Yves Boisvert

Yves Boisvert - Auteur
  • Yves Boisvert

    Yves Boisvert est chroniqueur à La Presse depuis 2000, après avoir été chroniqueur judiciaire pendant 10 ans.
  • Lire la suite »

    Partage

    Lundi 31 janvier 2011 | Mise en ligne à 13h57 | Commenter Commentaires (48)

    L’après-Bastarache

    L’ex-juge en chef de la Cour du Québec, Huguette Saint-Louis, y est allée elle aussi d’une critique du rapport Bastarache.
    Pas assez pratique, trop concentré sur la sélection des candidats, et pas assez sur la nomination, dit-elle. Elle soulève des arguments valables.
    Le commissaire recommande des comités de sélection à cinq (pris à même une liste de 30 représentants permanents et rémunérés), donc une machine relativement lourde, qui dresseraient une liste de trois candidats, dans laquelle le gouvernement choisirait.
    Si Jean Charest a un peu d’audace, il ira plus loin et adoptera un modèle encore plus contraignant: un ou deux candidats retenus maximum. Car c’est l’arbitraire politique qu’il faut limiter au maximum.
    Cela dit, il n’est pas inutile d’améliorer la sélection. En ce moment, le processus est tellement opaque qu’il donne l’impression d’être réservé aux initiés et aux gens bien connectés. L’Ontario (une liste de deux noms) et la Grande-Bretagne (où un comité désigne carrément un seul candidat) ont également amélioré le mode de sélection, le rendant plus représentatif, et pas seulement la nomination.
    J’ai déjà dit que les recommandations vont dans le bon sens, mais je préfère encore un modèle plus serré. On peut se demander, en effet, pourquoi former des comités de sélection plus complexes et plus coûteux si, à la fin, leurs choix ne sont même pas présentés par ordre de préférence.
    Mais si Jean Charest avait un peu d’audace, ça se saurait… Alors n’espérons rien de trop ambitieux.
    Dire que jadis il prétendait vouloir que le Québec “brille parmi les meilleurs”. Ça devrait passer par un système de nominations clairement méritocrate, où le favoritisme politique est écarté encore plus évidemment que ce que suggère le rapport Bastarache.
    Mais après des années de post-its et de jeux de coulisses, c’est plus qu’un changement de culture qu’il faudrait, c’est un changement de personnalité…


    • Jean Charest aura régné (et je pèse bien le mot) sur le Québec pendant une 10aine d’années si les québécois ont le courage de le sortir de là aux prochaines élections. De quoi se souviendra-t-on du règne Charest.

      On se souvient de Jean Lesage pour la révolution tranquille;
      On se souvient de Robert Bourassa pour les chantiers hydro-électrique;
      On se souvient de René Lévesque pour plusieurs des services sociaux qui existent aujourd’hui (pis là je n,entre pas dans le débat souverainiste…).

      Alors, je vous le demande, quel grand événement aura marqué le règne Charest?

    • J’ai une bizarre d’impression. Puisque la Commission Bastarache aura été la bévue de la décennie au Québec, il est fort possible que l’on mettre tout en oeuvre que que cet épisode tombe dans un profond SILENCE. Monsieur Charest l’a annoncé lui-même l’autre jour. Il a déjà tourné la page et il dit qu’il va de l’avant. Pas question de regarder dans le rétroviseur. Pourtant, le rétroviseur a son utilisé. Placez-vous sur l’autoroute et enlevez cet accessoire. Bonne chance. Etes-vous toujours là? Ouf, vous m’avez fait peur.

      Comme le silence est d’or . . . l’après-Bastarache sombrera dans le très monotone mon frère.
      Gilles Pelletier, Québec

    • F Gaumond

    • “En ce moment, le processus est tellement opaque qu’il donne l’impression d’être réservé aux initiés..” Y.B.

      C’est, je crois, une impression généralisée dans la population. Nous avons reçu tellement d’informations (parfois contradictoires) sur cette Commission que l’on en perd son latin. Elle aura du moins servi à faire réfléchir et s’informer d’avantage sur ces processus complexes. Merci de nous aider à y voir clair.

    • post-its ce sont des papiers-collants non?

