ceux qui refuse de bouger l’Homme font preuve d’immobilisme. Débat clos.
      Votre entrée de blogue accuse les autre de ce dont elle est coupable.

    • @honorable 20h11 “L’araignée dans le cerveau faisait allusion à l’apparence archnide de la sculpture”. Ce n’était pas évident.

    • michel75 21h24 “François Cardinal avait le mérite de terminer ses entrées de blogue (quand il était contre comme quand il était pour) par un espèce de “Qu’en pensez-vous””. Il me semble que “faites nous part de votre commentaire” dit la même chose et suffit.

    • @respectable
      …un penseur de Rodin, Il y en a

      un justement à l’entrée de

      sagard. Preuve que ça

      fonctionne.
      …alors pourquoi pas un

      “Robert Charlebois” deux fois

      la grandeur d’un homme avec

      une slut comme dans la Slut de

      la “Punch Clock” baptisé

      “SolidaRisé” et si tu déposes

      de l’argent la tête hoche pour

      dire…”Merci”. Enfin du “PPP”

      au service de l’Art , et comme

      Robert est a Sagard, c’est voué

      au succès, c’est sur,c’est sur,

      c’est sur la la la…a suivre

    • 22h45 Correction: “Faites nous part de votre opinion”.

    • @syl20_65 – 26 mars 2013 – 10h19
      … Oh boy…vous en faites toute une histoire pour une sculpture. Réussir à faire le procès de Montréal sur ce seul fait divers, faut le faire. …

      Laissez-moi deviner, vous avez quitté Montréal il y a VINGT ans et vous êtes revenu hier et la 1ère chose que vous avez faite a été de courir lire le nouveau billet de M. Boisvert? Si c’est le cas, vous avez raison, ce dernier fait le procès de Montréal sur un fait divers, mais pour le plaisir de la chose, faites un retour sur l’actualité sur Montréal des derniers mois, voire dernières années, et vous allez constater que ce fait divers n’est pas si divers que ça et est une autre manifestation surréaliste du comment notre ville est géré!

    • Pour la place Émilie Gamellin, je propose celle-là : http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=678,1154690&_dad=portal&_schema=PORTAL&id=569. En ce moment elle est au coin de René Lévesque et Amherst, cachée parmi les arbres, presque invisible…

    • Une des fonctions de l’art est celui de témoigner du passé. Le pourquoi elle a abouti a cet endroit fait aussi parti de sa raison d’être .

    • Même si ça peut se défendre dans le contexte actuel, associer immobilisme à Calder, n’est pas une chose courante!

    • À défaut d’ajouter à notre patrimoine, on cherche à optimiser le peu qu’on a, un peu comme un artiste sur le déclin qui travaille à la réédition de ses vieilles créations.

    • @re_re… – 27 mars 2013 – 08h02
      Dans le billet de M. Boisvert, on y lit: … Le comité n’a pas eu le temps de compléter son travail, le conseil municipal a réglé le cas. Vram. …

      Le problème, il est là! Si tu formes un comité d’expert pour t’aider à prendre une décision, tu le laisses terminer son travail, sinon: what’s the point! Si ce comité avait terminé son travail et dit, on laisse la statut là pour telle ou telle raison, pas de problème. S’il propose de la déplacer pour telle ou telle raison, encore là, pas de problème. Toutefois, on a court-circuiter un comité d’experts, il faut tout le même le faire et dans le contexte de ce qu’on voit à Montréal, rien pour nous redonner confiance en nos soi-disant gestionnaires.

    • @apocalypse
      Même si ça peut se défendre dans le contexte actuel, associer immobilisme à Calder, n’est pas une chose courante!

      Pas de problème avec cette remarque mais mon ”Une des fonctions de l’art est celui de témoigner du passé. Le pourquoi elle a abouti a cet endroit fait aussi parti de sa raison d’être,”

      …démontre aussi que juste former un comité sur la question de penser à déplacer est quand même un signe d’ignorance sur le pourquoi on fait ce genre d’oeuvre. C’est pas un bibelot géant de chez Wallmart ce truc là. Son auteur a laissé sa marque dans l’évolution de la pensée contemporaine et il est passé par Montréal pendant un évènement X qui voulait aussi dire Y…

    • L’araignée qui contrôlait le cerveau de Calder se dit: les pesauvr pensent encore que c’est un homme. Ils ont fous ces humains!-honorable
      ___________
      Je l’ai lu au premier degré et j’étais crampé. Pour faire un truc de même il y avait nécessairement quelque chose. Il ne faut pas avoir peur de critiquer les artistes lorsqu’ils font des choses épouvantables avec nos taxes.

