Yves Boisvert

Yves Boisvert - Auteur
  • Yves Boisvert

    Yves Boisvert est chroniqueur à La Presse depuis 2000, après avoir été chroniqueur judiciaire pendant 10 ans.
  • Lire la suite »

    Partage

    Dimanche 20 septembre 2009 | Mise en ligne à 11h02 | Commenter Commentaires (34)

    Il a beaucoup appris…

    gebrselassie_hailewa2550c3.jpg
    Le seul mur que Gebreselassie frappe à Berlin, et encore, qu’un bout de mur.

    Il lui fallait un rythme de 2:56 minutes au km pour battrre son record de l’an dernier (2h03:59) au marathon de Berlin (j’ai fait erreur l’autre jour en parlant de 2:54). Il l’a tenu jusqu’au 32e. À 30 km, d’ailleurs, il a établi un nouveau record du monde non officiel: 1h27:49. Et le Kényen qui lui servait de lapin l’a traîné encore plus vite dans le km suivant, qu’il a fait en 2:46! Ces lapins de luxe ne durent pas toute la course, vous vous en doutez. Mais ils font la cadence record avec le champion (en lui laissant quelques pas d’avance au moment critique pour ne pas voler le show). Sauf qu’après, il a ralenti en roulant au-delà des 3:00 du km. Ça n’avançait plus, en somme…

    Vous pourrez lire un compte-rendu de la course dans ce texte.

    Que dit le sympathique Haile Gebreselassie de tout ça, après sa quatrième victoire de suite à Berlin? J’ai beaucoup appris aujourd’hui… Notamment que la température ne doit pas excéder 16 degrés pour battre le record du monde. Cette année, elle était de 16 degrés au départ et de 20 à l’arrivée. L’an dernier, entre 12 et 16.

    On attendait le Kényen Duncan Kibet en deuxième, mais il a craqué et n’a pas fini la course. Pendant la portion que j’ai regardée, vers le 30e, on a vu Francis Kiprop le doubler comme une fusée. De quoi craquer, vraiment. Kibet est le deuxième plus rapide de l’histoire et a fait le marathon le plus rapide de l’année, avec 2h04:27, à Rotterdam. Kiprop a fini en 2h07:04, son meilleur temps à vie, et par 1:24.

    C’est aussi une Éthiopienne qui a remporté la première place des femmes, Atsede Besuye, en 2h24:47, près de deux minutes devant la Russe Silvia Skvortsova (2:26:24).


    • 2hrs06 c’est vraiment décevant. Quand je pense que Alberto Salazar était considéré presque comme un Dieu quand il avait gagné à New-York en 2hrs07. C’est vrai que c’était au début des années 80 mais quand même.

      Je me demande si les records seront toujours éclipsés ou si le corps humain ne frappera pas lui-même”le mur”(et pas celui de V TV) un moment donné…

    • Quelle déception! Non, pas la performance de Geb. Il a fait ce dont il a été capable cette nuit (ou ce matin, à Berlin).
      La honte est à Universal Sports. Malheureusement, ils ont transmis le tout avec une heure de retard. J’ai déjà connu le résultat de la course quand la vidéo était au 21 km. En réalité, j’ai suivi la course sur les blogs et quand, enfin, la vidéo a commencé, j’ai eu le plaisir de regarder la technique, cette légèreté de course du spectaculaire coureur éthiopien. Je voudrais bien pouvoir courir comme lui, même pour 50 ou 100 m (pas aussi vite, mais plutôt avec un style comme lui). Même les meilleurs frappent le mur et cette fois-ci, c’était peut-être le mauvais « pacing » des lapins qui est la cause d’un résultat un peu « plus lent ». Voyons donc, même Geb ne peut pas courir une marque mondiale à chaque course! Est-ce que Bolt le fait? Bien sûr que non, et il court 420 fois moins que Geb  Mais, ils donnent ce qu’ils peuvent à une certaine course. Et si les conditions sont idéales (ce qui n’était pas le cas à Berlin), les records tombent. Certains deviennent un peu trop gâtés. On ne cherche pas une belle course, un beau duel, mais on veut un record de monde à tout prix. Le sport ne se résume pas en records, mais plutôt en fait que quelqu’un a fait un effort, a participé dans un événement et, éventuellement, gagné ou amélioré un certain résultat. C’est cela, le sport. Tout le reste ne sont que des affaires.
      Faut pas lire les blogues de course. YB

    • Plus d’infos et de données sur la course: http://www.sportsscientists.com/

    • Monsieur Boisvert, le lapin n’est pas reconnu pour sa vitesse mais pour sa prolifération. Assurément vous vouliez parler du lièvre qui lui est très rapide à… la course ! Lièvre: Coureur chargé de mener un train rapide(…) Voir le Larousse. ;-)

    • @zoomzoom
      En course à pied le terme consacré pour celui qui donne le rythme pour un temps donné est lapin, n’en déplaise au Larousse.
      Salut bien

    • Universal sports moi je trouve cela fantastique, jamais radio canada n’oserait présenter un marathon et ce même en rediffusion.

