Yves Boisvert

Yves Boisvert - Auteur
  • Yves Boisvert

    Yves Boisvert est chroniqueur à La Presse depuis 2000, après avoir été chroniqueur judiciaire pendant 10 ans.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mardi 27 septembre 2011 | Mise en ligne à 10h37 | Commenter Commentaires (103)

    Louise Harel a raison: on a deux fois trop d’élus

    Montréal: multiplier pour régner (photo David Boily, La Presse).

    Montréal: multiplier pour régner (photo David Boily, La Presse).

    Louise Harel, qui propose de réduire le nombre d’élus, a 103 fois raison.

    Montréal, dans l’état actuel des choses, est surgouvernée et ingouvernable.

    Trop d’arrondissements, trop de maires, trop d’élus. C’est indéfendable et insupportable.

    Mais Gérald Tremblay et son parti trouvent que tout va très bien.

    Pourquoi deux fois plus d’élus qu’à Toronto?

    Peut-on au moins démarrer un débat? Ce devrait être un enjeu électoral majeur.

    Pas parce que “les débats de structure” sont passionnants.

    Parce que ces structures débiles ralentissent cette ville sans bon sens. C’est pire qu’avant les fusions à bien des égards.

    Les grandes villes américaines ont au maximum 51 élus: c’est bien sûr à New York, avec une population de 8,2 millions.

    La deuxième ville américaine, Los Angeles, n’en a que 15 pour une population de 3,8 millions. Ils sont cependant les mieux payés aux États-Unis: 178 000$ par année.

    Chicago (2,9 millions): 50 élus; Houston (2,3 millions): 11 élus; Phoenix (1,6 million): 9.

    Je réfère à cette très éclairante étude américaine du PEW Trust de Philadelphie, sortie en février 2011.

    Il faut revoir ce qui se passe ici, c’est absurde, coûteux et inefficace.


    • Pas seulement les élus, la bureaucratie qui les accompagne. Il y a quelques mois, j’ai tenté de joindre les responsables du recyclage dans mon arrondissement. Les préposés à la collecte, deux semaines d’affilée, avaient ramassé non seulement le recyclage de l’immeuble, mais les bacs aussi! Il m’a fallu plusieurs messages pour obtenir des adresses utiles pour communiquer avec les responsables de l’arrondissement en la matière, la responsable des communications étant experte en langue de bois.

      Vivement une réduction du nombre d’élus et de la bureaucratie qui les accompagne.

    • Le Conseil d’État de Nouvelle-France fonctionnait très bien avec seulement un évêque, un gouverneur et un intendant, qui se disputaient quant à savoir qui aurait le plus souvent le micro. Jean Talon, malgré ses habituelles indispositions, décida d’ouvrir un brasserie parlementaire pour le bon peuple de la Vieille Capitale, et tout le monde, ou presque, s’en trouva très heureux d’avoir enfin de la Bonne Broue pour écouter les dernières nouvelles des Indiens de Sorel….

    • Les chiffres parlent par eux-mêmes. Rien à ajouter!

    • Faut-il rappeler que cette structure qui a rendu Montréal ingouvernable est encore une fois l’oeuvre de l’incompétence et de la duplicité du gouvernement de Jean Charest.

      En effet avec sa décision coupable de défusionner les villes de l’ile de Montréal pour plaire à sa base électorale anglophone ,il a porté un coup de poignard au coeur même de Montréal.

      La ridicule méga-structure hybride qui a suivie qui décentralise tous les services de proximité aux petits royaumes que sont devenus les arrondissements empêchent une vision globale de la gestion de la ville en multipliant les prises de décisions sans vision d’ensemble, le déneigement et les politiques ubuesques du maire du plateau Mont-Royal en ce qui concerne la circulation en étant les exemples les plus flagrants .

    • Un autre beau cadeau de Charest!! Avec ses pseudo defusion les montres a été créé. Le PLQ tu tranquillement Mtl a petit feux.

    • Constatation évidente mais genre de débat qui n`aboutit vraiment jamais ou tout le monde tire la couverte de son bord.

    • Une trentaine d’élu pour Montréal , un soixantaine pour la province et un douzaine pour la ville de Québec serait suffisant. l’abolition de toutes les commissions scolaire et un dégraissage majeur des régie régionale de santé pour débuté plus il y a d’élus plus c’est facile d’en trouver un a corrompe.

    • oups un S a mauvais place…. Le Monstre a été créé.

    • Elle a raison mais elle n’est pas au pouvoir. Gérald T. veut le statu quo.

    • Bonjour M. Boisvert

      Vrai. À Montréal, il ne devrait y avoir qu’un seul conseil municipal avec moins de conseillers, un seul maire, un véritable pouvoir de gouvernement (pas une “chaaaarte” municipale)…

      Ah oui, il manque deux choses:

      1- Un gouvernement du Qc qui soit favorable à Montréal
      2- et surtout: des HOMMES (au sens du latin «VIR») parce sans cette condition tout le reste ne sert à rien.


      Claude LaFrenière
      Qc city, Canada

    • Il faudrait aussi faire le ménage dans toutes les structures, organismes et paliers de décisions. Ça prendrait par exemple une seule société de transport pour gérer les transports commun dans la région de Montréal, pas seulement l’île. Mais je pense qu’on rêve en couleurs. Demander à des élus et à des fonctionnaires de se dégommer eux-même, ça relève de l’utopie.

    • Allez expliquer ça aux électeurs non francophones. Ils vous donneront raison jusqu’à ce qu’ils apprennent que ça vient de Mme Harel, une méchante séparatiste. Le commentaire suivant de felicio_de_parma sur le blogue de M. Lagacé, au lendemain des dernières élections, en est la meilleure preuve:

      “J’ai voté pour Tremblay et je suis satisfait de sa victoire !

      Il était le seul candidat compétant et cela, malgré les scandales du passé !

      Louise Harel ne pouvait être mairesse, à cause de son passé dans le PQ !”

    • Je serais ben curieux de savoir combien ça génère en compte de dépenses!

    • @sebarpin: svp, soignez votre langue. 8 fautes sur 23 mots. C’est déprimant.

