Yves Boisvert

Yves Boisvert - Auteur
  • Yves Boisvert

    Yves Boisvert est chroniqueur à La Presse depuis 2000, après avoir été chroniqueur judiciaire pendant 10 ans.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 25 mai 2011 | Mise en ligne à 11h22 | Commenter Commentaires (83)

    Le salaire des procureurs

    Pendant la grève, palais de Montréal (photo PC)

    Pendant la grève, palais de Montréal (photo PC)

    La grève des procureurs aux poursuites criminelles et pénales du Québec, à peu près les moins bien payés au Canada, a mis en lumière un problème qui existe dans plusieurs pays occidentaux: le manque de compétitivité et d’attrait des emplois de professionnels dans les agences de l’État.

    Au Royaume-Uni, on vit le même problème.

    Le directeur du Serious Fraud Office, ou Bureau des fraudes sérieuses (quelle appellation suave, tout de même) disait en fin de semaine au Financial Times qu’il faudrait hausser le salaire de ses employés de 50%. Rien que ça!

    Pourquoi?

    Parce qu’il n’arrive pas à retenir les meilleurs enquêteurs et procureurs, systématiquement débauchés par les grandes firmes d’avocats ou de comptables… ou par les agences réglementaires de l’État.

    Les Angais ont en effet haussé substantiellement le salaire des employés des agences de surveillance du monde financier, qui se faisaient piquer leurs meilleurs candidats par le privé.

    Maintenant, le SFO vit le même problème, et réclame la même solution…

    Le SFO s’occupe des fraudes et des crimes de corruption de grande envergure (plus d’un million de livres), avec un certain aspect internationale ou touchant à la criminalité organisée.

    On devine que les enjeux sont importants, les enquêtes complexes et la pression gigantesque.

    Pendant ce temps au Québec, on se demande toujours qui voudra bien postuler comme procureur à la nouvelle Unité permanente anticorruption, un outil fort intéressant… Mais qui aura besoin de recrues de haute qualité.

    C’est en fait toute la profession de procureur de l’État qui est en ce moment démoralisée au Québec, malgré quelques tentatives louables d’encouragements financiers.

    Ça n’arrive pas seulement ici, mais disons qu’on est dans une sorte de creux…


    • Et ils gagnent combien en GB?
      On sait que les médecins en France ne gagnent pas la moitié de ce qu’ils gagnent au Québec. Mais ça on n’en parle jamais évidemment. Les syndicats ne se comparent qu’avec les plus riches. Négociation 101

    • J’ai pourtant l’impression qu’il font tout de même de bon salaire. Combien d’années d’études faut-il pour devenir procureur ?

      J’imagine tout de même qu’ils peuvent recevoir des augmentations, mais de là à insinuer qu’ils sont sous payés me semble un peu exagéré.

      Un copain à moi postule pour devenir procureur, d’ailleurs il vient d’être accepté sur une liste et il reste d’autres procédures avant d’occuper un poste, et lorsqu’il me parle des conditions de travail, il semble en baver. Évidemment, il ne travaille pas dans un grand bureau, mais à le voir courir après ses clients pour être payé, il semble allécher d’occuper une fonction comme celle de procureur….

    • on est le territoire le plus taxe en amerique , probalement dans le top 20 planetaire , la coupe est pleine , si les fonctionnaires veulent faire plus d’agent qu’ils passent au prive ou ils ne jouirons pas d’une job a vie et tous les autres avantages unique a la fonction publique. Malheureusement ce que je vois , ce sont des proffessionels , universitaires qui se plaignent la bouche pleine , personne ne leurs a mis un .38 sur la tempe pour prendre la job dans les conditions qu’ils on eu a l’embauche , il y a du monde avec de VRAIS probleme au Qc (le club des petits dejeuner peut etre ? )

    • Une coquille: “Les Angais ont en effet haussé” plutôt que “hausser”. En passant merci M. Boisvert pour vos fréquentes et judicieuses mises en perspective des affaires touchant à la sphère du droit: votre perspective très concrète et très pédagogique est appréciée.

    • Et pendant ce temps, le salaire des juges a doublé depuis 10 ans… C’est bien pour dire ce que la proximité avec le pouvoir peut faire…

      Le secteur public se ramasse avec des avocats plus ou moins compétents qui n’arrivent pas à se trouver un emplois beaucoup plus payant au privé (bien sûr, il y a des exceptions!).

      Y a aucune raison pour qu’un bon avocat aille travailler au public pour des peanuts quand il peut gagner x fois plus au privé.

      Le pouvoir, comme vous dites, s’est opposé à toutes les demandes de hausse salariale des juges. Ce n’est pas par proximité que leurs salaires ont explosé… mais à la suite de décisions… des tribunaux. Ce qui est fort discutable, mais qui n,a rien à voir avec la proximité du pouvoir exécutif. Y.B.

    • Si on payait les gens en fonction de leurs compétences et non en fonction d’une convention syndicale, le problème se réglerait de lui-même.

    • Il faut voir par contre le travail de procureur de la couronne comme un emploi tremplin. On recrute les meilleurs jeune, ils font leurs preuves et ensuite se retrouvent au privé avec un gros salaire.

      Même si on haussait leurs salaires de 100%, les meilleurs seront toujours payé plus par le privé, alors ceux que l’on va payé a gros prix seront justement ceux qui ne sont pas assez bon pour le privé, donc ils vont coller au gouvernement…

    • Un problème de taille qui se règle facilement par contre donner leur ce qu’ils demandent point.Il me semble que c’est logique à moins que nous voulions un systeme de justice a deux vitesses(je me permet un peu d’ironie).J’espère juste que M.Harper fera voter son projet de loi omnibus au plus sacrant concernant la criminalité peut être que ça aiderait.

    • En plus, si j’ai bien compris les revendications des procureurs, ce n’est pas uniquement une question de salaire. On demande plus de recherchistes, de meilleurs outils informatiques, bref des conditions qui se comparent à celles des grands bureaux d’avocats qui défendent les «fraudeurs sérieux».

    • C’est le problème du publique:
      les gens sans formation accadémique poussée ni reponsabilités importantes gagnent des salaires nettement supérieur à leur comparable au privé (ex: préposés, employés des différentes sociétés d’états telles SAQ, lotto québec, etc.). En revanche, les professionnels du système public gagnent des salaires de misère par rapport au privé (ex: procureur de la couronne, ingénieur, pharmacien, etc). Evidemment, le fond de pension du gouvernement est supposé de consoler tous ces employés qui se plaignent le ventre supposément plein…

      pilule

    • Il ne manque pas d’avocat au Québec. Je suis très bien placé pour le savoir.
      S’ils ne sont pas contents, qu’ils aillent voir ailleurs.
      Des avocats, il y en a des milliers et des milliers. C’est aussi difficile devenir avocat que de devenir gérant chez McDo. Je suis très bien placé pour le savoir (non je n’ai jamais travaillé chez McDo).
      C’est juste des avocats… pourquoi leur salaire devrait-il être aussi élevé?
      R. Larouche

    • Je suis étudiant en Droit et je viens tout juste de compléter ma deuxième année. Le moment charnière pour beaucoup d’entre nous quant à notre choix de carrière est donc arrivé. Et je peux vous le dire : je ne connais personne souhaitant se diriger vers le job de procureur provincial et encore moins parmi ceux ayant de bons résultats scolaires. Ceux n’étant pas intéressés par la pratique privée lorgne plutôt du côté du gouvernement fédéral, lequel offre de biens meilleurs conditions que le provincial.