    • Dali, qui n’aimait pas les mobiles de Calder disait : «Le moins que l’on puisse demander à une sculpture est de ne pas bouger ». Puisque l’Homme de Calder est son oeuvre majeure immobile : Il faudrait peut-être arrêter de la barouetter.

    • @re_re… – 27 mars 2013 – 09h04
      M. Boisvert n’a pas associé Calder à l’immobilisme Montréalais, il a tout simplement montré que c’en était une nouvelle illustration.

      Par ailleurs, dans la vie, il y a des gens qui sont mieux à décider ce qui est la meilleure chose à faire que d’autres, c’est simplement une question de bon sens et d’une dose d’humilité. Dans le cas présent, on aurait dû laisser les experts faire leur travail. Donc, des gestionnaires qui n’ont sans doute aucune perspective sur le fait de déplacer ou non la statut ont tout à coup décider, tiens donc, juste pour le kick, on va la laisser où elle est. Personnellement, j’aurais mieux qu’elle soit déplacé pour que beaucoup de gens puisse la voir, mais au final, j’aurais laissé les experts décider, car je leur fais confiance pas mal plus confiance qu’aux gestionnaires de la ville de Montréal.

    • Est-ce qu’on peut déménager la pinte de lait de Place Royale à Québec et la mettre à côté…ou faire un échange?

    • @jazzcat, “…. le dédain qu’a la société en général envers les arts.”
      Oh lala, on extraploe là…

      Enlever cette oeuvre est aussi une forme de dédain envers les visiteurs actuels dont les milliers qui fréquentent les piknik électroniques…

    • LEBOULANGER
      Dali, qui n’aimait pas les mobiles de Calder disait : «Le moins que l’on puisse demander à une sculpture est de ne pas bouger ». Puisque l’Homme de Calder est son oeuvre majeure immobile : Il faudrait peut-être arrêter de la barouetter.

      Faut croire que la génétique créative de Calder est indécrottable! Ya beau faire des trucs qui bougent pas, ben ça pousse quand même pour que le truc bouge pareil!

    • @apocalypse

      Au risque de vous décevoir, je suis plutôt un ancien banlieusard qui vit à Montréal par choix depuis plus de VINGT ans. Je suis très au fait de l’actualité de Montréal, je vous remercie de vous en inquiéter. Je suis aussi et surtout au parfum du Montréal ”bashing” qui sévit depuis quelques années. Et je réitère que de faire le procès de Montréal au sujet d’une sculpture est pas mal démago. Et vous savez quoi, je crois que ce ”bashing” constant n’a rien pour aider la ville à se sortir de son marasme politique depuis les défusions de John James Charest pour faire plaisir à ses ti-namis anglophones aux tendances racistes. Ça ne fait que donner une mauvaise image à Montréal alors qu’on apprends pourtant que la ville est une des plus intéressantes pour les touristes. Mais bon, il est vrai qu’à la quantité d’inférieurement complexés sans fierté qui pullulent au Québec, l’image de Montréal est ternie un peu plus par leur pessimisme débilitant et leur manie de toujours voir le gazon du voisin plus vert que le leur.
      Ce n’est certainement pas avec ce manque de fierté et ce complexe d’infériorité exacerbé que Montréal rayonnera dans le monde. Pas plus pour une sculpture qu’on a changée de place. Les étrangers viennent à Montréal pour des raisons qui semblent échapper aux inférieurement complexés que se livrent au Montréal ”bashing”.
      Je vit à Montréal et je profite de tout ce que ma ville a à m’offrir. L’été à Montréal est électrisant tellement elle bouge d’activité et de raison de s’amuser et de se détendre. L’hiver, n’a rien à envier à l’été avec ses festivals et ses activités sportives et familiales. Elle a beaucoup à m’offrir, il s’agit de lever les yeux pour voir. Je vais même sur le plateau en voiture sans avoir aucun problème de stationnement et je n’utilise jamais les espaces avec des parcomètres. C’est pas peu dire. Montréal n’est pas aussi pire que certains commenteux-experts-en-tout-auto-proclamés-amateurs-de-séance-d’auto-flagellation qui polluent nos médias. L’écart est grand entre la vision de Montréal que les radios-poubelles de qwebecor city veulent bien nous faire voir et la réalité. N’oublions pas que Clothaire Rapaille avait diagnostiqué ce grand complexe d ‘infériorité qui afflige certains habitants de qwebecor city en particulier et des Québécois en général. On a eu beau le retourner chez lui en l’insultant et en le trainant dans la boue mais il n’avait pas tort pour autant. Un alcoolo ne pourra jamais guérir avant d’avoir admis son problème….ce que les inférieurement complexés ne sont pas encore capable de faire. Un jour peut-être…et c,est tout le Québec qui s’en sentira mieux.