    • Trop d’elus, trop de bureaucratie, c’est tout de Montreal qui devrait etre revu. Madame Harel devrait se garder une petite gene car elle a grandement contribue a la tour de babel qu’est cette ville-la… quand les pequistes ont reve de faire Paris a Montreal.

    • Merci à M.Charest qui a accepté de défigurer montréal pour prendre le pouvoir.

    • tous ces parasites et leur cour qui sucent des fonds publiques

    • @j.c.virgil – 27 septembre 2011 – 10h59 et
      @sebarpin – 27 septembre 2011 – 11h01
      Vous avez bien raison vous deux! Encore Charest derrière tout cet imbroglio avec la gouvernance de Montréal et le nombre d’élus. Après la fin de sa carrière en politique, on ne va se rappeler de M. Charest que pour ses mauvais coups. Quelqu’un qui ne gouverne pas pour les intérêts supérieurs des Québécois et des Montréalais, mais uniquement en fonction de son nombril :-). Dieu que j’ai de la voir disparaître de la vie politique au Québec.

    • moi je dirait ceci:payer les caves!payer pour tous ces fonctionnaires ,payer pour les cols bleus ,payer pour leurs caisses de retraites,payer leurs cotisations syndicales ,payer et fermer vous la trappe .

    • … Mais Gérald Tremblay et son parti trouvent que tout va très bien. …

      En tout cas, présentement au Québec avec le maire Tremblay à Montréal, Labeaume à Québec et Jean Charest comme premier ministre, je ne peux concevoir comment on pourrait trouver pire. Tu prends trois individu(e)s au hasard sur la rue Ste-Catherine à Montréal et tu les places dans ces postes et il est assuré que nous serions en meilleure posture :-(.

    • C’est pas juste Montréal qui a trop d’élus, c’est la même chose à l’Assemblée Nationale, dans les commissions scolaires, etc. Nous sommes le peuple le plus gouverné de la terre, pas étonnant que tout marche mal. Mais vous pouvez être certains d’une chose: le nombre d’élus va augmenter, encore et encore et encore.

    • Respectons notre devise : Je me souviens que la fusion des villes de l’ile de Montréal avait été présenté à l’assemblé nationale dans les années quarante par T-D Bouchard député libéral, projet tourné en ridicule par Maurice Duplessis. Camillien Houde avait répété le slogan : ”Une ile, une ville” Ce qui n’avait pas fonctionné non plus. Toutefois Lucien ”le lucide” Bouchard l’a imposé via sa ministre des affaires municipales Louise Harel. John James et sa bande ont promis de défusionner les villes qui en ferait la demande (tout pour gagner une élection), devant l’abondance de demandes (surtout à cause des augmentations faramineuses de coût) John James et sa bande ont décidé de faire ”patienter” le cochon de payeur de taxes. Alors, Gerry (ancien ministre libéral) a sa gang d’échevins devenus maire d’arrondissement (avec tous les bénéfices marginaux) en place et tous s’engraissent aux frais du même cochon de payeur de taxes, qui de toutes façons fermera sa g…..,
      cou don le canadien fa ti les séries s’tannée ? Me semble que ça sent les coupes! (de 700 à 800 millions )

    • Il suffit de payer l’eau qu’on boit et l’air qu’on respire pour s’offrir des élus mur à mur.

    • Allo la planète Montréal! Ca fait au moins 10 ans que l’ADQ et la radio-poubelle disent ca.
      Idem pour le Québec avec ses 125 députés (qu’on voulait gonfler à128!) contre 106 en Ontario

      Même une horloge arrêtée donne l’heure juste de temps en temps. Y.B.

    • Madeleine de Verchères ayant comme par miracle réussi à échapper à ces vulgaires téteux de petits joints, elle passa malheureusement de Charbyde en Scylla après avoir épousé le Sieur Torrieu du Tonneau de la Pérade, une sorte de fou braque qui passait le plus clair de son temps à instituer des procès contre ses censitaires et ses voisins pour se donner de l’importance.

      Chipotant sur une poule disparue par ici, ou quoi d’autre encore de fins renards retournés dans la nature sans le cens, Madeleine finit même par y prendre goût elle aussi après la disparition fort libératrice de son radoteux de mari; et trop heureuse de composer de petites chansonnettes grivoises sur les curés et les politiciens après un autre bon pot de trop, elle finit ses jours elle aussi en demandant des enquêtes publiques sur tout et presque rien, le 1/3 du greffe de Montéral étant même encombré de ses suppliques et de ses pétitions à son décès.

      Le bon peuple et ses censitaires fêtèrent l’événement avec un autre bon pot, à commencer par M. le Curé, qui se servit de l’exemple de Madeleine et de ses petits jupons de laine pour démontrer hors de tout doute à ses ouailles que la vie continuait bel et bien d’exister après la mort malgré tout….

    • Diviser pour mieux règner…

    • Un cadre ne se met pas lui-même à la porte et ne met pas d’autres cadre à la porte…. Au lieu de couper dans les cadres, les cadres coupent sous-eux…

      Tant que Tremblay seras la, il y en auras de plus en plus….. Et Tremblay seras la tant que les anglophones méprisseront Harel ….

    • Only in Qwebec. Société distincte oblige.

    • L’Île de Montréal, le gouvernement du Québec, le gouvernement du Canada on aime ça quand c’est BIG.

    • Merci à John James Charest pour ce bordel….encore une fois. Et dire que tout ce bordel était pour s’assurer du vote des villes anglophones de l’ouest de l’ile et de les conforter dans leur racisme envers la nation francophone. Beau gâchi idéologique dont les payeurs de taxes font les frais.

      “Le PLQ tu tranquillement Mtl a petit feux.”

      C’est exactement ce que John James Charest, Mr Canada lui-même, est venu faire au Québec.

      Parlant de racisme, ça vous excite d’écrire “John James”? Ça fait anglophobe, ça, non? Qu’est-ce qu’on a à cirer de la langue de ses parents? Et s’il s’appelait Smith, ça vous ferait faire une syncope? 2. Allez voir à Boucherville, Saint-Bruno, Saint-Lambert, Brossard, et vous verrez que de bons Canadiens français catholiques étaient en train de délirer à propos des fusions, tout autant qu’à Westmount. Y.B.