      Après le stage, les grands cabinets de Montréal offrent des salaires dès la première année allant de 90 000$ à 105 000$. (Pour un montant assez substantiel d’heures travaillées par semaine, il faut le reconnaître) Ce sont évidemment des emplois qui ne sont accessibles qu’à une minorité de finissant (disons 15% ?), mais il reste qu’il n’existe aucun attrait pour de bons candidats finissant à se diriger vers les jobs de procureurs provinciaux.

    • Bonjour,

      À mon avis c’est très grave ce qui se passe dans cette profession et je trouve encore plus grave la façon dont notre GVT les traite.

      On dirait que l’état ne se rend pas vraiment compte que nous vivons dans un étéat de droit et que si nous voulons que cela continue ça prend des gens pour appliquer les lois (la police) , et poursuivre (la couronne) les délinquants de tout acabit.

      J’en veux pour exemple deux ou trois domaines ou tout est devenu un ”free for All” et ou la justice est un mot bidon…

      Par exemple, la Régie des loyers, aucun procureur n’y oeuvre sérieusement et regardez les résultats… des centaines de causes pendantes qui ne seront probablement jamais entendu et qui mourront au feuilleton pendant que des personnes agées, et des démunis seront exploitées et forcées de subir les bons vouloir des propriétaires.

      Prenez l’exemple des Normes du travail, c’est pareil, les employeurs ont le champ libre pour congédier n’importe quand et n’importe qui au gré de leurs humeurs, personne, à moins d’être sérieusement motivé, ne fera ne serais-ce qu,un appel pour se plaindre! Je serais d,ailleurs curieuse de voir le nombre de plainte qu’il y a eu là en 2010 et combien ont été traitées !

      Et encore, les petites créances, y a-t-il quelqu’un au Québec qui y croit ou qui a les moyens, ou plutôt tellement peu de moyen pour y avaoir recours ??? D’autant plus que leur jugement ( le peu qu’il peut y avoir) ne valent même pas le papier sur lequel il est écrit ! Innaplicable à moins d’engager des frais considérables de huissier !

      Ah non, selon moi la société québécoise en ce domaine comme en beaucoup d’autres se dégrade tranquillement mais sûrement.

    • C’est pas avec un salaire de crève fin qu’on va embauché un Eliot Ness (celui qui a fait arrêter Capone). Je connais quelques avocats et ils n’en reviennent toujours pas de voir le nombres de dossiers que les procureurs de la courronne ont à traité à chaque jour. Eux arrive au tribunal avec 1 ou deux dossiers alors que le procureur arrive souvent avec 20/30 dossiers. comment voulez vous recruté les meilleurs, les retenir et les motivés? Pas étonant dasn ce temps là que les gens s’en sorte ou qu’ils veulent se faire justice soit même. De toute façon, qu’est-ce que ça donne de poursuivre aujourd’hui???

    • Que penser des salaires des enseignants alors ? Il ne faut pas se surprendre des faibles salaires dans la fonction publique québécoise. Aussi, il y a beaucoup d’inégalités salariales entre les cadres, les professionnels, les techniciens, etc. Doit-on changer la méthode d’analyse des postes de travail pour justifier un salaire ? Je crois que oui ! Doit-on redéfinir le niveau de responsabilités pour chaque poste de travail ? Oui ! Les critères pour justifier une augmentation de salaire doit être revus et corrigés par une firme externe à la fonction publique. Dans le domaine juridique, on exagère singulièrement la portée du problème reliée aux exigences salariales. Est-ce qu’un avocat ou un procureur mérite un salaire de 100 000 $ par année ? Personnellement, c’est non ! Par contre, il faut regarder au niveau des avantages sociaux. Est-ce qu’on peut les accommoder avec cette approche ? C’est la qualité de vie au travail qui doit primer sur le salaire selon moi. On veut tous avoir un «char», une maison et faire des voyages. Est-ce que cela doit se faire au détriment de la capacité de payer des citoyens ? À vous de me le dire !

    • @ pilule:

      Oui!!! Tout à fait. Et lorsque les professionnels du secteur public se lèvent pour demander un salaire juste, la population pousse les hauts cris parce qu’ils ont le culot de gagner plus qu’eux. Au Québec, un avocat, un médecin et autres devraient travailler gratis et à l’endroit ou le bon peuple le désire, c’est bien connu. Avant, on entrait dans les ordres. Maintenant, on va à l’université.

      Après, on se demande pourquoi nos jeunes décrochent…

      Si on veut que notre système de justice fonctionne, il faut en donner les moyens aux procureurs. C’est beaucoup plus important que de donner une pension généreuse aux cols bleus. Ah, mais ça, c’est déjà fait!

    • Les procureurs c’est une chose. Si on veut les avocats les moins bien payés au Canada pour poursuivre les criminels, et bien soit. Il va y avoir un tit peu plus de malades dans les rues…

      Les juristes de l’État, c’est autre chose. Êtes-vous rassurés de savoir que, quand l’État signe des contrats de plusieurs millions, il est conseillé par les avocats les moins bien payés au Canada? Êtes-vous rassurés de savoir que VOTRE argent est dépensé sur la base des conseils des avocats les moins bien payés au Canada?

      Engageriez-vous l’avocat les moins cher possible pour négicier un contrat mettant en jeu plusieurs millions de dollars de VOTRE argent?

      Pendant combien de temps encore le gouvernement du Québec sera-t-il en mesure de garder à son service des avocats aussi compétents, capables de faire face aux meilleurs avocats de pratique privée?

      C’est ça l’enjeu, enjeu auquel le gouvernement a choisi de faire face en ridiculisant ses avocats en forçant leur retour au travail après les avoir laissés niaiser dehors au grand frette pendant 2 semaines.

    • Question d’élargir le débat à tous les avocats du gouvernement (pas juste les procureurs), n’oublions pas que lorsque le gouvernement perd une cause et doit payer, c’est nous tous qui payons. Ceci étant dit, parfois le gouvernement à tord, parfois il a raison (mais jamais dans les médias).

    • Il ne faut pas avoir peur de constater une évidence.

      Le monde interlope dispose de plus de moyens de payer un avocat de la défense,
      que le gouvernement dispose de moyens de payer un procureur de la couronne.
      Et même que je dirais que l’aide juridique a plus de moyen de payer un avocat du monde interlope, qu’un simple citoyen accusé de fraude.
      Pourquoi????
      Parce-que le gouvernement sait très bien qu’un avocat qui travaille pour le monde interlope doit être payé à sa juste valeur.
      Aie.j’en ai mal à mon cerveau .
      C’est peut-être une évidence simpliste,n’empêche que c’est la vérité.

      Le monde interlope fait vivre les procureurs de la défense très grassement.
      Il n’est pas rare de voir un procureur de la défense gagné plus de 350,000$ par année.
      En passant à plus de 350,000$ par année,tu peut t’en payé des avantages sociaux.
      Le gouvernement fait vivre les procureurs de la couronne dans la misère et la pauvreté.

      Donc,comme procureur vous faite le vœu de pauvreté avec le gouvernement ou vous faite la belle vie avec un salaire que les procureurs de la couronne vont enviés toute leur vie.
      Bonne réflexion.

    • Au Québec, tout employé d’état gagne moins par ce que nous sommes une province pauvre. Voilà, c’est tout!

    • @donjulio… “Le gouvernement fait vivre les procureurs de la couronne dans la misère et la pauvreté…”

      ??? la moyenne doit se situer entre 60k et 75K par année jusqu’à un max de 100k après 15 ans… Et c’est la misère et la pauvreté ça??? Z’êtes pas en manque de lithium par hasard?

