Yves Boisvert

Yves Boisvert - Auteur
  • Yves Boisvert

    Yves Boisvert est chroniqueur à La Presse depuis 2000, après avoir été chroniqueur judiciaire pendant 10 ans.
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 19 mai 2011 | Mise en ligne à 22h10 | Commenter Commentaires (32)

    PKP-Lafrance: le bon sens (enfin)

    Pierre-Karl Péladeau et Sylvain Lafrance (photos La Presse)

    Pierre-Karl Péladeau et Sylvain Lafrance (photos La Presse)

    Quand on songe que la Cour supérieure a été mobilisée pendant presque deux semaines pour décider si “voyou” est un mot qui fait de la peine…

    Et qu’il a fallu l’intervention de la Cour d’appel pour rayer le travail du juge Claude Larouche, parti tout seul avec la rondelle vers on ne sait trop quelle direction…

    On se dit qu’il était temps de mettre fin à cette affaire.

    Et hier, par voie de communiqué, on a appris que la société Radio-Canada, Sylvain Lafrance et Pierre-Karl Péladeau ont conclu une entente à l’amiable qui évitera la reprise de ce procès.

    Le collègue Martin Croteau rapporte la nouvelle.

    Il y a longtemps que des excuses très simples auraient dû être formulées et acceptées. Remarquez bien, je ne saurais vous dire la faute à qui.

    Ce que je peux vous dire, par contre, c’est que dans le contexte précis de cette affaire, aucune personne raisonnable n’a pensé que le vp de Radio-Canada a effectivement accusé M. Péladeau d’être un bandit. Il est clair qu’il fait référence à la brutalité de ses manières d’affaires, pas du tout à sa moralité personnelle. On ne peut pas exiger du débat public qu’il soit totalement exempt d’expressions un peu colorées.

    Il est également clair que jamais un juge n’aurait accordé 700 000$ à M. Péladeau, si d’aventure on avait conclu à une faute civile. La somme initialement réclamée était de 2,1 million, ce qui est assez fort de café convenons-en.

    La somme record en matière de diffamation au Québec est dans les 800 000$ dans l’affaire Gilles Néron (2004, contre Radio-Canada, d’ailleurs), qui avait été traité injustement dans un reportage et avait perdu tous ses revenus et son entreprise.

    Ailleurs au Canada, il faut remonter à Hill c. l’Église de Scientologie (1995), une affaire où un procureur avait été traîné dans la boue malicieusement par l’église en question –une somme de 1,6 million, mais accordée par un jury, et avec des faits aggravants.

    Je doute fort que M. Péladeau ait ému la Cour aussi intensément…

    Ce genre de querelle n’a vraiment pas à occuper le précieux temps des tribunaux, en tout cas pas pendant deux semaines –plus un appel.

    C’est une leçon pour les parties comme pour la Cour supérieure, qui n’a pas su gérer cette cause comme il se devait.

    Il était temps que ça finisse.


    • «Il était temps que ça finisse.»
      +++++++++++

      En effet car cela n’aurait jamais dû commencer.

    • La somme record en matière de diffamation aux USA est de combien ?

    • @ john 8888
      Aucune idée, mais il y a eu un nord-coréen qui a été condamné a perpet pour avoir dit des conneries sur son chef d’état.

    • imaginez ce ca aurait été si il l avait traité de trouduc

    • La Cour supérieure n’aurait-elle pas pu au départ déclarer frivole la demande M. Péladeau compte tenu du montant demandé?

      Non, ce n’était pas à ce point là. Y.B.

    • Combien ça nous a coûter à nous pour que ces richissîmes personnages finissent par dire ce qu’ils ne voulaient pas dire…Autre exemple que le système judiciaire sert surtout à ceux qui ont les moyens de se le payer.

    • Tant qu’à moi, le fait que PKP poursuive pour si peu donne raison à son adversaire.
      À ce que je sache, Lafrance n’a dit que PKP se conduit comme un voyou et non pas est un voyou.

    • L’importance de la somme demandée est souvent calculée en fonction de la taille de l’égo de la personne qui s’estime lésée plutôt que la réelle importance du tort causé!

    • Let go my égo.

    • Péladeau est tout sauf un imbécile. Cette poursuite contre le vp de R-C faisait partie d’une stratégie globale pour discréditer la Société d’État par tous les moyens possibles, car il rage d’être obligé de maintenir un certain niveau de qualité à TVA pour demeurer en concurrence avec R-C, elle qui fixe les standards de cette qualité télévisuelle (oui je sais, standards de moins en moins élevés mais c’est un autre sujet). Plus R-C sera mal en point, moins TVA sera obligé d’investir pour attirer les auditoires, donc plus PKP fera de profits.
      Évidemment, avec cette poursuite contre Lafrance il s’est mis le doigt dans l’oeil jusqu’au coude. C’est pourquoi je regrette un peu que ce procès soit terminé, je me régalais de voir et d’entendre le milliardaire voyou se ridiculiser sur la place publique.