    • 19 conseillers d’arrondissement + 1 maire = 20 élus

    • Je veux bien croire que Jean Charest a des défauts mais T…….c’était la Marie-Madeleine de Harel qui a contre ventsssssssssss et maréessssssssss modifié la structure de Montréal lorsqu’elle était au Ministère des affaires municipales…et elle s’en plaint aujourd’hui. Docteur Love scalpel s’il vous plait.

      Sans doute, mais le modèle kaléidoscopique n’est pas son oeuvre. Y.B.

    • Pas deux, mais trois fois trop d’élu. En effet on devrait parler de structure, non seulement à Montréal mais à Québec ou Montréal devrait avoir un statut prévilégié afin de pouvoir rayonner et en faire profiter tous les Québecois.

    • et ca c’est juste le municipal ! si on rajoute le nombre de députés au provincial et au fédéral sur l’ile de Montréal, ca fait combien d’élus en tout ?

      enfin un domaine pour lequel Montréal serait toujours dans l’élite mondiale !! malheureusement, c’est le ratio élus/citoyen….

    • Madame Harel a du front tout l’tour de la tete! Les maudites fusions, c’est elle et le PQ. Fallait faire comme les Francais avec les arrondissements! On se retrouve avec des conseils municipaux dans tous les arrondissements. Ca nous coute un bras et ca marche tout croche! Et que dire du nombre de cols bleus! C’est pas pour rien que Montreal s’en va a la banqueroute! Madame Harel devrait avoir l’intelligence de se taire…on ne lance pas des roches quand on demeure dans une maison de verre!

    • ‘ça vous excite d’écrire “John James”? ”

      Ça m’en prend plus que ça pour m’exciter. John James Charest, n’est-ce pas son VRAI nom??? En quoi appeller quelqu’un par son véritable nom est raciste??? Je ne vous comprends pas là…

      “Allez voir à Boucherville, Saint-Bruno, Saint-Lambert, Brossard, et vous verrez que de bons Canadiens français catholiques étaient en train de délirer à propos des fusions, tout autant qu’à Westmount. ”

      Ni boucherville, ni St-Bruno, ni St-Lambert, ni Brossard ne sont sur l’ile de Montréal. Je ne vois pas ce que ça vient faire avec les défusions et le nombre d’élus à Montréal. Ces villes n’avaient pas les mêmes motivations pour défendre leur défusion. Mais bon, c’est un autre débat.

    • Un jour, chaque travailleur aura trois fonctionnaires pour le diriger. Il n’aura qu’a attendre qu’ils se mettent d’accord.

    • @syl20_65 :

      Vraiment ennuyant et surtout ridicule l’utilisation de ce surnom à Jean Charest qui sort de votre imaginaire….Pourriez-vous svp nous l’épargner sur le blogue?

    • OK c’est peut-être son vrai nom, mais revenez-en un peu…

    • Décidément dans cette histoire administrative de notre Métropole, il faut se rappeler le gâchis des Péquisses et le regâchis de Jean Charest. J’ajouterai d’emblée l’immaturité des citoyens de certaines villes qui ne veulent pas comprendre qu’un processus de fusions bien harmonisées est l’assurance d’une belle prospérité à venir. Hélas, la maturité citoyenne au Québec n’a pas encore atteint le niveau d’un rez-de-chaussé, disons qu’elle se situe au niveau terrasse qui n’est au fond qu’un vulgaire sous-sol plus ou moins éclairé.
      Gilles Pelletier, Québec

    • Mme Harel la marraine des fusions forcées ( loi 170) n’a pas de conseil a nous donner. Je lui suggère de songer à la retraitre. Et Tremblay , il est tout simplement éblouissant dans sa facon de gérer sa ville … Je me souviens à l’ époque M. Temblay disait que les fusions résoudrait les déficits récurrents à Montréal. Je n’ y ai jamais cru a l’ époque , c’est pour cette raison que je militais dans les comités contre les fusions. Bref, actuellement il trop de bureaucratie, (comme à Québec). Résultat, les CON tribuables continuent de payer toujours plus de taxes à chaque année. Je suis déménagé de l’Ile de Montréal et je m’en porte pas plus mal.

    • Une île une ville selon Louise Harel, Ministre des Aff. Mun. (PQ) :

      - 95 élus municipaux pour l’ensemble de l’île de Montréal.

      Une île plusieurs villes selon Jean-Marc Fournier, Ministre des Aff. Mun. (Libéral)
      - 103 élus pour la Ville de Montréal et ses Arrondissements
      - 107 élus pour les l’ensemble des villes défusionnées.

      Total pour le même territoire géographiqe : 210 élus

      210 versus 95 !!

      Il est là le kaléidoscope du Gouvernement Charest, le tout avec l’appui de Gérald Tremblay, qui représentait et représentent encore surtout les intérets des anciennes banlieues.

      Voilà l’univers bordelique dans lequel se retrouve Montréal.

    • puck,

      Pour ton information ces le projet de loi du PLQ qui a créé le monstre qu’est Montréal maintenant, si les chialeux du QC aurais laisser le PQ stabiliser les fusions au lieu de tout détruire tout de suite, la structure de Mtl serai très différente. Et en passant Toronto a fait des fusions aussi, bien avant Montreal!!! Et c’est bizarre à Toronto tout a bien été! quelque chialeux ces sur mais le résultat est très différent, a Toronto il y a moins d’élus donc une économie de coûts annuel et aussi lors d’élection, alors qu’ici la structure imposer pour la pseudo défusion du PLQ n’a fait qu’un monstre de 103 élue qui gouverne la ville tout croche.

    • C’est à cause de charest que c’est inefficace de même, rien ne va changer tant qu’il est là.
      C’est pas tant le nombre d’élus mais surtout les arrondissements semi-autonomes avec un duché autonome en plein milieu (Westmount) qui sont le problème.
      Ça ne changera pas. Esprit de cloché.

