Yves Boisvert

Yves Boisvert - Auteur
  • Yves Boisvert

    Yves Boisvert est chroniqueur à La Presse depuis 2000, après avoir été chroniqueur judiciaire pendant 10 ans.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mardi 31 juillet 2012 | Mise en ligne à 14h29 | Commenter Commentaires (32)

    La sortie d’un entraîneur olympique: apprenez à nager à vos enfants!

    Pierre Lafontaine, directeur général de Natation Canada (Photo La Presse)

    Pierre Lafontaine, directeur général de Natation Canada (Photo La Presse)

    Pierre Lafontaine est un homme intense et, une fois notre entrevue finie, juste avant de rentrer dans le Centre aquatique, il se retourne et nous interpelle.

    “49 noyades au Québec cette année! En Australie? 36! La différence c’est l’éducation.

    “Il faut apprendre aux enfants de moins de cinq ans à nager. Même un bébé de 18 mois, on ne lui montre pas à nager, mais à ne pas se noyer. Il faudrait des cours, des crédits d’impôt, enfin un programme.”

    Rencontré à l’entrée du Centre aquatique olympique à Londres, le directeur général de Natation Canada, qui a occupé des fonctions similaires en Australie, n’en démord pas: le Québec doit faire plus pour sauver des vies.

    “Mettre des clôtures, c’est bien, apprendre à nager, c’est bien mieux!”


    • On peut difficilement ne pas être d`accord avec ce conseil d`autant plus que plus ils sont jeunes plus c`est facile de leur montrer.

      Mais on peut faire dire ce qu`on veut aux chiffres . Il y a 20 ans c`était 125 noyades par année au Québec alors en ce sens on a beaucoup progressé mais un déces est un déces de trop.

      Dans le bilan des 45 noyades ,la majorité sont des points qui doivent être abordés avec des adultes. Les mesures de sécurité autour de la piscine, l`importance de ne pas quitter l`enfant des yeux une seconde, la ceinture de sécurité en bateau, l`alcool sur l`eau ,la connaissance des eaux dans lesquelles on se baigne bref un paquet de petits détails qui ont tous leur importance. Pas d`accord pour dire que d`apprendre à nager est plus déterminant dans l`élimination des risques entourant la pratique des sports nautiques.

      C`est peut-être bête comme constat mais quand t`as resté toute ta vie dans un 3 et demi sans piscine c`est pas un réflexe inné de prioriser cet apprentissage même si tu adores tes enfants et que tu ferais tout pour eux.

    • Des 47 noyades, on parle de six enfants de moins de cinq ans. Le reste, ce sont des adultes dans des embarcations (la plupart sans VFI), ou des baignades en zone dangereuse.

    • Crédits d’impôts … encore du tétage… Ne revient-il pas aux parents de payer pour des cours de natation de base.

    • Mes enfants ont appris à nager dès que c’était possible.À partir de 3 ans ils étaient inscrit a des cours de natation. Me semble que c’est assez basic de savoir nager…

    • Le gouvernement devrait effectivement agir et forcer la construction de cloture de 12 pieds autour de chaque embarcation, grande ou petite.

    • C’est un point de vue… Mais si on regarde la chose sous un autre angle on constate aussi que :

      1) la plupart des personnes qui se noient, enfants inclus, avaient déjà reçu une formation en natation;

      2) beaucoup de noyades sont en rapport avec des personnes qui n’avaient PAS leur veste de flottaison;

      3) la plupart des PETITS enfants qui meurent noyés dans la piscine familiale étaient ENTOURÉS d’adulte auxquels ils avaient échappés à l’attention. Et c’est ¸a la principale cause de noyade chez les touts-petits.

      Les adultes parlent parlent, jasent jasent, et ne surveillent pas les enfants.

      M’est avis que les beaucoup des enfants qui ont suivi des cours de natation ont confiance en eux très très jeunes et prennent des risques, souvent entourés par des adultes quii les encourage, ce qui leurs coûtent la vie. Trop confiance = trop de risques.

