Yves Boisvert

Yves Boisvert - Auteur
  • Yves Boisvert

    Yves Boisvert est chroniqueur à La Presse depuis 2000, après avoir été chroniqueur judiciaire pendant 10 ans.
  • Lire la suite »

    Partage

    Lundi 7 mai 2012 | Mise en ligne à 11h19 | Commenter Commentaires (150)

    La casse et les étudiants

    images

    Depuis le début du conflit étudiant, il est question de casse et de casseurs.

    Il y a des étudiants dans le lot, mais pour le noyau dur, les casseurs ne sont pas des étudiants et n’appartiennent pas au mouvement.

    Ce sont différents groupes, les mêmes qu’on a vus au Sommet de Québec, ou dans les manifs contre la brutalité policière.

    Ce sont eux qui arrivent avec des balles de billard pour provoquer les policiers –et blesser des gens au passage.

    Les deux jeunes manifestants gravement blessés l’ont peut-être été par des projectiles lancés par ces casseurs –les balles en caoutchouc sont peu susceptibles de faire ce genre de blessures, mais on verra ce que les enquêtes diront.

    Le but des casseurs est précisément de provoquer une réaction policière et de créer une répression qui elle-même entraînera une contre-réaction, etc.

    Pourquoi les policiers ne les ont-ils pas arrêtés avant? Pourquoi n’a-t-on pas “filtré” les manifestants?

    Question facile… Facile à répondre:

    Parce que les policiers n’ont pas le droit constitutionnel de faire des fouilles préventives.

    Il faut des motifs pour fouiller quelqu’un.

    Arriver dans un lieu public pour manifester est un droit fondamental qui ne peut pas être soumis au tamisage policier.

    N’allez donc pas blâmer “les étudiants” pour ces manifs qui dégénèrent, ni les policiers. Pensez-vous que la SQ allait laisser ses agents se faire attaquer, laisser les barrières se faire pousser et tout le monde s’inviter là où le gouvernement se réunissait?

    Il faut en finir avec l’angélisme. Les syndicats ont depuis longtemps leurs services d’ordre, mais les organisations étudiantes n’ont pas ces moyens-là.

    Quoi alors?

    L’idée de réglementer le port du masque dans les manifestations, quand on a des motifs de craindre une émeute, fait son chemin.

    Quand on voit se multiplier les détournements de manifestations par les casseurs, il est temps d’y réfléchir.

    Tout le monde y gagnerait, les manifestants pacifiques en premier.


    • Allez sur LeGlobe (.ca) y lire le “témoignage d’un étudiant”.
      Vous y lirez surtout comment les manifestants ÉTUDIANTS ont été crinqués par leurs responsables ÉTUDIANTS avant même d’ être arrivés sur place.

      Oh non, pas de “on y va pacifique, revenez dans les autobus au moindre signe de danger ou de dispersion”.

      Non.
      Juste du “on ne se sent pas en sécurité avec les forces de l’ordre”, comment se protéger des gazs, comment faire tomber la clôture n’était “qu’un geste symbolique”, comment ils ont plus tard tenté d’entrer dans l’hôtel, comment les roches n’étaient que des gestes désespérés…

      Et ce texte n’est pas écrit par un “casseur”.

      Il est là aussi l’angélisme : à force de dire que la casse n’est attribuable qu’aux casseurs, on déresponsabilise les étudiants et leurs leaders.

      Et la responsabilité des blessés, elle est là. À tous ceux qui amènent des manifestants sur place et les crinquent comme de bons petits soldats plutôt que de les calmer et leur donner de VRAIS conseils de sécurité.

    • Pourquoi personne n’essaie d’interviewer ces casseurs? ils ont quoi à dire pour leur défense? J’aimerais connaitre leur motivation profonde…

    • À titre d’étudiant, j’ai suggéré [et insisté] depuis le début à la CLASSÉ d’instaurer leur propre sécurité pour filtrer, neutraliser, dénoncer et livrer les éléments perturbateurs aux médias et policiers.

      Je me souviens parfaitement de ces casseurs/provocateurs/infiltrateurs de la SQ au Sommet de MonteBello en 2007.

      La SQ elle-même avait placé ses émeutiers armés et masqués parmi les manifestants pacifiques pour les provoquer les ainsi pouvoir les tabasser en prétendue toute légitimité.

      Les différentes organisations étudiantes ont ainsi vu leur attention médiatique usurpée par des casseurs trop bien organisés. Ils ont donc tous passé pour des crétins brutaux.

    • Vous dites “Il faut des motifs pour fouiller quelqu’un”

      Bizarre , j’ai été à un festival de musique quelconque sur la rue Ste-Catherine il y a quelques années et j’ai du être fouillé pour entrer sur le site

      D Ducharme

    • Tout à fait d’accord avec vous monsieur Boisvert.

      Je dirais même plus: les policiers devraient avoir leur numéro de matricule imprimé sur leur uniforme de façon à ce que s’ils dépassent les bornes, ils soient facilement identifiables.

      Comme le policier qui a tiré à bout portant un manifestant à travers une porte du palais des congès. Pas certain que ça fasse partie de la méthode enseignée.

      Tout le monde y gagnerait.

      p.s. Félicitations aux policiers du SPVM qui isolent les casseurs, qui n’arrêtent qu’eux, qui communiquent avec Twitter etc.

    • Il va falloir s’y faire… les émeutes “à la Grecque” vont bientôt devenir monnaie courante au Québec. Lorsque les taux d’intérêt augmenteront, ce qui est inévitable, la dette gargantuesque du Québec va devenir impossible à supporter; le Québec ne pourra plus se “cacher” à l’intérieur du Canada, les agences de crédit vont décoter… le Québec devra couper le nanane… et le 40% de citoyens qui ne paient pas d’impôt, indignés, vont déferler dans nos rues pour demander de taxer les riches qui auront eu le bon réflexe de ficher le camp!

    • Si l’on interdit le port du masque, les casseurs n’auront qu’à porter la burqa et plaider l’accomodement religieux.

    • Vous avez vu les images des balles de plastique qui circulent sur les réseaux sociaux? Loin d’être de simples balles de caoutchouc, elles sont en plastique dur (un peu comme des manches de couteaux), et sont énormes. Elles peuvent certainement avoir causé les blessures. Il faut aussi lire les témoignages de médics sur place : la violence et la provocation est venue du côté policier avant de venir du côté des manifestant-e-s…

    • Réglementer le port du masque me laisse perplexe. Je me souviens qu’à un moment donné des gens manifestaient devant l’église de scientologie. Ceux-ci prenait des photos des manifestants et les harcelaient par la suite. Le fait d’être masqué ne signifie pas automatiquement “violence” mais pourrait également signifier un désir de manifester pacifiquement sans risquer d”être identifié et harceler par la suite.

      Le fait que des gens manifestent masqué et manifestes des comportements violents est problématique mais est-ce qu’une telle problématique justifie de pénaliser tout le monde?

      Est-ce un fait avéré que tout ceux qui sont masqué ont des comportements violents?
      Est-ce que de forcer les gens à manifester sans masques va éliminer les violences?
      Est-ce que les policiers ont également des comportements violents et est-il possible de les identifier facilement comme le serait un manifestant?

      François Racine

    • Suffit que quelques individus pour perturber une manifestation. Des agents provocateurs tels la manifestation de Portobello il y a quelques années (ces agents de la SQ qui avait été identifiés par leur bottes de travail et qui avec des projectiles dans les mains prêts à partir le bal et qui finalement avait été identifié par des manifestants pacifistes et pour preuves ces agents avaient regagnés les lignes arrières de l’anti-émeute penauds et filmé par une chaîne de télé locale….jamais on a revu de vidéo ….drôle hein….). Voilà pour les agents provocateurs.

      Les casseurs: Droit institutionnel de ne pas fouiller……eh bien il y a une vingtaine d’années, lors des feux d’artifices présentés à Montréal, les gens étaient fouillés à la sortie du métro et sur les approches du pont Jacques-Cartier…..résultat photographies dans un journal local sur des articles tels marteau, couteaux, chaînes etc…en grand nombre.

      Dans les manifestations, la foule a un degré de raisonnement moindre qu’un enfant de 9 ans.
      Alors s’il se présente un mouvement, la foule suit….elle ne sait pas l’endroit mais elle suit.
      Dans l’émeute qui a suivi la suspension de Maurice Richard, il n’a suffi qu’un individu assène au président de la ligne un coup de poing et qu’un autre fasse éclater une bombe fumigène pour que l’émeute progresse…… des individus qui ont allumé des incendies, d’autres ont fracassé des vitrines, d’autres ont volé….et ces individus n’étaient pas criminalisés…..mais ils ont suivi tout comme un bambin de 9 ans…..

      Tel que discuté dans les médias, prendre les manifestants en souricière et ne pas leur laisser d’ouverture pour une fuite relève de l’état policier.

      Et pour les masques….règlementation ou pas et le droit institutionnel?

      Et pour les projectiles….que faire des trottoirs, des clôtures, des chantiers de construction et autres le long des chemins empruntés.

      Non on veut des manifestants calmes, dociles qui ne perturbent rien et tiens pourquoi pas ne pas en parler dans les médias le lendemain……. et les calmes de la marche des citoyens de 200,000 et plus ça donné quoi…? RIEN.

    • Manifester à visage découvert? Je pense que ça calmerait les excités, en effet.

    • Si j’irais dans une manif où il aurait des chance d’avoir du gaz irritant, moi j’apporterais un masque pour me proteger des gaz. Est-ce que ca fait de moi un criminel?

    • Analyse et position réfléchie, comme toujours.

      Ceci dit, comment déterminer qu’il y a un risque considérable? Et pour un pays nordique comme le Québec, peut-on réellement interdire le port de tuques/foulards/cagoules lors de manifestations se déroulant de décembre à février?

      Par ailleurs, que changera le fait que personne ne peut manifester masquer? Ce n’est pas comme au moment de voter où on doit prouver son identité; pour manifester, aucune pièce d’identité n’est requise et à part dans le centre-ville, il n’y a pas des caméras de surveillance à tous les coins de rues du Québec. Un casseur devrait être interpellé de toute façon, masqué ou non. Donc, à nouveau, qu’est-ce que ça changerait?

      Enfin, point de vue réciprocité, comment accepter que les policier soient masqués/casqués alors que les manifestants ne le peuvent pas? En cas de brutalité policière, comment identifier un policier masqué/casqué? La question se pose puisque depuis le début de ce conflit, les écarts – bien que pas si nombreux – furent quasiment en nombre égal de part et d’autre…

    • Il est quand même possible d’intervenir lorsqu’il y a de la casse. Les photos et les vidéos prises par les médias, démontrent sans l’ombre d’un doute que l’on peut identifier les casseurs lorsqu’ils se rassemblent les suivre et les intercepter lorsqu’ils agissent. Il faut être un peu naïf pour croire qu’il n’y avait pas de policiers en civil dans les manifestations. Il faut croire qu’ils n’étaient pas là pour arrêter les casseurs. Par la suite, l’escalade des violences, commencée avec une vitrine brisée donne Victoriaville. C’est malheureux mais c’est le résultat de la mauvaise gestion policière d’une crise. Il faudra que dorénavant les policiers travaillent beaucoup plus finement, s’ils en sont capables, pour arrêter les coupables plutôt que de frapper dans le tas.

    • @YvesBoisvert

      Entièrement d’accord pour les visages cachés, les étudiants aident les casseurs à se dissimuler parmi eux en portant eux aussi des masques ou des foulards aux visages.

      Par contre, je suis surpris concernant l’interdiction de faire des fouilles car on parle de sécurité ici et de situation exceptionnelle. Aussi, lorsque nous allons au festival de jazz ou aux francofolies, on se fait fouiller notre sac lors de l’entrée sur le site, et ce ne sont même pas des policiers. Selon ce que vous dites, ils n’auraient donc pas le droit d’agir ainsi?

    • “Parce que les policiers n’ont pas le droit constitutionnel de faire des fouilles préventives.”

      Pourquoi alors à Québec en 2001 et à Toronto dernièrement les droits constitutionnels ont été ignoré pour ces mêmes questions de sécurité?

      Bafouer des droits avant le début du chaos pour ne pas en bafouer dix fois plus ensuite et éventuellement causer des lésions corporelles permanentes ne revient pas au même selon moi.

      J’ai connu des membres du black block. La police les connaîssait très bien car tous les groupes anarchistes sont infiltrés. Un de ceux-là a été cueilli chez lui, une journée avant le début du Sommet des Amériques et mis en prison pour sa durée complète. Aucune accusation ne fut portée contre lui sans compter les mauvais traitements reçu comme la privation de nourriture. Trois jours sans manger.

      Soyons sérieux, le black block justifie les argents mises dans ces escouades de matamores et il ne feront rien pour tous les arrêter. Même chose pour les motards, les mafieux et les les politiciens corrompus. Un nombre critique doit rester en liberté pour jutifier les budgets et l’achat de bebelles de plus en plus barbares.

    • Que voulez-vous supposé, M. Boisvert? Que les blessés l’ont été par des casseurs? Que la SQ est blanche comme neige dans la manifestation de Vistoriaville? Vous jetez le blâme sur les casseurs, d’accord… Mais pour cela, il va falloir le prouver!

    • Au contraire je trouve que les étudiants sont à blâmer pour cette manifestation. Pas pour les autres, celle-là uniquement. C’était quoi l’idée d’organiser une manifestation alors que pour la première fois tous les intervenants étaient réunis et s’activaient a trouver une sortie de crise ? Qu’est-ce qui pouvait en sortir de bon ?