      Sylvain Pelletier

    • Les sculptures de Calder sur le site de la Fondation semblent avoir surtout besoin de beaucoup d’espace pour respirer et pas nécessairement être destinées aux touristes même si L’Expo 67, elle attirait bien des gens d’ici comme d’ailleurs…

      Regardez aussi le nom du stabile sur le site `

      TROIS DISQUES (MAN).

      La sculpture porte bien un non français, ”trois disques” et man est en anglais à cause de la demande …

      Et une première image est une maquette et la seconde ? C’est celle du lieu d’origine ou quoi ?

      Quel était ce vieux bâtiment derrière ?

      http://www.calder.org/work/by-life-period/1963-1976

    • Je me demande si il y a quelqu’un dans ce groupe qui a soulevé le point que même le sable sur lequel repose cette sculpture, porte en lui un témoignage sur une étape historique importante dans le développement de Montréal?

      Que si il y avait pas moyen d’utiliser les services d’un urbaniste pour illustrer ou du moins commémorer cet évènement en rehaussant en même temps la qualité visuelle du lieu. Pis tant qu’à faire un ptit coup de fil à ”Moment factory” pour illustrer avec les moyens d’aujourd’hui, ce que pouvait être l’impact et la synergie des forces créatives pour ceux qui ont eu la chance de participer à ce méga buzz!

      Sinon ben déplacez la pis on va aller se faire poser devant avec le chien en utilisant notre tout dernier ibidule déjà un peu vieillot de quelques mois pis envoyer ça à tout les amis totalement inconnus de Facebook!

    • Le lien suivant dit beaucoup de choses…

      http://prettykitsch.com/expo67/wp-content/uploads/2013/03/calder-rapport.pdf

      La seconde image sur le site de la fondation c’est le lieu de fabrication du stabile à Tours en France aux établissements Biémont, voir figure 15.

      La maquette, elle, au 1/6 est-elle toujours à l’université York ? Voir l’image numéro 9, du lien.

      Deux Disques, elle est sur le terrain d’un riche collectionneur américain ? Pas sûr, qu’il laisse venir les touristes sur sa propriété…

      En tous les cas… Cela fait bien des débats, l’important c,est de préserver l’oeuvre et de la diffuser oui mais pas obligé d’avoir une vision à la Walt Disney…

    • Pardon, Joseph H. Hirshhorn la garait chez lui dans sa propriété qui semble immense mais maitentant cela a été relocalisé devant un musée portant son nom pour Deux Disques… L’ordre de présentation des deux figures et ne pas avoir tout lu le texte avant de vous le transmettre m’a fait me poser la question dans le mauvais sens…

      Au moins, on a un peu plus d’information pour se renseigner…

      Ce rapport là, si je comprends bien présentait des arguments en faveur de la relocalisation…

    • Un comité d’expert pour déplacer une statut en métal … NOOOOOOOOOOOOOON

      Si on manque d’oeuvre d’arts pour des endroits précis: ben qu’on en achète pour les installer directement où il le faut. Un «rack» à pigeon est un «rack» à pigeon … c’est pas comme si les gens allais ce déplacer pour allez les voir parce qu’a un meilleur endroit.

      Ceux que ça intéresse vont aller voir «l’oeuvre» même si elle est installé dans le fond de la carrières St-Michel.

      Qu’on encourage l’art à travers les taxes municipales, soit. Que ça deviennent des sujet de débats? On perd notre temps là…

      Pour une fois que le comité arrête le niaisage…

    • @LEBOULANGER

      Salvador Dali a tort avec sa citation…

      « Le moins que l’on puisse demander à une sculpture, c’est qu’elle ne bouge pas. »

      Une sculpture devrait bouger en permanence grâce à son empreinte indélébile dans notre schème cognitif et par les éléments qui se trouvent dans son environnement.