      Combien de fois ai-je vu des jeunes adultes se tirer en bas des chutes dans un très petit bassin sans même savoir s’il y avait assez d’eau (Mont Sainte-Anne). Y’ena un qui s’est tué un jour où on était là, personne n’aurait pu le sauver de lui-même, trop confiance en lui.

    • Une chance qu’il n’est pas entraineur de tir a la carabine! :-)

    • Il faudrait des cours, des crédits d’impôt, enfin un programme
      .
      Et pourquoi pas seulement un peu de bon sens et l’utlisation des piscines gratuites (Claude Robillard, par exemple) pour l’apprendre au petit?
      .
      En passant, qu’avait à dire l’entrâneur Lafontaine à propos des performances de son équipe?

    • Étant moi-même du milieu de la natation, je ne peux que souscrire à ce conseil.
      Aujourd’hui, la société et les parents aiment mieux apprendre à nos enfants à devenir de bons p’tits surconsomateurs de cossins éphémères, jetables après usages et énergivores. Ils ont beaucoup plus de temps à leur faire passer dans les centres commerciaux dits ‘’smart centre” que dans une piscine. L’avoir est tellement plus important…

      ”Le reste, ce sont des adultes dans des embarcations”

      Des adultes qui ont déjà été des enfants. Donc si on leur apprend dès leur jeune âge les rudiment de la natation et de la sécurité aquatique, on a des chances qu’il en reste quelque chose à l’âge adulte. Quoi que souvent dans le cas des adultes, ce ne sont pas les connaissances qui manquent mais le jugement. Il faut épater la galerie. Il faut montrer sa masculinité de façon débilitante. Ils appellent ça la libâââââârté….Et tant pis pour ceux qui restent après le décès du parvenu machiste à l’abris de tout. Misère…

      Sylvain Pelletier

    • “Pas d`accord pour dire que d`apprendre à nager est plus déterminant dans l`élimination des risques entourant la pratique des sports nautiques.”

      Elle est bonne celle-la. Si une personne ne sais pas nager, elle ne devrait pas pratiquer aucun sport nautique. Il m’est inconcevable de croire que l’on peut oser s’aventurer sur l’eau sans savoir nager, d’autant plus qu’apprendre à nager (apprendre à flotter en priorité) est relativement rapide et peut se faire en quelques leçons.

      Mes enfants ont appris à nager en bas âge, et …non je n’ai pas de piscine. J’ai appris personnellement à nager dans des colonies de vacances où l’on avait pas le choix, il fallait se lancer à l’eau (sous l’eau) et ainsi découvrir que l’on peut flotter sans effort.

    • J’irai plus loin que monsieur Lafontaine: que nos enfants apprennent à nager, et à patiner aussi.

    • Je ne suis qu’un parent.
      Et je peux dire que je passais mes samedis matins avec les petites grenouilles à la piscine.
      Tous les enfants (je pense) ont le goût de l’eau.
      Tous les enfants (je pense) devraient être initiés à l’univers aquatique.

      L’une des grandes complicités que j’ai partagées au lendemain de la naissance, ce fut les plaisirs du bain.

      Prolongés assez tôt à la piscine. Dès que les grenouilles apprenaient à explorer l’espace.

      Mes petites amphibies ont appris très tôt aussi à affronter quelques angoisses élémentaires.

      À les maîtriser.

      Mais je n’oublierai jamais que les cheveux de Marie étaient si longs à sécher et à démêler…

      Marie? Ah! oui. Marie devenue skipper.

      Zazou? Ah! oui. Zazou se promène parmi les coraux.

    • Il y a plusieurs façons de diminuer le nombre de noyades:

      - Apprendre à nager le plus tôt possible (responsabilité des parents).

      - Clôturer sa piscine avec des loquets ou des cadenas qui fonctionnent même si elle fut installée avant la loi l’exigeant, ou encore mieux: ne pas avoir de piscine (responsabilité des parents).