      En fait la ville de Montréal devrait comprendre la rive nord, Laval et la rive sud (NY c’est pas juste Manhattan).
      Mais ça n’arrivera pas parce que Montréal serait trop puissante et efficace.

    • On aime ça au Québec, la “structurite”… Et j’ai pas vu ça souvent une structure qui se “trucide”… Bonne chance mais j’pense pas que l’on voit ça de notre vivant…

    • Ça dépend. Si on remplace ces gens pour faire le même travail par des adjoints. On arrive à la même dépense sauf qu’ils ont été nommés, pas élus…

      L’un et l’autre a ses avantages. Ça dépend si on veut une structure organisationnelle le plus aplatie possible et si on veut une gestion autocratique ou démocratique.

      Ça me fait toujours rire les gens qui veulent la libarté mais qui défendent becs et ongles les systèmes qui frisent souvent la dictature. Mais bon, ce doit être un problème du genre obsessif-compulsif ou maniaco-dépressif ou autre.

    • @syl20_65.. Lorsque vous parler du premier ministre en l’appelant John James,vous faites pareil comme les gens qui appelle le president americain Barack Hussain pour le dénigrer,c’est d’une petitesse,enfin..tant qu’à Louise Harel,c’est la premiere fois qu’elle a raison,mais elle devrait vite revenir à la normale..

    • Il est dans la nature du socialisme de multiplier le nombre de paliers de gouvernements, de politiciens, de fonctionnaires…. Dans une province socialiste, sur le bord de la faillite , il est dans l’ordre des choses d’être mal administrée, pauvre, corrompue,surgouvernée (voir cas de la Grèce et de l’Italie). Il ne peut en être autrement. Ce qui me surprend c’est qu’il n’y ait pas 300 conseillers municipaux à Montréal. Pensez au nombre de diplômés en sciences politiques ou en droit de l’UQAM qu’on pourrait avoir de plus au conseil municipal de Montréal ! Voilà de la création d’emplois socialiste !

    • Faut savoir pourquoi elle dit ça, le gouvernement Charest survie parce que Montréal vote libéral, si il y a moins d’élu le PQ a plus de chance d’être élu.
      1+1 =2

    • @puck

      C’est un problème causé par les défusions botché par Charest, pas les fusions.

    • La création des arrondissements a eu des effets pervers en favorisant l’émergence de nouveaux “roitelets” qui gèrent sans se soucier de l’ensemble de l’agglomération. Ceci entraîne des disproportions dans les services rendus par les arrondissements, et pire, c’est qu’on ne sait plus qui est responsable de quoi. La confusion règne et profite aux roitelets qui ont le champ libre pour imposer leurs petits règlements qui foutent la pagaille, et qui rendent la ville ingouvernable. Les fusions avaient réglé la plupart des problèmes de disproportions. La promesse stupide de Jean Charest de “défusionner” a engendré la confusion actuelle, et ce, pour plaire à son électorat de l’ouest de Montréal. Quelle gestion à courte vue ! D’ailleurs Jean Charest ne gouverne pas le Québec, il gère le quotidien, sans vision d’avenir, et les amis du régime font la pluie et le beau temps dans ce merveilleux Québec qui ne s’en va nulle part.

    • “Les grandes villes américaines ont au maximum 51 élus: c’est bien sûr à New York, avec une population de 8,2 millions.

      La deuxième ville américaine, Los Angeles, n’en a que 15 pour une population de 3,8 millions. Ils sont cependant les mieux payés aux États-Unis: 178 000$ par année.

      Chicago (2,9 millions): 50 élus; Houston (2,3 millions): 11 élus; Phoenix (1,6 million): 9″. Et Montréal 103! Ingouvernable et inutilement coûteux.

    • À Yves Boisvert: “Parlant de racisme, ça vous excite d’écrire “John James”?” Bien répondu. Et au sujet de Louise Harel: “le modèle kaléidoscopique n’est pas son oeuvre.” C’est exact et il faut le rappeler.

    • @Puck et easyrider

      Votre partisanerie vous aveugle! C’est bien Charest qui a foutu le bordel en défusionnant et en permettant le système actuel…Continuez de voter libéral…on voit bien ce que ça donne.

    • Oui le Québec est distinct…

      Trop d’Élus au Municipal, Provincial, Fédéral, Ministère de la Santé, de l’Éducation et des Transports, Commissions scolaires, Cabinets d’Avocats, Études de Notaires, Comités de Parents d’élèves, Gestionnaires de centres d’Achats, Préposés aux bénéficiaires, Vendeurs d’autos des concessionnaires, Mécaniciens chez Canadian Tire, Poseux de Mufflers chez Monsieur Mufflers et finalement, trop de serveuses dans les Restos St-Hubert…

      Mais oui, c’est ça la Démocratie dans la Vie de tous et chacun… La liberté de choisir comment tout ce beau monde vont payer leur facture d’Hydro et de Bell….

      Si tout ce beau monde mentionné ci-haut tombe sans salaire…..et ben oui, on va l’avoir notre récession !!

      C’est t’y ça que vous voulez ??

    • Diminuer les zélus, et/ou augmenter les zélotes ?

      Zélotes : Les Zélotes (ou zélés, Qiniim en hébreu, de qina, jaloux, exclusif, sur la racine QYN, Caïn), sont les groupes qui combattent le pouvoir romain les armes à la main pendant la Première Guerre judéo-romaine. Leurs détracteurs de l’époque les appellent aussi les Galiléens. Révoltés au départ contre le recensement de Quirinius, qui permet l’impôt « par tête », ils se radicalisent et finissent par s’attaquer aussi bien à leurs compatriotes jugés timorés ou soupçonnés de collaborer avec les Romains, qu’aux païens qui – pensent-ils – souillent la Terre promise par leur seule présence. Les Zélotes constituaient un des courants du Judaïsme du premier siècle.

    • Une Île une ville, c’était pas si fou comme idée. Merci beaucoup PLQ pour votre beau travail encore un fois…

      Pierre Denis

    • au moins 3 ou 4 fois trop d’élus..