    • À l’heure où on demande à nos juges d’arbitrer des conflits sociaux de plus en plus difficiles, d’appliquer des chartes des droits et d’agir comme “gardiens de la constitution”, ils et elles se doivent de présenter la plus grande neutralité et impartialité. Pour ma part j’irais encore plus loin que la Grande Bretagne et je confierais la responsabilité à une commission permanente et indépendante du pouvoir, comme le Conseil de la magistrature par exemple. Il y a d’autres idées et d’autres modèles, cessons d’étudier et agissons.

      Pierre Foucher

    • Extraordinaire cette commission quand on y pense. Voilà que Charest pour prouver qu’il n’y a pas de problèmes avec la nomination des juges et que les juges sont tous hyper-compétents en nomme un pour présider une commission: Michel Bastarache. On se rend compte alors que le juge nommé par Charest est “bizarre” pour utiliser un mot “bloguable”. Celui-là nous avait été présenté comme le top du top. Et on se demande alors: si c’est le meilleur des meilleurs qu’en est-il des autres qu’on ne voit jamais?

    • @peauline

      Pas exactement.

      Ce sont des “papillons”.

      http://www.granddictionnaire.com/BTML/FRA/r_Motclef/index1024_1.asp

    • Plutôt que le blogueur nous demande notre opinion sur un sujet donné , j’aime bien votre approche de nous donner votre opinion et à nous de réagir.
      Dans ce cas-ci, je plie l’échine et j’endosse vos commentaires.
      yg

    • un aparté,
      Aux Mondiaux U23 , notre jeune Alex Harvey a terminé premier dans le 30 kms- ski de fond pour le championnat du monde.
      Mens sana in corpore sano.
      Voilà un modèle de beau candidat pour devenir un leader en politiques québecoises.
      PS je pense à l’autre du Saguenay, Pierre …un naturel.
      yg

    • Bonjour,
      Avec un profond respect, toutes ces recommandations semblent de simples voeux pieux ! Comme si les nominations des juges étaient apolitiques avant le gouvernement libéral . Nos amis les péquistes ont beau déchirer leur dernière chemise en s’époumonant dans l’Agora car avec leur mémoire courte et sélective, par nationalisme aveugle, ils oublient les nominations dite politiques par le Parti Québécois comme s’ils avaient le monopole de la vertu….. Qui ne se souvient pas de la nomination à la Cour du Québec comme juge de Madame Lorraine Laporte Landry, la conjointe du valeureux Monsieur Bernard Landry par Monsieur Paul Bégin alors Ministre de la Justice ? Et presque au même moment en 1994, Monsieur Paul Bégin nomma juge Monsieur Richard Therrien, cet ancien membre du FLQ qui fut condamné antérieurement à une année de prison dans les années 1970. Bien joli de parler de la séparation des pouvoirs, mais nos péquistes à nous ont sûrement pas nommé des libéraux comme juges….. Au plaisir, John Bull.

    • Il faut un très sérieux comité de sélection et un très sérieux premier ministre et ministre de la justice. À chacun de conclure si tel est le cas avec Jean Charest et Marc Bellemare!! Tout le reste est plutôt cosmétique. Un premier ministre sérieux ne se balade pas à l’émission Tout le monde en parle et il ne crée pas une commission Bastarache et il ne perd pas son temps et son énergie à poursuivre un hurluberlu comme Marc Bellemare.

      Michel Lebel

    • johnbull

      31 janvier 2011
      15h29

      La constance est la vertu des fanatiques…. proverbe Chinois du 12eme siècle.

      Au plaisir !

    • Le système de nomination des juges implanté vers 1980 fonctionnait très bien sous les gouvernements péquistes et sous celui de Robert Bourassa, c’est après l’élection de 2003 que le système semble avoir dérapé quand le “parti” s’en est mêlé. Le juge Bastarache ne veut pas croire la version de Bellemare mais ses recommendations laissent croire que des brêches étaient ouvertes…mais il n’a pas voulu voir à quel point son bienfaiteur s’y était immiscé.
      Quant à Lulu Berlue qui nous envoie une autre chaloperie enrobée de miel et de venin (beaucoup de venin) à 15hr39,je me souviens que lorsque la juge Laporte avait été nommée,les libéraux avaient crié au scandale et que ça avait fini en pétard mouillé…Pfittt !
      P.J.Audette

