Yves Boisvert

Yves Boisvert - Auteur
  • Yves Boisvert

    Yves Boisvert est chroniqueur à La Presse depuis 2000, après avoir été chroniqueur judiciaire pendant 10 ans.
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 22 novembre 2012 | Mise en ligne à 22h40 | Commenter Commentaires (52)

    Le joli temps des carrés rouges…

    Le ministre de l'Enseignement supérieur, Pierre Duchesne

    Le ministre de l'Enseignement supérieur, Pierre Duchesne

    Drôle de semaine où le Conseil du patronat félicite le PQ et où, dans la rue, les carrés rouges d’hier scandent: Parti québécois: bourgeois…

    Pas facile l’exercice du pouvoir.

    Je revois les députés de l’Opposition officielle, le printemps dernier, affichant fièrement leur carré rouge, pour racoler le mouvement étudiant.

    Les voici maintenant au pouvoir. Eh non, les enfants, y a pas de magie… La dette… Les taxes… Les impôts… et bien sûr un trou laissé dans les livres de l’ancien gouvernement…

    Mais voilà, on a aboli la hausse, maintenu les avantages de financement consentis…

    Et le ministre de l’Enseignement supérieur a en quelque sorte annoncé une deuxième année de gel.

    Ça devrait satisfaire les associations étudiantes, non?

    Pas toutes.

    Grève de 60 000 étudiants hier, nous dit-on. Manif de 5000 personnes à Montréal (divisons par deux ou trois, c’est comme le défilé des Irlandais, faut pas trop se fier au chiffre des organisateurs).

    La FEUQ et la FECQ ne sont pas dans le coup. Mais tout de même: imaginez si on donne un droit de grève statutaire aux associations étudiantes, comme en a émis l’hypothèse Pierre Duchesne: ces mêmes associations pourraient décider de fermer des départements et des cégeps en attendant la gratuité scolaire.

    Voilà ce qui arrive à un PQ qui croyait aller prendre des votes à gauche, chez les enfants égarés de Québec Solidaire. La gauche n’est pas dupe, de toute évidence. Et j’aimerais bien assister à une réunion du conseil des ministres où l’on discute de cette hypothèse du droit de grève formel pour les associations étudiantes.

    À la lumière des événements d’aujourd’hui et des déclarations des dernières semaines, je doute que ça fasse beaucoup de chemin…

    Facile de poser avec le carré rouge en mars.

    Novembre venu, le poids des responsabilités dessine un autre genre de stratégie.

    Prédiction: Non seulement il n’y aura pas de gratuité, mais il y aura une “indexation” accélérée. C’est inévitable. En attendant que le gouvernement soit défait par un des deux partis qui prônent une hausse responsable et modérée des droits de scolarité.

    Il est bien révolu le joli temps des carrés rouges, mais le gouvernement Marois va avoir beaucoup de plaisir avec l’ancienne CLASSE cet hiver…


    • L’enjeu n’est plus l’économie ni les drapeaux de ces dinosaure,l’enjeu du 21ième c’est l’écologie.
      Le prochain crash dans peu de temps il sera écologique et ces dinosaures qui nous gouvernent jouent les autruches.
      Le désintéressement de la population vis à vis la chose politique n’a pas fini de s’accentuer et surveillez les prochaines élections.La prochaine lutte sera de la gauche verte face à la droite économique décadente.
      Les jeunes ,la prochaine génération n’en a rien à cirer de ce modèle proposé par ces dinosaures bien gras,et ce phénomène est mondial.
      Attachez vos bonnets les trop riches économistes les jeunes attachent leurs tuques et refuseront d,embarquer en masse dans votre bateau qui coule.
      Les dollars sales mal amassés ne vaudront plus rien dans maximum dix ans.Alors branchez votre soluté et enfilez vite une couche propre car il n’y aura pas plus de temps à perdre à écouter vos jérémiades comptables.
      Vite un Québec novateur Vert,Équitable et ouvert au partage plus qu’à l’enrichissement individuel.
      Vive le nouveau monde sans argent ni pétrole.Vive le Québec libre,fini le cirque financier bienvenue le cirque du soleil.
      Gilles Ménard

    • Il n’y a pas de grève. Les étudiants se votent des journées de congés puisqu’au québec il n’y a jamais de conséquence et ils savent qu’on va leur remettre leur diplôme bidon de sciences molles.

    • Une hausse avec une indexation de 1,5% de plus que le coût de la vie ce qui donnerait 3,5%, ça serait raisonnable pour rattraper la non indexation des années passées et n’importe quel gouvernement trouverait insensé qu’un service public subisse une hausse de 82% en 7 ans.

      Mon diction préféré… Pousse mais pousse égal.

    • À supposer que l’Économie soit un tout et la politique un Ensemble :

      t+p devraient égaler 1 pour faire sens. Et si t-1 = p, t-p serait égal à 0 en toute logique.

      Mais encore? Que faire pour que p devienne égal à 2 et t égal à zéro selon le modèle 2 : 0 des pitpits de la FOACQ?

    • Parfait M menard quelle est cette facon si inovatrice de partager?! De mon point de vu a 40% de mon salaire plus 15% de taxe je trouve que je partage assez… By the way une facon de payer ses etudes cest de et oui tennez vous bien tada!!!! Travailler hin?!? Bizar hen ce mot la !

