Yves Boisvert

Yves Boisvert - Auteur
  • Yves Boisvert

    Yves Boisvert est chroniqueur à La Presse depuis 2000, après avoir été chroniqueur judiciaire pendant 10 ans.
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 21 avril 2011 | Mise en ligne à 22h57 | Commenter Commentaires (11)

    Turcotte: pourquoi un procès?

    Illustration André Rivest La Presse

    Illustration André Rivest La Presse

    La question se pose, évidemment, puisque les faits sont aussi horribles qu’incontestables.

    Pourquoi, si Guy Turcotte se reconnaît l’auteur du meurtre de ses enfants, doit-on lui faire un procès?

    Pourquoi, demande un lecteur, cet “étalage” pénible de faits à peu près insupportables?

    Les mêmes questions se posaient dans le procès de Francis Proulx, meurtrier de Nancy Michaud. J’en ai parlé à l’époque.

    Ce n’est évidemment pas par complaisance, par goût du morbide.

    C’est parce qu’un crime a deux composantes.

    Une matérielle: l’acte illégal.

    Une morale: l’intention coupable.

    Depuis des siècles déjà, on reconnaît qu’une personne qui n’a pas conscience de ses actes ne peut pas être déclarée coupable d’un crime.

    On appelait ça autrefois la défense de folie. Aujourd’hui, on appelle cela la non-responsabilité pour cause de troubles mentaux.

    Toute la question ici est de savoir si Guy Turcotte, au moment de tuer ses enfants, avait toute sa tête –je dis ça en termes non juridiques.

    Pouvait-il différencier le bien du mal, selon la formule consacrée.

    Un jury de gens ordinaires en décidera.

    Il y aura donc débats entre experts psychiatres, c’est à prévoir.

    Et ce n’est pas pour rien que la poursuite comme la défense portent la plus grande attention au comportement de l’accusé dans les heures qui ont suivi l’événement: qu’a-t-il dit lors de son arrestation, à l’hôpital, etc.?

    On veut tenter d’établir son état d’esprit au moment de l’acte.

    Il ne s’agit pas d’un “étalage”, et le but n’est pas de satisfaire la curiosité médiatique.

    Il s’agit, très douloureusement sans doute, d’examiner les faits, et de tenter de déterminer si Guy Turcotte est “coupable” au sens de la loi.

    C’est un exercice qui dans certains cas est particulièrement difficile, et ce n’est pas pour rien que le juge Marc David a averti les candidats jurés avant la sélection du jury: cette cause n’est pas pour tout le monde.

    Il arrive que rendre la justice exige plus que d’ordinaire.

    C’est un de ces cas, et personne, j’en suis convaincu, ayant suivi cette cause, n’en sortira tout à fait indemne.

    Le public, par ailleurs, n’est pas obligé de lire ou d’écouter les compte-rendus de cette tragique affaire.

    Mais pour rendre un jugement, on ne peut pas faire l’économie des faits les plus insupportables.

    Alors n’allons pas trop vite.

    La justice ici a besoin d’exposer tous les faits. C’est son travail. Elle n’a pas à être plaisante, pas plus qu’elle ne cherche à être spectaculaire.

    Patience, écoute…

    Et pour ceux qui trouvent la chose insupportable, ce qui serait une chose parfaitement normale, il n’y a qu’à regarder ailleurs pendant que ce travail se fait.

    (Je ne prendrai aucun commentaire sur la cause, le procès étant devant jury)


    • “Turcotte: pourquoi un procès?” Pour toutes les raisons que vous avez énoncées.Je suis, comme tout le monde,complètement décontenancé.

    • Souhaitons simplement que justice soit rendue.

    • Pourquoi avez-vous écrit cet article sur votre blogue alors? Il aurait mieux en faire une chronique ou un éditorial…
      Vendredi saint… Pas de journal… Y.B.

    • Je ne vois pas pourquoi vous bloquer les commentaires parce que le procès est devant jury. Pouvez vous expliquer?

      Je ne veux pas prendre part à un débat sur la valeur de sa défense ou sur la crédibilité des témoins en plein milieu du procès, histoire de ne pas donner l’impression de tenter d’influencer le jury. C’est un moment très particulier et assez rare finalement où la réserve est de mise –vieux réflexe d’ex-chroniqueur judiciaire. On en reparlera abondamment après le verdict, ou quand les jurés seront séquestrés pour délibérer. Y.B.

    • Mon commentaire ne concernait pas la cause, mais il questionnait les médias. Est-ce pour ça qu’il n’a pas été publié?

      Vous auriez dû terminer votre “post” en spécifiant que vous ne prendriez aucun commentaire, point. Ç’aurait été plus clair.

      Merci de me lire, même si vous ne me publiez pas.

      Michèle Paquette
      C’est à peu près ça, madame, j’en ai publié quelques uns pour expliquer pourquoi je ne les publiais pas… C’est fini. Y.B.

    • @monsieur Boisvert

      Je comprends fort bien que vous ne preniez pas de commentaires sur cette cause.

      Le jury n’est pas incommunicado.

      Et puis il y a une question de respect: c’est le jury qui entend toute la preuve et qui rendra son verdict.

      Alors, on n’y va pas avec l’applaudimètre.

      Comme vous avez eu la délicatesse d’indiquer à quelques personnes la raison pour laquelle vous n’avez pas publié leur commentaire, j’aimerais que vous me disiez en quoi celui que je vous ai transmis hier matin, et qui ne porte que sur des règles de droit, ne rencontre pas vos critères.

      Joyeuses Pâques.
      Je vous avoue candidement que j’en ai effacé des dizaines… Aucune idée! Y.B.

    • “Et pour ceux qui trouvent la chose insupportable, ce qui serait une chose parfaitement normale, il n’y a qu’à regarder ailleurs pendant que ce travail se fait.”

      Il est difficile de regarder ailleurs quand l’ensemble des médias se délectent de cette morbidité.

      APratte
      Sherbrooke

    • “Pourquoi, demande un lecteur, cet “étalage” pénible de faits à peu près insupportables?”

      ===

      On a toujours la possibilité de ne pas écouter ou lire ce qu’on qualifie d’insurportable.

      Jean Émard

    • Pourquoi cette question si vous ne voulez pas de réponses?

    • J’ai regardé ailleurs, moi!

    • [e]

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    septembre 2014
    L Ma Me J V S D
    « juil    
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    2930  
  • Archives

  • publicité