Yves Boisvert

Archive, août 2012

Jeudi 2 août 2012 | Mise en ligne à 7h37 | Commenter Commentaires (14)

Clara Hughes: éloge de la souffrance

Clara Hughes au contre-la-montre de mercredi à Londres.

Clara Hughes au contre-la-montre de mercredi à Londres.

Clara Hughes a ce don pas si commun: elle est capable d’expliquer son sport.

Ou peut-être simplement se donne-t-elle la peine de le faire.

Comment te sentais-tu Clara?

“Je me sentais bien, enfin bien: je souffrais, c’était infernal, mais c’est dans ce temps-là que je me sens bien, ça veut dire que c’est une bonne course…

“Je suis fière d’être à mes sixièmes olympiques, c’est un cadeau incroyable, mais désolée en même temps de ne pas avoir pu faire mieux; je ne suis pas ici pour vivre une bonne expérience. La seule bonne expérience, pour moi, c’est de me vider sur la piste.”

Alors quand un journaliste lui demande comment elle trouvait ça de rouler devant le palais de Buckingham dimanche, et Hampton Court (autre résidence royale historique), hier, la réponse ne s’est pas fait attendre:

“Franchement, on ne voit absolument rien. On part, on vous enlève la tête et on la remet à l’arrivée… Après, oui, on trouve les lieux splendides, mais en roulant à fond, c’est uniquement 38 minutes de douleur.”

Clara, vous avez baissé la tête dans les derniers 10 mètres, à quoi pensiez-vous?

“Je pensais seulement à pédaler et à faire avancer mon vélo, je ne pense à rien d’autre dans ce temps-là!”

Quand elle nous raconte la peur de tomber dans les virages, l’entraînement sur la route, les chutes, ce que c’est que de revenir au vélo de haut niveau 10 ans plus tard, on “n’a pas idée”, comme elle dit, on voit bien, mais tout de même un peu plus.

Lire les commentaires (14)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    avril 2014
    L Ma Me J V S D
    « juil    
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    282930  
  • Archives

  • publicité