    • Et bien nous allons souhaiter que les politiciens réussissent à modifier la loi pour éviter que les gens qui ont un but criminel qui s’impliquent dans les manif ne puissent plus se cacher. Si vous manifestez à visage découvert c’est que vous avez des convictions à partager, à visage couvert c’est vous avez des choses à cacher. Nous ne sommes pas en Syrie où les gens qui manifestent risque leur vies et celle de leur famille en étant à découvert. Mais à lire certains commentaires sur le web plusieurs ont les même idées que Bachar al-Assad; La répression, la mise en prison de tous les contestataires… Évidemment sans la mise à mort mais le fond de l’idée est la même (la répression des gens qui ont une opinion différente).
      Comme c’est là plusieurs innocents paient un lourd prix à cause de ces casseurs et la population est exaspéré à cause d’eux, il est temps qu’on en finisse avant une radicalisation des lois qui nous feraient perdre notre précieuse liberté…
      Avec la multiplication des videos et photos, je ne peux pas croire que ces éléments n’ont pas été identifié encore…
      J Deslauriers

    • Ce n’est pas le gouvernement, mais un congrès du parti libéral qui se tenait dans la ville de la poutine. Un gouvernement se serait réuni à Québec, au parlement.

      louis lafontaine
      450

      Vous avez raison. Il se trouve cependant que c’est un gouvernement libéral, et donc que les membres du gouvernement s’y trouvaient. Y.B.

    • Monsieur Boisvert,
      À vos questions, plusieurs réponses possibles, mais une résume un peu mieux. L’actuel contestation étudiante est un mouvement relativement désorganisée et les associations étudiantes sont inflitrées par des groupuscules anarcho-communiste. Nous le savons tous et un reportage à LCN hier l’a mis en évidente. Réseau de résistance du Québécois, Union communiste libertaire et d’autres en sont des exemples. Ces groupuscules font l’objet d’une surveillance par les services de renseignement, comme le SCRS. À raison, puisque leur but est simplement de détruire notre société, notre milieu de vie, pour le remplacer par quelque chose d’aussi noir que l’ancien régime soviétique totalitaire. À une différence près, les anarcho-communistes ne croient pas en un gouvernement (peu importe lequel), car la composante anarchiste engendre ce qu’ils appellent la “démocratie directe”, sans représentant désigné.

      Donc, les casseurs, les black blocs et tous les autres semblables n’ont pas comme but de manifester pacifiquement pour une cause, ils ne visent que la destruction de tout ce qui existe autour d’eux. Notre société trop libérale et trop permissive leur donne de la corde. On ne peut pas les fouiller préventivement, ils peuvent porter un masque, ils ont toutes sortes de droits constitutionnels que les avocats véreux qu’ils embauchent s’empressent de défendre.

      Ce qui est très navrant est de voir un parti officiel, comme Québec solidaire, dénoncer l’action des policiers à Victoriaville et demander une enquête alors qu’il était clair q

    • Monsieur Boisvert,
      À vos questions, plusieurs réponses possibles, mais une résume un peu mieux. L’actuel contestation étudiante est un mouvement relativement désorganisée et les associations étudiantes sont inflitrées par des groupuscules anarcho-communiste. Nous le savons tous et un reportage à LCN hier l’a mis en évidente. Réseau de résistance du Québécois, Union communiste libertaire et d’autres en sont des exemples. Ces groupuscules font l’objet d’une surveillance par les services de renseignement, comme le SCRS. À raison, puisque leur but est simplement de détruire notre société, notre milieu de vie, pour le remplacer par quelque chose d’aussi noir que l’ancien régime soviétique totalitaire. À une différence près, les anarcho-communistes ne croient pas en un gouvernement (peu importe lequel), car la composante anarchiste engendre ce qu’ils appellent la “démocratie directe”, sans représentant désigné.

      Donc, les casseurs, les black blocs et tous les autres semblables n’ont pas comme but de manifester pacifiquement pour une cause, ils ne visent que la destruction de tout ce qui existe autour d’eux. Notre société trop libérale et trop permissive leur donne de la corde. On ne peut pas les fouiller préventivement, ils peuvent porter un masque, ils ont toutes sortes de droits constitutionnels que les avocats véreux qu’ils embauchent s’empressent de défendre.

      Ce qui est très navrant est de voir un parti officiel, comme Québec solidaire, dénoncer l’action des policiers à Victoriaville alors qu’il était clair que leur tolérance a été poussée dans les derniers retranchements. C’est l’une des raisons qui démontre que ce parti et tous les mouvements de gauche n’ont aucune crédibilité.

    • La question qu s’impose est “comment ça se fait que les policiers n’arrêtent jamais les casseurs?” En fin de semaine, malgré l’émeute, seulement quatre personnes ont été arrêtées sur place. Pour arriver au décompte de 110 arrestations, il faut inclure deux autobus interceptés sur le chemin du retour, dans lesquels tous les passagers ont été arrêtés, sans distinction de qui est un manifestant pacifique et qui est un casseur. Le même scénario s’est répété à Victoriaville, à Montréal, au G20 de Toronto, etc.

    • Le port du masque devrait toujours être illégal lors d’une manifestation. Nous tolérons mal que des femmes inoffensives portent un voile qui cache leur visage. Pourquoi tolérerait-on que des personnes mal intentionnées se cachent derrière un masque pour infester des manifestations au départ pacifiques?

    • La FORCE restera toujours le meilleur moyen de faire respecter l’ordre public. Mais d’ici à ce qu’on nous ayons les cou*lles pour l’employer pour de vrai, légiférons ce qu’on peut d’ici à ce que la Cour suprême nous disent qu’on a pas le droit en vertu de la Charte. La justice québécoise sera toujours impuissante sans la FORCE et sans des sentences dissuasives. Pendant ce temps, nos soldats dorment dans leur caserne jusqu’à ce qu’il y ait un mort pour qu’on s’écrase tous ou pour dire : ÇA SUFFIT!

    • Pour les casseurs et pour plusieurs une manifestation pacifique n`a pas une grande influence sur le déroulement d,un conflit même 200,000 personnes ça n’impressionne plus grand monde et les politiques font comme si de rien . Les médias leurs accordent moins de couverture bref ils sont marginalisés.Si la solution passe par une augmentation de loi interdiction du masque ,plus d,amendes,peine de prison e.t.c .À part de réjouir les partisans de loi et l,ordre sa ne garantira pas les résultats .Les casseurs sont comme des bacteries qui vont s,adapter et évoluer à tous les antibiotiques prescrits.La solution réside dans la négociation pour enlever les pacifiste derrière ou se cachent les casseurs.Maintenant avec les médias sociaux attendre 80 jours pour entamer des discussions s’est s’attirer des problèmes.

    • Je l’ai dit dans le passé et je le répète: La charte des droits et Liberté est la PIRE chose que Trudeau a put nous laisser. Sans charte des responsabilités, ce torchon laisse la porte grande ouverte aux voyous et à l’abus.

      Et vous voyez très bien ce que cela donne quand des casseurs se mélange à la foule. On ne peut rien faire, sans enfreindre la MAUDITE charte. Les policiers tentent de faire leur travail, mais avec des avocats et des journalistes à soif de sensations ou d’argent facile qui sautent sur les policiers dès que la charte est enfreinte, ils ont menottés.

      Mais je vais toujours blâmer les étudiants pour les dérapages. Les policiers sont là pour arrêter le problème. Les étudiants, eux, doivent PRÉVENIR le problème. Où sont les groupes de sécurité interne? Ou est l’étudiant de 6 pieds qui, voyant un jeune se préparer à fracasser un vitrine, remet ce morveux à sa place? Ou sont les étudiants qui, voyant un attroupement de casseurs masqués, se mettent entre de travers pour les empêcher causer du grabuge?

      Les étudiants ne font que regarder, ou baver la police, mais ne font rien pour empêcher ça. Ils ont le pouvoir de PRÉVENIR ça, mais ils sont trop mouton pour faire quoi que ce soit.

      P. Busque

    • Victoriaville était un piège à cons et les étudiants sont tombés dedans, ils ont fait exactement ce qu’avait prévu M Charest.

    • Les syndicats qui veulent vraiment aider le mouvement étudiant pourraient leur envoyer leur service de sécurité… Il faut que ça arrête! Trop d’attention est accordée à cette minorité.

      GND refuse de dénoncer plus que la violence envers les personnes (sous-entendu: le groupe pour lequel je suis porte-parole tient à l’utilisation de bris de biens matériels comme moyen d’expression populaire), soit parce qu’il y croit lui-même fermement ou parce qu’il y a suffisamment de grandes gueules dans les assemblées étudiantes pour marquer ce point. Je suis intimement convaincu qu’une vaste majorité de jeunes qui désapprouvent ces façons de faire, mais qu’ils parlent pas mal moins fort que les plus “musclés” dans les assos. GND n’écoute pas vraiment sa base. Il écoute ces grandes gueules.

      Jean Charest, chaque fois que je l’ai vu sortir, utilise la violence comme prétexte de ne pas parler de la majorité des étudiants. Il me semble que ce n’est pas son rôle, il devrait laisser cette job à son ministre de la sécurité publique, et agir en agent de conciliation nationale. Parce qu’en procédant comme il le fait, il donne beaucoup trop d’importance à cette minorité de casseurs, qui s’en alimente. Soit il le fait de bonne foi, soit il utilise ce prétexte pour se faire du capital politique, dans son parti ou dans la population. Dans les deux cas, il fait à mon avis un erreur grossière qui risque de passer à l’histoire.

      Pourquoi? Qu’il ait raison ou non ne change plus grand chose à ce moment-ci. Il y a toute une génération d’étudiants qui en auront gros sur le coeur envers la classe politique à partir de maintenant. Parce que le premier ministre, leur premier ministre, les amalgame tous à ces casseurs. Jusqu’au fond de leurs tripes, ils savent que c’est faux. Jusqu’au fond de leurs âmes, le message qu’ils reçoivent en ce moment est que leur opinion ne compte pas, qu’elle est si insignifiante qu’elle ne vaut même pas la peine d’être entendue au travers du bruit de fond. Le rôle du premier ministre devrait être d’écouter au-delà du bruit de fond et non le contraire. Rien ne l’en empêche.

      Gabriel Nadeau-Dubois, Jean Charest, je vous en veux. Je vous en veux d’accorder beaucoup trop d’importance à ceux qui brisent pour se faire entendre. Je vous en veux pour cette blessure collective que vous nous infligez. Je vous en veux de ne pas écouter ma fille, étudiante en service social, qui porte fièrement ce carré envers lequel j’ai des sentiments si partagés. J’aurais bien aimé m’asseoir calmement avec elle et lui expliquer que cette hausse est peut-être la meilleure chose. Mais ce n’est plus possible, par votre faute.

      S’il persiste une cicatrice dans les relations entre deux générations, entre moi et ma fille, vous en porterez tous deux l’odieux dans mon esprit, croyez-moi.

      Alors si quelqu’un peut venir mettre de l’ordre dans les manifestations, identifier les vrais fauteurs de trouble et leur faire comprendre qu’il ne sont pas les bienvenus, eh bien, qu’ils ne se gênent surtout pas. Si les syndicats ont des services de sécurité, comme dirait l’autre, bring it on! Qu’on passe au vrai débat. Je sens que ce n’est pas fini…

    • J’ai une question M. Boisvert: comment se fait-il alors que sur les lieux des festivals à Montréal (Jazz et Francos notamment), des employés ou bénévoles exigent de voir l’intérieur des sacs à main plus volumineux que la moyenne et des sacs à dos; devons-nous comprendre que ceci va aussi à l’encontre du droit constitutionnel? Les lieux d’un festival sont publics… Quand on a rien à cacher ni à se reprocher, on n’a pas de problème d’ouvrir son sac.

      Dans le cas d’une manifestation, je ne sais trop si la clause nonobstant devrait pouvoir s’appliquer mais le droit constitutionnel qui prime ici est la sécurité de sa personne. Le droit de manisfester dans un climat sain et sécuritaire prévaut alors et le de droit des forces de l’ordre de fouiller systématiquement dans un environnement donné doit exister.

    • Une bonne raison pour justifier l’utilisation des balles en caoutchouc ???

    • Pourquoi les policiers ne les ont-ils pas arrêtés avant? Pourquoi n’a-t-on pas “filtré” les manifestants?

      Parce que les policiers n’ont pas le droit constitutionnel de faire des fouilles préventives.

      Aucun problème. Que la SQ embauche des enseignants-syndiqués. Ils s’en fouttent du droit constitutionnel.

    • Je comprends mal qu’un casseur puisse fun soir, puis casser pendant 15 jours d’affilés, sans être interrogé.

    • Pourquoi être parti de Montréal pour faire leur congrès dans une ville où on n’a qu’à se pencher pour ramasser des roches?

      Pourquoi avoir fait ce congrès particulièrement juxtaposée à une cour pleine de roches, de matéraux de construction et de briques?

      Et pourquoi avoir repoussé, délibérément, les manifestants dans cet espace plein de roches et de briques?

    • Cette fois c’est vous qui tombez dans l’angélisme, Monsieur Boisvert. Les balles de caoutchouc ne sont pas inoffensives. Elles peuvent parfaitement provoquer de graves blessures et même tuer:

      Selon Wikipédia: Such “kinetic impact munitions” are meant to cause pain but not serious injury. They are expected to produce contusions, abrasions, and hematomas.[6] However, they may cause bone fractures, injuries to internal organs, or death. In a study of 90 patients in Northern Ireland, one died, 17 suffered permanent disabilities or deformities and 41 required hospital treatment after being fired upon with rubber bullets. The rubber riot control bullet is part of a long line of development of non-lethal riot control cartridges that dates back to the use of short sections of broom handle fired at rioters in Singapore in the 1880s.[1] The Hong Kong police developed wooden baton rounds but they were liable to splinter and cause wounds. British developed rubber rounds—the “Round, Anti-Riot, 1.5in Baton”—to replace the wooden rounds, where they were widely used in Northern Ireland.[8][9] A low power propelling charge gave them a muzzle velocity of about 60 m/s (200 ft/s) and maximum range of about 100 m (110 yd). The intended use is to fire at the ground so that the round bounces up and hits the target on the legs causing pain but not injury.[10] In Northern Ireland over 35 years (1970–2005) approximately 125,000 baton rounds were fired—an average of ten per day—causing 17 deaths.[11] The baton round was made available to British police forces outside Northern Ireland from 2001.

      De plus, les témoins de la manifestation de Victoriaville rapportent nombre de faits troublants:

      1. Les manifestants n’avaient pas été avisés que la manif était illégale lorsque le tirs ont commencé.

      2. La police a tiré sans retenue, n’effectuant aucune distinction entre les présumés casseurs et les manifestants pacifiques. Des enfants en poussette, voire des secouristes de la Croix Rouge clairement identifiés ont été atteints. La neutralité de la Croix Rouge, faut-il le rappeler, fait l’objet de conventions internationales.