    • J’ai toujours cru que cette commission était inutile. Le résultat le démontre très bien. La problématique n’était pas à la sélection des juges mais sur l’influence des collecteurs de fonds du parti sur les décisions q’un gouvernement a à prendre dans l’exercice de ses fonctions. Maintenant, qu’avons-nous à attendre de ce rapport? Personnellement, peu…

    • L’arbitraire est bien tentant pour le politique, surtout s’il semble justifié par une procédure lourde…

    • johnbull,
      plus je te lis, plus je comprends la direcive de mon vieux père-:
      ayez pitié des innocents .
      Ego te absolvo..
      yg

    • non , Johnbull, me suis égaré : mon père n’avait pas une “direcive “… c’est une ” directive “…t’sais veux dire, man ?

      yg

    • @ pepedamour ~

      Concernant votre commentaire au sujet de *votre*(?) Alex Harvey…

      Le Pierre Harvey du Saguenay… je sais pas à qui vous voulez faire allusion
      mais le seul Pierre Harvey (l’athlète) que je connais habite dans mon coin
      et il exploite un centre d’entrainement de ski au Mont Ste-Anne près de Québec.

      Et… c’est le papa d’Alex!

    • @ johnbull :

      N’avez-vous pas lu le “manuel de bienséance” hier?

      Non aux conspirationniste et aux fédéralistes/souverainistes enragés.

      Nulle part dans le commentaire de M.Boisvert ou dans les commentaires des autres blogueurs on fait références aux nominations uniquement libérales.
      Les changements au processus sont bons pour tous les partis.

      Je reprends la conclusion de M.Boisvert pour l’appliquer à vous :
      “Mais après des années [blogues hyper-partisans], c’est plus qu’un changement de culture qu’il faudrait, c’est un changement de personnalité…”

    • Mr. Boisvert … modérez je vous en conjure.. sinon ca tourne au cirque…. !!!

    • Je suis d’accord avec vous M Boisvert!

      Mes salutation M Boisvert.

    • Avec toute mon appréciation sur vos excellents commentaires, je me miniscule pour oser exprimer bien candidement mon point de vue.

      Avec tout le respect que je dois à la mémoire de ce cher trépassé, notre excellent feu premier ministre Duplessis et à ses successeurs, dont notre honorable cet provincial chef de l’État québécois, j’aimerais suggérer que la notion d’éthique a germé quelque part bien avant notre siècle.

      Pour le peuple – auquel je m’identifie – le processus de sélection de nos juges, même s’il aurait pu être amélioré, reserré, fonctionnait relativement bien avant que notre actuel premier ministre arrive au pouvoir.

      Ainsi, à mon humble avis, la commision Bastarache, malgré qu’elle ait mis tout son arsenal procédurier pour favoriser une partie à l’encontre de l’autre, a révélé au grand jour – malgré elle – les stratagèmes d’un parti au pouvoir pour qui le politique a préséance sur l’éthique.

      Le monde ordinaire n’a pas été dupe.

      Maintenant, savants juristes, organisez-vous des colloques, des commissions d’étude et autres représentations dont l’addition sera réglée par l’État, nous allons payer l’addition.

      Disséquez les mots et les alinéas, mais qu’est-ce qu’on peut garantir si la “bonne foi” n’y est pas ?

      P.S.: Avez-vous remarqué, monsieur Boisvert, j’ai utilisé un langage adéquat ?

      Il ne faut pas confondre civilité et obséquiosité. Y. B.

    • Il ne faut pas s’étonner que les nominations de juges soient partisanes. Et ça ne changera pas, peu importe la méthode de nomination choisie, que l’on va compliquer au maximum afin de berner le bon peuple.

      Ceci est une conséquence directe de l’introduction de la fameuse Charte, qui a donné à nos « courageux » élus une façon formidable d’imposer des mesures impopulaires tout en se cachant derrière les juges. On n’a qu’à penser aux couteaux que portent les adeptes d’une secte religieuse bien connue, pour ne donner qu’un exemple. La seule façon pour nos chers politiciens d’aller contre le désir de 80% de la population ou plus, c’est de laisser aux juges non élus le soin de faire leur sale travail. Mais pour que ça marche à leur goût, il faut évidemment que les juges votent du bon bord, c’est-à-dire du bord du parti politique qui les a nommés à leurs postes prestigieux. Et voilà.