    • la P.M. est descendue dans la rue pour casseroller, a promis de ne pas toucher aux frais de scolarité, ainsi elle s’assurait des votes, les étudiants n’y voyait que des étoiles. J’en ai entendu 5 ou 6 à la radio, tous étaient contre une autre grève, et trouvaient qu’ils en avaient assez gagné. L’un disait on a eu une main et faisant allusion aux “grévistes”? ils demandent un bras…
      aucun n’était prêt à redescendre de la rue. Plusieurs auront des diplomes qui n’auront pas une grande valeur, mais c’est leur choix…qu’ils l’assument !

    • @jeromejerome Bizar? Pas autant que votre orthographe!

    • @jerome Sale capitaliste! Vous travaillez! Pourquoi? M. Ménard a une solution novatrice à nous proposer. Plus d’argent plus de pétrole. On reviens au moyen-âge quoi. Le troc, la charrue à boeufs et en ville le vélo.

      M. Ménard…bien sur que les 2000 manifestants d’aujourd’hui vont révolutionner le monde avec leurs bacs en lologie. Pendant ce temps, plus de 400,000 autres étudiants étaient à leurs cours. Elle est belle et populaire votre révolution.

    • Si jeromejerome était journaliste, ce serait une honte. Mais, yves39, avez-vous pensé qu’il est peut-être anglophone? (Je l’espère, parce que si c’est comme ça que le français est enseigné dans nos écoles…)

      C’est méchant, mais j’espère que les étudiants anarchistes vont autant faire suer (pour être polie) madame Marois et son clan qu’ils ont fait pour le gouvernement précécent. Mais il faut que ça cesse d’être sur le dos et dans les rues déjà assez bloquées avec des cônes oranges de Montréal!
      Une roquette avec ça? (Et je ne parle pas de salade!)

    • @critiqueur101 Alors vous pensez quoi de la FECQ qui veut doubler les cotisations de ses membres? Ca fait 100% d’augmentation. Pousse mais pousse égal?

    • ..Il y en a sur ce blogue qui ont vu et entendu ce porte parole de l’ASSÉ, un certain Jérémie Bédard-Wien? Si oui, pensez-vous vraiment qu’il y a moyen de satisfaire ce regroupement autrement que par une reddition totale en accordant ce que ces gens appellent «gratuité»?

      À côté de ces doctrinaires, Martine Desjardins de la FEUQ et son ex-collègue de la FECQ maintenant député ont l’air de doux rêveurs.

      Maintenant que l’ASSÉ a mis au rancart son avatar de CLASSÉ, le jeu va se corser. J’ai comme l’impression que Pierre Duchesne et als vont trouver le temps long.

      Ça va être divertissant de voir comment ils vont se dépêtrer de tout cela, si jamais ils y arrivent.

    • N’avez-vous pas compris que l’enjeu est l’indépendance… à tout prix. D’ailleurs, s’il faut se fier aux propos rapportés par le tabloïd qui a des prétentions au journalisme, notre Chantre National, Claude Dubois, a découvert que le fédéral est à la source des maux de notre système de santé. J’extrapole en concluant que Stephen Harper est à blâmer pour la débâcle de notre système scolaire. Mme Marois pourra aussi soulever l’antipathie profonde et viscérale qu’exerce envers nous le diabolique ROC.
      P.S. Nos amis péquistes pourraient-ils nommer seulement 3 provinces de ce si tant détesté ROC ?

    • Ben voyons donc!

      Il y a toujours 8 ou 9 CEGEP et quelques Asso universitaires qui sont en grève à toutes les sessions.

      Une année c’est la guerre en Irak, l’année suivante, ce sont les coupes à blanc, etc. Ça fait presque parti du curriculum extra-scolaire de certains programmes.

      Une majorité des étudiants vont accepter une indexation raisonnable comme les 50$/session de 2007 à 2011.

      Les hausses de 80% sur 5 ans, que ce soit dans les garderies, les universités ou l’immatriculation, ça n’a pas de sens, personne ne peut amortir des hausses de cet ordre en si peu de temps. Allons-y pour des hausses raisonnables et une majorité l’acceptera. Il y aura toujours des gens contre… C’est la démocratie.

    • 4utilisateurs ont aimé ce commentaireJ’aimeJe n’aime pas11utilisateurs n\’aiment pas ce commentaireJocelyn • il y a 6 heures SupprimerLe Canada a signé en 1976 un accord international faisant parti de la déclaration universelle des droits de l’homme et qui dit que l’éducation, même supérieure devrait être également accessible et progressivement gratuite car c’est un droit de base comme se nourrir ou se loger. Voici la référence à cet accord:
      International Covenant on Economic, Social and Cultural Rights
      Adopted and opened for signature, ratification and accession by General Assembly
      resolution 2200A (XXI) of 16 December 1966
      entry into force 3 January 1976, in accordance with article 27

    • Le seul point que je partage avec M.gillesmenard est la notion de dinosaures!

      C’est de l’attribuer uniquement au gouvernement qui me fait diverger d’opinion. Ne pas favoriser ou valoriser raisonnablement l’éducation condamne à moyen terme une société à être dominée de plus en plus par des intérêts étrangers qui eux en auront tiré avantage.
      Maintenant pour les montants à définir, d’autres sont plus compétents que moi là dessus.

      Quand les gens vont cesser d’attribuer à ceux qui les gouvernent tout les bugs sociaux, on va avancer plus rapidement. Pour l’instant tout m’indique que le monde n’a fait que remettre du gaz pour que la machine frappe le mur avec plus de force. C’est un choix!