      3. La police a nui aux efforts des secouristes et retardé l’arrivée des ambulanciers, ce qui est attesté par un très grand nombre de témoins. Ils n’ont pas non plus assuré la protection des blessés recevant les premiers soins.

      4. Par ailleurs, les policiers peuvent commettre tous les abus qu’ils veulent en toute impunité. Les enquêtes sur la brutalité policière sont effectués par des collègues et leur crédibilité est nulle. De plus, les policiers ne sont identifiés par aucun sigle ou numéro et il n’est pas possible, en regardant les enregistrements, de déterminer qui a pu commettre un abus de pouvoir.

      Il est désolant que les médias aient majoritairement tenté de reporter la responsabilité des blessures aux manifestants eux-mêmes. Ceci empêche la tenue d’un débat devenu urgent sur les méthodes de contrôle des foules. La riposte paraît souvent disproportionnée à la menace et certaines armes dangereuses – comme les balles en caoutchouc – qui ne devraient être utilisées qu’en dernier recours sont utilisées tôt et d’une manière dangereuse. De plus, il y aurait plusieurs questions à poser sur les critères très arbitraires selon lesquels une manif est déclarée «illégale» ou non. On pourrait aussi s’interroger sur les pratiques d’interventions des policiers, qui paraissent incapables d’isoler les casseurs et préfèrent effectuer des arrestations de masse d’individus le plus souvent innocents dans un but de «dissuasion», pratique qui ne sert pas la justice.

      Vous faites habituellement part d’une saine dose de scepticisme envers les affirmations de la police, Monsieur Boisvert. Il est à nouveau temps pour vous d’enquêter sur la différence de perception entre une police encline à l’auto-congratulation et les accusations de brutalité policière, très bien documentées mais peu rapportées entre les médias. Sinon, la confiance envers la police risque d’être une autre victime collatérale de cette triste crise.

    • Vous dites.
      «« Question facile… Facile à répondre:

      Parce que les policiers n’ont pas le droit constitutionnel de faire des fouilles préventives.

      Il faut des motifs pour fouiller quelqu’un.»»
      ————————————————————–

      Si les Policiers n’ont pas le droit de fouiller les gens,dites-moi pourquoi lorsque je vais au Festival de jazz les gardes de sécurité ont le droit de me fouillés.
      Remarquez que ces gardes font des menaces.
      ««Laisse-moi vérifié ce que tu as dans ton sac à dos sinon je te refuse l’accès au site du Festival de Jazz.»»
      Donc, la Police devrait engagé des gardes de sécurité et fouillé tous les manifestants qui entre la zone de manifestation.
      Eux ont le droit de fouiller, ou sinon il le prennent, ce que la Police ne peut faire.
      Bonne réflexion.
      Gilles Beaulieu.MontréaL.

    • Je comprends mal qu’un casseur puisse casser un jour, puis casser tous les jours sans étre interpellé à l’époque des caméras hyperperformantes et des fouilles électroniques. C’est clair que l’anonymat toléré sur les forums de discussion ne peut plus l’être dans la rue où le visage découvert fait partie du pacte de confiance exigé par le contrat social. Quand je manifeste démocratiquement, j’affirme mon identité, mes choix. Si je cache mon visage, je triche.

    • Événements de Victoriaville : stratégies de la police et des casseurs …

      Après les événements dramatiques de ce vendredi 4 mai à Victoriaville, nombre de questions se posent, notamment sur les responsabilités et stratégies des différents acteurs. À défaut d’informations complètes et validées, on peut quant même tenter quelques explications ou hypothèses.

      Du fait d’une stratégie délibérée de fermeture et de provocations manifestement gagnante sur le plan électoral, le gouvernement Charest a une responsabilité morale et politique dans la tournure tragique des événements de Victoriaville, ainsi que dans les nombreux dérapages antérieurs. Malgré l’indépendance de principe des forces policières, peut-on exclure des interventions politiques et stratégiques de la part du gouvernement Charest à leur endroit ? À défaut d’être en mesure de répondre à cette question, il importe cependant d’examiner les responsabilités directes des acteurs en présence.

      Il était évident que le congrès du PLQ, déplacé de Montréal à Victoriaville, serait l’objet de mesures et de stratégies de protection exceptionnelles. La majorité des membres du gouvernement étant sur place, il fallait même s’attendre à ce qu’il soit légitimement fait usage d’armes à feu si leur sécurité physique était directement menacée. C’est pourquoi, la fameuse barrière métallique, facilement renversée, ne pouvait avoir qu’un caractère symbolique. Certains avancent l’hypothèse selon laquelle la fragilité de cette ligne de défense faisait partie d’une stratégie de “provocation” de la part de la police. Si cette hypothèse est valide, cela suppose, sinon une coordination, du moins une collaboration implicite de la part des casseurs dans cette stratégie. Ceux-ci, pas plus que la police, ne rendent publiques leurs stratégies. Mais certains éléments se diffusent malgré tout, voir par exemple (NB : le contenu pourrait disparaître rapidement du net) :
      http://moutonmarron.blogspot.ca/2012/05/la-manif-victo.html

      L’interprétation des témoignages

      Le fait d’être à un endroit précis d’une manifestation ne permet pas d’avoir une vue d’ensemble sur celle-ci, et encore moins de comprendre les stratégies antérieurement planifiées puis mises en œuvre sur le terrain de l’action, c’est pourquoi il faut se garder de tirer des conclusions à partir d’un seul témoignage : c’est ce type d’interprétation très partielle qui se répand sur internet, avec déformation des faits, ces déformations se propageant ensuite sous forme de rumeurs.

      De plus, certains manifestants, pourtant pris en otages et utilisés comme boucliers humains par les casseurs, semblent atteints d’une sorte de syndrome de Stockholm, qui fait qu’ils se portent à la défense de ceux qui ont pourtant mis, cyniquement et délibérément, leur intégrité physique en péril. Pourquoi les casseurs n’organisent-ils pas leurs propres actions, sans boucliers humains ? Poser la question … c’est sans doute y répondre !

      Stratégies de la police et stratégies des casseurs

      On peut constater que les forces policières ont une vue d’ensemble, en temps réel, avec un hélicoptère et un système de communication et de commandement. La police a aussi divers services d’enquête et d’infiltration: elle est informée en bonne partie des projets, organisations et stratégies des casseurs, et elle peut tenter de les neutraliser avant le fait (arrestations avant les manifestations d’individus porteurs de projectiles, etc.), ou les laisser délibérément agir, voire même susciter des actions provocatrices (cf le Groupe Germinal), ou bien planifier l’action de ses propres casseurs (cf. Montebello, le G-20, etc.).

      En ce qui concerne les enquêtes des services policiers, des ressources considérables sont mises en œuvre, avec une concertation des différentes unités : il s’agit des agences fédérales (SCRS, etc.), de la Sûreté du Québec, et de l’Escouade GAMMA (Guet des activités des mouvements marginaux et anarchistes) créée en 2011 au sein du SPVM.

      Le Journal de Montréal («Printemps Québécois – Les groupes anarchistes surveillés de près», 6 mai 2012) indique que «des spécialistes du Service canadien de renseignement et de sécurité (SCRS) surveillent de très près ce qu’ils appellent eux-mêmes le «printemps québécois»», et que le SCRS, présent lors des événements de Victoriaville, «aurait à l’œil certains groupes d’anarchistes et des militants plus extrémistes qui prennent part» aux manifestations. Selon l’ex-directeur des services d’urgence de la Sûreté du Québec, «On a réellement eu affaire [à Victoriaville] à un groupe très bien organisé, qui s’était très bien préparé et qui avait un plan bien précis» (Journal de Montréal, 6 mai 2012).

      Avant de décrire les casseurs comme des “bons samaritains”, il n’est donc pas inutile de s’informer sur leurs stratégies. Celles-ci sont assez répétitives, même si les éléments stratégiques précis demeurent secrets, en dehors de toute perspective démocratique. Cependant, avec le temps, les stratégies des casseurs à l’emploi de la police finissent par être dévoilées, tout comme celles des provocateurs bénévoles au service du pouvoir. Par ailleurs, comme dans le cas du comité occulte d’organisation de la manifestation antipolicière du 15 mars 2010 qui mettait ses documents “secrets” sur internet, il est souvent possible d’avoir une idée de ce qui se prépare, en consultant Facebook (informations sur les actions et listes de manifestants … offertes aux services policiers sur les pages des événements …!) ou d’autres sites.

      Conclusion

      Le fait que l’idéologie des casseurs et l’utilisation de manifestants pacifiques comme boucliers humains soit à la mode dans certains milieux, cela a des explications sociologiques : radicalisation reliée au risque de déclassement pour une partie de la petite-bourgeoisie qui n’aura pas accès au même statut socioéconomique que la génération précédente, etc… Mais cette idéologie et ces stratégies n’ont aucune justification sur le plan moral et politique.

      Il devient donc de plus en plus nécessaire de protéger les manifestations contre les casseurs. C’est ce que les manifestants de ce samedi 5 mai à Victoriaville se sont employés à faire en neutralisant les individus masqués, bien déterminés à ne pas être victimes des mêmes exactions que celles qui ont été perpétrées la veille, dans un contexte où il est possible que les casseurs, tout en provoquant la répression policière, aient atteint physiquement non seulement des policiers, mais aussi des manifestants, avec leurs projectiles potentiellement mortels. C’est d’ailleurs ce qui s’était produit lors du “Carnaval antipolicier” du 15 mars 2011 sur la rue St-Denis à Montréal, lorsqu’une manifestante avait reçu en plein visage une bouteille lancée par un casseur.

      Pour conclure… Il ne suffit pas de dénoncer la répression policière, mais il faut aussi mettre fin, à celle, plus insidieuse, des casseurs ! Cela me paraît d’autant plus important que, s’il advenait que les étudiants se soient “fait passer un sapin” avec l’“entente” survenue entre le gouvernement et leurs associations, la mobilisation serait loin d’être terminée, et le climat encore plus tendu !

      Yves Claudé

    • Vous dites ” les casseurs ne sont pas des étudiants et n’appartiennent pas au mouvement.”
      Mais ils sont bien contents de les avoir avec eux pour faire du bruit et attirer l’attention.
      La preuve, ils les condamneraient et les fuiraient. Lisez leurs pancartes avec des osties et des câlisses. Ce n’est pas spontané, donc ils approuvent la violence.
      Ils sont soutenus par la FTQ, rien à ajouter. En plus, ils ont toute la publicité des médias. Pôvres petits.! Arrêtons de les materner.
      Un jour, ils iront travailler peut-être avec la FTQ. Ils devront marcher sinon, c’est la porte qui les attendra.

    • Bonne idée, que les manifestants masqués soient arrêtés avant que les manifestations dégénèrent, et donc permettre à la majorité de continuer à manifester pacifiquement une fois que la racaille armée et hyper-violente aura été retiré de la foule, voilà une idée très prometteuse et constructive.

      On a pas le droit d’arrêter quelqu’un sans motif… Je veux bien, mais il faut que le fait d’être un criminel masqué soit ajouté à la liste des motifs raisonnables d’arrestations.

      5 ans de prison, voilà la seule façon de cesser la menace de ces fouteurs de trouble professionnels, de cette clique de voyous armée, dangereuse, et mentalement instables.

      B Plante

    • Pourquoi ne voit on pas la photo avec le nom et l’adresse de ces fameux casseurs?

    • Ce qui m’échappe est pourquoi lors d’un évenement on a le droit de fouiller systématiquement les sacs à dos et que lors d’une manifestation, les policiers suspectant un casseur ne le peuvent pas.

    • “Parce que les policiers n’ont pas le droit constitutionnel de faire des fouilles préventives.”

      Vous avez raison, ils n’ont pas le droit.

      N’empêche que j’ai vu des policiers, à plusieurs reprises, fouillés les sacs des manifestants avant le départ des manifestations.

      Par ailleurs, les policiers savent très bien où sont les casseurs durant les manifestations.

      Pourquoi ne les suivent-ils pas et dès qu’un d’entre-eux lance une pierre, ils arrêtent ces casseurs?

      Ce n’est pas sorcier. Surtout que les cibles sont connus d’avance (vitrine de banque, de magasin de corporations multinationales, etc.)

      En fait, la police souhaite qu’il y est de la casse. Ça justifie leur importance dans la société.

      Ce n’est pas pour rien que les flics envoient des infiltrateurs pour faire de la casse.

    • Grâce à la répression policière plusieurs se sont réjouit qu’il y ai eu “peu de dommages matériel”. Alors pour se débarrasser des casseurs selon la police et les gouvernements, il semble que le meilleur moyen soit de taper dans le tas à grand coup de matraques, d’utiliser des armes chimiques et des balle en caoutchoucs. Il ne faut pas oublier aussi les arrestations massives desquelles très peu d’accusations émanent et encore moins de verdicts de culpabilité, mais oh combien efficaces pour intimider les manifestants. On peut même aller les cueillir au dortoir, vous vous souvenez les Huns du Québec lors du G20.

      Le vrai moyen pour éviter les casseurs c’est de ne pas jeter d’huile sur le feu, de dialoguer (sans attendre de longues semaines), de prendre au sérieux l’autre parti. Il faut aussi ne pas avoir, comme à Montebello, des policiers en mission “casseurs”. En suivant cette approche on va diminuer le nombre de manifestations et ainsi réduire le risque de les voir arriver et détourner les manifestation.

    • Je vais régulièrement au Festival de jazz et on me demande d’ouvrit mon sac à dos. Puis il est interdit d’avoir des objets en verre ou autres

      Les forces policières ont eu une conception à Victoriaville d’être des assiégés en étant dans l’attente derrière des clôtures mal ancré et prêt à intervenir. Avoir plusieurs niveaux de barrière aurait pu permettre des filtres et permettre que la manifestation se déroule dans l’ordre.

      Une manifestation est un geste symbolique qui conteste un ordre des choses sans prétend de le remplacer par un désordre.