    • @syl20_65
      Anglos?
      Le premier gouvernement Lévesque était composé de personnes portant le patronyme de Johnson, O’Neil, Burns. Tous francophones de souche. Cessons donc la xénophobie; cessons de nous avaliser et de nous réduire au rang et au niveau de Don Cherry et autres crétins.

    • D’accord avec les commentaires de Kanaille, Gasston, Piedoq et Snowhite2.0. J’ajoute que le système de représentation du Québec est un exemple à ne pas faire tant au niveau provincial que municipal.

      Amen !

    • Trop d`élus à Montréal,trop d`élus dans toutes les villes du Québec,trop d`élus au gouvernement du Québec.Et honte aux conservateurs qui veulent augmenter le nombre d`élus fédéraux à 338.Et beaucoup trop de sénateurs à 105.Aux US,ils sont 310 millions,ils ont 100 sénateurs élus.

      On est surgouverné dans tout.En plus tous les gouvernements veulent réduire le nombre de fonctionnaires,mais pas le nombre d`élus.Ça là aucun sens.L`exemple doit venir d`en haut.En plus,moins de fonctionnaires=moins de gens à diriger,donc on est supposé d`avoir une diminution du nombre d`élus.

      Des bons nombres seraient 25 élus à Montréal,60 à Québec,200 à Ottawa.Et pas plus que 20 sénateurs,2 par provinces élus.Qu`on baisse le nombre d`élus et qu`on les payent mieux et qu`on engage plus de vérificateurs.

    • Oui et non! Trop d’arrondissement c’est certain. Pas un, de toutes façons, est nécessaire. Pour ce qui est des élus, je suis moins d’accord. A toronto, ils sont moins nombreux mais ce sont des fonctions comparables a un ministre….avec toutes les dépenses folles qui viennent avec! Je serais curieux de voir s’il y a même une économie. Montréal, est une dernière grande ville dont les conseillers ne sont pas tous des politiciens professionnels.
      Ici, on peut encore faire de la politique municipal a temps partiel. Dans l’état catastrophique actuel des choses, ça ne change rien, mais éventuellement, cette caractéristique sera une part importante du renouveau de Montréal.

    • -
      Les fusions- à l’époque- des petites villes de Laval: succès .
      celles de Toronto : succès.
      Montréal eLLongueuil : 2 fiascos
      ..non à cause des fusions mais des maudites défusions, l’argument de Charest aux élections: il n’a pas défusionné, il a “fucké ” le système ( excusez ce mot vulgaire mais représentatif)
      yves graton

    • Nous n’avions pas besoin de Madame Louise Harel pour nous faire prendre conscience du problème : c’est une vérité de La Palice. Il ne faut pas être grand clerc pour comprendre ça. Cette décentralisation à outrance n’assure pas la répartition équitable des services et des revenus entre les quartiers. Pourquoi des arrondissements ne déneigent-ils pas la fin de semaine? Pourquoi y a-t-il des arrondissements plus riches alors que d’autres gèrent de peine et de misère?

      Pour comble de malheur, Jean Charest s’est fait du capital politique en 2003 en promettant des référendums «démocratiques» sur le sujet. Là encore, il ne fallait pas être docteur en sciences politiques pour prévoir que les Anglos du West Island voteraient pour la récupération de leur ville.

      Quant à moi, je prône la fondation d’un nouveau parti politique qui s’engagerait à abolir les mairies de quartier et qui imposerait un nombre de conseillers proportionnel à la taille de Montréal.

      La fusion des municipalités à Laval ne s’est pas faite spontanément et sans douleur : c’est le temps qui a fini par arranger les choses. Et il semble que le grand Toronto coûte cher à administrer.
      N’oublions pas que Louise Harel, alias Mère Teresa, a imposé les fusions en 2001 de façon managériale, sans véritable consultation. Les économies d’échelle promises ne se sont pas réalisées.

    • Malgré tous ses défauts, Régis Labeaume a au moins eu le courage de mettre la hache dans le système en 2008 : réduire le nombre d’arrondissements de 8 à 6 et le nombre de conseillers de 37 à 27… Personne n’est mort et la ville ne s’en porte que mieux…

    • Moi dans l’article c’est l’opinion de Marvin Rotrand que je trouve intéressante…

      Pour le nombre d’élus ? Je ne peux pas y voir le lien aussi évident entre les coûts. Deux fois trop ? Je sais pas… Mais peut-être au moins deux de trop présentement : Gérald Tremblay et Louise Harel. LOL

    • ‘Une île une ville selon Louise Harel, Ministre des Aff. Mun. (PQ)’

      Oubliez-vous d’autres personnes? Le maire Bourque, le premier ministre Bouchard?
      Depuis quand une(e) ministre peutil (elle) se passer de l’approbation de son premier ministre? Celui-ci prend la décision finale.

      Et s.v.p. à tous les emm… professionnels qui n’ont qu’une idée qu’ils déclinent à tous modes et à tous les temps, pourriez-vous épargner ceux qui ont quelque chose à dire?
      À tous les défenseurs de tout et de rien, s.v.p. le faire dans un français CORRECT.

    • Correction:
      peut-il (elle).

    • @ easyrider

      Je rappellerai que Mme Harel à appliquer au Québec ce que toutes les provinces dignes de ce nom et les États américains ont fait: fusionner les villes. Mme Harel a essayé d’implanter une réelle vision d’avenir en éliminant les “roitelets” de Ste-Anne-de-Bellevue, Pointe-Claire, Westmount, Ville-Mont-Royal etc. En quoi ville Mont-Royal a une réalité si différente de certains quartiers d’Outremont?!?!? Une île, une ville était simple et efficace. En Ontario, ils ont fusionné avec succès Toronto et Ottawa.

      @kanaille

      Avoir moins de députés au provincial, qu’au fédéral, ça ne fait pas sérieux. Oui, 125 c’est trop, mais moins de 100, le député n’aurait pas le temps de rencontrer ces citoyens. Avez-vous idée de la charge de travail d’un député?