      Le problème c’est pas qu’ils gagnent moins qu’au privé, le problème c’est que ceux au privé gagnent trop… :P

    • Je n’ai pas pitié des procureurs. Ils terminent leur carrière avec un salaire de 100 000$ et des conditions de travail enviables dans le domaine du droit. Dans mon domaine, la psychologie, on doit aller chercher un doctorat pour pratiquer pour un salaire d’entrée de 37 000$. On me paie le même salaire qu’un enseignant bachelier. Je ne comprends pas la logique. Malgré tout, on choisit le métier par vocation et nous nous consolons en considérant d’autres avantages qui ne se monnaient pas en salaire mais qui comptent somme toute dans la balance.

    • Ces braillards savaient ce qui les attendaient lorqu’ils ont postulé pour cet emploi..alors pourquoi ont-ils choisi d’aller au public??

    • Personnellement, je me méfie toujours des gens qui travaillent seulement pour le plus haut salaire possible et qui ne sont jamais content. Les médecins spécialistes gagnent déjà des salaires à s’arracher les cheveux de sur la tête, mais exigent toujours plus. Certains vous diront (comme plusieurs étudiants en droit m’ont dit) OUI MAIS ON TRAVAILLE 12 HEURES PAR JOUR!!!

      Est-ce que vous connaissez la charge de travail d’un infirmier? d’un enseignant? d’un directeur des ressources humaines? Vous savez que ces gens travaillent autant d’heures et ont une charge aussi lourde que vous mais gagnent en moyenne 50 000$ par année.

      Les procureurs savent dès le début qu’ils auront à travailler longuement, ça fait partie de leur travail. Ils ne sont pas dans la rue excusez-moi. Ceux qui travaillent seulement pour obtenir 120 000$/an devraient repensez aux raisons qui les poussent à avoir choisi le droit ou la médecine et réfléchir si ils veulent vraiment servir le public ou seulement leurs propres intérêts.

      Oui il y a des provinces qui payent plus, mais ont-elles les mêmes conditions de vie qu’au Québec? NON. J’ai fait 4 ans d’université, je sais que je ne gagnerai probablement pas plus de 60 000$ après 10 ans d’expérience. Cela me convient très bien car je fais mon travail avant tout car je l’aime. Si je peux avoir une vie décente en même temps tant mieux. Mais je ne ferai pas payer toute la société pour me voter une augmentation de 40% de mon salaire. Cela ne me fera pas travailler plus fort. Désolé les procureurs, vous ne m’avez pas influencé du tout…

    • Ah mais non! La coupe est pleine! Ras-le-bol d’entendre les corps de métier régit par des ordres professionnels et des syndicats se plaindre le ventre plein! Si j’entends encore un prof ou un avocat se plaindre, je décroche!

      Mais de quelles mauvaises conditions de travail parle-t-on au juste? Quelle est cette idée stupide de comparer le privé et le public en matière de droit? J’ai connu ou je connais des dizaines d’avocat, au privé comme au public, et pour des raisons professionnelles, j’en ai côtoyé des dizaines d’autres… et les avocats qui sont payés des salaires de fou, et bien ils travaillent des horaires de fou et n’ont aucune vie! Je m’excuse mais travailler des 80 heures par semaine même à 100 000$ par an ce n’est guère mieux qu’un salaire d’un travailleur payé 50 000$ par an, et ce, en considérant toutes les heures supplémentaires à temps SIMPLE.

      Ce que le public a à offrir de plus que le privé? Ma foi, une qualité de vie! Les fonctionnaires provinciaux travaillent 35 heures par semaine. 35 heures. Quand ils travaillent plus (RAREMENT), ils sont payés pour chacune des heures de plus travaillées.

      La comparaison avec le salaire des autres pays? Mais allez-y habiter dans ces autres pays! La vie y coûte plus cher, alors au final , vous restera-t-il vraiment plus d’argent? Quant à l’éternel argument de l’imposition, ça aussi ras-le-bol. Nous sommes très loin d’être le pays le plus imposé, comparez nos tables d’impôt avec celles de plusieurs pays d’Europe vous donnera un bon reality check… On se débrouille plutôt bien! Même par rapport à nos voisins américains: plusieurs négligent de comptabiliser ce qu’ils payeront là-bas qui n’a pas court ici (une assurance santé par exemple ou une garderie à prix monstrueux) et les impôts d’états en plus de l’impôt fédéral (car il y en a dans plusieurs lieux!), etc. Comparons des pommes avec des pommes! Cessez de vous attarder au taux marginal d’impôt et calculez votre taux RÉEL! Une famille avec un revenu total de 150 000$ par an et deux enfants d’âge scolaire n’atteint environ que 32% d’impôt et ce en INCLUANT la RRQ, l’assurance-emploi et le RQAP! 32% pas 52%, même pas 40%. Alors imaginez ceux dont les revenus familiaux sont moindre, c’est à dire, presque tout le monde!

      Je pourrais disserter longtemps sur le sujet, mais je me contenterai de vous renvoyez à des documents tel que l’enquête sur la rémunération globale qui donne une bonne perspective des différents corps de métier au Québec et permet de constater que les tribunes publiques ne servent qu’à gonfler des conventions collectives déjà obèses. D’autant plus que le portrait dessiné néglige tous les travailleurs de PME et plus petites tailles, des organismes avec des salaires moindres… Donc des résultats déjà gonflés!

    • Bon cette histoire revient comme un cheveu sur la soupe, juste au moment où le gouvernement crée encore plus de postes de juges… Mais pour faire travailler les juges, du moins au pénal, il faut des procureurs du Ministère public. Or, les conditions de travail du Qc sont à peu près les pires au Canada et ça démontre tout simplement que le gouvernement n’est pas sérieux quand il prétend vouloir s’attaquer au crime organisé et à la corruption.

      La plupart de vos lecteurs n’ont aucune idée du travail et de l’expertise que demande une cause de corruption ni du temps et des capacités d’organisation que doit démontrer le procureur. Par exemple, c’est le procureur qui monte le dossier de cour, c’est-à-dire qu’il doit traiter de toutes les questions juridiques qui entourent l’enquête et la présentation de la preuve, en plus de décider quels témoins seront appelés, quelle preuve sera soumise au juge et souvent au jury, et ce que seront les arguments de la poursuite. Ça peut prendre des mois pour préparer un procès complexe. Le moindre oubli de la part du procureur risque d’entraîner le rejet de l’accusation après des semaines de procès…

      Donc, si le système judiciaire pénal ne se porte pas très bien au Qc, ce n’est pas la faute des procureurs mais plutôt parce que le gouvernement ne prend pas ça au sérieux et n’a aucune volonté de mettre les procureurs à égalité avec le reste de la profession autant au Québec qu’au Canada. Les procureurs sont mobiles et peuvent facilement aller travailler ailleurs, ce que plusieurs ont fait. Les perdants demeurent encore les contribuables qui se retrouvent avec une justice à rabais et des caïds du crime organisé qui sont morts de rire.

    • Il y en a qui n’ont pas compris où se situe le problème, bien exposé par Philippel, étudiant en droit.

      Je pense à ce “S’ils ne sont pas contents, qu’ils aillent voir ailleurs. Des avocats, il y en a des milliers et des milliers.” – Justanopinion, 12h25

      Bin oui. Quand je suis devenu avocat, nous étions 3000. Quand je me suis retiré, il en restait 22000.

      Si le gouvernement ne parvient pas à recruter suffisamment de procureurs “de la Couronne”, c’est pas parce qu’il n’y a pas assez d’avocats. C’est parce que, au salaire que le gouvernement leur offre, ça n’intéresse pas les candidats.