    • De toute façon, les gens qui manifestent sont généralement pacifiques, de mettre tout le monde dans le même panier, ca fait un peu dur!
      Vivement des actions contre les imbéciles qui se paient une débandade sur le dos de gens qui revendiquent légitimement (qu’on soit en accord ou en désaccord avec leurs revendications).
      C’est scientifiquement prouvé que le niveau d’intelligence baisse à mesure que la foule grossit, mais quand on voit des “dividus” masqués à une manif, on devrait vite les sortir de là pour prévenir la casse, quitte à sortir des gens qui n’aurait probablement rien fait malgré tout.

    • 1. Vous dites ”les balles en caoutchouc sont peu susceptibles de faire ce genre de blessures”. Sur quelle expertise vous appuyez-vous? Plusieurs témoins direct de la scène ont affirmé que c’était bien une telle balle qui avait atteint la victime.

      2. J’ai passé 10 ans en procès pour une manifestion. Trouvé non coupable à tous les chefs. Je répète: après 10 ans et des milliers de $ en dépenses juridiques (non remboursée). Et ce, seulement pour avoir été sur les lieux d’une manifestation devenue illégale (sans même que je sois au courant, pourquoi le non-coupable). Donc, après cette expérience je considère qu’il est normal que des étudiants soient masqués. Ils peuvent ainsi éviter des accusations abusives (comme celle des autobus remplis de manifestants de McGill et Concordia). Un ex-policier m’a déjà avoué qu’il y avait des ”quotas’ informel d’arrestations dans les manifestations, selon les dégâts. Tant qu’il y aura des arrestations aléatoires, il y aura des individus qui ne souhaitent pas être identifiés….

    • le fédéral s’apprête à légiférer. Toute personne prise à manifester masqué aura une amende de 5 000 $ ! Voilà ce qu’il fallait faire. Reste maintenant à savoir si la province des “réhabiliteux” et des “ogues” et de Jean Marc Fournier voudra appliquer cette magnifique loi du fédéral. Une chance que nous avons Harper pour maintenir l’ordre au Canada. S’il fallait que le NPD prenne le pouvoir , je n’ose imaginer ce qui se passerait dans les rues.

    • @americanophile

      Je comprends pourquoi M. Hétu vous a banni!

      @ubu2010
      Les gens de la sécurité au festival vous demande d’ouvrir votre sac. Vous avez le droit de refuser. Toutefois ils ont également le droit de vous refuser l’accès.
      Mais le mot clé est “demande”. Les policiers peuvent “demander” aux manifestants d’ouvrir leur sac. Ces drniers ont le droit de refuser. Et comme ils sont sur une voie publique, les policiers ne peuvent leur interdire d’y circuler.
      Dans un festival, la place cloturée du festival ne fait plus partie de la voie publique pendant qu’elle est cloturée

      Ah oui? On peut bannir quelqu’un pour cause de nounouerie? Je vais en parler à Richard, je n’y avais pas pensé. Y.B.

    • @mephistau
      Le numéro est imprimé sur les casques des policiers.
      Et pour le palais des congrès. Le jeune tentait de défoncer la porte. Le policier l’a ouverte une première fois pour lui dire de s’éloigner sinon…la deuxième fois il a eu ce qu’on lui avait promis.

    • Bonjour Monsieur Boisvert,

      Disons qu’il ya bien des groupes d’intérêts et de pression qui utilisent ce conflit pseudo-étudiant pour faire avancer leur cause. Vous avez parlé des syndicats pendant le weekend, on peut parler de certains groupes de pression de gauche, et à un degré moindre de certains artistes en mal de visibilité et de politiciens qui patinent en quête de points dans les sondages ou pour ne pas en perdre.
      Quand je vois la CLASSE dire qu’ils se sont fait avoir, je ne comprends pas. Le document est de six pages dont trois pages de texte vraiment significatif à double interligne. Il n’y a pas de diable dans les petits caractères parce qu’il n’y a pas de petits caractères. Comment peut-on se faire avoir? Je crois bien plus que GND s’est fait confronté avec la fange radicale de son mouvement déjà radical. Donc, comment le gouvernement peut-il négocier avec des intégristes idéologiques?
      Pendant ce temps, il y a des étudiants qui vont manquer leur session, possiblement lâcher le cegep ou l’université et payer pour le restant de leurs jours. Ils auront l’impression d’avoir été de la chair à canon dans un conflit qui, somme toute, ne les concerne qu’au deuxième degré.

    • Encore un gros billet, et une débilité d’americanodébile en prime, de n’importe quoi…

    • Je suis tout à fait d’accord avec la proposition du maire Tremblay pour interdire le port du masque lors des manifestations; mais comme je crois que les débordements que nous avons connu dernièrement ne sont pas le seul fait des manifestants et qu’il y aussi eu provocation et brutalité policière, je proposerais dans cette loi que les forces de l’ordre soit aussi démasqué et facilement identifiable par une plaquetrès visible avec leur numéro de matricule.

      Je suis aussi d’accord avec la fouille des sacs des manifestants comme c’est le cas lors des festivals, sujet sur lequel vous n’êtes pas revenu à la demande de plusieurs. Est-ce légal ou illégal finalement?

      Pour terminer je suis contre les barres de fer et les boules de billard,mais je suis aussi contre les matraques, les gaz lacrymogènes, les “pétards” assourdissants et les balles de caoutchouc.
      R. Boisvert

    • @ Tous ceux qui se sont fait fouiller avant d’aller dans un festival, générallement ce n’est qu’une question de sous, les organisateurs ne veulent pas que vous ammeniez votre alcool, car ils en vendent sur place 4 fois trop cher. Ils diront que c’est pour votre sécurité, pas de bouteilles, etc… Mais allez y avec des canettes et le résultat sera le même.

      La violation de vos droits constitutionnels n’est que pure formalité pour tout représentant de l’autorité, surtout quand il y’a de l’argent en jeu. Ceux qui prétendent le contraire ne doivent pas sortir de chez eux très souvent.

      A. Trudelle

    • Pourquoi ne pas avoir arrêté les autobus sur la 20? Par la suite une fouille en règle,car je suis certain que la loi permet de telles interventions basé sur le doute. Quand on est frilleux bien il est difficile de prendrent les vrais décisions. Ça ressemble à OKA, pas le fromage! Mais la crise…

    • Qui engage les casseurs? La police ou les manifestants? Les deux partis y trouvent probablement un intérêts réciproque qui consiste à faire mal paraître l’ennemi. Alors il y a sûrement des casseurs qui travaillent pour la police et d’autres pour les manifestants. Et il y en a probablement d’autres qui cassent pour une cause tout-à-fait indépendante du conflit en cours. Chacun suit sa stratégie d’hypocrite.

    • Il faudrait peut etre utilise des gazs plus efficacs. La police devrait consulter les militaires. Quand un manifestant vera ses dents tombes, il ne reviendra plus.

    • Ils auraient du mettre des clotures assez eloignes du centre et charger 10$ par personne pour entrer dans la zone manifestation. En etant considere comme un spectable, la fouille aurait ete permise.
      A que je suis intelligent…

    • Le coté positif de tout cela pour les étudiants c’est que avec le rejet de l’offre et l’annulation de la session, ils auront tout l’été pour manifester et saccager le centre ville

    • Manifester masqué est une psychopathologie qu’il faut traiter avec des psychothérapies cognitivo-comportemetales sur le bras de l’État vous dira l’ordre des lologues du Québec. Voilà où nous en sommes.

    • @gasston – Vous – et tant d’autres – vous en prenez au 40% qui ne paient pas d’impôt… Savez-vous que de ces 40%, plusieurs en ont payé longtemps des impôts? Je suis du 40% et ce n’est vraiment pas par choix. Et le 30 avril, j’ai quand même dû payer un montant au fédéral et un petit montant au provincial, mais ça me revient petit à petit au gré des organismes du Revenu. J’ai payé des impôts toute ma vie active au travail, jusqu’à ce que la maladie ait raison de mes capacités et que je me fasse fourrer par des assureurs qui ont tout bouffé ce que j’avais, mes économies, le petit héritage de mes parents. Pourtant je me payais des assurances supplémentaires à celles offertes par mon employeur contre l’invalidité, mais quand ça arrive, on apprend que la Régie des rentes du Québec se considère toujours comme “premier payeur”. À bon entendeur, salut! Allez voir ce que valent les assurances que vous vous payez, si vous vous en payez.
      Allez voir à quel débile niveau de revenu vous devez être pour ne pas payer d’impôt – mais il y a la probabilité que vous devrez quand même payer quelque chose le 30 avril. Pourtant, on ne nous fait pas des rabais sur les loyers, sur les transports, sur la nourriture, sur les médicaments, sur les vêtements, etc.

    • “Il faut un motif pour fouiller quelqu’un”??? Allez dans n’importe quel grand spectacle, mettons sur les Plaines d’Abraham, et vous verrez que chaque personne doit ouvrir son sac à dos avant de franchir les barrières. Pourquoi la SQ n’a-t-elle pas procédé de cette façon à Victoriaville? J’aimerais bien connaître la réponse!

      Aller voir un spectacle n’est pas un droit fondamental, cela suppose d’entrer dans un endroit privé (public dans sa destination, mais privé dans sa propriété, ou dans un endroit à l’accès contrôlé). Grande différence. Y.B.

    • @quidam

      “la violence et la provocation est venue du côté “des policiers -ères-” avant de venir du côté des manifestant-e-s…”

      J’ai fait une petite correction de votre texte pour faire plus … CLASSE.

      Ben oui! Tous les manifestants (es) ont été à la messe et se sont confessés avant la manifestation; aucun danger qu’il y ait eu des gestes de brutalité de leur côté!

    • ”Parce que les policiers n’ont pas le droit constitutionnel de faire des fouilles préventives.”
      Eille! Allume!!

      Euh… Allumer quoi, au juste? Y.B.

    • Parce que les policiers n’ont pas le droit constitutionnel de faire des fouilles préventives.
      Mais c’est le fun, ils ont le droit de tirer dans le tas!

    • J’en ai une balle de plastique (oubliez ça le caoutchouc, c’est en plastique rigide) et je vous jure que juste en la lançant avec une certaine force à main nue, je pourrait facilement crever un oeil, alors imaginez quand ça sort d’un fusil… C’est une arme définitivement létale si le tireur mire bien…

    • Pourquoi n’y a-t-il toujours aucune accusation contre un policier qui a lancé une grenade à la main par un policier le 8 mars dernier? Il n’y avait eu alors aucune «violence» remarquée de la part des étudiants. Cette attaque par les policiers a même été perpétrée avant la grande manifestation du 22 mars.

      Les casseurs sont accusés de tous les mots, mais pendant ce temps, la police bafoue les droits fondamentaux des gens sans trop faire sourciller les journalistes.

      M. Boisvert pense que l’interdiction des masques est une bonne idée. M. Lagacé quant à lui, s’emporte devant les gens qui ont tabassé un policier à plusieurs. (Désolé pour l’emploi du terme Monsieur, ce n’est pas pour singer M. Pierre Gauthier(!), seulement je ne les connais pas personnellement.)

      Le jour où les policiers arrêteront de porter des casques, des matraques, des fusils à balles de plastique, leur arme à feu, bref, tout leur équipement de guerre, on pourra songer à interdire les masques. Je ne sais pas si vous vous en rappeler, mais j’ais déjà vu des images de policiers de la SQ, sans contrat de travail, manifester et entourer un ministre alors qu’ils portaient tous leur arme de service. Comme ils étaient démasqué, je suis certain que M. Boisvert n’y voit aucune objection! Il demande aussi à ce que les votes étudiants soient secrets… À mon avis, si tu es convaincu que ton opinion, c’est pour le mieux pour la majorité des gens, tu ne devrais pas avoir honte de l’exprimer à visage découvert.

      Le jour où les agents arrêteront de frapper gratuitement des manifestants désarmés et immobilisés, nous pourrons nous indigner sur le sort de l’agent qui a reçu une raclée. D’ici là, cela ressemble à un juste retour des choses, ou ce que certains pourraient appeler un mauvais karma.

      M. Lagacé est toujours fort pour rappeler à quel point les agents de police effectuent un travail difficile dans des conditions difficiles. Une partie de ces conditions provient entre autres du fit que si eux imposent la loi, dès qu’ils le peuvent, ils font tout pour ne pas la respecter. De par le pouvoir qui leur est conféré, ils devraient faire preuve d’un respect pour la loi exemplaire. Ils ne le font pas, ce qui mine le respect que nous avons pour eux, et c’est en grande partie dû à leur attitude de cowboy: «moi je représente la loi, faque fais ce que je te dis, mais comme la loi c’est moi, moi je peux faire un peu ce que je veux.» Comme procéder à des arrestations de masse, charger dans une foule sans avertissement, ne pas respecter le protocole et les instructions pour lancer (pitcher serait peut-être plus approprié comme terme) les grenades, ne pas respecter les droits fondamentaux des citoyens arrêtés (9h dans un autobus sans possibilité de sortir, et ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres).

      D’ailleurs, la question du non-respect des droits fondamentaux est intéressante. Soit il n’y a pas ou peu d’accusation portées, soi elles tomberont car il y a justement atteinte aux droits des gens qui ont été arrêtés. Pourquoi procéder à ces arrestations dans ce cas? Pour faire de l’intimidation, pour faire la nouvelle, pour collecter de l’information qui sera conservée même si c’est illégal. Finalement, un masque, c’est peut-être pas une si mauvaise idée que ça…

      Certains intervenants soulignent que les responsables étudiants ont «pompés» leurs membres avant la manifestation de vendredi. Avez-vous déjà vu les images d’un groupe de policiers qui se préparent avant une manifestation?

      La SQ a utilisé des agents provocateurs pas plus tard qu’en 2007. Un officier de la SQ est mort en tant qu’agent provocateur lors de la grève des taxis en 1969. Est-il possible que ce soit encore le cas?

      De toute façon, 100 000, 200 000 personnes calmes et pacifiques dans les rues, ça n’a rien fait bouger. Les gens sont en colère, ont leur sert comme nouvelles que les corrompus et corrupteurs s’enlignent pour un chantier de 2 milliards (30 à 35 % de surcharge mafieuse corrompue sur un chantier de 2 milliards ça fait combien par rapport à la hausse des droits de scolarité by the way?), mais il faudrait qu’on reste calme et qu’on se contente juste de crier «So-so-so-solidarité»?