    • @gillesmenard. “Vive le nouveau monde sans argent ni pétrole…”. Rien que du nucléaire pour voyager à la vitesse de la lumière, comme dans Patrouille du Cosmos.

    • @gillesmenard:
      Vous pensez que les jeunes s’intéressent à l’environnement autrement que les moins jeunes, c’est à dire de façon superficielle, tant que ca affecte pas trop leur train de vie? Moi je trouve pas qu’ils consomment moins que les autres les jeunes.
      @cddb :
      En effet, deux jours de greve quand on a notre diplôme quand meme er que ça ne met pas de pression sur qui que ce soit, j’appelle ça des journées de conge.
      F. Gagnon

    • Hier, j’ai entendu à la radio plusieurs étudiants qui avaient une attitude raisonnable et qui n’étaient pas en grève.

      La crise de ce printemps était une crise artificielle causée par une augmentation excessive d’un gouvernement qui voulait attirer l’attention médiatique ailleurs que sur la Commission Charbonneau, que sur Gentilly, que sur ses promesses irréalistes de projets, etc. (Je ne suis pas péquiste, je ne veux qu’un bon gouvernement.)

      Une hausse des frais de cours du coût de la vie plus 2 ou 3 % devrait être acceptée par la majorité des étudiants.

      Le gouvernement n’accorde pas le droit de grève aux étudiants, il le balise car à ce qu’il me semble il y a eu, il y a et il y aura toujours des grèves des étudiants. C’est une question d’âge et d’hormone.

      Étant un ancien de St-Laurent, j’ai expérience d’être allé à des réunions interminables que j’ai quitté lorsque je croyais qu’elle était pratiquement terminée pour apprendre le lendemain qu’on était en grève. Et par la suite, on apprenais que la grève avait été voté par 85 personnes.

      Baliser le droit de grève avec des quorums minimaux et des ordres du jour pour les réunions va protéger la majorité des étudiants des dérapages des extrémistes. Mais il ne faut pas oublier que les étudiants qui jugent qu’une grève n’est pas nécessaire doivent aussi aller voter.

      Présentement, nous avons une situation normale. Les extrémistes sont dans la rue et la majorité des autres font ce qu’il ont à faire.

    • Un droit de greve aux étudiants ? Pourquoi pas ? le vote serait secret ? voir par ordinateur ? bien controlé ? … TOUT LES ÉTUDIANTS VOTERAIENT ?…Pourquoi pas ?… je n’y vois pas que des désavantages…

    • C’est correct que la jeunesse descendent dans la rue pour manifester. Le gouvernement n’est pas obligé d’accéder à toutes leurs demandes.

      Cependant toute cette agitation est une diversion . On voit chaque jour à la commission Charbonneau comment un système mafieux nous a extorqué des centaines de millions de dollars pendant que notre gouvernement libéral regardait ailleurs.

      Le résultat de ce laxisme complice est l’état des finances publiques avec lequel le nouveau gouvernement doit composer.
      Et dire que Charest était supposé s’occuper d’économie. Il s’en occupait mais seulement pour s’assurer que l’argent gérée par l’état serve à financer les projets de ceux qui l’avaient mis en place

    • Ce qui est absurde dans le débat sur la gratuité,est que les étudiants en médecine ont la presque gratuité de leurs cours.C’est le département qui coûte le plus cher dans les universités et les finissants qui vont gagner le plus après leurs études.Et en plus,comme par hasard, ce sont les salaires des médecins qui explique le déficit du Québec. Mais de cela ,personne n’en parle.Évidemment on ne voudrait pas voir ces étudiants dans la rue avec les misérables étudiants de sciences sociales.Journalistes et politiciens faites vos devoirs avant de cracher sur les manifestants étudiants.

    • Pour faire suite à mon commentaire précédent,je demande à M.Boisvert,qui je crois est honnête intellectuellement,de calculer combien coûte à l’état un étudiant en littérature francaise versus un autre en médecine.Et bien je crois que nous allons tous tomber à la renverse !

    • “ces mêmes associations pourraient décider de fermer des départements et des cégeps en attendant la gratuité scolaire.”

      Que de mauvauise foi… Les associations les plus “radicales”, les plus à gauche, sont aussi les plus démocratiques. Toutes les décisions sont prises en assemblée générale, tous les membres (pas seulement l’exécutif) peut modifier l’ordre du jour, proposer et amender des propositions, etc. Chez les fédérations étudiantes (FECQ/FEUQ), c’est autre chose : l’exécutif a beaucoup plus de poids, et décide d’envoyer ou non les brebis en grève (à toutes fins pratiques).

      Si “ces associations ferment des départements”, c’est que ça aura été la décision démocratique de l’ensemble de la population étudiante qui forme ces associations.

    • A quand le droit de grève aux malades?

      Me semble que y’a comme un pt’it manque là…

      Mais moi ce qui me plairait par dessus tout c’est une grève des contribuables. Mais je pense que ça s’en vient.

    • legada : Merci de ces précisions, ça dérape solide ici!