      J’ai eu le plaisirs de voir toutes les étapes du tour d’Espagne en direct sur ce site.

      Nous étions plus de 4000 ce matin pour la course Army Run à Ottawa, une course à placer à votre calendrier l’an prochain.

    • @yveslachance
      @zoomzoom

      Selon le grand dictionnaire terminologique de l’OLF (www.granddictionnaire.com) et Reverso (dictionnaire.reverso.net); le terme à utiliser en français pour désigner le meneur de cadence en course est “lièvre” et non “lapin”.

      C’est généralement le terme utilisé en France.

    • Suis tellement content d’avoir atteint mes 58 sans psoriasis et de mes 50 km à vélo trois fois la semaine en regardant couler l’eau du grand fleuve fébrile qui n’est pas une métaphore de la vie qui coule obligatoirement, que je vous entends parler de mon passé avec une légèreté soutenable.

      Après cinquante ans, l’entraînement excessif puise des énergies nécessaires à la lutte aux maladies…

      Alors modérez vos transports les p’tits vieux si vous voulez faire de vieux os. Et pour les amis qui s’en viennent dans la foulée, relaxez, on vous considère néanmoins comme personnes à part entière…

    • @etmoi
      When I check out, I want my tank to be empty.

    • @etmoi,

      de quoi je me mêle ??? En plus d’être impudent, vous vous permettez de dénigrer ceux qui aiment s’entraîner peu importe l’âge.

      Si au moins vous disiez quelque chose de sensée, mais non ! Car s’il est vrai que les capacités physiques diminuent lentement en vieillissant, il est faux de croire que la course soit un catalyseur de maladies…

      Finalement, aurais-je décelé une pointe de jalousie dans votre commentaire… Si oui, vous devriez vous atteler pour faire des courses quotidiennes… Ça fait tellement de bien.

    • @ et moi et les autres:

      Ah non, pas encore une chicane sur faut-il courir ou non!

      Sinon, la saison n’est pas finie. Je pars du pays donc je vas manquer les deux prochaines fins de semaine. Mais en revenant il y a encore des courses de montagne et de cross-country.
      M. Boisvert, après un marathon rien ne devrait vous arrêter…
      Le X-Trail Asics se passe le 17 octobre, sur le Mont Orford. Je compte bien y aller, j’ai même commencé à courir sur les sentiers croches sur le Mont-Royal pour travailler mes montées.
      Je crois que ce sera un monde de souffrance. Les plus rapides sur 21 km sont attendus en plus de 2 heures.
      Alors, des partants?
      Ne serait-ce que pour alimenter ce blogue.

      ciao
      ledanseur

    • Je roule 4000 km à vélo à chaque saison histoire d’oublier ma condromalaxie… encourue lors de mes demi-marathons. Et pour les conseils à l’égard des jeunes, je vous laisse l’âge de vos articulations… à venir !

      Courir demande une préparation sur au moins une année. Et les chasseurs-ceuilleurs ne couraient pas sur l’asphalte leurs vingt km quotidiens. Au demeurant, ils couraient pieds-nus… pendant quelques secondes au moment de la mise à mort de leur proie.

      Croyez-vous vraiment être différents physiologiquement de nos ancêtres cromagnons ? Si oui, vous errez.

      La course à pied style années 75 est un phénomène de mode. Et les fashion victims qui s’ignorent sont nombreuses… De la chaussure à la Sex in City au New Balance, même combat économique !

      Bravo si vous trippez dur. Mais on s’en reparlera au Centre d’hébergement pour personnes en marchettes…

      Si d’aventure j’y arrive sur ma moto sport !

      Je vous envie votre innocence. Mais essayez le vélo et vous me reparlerez de la course aux genoux malades.

      Je vous concède que la natation est la meilleure discipline pour garder la forme. Mais le chlore est aussi indigeste que les politiques nationales libérales…

    • @etmoi

      L’Homme a la particularité – unique à son espèce – de se tenir debout.
      Alors pourquoi vouloir s’asseoir?

      L’Homme a la particularité – unique à son espèce – de pouvoir courir longtemps – voire très longtemps – sans endommager son système.
      Alors pourquoi vouloir s’asseoir?