      Et en plus, il faudrait qu’on accepte l’idée qu’il s’agit d’un «boycott»! Vous qui êtes fan du judiciaire, M. Boicvert, allez donc lire ce qu’une intervenante a écrit sur cyberpresse: http://www.lapresse.ca/debats/le-cercle-la-presse/actualites/201205/05/48-239-greve-etudiante-injonctions-et-briseurs-de-greve-appeler-un-chat-un-chat.php

      Au bout du compte, Jean Charest et les libéraux se sont fait du capital politique au prix de l’oeil d’un (peut-être deux) étudiants et du coma d’un autre.

      «Vous êtes pas écoeurés de mourir, bande de caves? C’est assez!» – Claude Péloquin

      Moi je suis écoeuré.

      G. Bardelli-Jean

    • ”Aller voir un spectacle n’est pas un droit fondamental, cela suppose d’entrer dans un endroit privé (public dans sa destination, mais privé dans sa propriété, ou dans un endroit à l’accès contrôlé). Grande différence. Y.B.”

      Je comprends bien mr. Boisvert, mais il me semble que cela n’autorise pas une fouille systématique. Je peux vous assurer que ça m’est arrivé très souvent. La plupart des gens vont passer l’éponge en disant, ”ben si tu n’a rien à te reprocher alors c’est pas grave”. Et bien moi je dis; ‘’si tu n’as rien à te reprocher et bien pourquoi serais tu fouillé?” Un peu comme les barrages pour l’alcool au volant en quelque sorte.

      Le gouvernement a le bras assez long comme ça, il n’a pas besoin d’une rallonge. Alors qu’il observe les manifestants comme il faut et qu’il arrète les vrais casseurs. Et si ils en sont incapables, qu’ils retournent donc à l’académie de police.

      A. Trudelle

    • Bien sûr, il y a des casseurs comme vous dites, mais la dynamique du conflit actuel (12 semaines de grève, le gouvernement qui reste sur sa position, la police qui poivre depuis le début de la grève) provoque aussi une radicalisation chez les étudiants.

      Un bon nombre se demande pourquoi, après les marches de 100 000 ou 200 000 personnes – marches pacifiques s’il en est – le gouvernement reste sourd à la demande de négociation. Alors on peut bien parler des casseurs, mais il n’en demeure pas moins que l’attitude du gouvernement contribue à produire une exaspération chez les étudiants. Cette exaspération-là, il faudra bien la comprendre un jour.

    • Peu importe qui part le bal, on s’entend généralement qu’il s’agit d’une minorité avec des motivations différentes, qui aime provoquer pour je ne sais quelle raison, tant du côté des manifestants que des forces de l’ordre. Tous ont aussi tendance à oublier la situation de l’autre côté: Les forces de l’ordre ne peuvent pas se permettre de perdre le contrôle de la foule et voient les manifestants comme assez imprévisibles. Nous n’en sommes pas aux premières manifestations et grèves, que ce soit après un match de hockey, un spectacle ou face à un employeur récalcitrant, et les québécois ont trop souvent montré leur indiscipline. Et personne n’en sort gagnant.

    • Je me demandais comment étais-ce possible que Harper ait été élu au Canada, mais à lire les commentaires sur le web je comprend mieux… Beaucoup de gens sont vraiment à droite; la répression, la dictature, l’imposition de leurs idéologies… C’est complètement fou en ce moment…
      SACRA*&*&?%$$//”"!!!/$%?&?*… DE CAL…*&?%$/$/…. Relisez-vous avant de publier vos commentaires et respirer par le nez…..
      Vous vous rendez compte à quel point vous contribuer exactement à ce que vous critiquer?
      Vous contribuez à cette violence crasse….
      C’est complètement fou en ce moment…
      Je n’ai ABSOLUMENT aucun partie pris et je ne suis payé par personne…
      Wowww… Belle bande de zouffff
      Vos théories du complot ça suffit!!!

    • J’ai oublié de signé:
      J Deslauriers
      Peut être que d’écrire à visage découvert va aidé la cause!!!!

    • Les élections c est un genre de loft storie financé par le crime organisé et ce a tout les niveaux, quand le peuple n as plus de voix la révolte est sa seul issue. Les clans calabrais et siciliens qui noyautent autant le gouvernement du québec que la pluspart des municipalité ne sont pas venus si puissant en mangeant des pates et en priant la madone Nous sommes un peuple pacifique…mais quand meme coupable d avoir laisser cela se produire .

    • Tout ce que je sais c’est que je ne veux plus voir ceci: http://www.youtube.com/watch?v=cL1Gd1qjqEg&feature=youtu.be

    • “Parce que les policiers n’ont pas le droit constitutionnel de faire des fouilles préventives”. “N’allez donc pas blâmer “les étudiants” pour ces manifs qui dégénèrent, ni les policiers”. “Les syndicats ont depuis longtemps leurs services d’ordre, mais les organisations étudiantes n’ont pas ces moyens-là”. “L’idée de réglementer le port du masque dans les manifestations, quand on a des motifs de craindre une émeute, fait son chemin”. Oui à tout ça. Malheureusement, la situation est catastrophique: les étudiants se rendent compte qu’ils ont été floués et l’entente de principe est rejetée. Que Jean Charest joue le triomphaliste laisse pantois.

    • Ajout: à 23h19: à croire que Jean Charest a fait exprès pour mettre de l’huile sur le feu.

    • Lu en gros titres dans le journal local:
      Formations préuniversitaires et technique.
      Seulement un tiers des étudiants terminent dans les délais.
      Les étudiants moins pressés coûtent cher au gouvernement.

      Attendons maintenant la gratuité universitaire ça va coûter encore plus cher au gouvernement et ils ne seront pas plus pressés de terminer leurs études.

      Oubliez ça une entente et la négociation même les syndicats ont perdu le contrôle de la situation tout ça va continuer à dégénérer.

    • Comme c’est facile pour ceux qui écrivent de trouver des solutions, de savoir ce que la police aurait dû faire ou ne pas faire, etc.. j’aurais bien voulu vous voir à la place des policiers et vous
      regarder agir; pour ceux qui trouvent qu’au Québec nous sommes très taxés, cela est vrai, mais le Québec est aussi la province où nous recevons le plus de services de toutes sortes, dont des
      garderies à 7$, aussi nous faisons l’envie des autres canadiens !

    • @simonolivier: chez Hétu, on bannit, ou bannissait (il y a longtemps que je ne vais plus dans cette antre) pour cause de délit d’opinion. Si le nombre de personnes dont l’opinion diffère de plus de 45 degrés de celle de Hétu dépasse un certain quota arbitraire, alors ça commence… Et puis, il y a aussi les opinion strictement interdites sous peine de fureur du “maitre”: par exemple, n’allez surtout pas lui dire qu’Obama est un métis! Non, il faut absolument oublier qu’il a une mère blanche et qu’il a été entièrement éduqué par elle.

    • Je trouve étrange que la ‘police’ cherche encore à identifier qui sont
      ces ‘casseurs’.
      Je commence à croire qu’elle a l’ordre de ne pas les identifier à part
      quelques jeunes étudiants qui se font influencer par ces experts-agitateurs
      envoyés spécialement dans ce but.

    • @simonolivier
      Ah bon, et c’est une procédure standard?
      Un coup d’arme non mortelle à bout portant pour les récalcitrants?

      Bien entendu, le tireur se sentait en danger car il n’était entouré que de 38 ou de 124 de ses collègues.
      Et bien entendu, ce manifestant était en train de mettre des vies en danger.
      D’où l’arme non mortelle dans la face à 2 pieds de distance.

      Bref, un épais veut ouvrir une porte.
      Un épais le tire à bout portant.
      Et tout le monde est triste et pointe du doigt.

    • Il est question de changer la loi pour interdire les masques, et aussi, je crois, les fouilles préventives; j’espère que cela se concrétisera.

    • Comme l’entente touche tous les Cégepiens et tous les universitaires, ne devrait-elle pas être soumise à l’ensemble des étudiants des CÉGEPs et des universités, et pas seulement aux boycotteurs?

      N’est-ce pas celà la démocratie, directe ou non?

    • Votre commentaire n’a pas de sens. Comparer la Grèce au Québec n’a ni queue ni tête. Comparer une nation riche en ressources naturelles à cette terre des olives.. Faire des rapprochements entre un pays en pleine expansion avec un vestige de l’Antiquité…

    • Merci M. Boisvert pour votre point de vue neutre, factuel et rationnel. Vous êtes quant à moi dans une classe à part dans le milieu journalistique québécois.

    • “Il y a des étudiants dans le lot, mais pour le noyau dur, les casseurs ne sont pas des étudiants et n’appartiennent pas au mouvement.”

      Qu’est-ce qui vous permet d’affirmer ça? Vous savez qui se cache derrière les masques, vous?

    • Ça ne coûterait pas moins cher à la société et ça ne serait pas bénéfique pour tous que de fournir un service de “sécurité” interne aux étudiants? Des sortes de “videurs” qui auraient comme seul mandat d’expulser les casseurs du groupe des manifestants et de les remettre à la police?

      Je peux facilement comprendre qu’une fois la première pierre lancée, chacun décide de se rallier à un camp et le conflit peut s’envenimer rapidement. Toutefois si on pouvait désamorcer ces conflits en se débarrassant des pommes pourries dès le début, tout le monde y trouverait son compte!

    • Les balles utilisées ? Du caoutchouc? Eh bien non!

      http://www.facebook.com/notes/mo%C3%AFse-marcoux-chabot/victoriaville-les-balles-de-plastique-sont-identifi%C3%A9es/2697594137991

    • Je me souviens d’un slogan :

      «Le Québec fou de ses enfants.»

      Quelle infamie.

      Il y a un étudiant entre la vie et la mort, un qui a perdu un oeil et l’autre en passe de le perdre. Des centaines de blessés parmi les jeunes qui, contrairement aux policiers qui ont CHOISI LEUR MÉTIERS EN TOUTE CONNAISSANCE DE CAUSE, et on appelle le Québec le royaume de la liberté d’expresssion.

      C’est dégueulasse.

      CHarest nous mène tout droit au soulèvement populaire si ça ne s’arrête pas bientôt. Des centaines de parents commencent à en avoir ras-le-bol qu’on se venge sur leurs enfants et

      comprenez-moi bien le nombre de parents écoeurés est pas mal plus élevé que le nombre de policiers et si les parents décident de s’en mèler ça va faire dur en tab…

    • Si vous voulez en finir avec l’angélisme allez voir les manifestation et la réponse des policiers au Parc Émilie Gamelin sur CUTV. Le seul angélisme que je percois est celui des médias, particulièrement LCN, envers les policiers.

      Bien sûr les policiers sont au service de l’état, mais quand l’état est dirigé par des politiciens corrompus qui fréquentent les Arcuni, Acurzi, Catania et autres mafieux du Québec, dieu que ça doit être dur de se convaincre, comme policier, que nos actions sont justes.

      En Chine communiste j’ai mémoire de pancartes qui proclamaient

      “L’Armée du peuple n’écrase pas le peuple”, mais c’était en Chine….

    • Un droit est assorti d’une responsabilité. Chez les consommateurs de manifestations, je n’entends jamais parler de responsabilité ni de respect des biens et des droits d’autrui. Comme ça été compliqué de demander aux organisateurs de dénoncer la violence.
      Quand on a les moyens de payer autant d’autobus que ce qui a été utilisé depuis 3 mois, on a certainement les moyens de s’offrir un service d’ordre pour prévenir les débordements sous toutes formes et on a les moyens de payer 255$/an pour ses frais de scolarité.
      Je propose que la facture de ce conflit soit refilée aux syndicats et aux organisateurs étudiants qui en ont permis la durée… car ces instances n’avaient pas l’approbation de tous ceux qui paient leur contribution pour s’éterniser car au bout de 180, les manifestations deviennent du harcellement.

    • J’avais perdu confiance dans la capacité de la SQ à contenir les émeutes. Mais je suis rassuré. Ils n’ont pas perdu la main. Bravo les gars. Les cocos vont y penser à deux fois avant de provoquer la SQ.

    • Ils n’ont pas le droit de faire des fouilles préventives mais ils peuvent arrêter 2 autobus pleines d’étudiants et les garder en “otage” toute une nuit. Typique!

    • Peut-être que les casseurs sont simplement des jeunes qui n’ont pas les moyens financiers et/ou la capacité intellectuelle d’aller à l’université et qu’ils sont frustrés comme les policiers de ne pas pouvoir aller à l’université? Qui se ressemble, s’assemble.

      Ou des gens comme moi, de 50 ans, universitaires qui trouvent que les policiers sont incompétents et abusent de leur pouvoir en toute impunité?

    • Les nouveaux règlements sur le port du masque et sur les manifestations dites illégales ne feront que mettre de l’huile sur le feu qui est déjà assez bien nourri !

    • Quand les policiers (es) arrêteront d’abuser de leur pouvoir de brutaliser verbalement et physiquement, en toute impunité, les citoyens ordinaires, ils n’auront plus d’ennemi. Qu’ils elles fassent leur travail comme du monde de façon polie et courtoise et on aura du respect pour eux.

    • Dans la région de Victoriaville, les gens se demandent c’est quoi l’idée de venir en autobus à Victo avec des masques à gaz, des boules de billards, des gants, lunettes de ski si c’est pas pour faire du trouble. Celui ou celle qui lance des roches sur des policiers et qui reçoit par la suite une balle de plastique, j’appel ça se magasiner une balle. Dès que les clôture ont été mise par terre la police a demandé la dispersion, pour ceux qui ont de la cire dans les oreilles, vous l’avez chercher. Les pauvres petits qui disent que les balles de plastique c’est interdit par la convention de Genève, ils disent quoi des roches et des briques…Les policiers ont des images de tout les manifestants délinquants et ils se gêneront pas pour faire un exemple de nos jeunes peu édifiants.. Le palais de justice de Victoriaville va avoir du trafic dans les prochains mois.

    • Ce ne sont pas des balles de caoutchouc qui ont été tirées à Victoriaville, mais des Impact Baton Rounds verts en plastique.

      Êtes-vous sûrs que ces balles tirées par des fusils ne peuvent pas plus blesser que des boules de billard lancées à main?

