Yves Boisvert

Archive, juin 2011

Dimanche 19 juin 2011 | Mise en ligne à 22h44 | Commenter Commentaires (29)

Pierre Lavoie un après-midi de fête des Pères

57140_110617_lq1mh_pierre_lavoie_defi_8

(photo Vicky Boutin, Radio-Canada)

Il était dans les 17h et je m’en allais regagner en joggant le pont Jacques-Cartier, dans la très abrupte montée de l’île Sainte-Hélène.

Je voyais ces voitures en enfilade… Tu parles, un bouchon le dimanche après-midi dans l’île Sainte-Hélène…

En arrivant près du pont, je comprends ce qui se passe: les mille cyclistes du Grand défi Pierre Lavoie entrent dans l’île.

Ils viennent de rouler 1152 km en 57 heures.

Si vous avez des enfants au primaire, peut-être ont-ils participé à leur manière à ce défi, en accumulant des heures d’activité physique.

En cette fin d’après-midi, ils étaient beaux à voir arriver, à la fin de ces trois jours. Mille cyclistes souriants qui roulent en peloton dans le silence, c’est assez impressionnant.

Pourquoi roulent-ils, déjà?

Pour amasser des fonds pour la recherche sur les maladies orphelines (des maladies rares, souvent mortelles, qui touchent peu de gens, mais de manière fulgurante).

Pour encourager l’activité physique aussi.

Au cas où vous l’ignoreriez, Pierre Lavoie, un ex-fumeur qui pensait n’avoir aucune aptitude athlétique particulière, a remporté trois fois l’Ironman d’Hawaï dans sa catégorie d’âge, qui est l’événement le plus prestigieux de cette série.

Toujours est-il qu’en voyant défiler ces mille cyclistes qui venaient de rouler 1000 km, j’ai eu une pensée pour cet homme, qui a perdu deux de ses quatre enfants, morts de l’acidose lactique.

Il y a des gens qui font des choses incroyables au milieu de leur douleur.

Je suis arrivé sur le pont, en route vers ma famille, et tandis que je tournais le dos à cet interminable peloton qui descendait vers l’arrivée, j’avais quelques frissons.

Bonne fête des pères, Monsieur Lavoie.

Lire les commentaires (29)  |  Commenter cet article






Jeudi 16 juin 2011 | Mise en ligne à 23h31 | Commenter Commentaires (73)

Gary Bettman unit le Canada

Photo Getty Images

Photo Getty Images

Vancouver a nettement battu tous les records montréalais, question émeutes.

Ce qu’il y a de curieux, c’est qu’à Montréal, il y a des émeutes lors des victoires, tandis qu’à Vancouver, c’est lors des défaites qu’ils brûlent des voitures de police.

Y a-t-il un psy dans la salle?

En attendant une exploration convaincante de notre psyché nationale, j’observe ces quelques faits anecdotiques…

Les faits anecdotiques cachent de grandes vérités, disait Plutarque, le biographe le plus influent des 1500 dernières années.

Enfin, il ne disait pas ça comme ça, mais c’est dans l’esprit.

Quelques faits, donc:

1. La Coupe Stanley n’a jamais été aussi minuscule qu’au bout des bras de Zdeno Chara.

2. Les partisans de Vancouver ont gracieusement applaudi les gagnants de la Coupe Stanley. Mais vraiment: Thomas, Chara, tous les Bruins. Les partisans sont restés presque tous jusqu’à la fin de la cérémonie. Chic.

3. Gary Bettman a été tellement hué qu’il a dû se mettre à parler très, très fort pour être entendu. En plus, lors de sa deuxième présentation, son micro ne fonctionnait pas… On n’entendait que les huées…

Huaient-ils en guise de protestation après cette amère défaite?

Pas du tout. Ils ont chaleureusement applaudi Chara…

Conclusion:

4. Bettman est détesté a mari usque ad mare. Cet homme à lui seul, ou plutôt la détestation de cet homme est un ferment de l’unité nationale canadienne égalé uniquement par Tim Horton.

Lire les commentaires (73)  |  Commenter cet article






Mercredi 15 juin 2011 | Mise en ligne à 15h49 | Commenter Commentaires (203)

À 246 km/h sur la 40

Photo TVA Nouvelles

Photo TVA Nouvelles

On en voit passer quelques fois par les beaux jours d’été…

On roule à 110, 119… Et elles passent comme des fusées.

À quelle vitesse peuvent-ils aller?

Dans le cas qui nous occupe, un motocycliste a été intercepté à 246 km/h sur l’autoroute 40, près de Québec.

Le conducteur, Manuel Synnott, a plaidé au juge l’erreur sur la personne: il roulait à 110, et s’est fait dépasser par un fou du volant, que le policier de la SQ aura confondu.

Il a été acquitté de conduite à 246 km/h et déclaré coupable d’avoir dépassé la limite de 10 km/h.

Ça fait une légère différence, puisque l’amende est de 35$… au lieu de 1770$ (selon les nouvelles normes)!

Le Directeur des poursuites criminelles et pénales a porté l’affaire en appel.

La semaine dernière, la juge Louise Moreau a cassé ce jugement et déclaré Synnott coupable de conduite à 246.

Le jugement d’acquittement était déraisonnable au regard de la preuve. Le policier a décrit très précisément la moto de l’accusé, l’a suivie, interceptée (elle avait été ralentie par la circulation). C’est à celui qui conteste les résultats d’un radar de présenter une preuve contraire. Ce que l’accusé n’a pas fait.

Il fait beau et les amateurs de “racers” n’en peuvent plus d’attendre de tester leur engin.

Mais 246???

Me semble qu’en haut de 200, faut avoir confiance en soi et dans le ministère des Transports…

Sans compter la vie des autres…

Chaque année, la vitesse tue 245 personnes et en blesse 11 000 autres.

Si ça ne vous convainc pas, peut-être est-il utile de consulter les amendes prévues dans cette brochure de la SAAQ.

Il y en a qui se scandalisent ensuite des primes d’assurance des motocyclistes “sportifs”.

Lire les commentaires (203)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    janvier 2012
    L Ma Me J V S D
    « déc   fév »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Archives

  • publicité