      Contredire Salvador Dali est mon but…

    • Soit dit en passant, l’Homme doit être fait d’aluminium sinon il serait déjà à la féraille. Je voudrais être fais d’aluminium, citoyen de l’Île-Sainte-Hélène à un ‘arm’s length’ de la putréfaction de Montréal afin de conserver mon intégrité le plus longtemps possible.
      S’cusez-là, je vois noir aujourd’hui.

    • M. Boisvert, je suppose que vous ne avez pas lire ou bien que vous reniez vos propre paroles plus vite que vous ne les écrivez.

      J’ai sorti une citation de votre texte, le genre “tout ce qu’il faut pour gagner un poste à la radio poubelle” et l’ai analysé a contrario, mi-rieur, mi-scandalisé par vos paroles frondeuses et profondément vides.
      Je reviens à la charge mais cette fois je serai plus sec: vous n’avez pas participé au débat au sujet de l’Homme de Calder, ici encore vous n’offrez rien d’intéressant à se mettre sous la dent. Second guess coach, à peine: vous faites exprès d’atendre la décision avant de vous prononcer.
      Râlage et plantage sont vos mamelles, pour mal citer Lully.
      Le rôle d’un commentateur est de commenter non seulement sur la manière, ce qui est d’une facilité plus que niaise, mais aussi sur l’objet. À part trouver ridicule ceux qui osent s’exprimer à ce sujet vous vous la fermez ben dur.
      Avez-vous déjà pensé à votre implication dans votre milieu ? Par exemple, savez-vous que vous êtes lu par plus de gens que n’importe quel ministre n’est écouté ? Tout ça pour lire un “Wow” sur une et une seule phrase dite par ds gens que nous ne connaissons pas!

      À mon tour. Wow!

      Vous avez un poids social dont vous vous foutez royalement, non ? À part traîner votre malhonnêteté intellectuelle crasse, que faites-vous au juste ?
      Une citation, une bêtise mal placée en un mot.

      Vous faites pitié.

    • @marcomatos
      Un «rack» à pigeon est un «rack» à pigeon

      Pour que vous puissiez écrire cette niaiserie épaisse, il vous a été utile de cliquer sur des liens afin d’aboutir, oh misère, sur ce blogue. Malheureusement, à la préhistoire, le concept d’interactivité avec la machine, n’existait pas. Il y a bien eu des machines interactives comme celles de Léonard mais on ne faisait pas encore le lien sur toute la richesse que ce concept pouvait généré.

      Et puis au vingtième siècle pendant que les autres gossaient sur des trucs qui bougent pas, il y a un ptit malin qui est arrivé avec un gugus et a dit aux autres:”Check ça man! Quand y vente ma sculpture entre en interaction avec le vent pis change tout le temps. Là, il y a un autre génie comme Dali qui lui a dit:”Aie le taouin, c’est pas supposer bouger ces affaires là!” Et Calder de répondre:”Vas donc ch..r toé k…lis!” Calder n’était pas le seul certes, mais il donnait une image à ce concept, susceptible d’en inspirer d’autres et renforçait ainsi encore plus par sa contribution, une ligne de pensée.

      Et c’est ainsi que de fil en aiguille cette idée d’interactivité a fait son chemin pour arriver jusqu’au concept du lien hypertexte et maintenant le web 2 pour vous permettre de dire votre stupidité!

      C’est pas bo ça!

    • @marcomatos

      Et avant que vous me fassiez la remarque que c’est pas du rack» à pigeon que je parlais, ben je dirais que un, c’est quand même une oeuvre de Calder et le fait qu’il en a pas fait beaucoup qui bougent pas, y donne une valeur de rareté.

      Et de deux, veux dire quand tu es un génie, y a rien là les sommets de l’intelligence. Cet Everest, il peut le monter à reculons en même temps qu’il joue au bilboquet! Pis faire certaines étapes en sautillant sur une jambe en jouant à la corde à danser!

      L,’intérêt de cette grosse forme en métal, c’est que comme l’histoire de l’interactivité, elle venait donner une image à un autre concept majeur du vingtième siècle qui est la ligne de pensée minimaliste qui consiste à évoquer quelque chose avec le moins de moyens possibles et c’est un peu la suite d’un processus de schématisation introduit entre autre par Picasso qui a été chercher ça quelque part en Afrique!