    • @claudev01 :
      Vous avez raison que les frais devraient être plus élevés pour les étudiants en médecine. J’ai fait ma médecine et je peux vous dire que c’est une vrai joke.
      Premièrement, la moitié de la classe est constituée de fils et filles de médecins ou encore plus riches. Deuxièmement, tout le monde se fait offrir une marge de crédit démesurée qui permet de s’acheter un char et de faire un mise de fonds pour un condo avant même de travailler. Finalement, comme vous le dites, il n’y a absolument aucun stress pour rembourser ses dettes vu le taux de placement à 100% et les salaires souvent mirobolants.
      Ça aurait été bien d’entendre les représentants étudiants parler de modulations des frais par programmes ou autres solutions originales. Tout ce qu’ils disaient c’est : “gratuit pour tout le monde, même les fils de millionnaires”. J’imagine que c’est un peu moins vendeur en assemblée de demander à certains de payer plus pour les vrais démunis plutôt de promettre à tout le monde qu’ils vont moins payer. Faut dire que la plupart des étudiants viennent de milieux relativement aisés.
      Je suis aussi d’accord que les salaires des médecins sont exagérés. Ça, on va pouvoir le régler quand il y aura 2 médecins pour prendre la place de celui qui menace de partir en Ontario. Ce jour là, on va aussi pouvoir instaurer un système privé qui ne vole pas les ressources du public. De là à dire que c’est ça qui cause le déficit, c’est un peu fort, mais ça contribue, c’est sûr.

      F. Gagnon

    • Autant la démonstration d`hier avait un drole de gout, autant elle avait sa raison d`être. Car qu`on le veuille ou non les manifestants les plus radicaux font partie du soulevement social du dernier printemps. La logique dicterait d`attendre apres le sommet étudiant avant de cracher dans l`assiette mais dans le fond il ne faut pas non plus laisser tomber la vigileance nécéssaire dans l`époque actuelle.
      Car oui même si le gouvernement semble temdre l`oreille et la main vers les étudiants , ses représentants font partie de la même génération assiette au beurre qui fut dénoncée par la population.

      Tant que le citoyen pourra exprimer sa facon de voir les choses sans voir brimé sa liberté d`expression le sort du Québec sera teinté de bonne augure. La réalité actuelle toutefois n`est pas tres claire car le peuple a décidé de ne donner à personne un mandat majoritaire . Le message est lancé aux politiciens et doit être périodiquement remis en priorité. La vieille facon de faire de la politique n`est plus adéquate et le Québec doit revoir ses fondements et cesser de domper la facture par en avant.

    • Sérieusement pourquoi ce point de vue M. le chroniqueur? Qu’est-ce que représente le financement de l’éducation sur le budget du Québec? Mettons qu’un étudiant paie ses droits de scolarité pendant qu’il va à l’école ou pendant le reste de sa vie active avec des impôts sur un salaire plus élevé… est-ce que collectivement on a vraiment les moyens d’avoir moins d’étudiants universitaires? Est-ce qu’on peut vraiment former des gars qui ont des secondaires 5 pour qu’ils aillent travailler à la shoppe??? Quelle shoppe??? Elle est en Chine la shoppe! Pour la centaine de granos qu’on voit dans le manifs qui ne feront jamais beaucoup d’argent, il y a en beaucoup plus dans leur ombre qui auront un bien plus gros salaire parce qu’ils sont allés à l’université…

      Personne n’arrivera à me vendre le fait qu’avec une hausse des il n’y aura pas une diminution de l’achalandage… qu’il n’y aura pas une barrière de plus pour ceux qui ne viennent pas de milieux favorisés… que l’accès à l’éducation ne sera pas encore plus limité à une élite qui ne fait que s’enrichir.

      À lire le niveau de français sur ce blogue et celui de notre chroniqueur, j’ose croire que la plupart des intervenants sont allés à l’université. Pouvez-vous honnêtement dire que vous auriez actuellement la même vie avec un CEGEP ou un secondaire 5 en poche?

      Je ne suis pas pour l’anarchie, je ne suis pas socialiste ou communiste, je ne suis pas non plus pour le droit de grève des étudiants (ils l’ont déjà même si ce n’est pas officiel)… je crois simplement et sincèrement que de financer l’éducation est très certainement le meilleure investissement qu’on puisse faire en tant que société. Personne ne “perd” son temps sur un banc d’école!

    • Zut de Zut! Ce n’est pas tant de classes gratuites que de bons cours de maths dont ces éternels assis de la classe de Rimbaud auraient besoin. Mais reprenons le pôblème en son ensemble à nouveau:

      Si p x t restent toujours égaux à 1, en combien d’algorithmes d’ASSÉS faudrait-il diviser la classe de la FOACQ pour que p deviennne égal à 2 sur 0?

    • .
      L’exercice du pouvoir, c’est identifier ses priorités, ses plans d’action et les appliquer. …. Tout ce que le PQ ne fait pas !

      Avec tous les analyses, articles, discours et autres alarmes que l’on a eu sur la situation financière du Québec et son déficit, le PQ devait savoir qu’il fallait faire des coupes budgétaires. … Bien non ! … Mme Marois et sa gang pensait qu’il pouvait offrir des services et taxer plus !
      L’épisode des carrés rouges n’est qu’un indice de la mauvaise évaluation du PQ …. un parti qui nous invite à se séparer ! ….. Pas croyable !

      Au point ou on en est, si on taxe plus c’est pour assainir la situation financière, pas pour des services supplémentaires et de la gratuité.