      Le problème ne date pas d’hier. J’ai connu au début des années 70 des étudiants en droit qui faisaient leur bacc alors qu’ils étaient des policiers. Quand il a passé son Barreau, le Lieutenant P***** a reçu des offres de son employeur et de la couronne. Et il a choisi de demeurer policier; un poste de lieutenant était mieux rémunéré qu’un poste de procureur de la couronne ou d’avocat dans la fonction publique… Quelques mois plus tard, il a été embauché par un cabinet privé, qui lui versait deux fois plus.

      Quand un jeune avocat peut débuter sa carrière à $100000 / an dans le privé, pourquoi accepterait-il un job de procureur? Surtout que dans le privé, après un certain temps, il sera devenu “associé” et aura une participation dans les profits. Largement de quoi se payer un REER et un nouveau dentier…

      = = =

      Anytos écrivait à 11h49:
      “J’ai pourtant l’impression qu’il font tout de même de bon salaire. Combien d’années d’études faut-il pour devenir procureur ?
      J’imagine tout de même qu’ils peuvent recevoir des augmentations, mais de là à insinuer qu’ils sont sous payés me semble un peu exagéré.”

      Un bacc en droit, 3 ans d’Université. Un an d’études post-universitaires à l’École du Barreau, et un stage de 6 mois.

      $100000 par année, c’est pas un salaire de p’tite misère. Mais la Couronne ne parvient ni à combler tous les nouveaux postes, ni, surtout, à retenir ses procureurs. Ou bien ils quittent pour le privé, ou bien ils entrent au Fédéral.

      Ce qui revient à dire que le ministère de la Justice du Québec n’arrête pas de recruter des jeunesses… qui vont partir dans 3 ou 4 ans. Et cette inexpérience, ça coûte cher à la société.

    • Pourquoi ne pas se débarrasser de tous les procureurs de la couronne. On pourrait engager des avocats en cabinet privé pour poursuivre les causes. On les met en compétition, avec appels d’offre. Plus le procès est important, plus on paie pour avoir un résultat. On gagne sur deux points : on obtient les meilleurs avocats (ils travaillent tous dans le privé semble-t-il); et on met fin à la job à vie et aux super pensions des médiocres qui « collent » dans le public.

    • Pourquoi pas une solution qui fera plaisir à tous les partis. Ceux qui désirent réduire la taille de l’état et les procureurs qui désirent être payés à leur juste valeur.

      Première étape:
      Congédions tous les procureurs, ainsi, la taille de l’état sera réduite, il y aura moins d’employés sur les listes.

      Deuxième étape:
      Embauchons des procureurs comme sous-traitants dans le privé, ainsi ils seront payés à égalité avec les avocats de la défense.

      Si le gouvernement veut gagner une cause, il engagera un bon avocat et si la cause ne lui tient pas à coeur, il engagera un avocat novice et à petit prix. En plus, imaginez l’aubaine, les causes se règleront hors cour plus facilement, surtout si le procureur de la couronne travaille dans le même cabinet que l’avocat de la défense ;). Pour éviter les conflits d’intérêts, disons que dans une cause, un des avocats provient d’une firme et l’autre avocat d’une autre firme. Dans une autre cause, ce sera l’inverse.

      Faisons la même chose dans les autres ministères, Revenu Québec par exemple, il y a plein de comptables et de fiscalistes prêts faire le travail.

      Je ne dis pas que ça coûterait moins cher ou qu’on aura un meilleur service, bien au contraire. Jusqu’à présent en moyenne chaque $ épargné dans les salaires de l’état en a coûté plus du double en sous-traitance, alors faites le calcul pour la suite des choses. Mais tous ceux qui sont prêts à troquer une maigre diminution d’impôt de quelque centaine de dollar pour les beaux discours des sophistes de droite seront contents. Un moment donné on en a pour notre argent. Si tu ne paies pas le juste prix, tu n’as juste pas de service de qualité.

    • @ f-roots: Oh la la! Mais quelle maîtrise de la langue française!

    • C’est toute l’administration de la justice pénale qui est a revoir

      http://nouvellesociete.wordpress.com/ordre-securite/

      Pierre JC Allard

    • Au Québec,les professionnels à l’emploi de l’État sont considérés comme des pas très bons,puisqu’ils reçoivent un salaire plutôt que des honoraires.Si tu n’es pas un money hungry à tous crins,tu ne vaux rien.

    • @re3e.Lisez mon commentaire de 22h54.

    • Pour aider leur cause, les procureurs devraient calculer leur revenu moyen sur une base HORAIRE, et les “jaloux” verraient que finalement, leur salaire n’est pas si élevé que ça.

      C’est loin d’être la majorité des gens qui serait disposés à travailler autant d’heures par semaine, et même s’ils l’étaient, plusieurs en seraient incapables. Non pas que ce soit condamnable, remarquez, mais il faut comparer les pommes avec les pommes. Il est injuste de comparer le job d’un procureur avec celui d’une personne qui, comme moi, fait une moyenne de 38 ou 40 heures (l’équivalent du “9 à 5″, quoi). Mes soirées et mes fins de semaine sont libres, et c’est loin d’être un détail.

    • Je suis une procureure de la couronne provinciale.

      À ceux qui nous suggèrent d’arrêter de nous plaindre et d’aller voir ailleurs, vos voeux sont exaucés, c’est exactement ce que plusieurs d’entre nous ont fait.

      Une de mes collègues expérimentée vient de quitter la couronne … pour la cour municipale. Vous savez pourquoi ? Un procureur d’une cour municipale d’une grande ville au milieu de l’échelle, a un salaire supérieur moyen de 10 000 $ par année. Oui, oui, il est plus avantageux financièrement d’aller plaider des excès de vitesse que de piloter des dossiers de facultés affaiblies causant la mort. Surréaliste n’est-ce pas ?

      Un autre de mes collègues a quitté pour le fédéral. Il traite EXACTEMENT le même genre de dossiers que moi et avec une charge de travail moins lourde, son salaire a augmenté de 20 %.

      Je pilote des dossiers lourds. Très lourds. J’ai développé mon expertise par moi-même, en lisant de la jurisprudence le soir et la fin de semaine parce que voyez-vous, je n’ai pas le temps de faire mes recherches pendant les heures de bureau. Le tout gratuitement parce que jusqu’à tout récemment, notre temps supplémentaire n’était pas payé.

      Je le fais parce que les résultats que j’obtiendrai sont tributaires de la qualité de mon travail. Je ne peux pas me permettre d’être mal préparée, les conséquences seraient tragiques pour mes victimes, pour notre société.

      Mes adversaires de la défense représentant des membres du crime organisé bénéficient souvent d’honoraires payés par l’État en vertu d’une décision appelée Robowtham dans notre jargon. En deux jours, ils peuvent facturer des honoraires qui équivalent à ma semaine de salaire. Mais c’est vrai, je ne suis qu’une fonctionnaire.

      Mais je reste malgré tout. Parce que j’ai des idéaux de justice et que je sens que je peux faire une différence pour mes victimes qui ont vécu des expériences tragiques qui ont changé leur vie à jamais. Je reste pour qu’ils puissent continuer à vivre en sachant que notre société se préoccupe de leur sort. Je reste même si leur histoire me trotte dans la tête le jour, le soir, en prenant ma douche et en raclant mon gazon.

      Je reste même si mon gouvernement me traite comme un avocat de second ordre. Alors s’il-vous-plaît, gardez-vous une petite gène avant de dire que je reste parce que je ne pourrais pas trouver mieux. Les vocations existent vous savez.