      En se multipliant de variations en variations et en se transformant, cette idée a mené au tout sous le capot qu’on peut voir exprimé par la page Google par exemple ou les graphismes de Windows 8 aussi.

      Pas mal ça aussi!

    • Cette sculpture doit être déménagée à Montréal où elle pourra quotidiennement être vue par des milliers de Montréalais. C’est bien beau Terre des hommes, mais cela fait maintenant 46 ans que c’est terminé et Terre des hommes ne renaîtra pas de ses centres. Rien n’avait été conçu pour durer sur le site, l’esprit n’y est plus depuis très longtemps et conserver cette sculpture sur les lieux par nostalgie d’un passé révolu ne le ramènera pas. Il faut se faire une raison. La mise en valeur de cette sculpture passe par son déménagement sur un site la mettant en valeur et la rendant accessible.

      Les élus de Montréal sont totalement déconnectés de la vie réelle. Ils évoluent dans une bulle, nous pourrions pratiquement parler d’un conte onirique collectif dont ils sont les personnages. J’ai bien hâte de voir quel genre d’életions cela donnera en novembre prochain. Est-ce que quelqu’un réussira à «grounder» tout ce beau monde-là d’ici les élections? Sinon, les contes de fées pulluleront d’ici novembre. Non, mais franchement, organiser des visites en autobus de la sculpture, il faut vivre dans un autre monde pour faire une telle suggestion.

      Quant à Projet Montréal, j’avais entretenu quelques espoirs à leur égard, mais ces gens-là sont toxiques pour Montréal. Des autocrates qui pensent avoir l’omniscience, personne n’a besoin d’un soviet suprême à Montréal. C’est déjà le goulag.

    • Oui, dépensons inutilement plein cash en déménageant une sculpture, au lieu d’investir un peu plus et en avoir 2 ! C’est pas de l’inmobilisme, c’est le manque de vision qui manque cruellement à nos élus et leurs comités glamour.

    • En passant, j’ai vu cette chose en métal en vélo et les soudures sont mal faites. Ce n’est pas la faute du soudeur ici. L’artiste a le dernier mot sur la soudure. Car la soudure fait partie de l’œuvre. On veut un penseur de Rodin. Au lieu de créer des choses copions ce qui est déjà beau. On pourrait lui mette un manteau à ce penseur vu qu’on gèle ici.

    • à dcsavard :
      Cette sculpture est déjà accessible: deux minutes à pied d’une station de métro…à moins que vous ne soyez une personne qui se complaît…dans l’immobilisme…et que vous ne bougiez pas de l’Île de Montréal…
      «By the way», le désir que cette sculpture demeure sur l’île Ste-Hélène ne tient pas de la nostalgie pour moi.

    • Qui est Alexandre Taillefer ?

      Recherche sur Google afin d’en connaître une peu sur ce mécène qui souhaiterait voir l’Homme de Calder déplacé.

      Trouvé une chronique de Nathalie Pétrowski sur ce résident de… St-Lambert:
      ” Alexandre Taillefer: accro à l’art contemporain ” septembre 2012

      Instructif. Si on se fie à cette chronique il ne parle que d’argent et peu d’art. En souhaitant qu’il n’a pas le désir secret de transplanter le Calder à Saint-Lambert.

    • Montréal est stabile…

    • Pendant qu’on fait du Montréal ”bashing”, on annonce un surplus budgétaire de 109 millions. Pas si pire…

      Sylvain Pelletier

    • Tout cet espace sous-utilisé, gaspillé, autour de l’oeuvre, on pourrait le réaménager. L’oeuvre se retrouverait alors au centre de “quelque chose” et serait un atout pour ce lieu. Il y a des débarcadères de navette fluviale à proximité. Il y a des installations récréatives pas loin. Le pont de la Concorde est tout près; ceux qui se rendent au Casino passent juste devant cette sculpture.

      J’ai une petite idée. Cette structure est très haute et fait de l’ombre. Pourquoi ne pas aménager des jeux d’eau, des jets d’eau et une pateaugeoire sous et autour de la gigantesque sculpture? Pourquoi ne pas gazonner l’espace autour et créer un beau parc de verdure avec des arbres et des tables à pique-nique, et pourquoi pas un lieu où des kiosques de nourriture seraient installés en plein-air, à l’année?