      - Barrer les portes de sa maison de façon à ce que les jeunes enfants ne puissent pas sortir sans que les parents s’en aperçoivent. Les serrures nécessitant une clé même de l’intérieur de la maison sont idéales (les enfants plus vieux sauront se débrouiller avec une clé placée tout près et à leur portée). Encore une fois la responsabilité des parents.

      - Désigner un adulte à la surveillance des enfants lorsqu’ils se baignent. Cet adulte ne boit pas et agit comme un sauveteur en se concentrant sur la piscine. Faire des quarts de surveillance si c’est un party ou que la baignade dure. Un peu comme des chauffeurs désignés. Faire passer la sécurité avant le plaisir de la boisson ou de la jasette.

      - Acheter des gilets de sauvetage à nos enfants et les obliger à les porter (responsabilité des parents)

      - Ne pas envoyer ses enfants se baigner avec des inconnus avant l’âge de 10 ans et seulement s’ils savent bien nager. Ce qui signifie de ne pas envoyer des enfants de 5 ans à la piscine, à la plage ou au parc aquatique avec comme seul surveillants des animateurs de camp de 17 ans (responsabilité des parents).

      Pour les adultes insouciants et téméraires qui désirent faire des sports nautiques en boisson et sans gilet de sauvetage, et bien, il n’y a rien à faire.

    • hummm, 36 noyades en Australie.. Le sceptique en moi a vérifié. On parle plutôt de 315.

      “The Royal Life Saving National Drowning Report 2011 shows 315 people drowned in Australian waterways between 1st July 2010 and 30th June 2011. Drowning deaths across Australia have increased for the third year in a row and have jumped 11% on the 5 year average.”

      http://www.royallifesaving.com.au/www/html/2629-national-drowning-report-2011—overview-report-and-key-facts.asp (le plus récent)

      parmi les décès, 28 enfants de 0-4 ans. “28 young children 0-4 years drowned (9% of all drowning deaths)”

      Pour le bilan des noyade au Québec: http://www.sauvetage.qc.ca/contenu-splash.asp?id=96#Bilan_des_noyades_depuis_le_debut_de_l_annee

      Je suis quand même d’accord avec le fond de l’article. Les leçons vont servir toute une vie.

    • Oui, il a parfaitement raison. Mais c’est loin d’être nouveau. Depuis combien d’années Régent LaCoursière prône cela et oeuvre dans ce but ?

      http://www.rds.ca/pantheon/chroniques/310079.html

      C’est en 1958, qu’il a ouvert son école et d’autres doivent bien faire la même chose.

    • Il a raison. La différence est claire et je l’ai vécu. J’ai vécu a l’extérieur du pays récemment, et un enfant de 4 ans encore avec des ”flotteurs”, ça n’existe pas. Les enfants savent nager seuls à cet âge. J’ai vu la différence en revenant dans notre coin de pays.

      En fait, on nous regardait bizarre parce que justement aucun de mes enfants n’avait de ballon/hippopotame/flotteur et – malgré que nous supervisions très bien – nous n’étions pas directement dans l’eau avec eux.

      Et en passant, le crédit d’impôt, il existe au fédéral et dans plusieurs provinces, mais pas au Québec. Il est déjà là pour en profiter. Le reste, c’est de la volonté.

    • les parents devraient payer des cours de natation je n’ai rien contre l’implication du gourvernement mais les premiers concernés sont les parents l’entraineur à raison ça commence à la maison

    • M. Boisvert, le scandale est que le gouvernement va payer des millions (je n’exagère pas) chaque année pour faire suivre un cours en troisième année du primaire à nos enfants. Ce cours de trois heures n’enseigne pas la natation. Il peut être réussi avec une VFI. Les intervenants ici ont raison de souligner que la majorité des noyades concernent des adultes téméraires qui savent nager. Il aurait mieux fallu travailler à la prévention, l’acquisition d’un bon comportement nautique et des déductions d’impots pour de véritables cours de natation. Mais Québec a cédé au lobby du sauvetage… et nous allons payer des millions pour une mesure inefficace et douteuse.