      Enfin, l’Homme a la particularité – unique à son espèce – de rire à pleines dents.

      :D

    • Lue sur le blogue de M. Boisvert le 29 avril 2009:

      etmoi:Vous souffriez d’ennui sans que la chose n’y parusse dans vos écrits !

      Suite à un demi marathon, j’ai traîné une condromalaxie de stade 1 durant des années. Du mal à vélo, du mal en ski de fond, du mal à la marche pour aller au dépanneur.

      Depuis je me suis remis et plutôt que la course qui ne me convenait pas, je roule à vélo lors de la belle saison. Ce qui est formidable avec le sport, tous genres confondus, ce sont les bénéfices pour les santés physique et mentale.

      Ce que j’aimais de la course à pied, c’est que vous partez de la maison et hop, une heure plus tard, vous vous sentez heureux et crevé. Ou l’inverse.

      Le principal bénéfice de la course à pied est que vous oubliez jusqu’à votre nom vers la fin d’un demi-marathon. Et il est donné à penser qu’à l’arrivée d’un marathon, vous arrivez jusqu’à oublier vos dossiers…

      Courir c’est se condamner à vivre pleinement sans libération conditionnelle !

    • Je ne réécrirai pas dans ses détails tout ce que j’ai déjà fait comme commentaires … et je suis très à l’aise avec ceux-ci croyez-moi!… même si cela en a choqué plusieurs!

      La course à pied n’est pas faite pour tout le monde loin s’en faut; le marathon est une épreuve sportive extrème qui doit être abprdée avec le plus grande prudence.

      Je ne comprends pas la popularité des marathons; plusieurs ont payé cher, très cher leur «jusqu’auboutisme». Et je le répète: au moins la moitié des gens qui se présentent sur la ligne de départ d’un marathon n’ont pas d’affaire là… et je «pèse fort sur mon clavier»

      Plusieurs ont appris, plusieurs apprennent, plusieurs vont apprendre!

    • C’est à genoux que l’Homme est le plus grand ! Disait Alexandre le Conquérant.

      Et le milieu de la course à pied serait-il une secte ? Où l’expression d’une certaine dissidence conduit au bûcher ? (Conclure à l’ennui d’une personne sur la base d’une divergeance d’opinion n’est-il pas symptomatique d’un mal autrement plus grave que celui des articulations) ?

      En effet il y a de quoi sourire à pleines gencives docteur…

    • Pas de chicane!!!! La course et le vélo sont de toutes façons hyper-compatible. Les bienfaits de l’un sont transférables dans l’autre. Quand je suis fatigué et que j’ai une “long run” à courir, parfois, je roule une p’tite heure et ensuite je cours un p’tit 45 minutes. Ça compte ça aussi. Tout l’été, j’ai fait des duathlons, croyez-moi, c’est excellent en préparation d’un 1/2 marathon car on va chercher une intensité très élevée.

      En passant, ce dimanche 27 -09, il y a une super course cross-country dans le Parc de la Mauricie (10Km). C’est en collaboration avec Vélomag car ils organisent une cyclo-sportive et une course de vélo de montagne. Donc si vous voulez rouler-courir c’est la place!!!

    • @etmoi

      Relisez l’article de Sophie Allard publié sur Cyberpresse le 22 juillet 2009 et intitulé La course use les genoux et autres mythes.

      En voici un extrait :
      La course use les genoux. Faux.
      «Souvent, les gens commencent trop vite, ont une mauvaise chaussure, courent sur des surfaces non adéquates comme le trottoir et mettent la faute sur la course à pied sans se poser plus de questions», note Jean-Yves Cloutier, entraîneur-conseil pour le Marathon de Montréal. «Dans certaines études longitudinales, on a observé des gens pendant 30 ans : il n’y a pas plus de polyarthrite chez les adeptes de course à pied. Dans certaines études, des coureurs en ont même moins !»

      Je cours depuis plus de 25 ans et je me porte à merveille. Problèmes de genoux? Connais pas. Problèmes de santé? Connais pas.
      J’admets que la course à pied ne convient pas à tous. Et c’est la même chose pour les autres sports. Mais, moi, je ne dénigrerai jamais les autres sports que je ne pratique pas ou que je pratique plus.
      D’un autre côté, je connais des cyclistes qui ont aussi des bobos reliés à leur sport et qui souvent font des chutes… avec tous les inconvénients que cela peut leur causer. Je ne suis nullement sarcastique avec eux pour cela.
      J’ai plusieurs marathons à mon actif ainsi que quelques ultra. Et ma condition de santé est au-dessus de la moyenne. La course à pied y est pour beaucoup.