      H. Dufort

    • L’art qui ne suscite pas la moindre controverse, ce n’est pas de l’art.

      Un stabile sur une plateforme mobile tournante.

      Ça serait flyé comme l’art peut l’être et le devenir…

    • Dans un historique de cette sculpture:

      http://www.midcenturia.com/2011/01/alexander-calders-man-sculpture.html

      Il est dit que:

      Unfortunately, when the sculpture was unpacked in Montréal, it was discovered that exposure to the saline air during shipment had caused brownish stains to appear on the metal. In order to remove the damage it had to be sandblasted, which gave the sculpture its matte finish that we see today.

      Cette sculpture fabriqué en acier inoxydable est sensible aux chlorures. Il faudrait y penser avant de la déménager dans un site où il y a beaucoup de circulation automobile autour. On utilise des déglaçants contenant du sel (chlorure) à Montréal.

      Cette sculpture a résisté au temps sur l’Ile-Ste-Hélène où elle pourrait être encore là dans 200 ou 300 ans mais la déménager pour que plus de gens la voie dans la grande ville pourrait abréger sa vie.

      On pourrait tout simplement la mettre davantage en valeur sur l’Ile-Ste-Hélène.

      Ce n’est pas de l’immobilisme de laisser cette oeuvre à l’endroit où elle est. C’est du bon sens et du respect pour l’oeuvre. On pourrait l’entourer d’autres oeuvres du même type.

    • @totoramix,

      je pense que vous n’avez rien lu de ce que j’ai écrit. Vous me prenez à partie en citant des choses que je n’ai pas écrites. Je ne parle pas d’accessibilité dans le sens que vous lui donnez, je n’utilise même pas ce mot et je ne parle non plus d’immobilisme.

      Je parle de déplacer cette oeuvre là où plus de gens pourront la voir.

      Et effectivement, je vais très rarement sur l’île Ste-Hélène et non je ne ferai pas le voyage spécifiquement pour aller voir l’oeuvre, comme je ne fais pas spécifiquement le voyage pour aller admirer la Joute de Riopel, je profite de l’occasion où je suis dans les parages de la Joute pour aller la voir. Et si vous relisez bien ce que j’ai écrit, c’est justement en raison de la perte du pouvoir attractif de l’île Ste-Hélène depuis que Terre des hommes est terminée que peu de gens connaissent et admirent cette oeuvre.

      Maintenant, retournons au noeud du problème, la ville a mis sur pied un comité pour formuler des recommandations et passe outre. Quand nous regardons le CV des élus municipaux, il est très loin d’être acquis que ces gens-là possèdent les compétences pour prendre cette décision.

    • Je suis de nature assez ouvert…mais cette fois, je ne comprends pas toute cette énergie, aussi minime soit-elle, mise sur ce sujet. Point final dans mon cas.

      Assez questionnant notre Dette qui devient le 3e poste budgétaire, n’est-ce pas?
      C’est quelque chose la mafia qui a la mainmise depuis si longtemps des travaux à Montreal, non?
      Yisshhh….ça devient diablement chaud avec la Corée du Nord, non?

      Eh misère…

      Pierre Lemay

    • “Pendant qu’on fait du Montréal ”bashing”, on annonce un surplus budgétaire de 109 millions. Pas si pire… Sylvain Pelletier”

      À votre avis, pourquoi on fait un surplus cette année?

    • ”À votre avis, pourquoi on fait un surplus cette année?”

      Comme je n’ai pas consulté les états financiers de la ville, je ne peux me prononcer sur l’origine du surplus. Je ne fais pas dans la divination et encore moins dans la science infuse. Je n’ai pas non plus la prétention de tout savoir à la manière des commenteux-experts-en-tout-auto-proclamés.

      Sylvain Pelleter

    • Je dirais plutôt que déplacer une oeuvre existante dans un endroit plus populaire au lieu d’en créer une nouvelle pour le nouvel emplacement est un très bon signe d’immobilisme. Allons-nous jouer à la chaise musicale des oeuvres culturelles ou avons-nous le guts d’en créer de nouvelles? Croître ou rester au neutre?

      Il faut amener les touristes sur l’île Ste-Hélène. Ils vont déjà tous sur le Mont-Royal. Mettez l’argent que vous auriez dépensé pour déménager la statue pour rénover le site d’Expo 67.

