Yves Boisvert

Archive, avril 2011

Jeudi 21 avril 2011 | Mise en ligne à 22h57 | Commenter Commentaires (11)

Turcotte: pourquoi un procès?

Illustration André Rivest La Presse

Illustration André Rivest La Presse

La question se pose, évidemment, puisque les faits sont aussi horribles qu’incontestables.

Pourquoi, si Guy Turcotte se reconnaît l’auteur du meurtre de ses enfants, doit-on lui faire un procès?

Pourquoi, demande un lecteur, cet “étalage” pénible de faits à peu près insupportables?

Les mêmes questions se posaient dans le procès de Francis Proulx, meurtrier de Nancy Michaud. J’en ai parlé à l’époque.

Ce n’est évidemment pas par complaisance, par goût du morbide.

C’est parce qu’un crime a deux composantes.

Une matérielle: l’acte illégal.

Une morale: l’intention coupable.

Depuis des siècles déjà, on reconnaît qu’une personne qui n’a pas conscience de ses actes ne peut pas être déclarée coupable d’un crime.

On appelait ça autrefois la défense de folie. Aujourd’hui, on appelle cela la non-responsabilité pour cause de troubles mentaux.

Toute la question ici est de savoir si Guy Turcotte, au moment de tuer ses enfants, avait toute sa tête –je dis ça en termes non juridiques.

Pouvait-il différencier le bien du mal, selon la formule consacrée.

Un jury de gens ordinaires en décidera.

Il y aura donc débats entre experts psychiatres, c’est à prévoir.

Et ce n’est pas pour rien que la poursuite comme la défense portent la plus grande attention au comportement de l’accusé dans les heures qui ont suivi l’événement: qu’a-t-il dit lors de son arrestation, à l’hôpital, etc.?

On veut tenter d’établir son état d’esprit au moment de l’acte.

Il ne s’agit pas d’un “étalage”, et le but n’est pas de satisfaire la curiosité médiatique.

Il s’agit, très douloureusement sans doute, d’examiner les faits, et de tenter de déterminer si Guy Turcotte est “coupable” au sens de la loi.

C’est un exercice qui dans certains cas est particulièrement difficile, et ce n’est pas pour rien que le juge Marc David a averti les candidats jurés avant la sélection du jury: cette cause n’est pas pour tout le monde.

Il arrive que rendre la justice exige plus que d’ordinaire.

C’est un de ces cas, et personne, j’en suis convaincu, ayant suivi cette cause, n’en sortira tout à fait indemne.

Le public, par ailleurs, n’est pas obligé de lire ou d’écouter les compte-rendus de cette tragique affaire.

Mais pour rendre un jugement, on ne peut pas faire l’économie des faits les plus insupportables.

Alors n’allons pas trop vite.

La justice ici a besoin d’exposer tous les faits. C’est son travail. Elle n’a pas à être plaisante, pas plus qu’elle ne cherche à être spectaculaire.

Patience, écoute…

Et pour ceux qui trouvent la chose insupportable, ce qui serait une chose parfaitement normale, il n’y a qu’à regarder ailleurs pendant que ce travail se fait.

(Je ne prendrai aucun commentaire sur la cause, le procès étant devant jury)

Lire les commentaires (11)  |  Commenter cet article






Mardi 19 avril 2011 | Mise en ligne à 13h24 | Commenter Commentaires (49)

Mort d’une championne

waitz

La marathonienne Grete Waitz, neuf fois championne à New York, meurt à 57 ans. Le New York Times raconte ça.

Lire les commentaires (49)  |  Commenter cet article






Lundi 18 avril 2011 | Mise en ligne à 14h29 | Commenter Commentaires (16)

Records à Boston

322658-avec-temps-20302-kenyan-geoffrey

Il vente fort à Boston, et pas seulement dans la face des joueurs des Bruins.

Le vent de dos a mené à un nouveau et incroyable record du monde du marathon le plus vieux au monde (1897) par le Kényan Geoffrey Mutai: 2h03:02.

Le précédent, de Haile Gebreselassie, était de 2h03:59, établi à Berlin il y a trois ans.

On ne peut pas vraiment comparer ces records, vu la différence des parcours et des conditions.

Mais s’il y a un marathon où l’on n’est pas censé battre de record, c’est bien celui de Boston, avec ses côtes légendaires.

Le précédent record du parcours a été établi l’an dernier par un autre Kényan, Robert Kiprono Cheruiyot, qui a gagné Boston en 2h05:52 l’an dernier, et qui a fini sixième en 2h06:43 aujourd’hui –le vent ne garantit rien…

Plus étonnant encore: le deuxième, le Kényan Moses Mosop, 25 ans, a fini en 2h03:06… C’était son premier marathon.

L’Américain Ryan Hall a terminé quatrième avec son meilleur chrono à vie (de plus d’une minute): 2h04:58.

Et chez les femmes, on a vu une autre rareté: un Américaine sur le podium: Desiree Davila est arrivée deuxième, deux secondes derrière la gagnante, la Kényane Caroline Kilel (2h22:36).

Le meilleur Canadien a été David Le Porho, 33 ans de Montréal: 2h29:23, 85e au total. Le meilleur Québécois, après lui, a été Louis-Philippe Garnier, 46 ans de Montréal (2h33:23).

Lire les commentaires (16)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    mai 2011
    L Ma Me J V S D
    « avr   juin »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Archives

  • publicité