      Au moins, à la prochaine élection, il ne devrait que rester QS pour nous faire des promesses de dépenses supplémentaires ! Si le PQ nous parle encore de dépenses plutôt que de coupes, c’est qu’il est un parti irrécupérable !

    • “Les hausses de 80% sur 5 ans, que ce soit dans les garderies…”

      Ce qui aurait été non seulement raisonnable mais intelligent, ça aurait été de ne pas triomphalement annoncer 28,000 places supplémentaires de garderies à “rabais” de plus que nous allons collectivement nous payer, en engraissant un plus grand nombre encore de fonctionnaires aux dents longues!

    • J’ai beaucoup de difficulté à comprendre la dynamique entre les différents acteurs dans le dossier du droit de grève.

      D’un côté, il y a plusieurs éditorialistes et chroniqueurs qui ne veulent pas donner le droit de grève aux étudiants car il s’agirait d’un droit au boycott et non à la grève. Le boycott ne peut donc être forcé à des gens qui désirent ne pas se priver du «produit». On rajoute à cela un paquet d’autres raisons, qu’elles soient valables ou non.

      De l’autre côté, selon un des derniers blogues d’Alec Castonguay qui parlait du sujet, la FEUQ et l’ASSÉ ne veulent surtout pas qu’il soit question du droit de grève lors du sommet. Une des raisons selon ce que j’ai compris: un droit de grève règlementé empêcherait une mobilisation efficace des étudiants.

      Bref, plein de monde ne veulent pas que les étudiants obtiennent le droit de grève, mais pour des raisons complètement opposées. Est-ce que je suis le seul à me dire qu’un des deux côtés ne semblent pas faire une bonne lecture de l’enjeu. Les associations étudiantes ne veulent pas de réglementation par peur de ne pouvoir se mobiliser et l’autre côté ne veulent pas leur donner à cause du pouvoir que cela donnerait aux étudiants. On parle du même droit pourtant. Je comprends que cela sous-entend la façon de réglementer le droit de grève mais c’est tout de même questionnant de voir à quel point les intervenants ont une perception diamétralement opposée.

      Il semble que seul le PQ soit intéressé à faire ça. Imaginons que le droit de grève ne soit pas donné et qu’une nouvelle mobilisation surgisse. Ça va encore finir devant un juge?

      Ça sent le retour de quelque chose de complètement surréel au Québec dans les prochains mois.

      R. Young

    • @alex1979 : 18 milliards ou 23% en 2010-2011, deuxième derrière la santé (31 milliards, 38%)
      Le service de la dette représente 9 milliards ou 11%

      F. Gagnon

    • On travail a nettoyer le systeme de corruption. Bien, mais comique de la part d`une Premiere Ministre qui a vote pour une pension a vie de plus de $100k/an a son mari. La corruption a plusieurs sources toute issue du manque d’integrite.

      - Des garderies a $7.00 pourquoi $7.00 et pas $10.00 ou $12.00 ? Ca semble pas cher meme a $15/jour selon moi qui n’a pas d’enfants et qui finances ceux qui ne semble pas avoir les moyens d’en avoir.

      - Education, ils ne seront jamais content a se regarder le nombril. J’ai fait la greve pour la gratuite il y a 25 ans. Ma soeur l’a faite il y a 30 ans. Sa fille l’a faites il y a 5 ans. Ses enfants le feront … c’est une etape d’apprentissage et que ceux qui savent qu’ils n’auront pas de travail s’amusent a entretenir. Mettez vos culottes et augmenter les frais de scolarite au rythme d’inflation apres majoration initiale. De plus, contingenter en fonction des debouches. Il n’y a pas de sots metiers, mais quand meme, l’Universite n’est pas obligatoire (qu’on se concentre sur le decrochage) et former trop de metiers dans lesquelles il n’y a pas de debouches ne profite a personne a coups de $15,000/an par etudiant …

      - Manque de transparance. Trop de programmes qui se chevauchent, trop de gratuite. De belles intentions, mais on est rendu a payer $100 en taxes pour que, finalement, ceux qui ont besoin d’aide ne recoivent que $10 … trop de fonctionnaires, departements, groupes sociaux, organismes et autres a payer en chemin. Tout ce beau monde fait le meme travail a se renvoyer des dossiers bureaucratique qu’on fini par perdre trace …

      Donc reduisons les “gratuites” ou les “subventions” de toute sorte. Reduire les depenses et les departements de ci ou de ca … concentrons nous sur la base de notre systeme et economie, soit la sante, l’education et la securite. Cessons a chaque gouvernement de promettre un service d’aide quelquonque qui vient rajouter a notre pyramide de services, ou de labyrinthe de services, que seuls ceux qui ne travaillent pas et veulent abuser finissent par comprendre …

      D Corman

    • @Gilles Ménard

      Vous parlez de ces jeunes qui ont tous un iPhone fabriqué en Chine par de pauvres travailleurs gagnant 10 piasses par mois?

      Vous parlez de ces jeunes qui s’habillent chez Gap ou Simons (ou pas mal n’importe quel magasin de vêtements) qui sous-traitent la fabrication e leur linge dans des pays pauvres à des salaires dérisoires?

      Vous parlez de ces jeunes qui prennent tout pour acquis, qui ont profité de l’effort de générations précédentes pour atteindre le niveau de vie cle plus confortable de tous les temps?

      Ils peuvent manifester autant qu’ils le veulent, quand ils ne pourront plus avoir leurs joujoux, ils vont déchanter en ta.