    • @casse-noisette

      Comment réaliser des économies d’échelle quand, en 2 ans, le nouveau gouvernement en place (Charest) est venu foutre le bordel dans ce qui se construisait? Évaluer le travail des fusions sur moins de 2 ans, c’est, à mon sens, être de très mauvaise foi! Les villes “Harel”, les vraies, fonctionnent très bien: Trois-Rivières, Saguenay, Québec et Gatineau. Le bordel est pris là où il y a eu des défusions grâce aux Libéraux: à Longueuil et Montréal, deux des quatres plus grandes villes du Québec. Bravo M. Charest.

      Je ne vois pas comment on peut blâmer Mme Harel. Sur 10 ans, les fusions qui sont restées intactes, fonctionnent relativement bien. Admettez-le au moins!

    • @ jackwood

      Sur quoi vous basez-vous pour appliquer les chiffres? Au premier coup d’oeil, ça ressemble à des chiffres lancer en l’air! Le Sénat a une fonction symbolique. On devrait l’abolir, mais l’Ouest et Harper ont peur. Aux USA, les sénateurs sont élus. Il y a aussi, 435 représentants. Il y a des gouverneurs pour chaque État. on vote pour le shérif, pour le “district attorney”, bref, on a possiblement encore plus d’élus per capita!

    • On ne parle pas de Charest ici, on ne parle pas du Qc. On parle de Mtl. On peut s’en tenir s.v.p.?

      Rien à rajouter à vos propos M. Boisvert, tout est dit et ça tombe sous le sens!
      La ville est ingérable avec 19 maires pas tous de même allégeance. C’est l’anarchie et il est temps que ça change!

    • Les potentats locaux vont résister. Ils vont lever une armée de partisans pour lutter contre l’assimilation. Demander des référendums, déchiré leur chemises sur la place publique.

      Cela ne vous rappelle pas quelque chose ? Louise Harel était ministre responsable de la réforme municipale à l’époque.

    • Comme dans le cas de la construction, il y a ici également tout un «système» dans lequel trop d’intérêts sont en jeu…

      Au fait, où en est rendu le ministre Laurent Lessard des Affaires municipales et sa prétendue «mise en tutelle» de l’administration Tremblay???

    • Le premier geste du prochain gouvernement ne devrait pas être de déclencher une commissio d’enquête publique, mais bien de mettre Montréal sous tutelle dans les jours qui suivent la passation des pouvoirs. Et de faire le ménage.

    • Je ne comprends pas le “bitchage” à propos du nom ‘John James’ Charest. C’est son vrai nom. Il se trouve que Jean est son surnom.

      @ jackwood Ça là aucun sens? Vous voulez dire: ça N’A aucun sens.

      @ americanophile Votre allusion au socialisme est en plein dans le mille. C’est aussi ce que je dis à tout ceux qui veulent bien l’entendre.

      Au Québec, nous avons un gouvernemaman!

    • C’est le carré de la bureaucratie… 2 fois trop d’élus = 4 fois moins de rendement.

    • “de ce surnom à Jean Charest qui sort de votre imaginaire….”

      Surnom? Deuh!!!! John James est plutôt son vrai prénom. Je ne vois pas ce qu’il y a de répréhensible à appeller quelqu’un par son vrai nom. Si John James Charest veut jouer l’hypocrite en changeant son nom, je n’en suis pas. L’hypocrisie, c’est pas mon fort. Désolé!

    • @casse-noisette

      Un des objectifs de Louise Harel lors des fusions était de mieux répartir la richesse.

      Partant du principe que ceux qui vivent sur le territoire de l’Île de Montréal utilisent plus ou moins les mêmes services et les mêmes infrastructures il était normal qu’ils en assument équitablement le coût par une évaluation foncière uniforme et des taux de taxes ainsi qu’une tarifiction identiques pour les services reçus.

      Hélas, voilà un autre effet pervers des défusions. Les arrondissements ont obtenu un pouvoir de taxation.

      Terminé le principe de la répartition équitable de la richesse.

      Permettre les défusions fut une erreur monumentale dont nous payons encore le prix. Certains diront que les fusions forcés fut une erreur.

      Soit mais on ne répare pas une erreur par une autre encore plus énorme et on ne justifie jamais ses propores erreurs par celles des autres.

    • …et tout cela est le résultat d’un malheureux compromis de la part du premier-ministre du Québec.

    • En général, ceux qui se pensent bien fins avec leurs John James sont des péquistes retraités à barbe blanche, les péquistes de 1ère génération (et la cohorte la plus abondante), anglophobe et antisémite.

    • @domi1234
      Ou le Q.I. d’une réunion = Q.I. moyen des gens en présence divisé par le nombre de gens en présence.

    • “Deuh!!!! John James est plutôt son vrai prénom. Je ne vois pas ce qu’il y a de répréhensible à appeller quelqu’un par son vrai nom.”

      Ne jouez pas au plus fin. Vous l’appelez “par son vrai nom” uniquement pour le mépriser et vous le savez très bien. Et utiliser un autre nom dans la vie de tous les jours, ce n’est pas de l’hypocrisie. Apprenez un peu la définition de ce mot avant de raconter n’importe quoi. Et surtout, relisez le commentaire de M. Boisvert qu’il vous a fait à ce sujet et méditez un peu là-dessus.

    • @nininou

      Les villes sont des créatures des provinces. La multiplication des élus à Montréal est DIRECTEMENT lié aux défusions du gouvernement Charest. Il est donc impossible de ne pas parler de Québec et du gouvernement Charest, ne vous en déplaise!

    • Je suis totalement d’accord qu’il y a trop d’élus à Montréal.
      Il ne faut pas oublier que se sont les élus qui créent la bureaucratie, pas les fonctionnaires.

      Si on veut dégraisser l’appareil municipal, il faudrait aussi s’interroger sur le nombre de patrons par rapport au nombre d’employés.

      J’aimerais bien que l’on confirme ( ou non ) ces chiffres: un patron a en moyenne 6 employés sous sa responsabilité….

      Et savez-vous qu’un patron à la Ville de Montréal ne décide de rien, il reçoit ses ordres du politique et rien d’autre. Il doit obéir pour garder son poste, sinon, il sera tabletté comme beaucoup d’autres.
      Alors à quoi sert son expertise si ce n’est pas lui qui décide ?