    • Lire Alexandre Le Grand…

    • @etmoi
      “Et le milieu de la course à pied serait-il une secte ? Où l’expression d’une certaine dissidence conduit au bûcher ?”
      C’est certainement vrai du vélo.

    • Peu importe le choix d’activité, ce qui importe c’est de se tenir en forme.

      Et il apparaît évident que courir à des altitudes trop élevées pour certains est la cause d’un déficit d’oxygène, qui conduit comme on le sait, à des errances cognitives…

      La course, le vélo, l’oxygénation… même combat !

    • @lapalice
      quand vous dites que le marathon n’est pas pour tout le monde; ça me motive 10 fois plus, merci!

      En ce qui a trait aux blessures, j’essaie de faire attention mais j’avoue que j’ai régulièrement mal à une cuisse ou à un genou. Plusieurs m’ont dit que ça faisait parti du sport. Et quand je dois arrêter une semaine ou deux pour récupérer et que je vois courir quelqu’un, ça me rend fou…

    • @le_pingouin
      Encore une illustration de l’ecart qu’il y a entre la theorie et l’usage courant (s’cuzez, elle etait trop facile…). Et de toute facon, on ne cours pas en France, on jogge ou on fait du footing… Salut

    • Ça y est, on en est rendus là. Après les récits de course sympathiques et les critiques constructives sur les éditions à venir du marathon, les bien-pensants, les parfaits et autres casseux de partys reviennent en force nous apprendre à vivre. Le fun est maintenant fini. C’est le temps de mettre fin à votre blogue de course M. Boisvert avant que les provocateurs ne prennent toute la place. Mais revenez-nous l’an prochain, ce genre de blog encourage les gens pendant leur entraînement.
      J’achève, ne vous en faites pas. Mais laissez-moi faire ça comme il faut. YB

    • “J’achève, ne vous en faites pas. Mais laissez-moi faire ça comme il faut”!!!!!

      Comment cela j’achève?!?! Est-ce à dire que nous serons orphelin d’un blog dans La Presse sur la course à pied tout le reste de l’année? Ce serait un désastre. Votre blog est une source de motivation sans précédent. De plus, on ne court pas que le printemps et l’été! Il n’y a pas que le marathon de Montréal. Il y a les course l’automne et l’hiver aussi.

    • @blues61…Pour soigner vos maux de genoux, eh bien un entraînement intensif au marathon est tout à fait prescrit! C’est un médicament que l’on peut s’administrer à très fortes doses, jusqu’à ce qu’on comprennne un jour ou l’autre… le plus tard de préférence. Comme test de motivation, il ne se fait pas mieux!

      Dommage qu’il n’y ait plus d’épreuve comme «la nuit des 100 km de Montmagny; départ pour 100 km de pur bonheur se donnait à 21 heures!

      Je m’y étais inscrit en 1979: les organisateurs, dans une sagesse qui les honore encore aujourd’hui, exigeaient une confirmation écrite d’une performance minimale au marathon dans les 12 mois précédent l’épreuve! Une politique semblable devrait être exigée pour toute inscription à un marathon.

      Les organisateurs du M de M auront-ils un jour cette sagesse? Personellement j’en doute très fortement!

    • “J’achève, ne vous en faites pas. Mais laissez-moi faire ça comme il faut”

      Ben, non! La course à pieds n’est pas un marathon ou une course particulière. C’est une passion. Il faut continuer. Il faut en écrire non seulement pour les coureurs mais aussi pour les autres car c’est la seule façon que les gens comprennent que l’activité physique doit être incluse dans notre vie quotidienne.
      Quel bon travail avez-vous fait! On ne peut pas abandonner à cause de quelques critiques qui, peut-être ne connaissent même pas les bienfaits de la course à pied et de l’activité physique en général. Ne lâchez-pas! On apprécie beaucoup votre travail

    • “Un fait courageux ne doit pas conclure un homme vaillant”
      Montaigne.

      “Le courage consiste à savoir choisir le moindre mal, si affreux qu’il existe encore.”
      Stendhal

      “Le courage, c’est avoir peur sans que cela paraisse”.
      Pierre Véron

      Etmoi je vous dis : Champagne !

    • Ne fermez pas votre blogue M.Boisvert, c’est une source essentielle de motivation. Surtout avec les mois à venir, on va en avoir besoin davantage, croyez-moi. Poursuivez votre bon travail, vous allez peut-être en convaincre d’autres.

      Sur ce, je m’en vais courir!