    • @gebgeb

      Pourquoi pas mettre les enfants dans un cage barrée à clé tant qu’à y être. Comme ça on serait certain d’avoir 0 noyade. Non mais le délire sécuritaire, ça fera.

      @jmlavie

      Encore un inférieurement complexé qui se fait croire qu’il connait la situation des enfants par rapport la natation dans tous les pays du monde. Y a juste au Québec que les enfants ne savent pas nager. B’en oui! Bordel que j’en ai marre de ses oiseaux de malheur qui croulent sous leur sentiment d’infériorité. Un peu de colonne, le Québec n’est pas pire qu’ailleurs.

      Sylvain Pelletier

    • @robbie,

      Le pire c’est qu’il ne suffit que de quelques minutes d’apprentissage suivies de quelques sessions de nage supervisée pour qu’un enfant puisse pouvoir se débrouiller.

      Il ne faudrait surtout pas oublier de faire comprendre aux jeunes et aux adultes, tant qu’à y être, qu’il est dangereux de plonger et de nager sans surveillance, en particulier dans les lieux non-balisés.

    • @jmlavie,

      Avez-vous scruté les statistiques sur les noyades survenues dans le dit pays que vous avez visité ? Si statistiques il y a…

      Ça me rappelle un épisode de «Monstres d’eau douce»… dans cet émission, on voyait des gens qui vivaient sur le bord de l’Amazonie et plusieurs d’entre eux avaient été mutilés et d’autres racontaient l’histoire d’enfants qui s’étaient fait dévorer par les piranhas…

      La morale, sans statistiques fiables, il est difficile de connaître l’état exact des choses et que dans plusieurs parties du monde les concepts de «sécurité» et «bien être» n’existent tout simplement pas.

      Bref, que savez-vous des noyades dans ce pays ?

    • @gebgeb,

      Un peu plus et vous suggériez d’enfermer les enfants dans des donjons…

    • p-e que si les cours etait accessible ca serai mieux pour avoir telephoner a plusieur place:
      a partir de 2 ans messieur ,au dsl ca commence a 5 ans ici messieur …etc
      mon garcon a 22 mois et adore jouer ds l’eau me semble que c’est le temps de lui apprendre
      mais les cours commence tous entre 2 et 5 ans ca donne quoi y peu etre trop tard a 5 ans
      donc je lui montre quelque truc que je me rappel de ma croix de bronze que j’ai obtenu au secondaire ….ca fait 15 ans de ca la base est la base mais il y a toujours des nouvelles technique qui sort ….p-e devrait-il revoir leur programme ca aiderai un peu

    • Et bien sûr, les cours devront être gratuits…

    • J’ai été sauveteur pour payer mes études. Il était très important que mes enfants apprennent à nager. Par contre, je sais à quelle vitesse un accident peut arriver. Je sais qu’on ne peut pas être attentif à 100% tout le temps, donc JAMAIS je n’ai voulu de piscine chez moi, ni que mes enfants aillent nager chez des amis avant d’être assez grands pour toucher le fond et de savoir assez nager.

    • @jmlavie
      “un enfant de 4 ans encore avec des ”flotteurs”, ça n’existe pas”
      J’en ai pourtant vu en Provence il y a 2 ans. 6 ans, des “swim-aid” et une …. suce !!!

    • “Mettre des clôtures, c’est bien, apprendre à nager, c’est bien mieux” Très sage! Je suis pour cette solution simple et peu couteuse. Encore moins couteuse si tu prend la peine de jouer dans l’eau avec tes enfants et le leur montre toi même! Lâchez moi les crédits d’impôt, bientôt on va être dédommagé juste pour les mettre au monde. Un peu de responsabilisation s’il vous plait!