    • Je crois qu’il y lieu de faire certaines nuances….

      Les procureurs à mon avis, ont de très bons emplois, les avocats qui s’orientent vers le droit criminel sont , bien souvent, loin d’être des premiers de classe….Beaucoup d’entre eux travaillent dans de petits cabinets ou à l’aide Juridique…Ce n’est pas vrai qu’ils peuvent , d’un claquement de doigts, passer dans le privé…Les grands cabinets ne font généralement pas de droit criminel sauf les fraudes financières ou fiscales… Dans ces derniers domaines, il est exact que les meuilleurs procureurs, y oeuvrant pour le ministère public, pourraient opter pour le privé et obtenir des salaires d’associés de grands cabinets (500 K et plus…).

      Les autres, n’ont que rarement cette possibilité donc, augmenter leurs rémunérations n’est pas , à mon sens, une solution pour contrer un éventuel exode…

      Plutôt qu’augmenter les salaires, j’opterais pour alléger le fardeau de travail de ceux déjà en poste en procédant à l’embauche de procureurs supplémentaires.

      Cela dit, je crois que les procureurs de l’états font un execellent travail, j’admets qu’ils sont débordés bien souvent mais je ne crois pas qu’augmenter leurs rémunérations globales réglerait le problème de surcharge de dossiers…N’oublions pas qu’ils sont bénéficiaires d’excellents régimes de retraite, d’assurances , etc, Des avantages qui sont le plus souvent bien moindre dans les cabinets privés….

      Enfin, pour ceux qui croient que l’État se prive de bons éléments dans des causes complexes, il ne faut pas oublier que le gouvenement ou ces agences ont le pouvoir d’engager des avocats externes pour certaines de ces causes, l’AMF notamment l’a fait pour le dossier Norbourg….

      Merci.

    • @ Dominique Mercier

      Vous trouvez avantageux que l’État aille chercher des avocats ad hoc pour les causes complexes ?

      Savez-vous combien l’AMF a payé pour l’avocat ad hoc qui a poursuivi Vincent Lacroix dans le PREMIER procès au pénal (sans compter le dossier criminel de Lacroix et des autres accusés ?

      750 000 $ en un an. Pour UN avocat. C’est le salaire le huit procureurs de quinze ans de pratique.

      Ceci dit, vous croyez que les criminalistes ne sont pas des premiers de classe ?

      Sachez que le droit criminel est un des domaines les plus complexes qui soit, notre hôte blogueur pourrait vous le confirmer. Plusieurs criminalistes ont brillamment accédé à la magistrature, dont certains à la Cour suprême.

    • Certains commentaires dénotent une profonde incompréhension de la situation. Je suis moi-même avocate et je me souviens très bien avoir fais un choix:à un moment donné celui d’aller à l’université pour apprendre un métier que j’aimerais et qui me permettrait de pouvoir jouir de bonnes conditions de travail, même si ça voulait dire emprunter beaucoup de $$$ (j’ai 2 bacs) et de retarder mon entrée sur le marché du travail. Pendant ce temps je vivais sur un budget plus que limité pendant que certains amis avaient fait le choix de fait des techniques et de commencer à gagner de l’argent plus tôt. Ce que je veux dire c’est qu’au Québec il faudrait que tout le monde soit égaux tout le temps ! Les syndicats sont très bon dans ce genre de discours. Malheureusement la vie dans un système capitaliste çà ne fonctionne pas comme çà: c’est la loi de l’offre et de la demande qui prévaut.

      La réalité c’est qu’à s’entêter à vouloir garder les salaires des procureurs de la couronnes à leur niveau pour ne pas déplaire à l’opinion publique, tout en ignorant la réalité canadienne, on doit accepter que les meilleurs ne reste pas et ils vont ailleurs. L’an dernier dans un dossier j’ai eu à discuter avec un procureur de la couronne: le “senior” dans le bureau de ce disctrict avait 2 ans et demi d’expérience depuis sa sortie du Barreau ! C’est déplorable et la même chose vaut pour les procureurs de l’état avec qui j’ai régulièrement à travailler: sur 10 procureur dans le bureau, 2 ont plus de 10 ans d’expérience, et ce ne sont pas les plus allumés !

      MAIS les syndicats sont content !

    • C’est le monde à l’envers! Plusieurs commentaires suggèrent de retourner au bon vieux temps des procureurs « ad hoc », c’est-à-dire des avocats du privé avec des mandats pour des causes en poursuite. On se souviendra des listes d’avocats libéraux (ou unionistes, selon le parti au pouvoir) qui étaient éligibles à des contrats avec la « couronne » et de la soit-disant qualité des poursuites de l’époque… qui souvent laissait à désirer. Il faut aussi mentionner que ça existe toujours au fédéral mais à une bien moins grande échelle qu’autrefois.

      C’est en 1977 que le gouvernement du Québec a décidé d’abolir les listes de mandataires pour créer un bureau de substituts du Procureur général justement pour constituer une expertise en matière de poursuites pénales et un groupe de professionnels des poursuites qui ne dépendraient pas du favoritisme politique. Évidemment les mandataires étaient payé à l’acte et beaucoup mieux que les procureurs permanents d’aujourd’hui au fédéral et dans les autres provinces et les naïfs pensent que ça coûterait moins cher? Et vous voulez retourner à ça?

    • @Dominique Mercier

      ”il ne faut pas oublier que le gouvenement ou ces agences ont le pouvoir d’engager des avocats externes pour certaines de ces causes, l’AMF notamment l’a fait pour le dossier Norbourg…”

      Exact, mais il ne faut pas oublier que dans ce cas précis (Norbourg) la directrice du contencieux (de Québec) Me L. Girard et le directeur des enquêtes (de Québec) Me. Paquette ont été obligés d’avoir recours un tant soit peu à des juristes extérieur parce que justement l’AMF était impliquée dans la fraude de par son ex-employé, sans qui, la fraude aurait pu continué encore longtemps.

      La preuve avait beau avoir été montée par les employés (des juristes aussi) de l’enquêteur en chef (Me P.) il aurait été pratiquement impossible que l’AMF se représente elle-même dans une cause dans laquelle elle était fautive de par son employé…

      Cela dit il est très rare qu’un ministère ou une agence ait recours à des juristes extérieurs en raison, je pense, d’une question de loyauté et surtout en raison des coûts. Mais je peux me tromper.

    • @latour

      tout a fait la fonction public est un gros cpe de la mediocritee

    • @insulaire-du-nord

      merci vous venez de magistralement exposer le “root cause” du probleme , nul part vous parlez de recherchiste ou d’informatique recente , uniquement un comparatif salarial vs charge de travail entre avocats dans differentes pratiques , en fait vous n’estes que envieux de ce que les meilleurs font comme salaire , dans tous les metiers il y a une difference entre un bon et un moins bon , mais il n’y a que des fonctionaires avec une job a vie un monopole et des syndicats omnipotent

    • Sincèrement, il faut connaître les conditions dans lesquelles travaillent les procureurs de la Courronne pour bien comprendre leur position.

      Le problème est le volume de dossiers. Or, pour que justice soit rendue, il faut que les procureurs impliqués soient bien préparés. Or, préparation et volume sont trop souvent incompatibles. Comment voulez-vous plaider 25 dossiers un matin donné et se préparer adéquatement (à savoir connaître tous les faits, préparer les témoins, préparer le droit). Ces gens-là font des miracles avec peu de ressources et de temps.

      Il y a un prix à payer pour vivre dans une société juste qui protège nos droits. Je supporte amplemment la cause des procureurs.