      Rappelons-nous que les policiers visent la foule et les casseurs, les policiers.

    • Curieux quand même que la CLASSE refuse de donner le parcours de sa Manif aux policiers. Y aurait-il de ce côté, par certains individus interposés, une complicité certaine avec les casseurs voyous restants de prison?
      Curieux quand même que les policiers, une fois la Manif démarrée, ne peuvent contrôler l’arrière de la Sainte Procession afin d’intercepter les casseurs qui s’insèrent. Au fait, des policiers en civil postés stratégiquement pourraient filmer discrètement ceux qui revêtent leurs masques comme des vêtements liturgiques…

    • @Yves Boisvert

      Cela est théoriquement très exact comme raisonnement et je le soutiens.

      Nous savons (bulles en moins) que la réalité peut s’avérer toute autre dans la vie pratique. Et comme le disait un grand général ”il n’y a pas de plus imprévisible que l’imprévisibilité qu’offre une guerre”.

      Depuis le temps, les différents corps de sécurités publics et corps de polices devraient avoir identifiés les dessous de bras des Casseurs. Je ne crois pas qu’ils soient à ce point souffrant d’incompétence en stratégie et tactique pour frapper dans l’beurre à toutes les manifestations depuis douze semaines et relancer le même disque butant sur le même sillon avec la même aiguille.

      Comment se fait-il qu’aucune information d’identification de ces groupes n’a pas été portée à l’attention du public hormis l’identifiant générique de Black Bloc, ramassis de tout et n’importe quoi.

      Le commentaire de @hyde n’est pas à négliger comme opinion, sauf peut-être en ce qui concerne sa conclusion hâtive, à mon avis.

      Quel intérêt politique John James Charest a-t-il à Provoquer et à Maintenir les étudiants dans la rue ne serait pas, à mon avis, une interrogation farfelue au point de constatation où nous en sommes.

      Bras de fer Politique et pour quelle raison, inavouée et inavouable, au peuple Québécois tient-il l’Épée et la Bannière jusqu’à dire publiquement que ”L’Entente a été Signée” alors que ce n’est qu’une Entente de ”Principe” qui doit être soumise aux votes des étudiants membres des syndicats respectifs que Représentent en tant que Représentants Négociateurs les quatre porte-paroles des fédérations étudiantes du Québec.

      De plus, l’attitude de John James Charest reste toujours celle de quelqu’un en Colère contre la Jeunesse du Québec, lui qui a été Ministre d’État à la Jeunesse en 1986 sous le gouvernement Progressiste Conservateur de Brian Mulroney, après avoir été élu député Progressiste Conservateur dans la circonscription de Sherbrooke à l’élection Fédérale Canadienne de 1984.

      La Colère est certes mauvaise conseillère, sauf lorsqu’elle s’exprime par le biais de l’adepte du plus rusé Totalitarisme, même chez le plus flegmatique stoïcien comme on le constate en public chez Stephen 1er délégué de la Reine Élisabeth II et de la Chambre des Lords du Royaume-Uni .

      Je ne serais pas surpris que John James Charest cherche un moyen de s’attirer les bonnes faveurs de la population du Québec au point d’en arriver à statuer un Décret intimant les Étudiants du Québec de retourner sur les bancs d’écoles et ainsi Provoquer, à partir d’un cran de plus, l’exaspération harrassante qu’il a cultivé depuis 2011 à leur égard. Cela pour des raisons inavoués et inavouables d’accords entre Conrad Black, Brian Mulroney, Lucien Bouchard qui justifient l’idéologie de tous les Progressites Conservateurs du Canada ayant leur racine en Colombie-Britannique en leur mobilisation d’appartenance au Royaume-Uni.

      Cela entraînera, dans son sillage, la Révolte étudiante et du milieu syndical suivis par de nombreux éléments Casseurs (rationnalisés chômeurs, travailleurs au noir, laissés pour compte dans la rue et autres souches de personnes souffrant d’injustices) et le Black Bloc qui se grefferont aux mouvements de Révolution de la Jeunesse Québécoise (Mai 2012 ?).

      Ensuite, suivra la Demande à Ottawa invoquant la Loi des mesures de Guerre.

      Ce qui engendrera le Déploiement de l’Armée Canadienne de Stephen 1er au nom de sa Majesté la Reine Élisabeth II et des Lords régnant du Royaume-Uni sous la direction de David Cameron, Premier Ministre Conservateur du Parlement Britannique.

      Il est de mon avis, que le devoir de chaque communicateur membre de la Presse et autres organes de médiations, de l’information publique, ramènent à la raison John James Charest et son Caucus avant qu’il ne soit trop tard et cela non pas par le mécanisme d’élections printanières ou automnales. Parce que ce genre de prévention de Crise Majeure concernant l’avenir de tous les Québécois se doit d’être désamorcée par des désaveux ciblés sur le comportement de John James Charest dans l’actuelle crise et non pas sur un autre terrain politique ou financier. Le déjouer avec habileté sans lui faire perdre trop la face, et ce par les mêmes consultants qu’il s’est entouré à la table de négociation de l’Entente de Principe avec les étudiants.

      Simultanément, stimuler les séniors et les ténors de la société québécoise sur l’urgence de transformer l’impasse actuelle, construite par l’idéologie Progressiste Conservateur se reposant sur une base de Capitalisme Pur et Dur à l’image de leurs alliances avec les Républicains en attente d’élections Présidentielles Américaines. Cela par une autre Distraction axée sur les Intérêts Mageurs du Plan Nord, qui recevra le vent dans les voiles lorsque le Budget Harper 2012 portant en son sein l’abrogation majeure de 69 lois, dont celle portant sur l’environnement.

      Lorsque le Québec sera muselé, il est évident que la Province de Québec perdra son statut de peuples co-fondateurs de la présente constitution de la Fédération Canadienne, avec ce que tout cela comporte de maux et de misères pour 99% de la population non seulement Québécoise, mais du Fait Canadien-Français des autres Provinces de la Confédération inclus, journalistes inclus en fait de Liberté d’expression, soumis au chantage, au muselage et à la corruption de trahison. Rappelons-nous le sort des journalistes du Journal de Montréal face à leur détermination exemplaire in requiem.

      Regardez sous vos pieds pour qui vous travaillez à La Presse et faites le lien entre le combat à mort entre Power Corporation de Paul Desmarais et le Lord Britannique Conrad Black, parrain de Stephen Harper, de Brian Mulroney, de John James Charest et de Lucien Bouchard et de bien d’autres puissants dignitaires dans d’autres Provinces du Canada. L’Empire Péladeau sera-t-il à vendre comme il en est de tout revirement de veste entre alliances fondées sur des intérêts de clans et de rivalités idéologiques de pouvoir et d’appartenances ésotériques secrètes.

      Cela mérite réflexion à mon avis pour toute personne perspicace et bien née qui ne fréquente pas les divers poulaillers de l’insignifiance des places publiques Québécoises.

    • M. Boisvert, comment la SQ infiltra-t-elle les manifs avec ses agents provocateurs, comme en 2007 à Montebello, si tous doivent être à visage découvert ?

    • Pour savoir qui sont les casseurs, on va sur Wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Black_Bloc

      On y apprend si on ne le sait pas déjà, qu’ils participent d’une longue évolution historique et politique, et que ce sont eux qui devraient revendiquer l’appellation “extrême-gauche”. Les casseurs sont sous toute réserve proches des mouvements libertaires (anarchistes) à ne pas confondre avec les libertariens (communautaristes capitalistes d’extrême-droite – comme LePen, le Wildrose et même Harper à l’origine). Leur organisation éphémère et “spontanée” lors des manifestations vise à ouvrir la voie à la manifestation contre les cordons policiers, à casser le mobilier symbolique du grand capitalisme, et à protéger les manifestants contre les attaques policières. Chacun de ces points est évidemment discutable.

      Ils constituent donc un interlocuteur véritable à défaut d’être légitimé par la société libérale, qui refuse les règles de la démocratie libérale, puisqu’ils considèrent que ce n’en est pas une. Ils considèrent qu’il y a absence de débat public, puisque le capital pour le nommer ainsi, dicte les règles de la société à travers les gouvernements à la solde des grandes entreprises, les médias appartenant aux grands conglomérats, et les forces policières qui veillent à appliquer le tout.

      Donc, vous payez vos impôts, le gouvernement subventionne les multinationales, les dirigeants prennent une petite commission au passage, elles font des pressions pour que les gouvernements réduisent la nécessité leur apport philanthropique aux universités, et par conséquent ils essaient d’augmenter les frais de scolarité. Vous voilà donc en train de financer la recherche qui sert en premier lieu au secteur privé et non à l’avancement de la connaissance.

      Personne n’a suggéré, parce que ce serait compliqué à appliquer, d’instaurer des hausses en fonction des moyennes salariales obtenues après les études en fonction des domaines et disciplines choisis. Le futur médecin mérite de payer des frais de 25, 50, 100 mille dollars par née? Alors que le futur docteur en sémiologie devrait probablement bénéficier d’un gel des frais dans son domaine. Combien les professions libérales devraient-elles payer? Qu’en est-il des étudiants en gestion d’entreprises qui justement, oh coïncidence, ne sont pas en grève.

      Finalement, les casseurs font montre d’un grand courage physique pour faire émerger le véritable débat : voulons-nous instrumentaliser l’éducation, ou lui redonner sa vocation première, éduquer, enseigner et créer de la connaissance?

      Quand tout le monde a son mot à dire dans l’espace public, OSBL, ONG, collectifs, coopératives, citoyens démunis – comme dans certains pays scandinaves par exemple, il y a moins de casseurs, et plus de libertariens frustrés d’être obligés d’accepter le dialogue social.

      Lequel préférez-vous : Gabriel Nadeau-Dubois, ou Anders Behring Breivik?

    • ” 2. La police a tiré sans retenue, n’effectuant aucune distinction entre les présumés casseurs et les manifestants pacifiques. Des enfants en poussette, voire des secouristes de la Croix Rouge clairement identifiés ont été atteints. La neutralité de la Croix Rouge, faut-il le rappeler, fait l’objet de conventions internationales. ” J’ai beau lire et relire tous les commentaires, mais excusez-moi, je n’en reviens pas ” DES ENFANTS EN POUSSETTE”! C’est le délire total. Qui de sensé, amènerait son enfant en poussette à un endroit où, selon toutes les probabilités tenant compte du récent historique des manifestations depuis plus de 85 jours, il y ait risque que ça dégénère! Ça ne peut pas me rentrer dans la tête.

    • Je ne sais pas comment sortir de la crise, mais voici comment ne pas en sortir. Continuez d’écouter les brillantes analyses de certains has been conme Pierre Reid qui manifestement ne comprennent rien aux jeunes de la génération Y et fiez-vous à leur incompréhension manifeste pour trouver une solution. Selon P. Reid, les leaders seraient déconnectés de la base…

      Primo. Il n’y a pas de leaders étudiants, ce sont des portes paroles. Une notion apparement difficile à saisir pour les gens de ma génération qui valorisont l’autorité hierarchique.

      Ces jeunes ne valorisent pas l’autorité hierarchique, donc les appels à l’autorité sont vains et non avenus. Ils valorisent l’autorité de sens. Or le gouvernement libéral ne possède pas l’autorité morale (le sens moral) pour gérer ce conflit. C’est un gouvernement corrompu, en fin de mandat qui veut gérer les droits de scolarité pour les 7 prochaines années alors qu’il lui reste moins de 6 mois à vivre. Les jeunes le savent et ne trouvent pas leur interlocuteur crédible.

      Secondo: C’est le premier conflit de cette envergure qui se déroule à l’ère des médias sociaux. La majorité des manifestations ne SONT PAS organisées par les associations étudiantes, mais par la base qui grâce à Twetter, Facebook, Yahoo etc. peut se mobiliser en une fraction de seconde.

      La solution ne passe donc pas par la démonisation des leaders étudiants, mais plutôt par un compromis sur l’objet du litige (Les frais de scolarité). Le gouvernement devra mettre de l’eau dans son vin ou annuler la session et pelleter le problème en septembre.

      Le hic, septembre c’est dans 4 mois!

    • des casseurs professionels payés par le gouvernement pour créer une image negative aux étudiant dans cette crise contre une hausse excessive des frais de scolarité.
      Ce sont ces casseurs qui menacent les policiers, de loin ils le font beaucoup plus que n’importe quel étudiant. En plus des casseurs amateurs qui font déja du tapage. Leus jeunes étudiant n’ont pas vraiment grand chose a voir dans le gros des problemes. Mais se sont eux qui ont le courage de tout encaisser.
      Et non! ce n’est pas un conflit étudiant, c’est un conflit sociale contre une hausse excessive des frais. La Presse sait tres bien utiliser les mots pour manipuler l’opinion publique.
      Ces casseurs sont les premiers a sortir de prison, ils ne ressemblent pas a des étudiants.
      Ils sortent tout de suite apres avoir été arretés alors que les étudiants eux restent des tres longues heures a attendre.

    • N’oublions pas que lors d’un certain sommet, la GRC s’était fait agent provocateur pour se justifier de varger sur les manifestants. Étais-ce la même chose à Victoriaville? J’ai de bonnes raisons de croire que oui. Qui a bu boira….
      J’ai été témoin d’une manifestation étudiante tout ce qu’il y a de plus pacifique,. Il fallait voir l’attirail répressif à l’oeuvre. Il y a avait plus de policiers que de manifestants; j’ai dénombré plus de 25 véhicules des forces de l’ordre lourdement armés qui avaient plus l’air de commandots anti-terroristes enragés que de gens qui voulaient préserver l’ordre. Il y aura toujours du fric pour la répression et pour limiter les droits. oN DEMANDERA AUX ÉTUDIANTS DE PAYER PLUS…

      S. Pelletier

    • ”J’aurais bien aimé m’asseoir calmement avec elle et lui expliquer que cette hausse est peut-être la meilleure chose. Mais ce n’est plus possible, par votre faute. ”

      Oh boy…papa ne fait pas confiance à la capacité de sa fille de comprendre les enjeux de ce conflit. Belle condescendance. Papa a raison, lui seul sait…Un autre avec son ton paternaliste qui s’imagine supérieur à sa fille et en meilleur position pour ”comprendre” , la situation. Pire, le papa met sur le dos de quelqu’un d’autre la supposé incapacité de sa fille à comprendre les tenants et aboutissants de cette grève. Si j’étais la fille en question, je ferais ravaler la condescendance de papa. Misère…

      S. Pelletier

    • Grève des étudiants

      C’est maintenant l’heure d’une entente avec les ……………….policiers.