    • Je ne sais pas si M. Péladeau a agi en voyou à l’époque, mais avec sa poursuite il l’a vraiment fait, parce qu’en poursuivant de la sorte pour une futilité, il passe un message d’intimidation à tous ses dénigreurs. Son message est prenez garde, si vous me contestez, j’ai à ma solde des hommes de bras féroces (mes avocats) et je n’hésiterai pas à les utiliser.

    • Surtout que c’est une chose que de dire que M. Péladeau est un voyou, ce que je ne crois pas, et une autre de dire qu’il a eu un comportement de voyou dans un certain dossier, ce qui est mon opinion, et pas juste dans ce dossier.

      Je crois que M. Péladeau a voulu jouer les matamores comme dans le cas de ses journaux…

    • Bravo a Péladeau, qui viens de prouver qu’on peut avoir du succes en affaire et faire fortune tout en etant un enfant gaté qui pleure dans les jupes de sa mère à la moindre critique.

      Completement ridicule !

    • Autant PKP que Lafrance se sont tous deux comportés comme de ‘jeunes voyous sans jugement’ ! Une petite dose d’humilité de la part de chacun, au départ, aurait empêché qu’ils perdent leur temps avec de telles futilités.
      Quant au juge Claude Larouche, je comprends son impatience et d’avoir voulu ‘tourner les coins ronds’. C’est très frustrant pour un magistrat de perdre du temps avec de pareilles insignifiances qu’on ne voit que chez les orgueilleux et les prétentieux.

      … Et encore, j’essaie de pas trop être méchant !

    • complètement stupide cette poursuite ils ont du temps a perde.

    • Bon matin M. Boisvert,

      J’ai une question, totalement hors sujet, mais que j’aimerais tout de même vous poser…

      Pourquoi diable personne sur Cyberpresse, aussi bien dans les blogues que dans les éditoriaux, n’a écrit sur le lapin (le nouveau) de Gerry Tremblay, apparemment maintenant agent double de la SQ…??

      Niet, nada, nein; 0 pis une barre, si ce n’est que de la manchette parue très brièvement (et tardivement) à ce sujet… À moins que je me trompe, si c’est le cas, toutes mes excuses!

      Enfin, désolé de toute manière d’utiliser votre blogue à cette fin, mais je trouve ce dossier passablement plus dérangeant que celui de Schwarzenegger…

      Bon Week-End!

      Lapin? On met un homme là-dessus. Y.B.

    • Quand on “joue” au roi de la montagne, il faut s’attendre à se faire lancer des balles de neige. Assumez la position que vous croyez avoir Mr Péladeau.

    • Avec les excuses exprimées, très belle victoire du Québec sur la condescendance des hommes de main de la Canadian Broadcasting Corporation.

    • @ Yves Boisvert

      “C’est une leçon pour les parties comme pour la Cour supérieure, qui n’a pas su gérer cette cause comme il se devait.”

      Mais qu’aurait-elle dû faire au juste?

      1. Désigner un juge à la hauteur de la tâche. 2. limiter le débat à un maximum de deux, trois jours. Y.B.

    • Attention. Lorsque quelqu’un d’aussi influent que Lafrance, dans le monde du mass media, traite un compétiteur de ”voyou”, celui-ci se doit de réagir et prestement. Le problème, ici, n’est pas la poursuite enclenchée par Péladeau ; mais bien l’impulsivité de Lafrance, qui demeure un fonctionnaire d’une société d’État, soumis à un devoir de réserve qu’il a transgressé. Une grave erreur de jugement, dont il va payer le prix incessament. À Ottawa, on ne badine pas avec un tel comportement. Les jours de Lafrance sont comptés.

    • Effectivement pathétique guerre d’égos trop enflés qui se moquent de la justice et de son accessibilité. Pendant que ces sires duellent sur le sens des mots , le justiciable ordinaire lui, attend et paye…

    • Il est clair depuis le début qu’il n’y avait pas là matière à un proçès en diffamation.”Il fait référence à la brutalité de ses manières d’affaires, pas du tout à sa moralité personnelle”,écrivez-vous.Admettez tout de même avec moi que la nuance est,comment dire,subtile.

    • Moi je trouve ca bien dommage. On commencait juste à avoir du fun et à trouver que le juge était l’imbécile numéro un par excellence au Québec. Ca aurait été encore plus drôle de voir la seigneurie s’enfocer jusqu’au cou.