    • @insulaire-du-nord

      MERCI

      merci de votre témoignage

      merci de votre engagement

    • @Dominque Mercier : Vous dites que les avocats qui se dirigent vers le droit criminel ne sont pas souvent les premiers de classes. N’est-ce pas la un problème? Pourquoi devrait-on accepter que les plus brillants esprits juridiques se dirigent systématiquement vers le droit corporatif et le droit fiscal afin de défendre les in térêts de Power Corp., Bell, GM, RIM, etc.? N’est-il pas plus important d’avoir des procureurs exceptionnels qui vont s’assurer que tous les Hells passent le plus longtemps possible derrière les barreaux?

      Il y a cependant un problème important concernant la comparaison salariale public/privé qui rend celle-ci un peu foireuse. Le privé paie ses meilleurs avocats 500k$+/année et montre la porte aux pires. Le public paie 96 000$ au meilleur procureur du Québec et 96 000$ au pire (les chiffres ne sont pas exacts et varient en fonction de l’ancienneté et parfois des heures supplémentaires mais vous comprenez le problème…). Si on veut améliorer la qualité de nos services publics sans nécessairement en augmenter leur coût, il serait peut-être temps de favoriser la compétitivité et la qualité au détriment de l’ancienneté.

      Marc

    • Si le salaire de l’avocat modifie sa qualité, ça va mal. Si la qualité de l’avocat modifie le jugement, c’est encore pire… Où est alors la justice, qui ne devrait pas dépendre des moyens financiers mis en oeuvre de part et d’autre… ?

      http://nouvellesociete.wordpress.com/2008/03/07/la-revolution-au-palais/

      Pierre JC Allard

    • @insulairedunord.”gardez-vous une petite gêne avant de dire que je reste parce que je ne pourrais pas trouver mieux. Les vocations existent vous savez”. Merci de le rappeler à tous ceux et celles qui ne croient qu’en l’argent.Sans le travail inlassable des serviteurs publics au profit de l’état de droit,nous retournerions vite à la barbarie. De nombreuses opinions publiées sur les blogues en sont l’afflgeante démonstration.

    • Pitoyable ce qu’on leur paie.

    • Je suis un juriste de l’état. Pour chaque position que je prends, j’engage souvent l’état pour plusieurs millions de dollars. J’ai intérêt à ne pas me tromper et à avoir évalué toute les facettes du dossier. Je travaille entre 40 et 50 heures par semaine mais suis payé pour 35. Bref, pour la plupart d’entre vous, lorsque vous arrivez à la fin de votre journée, vous “fermez les livres”. Pas moi, j’en rêve même souvent. Puis je vais défendre ma cause au tribunal. Le stress d’un procès de plusieurs jours ou semaines est au delà de ce que vous pourriez imaginer. Alors lorsque vous dites que ce sont les pas bons qui choisissent de travailler pour l’état, vous dites n’importe quoi.

    • Quoique je pense qu’il est deraisonnable de comparer les salaires des procureurs du Quebec avec ceux de l’Ontario (compte tenu notamment du fait que le niveau de taxation au Quebec est le plus eleve en Amerique du Nord et que les salaires y soient en general pas mal moins eleves pour un travail comparable), les procureurs du Quebec n’en sont pas moins sous payes. J’ai quitte la pratique privee il y a un peu plus de deux ans pour des raisons familiales mais je n’ai jamais considere les postes disponibles au provincial: a ce prix-la, autant faire un tout autre travail qui fera en sorte que je rentrerai a la maison la tete reposee et qui ne m’empechera pas de dormir la nuit. J’ai d’ailleurs vu une annonce de l’AMF demandant cinq ans d’experience en offrant un salaire de 38K: elle est allee tout droit dans ma corbeille.

      Le travail d’avocat implique aussi que malgre les heures passees au lieu du travail ce n’est jamais fini lorsqu’on arrive a la maison ( du moins dans certains domaines). Certaines decisions peuvent avoir un effet domino sur bien d’autres choses et peuvent parfois affecter la vie de bien des gens. Tout cela ne se decide pas a la legere.

      Quant aux procureurs de la Couronne au provincial, j’en a vu de toutes les sortes: de tres competents qui font ce qu’ils ont toujours voulu faire (mais qui ne recoivent pas ce qu’ils meritent) et d’autres qui s’y trouvent et qui en arrachent (et qui en arracheraient aussi au prive) mais dont on a presentement besoin vu le manque de ressources.

      Ceci dit, tout n’est pas mieux au prive et certains avocats s’en tirent encore bien plus difficilement .

    • A ma compréhension, il n’y a au Québec qu’une seule échelle salariale pour les avocats employés de l’Etat.

      Je me demandais si c’était la même chose ailleurs et j’ai donc décidé de faire mes propres recherches (en attendant celles des journalistes qui n’arrivaient pas…. ;)))

      Selon ce que j’en comprends, au Nouveau-Brunswick (voir lien plus bas) il y a 4 échelles salariales pour les avocats employés de l’Etat (appelé avocat 1 à avocat 4) . Le maximum d’avocat pour avocat 1 est 62K $.(BEAUCOUP plus BAS qu’au Québec….).
      Avocat 4 est le plus élevé. J’aurais bien aimé que nos procureurs québécois nous amènent ces précisions (quant aux catégories dans les autres provinces). Est-ce le cas ailleurs ? Je n’ai pas eu le temps de valider.

      Peut-être l’option de séparer (avec échelles salariales distinctes)le corps d’emploi pourrait être envisagée pour le Québec?

      Si ma compréhension de la situation est incorrecte, n’hésitez pas à y amener les rectifications nécessaires.

      page 39
      http://www2.gnb.ca/content/dam/gnb/Departments/ohr-brh/pdf/ca/116117-f.pdf

    • C’est dommage mais la majeure partie de la tâche des avocats/juges/greffiers/huissier (tous employés de l’état) se passe à classer de la paperasse et le plus souvent demeure d’un ennui mortel. Venez pas me dire qu’un juge qui doit écouter les doléances d’un conducteur distrait le mercredi soir dans un centre d’achat de l’est de Montréal trouve son travail passionnant…Je trouve qu’ils sont amplement payés pour ce travail qui ne demande pas beaucoup d’aptitudes intellectuelles de haut niveau…

    • Les responsabilités des procureurs de la Couronne sont grandes et devraient être confiées aux meilleurs candidats. Comme l’exposait Philippel, les candidats les plus doués à l’université ne sont pas intéressés à devenir des procureurs provinciaux. J’en sais quelque chose, je viens de terminer mon bac en droit avec d’excellentes notes ce qui m’a ouvert plusieurs portes. Toutefois, je n’ai même pas considéré travaillé pour le Québec malgré un intérêt marqué pour le droit criminel. J’ai plutôt choisi le fédéral puisque les conditions de travail y sont plus intéressants notamment le salaire, le support aux procureurs, le nombre de dossiers attribués et les domaines de droit plus variés (il ne faut pas réduire le débat qu’aux salaires).

      Les avocats n’ont pas des salaires de crèves fins, certes, et les augmentations de salaires à la fonction publique ne sont jamais très populaires auprès de la population mais présentement, c’est tout le système de justice qui en souffre…

    • Compte tenu du salaire actuel moyen au Québec, je trouve que les procureurs sont très bien payés. En plus, ils ont d’autres “avantages” comme dessert.
      Faudrait que chacun vivent dans le monde actuel; LA RÉALITÉ.
      Les juges, police, avocats, docteurs… sont déjà très très bien payés.
      Faut vivre selon nos moyens et être responsable.
      Si on raisonne comme les syndicats, aussi bien faire faillite. Peggy

    • @mercador

      Le propre des gens réellement compétents, c’est qu’ils ne se plaignent pas d’injustice par rapport a des conventions collectives…

    • Il y a plus de 22,000 avocats au Québec. Que les procureurs de la Couronne démisionnent en bloc pour voir… 400 autres sont prêts à prendre leur place…

    • @ insulaire-du-nord
      Bravo pour avoir les couilles de sortir de l’ombre un élément peu souvent discuté: LA VOCATION.