      Tout d’abord je dois vous dire que je suis en accord avec le gouvernement concernant la hausse des frais de scolarité. Cependant je suis aussi d’accord avec le principe que dans une société démocratique nous avons le droit d’exprimer nos opinions par des manifestations publiques.

      Le débat qui oppose le gouvernement et les étudiants est soudainement devenu une confrontation entre étudiants et policiers. Je suis d’ailleurs convaincu que parmi les policiers il en existe certains qui sont favorables à la cause des étudiants.

      Que les étudiants manifestent pendant des mois j’en ai rien à foutre mais que durant les manifestations certains casseurs en profitent pour démolir nos biens collectifs (autos de police, poteaux de signalisation, barrières etc.) et bien cela ça me dérange. Il est grandement temps que ça arrête.

      Dirigeants policiers et leaders étudiants devraient s’assoir ensemble et convenir d’une façon de manifester.

      Voici ma solution:

      1) Une centaine d’étudiants identifiés comme tel devraient assurés un service
      d’ordre et travailler avec les policiers pour mettre les casseurs en arrestation.

      2) Les policiers devraient marcher avec les étudiants sans casque ni bâton. Certains
      policiers à l’écart pourraient être équipés en cas de besoin.

      3) Définir un horaire précis pour le parcours de la manifestation et le respecter.

      4) Planifier avec les étudiants la façon de procéder pour arrêter les casseurs.

      5) Conférence de presse conjointe policiers et étudiants pour dénoncer toute
      violence lors des manifestations et que tous ceux qui poseront des actes de
      violence en subiront les conséquences, ils seront dénoncés par les étudiants et
      arrêter par les policiers.

      Les vrais leaders dans une société démocratique sont ceux qui font en sorte que les grands principes de base :

      le respect de l’opinion des autres ( 2/3 des étudiants ne sont pas en grève)
      le respect des biens communautaires ( les payeurs de taxes)
      le respect de l’ordre et la loi (valeur fondamentale d’une société)

      soient au dessus de nos revendications personnelles.

      Si nous voulons être respectés il faut d’abord savoir respecter les autres

    • …j’me fout des casseurs, suggestion les étudiants ont su a divers occasions les neutraliser

      ils devraient apprendre a s’en occuper tout le temps sinon ca r’garde louche…

      mais les grands casseurs, C bousilleurs de démocratie qui s’en occupe?

      Le 1er ministre….humm NON

      Mme la Juge……..humm NON

      La Police………….humm NON

      Journalistes……..humm NON

      alors les jeunes s’en occupent humm humm les études si peu avancées a degré SUPÉRIEURE

      ne leur permettent pas de voir ce qui se passe, a moins d’e^tre jeune(vieux) et LIBÉRAL

      allons y jetons un coup d’oeil la-dessus…

      Généreux dons de cadres de SNC-Lavalin au Parti conservateur/Publié le 09 mai 2012 à 07h17

      SNC-Lavalin se fait rétrograder
      SNC-Lavalin des affaires en famille
      SNC-Lavalin-le chouchou de la caisse
      SNC-Lavalin : le titre en arrache, mais les patrons encaissent
      Le pot, maintenant. M. Duhaime tient la même « ligne » que tous les membres du Parti libéral du Québec, du premier ministre au plus modeste militant : la police fait son job, laissons la police enquêter, pas besoin d’une enquête. En cela, M. Duhaime est minoritaire parmi les Québécois, dont 80% réclament une telle enquête. Qu’il se rassure, il n’est pas seul : outre les membres du PLQ, il y a aussi le maire de Laval, Gilles Vaillancourt, dans son camp./Patrick Lagacé
      Les étudiants voit toutes sortes de choses croches la-dedans, pas moi…business as usual, et j’chuis même pô un Libéral

    • @jf_dude

      Les balles de plastique rigides sont moins dangereuses que les balles de caoutchouc, simple question de densité du matériel utilisé. (Les balles de plastiques perdent leur énergie plus rapidement car elles sont plus légères) Les balles de caoutchouc ont été remplacées par des balles de plastiques dans la plupart des corps policiers du monde suite émeutes en Irlande car les balles de vrai caoutchouc étaient beaucoup plus dangereuses. Le terme est simplement resté collé.

      Oui, elles peuvent blesser et tuer, car elles ont une force d’impacte équivalente à un coup de poing de boxeur professionnel par contre, elles n’ont virtuellement plus d’énergie au delà de 50m (dépendant des modèles)

    • @ M. Boisvert

      Elle vient de où la violence? Pourquoi presque plus personne ne parle de la violence policière? Là est la véritable question. Arrêtez moi tous vos beaux petits discours moralisateurs et regardez ce que la police fait subir au peuple et aux étudiants :
      http://www.youtube.com/watch?v=cL1Gd1qjqEg&feature=player_embedded

    • @respectable et americanophile

      Je vous l’ai déjà dit, maudit que vos commentaires de dretistes font durs. C’est pathétique.

    • Une question comme ça…

      Pour Victoriaville…

      Des autobus nolisés, tout était organiser

      Pourquoi ne pas avoir pris les présences… ça aurait été facile me semble. Surtout que tout le monde se doutait qu’il y avait matière à de la casse.

      En partant de là, ou bien les organisateurs de cette manif sont des incompétants purs, ou bien ça fait l’affaire de certain mouvement étudiant d’avoir des casseurs dans le lot

      Je pose la question

    • La fouille en détail…

      Les policiers n’ont pas le droit de fouiller qui que ce soit sans motifs ou raison valables qu’il y a une infraction de commise ou sur le point de se commettre. Tout est dans le mot ”motifs” qui sera questionné dans toutes les directions une fois au tribunal. Les motifs raisonnables ne sont pas une partie de pêche mais doivent exister véritablement.

      Pour ce qui est des feux d’artifices, spectacles ou autres festivals ceci est du domaine privé donc tout comme si j’organisais une fête chez moi et en ce sens j’ai le droit de m’assurer que les gens qui y vienvront vont respecter mes biens privés et en ce sens j’engage des guardiens de sécurité pour fouiller les gens en entrant et s’ils refusent ils ont le droit de retourner chez eux tout comme dans les aéroports ceux qui ne veulent pas être fouillés peuvent retourner chez eux. C’est du domaine privé et non public même si le public y a accès.

      Mais les policiers , ils appliquent les lois et sont tenus de se conformer à la charte et respecter les DROITS ET LIBERTÉS des gens ;a moins qu’une loi comme exemple interdisant le port du masuque soit promulguée et qui restreindrait les droits et libertés dans une certaine mesure acceptable

      Espérant que cela aide à la discussion ”pacifique ” de ce blogue

    • Est-il possible que ces gens masqué et organiser soit a la solde de ceux qui veulent
      les engager a voir le proffesionaliste de frappe qu’il déploi en un temp record il ne font pas ça
      gratuitement…bel organisation

      florentsamson

    • Pris en otage dans le metro ce matin comme plusieurs dizaine de milliers d’autres. Pas sur que ce soit la bonne façon de rallier des opinions à leurs causes.

      Pour ma part: je persiste, oui à la hausse et oui à des mesures pour assurer l’accès à ceux qui ont des moyens plus limités, oui au retour pour permettre, à ceux pour qui c’est important, de terminer leur session.

      Oui également à une revue du système post-secondaire mais, tant qu’à y être, pourquoi ne pas réévaluer la pertinence d’avoir des programmes non-contingentés alors que les possibilités d’emploi n’existent pas dans ces secteurs. Est-ce que ce sont ces mêmes étudiants qui demandent le gel, la gratuité?

      M.Rivest

    • Je reve? Des voyous qui s’amenent pour se defouler, pour casser et on fait le proces de la police??? Sacr….!!!!!!

    • En Chine lors de la derniere manifestation etudiante , le gouvernement a regle le probleme assez vite. PLus de manifestation, termine.

    • C’est la même tactique partout dans le monde. Les gouvernements infiltre les groupes sociaux de gauche et créent les circonstances pour que l’on puisse blâmer le grabuge sur eux.

      Montebello est un bel exemple où des policiers québécois ont créé le grabuge et s’y ont fait prendre.

    • personne ne parle de canon a eau pour repousser les manifestants ? un moyen moins dommageable
      peut être que les balles de plastique …

    • Juste pour remettre dans le contexte ce qui se passe aujourd’hui au Québec dans le conflit étudiant.

      SOS des Parfaits Salauds :


      Des gens qui nous ressemblent…
      Cherches à se protéger…
      L’attente est angoissante…
      Où la mort va t’elle frapper…
      Où la mort va t’elle frapper…
      Allons nous sauter les premiers.


      Des sirènes déraisonnent…
      Les civils se défendent de leur mieux…
      Une puissance meurtrière et une politique de guerre…
      La terre n’est plus qu’un habit de feu…

      SOS!

      SOS!

      SOS!

    • En passant Boisvert juste un petit commentaire.

      Pauvre connard.

      Pauvre, pauvre, faut pas exagérer. Y.B.

    • Désolé, je te respecte quand même, mais j’aime ps tes commentaires sur le conflit étudiant. Désolé encore mon pote.

    • Je tiens a profiter de cette tribune pour féliciter le professionnalisme et l’immense patience de nos policiers qui n’ont jamais demandé a etre partie de cet immense merdier depuis plus de trois mois. Se sont eux qui écopent de la mollesse de nos politiciens et la lumiere ne semble pas au bout du tunnel. S’ils sont trop durs ils se font critiquer, s’ils sont trop mous, ils se font critiquer; si la cloture est trop proche c’est dangereux, si elle est trop loin ca va a l’encontre du droit de manifester, etc., etc. Meme une chatte ne retrouverait pas ses chatons dans une telle incohérence.

    • Je crois ici que le mot clef ici est ‘’transparence’’ : ne plus déguiser nos policiers en Dart Vader menaçants et anonymes, refuser masques et cagoules chez les manifestants, et installer un bon service d’ordre de type Festival de Jazz, avec un pouvoir de fouille, dans un endroit géographiquement délimité (genre preachers’corner du Hyde Park de Londres).

      Une sorte de Place du Bordel.

      André Martin, Mtl.

    • Bonjour M. Boisvert. Dans votre article d’aujourd’hui (P’tis cons), vous semblez assimiler les auteurs de “l’attaque” du Métro aux étudiants en grève. IL se pourrait que ce soit vrai, il se pourrait aussi que ce soit faux : bien des groupes d’étudiants semblent infiltrés par des “casseurs”. À eux de les dénoncer et c’est vrai ! Par contre, je commence à constater qu’il se casse beaucoup de sucre sur le dos des étudiants. Il est vrai qu’ils doivent faire leur part comme nous tous et qu’ils semblent avoir adopté une mauvaise stratégie. Avant de leur imputer tous les problèmes de la planète, faisons chacun notre examen de conscience et je vous invite tous à prende connaissance de l’article suivant (si ce n’est pas déjà fait) :

      http://www.latetedanslaune.ca/2012/05/les-banquiers-tizamis-de-charest-inc-.html

    • Bonjour M.Boisvert

      Vous écrivez «Il faut en finir avec l’angélisme»: d’accord. Ça s’applique pour tous. D’accord?

      Depuis un bon moment nous entendons qu’il faut distinguer entre les manifestants pacifiques et les casseurs. C’est vrai mais ce n’est pas toute la vérité et la vérité est indivisible.

      Depuis le début des manifestations, il y a des casseurs. Chaque fois qu’il y a eu une manifestation les casseurs se sont présentés et ont commis des méfaits si bien qu’il est prévisible qu’il y aura de la casse.

      Si les organisateurs de ces manifestations étaient aussi blanc que neige comment se fait-il que, prévoyant la casse, ils n’aient condamnés les violences que tout récemment et du bout des lèvres?

      De plus la violence ne se réduit nullement à lancer des objets ou à en casser: intimider des étudiants qui veulent assister à leurs cours. L’étudiant de l’Université Laval qui avait obtenu une injonction pour suivre son cours d’anthropologie n’a-t-il pas été accompagné par des “carrés rouges” jusque dans la salle de cours? Comment ça s’appelle ça à votre avis?

      Les idiots utiles des casseurs, les porteurs du carré rouge jusque dans l’assemblée nationale revendiquent le Droit à l’Éducation. En empêchant les étudiants qui veulent assister à leurs cours et qui bafouent même les injonctions des tribunaux ne sont-ils pas coupables au même titre que les lanceurs de boules de billard? Quand on revendique un Droit Fondamental tout en le niant pour les autres, ce n’est pas la défense des droits mais la revendication d’un privilège.

      Entre tous les manifestants sont des casseurs et aucun manifestant n’est un casseur, il y a place pour la nuance et le jugement.

      Le fait est que si tous les manifestants (étudiants ou pas) ne sont pas des casseurs, il y en a qui le sont. De plus, les faux-fuyants de Gabriel Machin-Chose et des deux autres pour éviter depuis le début de condamner la violence me permet d’en déduire que la casse faisait bien leur affaire.

      Mais ils n’ont pas les moyens d’avoir un service d’ordre! Monsieur Boisvert, depuis le début. les organisateurs de ces manifestations refuse par exemple de donner aux policiers le trajet prévu pour les manifestations. Ce refus de collaborer avec les policiers qui, eux, pourraient assurer le caractère pacifique des manifestation est une preuve supplémentaire de la responsabilité des “trois stooges” chouchous de certains supporteurs médiatiques notamment à la SRC. (Voulez-vous des noms?).

      Gabriel Machin-Chose, le néo-pubère avec trois poil au menton et la grosse trentenaire au visage ingrat ont leur part de responsabilité dans les violences et devront répondre de leurs actes d’une façon ou d’une autre.

      Vivre avec les conséquences des ses actes fait aussi partie de l’éducation.