      Moi je fais partie de cette génération de jeunes, et croyez-moi j’en connais plusieurs comme moi. Nous travaillons. Votre vision n’existe pas sauf chez une minorité de gauchistes, idéalistes. Nous sommez réalistes et pragmatiques, rationnels. Nous allons l’emporter.

    • @alex1979
      Effectivement, nous voulons plus de diplômés hautement spécialisés.
      Cependant, vous faites le raccourci que des frais moins élevés impliquent plus d’étudiants.
      C’est faux et c’est démontré partout.
      C’est l’éducation qui va favoriser la volonté des jeunes à aller plus loin.

      Ensuite, il y a l’argument sur les “pauvres”, comment vont-ils faire?
      Justement, si vous voulez vraiment des politiques justes, haussez les frais de scolarité et créer un crédit pour les moins nantis. Ainsi, c’est fini les études subventionnées pour les bourgeois et les riches.

      @claudev
      Même chose. Cela a été proposé de moduler les frais selon le cursus (médecine, droit, génie, etc) paieraient plus cher. De toute façon, ils ont souvent accès à du crédit largement supérieur à leurs besoins en prévision de leurs revenus futurs.
      À ce que je sache, les associations étudiantes n’en parlent jamais.

      Au final, il est ridicule de prôner la gratuité, tout se paie dans notre société et nous ne sommes plus à l’âge de pierre, il est très facile de moduler les frais en fonction des programmes, tendances du marché et des revenus des particuliers.

      Alexandre Turmel

    • @claudev01,
      Ce serait bien de calculer combien coûte à l’état un étudiant en littérature francaise versus un autre en médecine mais il faudrait aussi calculer combien il en retournera à l’état au cours de sa vie. Personnellement, je ferais le contraire. J’augmenterais les frais en littérature pour les baisser d’autant en médecine. Je crois que nous avons beaucoup plus besoin de médecins que de spécialistes en littérature… ça entrerait plutôt dans la catégorie loisirs…

    • @supercorm
      Vous voulez que le gouvernement s’occupe de santé, éducation et sécurité?
      Mais c’est exactement ce qu’il fait (de manière maladroite qui laisse place à beaucoup d’améliorations, cela dit).

      Quand on créé des crédits d’impôts ou des programmes sociaux, c’est en fait des dépenses de sécurité pour l’ensemble de la société.
      Évidemment, pour les personnes directement concernées qui ne voient pas leur survie en péril.
      Mais, également, pour le reste de la société parce que des individus sans ressources qui n’ont rien à perdre vont commettre des crimes de plus en plus violents.
      Les programmes sont un excellent moyen de prévention.
      Vous croyez qu’il existe un tissu social spécial dans les pays nordiques qui favorisent la paix sociale? Non, il n’existe que des politiques d’entraide.
      Il suffit de regarder juste au sud de la frontière pour comprendre l’écart.

      Alexandre Turmel

    • PHILO 101

      À supposer donc que les étudiants ne soient pas tous que de petites totalités en 1, ou certains ministres dits de l’Instruction du Haut-Savoir qu’un simple grand-tout gonflé à bloc de trop grands gaz agités par le vent, ces petites cellules de Grid de découverte récente en neurologie qui aident parfois les étudiants à mieux s’orienter dans la vie seraient peut-être fort utiles en la matière pour une meilleure compréhension du pôblème en son entier; tant pour tous les inspecteurs Ménars et Ménart de ce bloque que pour le petit chien Milou du Capitaine Haddock Qu’En-Dira-T-On Tonton, si vous voyez ce que je veux dire.

      Et comme l’expliquait très bien Diderot dans sa très célèbre lettre ouverte et classique sur les aveugles, les belles vaches sacrées des Sciences Po par rapport aux Sciences Pop ne deviendront pas nécessairement ni plus belles, ni accessoirement plus savantes en maths à 5 plutôt qu’à 50; peu importe vraiment qu’elles soient syndiquées ou trop botoxées tout comme à la télé; et cela étant, 10 millards d’Ego à go-go ne feront jamais un seul petit Cogito libre à 100 %, même en pensant à seulement 10 %, pour résumer le tout de la question de certains ministres de l’Éducâtion qui ne sauraient pas encore trop compter très exactement.

      Donc, si p + t = X x 1, et si p – t = Z x 0, combien faudrait-t-il de Z pour que X devienne égal à 2 : 0 tout comme en philo 101 sans plus?

    • M. Boisvert,

      Vous nous dites que l’indexation accélérée des frais est inévitable. Humm. J’ai toujours pensé que c’était un choix de société et que nous avons, justement, ce choix. Il serait sans doute plus juste de dire que vous ne croyez pas que le gouvernement ait jamais les appuis pour ne pas mettre en place une indexation accélérée. Ou encore, qu’il n’est pas prêt a faire les choix budgétaires nécessaires pour qu’il n’y ait pas d’indexation accélérée. Pour moi, c’est parfaitement évitable.
      A. Prince

    • Monsieur Boisvert, je vous cite : “Eh non, les enfants, y a pas de magie… La dette… Les taxes… Les impôts… et bien sûr un trou laissé dans les livres de l’ancien gouvernement…”

      “Les enfants” Voilà un terme hautement dévalorisant asigné à des gens dans la vingtaine qui savent très bien ce qu’ils font. L’infantilisation, soit-elle attribuée à de jeunes adultes, des personnes âgées, des personnes présentant une déficience intellectuelle et même les vrais enfants est une attitude à proscrire. Si l’on croit que la base d’une revendication d’un groupe auquel nous ne partageons pas les idées provient simplement de leur bêtise généralisée, alors nous ne prendrons jamais l’effort de les comprendre véritablement.