      “Mettre des clôtures, c’est bien, apprendre à nager, c’est bien mieux!”

    • tellement tellement d’accord avec gebgeb.

      Je suis une maman de 3 gars, ancienne nageuse de compétition alors les cours de natation, mes fils en ont eu, la piscine, nous avons et la prévention et la surveillance, nous pratiquons.

      Tous mes enfants savaient flotter et nager seul avant l’âge de 4 ans… pas parce qu’ils sont des Michael Phelps… non, simplement parce que j’ai investi ce temps avec eux, dès l’âge de 6 mois. Je n’allais pas au centre d’achat pendant mes congés de maternité mais à la piscine municipale et ensuite, dans ma piscine… clôturée et cadenassée.

      On se baigne chaque jour l’été et le reste de l’année, ils avancent dans leurs niveaux Croix-Rouge. Moins hot que les double lettres au hockey mais combien plus utile selon moi. Ils ont 10, 7 et 5 et veulent devenir sauveteurs pour “que des petits enfants ne coulent pas au fond de la piscine maman”. Et quand nous sommes sur l’eau en kayak ou en voile, il ne leur viendrait même pas à l’idée de ne pas mettre de gilet de sauvetage… cela est aussi naturel pour eux que le casque à vélo ou la ceinture en voiture.

      Ils ont même interpellé une madame en bikini l’an dernier à ce sujet… vous auriez dû y voir l’air bête, assise sur son gilet ! Son bronzage n’en n’a pas souffert mais elle n’a pas impressionné mes enfants qui m’en reparlent souvent.

    • ajout à mon commentaire précédent, au sujet de crédit d’impôt… il y a bel et bien un crédit d’impôt pour les activités sportives des enfants… aux parents de l’utiliser pour les cours de natation au lieu des cours de danse, de hiphop ou de pingpong qui bien qu’agréables et utiles, ne vous sauveront pas la vie.

    • “The Royal Life Saving National Drowning Report 2011 shows 315 people drowned in Australian waterways between 1st July 2010 and 30th June 2011. Drowning deaths across Australia have increased for the third year in a row and have jumped 11% on the 5 year average.” Voir le site http://www.royallifesaving.com.au/www/html/2629-national-drowning-report-2011—overview-report-and-key-facts.asp. Il y a approximativement 22 millions de personnes en Australie. Faites la règle de trois…

    • Apprendre à nager est une partie de la solution.

      Mais beaucoup de noyade sont dues à des imprudences. Pour moi, c’est automatique, dès que je suis dans une embarcation sauf sur un très gros bateau, c’est la ceinture de sauvetage et j’attache soigneusement.

      Aujourd’hui, les ceintures de sauvetage sont très confortables comparés à ce qui était disponible il y a 30 ans.

      En plus beaucoup de gens ignorent que lorsque l’eau est très froide, il est impossible de nager.

    • Apprendre à nager est certainement une priorité. J’ai appris appris à mes enfants à nager dès leur plus jeune âge (âge 2 ans ils savaient remonter à la surface et flotter). Malgré tout, on ne peut pas éviter tous les accidents. D’ailleurs, la majorité des noyades cette année sont le fait d’imprudence.

      J’ai fait de la natation de compétition durant ma jeunesse, mais malgré tout j’ai eu la peur de ma vie cet été. Je possède le chalet sur le bord d’un lac et j’en fais régulièrement la traversée à la nage (environ 1km). Même si j’ai dû le faire des centaines de fois sans aucun problème, cet été j’ai été pris de crampes au milieu du lac et je ne pouvais plus avancer. Heureusement pour moi une embarcation passait tout près au même moment.

      Je suis tout à fait en faveur des cours de natation dès le plus jeune âge. Tout le monde devrait savoir nager. Mais le risque 0 n’existe pas. Il y aura toujours des accidents, dus à l’imprudence, ou simplement au hasard.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    novembre 2012
    L Ma Me J V S D
    « oct   déc »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    2627282930  
  • Archives

  • publicité