      Ceci dit, va pour les excuses, mais Lafrance est le premier bum de l’histoire. On ne traite pas les autres de voyou ou de bum quand on veut pas que ca nous retombe sur le nez. Mais il est tellement gauchiste et snob, un vrai petit coq, toujours le nez en l’air à regarder le petit peuple de haut et surtout à prendre bien soin de sa gang comme Véro, Lepage, Morissette, Penelope, LEcuyer. Il fait travailler sa gang et les autres peuvent toujours attendre, Radioi-Canada ne les fera jamais travailler.

      Quel homme !

    • Ah, le péché d’orgueil…celui qui fait tomber de haut les grands de ce bas monde (PKP, DSK, BHL, VLB…et la liste s’allonge comme un pur aveuglement d’un ego scintillant dans les hautes sphères de l’autosatisfaction infinie de la constellation du JE énorme…

    • Juste sur ma rue, en une semaine, on peut entendre le début d’une dizaine de proces.
      Mais la justice est ainsi faite, seul les plus riches y ont acces pour régler des choses aussi importante.
      Quand ce n’est pas un premier Ministre, ou un autre richissime citoyen, la justice est autrenent moins importante, puisqu’inacessible.

      Voyous que nous ommes

    • Impression personnelle: L’insulte en question n’a rien à voir. Il s’agit d’intimidation. Dans ce contexte, ça devient plus qu’une poursuite frivole. Ça devient l’élément d’une stratégie. On n’a qu’à se rappeler le congédiement rapide du leader syndical du JdeM au premier accrochage. Ou celui de Louis Morrisette après un sketche… À chaque fois, on voit une réponse forte et brutale pour décourager toute opposition.
      Ça pourrait être la réaction puérile d’un être susceptible mais je crois qu’il y a plus. Qui prendra le risque de s’opposer à PKP s’il risque de se retrouver en cour? Message: si vous vous opposez à PKP, attendez-vous à recevoir des coups.

    • La France et les USA deux sociétés différentes.
      Dans la 1ére on est présumé innocent quand on est accusé d’un délit et on vous met en “examen” et non en prison.Celui qui vous montre votre en photo menottes aux poignets s’expose à de sévéres poursuites.De plus en France un prisonnier est un être humain et on fera tout pour le réintégrer dans la société pour qu’il se sente un être humain.
      A l’inverse aux States,un accusé devient déja coupable en l’exposant à la haine et à la vindicte populaire,on l’emprisonne sans cérémonie et on l’expose menottes aux poignets ! Sans aucun respect de la dignité humaine.
      Un coupable est emprisonné pour être complétement anéanti,et c’est sans aucune gêne qu’on en fait des monstres qu’on relache plus tard dans la rue à un terminus d’autobus,avec quelques dollars et une boîte de carton avec leurs effets personnels !
      D’un côté la France avec des méthodes du 21 éme siécle et de l’autre côté le plus grand pays au monde aux méthodes du moyen-âge….qui font plaisirs aux vieux puritains américains.

      La compassion médiatique pour le prévenu n’a pas son équivalent dans le système de justice lui-même, et les juristes français en grand nombre sont très critiques face à l’institution du juge d’instruction, sérieusement menacée de disparaître, pour cause d’archaïsme justement. La peine de mort d’un côté, un système en partie obsolète de l’autre… Chacun son moyen-âgisme. Y.B.

    • “Mais qu’aurait-elle dû faire au juste?

      1. Désigner un juge à la hauteur de la tâche. 2. limiter le débat à un maximum de deux, trois jours. Y.B.”

      Moi je trouve que le choix du juge a ete genial: j’imagine qu’on s’est dit “vous voulez faire un proces de deux semaines au sujet de cette peccadille, et bien voici votre juge…amusez vous bien”.

    • Péladeau est un grand chum de Harper. Discréditer la Société Radio-Canada et la ruiner, ça fait l’affaire des deux et ils s’entraident.

      PKP le scab a passé 3 heures dans le bureau de Harper seul à seul pour discuter de Sun TV, la chaîne de propagande conservatrice qu’on n’a pas réussi à rendre obligatoire et à laquelle le nouveau pion de Harper au CRTC n’a pas réussi à faire donner la permission de mentir en ondes. Les présidents de pays en visite on droit à une heure. On voit les priorités.

    • C’est la SRC qu’il faut fermer.

    • Il est vrai que le système des juges d’instruction est remis en question en France, mais est-ce bien parce qu’une procédure inquisitoire est “archaique”… ou n’est-ce pas plutôt parce que l’exécutif fait tout pour affirmer sa préséance sur les pouvoirs judiciaires et législatif et nous éloigner de la démocratie vers la dictature ? Remarquer que les USA visent le même objectif par un cheminement différent: le judiciaire prime tout et qui nomme les juges a donc un pouvoir absolu.

      Pierre JC Allard

    • Correction: les juges de la COUR SUPREME

      PJCA

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    novembre 2011
    L Ma Me J V S D
    « oct   déc »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    282930  
  • Archives

  • publicité