      On ne devient pas procureur de la courrone pour la piasse, mais bien par conviction. J’ai suivi avec attention votre sortie publique et appréciée enfin qu’une classe d’emploi du gouvernement provincial ose dire ‘c’est assez!’.

      Le gouvernement démontre clairement quels sont ses intérêts. Ministère de l’Emploi et de la solidarité sociale, Ministère de l’éducation, Ministère de la ‘maladie’ gaspillant fonds publics dans des refontes continuelles plutôt que de diminuer son roulement de personnel en les considérant, tout simplement.

      Merci à toi, je me sens moins seule, pauvre et passionnée de mon métier.

    • Moi aussi je me considère sous payé. Et tout augmente.On partage la même problématique. On passe tous dans le tordeurs solidairement? Ou il y aura des exceptions?

    • Il y a un mythe quant à la somme de travail engagé pour traiter une cause.
      Lorsque je vois arriver un procureur – par le truchement de la télévision – avec un chariot de documents, c’est pour la galerie.
      Celui-ci n’aurait jamais le temps de les présenter en Cour et sans doute le juge s’ennuierait ou montrerait des signes d’impatience.

    • Il est amusant de savoir qu’un procureur de la couronne, ça gagne le même salaire, sinon légèrement plus, que le prof qui lui a enseigné à l’Université. Et ce prof, il a un doctorat.

    • Les procureurs qui dirigent des procès contre des criminels ne peuvent etre payer à la pieces parce qu’ils ne savent jamais combien de temps ca va durer, ni combien de fois ils vont devoir se présenter devant le juge.
      Les procureurs qui seraient payés ainsi lorsqu’ils feraient face à des gens très puissants risqueraient de se faire offrir de meilleurs emplois et des avantages indues et le risque que certains succombent serait décuplé. Il n’est pas difficile de perdre un procès.
      Ils manquent de supports et font beaucoup de travail de recherches et de préparations sur leur propre temps.
      Combien de fois avons -nous vu que dans plusieurs causes ils sont seul contre deux avocats en défense.
      Si on s’attend à de l’intégrité particulièrement en matière de justice il faut augmenter leur salaire pour diminuer les écarts et aussi leur fournir plus de ressources humaines pour les aider à préparer leurs procès et à évaluer les causes qui tombent sur leur bureau.
      Pour faire ce travail pendant aussi longtemps ca prend des gens qui veullent s’impliquer et qui sont pret à en donner un peu plus pour un peu moin d’argent. La pension de retraite compense.

      Si pour certain ca semble le paradis leur condition par rapport à d’autres il ne faut pas juste regarder les années d’études il faut aussi évaluer la capacité de travail , la qualité du dit travail et aussi dans quelles conditions tu travailles.

      Je n’aimerais pas non plus avoir un procureur élu comme aux USA qui lui pour se faire un nom peut essayer de passer quelqu’un au moulin à viande.. Ce n’est pas ce que l’on attend de notre système de justice.

    • Signé: F.Blitz

    • Les «corbeaux» ont l’envergure(!) large. Ouille! Privé, public‽ Que dalle! @insulaire-du-nord. Vous êtes une «emmerderesse(!)» de première. C’est un compliment, très chère Maître. @philippus (re-ouille!) Ça rentre et c’est bien comme ça. Z’irez loin, mais vos «chiffres» ne sont pas exacts… Bref.

      «Jamais plus!» disait le corbeau d’Edgar, mais ça, c’est une autre histoire…

    • Je pense que tout ceux qui chialent ici oublient que les procureurs n’étaient pas payés pour leurs heures supps (nombreuses, par ailleurs).

      Est-ce que quelqu’un ici est déjà allé s’asseoir dans une salle d’un palais de justice où les dossiers en criminel sont présentés? La défense, ça roule, chaque client s’avance avec son avocat, enregistre son plaidoyer, et bang, ressort de la salle. La Couronne, elle, devinez quoi??? C’est bien souvent le même procureur qui a une PILE de dossiers et qui les passe un après l’autre et reste là pendant plusieurs heures (et qui bien sûr a du préparer tous ces dossiers-là avant de se pointer, histoire de pas avoir l’air cave). Et ils ont pas droit à l’erreur, eu égard à l’importance de leur boulot. Normal, vous dites? Ils devraient pas se plaindre, vous dites? N’importe quoi!

      Y’a une grande différence entre une gang de plein aux as qui se plaignent pour absolument rien et des revendications légitimes. En tout respect, les procureurs de la couronne sont très certainement dans la 2e catégorie.

      Et on abordera même pas la question d’une loi de retour au travail, qui est une véritable aberration pour une société qui dit protéger le droit d’association et de négociation collective dans sa constitution.

    • Il faudrait simplement réduire le nombre de lois! Comme ça, il y aurait moins de causes, moins d’avocasserie, etc.. Et en plus, cette approche ne coûterait très cher.

    • Les professeurs sont en “burn out”. Les infirmières sont en “burn out”. Les fonctionnaires fédéraux sont en “burn out”. Et maintenant les procureurs. Bon Dieu, on s’en va où avec cette société?

    • M. Boivert,

      un blogue au sujet de votre article de ce matin? J’aimerais bien lire l’avis des femmes sur le sujet. (Protéger la femme malgré elle)

      Même si je suis plutôt d’accord avec l’essentiel du jugement, il est clair que dans ce cas, la dame était consentente… jusqu’à ce que commencent les procédures de garde d’enfant. Autrement dit, dès qu’il y a conflit dans un couple, la femme pourra toujours prétendre qu’elle n’était pas consentente à telle ou telle date (inconsciente ou non) et l’homme sera automatiquement arrêté et inculpé!?!?!?

    • M. Boisvert, j’ai été impressionné par votre chronique d’aujourd’hui sur la décision douteuse de la cour suprême, surtout que vous osez mentionner les nombreuses fausses accusations d’agression sexuelle faites contre les hommes dans les cas de divorce. Je suis aussi surpris que La Presse vous ait laissé publier ça. La prochaine étape serait une analyse de ce “phénomène” avec quelques statistiques et surtout, quelques témoignages d’hommes dont la vie a été brisée par cette tactique repoussante. Pensez-vous que j’en demande trop?

    • @ilisepa
      Je vous mets au défi d’aller pratiquer, ne serait-ce qu’une journée, le travail d’avocat et de juge. Ces gens sont allumés, vifs d’esprit et intelligents. Ils maîtrisent une tonne de notions complexes et gèrent plusieurs dossiers complexes à la fois. Je connais beaucoup d’avocats, et aucun n’est bête ni inintelligent. Leur professions a sa part de “bread and butter”, comme les rhumes pour les médecins, mais cela ne fait pas d’eux des imbéciles pour autant. Allez, un peu de respect SVP.

    • @upset

      26 mai 2011
      20h38

      Je n’ai absolumment pas de difficulté à vous croire.

    • @yvon0807, je suis d’accord avec vous concernant les enseignants mal payés. Les conditions de travail sont tellement dures que le gros de la négociation ne touche que sur l’allègement de la tâche, il en va de la santé des profs. les hausses salariales ne sont qu’une monnaie d’échange.
      Les procureurs sont vraiment choyés en comparaison des enseignants et aussi des infirmières.