    • La sculpture de Calder appartient à ce lieu, elle doit rester là, son sens est là, dans ce lieu, à l’ÎLe ste-Hélène. La Joute devait rester au Stade, elle appartenait au Stade, à ce lieu olympique, son sens était dans ce lieu là où a émergé la première fois, et nulle part ailleurs. Les deux sculptures appartiennent à leur lieu, je dirais plus: elles font partie de la psyché montréalaise…dans ces lieux là et nulle part ailleurs…afin qu’elles ne perdent pas leur sens. Ces sculptures ne sont pas des objets mais des objets qui ont leur identité dans leur lieu d’origine et nulle par ailleurs. M. Cardinal a raison.

    • J’ai une question!

      Sur une échelle de 5, c’est quoi son niveau de visibilité à partir du Vieux port?
      J’accepte 0!

    • @samuelsamuel,

      «Ces sculptures ne sont pas des objets mais des objets qui ont leur identité dans leur lieu d’origine et nulle par ailleurs.»

      Affirmation arbitraire et exagérée. La visibilité de la Joute est bien mieux servie là où elle se trouve. Qui allait au Stade Olympique pour l’admirer? Vue les conditions dans lesquelles elle se trouvait, probablement personne. Et regardez donc de quoi a l’air la vocation du Stade Olympique maintenant? La Joute aurait-elle encore une pertinence à côté du salon de l’auto?

      Désolé, mais le monde change.

    • Me semble que si les arguments sur un conflit possible entre la relocalisation et la nature des matériaux qui la composent sont fondés, vous allez faire quoi?

      Faire d’autres réunions pour savoir si oui ou non, il est pertinent d’ouvrir des appels d’offres afin d’analyser les possibles alternatives à évaluer par d’autres comités sur la possibilité d’envisager la création d’une cloche de verre afin de préserver les matériaux?

      Je demandais le niveau de visibilité plus haut parce que je l’ignore mais je me dis que si il y avait moyen de faire traverser les touristes de l’autre côté en stimulant leur curiosité, ça aussi ça peut être un plus.

    • @dcsavard

      Je ne parlais pas de sa vsibilité mais bine de sa raison d’être sans lieu; elle appartient à ce lieu EXpo 67, ce n’est pas parce que Expo 67 n’est plus et que l’Île Saint-Hélène est loin qu’il y a une raison suffisante pour déménager une oeuvre qui je le répète appartient à son lieu d’origine, et nulle par ailleurs. Il semble que vous voulez avoir tout à porter de main, avoir tous les jouets dans votre carré de sable, elle est là ou elle est et vous pouvez aller la voir là où elle est, ce n’est pas à 100km mais juste en face du centre-ville. Une personne peut déplacer des bibelots de voyage dans son appartement parce qu’ils n’ont pas été créés en fontion d’un lieu dans cet appartement, mais pas pour la sculpture de Calder qui elle appartient au lieu. Votre affirmation est arbitraire et sans fondement logique.

    • @samuelsamuel,

      l’homme de Calder a déjà été relocalisé en 1991-92 dans le cadre de travaux. Calder a réalisé l’homme en fonction du site ou de l’événement? Et les oeuvres dans les musées, loin de leur lieu d’origine, de l’endroit où elles étaient initialement exposées, il faut en penser quoi? La meilleure façon de mettre en valeur un artiste et son oeuvre, c’est de l’exposer au plus grand nombre de personne.

      @ceux qui s’inquiètent de la corrosion, l’homme de Calder est en acier inoxydable.

    • @samuelsamuel,

      voilà un lien qui explique la génèse de l’homme de Calder. A noter que l’oeuvre était déjà partiellement conçue avant même la commande par INCO. Calder a donc pu respecter l’échéancier serré uniquement parce qu’il avait déjà une oeuvre pratiquement prête à être réalisé par l’usine lorsqu’il reçut la commande. L’idée que l’oeuvre fût créé en fonction du site ne tient pas la route.

      http://www.lactualite.com/culture/la-petite-histoire-derriere-lhomme-la-sculpture-dalexander-calder/