    • Oh là là! Déjà que les derniers jours ont pas été jojo avec tous les rabat-joie du courir “en-deça de” et autres histoires articulaires (au fait, c’est contagieux ce truc de “moi-je-sais-mais-vous-vous-savez-pas?), voilà qu’en plus on apprend que ça achève. Ouf. Concernant le point de vue des fatalistes, il y en a qui font des choses pas mal plus inquiétantes pour leur santé (et celle des autres) que courir pas assez vite un marathon. Enfin me semble. On en connait qui fument, plusieurs qui fêtent, certains qui manquent cruellement d’humour, et quelques-uns qui mangent du fromage au lait cru (franchement). Y’en a même qui tombent désamoureux, et ça, paraît-il, est pas mal plus dur pour les articulations et le coeur que quelques lentes foulées sur des Carrières. Bref. Du cas par cas tout ça, non? Laissons courir. Concernant la fin, bien ça en prend une, n’est-ce pas? On le savait pourtant. Pour ceux arrivés ici presque par hasard, et qui courent en dilettantes (infidèles à un autre sport – le plus beau, mais c’est pour un autre blogue – le temps d’un demi), ce fut un réel plaisir.

    • J’espère aussi que M. Boisvert continue avec ce blogue de course.
      C’est d’autant plus important que pour améliorer ou maintenir ses performances ou sa condition physique d’une année à l’autre, poursuivre l’entrainement pendant l’hiver est crucial.
      Personnellement je suis frileux et j’ai déjà commencé à m’entrainer sur le tapis roulant au YMCA. J’essaie de faire entre 5 et 7 sessions par semaine de 60-90 minutes entre octobre et avril avec une longue session de 2-3 heures aux 2 semaines. Ça m’a permis d’être prêt pour le Marathon d’Ottawa au printemps, cette année et l’année.
      Mes salutations aux vaillant(e)s qui courent dehors l’hiver.

    • Je suis d’accord avec miki11: l’idée de la course à pied et de l’activité physique en général ce n’est pas d’en faire pendant quelques mois et d’arrêter ensuite et de prendre 20 livres en cessant d’être actif. C’est un mode de vie.

      Les critiques de la course à pied ne me dérangent pas. Je suis un mordu de la course à pied et ce n’est pas quelques critiques ici et là qui vont y changer quoi que ce soit. Il reste que c’est plus agréable de lire des commentaires de personnes qui partagent cette passion. Personnellement je respecte les gens qui font d’autres sports que je ne fais pas pour se garder en forme (vélo, natation, ski de fond, patin à roue alignée etc). Je pense qu’on devrait tous s’encourager quelque soit l’activité qu’on préfère. Si on ne peut pratiquer la course en raison d’une blessure ou pour une autre raison (parce qu’on n’aime pas ça par exemple), il n’y a rien de mal à faire autre chose. Mais si on peut en faire, même à rythme lent (pas de problème avec les gens qui courent le Marathon en 5h45), ce n’est certainement pas quelques critiques (certaines sont valables) qui devraient faire fermer le blogue ou nous dissuader de poursuivre nos échanges sur cette merveilleuse activité.

    • J’appuie cellule_t… Il ne faut pas arrêter ce blogue. Comme il est possible de courir 365 jours par année, beau temps mauvais, été comme hiver, il a sa raison d’être et de rester. Je vous le concède, cela peut être exigeant. Cependant, nous ne vous en tiendrons pas rigueur si vous êtes un peu moins régulier au cours des prochains mois.

      Dites, y a-t-il une possibilité que vous restiez ? Peut-être que oui, si on cesse de lancer des bêtises et de porter des jugements désobligeants sur ce blogue. C’est tout sauf nécessaire… Sinon, j’espère bien avoir la chance de vous lire l’an prochain avec le retour du printemps. Vous me manquerez…

    • M. Boisvert, votre blogue semble être à l’arrêt… Bien que c’était annoncé dès le début (http://blogues.cyberpresse.ca/boisvert/?p=4), ce serait dommage que l’aventure se termine ici, parce qu’il est une source de motivation pour bien des lecteurs. Si ce blogue devait s’arrêter maintenant, alors que le temps frais s’installe lentement, le risque de voir se refroidir bien des ardeurs est grand.

      Ce serait dommage car beaucoup ignorent que c’est pendant cette saison froide qu’on retrouve les plus beaux jours pour courir! Je n’ai pas à en énumérer toutes les raisons ici, vous avez couru l’hiver dernier, vous les connaissez bien. Vos lecteurs sont mûrs pour les découvrir, il ne faudrait pas les laisser tomber à cette période « critique » !

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    juin 2009
    L Ma Me J V S D
    « mai   août »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    2930  
  • Archives

  • publicité