      Pour tenter de comprendre les raisons derrière la persévérance des carrés rouge, il faut sortir du Québec quelque peu. La gratuité scolaire, cette parfaite utopie, est offerte en République Tchèque, au Danemark, en Finlande, en Norvège, en Suède, au Mexique et en Islande.

      De leur côté, la France, la Belgique, la Suisse, l’Espagne et l’Autriche offrent des frais de scolarité à moins de 1000$US par année. Les frais de scolarité au québec se trouve d’ailleurs au-dessus de la moyenne des pays de l’OCDE. Évidemment, ils sont les plus faibles en Amérique du Nord, mais l’Amérique du Nord n’est constitué que de 2 pays. Les frais de scolarité des États-Unis et du ROC se classent numéro 1 et 3 en terme de pays où les frais sont les plus élevés, selon les données disponible pas l’OCDE.

      En comparant à ces extrêmes, les frais au Québec ne semblent pas très chers. En comparant au reste du monde, les frais du Québec se situent plutôt dans la moyenne. Maintenant il faut savoir si l’on désire demeurer dans cette moyenne, ou bien pencher vers la gratuité ou vers le modèle Nord-Américain.

      Ce qu’il en suit est un débat idéologique, pas un débat opposant des enfants naïfs à de grands adultes responsables.

    • Au tour du PQ d’etre aux prises avec les manifestants étudiants. Mais maintenant que le PLQ est le parti de l’opposition, va-t’il encourager les manifestations. Le PQ merite bien ca non?

    • Moi je suis d’accord avec la gratuité scolaire à l’université!!! Et je donnerais le conseil suivant à tous les babés-boomers de s’inscrire aux études universitaires, de faire des demandes de prêt et bourses… Alors là, il va manquer de ressources financières au gouvernement, qui devra partager les sommes entre tous les étudiants inscrits, ce qui veut dire que les prêts et bourses seront d’un niveau tellement minime que ce sera ridicule…
      Quant à contrer les casseroles et les carrés rouuges, pourquoi ceux qui sont pour la hausse raisonnable des frais de scolarité ne sortiraient-ils pas avec…des ROULEAUX À PÄTE???

    • Le droit de grève, comme on l’entend pour les travailleurs salariés, est une aberration en soi. Faire la grève, à sa plus simple expression, veut dire suspendre une prestation de services pour obtenir plus de compensation pour celle-ci. Quels services les étudiants retirent-ils en faisant la grève? Est-ce, comme M.F. Bazzo disait sur les ondes du 98,5FM, le fait d’étudier? Elle disait « Pour les étudiants, leur travail, c’est d’étudier » ou assister à leurs cours. Je n’ai pas d’études en relations de travail, mais je ne vois pas comment, même avec la plus grande ouverture possible, on peut considérer qu’en assistant à leurs cours les étudiants fournissent de facto une prestation de service et qu’ils devraient avoir le droit de la retirer si tous les autres moyens d’obtenir juste compensation, voire la réduction ou l’abolition des droits de scolarité, n’a pas donné de résultats satisfaisants. Une grève d’étudiants, comme celle de travailleurs syndiqués, déclenchée pour faire plier le pouvoir en place sur ce qu’ils considèrent être une « juste cause », c’est-à-dire la leur, est un exercice totalement antidémocratique qui ne pénalise que la grande majorité d’étudiants qui veulent poursuivre leurs études, même si plusieurs d’entre eux sont en désaccord avec la position du gouvernement. En écoutant certains leaders syndicaux des corps professoraux, on se rend bien compte de l’origine de ces principes tordus de « grève étudiante » revendiqués par les associations étudiantes. Je ne veux pas entendre la rhétorique au sujet des assemblées générales et des votes démocratiques. Si l’on ne souffre pas de malhonnêteté intellectuelle, on admet que ces assemblées n’ont rien de démocratique et ne sont tenues qu’en raison des exigences statutaires des associations. Même que certains professeurs assistent à ces réunions et intimident les étudiants “verts” à voter du bon bord s’ils ont a coeur d’obtnir de bonnes notes aux travaux et examens, tactiques des pires manipulateurs.

    • @supercorm

      Pourquoi augmenter seulement les garderies et l’educations ?? PArce que c’est facile de fesser sur des enfants?

      Si on veux vraiment charger.. qu’on charge dans le reseau de la santé et les fonds de pension.
      On coupe de 50% la part de l’etats, et les fonctionnaire doivent en mettre aussi.

      On charge un ticket moderateur de 50$ pour l’urgence.

      Juste avec ces 2 idée, on remboursse la dette dans pas long.

      mais non!!! on aime mieux payer pour des vieux malade de 75 ans ou des retraitée de 55ans que d’aider des jeunes de 0 a 20 ans qui vont payer des impots plus tard.

    • je suis curieux a savoir si les syndicats sont toujours pret a dépensé l’argent de leurs syndiqués(es) sans les consulté pour apprendre a ces petits enfants roi a contesté tout et n’inporte quoi simplement pour le plaisir.
      un gouvernement responsable interdirait aux syndicats toute dépenses pour des causes non relié au travail et couperait tout financement a toute associations étudiantes.