    • Je viens de lire qu’il y a une ordonnance de non-publication pour l’enquête préliminaire de Mme Thibault. J’espère que vous allez bloguer là-dessus.

      Y a pas de quoi. Toutes les enquêtes préliminaires sont généralement sous ordonnance de non-publication. Tout accusé peut le demander. Ce sera public au procès ou si elle plaide coupable. Pas de scandale, désolé. Y. B.

    • Comment pourrait-il y avoir un après-Bastarche alors que, selon le jugement rendu, il n’y aurait jamais eu d’avant-Bastarache? J’avoue m’y perdre…

    • Merci de la réponse. Je mémorise.

    • “Il ne faut pas confondre civilité et obséquiosité.” Y. B.

      Je me suis un peu amusé. Sans méchanceté.

      Vous avez certes raison de poser des limites.

      Jacques Lambert

    • rogiroux,
      j’ai écrit “notre.”. Alex, pcq c’est un athlète du Québec.
      N’ayez crainte : avec mes 12 petits enfants, j’en ai assez.
      By the way, je savais fort bien qu’il est le fils du grand Pierre.
      L’autre ” Pierre” dont je parle est ce magnifique athlète aussi du Saguenay, le Iron Man, qui m’impressionne au plus haut point.

      je vous salue, mon rogiroux…

      yg

    • Désolé, mais il n-y aura peut-être pas d’après Bastarache …

      Lorsqu’une ex-juge critique avec autant de force les conclusions d’un rapport, il est permis de se demander si le pouvoir législatif/ exécutif ira de l’avant avec les recommandations du commissaire Bastarache.

      Une chose a été démontrée avec cette commission, est que le politique influence le juridique.

      Maître Côté qui s’objectait à tout, devait défendre le gouvernement, alors que ses interventions servaient à défendre Jean Charest … [?]

      Me Bellemare subit un mega contre interrogatoire (5 jours) alors que Jean Charest répond à quelques questions et puis s’en va, étonnant.

      Me Bastarache est beaucoup trop complaisant, il écarte plusieurs éléments important qui sont au coeur du problème soulevé par Me Bellemare. (Influence des grands collecteurs de fonds)

      Son rapport démontre qu’il a été partial et a plié les genoux devant le pouvoir politique.

      Donc, il faudra une autre commission qui viendra étudier la commission Bastarache, on s’en sort pas …

      Il s’est laissé acheter.

      Frank

    • @ gaumondf, 14:08

      “On se souvient de Jean Lesage pour la révolution tranquille;
      On se souvient de Robert Bourassa pour les chantiers hydro-électrique;
      On se souvient de René Lévesque pour plusieurs des services sociaux qui existent aujourd’hui (pis là je n,entre pas dans le débat souverainiste…).
      Alors, je vous le demande, quel grand événement aura marqué le règne Charest?”

      C’est un excellent point de vue.
      Sans trop réfléchir, je dirais que l’on se souviendra surtout de Johnny J Charest pour ses 2 mains solidement posées sur le volant de la bagnole qui file tout droit dans le mur à 80000 km/h…

      Cynique? Oui, je le suis… Un tantinet seulement ;o)

      Sérieusement, je pense que Charest aura rendu un immense service aux Québécois, soit celui d’avoir réussi à ouvrir les yeux d’un maximum d’individus sur l’état puant, abject et lamentable de nos institutions, et de la corruption institutionnalisée qui, à défaut d’être objectivement prouvée hors de tout doute (ce qui n’arrivera jamais), saute aux yeux de tous ceux en mesure de réfléchir et de “relier les points entre eux”…

    • Merci, M. Boisvert, de revenir sur ce sujet. Lors de la parution du rapport j’ai réagi un peu mais j’espérais avoir l’opportunité d’y revenir plus tard, à froid.

      En effet ce rapport, tout insignifiant qu’il soit, soulève une et une seule question grave. Et su même coups j’ai deux questions subsidiaires.

      Question subsidiaire #1:

      Je commence par la partie immédiate, associée à l’administration actuelle… comme on chasse une mouche.

