Yves Boisvert

Archive, janvier 2013

Dimanche 20 janvier 2013 | Mise en ligne à 17h32 | Commenter Commentaires (73)

L’héritage de Richard Garneau

Richard Garneau (photo La Presse)

Richard Garneau (photo La Presse)

En mettant les écouteurs pour aller courir, j’entends que Richard Garneau est mort. J’ai couru jusqu’au stade, vaisseau fantôme dans la neige, j’ai levé ma tuque à sa mémoire.

Cet homme a travaillé à faire comprendre et aimer les Jeux Olympiques depuis si longtemps qu’on ne les imagine pas sans lui.

C’est vrai qu’il parlait un français non seulement soigné mais riche. Vrai aussi qu’il avait une des plus belles voix au pays, caressante et profonde.

Mais c’est surtout l’intelligence du propos et cette curiosité dévorante qui en ont fait un grand animateur et commentateur.

Sans la moindre lourdeur, sans se prendre la tête, avec cette finesse indéfinissable, il nous a fait une patiente pédagogie du sport. Hockey ou 10 000m, on sortait moins stupide de toutes ses interventions. Parfois émerveillé.

Dire la beauté fugace des choses sportives sans tomber dans la niaiserie, l’aplat-ventrisme ou l’idolâtrie n’est pas donné à donné à tout le monde. Lui savait.

Il a été un de ceux qui ont voulu, autour des J.O. de Montréal, contribuer à développer une culture du sport au Québec –il a même présidé la Fédération d’athlétisme.

Une culture du sport? Parlons d’amour d’une certaine exigence.

Tous ces athlètes, skieurs, patineurs, cyclistes, coureurs de pointe ou de masse, ces Alex Genest comme ces dizaines de personnes que j’ai croisées dans les rues de Montréal ce matin, enfin bref, toute une nation doit quelque chose à Richard Garneau.

Lire les commentaires (73)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    juillet 2013
    L Ma Me J V S D
    « juin    
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  
  • Archives

  • publicité