      Et les fusions……..échec total mais les élus ne veullent pas l’admettre car ils savent très bien qu’ils perdront la face et toute crédibilité.
      En connaissez-vous beaucoup de politiciens qui admettent leurs erreurs….??
      On nous avait dit qu’il y avait de grosses économies à faire en fusionnant.
      On a plutôt créé plusieurs petits royaumes qui nous coûtent une fortune sans parler des chicanes que ça entraine.

      Pour ne pas trop augmenter les taxes, on va couper 1000 postes d’ici deux ans plutôt que de changer la structure. S’il y a des postes inutiles, on ne devrait pas attendre qu’il y en ait 1000 avant de réagir.

      On ne vise pas la bonne cible mais les contribuables vont être ( en parti )satisfaits car on va couper le nombre de fonctionnaires, ceux et celles qui donnent le service à la population. Mais on n’a rien réglé à long terme, on retarde tout simplement la solution véritable qu’ils n’ont pas le courage de prendre.

      Montréal est une ville qui s’enlise dans la médiocrité et ce depuis déjà trop longtemps.

    • Et M. Boisvert, comment expliquez-vous ce particularisme tout Québécois ?

      Il s’explique au municipal par l’histoire des fusions-défusions et les compromis politiques qui ont suivi. Au niveau de l’Assemblée nationale, il y a tout de même un aspect territorial. Mais “tous” ces particularismes? Je ne me lancerais pas dans une charge sociologique, toutes les sociétés ont les leurs, comme vous savez. Y.B.

    • Montréal = snobisme

      Québec = pas mieux

      Bataille pour qui sera le plus gros.

      Ce ne sera pas drôle quand leur balloune va péter.

      Nous les petites villes heureuses, ne nous embarquez pas dans votre merde en faisant augmenter nos taxes et impôts pour contenter votre ego!

    • Bonjour,
      Une maudite chance que la belle province se gargarise avec autant d’élus, Monsieur Yves Boisvert ! Ainsi, par ce savant calcul, cela permet à une pléthore de nationalistes québécois de grimper sur le strapontin dans l’échelle des salaires en se faisant élire à des postes clé.
      En terminant, cette méthode permet de rehausser l’estime de soi du restant de nationalistes qui voient enfin en ces élus aux salaires mirobolants un signe salvateur de québécois nationalistes qui ont bien réussi dans la vie en se promenant les poches pleines. Car la très grande majorité du temps, un nationaliste québécois qui devient millionnaire y est parvenu en gagnant son pactole avec les gratteux et Loto Québec….. Bien à vous, John Bull.

    • Monsieur Boisvert , vous ecrivez que Montreal est ingouvernable…..depuis la mort de Drapeau cette ile est ingouvernable, de toute facon au train ou vont les chose, la province est ingouvernable…… oupssssssss j’oubliais nous avons notre Dick Cheney a nous a la tete du royaume de la magouille….

    • Dans Le Soleil de ce jeudi 29 septembre : La ville de Québec veut réduire le nombre de districts électoraux de 27 à 21 (Il avait été réduit de 37 à 27 pour les élections de 2009).

    • Absurde?

      Plus absurde que ça, c’est la réponse du Maire Tremblay, “Mais non, ça fonctionne bien comme ça.”

      Francine Dozois, Montréal

    • @kanaille
      27 septembre 2011
      11h03

      J’espère que le cri du coeur vous a fait du bien. Même si ça ressemble plûtôt à un rebâchage de lieux communs couramment rencontrés dans les blogues et dans le discours populaire. Je suis prêt à parier que vous seriez bien en peine de fournir un rationnel cohérent et documenté venant appuyer vos dires. Le gras dont vous bardez les «régies régionales de santé» tient davantage du mythe que de la réalité. En passant, les «régies régionales» n’existent plus depuis l’adoption de la loi modifiant la Loi sur les services de santé et des services sociaux (2005) créant les agences de santé et des services sociaux. Une petite mise à jour ne ferait pas de mal. Question de crédibilité.

    • N’empêche qu’elle était ministre des Affaires municipales et qu’elle a créé ce monstre elle-même.

      Les changements liés au défusions ne sont pas la cause du problème mais bien une conséquence.

    • M. Boisvert, je ne comprend pas cet espèce d’acharnement sur le nombre d’élus à Montréal. Il me semble que la base de la démocratie soit l’élection de réprésentants, non pas son contraire. Élire des conseillers que l’on ne rencontrerait jamais, comme les députés provinciaux et fédéraux, n’est pas, pour moi, un pas par en avant, mais en arrière.

      Montréal est ingouvernable et l’a toujours été. Qui peut me dire aujourd’hui que les problèmes de Montréal datent des fusions et/ou défusions. Ce serait-là faire un sérieux pied-de-nez à l’histoire.

      Louise Harel n’a rien inventé avec ses fusions forcées, pas plus qu’elle n’a solutionné quoi que ce soit pour Montréal. Voyez la preuve aujourd’hui. Le problème n’était pas là à l’origine. Qu’il y ait 100 ou 125 conseillers à Montréal ne changent rien pour la grande Ville, mais imaginez un instant des conseils municipaux de 2 ou 3 ou 5 conseillers dans les villes défusionnées.

      Et, SVP, cessez de sortir l’arguement économique pour justifier une telle position. Harel et les fusionnistes faisaient miroiter des économiques d’échelle pour justifier les fusions. En lieu et place, les villes fusionnées comme les défusionnées coûtent aujourd’hui plus chères à faire fonctionner et à administrer. Plus c’est gros, moins c’est efficace!!!

      Avec plus d’élus, l’on a plus de chance d’en avoir des honnêtes dans le lot…

    • “…C’est toujours celui qui crie le plus fort qui a pondu…” !!

      Les conneries et malheurs reliés aux fusions des Villes proviennent de Louise Harel…

      En 2011, pourquoi s’étonner d’entendre la Harel s’époumoner devant tant d’Élus au Municipal ??

      Franchement, elle (Harel) aurait du y penser 2 fois avant de déposer ce projet de fusion à la con !

    • Combien d’élus à Paris ?