      [Merci de ne pas supprimer mon commentaire même s'il vous déplaît]


      Claude LaFrenière
      Qc city, Canada

    • ………… “les casseurs ne sont pas des étudiants et n’appartiennent pas au mouvement. Ce sont différents groupes”

      En êtes vous toujours aussi convaincu? Qui ont fait les caves dans le métro? Des non-étudiants de l’UQAM?

    • Les casseurs c’est comme la guerre, personne n’est pour …

      Les biens pensant font des discours et la morale, en disant, il faut interdire les masques et neutraliser les casseurs …

      Pourtant ces mêmes personnes disaient quoi quand les pompiers de Montréal, en moyen de pression, abîmaient l’équipement, genre percé les boyaux de service, collaient leurs symboles partout sur les camions pompes…

      Ces mêmes personnes pensaient quoi, lorsque les policiers faisaient des moyens de pression en désobéissant à leurs supérieurs en faisant entorse à leur code vestimentaire, tout en diminuant leur rendement, alors que plus aucune contravention n’était émise…

      Les cols bleu de la ville de Montréal utilisant les équipements de nettoyage et camions pour manifester dans les rues de la ville, en abîmant le bien public pour faire pression sur les autorités de la ville …

      Les mêmes âmes bien pensantes ont réagit de quelle façon, lorsque les fonctionnaires du Québec lors de leur dernière négociation, faisant front commun ont sciemment diminué la cadence de travail, tout en ralentissant le processus d’encaissement des paiements des contribuables …

      Les syndicats savent très bien que si tu veux obtenir quelques choses lors de négociation il faut agir avec fracas et, démontrer que l’on peut faire mal à l’autre partie si non, oubliez les gains et les avantages, en discutant seulement autour d’une table avec des beignes et du café, vous perdrez votre temps …

      Dans le présent conflit étudiant il y-a les bons, Martine et Léo et de l’autres côté, les méchants avec le porte-parole de la CLASSE, qui entretien le discours, qu’il faut des gestes d’éclats et maintenir la pression sur le gouvernement de Jean Charest, il n’y-à rien de nouveau pour ceux qui savent comment s’articulent un mouvement de protestation.

      Le plus pathétique dans ce mouvement de protestation est que Jean Charest n’a jamais pris au sérieux les revendications étudiantes et à toujours cru que ce mouvement se résorberait par lui même …

      Erreur tactique du PM et de sa Ministre Mme Beauchamp, après plus de 13 semaines, les moyens de pression continuent avec divers groupes et le capital politique du gouvernement, n’est pas assuré.

      Autre point, combien avez vous entendu de député libéral se prononcer pour ou contre le mouvement étudiant, mise à part la Ministre Beauchamp, Bachand, Dutil et Charest tout les autres sont assis et demeurent silencieux comme des carpes …

      L’escouade anti-émeute qui s’est déchaînée à Victoriaville est loin d’être un bon exemple dans une démocratie comme le Québec.

      Ceux qui ne voient rien d’alarmant ont besoin d’un « refresh » des idées …

      Le Québec n’est pas le Liban ou la Syrie et je crois que les forces policières doivent eux aussi apprendre à bien doser leur interventions lors de manifestation, si non l’état policier pointe à l’horizon …

      En terminant, j’aimerais rappeler les évènements de la crise autochtone, pendant laquelle les revendicateurs eux, étant armés (fusil d’assaut à l’épaule) et les verts de la SQ se tenant craintif et penaud derrière leurs véhicules de patrouille, ces derniers y pensent à deux fois avant de donner le charge …

      La casse qu’on le veuille ou non est un mal nécessaire … malheureusement.

      Frank

      *

    • Bas les masques.

      Les policiers devront-ils aussi se découvrir le visage, afin que les manifestants puisse les identifier, et filmer leurs nombreux débordement ?

    • Vous écrivez: “tout le monde s’inviter là où le gouvernement se réunissait?” Mais ce n’est pas le gouvernement qui était réuni à Victoriaville, c’était le parti Libéral! Il ne faut pas confondre!!!

    • Nous sommes dans une dérive autoritaire post-11 septembre 2001 où tout ce qui bouge est une cible. On lit ce matin que ceux qui ont laissé des bombes fumigènes dans le métro seront accusés en vertu de la loi anti-terroriste… Je me souviens fort bien que quand on a voté cette loi, les politiciens et les policiers juraient que cette loi ne serait pas utilisée à tort et à travers et que ces entorses aux libertés civiles étaient nécessaires pour démasquer les «vrais» terroristes (on visait en particulier les terroristes islamistes et ceux qui complotent pour tuer les gens). Or, on voit qu’à la première occasion ces mêmes policiers abusent encore de leurs pouvoirs et utilisent cette loi qui devait servir contre les meurtriers pour envoyer en prison pour très longtemps des protestataires qui ont fait péter des bombes fumigènes… alors que le droit pénal actuel (sans les clauses anti-terroristes) est amplement en mesure de traiter de ces cas.

      Cette dérive s’amplifie de jour en jour avec maintenant la criminalisation du port d’un masque… sans preuve d’intention criminelle (le port du masque avec intention de commettre un crime est déjà un crime dans notre droit pénal). On s’attaque de front à la liberté d’expression en prétendant qu’on peut protester allègrement à visage découvert quand on sait que la police filme (en vidéo et photos) les manifestants pour constituer leurs dossiers de «fauteurs de trouble» autrement dit, ceux qui protestent contre le système en place.

      La police a l’habitude d’infiltrer les manifestants prétendument pour stopper la violence mais maintenant on sait qu’ils agissent souvent en agents provocateurs (certains agents de la SQ avaient été démasqués à Montebello lors de manifestations) au lieu d’arrêter ceux qui font de la casse. Vous savez pourquoi? Parce que ça donne au pouvoir en place un prétexte pour passer des lois de plus en plus abusives des droits des citoyens et pour rejeter la responsabilité de leurs politiques sur leurs opposants en les traitant de criminels.

      Notre démocratie est chambranlante en ce moment et on voit des attaques contre nos droits fondamentaux à tour de bras, touchant même les fondements de notre système électoral archaïque (une minorité peut imposer à la majorité son idéologie rétrograde et peut même utiliser des subterfuges pour tromper les électeurs comme les «robocalls»). Ces attaques proviennent en très grande partie des autorités en place et cette dérive n’augure rien de bon pour l’avenir.

    • @ Yves Boisvert

      j’ai de la difficulté a concilier ce blogue avec votre chronique où des étudiants font une quasi-apologioe de la casse. Il semble que votre main gauche choisisse d’ignorer votre main droite. Les bons pianistes en sont capable, les bons journalistes aussi, à ce que je vois. Mais ca rappelle un peu Melenchon qui fait chanter en même temps la Marseillaise et l’Internationale: astucieuse idée, mais est-ce un grand moment de la musique ? Je crois que vos lecteurs fidèles vont être un peu mélangés…

      Pierre JC Allard

    • Chose certaine, le vrai responsable du climat social POURRI dans lequel on vit depuis 14 semaines c’est Jean Charest !

    • Je lis votre article sur les casseurs. Il est temps que vous arreter de separer les etudiants et les casseurs. Ils ne sont qu’un.

    • Je suis d’accord avec l’interdiction du port du masque durant les manifestations.
      Par contre, il faudrait que les forces policières respectent la loi aussi. ‘Un policier en autorité DOIT être identifiable en tout temps”. C’est aussi prévu dans le code de déontologie policière du Québec (Alinéa 3 de l’article 5). Si je regarde les photos aucun policier ne porte de badge permettant son identification.

    • les casseurs servent tellement bien les intéret du gouvernement

    • Au sujet de Victo, tenons-en aux faits fournis par la SQ:
      1) Une foule de 2000 personnes arrivent à la clôture
      2) à 16.38hre la manif est déclarée illégale
      3) 16.39hre On lance les gaz.

      Une minute pour que les manifestants pacifiques s’éloignent. Voilà les faits.

      André Lefebvre

    • Les groupe anarchiste sont à la base des casseurs. La principale stratégie dont ils disposent est la perturbation sociale dont la violrnce.

      Les anarchistes refusent la voie démocratique qui consiste à se faire élire et ensuite faire des changements qui vont dans le sens de notre idéologie. Les anarchistes ont pour but, l’éliminationde l’État, il serait donc absurdes qu’il se constituent en parti politique.

      Et svp lâchez-nous les basquets avec anarchos-”communistes”. Les communistes ont le mérite de jouer selon les règles démocratiques en se présentant aux élections, les anarchistes n’ont rien à cirer des élections et de l’État de droit.

      Les anarchistes “parasitent” les groupes communistes comme ils parasitent d’autres groupes de gauche. Ils ne sont de gauche, ils se servent des groupes démocratiques pour faire avancer une idéologie foncièrement anti-démocratique. La gauche demande plus d’interventionde l’État, les anarchistes demandent la destruction de l’État. Il est absurde de considérer les anarchistes comme étant de gauche, leurs objectifs sont aux antipodes de ceux de la gauche.

      Jean Émard

    • Ils ne sont de gauche, = Ils ne sont “pas” de gauche,

    • Maudite republique de bananes!!!!!!!!!!!!

    • Interdire le port du masque est une mesure ridicule. Au mieux, elle ne sera pas respectée, car impossible à mettre en place, au pire, elle radicalisera plus la riposte. Ça sent le recours collectif à plein nez avec frais d’avocats sans fin et, désolé, mais mon argent de taxe, je veux qu’on plante des fleurs et qu’on déneige avec, merci.

      On agit sur le symptôme, mais ce pourrait-il que beaucoup beaucoup beaucoup de gens aient de très sérieux doutes sur la gestion de ce gouvernement fatigué et mal élu ? Quant à sa pensée économique, elle est dépassée depuis la crise de 2008, l’année qui nous a appris que la “main invisible du marché” n’existait pas.

      Des élections s.v.p. et laissez tomber ces niaiseries de règlement sur les masques, ça me fait penser aux scanners d’aéroports (avec lesquels nos douaniers se rincent maintenant l’oiel).

    • @respectable

      “Manifester masqué est une psychopathologie qu’il faut traiter avec des psychothérapies cognitivo-comportemetales sur le bras de l’État vous dira l’ordre des lologues du Québec. Voilà où nous en sommes.”

      Mouais, vous avez oublié de dire “maudits intellectuels éduqués sur le bras de l’état, renvoyez moi tout ça au champs” … Pol Pot disait sensiblement la même chose.

      LOL

    • Mh188888

      Perso, je préfère les mines anti-personnelles à fragmentation.

      Diablement plus efficace et ça fait des grands trous dans une ligne de manisfestants, ce qui est pratique pour pouvoir charger dans la brèche au fusil d’assaut.

    • @Yves Boisvert

      Votre chronique “Sacrifiée” du 14 mai …

      ___________________________________________________________

      On augmentera les droits de 255 $ par année.

      Deux…

      Cent…

      Cinquante…

      Cinq.

      ___________________________________________________________

      Non mais … Vous ? Un gars intelligent comme vous ? Resortir cette sottise ?

      Vous croyez vraiment encore convaincre quelqu’un avec cet argument fallacieux et mensonger ?

      Pourquoi pas tenter votre chance avec le déchus “pour 50 sous par jour” ? Ou, tiens, “pour 0.034 sous par minute”, ça frappe encore plus l’imaginaire. Vous savez que les vendeurs d’assurance prolongée aussi utilisent cet argument ?

      Monsieur Boisvert, le gouvernement veut augmenter les frais d’admission de 82%

      Quatre …

      Vingt …

      Deux …

      Pour cent.

      Vous êtes vraiment (vraiment) 12 pieds à droite de la mite du pitcher, monsieur Boisvert.

      Ca m’attrise. Sincèrement.

      A. Dourbel

    • Heureux de lire que M. Boisvert vient de se réveiller.

      charest en est rendu là.
      Lui trouver des excuses…serait…inapproprié.
      Les chemises noires du black block sont noires…

    • Bonjour,

      sans rapport avec cet article, mais avec votre chronique du jour, ne pensez-vous pas qu’il puisse y avoir un lien entre le départ de Line Beauchamp et ses petits déjeuners avec la mafia, tel que révélé dans les dernières semaines? C’est assez illogique qu’elle démissionne alors que les libéraux ont pratiquement gagné leur marathon, ou guere d’usure, vis a vis les étudiants. Et avec un pere Tomassi incontrolable qui risque d’en balancer d’autre…

    • M.Boisvert, vous êtes plus intelligent que ça tout de même!

      Je suis d’accord avec le fond: La démission de Mme Beauchamp est regrettable et on s’enfonce encore plus. Mais on continuera de s’enfoncer si on continue de regarder les chiffres de façon su-per-fi-ciel-le. Je donne un exemple, qui n’a rien à voir avec l’éducation, mais qui obéit à une logique très similaire:

      Hydro-Québec: Organisme rentable et profitable, réorganisé il y a quelques années en 3 divisions pour des motifs qui n’ont rien à voir avec le service pour lequel on nous demande de payer. Deux divisons sont rentables, une est déficitaire (distribution, celle qui achemine l’électricité au consommateur). On demande alors aux consommateurs de payer plus… Pourquoi? C’est la même électricité! Quelle est la logique? Une logique comptable d’alignement de chiffres dans des colonnes! Le vrai problème, c’est pas les chiffres: c’est le système derrière les chiffres…

      Alors, il faut être plus intelligent: Regarder comment l’argent entre, comment il est distribué, où sont les profits, où sont les déficits et comment, globalement, on peut trouver une solution. Après, on demandera aux utilisateurs et aux contribuables d’éponger le déficit!

    • @Claude LaFrenière

      On peut avoir une photo de votre tronche, pour pouvoir rire de vos traits, tant qu’à tomber dans le délit de faciès. Pauvre gars.

    • Bonjour Mr.Boisvert,
      Tous les problemes que nous éprouvons nous la majorité silencieuse c’est de votre faute les éditorialistes hyper gauchistes et péquistes tout comme les médias tellement biaisés cela n’a aucun sens de crée une crise de la sorte. Je ne votais plu libéral et bien je vais le faire rien que pour vous embetez et vous mettre Charest dans les pattes un autre 4 a 5 ans
      Bonne continuation dans votre croisade anti libéral et pro carré rouge

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    mai 2012
    L Ma Me J V S D
    « avr   juin »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Archives

  • publicité