    • Facile à donner des gros chiffres… 60 000 étudiants en grève. Je suis étudiant et mon département comporte plusieurs millier d’étudiant. Combien de personne procédé au vote de grève? Environ 40 dont seulement 50 quelques pourcents on voté pour… Donc environ 20 étudiants on mis un département de plusieurs millier d’étudiant en grève… Comment arrivent t’ils à faire un vote du genre? Le quorum pour le vote est de moins de 0,1% du département. Faire une assemblé générale de ce département en plein milieu de la journée alors que les gens travail et on des cours et faites durée l’assemblé 3 heures afin d’être certain que les gens ne peuvent pas rester pour le vote à la fin. Ensuite, faite un vote de grève et SOURTOUT, ne donner pas la chance à ceux ne pouvant pas être présent de voter à un autre moment.

      C’est ces mêmes personne qui vont scander des slogans de démocratie dans les rue! Pathétique…

    • M. Boisvert, vous pouvez essayer de coller l’étiquette de radicaux à 200 000 étudiants si ça vous chante, mais la réalité est toute autre. La majorité des étudiants qui étaient en grève n’irait JAMAIS dans les rues pour une indexation. Franchement!

      Les frais de scolarité augmentent à un rythme bcp plus élevé que l’indexation depuis des années ! Je complète un doctorat et je peux vous assurer que les frais ont presque doublé depuis le début du bacc. (j’y enseigne aujourd’hui). Et pour ce qui des gens qui demandent la gratuité, je ne vois pour ma part rien de mal à la revendiquer. Ça ne veut pas dire ‘grève générale’, mais l’histoire montre bien que sans revendications (tjrs jugées excessives par les défenseurs du statut quo) il n’y a malheureusement bien peu de choses qui se passent…

      Finalement, vous n’êtes certainement pas sans savoir que l’indexation était DÉJÀ la position du PQ avant la grève. Donc vous pouvez bien parler d’opportunisme, mais il n’en est rien. Je ne suis pas péquiste, mais il y a des limites à charrier….votre couverture de ce dossier ne vous honore aucunement.

    • “… ces mêmes associations pourraient décider de fermer des départements et des cégeps en attendant la gratuité scolaire.”

      Et ensuite, réclameraient les mêmes droits; les USAGERS du dépanneur du coin, de mon épicerie, de la SAAQ, de la SAQ, d’Hydro-Québec, de l’hôpital…, du CHSLD. Il est difficile de comprendre dans quelle galère, ce parti au pouvoir, veut bien nous guider de sa houlette. Même ceux en qui j’aurais pu momentanément accorder un certain crédit, divaguent. Heureusement que 70,1% des gens n’ont pas voté pour ça, sinon il faudrait nous faire re-formater pour rester à niveau!

    • Bien oui, l’ASSÉ est une mouvance de gauche anticapitaliste, très socialiste, idéaliste et voulant la gratuité scolaire mais toujours dans une logique de syndicalisme de combat.

      Cela en prend mais il faut aussi des gens de conciliation, de dialogues et qui ont encore un peu confiance au système.

      On dirait que certains étudiants n’ont pas eu leurs leçons du printemps dernier dans des cégeps, idéalemenrt, impliquez-vous dans vos associations étudiantes afin que ce ne soit pas la clique disons ici de la gauche militante qui prend le contrôle, sinon bien présentez-vous massivement pour voter dès la première assemblée, allez-les à l’oeil. N’allez pas faire des sparages devant les tribunaux.

      Votez dès le début contre si vous êtes contre ou encore assumez-vous. Autre possibilité, allez étudier dans des cégeps ou univerités ayant de faibles probabilités de tomber en grève.

      Le Collège Édouard-Montpetit a voté contre, cette fois ci, quel était le taux de participation ?

      Les étudiants ont des études à rattraper, je trouve qu’ils sont mieux de se concentrer là-dessus mais cela reste leur choix et qu’ils s’impliquent dans le Sommet. On aimerait cela voir des étudiants qui savent compter s’y présenter. Qui savent compter mais qui ne pensent pas qu’à eux, qui acceptent de faire partie d’une immense confrérie. Qui ne restent pas que dans leurs affaires en se foutant des autres…

    • il faut , à un moment donné que tout le monde doive faire sa part sur cette terre,: pour ceux qui étaient dans la rue, il faudrait p’t'ben qu,ils nous démontrent leur volonté de bien réussir leurs études,et il y en a qui n’ont pas eu de leçon de civisme dans leur gang,, comme la jeune fille qui démontrait tout son savoir à LCN,avec un doigt,,

    • Payer sa juste part. Il faut être réaliste. Moi j’ai encore le goût de vivre dans une société qui prétend à l’égalité et à la liberté. Comment défendre l’idée de liberté en augmentant les frais de scolarité? On le sait depuis longtemps, l’école payante est un obstacle à l’accessibilité aux études. Toute augmentation à donc pour effet de faire obstacle au principe d’égalité d’accès, au seul mécanisme connu pouvant prétendre neutraliser les inégalités sociales. On peut être pour la hausse des frais de scolarité, mais du coup on doit avouer se foutre de la justice, de l’égalité et de la liberté pour tous.
      Au plaisir,
      François

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    novembre 2012
    L Ma Me J V S D
    « oct   déc »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    2627282930  
  • Archives

  • publicité