    • encore un bel exemple de niaisage de la fonction publique , ce beau petit comminte et leurs gentils organisateurs + personel de soutient coute combien a la minute au contribuable montrealais ? et en attendant on a des rues dignes d’un pay en emergeance en pleine guerre civile , le reste de nos infrastructures qui s’ecroulent etc , serieusement la statue et ou elle se trouve n’a franchement aucune importance , a part peut etre etre le fruit d’une classe sociale que le quebec a mis sur un pied d estale : les artisssstes , tant qu’il y aura besoin d’un club des petits dejeuners on ne pourra se permetre en tant que societe tout cet “art” , et le comble c’est de placoter “on the clock” aux frais des contribuables si on la demenage ou pas , et des navettes LOL

    • @ dcsavard

      C’est une erreur courante de croire que l’acier inoxydable résiste à toutes les sortes de corrosion. Il existe plusieurs sortes d’acier inoxydable. Certains type d’acier inoxydable sont particulière sensible aux chlorures.

    • @re_re

      Lol vous êtes comiques … En 2013, ce que vous évoquez est sans intérêt. Faire des liens avec Windows 8… Misère. Vous semblez mettre l’Homme de Calder sur le même pied que la Jaconde… Je vous le demande franchement, c’est qui le niaiseux ?

      «Je demandais le niveau de visibilité plus haut parce que je l’ignore mais je me dis que si il y avait moyen de faire traverser les touristes de l’autre côté en stimulant leur curiosité, ça aussi ça peut être un plus».

      Si l’homme de Calder avait quelques valeurs que ce soit ( autre

      Apprenez à gérez vos émotions… Ça vous sera utile ;)

    • Mon commentaire aurais du se lire comme suit:

      @re_re

      Lol vous êtes comiques … En 2013, ce que vous évoquez est sans intérêt. Faire des liens avec Windows 8… Misère. Vous semblez mettre l’Homme de Calder sur le même pied que la Jaconde… Je vous le demande franchement, c’est qui le niaiseux ?

      «Je demandais le niveau de visibilité plus haut parce que je l’ignore mais je me dis que si il y avait moyen de faire traverser les touristes de l’autre côté en stimulant leur curiosité, ça aussi ça peut être un plus».

      Si l’homme de Calder avait quelques valeurs que ce soit (autre que pour le métal) Vous n’auriez pas besoin d’écrire ça

      Apprenez à gérer vos émotions… Ça vous sera utile ;)

    • Ville de BS mentalite de BS

    • @marcomatos
      Ne me dites pas que j’ai affaire à un M.Bean!
      Il y avait rien et POUF! Windows 8 !

      Tout ce qui rend votre vie un peu meilleure est souvent le résultat d’un long processus évolutif dont certaines étapes ont été déterminantes et sont l’oeuvre de gens comme Calder qui ont eu la tache ardue de devoir imposer leur vision à des gens comme vous qui voyaient dans le processus de schématisation et d’abstraction que des bouts de métal.

      On peut pas en vouloir trop à ceux qui ignorent car ils ne savent pas, mais ceux qui s’en font une fierté auraient avantage à se poser des questions.

    • @marcomatos

      Et pour l’histoire de la navette, je n’ai jamais parlé de navette, j’ai dit de stimuler la curiosité car la cible que j’avais en tête n’était sûrement pas des gens comme vous mais plutôt un public de nature curieuse un peu perdu au milieu de cette ambiance parfumée de crottin du Vieux Montréal.

      Ils viendraient ainsi s’ajouter aux milliers d’autres pour qui cette sculpture est comme le centre de leur activités qui sont générés par une petite entreprise qui fonctionne assez bien et qui possède selon moi, un bon profil pour favoriser une expansion de leur concept en version nocturne cette fois.

      Mais je ne pouvais pas trop m’avancer sur cette piste car j’ignorais (donc quand je sais pas, je le dis) car j’ignorais la visibilité de l’oeuvre du Vieux Port.

    • @marcomatos

      En d’autres mots, il y a juste un épais pour penser qu’un message épais soit automatiquement associé à un auteur épais mais si ce dernier persiste dans cette direction, on est en droit de ce dire que c’est effectivement le cas.

    • Dan

      Un peu étrange que l’ile de Montréal soit de loin l’endroit au Québec ou la concentration de gens fortunés soit la plus grande, non? Faudrait tenir compte de cela dans votre analyse de notre “mentalité”.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    juin 2013
    L Ma Me J V S D
    « mai   juil »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
  • Archives

  • publicité