      Il et clair que dans l’intention du législateur, il me semble qu’il s’agit de M. Bourassa, la nomination des juges doit se faire par le procureur général de la province de Québec sans aucune influence.

      Le rapport Bastarache dit bien qu’il y a eu influence. Il y est même dit qu’il n’y a pas preuve que ces tentatives d’influence étaient si graves. Que dire d’autre ? Il y a eu influence, ce qui va à l’encontre de l’esprit et de la lettre de la loi.

      Euh… Je ne suis pas foutu de signer un mandat d’arrestation, c’est tout de même malheureux parce que là y a des personnes responsables qui ont agi contre une loi. Pouvez-vous me conseiller ?

      Question principale, sous forme d’acte de foi:

      Je crois en l’acte politique et en la responsabilité non seulement des élus mais des électeurs. Je tiens à ce que les juges nommés aux plus hauts postes le soient selon un profil politique. Jamais je ne pourrai admettre que le monde de la jurisprudence soit indépendant de la réalité de la société, et donc elle doit dépendre de la politique.

      Que notre démocratie soit plus ou moins boiteuse n’y change rien.

      Il est important que les plus haut décideurs de notre société soient nommé par mes représentants, que j’aie voté peur eux ou non. Sinon c’est à désespérer de faire partie d’une société.

      Or les juges décident. Ce ne sont pas seulement des exécutants, loin de là. Je préfère un juge nommé par un ministre que je déteste plutôt qu’un autre nommé par ses pairs, et je vous passe un papier que si jamais j’ai affaire à un juge nommé par des instances que je n’ai pas élues il me fera plaisir de mettre en doute sa légitimité. Je ne discute pas du professionnalisme de qui que ce soit ce faisant, je pose simplement l’essentiel du rôle politique dans notre vie.

      Toutefois à la lumière de ce qui se passe actuellement je crois que le “comité restreint” formé de gens du Barreau, agissant comme consultants et tenus au secret, peut être une formule acceptable en autant qu’ils puissent discuter du choix après la décision du ministre de la Justice. C’est vache comme approche mais Ubu-Charest m’oblige à raisonner ainsi pour l’instant.

      Question subsidiaire #2:

      À la lumière d’un autre billet de votre part il y a peu, j’ai pu constater au fil des mois comment la plupart des pires bêtises que j’aie pu lire, ou commettre moi-même au fil des blogs politiques, sont tous plus ou moins reliés au interventions d’un et un seul participant très régulier: le sieur John Bull. Encore une fois sur le sujet présent il dit n’importe quoi, il est totalement hors d’ordre. Alors je tique et j’interroge.

      Représente-t-il la limite que vous tolérez ? Alors je puis me permettre de dire n’importe quoi, non ? Il me fera plaisir de vous écrire quelque chanson grivoise de mon crû demain, quel que soit le sujet. Ce sera tout aussi dans le ton.

      Je n’ai rien foncièrement contre les opinions de ce monsieur, là! Mais encore faudrait-il qu’il y ait un minimum de substance dans ses phrases et je n’y vois que slogans sans sens.

      Ma question: le tolérez-vous pour susciter la rage chez vos interlocuteurs malgré ce billet que vous avez écrit, ou quoi?

      Je m’explique un peu plus en profondeur: je lis régulièrement des opinions bâclées de toutes les tendances, mais ce monsieur a une opinion unique et il ne tente même pas de l’expliquer. D’autre part, je dois le dire, il est insultant, ne peut s’empêcher de faire des généralisations abusives, et ne tente même pas de saisir le sens des paroles de ses interlocuteurs. En fait il me hérisse. Aussi je me demande pourquoi vous tolérez ses billets si mauvais.

      Une réponse de votre part sera appréciée: je réagis régulièrement à ce monsieur et je ne suis pas le seul, loin de là. Des mot méchants, des farces, enfin je vois de tout sauf des arguments dès que ce monsieur se pointe. Ça devient lassant. Vous êtes le patron ici, je sais. Toutefois ce serait bien de vous expliquer sur ce cas pour le moins ahurissant.

      Opinion: Pourquoi ne pas le barrer totalement selon ce qu’il écrit si mal et depuis si longtemps ?

      Tant qu’à avoir un fédéraliste obnubilé de service, je préférerais en avoir un avec qui je pourrai discuter. Lui… bof.