    • Un baudet chargé de reliques
      S’imagina qu’on l’adorait:
      Dans ce penser il se cabrait,
      Recevant comme siens l’encens et les cantiques.
      Quelqu’un vit l’erreur, et lui dit :
      “Maître baudet, ôtez-vous de l’esprit
      Un vanité si folle.
      Ce n’est pas vous, c’est l’idole,
      À qui cet honneur se rend,
      Et que la gloire en est due.”
      D’un magistrat ignorant
      C’est la robe qu’on salue.

      Jean de La Fontaine.

    • Wow

      Désolé M. Boisvert, le manque de commentaires sur ce blog depuis la nouvelle de la remise en liberté des 31 “coupables” (mon sage professeur de droit criminel de la Fac de Droit de l’U de M, nous enseignait, que grosso modo 90% des accusés étaient coupables compte tenu de la compétence policière, et j’y crois fermement) m’indique que la population ne comprend pas le lien entre ce qui se passe et les conditions de travail des procureurs provinciaux.

      La bonne nouvelle est que la plupart des 31 vivent en banlieue (oui, oui, il y a un lien, pensez droite), alors bonne chance à vous, ca me fait plaisir qu’on vous offre le niveau de services que vous méritez.

    • @ julietrudeau

      Les professeurs de droit, surtout ceux de la nouvelle génération, détiennent une maîtrise. Il y a belle lurette que le doctorat n’est plus exigé pour obtenir une charge de cours dans une faculté de droit.

      Ceci dit, il vous est possible de comparer la charge de travail, le stress, la responsabilité professionnelle d’un professeur de droit fiscal et celles disons, de la procureure chargée du dossier du Dr Turcotte ?

      Croyez-vous qu’un professeur ressent la même pression lorsqu’il donne son cours, qu’un procureur qui doit faire témoigner une victime d’agression sexuelle de douze ans, une mineure sous l’emprise d’un gang de rue, une victime de violence conjugale qui ne parle pas notre langue ou une personne âgée qui s’est fait voler ses économies par l’un de ses enfants ?

      Venez faire un tour dans notre secteur dans un palais de justice. Gardez votre calme si vous voyez qu’on se fait insulter par l’entourage des accusés avec qui on doit partager les corridors, les ascenseurs et les toilettes, ça arrive parfois.

    • M. Boisvert, vous faites grand cas du salaire des procureurs. Toutefois en dehors de la couronne de Montréal où les salaires sont beaucoup plus importants qu’ailleurs en province, le salaire des procureurs est attrayant pour une bon nombre d’avocats qui s’assurent ainsi une sécurité d’emploi et une pension surtout pour ceux ayant moins de 10 ans d’expérience.

    • Ne cherchez pas loin. Les procureurs sont syndiqués, ceux dans le privé ne le sont pas.

      Je suis certain que les procureurs échangeraient bien leurs 12 a 15 jours de maladies contre une augmentation et qu’ils aimeraient bien ne pas devoir soudoyer le syndicat avec leur cotisations obligatoires.

      Mais bon, il parait que c’est un choix de travailler dans un environnement syndiqué. Alors, arrêtons de nous plaindre qu’il n’y a pas de procureur compétent, c’est leur choix de toute façon… Ils ont juste à aller au privé… Misère…

      Libérez nous des syndicats de professionnels au PC.

    • @ceux qui comparent les pommes et les oranges, les avocats, les infirmières et les professeurs et qui discréditent les salaires demandés parce que “ça prend juste un Bacc” :

      Allez-y faire le Bacc en droit si il n’y a rien là! Allez-y passer le Barreau si c’est facile. Rien ne vous empêche de le faire.

      La vérité c’est que les études en droit sont difficiles et très contingentées.

      Les lois changent sans cesse, les avocats sont obligés de suivre de la formation à toutes les années et défendre des crottés vient avec des risques.

      Le Bacc de droit est l’un, sinon le plus difficile et la formation ne s’arrête pas avec le Bacc ; elle continue, année après année.

      Si vous croyez que c’est facile, allez-y! Juste pour voir…

    • aspect internationaL… À chronique populaire, écriture de qualité merci.

    • Vous soulevez un bon point, M. Boisvert. Pendant combien de temps serons-nous en mesure de soutenir un système à 100% public ? Un autre groupe de travail est en négociations avec le gourvernement: les médecins résidents. À 25% d’écart salarial avec le reste du Canada, peut-on vraiment s’assurer que nos patients aient les meilleurs médecins au monde, ici, chez nous ou devons-nous craindre l’exode des professionnels des services publics ?

    • Nous sommes le vendredi 3 juin.

      Y aurait-y moyen de changer de sujet !!!

    • Un paquet de FAT CATS BRAILLARDS

      C’est quoi leur problème?

      Jetez donc un coup d’œil sur les données publiées par Institut de la statistique du Québec :

      http://www.stat.gouv.qc.ca/donstat/econm_finnc/conjn_econm/TSC/pdf/chap11.pdf

      On a qu’à congédier TOUS ces braillards et les remplacer par les 12 % de finissants de l’École du Barreau qui n’ont pas décroché de stage :

      http://carriere.jobboom.com/marche-travail/secteurs/droit/2008/11/21/7487696-je.html

      Prochains FAT CATS BRAILLARDS sur la liste : les JUGES

    • @mercador

      25 mai 2011
      12h05

      Le problème avec votre suggestion c’est que l’on se retrouverait avec une pénurie de main d’oeuvre!! ;)

      Ceci dit ça me décourage d’entendre les gérémiades perpétuelles de tout ces gens qui veulent l’université gratuite, mais en étant rénumérés, par la suite, comme ceux qui déboursent $40 000/ année pour leurs études! Et ça vaut dans tous les domaines.

      Pour les procureurs, tant qu’à moi, les salaires sont déjà très élevés versus la qualité de justice dont on bénéficie ici! On l’a encore vu cette semaine…..!

    • Avant de réclamer davantage de salaire, les petits procureurs de la couronne devraient simplement avoir l’initiative d’effectuer le travail pour lequel ils sont rémunérés. Les procureurs de la couronne ont le devoir de vérifier l’enquête de police avant d’autoriser les procédures judiciaires. Pourtant ils n’en font rien dans les dossiers de violence conjugale alléguée pour la bonne et simple raison que dans ces dossiers spécifiques, l’enquête de police brille tout simplement par son absence !

      Pire, les policiers ont l’ordre de ne pas amorcer d’enquête aux conséquences trop prévisibles pour les menteuses et de violer sans la moindre réticence les droits réputés fondamentaux des individus ciblés par la politique digne de l’Allemagne Nazi. Une seule parole suffit en effet à expédier n’importe quel conjoint derrière les barreaux en autant que ce soit une femme qui la verbalise. Ces petits procureurs crapuleux dans leur rôle de mercenaire de la justice constituent une couche de fonctionnaires inutiles dans une machine corrompue dont le seul objectif en matière familiale consiste à détruire les familles et s’accaparer du patrimoine familial en exigeant des honoraires professionnels indécents qui frisent l’extorsion. Non, vous ne me ferez pas pleurer sur le sort des procureurs véreux « à bout de souffle » car lorsque la justice parviendra enfin à reconquérir ses lettres de noblesse et se défaire des liens incestueux avec les groupes de pression, ces procureurs corrompus auront à répondre de leur complaisance à l’égard d’un système de justice dégénérée par son assujettissement à une idéologie déviante, le fémisexisme d’état.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    mai 2011
    L Ma Me J V S D
    « avr   juin »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Archives

  • publicité