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Mairie_de_Paris

      517 ?

      Et je ne suis pas nécessairement d’accord que c’est le nombre d’élus qui créent la bureaucratie, par contre, lorsqu’on parlait des fusions forcées… Et certains parlaient d’économie d’échelle, j’y ai jamais cru… Montréal était déjà trop bureaucratisée et Longueuil aussi remarquez… Alors les coûts ne pouvaient qu’augmenter…

      Et c’est la même chose pour la fusion des corps policiers… Moins de services pour plus de coûts. C’est cela la bureaucratie. Pas nécessairement la décentralisation et le nombre d’élus.

      Pour Montréal, je peux pas vous le dire… Je sais juste que pour la Rive-Sud, une ville comme Saint-Lambert était mieux avant… Pour Montréal, je dirais qu’Outremont aussi était mieux avant… Comme ville plutôt que comme arrondissement.

    • 303 élus pour Marseille…

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Marseille

      Combien au total à Lyon ?

      Pour moi, quand on a commencé à parler d’arrondissements pour Montréal c’est qu’on s’inspirait du modèle européen. Par contre, il semble avoir été mal adapté.

      Les lacunes de Montréal sont bien connues au niveau de l’administration. J’ai quand même peu de confiance en Louise Harel et ceux trop prompts à dénoncer les roitelets. Ce sont probablement des centralisateurs encore plus bureaucrates.

      En tous les cas, bonne chance à Montréal et on va rester en banlieue pour notre part. On constate juste nous que la police semblait mieux connaître son secteur avant cette fusion là…

      Moins de chefs de police et pourtant beaucoup plus de bureaucratie…

    • Montréal devrait devenir une simple Principauté autonome dans un grand marché commun tout comme le Luxembourg et il n’y aurait plus des pôblèmes.

    • Les fusions devaient faire économiser de l’argent… Notre histoire démontre clairement le contraire! Nous avons une maison de ville construite à cheval entre Pierrefonds et Dollard-des-Ormeaux. Au début, nous payions les taxes aux deux municipalités, au prorata de la valeur de la maison dans chacune d’elles. Pierrefonds récoltait environ 90%. Avec les fusions, puis les défusions, nous avons reçu pendant quelques années trois comptes de taxe! Finalement, après une quinzaine d’années, les villes ont réalisé l’imbécillité de la chose et ont convenu que la totalité de notre syndicat de condos serait à DdO (défusionnée). Nous avons donc eu la surprise de recevoir un compte de taxes de quelques milliers de $$$ de DdO. Belle surprise à quelques jours de Noël! La ville nous a alors expliqué que nous recevrions sous peu un chèque de remboursement de la Ville de Montréal, arr. Pierrefonds, en remboursement. Nous avons effectivement reçu ce chèque et après avoir payé notre compte, nous avons constaté que les taxes nous coûtaient 500$ de moins par année! Et pourtant, DdO offre à ces citoyens des services que ceux de Pierrefonds n’ont pas (piscines intérieures, salles de réunions gratuites, …) Les fusions pour des économies? Laissez-moi rire!

    • @mattgilles et goldwinger

      Tant qu’à dire des âneries, épargnez-nous. Je vous invite à lire ” le_piano_ivre, 27 septembre 2011 : 15h28″.

      “Une île une ville selon Louise Harel, Ministre des Aff. Mun. (PQ) :

      - 95 élus municipaux pour l’ensemble de l’île de Montréal.

      Une île plusieurs villes selon Jean-Marc Fournier, Ministre des Aff. Mun. (Libéral)
      - 103 élus pour la Ville de Montréal et ses Arrondissements
      - 107 élus pour les l’ensemble des villes défusionnées.

      Total pour le même territoire géographiqe : 210 élus

      210 versus 95 !! ”

      En quoi Louise Harel est responsable du monstre ?

    • @sideup

      Ce n’est pas qu’à vue de nez Ville Mont-Royal soit tellement différente d’Outremont. C’est plutôt qu’en comparaison de Montréal et de ses quartiers, y compris Outremont, la ville est bien gérée, les services offerts aux citoyens sont excellents, les infrastructures sont bien entretenues. Se coller à Montréal équivaudrait à accepter une moins bonne gestion tous dossiers confondus, une diminution de la qualité des services et un entretien douteux des routes et autres infrastructures. Qui diable pourrait désirer revoir la qualité des services – offerts ou reçus – à la baisse?! C’est le cas pour plusieurs villes de l’ouest de l’île, aussi : pas envie de voir Montréal s’ingérer dans leurs dossiers, enfin pas plus que nécessaire. On peut difficilement les blâmer, considérant que loin d’y gagner quoi que ce soit, au contraire elles y perdraient au change. Rien de sorcier là-dedans.

      Quant à savoir si Montréal possède trop d’élus, elle en possède au moins un de trop, deux si on compte son frère.

    • Trop d’élus sûrement mais personne qui se questionne vraiment sur ce qui se passe à Hampstead actuellement.

      Que la nouvelle vienne de TVA ou d’ailleurs, le sujet mérite d’être discuté. Qu’attendez-vous pour le faire?

      Il se passe aussi des choses à Lavaltrie et en Somalie. Y.B.

    • @Y.B.

      Bien d’accord avec vous mais ce n’est pas une raison pour ne pas se questionner sur le phénomène.

      Une réflexion de ma fille la semaine dernière m’a fait tiquer. Elle m’a dit que, dans le métro, c’était maintenant elle la minorité visible.

      Hampstead est une ville dans la ville avec des élus parmi les élus. Et parmi ces élus, les Élus semblent avoir formé une sorte de ghetto avec ses propres lois.

      Quelle loi s’applique dans ce cas? Quel est l’élu responsable de la loi?

      Insupportable et ingouvernable? Et comment! Un maire suffirait et des représentants de quartiers comme dans le bon vieux temps. Sortez-moi ces “arrondissements” à la parisienne. Qu’on s’affranchisse une fois pour toutes et de la France et de l’Angleterre pour être enfin nous-mêmes.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    septembre 2011
    L Ma Me J V S D
    « août   oct »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    2627282930  
  • Archives

  • publicité