    • Il faudrait une école des juges, comme dans d’autres pays. Ainsi la sélection des candidats se ferait, à tout le moins, parmi les mieux formés. Ce système n’est pas absolument parfait, toutefois, les petits zamis du pouvoir seraient obligés, pour accéder à ces postes de privilégiés, de s’en mettre un peu plus entre les oreilles, plutôt qu’à partir de contributions aux caisses électorales…
      Les Franco Fava de ce monde pourraient ainsi ficher la paix aux cabinets ministériels.
      Michel Notredame

    • Après la commission Bastarache, une possibilité de grève chez les procureurs de la couronne… Vous en pensez quoi M. Boisvert? Est-ce que l’on peut penser ou croire que M. Charest fait plus de mal que de bien à la justice au Québec?

    • Bastarache aura démontré, hors de tout doute, qu’il y a compromission entre les juges et le Bureau du Premier-ministre John James Charest. CQFD!

    • Je l’ai mentionné au début de la commission et je le rementionne ici : pourquoi demander à un juge de se prononcer sur la nomination des juges ? C’est comme demander au Pape de se prononcer sur le conclave, ou à l’Iran de se prononcer sur la prolifération des armes nucléaires, ou à Kim-Yung Il de se prononcer sur la dictature, ou à Castro de se prononcer sur la barbe…
      C’est un non sens.

    • En voulez-vous des nominations partisanes du PQ:

      Pour les purs, voici quelques nominations faites par le PQ qui sont très suspicieuses et qui n`ont pas bénéficiées de commissions d`enquêtes, mais encore aujourd`hui elles sont discutables.
      1-, femme de Bernard Landry, alors ministre au sein cabinet de Pariseau
      2., en 2002 nommé juge par Bégin,Me Pierre E. Audet, qui avait été chef de cabinet de Serge Ménard à la Justice, puis à la Sécurité publique.
      3. Jean Keable avait été nommé aussi en 2002. Avocat longtemps associé au PQ, il avait été candidat dans Louis-Hébert, la circonscription où s’était fait élire Paul Bégin en 1994.
      4.C’est cette même année que Me Bégin nomma Alain Turgeon, qui venait de donner 500 $ au PQ.
      5.C’est sous M. Bégin qu’avait aussi été nommé Richard Therrien, en 1996. Ce choix avait soulevé la controverse, puisque le candidat-juge avait oublié de mentionner qu’il avait été condamné pour son appui au FLQ en octobre 1970. L’avocat Therrien, qui avait aussi été attaché politique sous le PQ, a démissionné devant le tollé
      6.Martin Gagnon, a été nommé, en 2002, juge à Rivière-du-Loup par M. Bégin – il avait donné 400 $ quatre ans plus tôt.
      7.L’ancien député bloquiste Michel Bellehumeur avait été nommé par Norman Jutras en 2003, après avoir mordu la poussière comme candidat péquiste dans Joliette en 2003.
      8. Jutras nomma aussi Conrad Chapdelaine, en 2003, qui avait, 10 ans plus tôt, perdu l’investiture péquiste dans Sherbrooke aux mains de Marie Malavoy.
      9.. Or, une associée de l’ancien ministre Marc-André Bédard, Johanne Roy, avait été nommée à la magistrature en 2000 par Linda Goupil. Elle avait donné 500 $ au PQ cinq ans plus tôt.
      10.Marc-André Bédard n’avait pu résister à la tentation de nommer son voisin de circonscription, le député péquiste Claude Vaillancourt, sitôt que ce dernier avait mis fin à sa carrière politique, en 1983.
      11.L’année suivante, Me Bédard avait fait monter au banc Louis-Charles Fournier, un de ses anciens associés.

      Et je n`ai pas fouillé trop longtemps pour trouver ces nominations douteuses du PQ

    • Gaslev ne perdez pas votre temps, ils ont tous été nommés pour leur compétence!!!

    • Je lis les commentaires publiés sur quelques blogues, mais j’interviens rarement. J’aurais dû dire : «… certains commentaires publiés sur quelques blogues». En effet, j’ai dressé une liste de commentateurs qui répondent à la définition de «troll» et je saute maintenant automatiquement leurs textes… pour ainsi consacrer plus de temps aux autres.

      En ce qui concerne le Rapport Bastarache, j’ai l’impression que plus il sera analysé attentivement, plus ses points faibles ressortiront… ce qui paradoxalement pourrait entraîner des améliorations au système «actuel» de recrutement et de nomination des juges.

    • J’ai été témoin pendant trente ans des nominations politiques faites par les différents gouvernements qui se sont succédés à Québec. Ne voulant pas trop prêter flanc à la critique, chaque nouveau gouvernement s’appuyait sur les précédents faits par son prédécesseur pour justifier ses propres nominations partisanes. Il condamnait ainsi l’opposition au silence. Malheureusement, il y en avait toujours un peu plus avec chaque nouveau gouvernement. La fonction publique québécoise s’est ainsi lourdement politisée atteigant même, dans plusieurs ministères à vocation plus politique, le niveau de gérance intermédiaire. À cet égard, je dois dire que l’actuel gouvernement a atteint des sommets inégalés.
      C’est évidemment inacceptable. Il faudrait une deuxième révolution tranquille.

    • Bonjour,
      Un gros merci, Monsieur Gaslev pour cette liste exhaustive qui parle d’elle même pour toutes ces nominations partisanes de nos amis du Parti Québécois. Dans mon commentaire précédent d’hier, je n’en ai cité que deux et le tout, de mémoire. Une chose est certaine, j’en prends note car les nationalistes depuis quelques deux à trois mois pavoisaient en se drapant dans les oripeaux de la vertu…. Au plaisir, John Bull.

    • La magistrature tousse…pas guérit depuis C- Bastarache…vous pensez que le suave Jean-Marc ¨double tarif¨Fournier (ministre de la justice) qui va régler le problème ou améliorer la done..HÉ! HÉ! HÉ! Ça ira pas loin..
      Rappelez-vous, le bon juge a tombé dans le piège..Il connaissait très bien à qui il avait à faire. Des tonnes de preuves demandées à Monsieur Bellemare, si non son affaire est cassée, ensuite aucune preuve pour Monsieur Charest son affaire est valable.
      Les diciples (avocats: groupe frileux, chatouilleux, irritable) se défendent; plus ils en mettent, disant que que le système est étanche, contient de bons juges, c’est dit sans rire, plus le public ne les crois pas.
      Coudonc, les cas en Cour Suprême, on peux-tu réviser…Bastarache vs…….un juge sélectif.

      Gomery:
      Je cherche encore le renboursement aux citoyens des argents volés…par les petits zamis et membres..rouges pâle…

    • Tout ce qui précède, la mise en place même de cette commission, tout participe de cette profonde division parmi les québécois. Elle est palpable dans son immobilisme, dans son absence totale, son incapacité d’avancer dans une direction commune à tous. Les gouvernements libéraux qui se succèdent depuis les 40 dernières années carburent à une dynamique mathématique de la démocratie. Ils partent tous avec cet handicap en poche du vote presqu’exclusif des anglophones et nouveaux arrivants, en tant que francophone, dans leur position inconfortable, je/nous ferions probablement très exactement la même chose. Écarter la menace de l’indépendance du Québec. Le petit cercle du vrai pouvoir libéral, lui, l’a bien compris, le garantit et les ramène à l’ordre au moment jugé crucial; point de pouvoir sans un minimum d’esprit de corps. Le restant de cette population, l’autre mixture qui s’accommode mieux d’une démocratie plus “généraliste” toute en étant bien malhabile avec cette loi des nombres, cherche à prendre pied sur cet iceberg qui se détache du giron du pouvoir politique canadien, le dérivant Québec, lui aussi confronté à la brutale Loi des nombres qui complique et falsifie toute volonté de changement autour d’une certaine unité. La nomination des juges, là-dedans? Presque sans importance, prétexte à foire d’empoigne, beaucoup moins fondamentale que cette division, cette fracture,(sans jeu de mots gazéifère!), cette fracture ouverte, dis-je et pas l’ombre d’un “orthopédiste” pour la réparer.

    • “voici quelques nominations faites par le PQ qui sont très suspicieuses et qui n`ont pas bénéficiées de commissions d`enquêtes, mais encore aujourd`hui elles sont discutables. … Et je n`ai pas fouillé trop longtemps pour trouver ces nominations douteuses du PQ” gaslev

      ===

      Qu’est-ce qu’on a à cirer de vous “doutes” ?

      On vit dans une société de droit alors dites nous ce qu’il y a d’illégal dans votre ramassis d’insinuations et accusations gratuites que vous avez trouvé sur le web. Pas étonnant que votre méthode plaise à des individus qui aiment salir comme du genre de johnbull.

      Jeam Émard

    • @gaslev

      Votre message est un copié-collé quasi textuel d’un Denis Lessard. Pourquoi ne donnez-vous pas vos sources ? Pas très honnête votre affaire. ;)

      Jean Émard

    • La plus belle phrase : « (…) pourquoi former des comités de sélection (…) si, à la fin, leurs choix ne sont même pas présentés par ordre de préférence. »

      Effectivement. Sert juste à dépenser et faire « écran » à la réalité. Le choix, à la fin, restera celui qui a le « bon post it ». D’accord, c’est un tout petit soucis lorsque l’on se compare à d’autres comme Égypte, qui fait la manchette… mais est-ce une raison pour nier que l’on peut s’améliorer? Non.

      J’espère simplement qu’un prochain gouvernement (peu importe le parti) aura l’audace de réellement faire un changement sur ce point. J’opte pour imiter la Grande-Bretagne, dont vous m’apprenez son mode de sélection.

      J’espère. Mais je n’y crois pas. PLQ ne changera pas (Charest n’a pas fini de dire des « Premières priorités » qu’il change une fois majoritaire… ou ne fait rien si minoritaire… ) et les péquistes vont mettre l’énergie à promouvoir l’indépendance au lieu de gourverner. Le dernier référendum date de 15 ans… ils ont soifs, le même 35-40%… J’avais voté oui, en passant, mais j’ai changé. Il faut changer. Régler les problèmes au lieu d’imaginer, toujours en encore, les mêmes solutions magiques. Enfin, je m’égare.

      Sérieux, je ne vois aucune suite dans un « Après Bastarache », malheureusement.

    • ramses2.1

      1 février 2011
      12h39
      “voici quelques nominations faites par le PQ qui sont très suspicieuses et qui n`ont pas bénéficiées de commissions d`enquêtes, mais encore aujourd`hui elles sont discutables. … Et je n`ai pas fouillé trop longtemps pour trouver ces nominations douteuses du PQ” gaslev

      ===

      Qu’est-ce qu’on a à cirer de vous “doutes” ?

      On vit dans une société de droit alors dites nous ce qu’il y a d’illégal dans votre ramassis d’insinuations et accusations gratuites que vous avez trouvé sur le web. Pas étonnant que votre méthode plaise à des individus qui aiment salir comme du genre de johnbull.

      Alors, vous acceptez les nominations faites par le gouvernement libéral, car toutes ces nominations sont dans le cadre légal, car rien n`a été fait à l`encontre de la lois. ça c`est clair.

      Par contre, quand vous parlez de salissage, vous êtes de ceux qui ayez la plume facile.

    • Intéressant. Une fois qu’on a expurgé ces commentaires de leur caractère partisan ou encore de leur connotation fédéraliste/souverainiste, il reste un ou deux points majeurs : 1) faut-il que la nomination des juges passe par le politique? AU moins un commentateur argue avec conviction que oui, la nomination doit rester l’apanage du politique, c’est aussi la position prise dans le rapport. Pour ma part je pense que non, en raison de leur fonction la nomination des juges doit sortir du politique. L’arrimage à la société viendra des mécanismes internes du droit. D’autre part, il n’est pas rare que des juges aillent à l’encontre du voeu de 80% de la population, c’est là l’essence de la protection des droits et libertés, et tant mieux. Le tribunal de l’opinion est celui dont je me méfie le plus.

      2) la dépolitisation du système judiciaire est-elle une utopie? Plusieurs semblent le penser et manifestent un cynisme déplorable et, à terme, dangereux pour nos institutions. Si la perception de corruption traverse les portes des palais de justice, nous ne vaudrons pas mieux que tous ces états qui peinent à établir un système judiciaire justement libre d’influences externes.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    octobre 2014
    L Ma Me J V S D
    « juil    
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité