Yves Boisvert

Yves Boisvert - Auteur
  • Yves Boisvert

    Yves Boisvert est chroniqueur à La Presse depuis 2000, après avoir été chroniqueur judiciaire pendant 10 ans.
  • Lire la suite »

    Partage

    Dimanche 28 juin 2009 | Mise en ligne à 20h40 | Commenter Commentaires (14)

    Tais-toi, corps!

    korper.jpg

    Körper, de Sasha Walz (photo Bernd Uhlig).

    Dans tous les livres, on vous recommande la même chose: écoutez votre corps!

    Eh bien moi, je dis: écoutez-le d’une oreille critique.

    C’est bien beau écouter. Mais pour entamer un vrai dialogue, il faut lui répondre.

    Je ne sais pas pour vous, mais vers 17h12, si je suis en train de courir par beau temps et que je vois une terrasse, eh bien mon corps me dit: bon, on a assez couru, allez, on s’assoit pour une petite pression bien fraîche…

    Et moi je lui réponds: pas tout de suite.

    S’il fallait écouter son corps, soyons sérieux, nous ne passerions pas des heures à le martyriser. Le corps crie “La-Z-Boy” de toutes ses forces depuis les débuts de l’humanité.

    Ah, oui, évidemment, si vous avez une douleur atroce au tibia ou à l’ischio-jambier, faut écouter. Et encore! La différence entre la blessure et le malaise, on ne la comprend qu’à l’usage et à l’usure.

    Alors, je le répète, faut pas seulement écouter. Faut lui parler. Et souvent, je lui dis le plus aimablement possible: tais-toi un peu, corps, tu m’énerves.


    • Disons qu’il faut faire une écoute sélective…

    • M. Boisvert,

      Pour répondre à votre question, en septembre, ce sera mon septième marathon. Si tout comme moi, vous suivez le programme de M. Cloutier, faites lui confiance, y’é pas mal fort…

      Si on écoutait toujours notre corps, on ne ferait pas grand chose. Moi-même, je combats une certaine paresse naturelle et parfois je me fais violence. Mais je me rappelle les raisons pour lesquelles je cours…et je sors. En voulez-vous une bonne raison : ma douce et moi, voulons être en forme pour notre puce que nous attendons d’aller chercher en Chine…

      Lâchez pas !

    • M. Boisvert,

      Pour répondre à votre question, ce sera mon septième marathon. Jusqu’à date, j’ai pas mal toujours atteint mes objectifs en compétition. J’ai déjà fait 2h59 à Philadelphie en 2000 et c’était ce que je visais, briser le 3 heures…

      Courir fais partie de ma vie depuis 15 ans et je crois que c’est là pour rester. Mais je dois toujours combattre une certaine paresse chez moi mais quand ça m’arrive, je pense aux raisons pour lesquelles je cours… Tiens, actuellement, ma motivations, c’est ma notre puce que ma douce (qui court aussi) et moi attendons d’aller chercher en Chine. Elle mérite un papa en forme…

      Bon entraînement !

    • Bonsoir M. Boisvert

      Bien choisi la photo de Körper pour accompagner le sujet de faire taire son corps. S’il y a un milieu où on apprend à le faire souffrir en silence c’est bien celui de la danse professionnelle.
      Quoique ça m’aide pas mal pour la course, je trouve qu’une heure ou une heure et demi de course c’est assez relax sur mes genoux si je compare cela à ce que je leur ai fait subir comme danseur à l’entraînement.
      Mon corps a comme mauvaise habitude de vouloir partir trop vite, donc faut que je tranquillise, mais ensuite, passé la première demi-heure on dirait qu’il prend ses aises et faut que le pousse pour garder un rythme cardiaque d’effort décent. Comme si au début il veut arriver tout de suite, mais ensuite le paysage lui plaît et c’est moi qui doit le ramener à la maison…
      Allez, courez moins vite s’il le faut mais ne laissez pas la chaleur vous priver d’une petite sortie, quitte à la marcher vers la fin. Sinon sortez vos vélos, et traînez vous huit litres de liquides en tous genres.
      Bon entraînement

    • Moi je m’entraîne pour mériter la terrasse!

      Pas d’entraînement, pas de terrasse, pas de lazy-boy, pas de télé…

    • Vous avez bien raison, si on l’écoutais notre corps, on passerait à côté de bien de belles choses. Exemple, on est dimanche soir je me prépare pour ma longue course de la semaine, il commence à pleuvoir dehors, si j’avais écouté mon corps, je serais resté assis à l’intérieur, mais j’ai fait à ma tête et je suis parti. Un pur délice de courir 2 heures sous la pluie, seul sur la piste cyclable à entrendre la pluie tombée et à profiter de la nature. Ce qui m’a permi de terminer la fin de semaine du bon pied.

    • Je trouve que parler a son corps est aussi pratique dans deux autres aspects de toute activite physique, soit la recuperation et la convalescence. Apres un effort soutenu, je fais de visualisation pour envoyer des bonnes energies dans mes muscles endoloris. C’est peut-etre mon cerveau qui ecoute, c’est peut-etre aussi l’effet placebo, mais ca semble fonctionner pour mon corps alors je n’ai aucune raison d’arreter.

      En passant, assez lugubre la photo. Je l’aime bien, mais en guise d’introduction a un texte sur l’exercise, ca frappe, ca c’est sur!

    • Combien de fois, et encore aujourd’hui-même, je n’ai pas eu la motivation d’aller courir dans mon chemin de campagne très côteux; combien de fois je me suis dit: «bof, une petite journée de congé ne te fera pas tord (et c’est vrai…). Et puis je me botte la c.. et puis je sors…

      … et puis combien de fois en ces occasions et bien j’ai fait «l’entraînement du mois»: rapide, confortable, facile, «complètement dans la bulle»

      Alors là, ces entraînements prennent une saveur particulière: une bonne bière, suivant le litre d’eau, le lait au choco et la douche… quelle satisfaction mes amis!

      Il y a toujours mille raisons de ne pas aller courir, il n’y a qu’une bonne raison d’y aller.

    • Faut qu`il suivre, sûr que parfois à l`aube de mes 50 ans j`ai des malaises, mais faut pas toutes les écoutés car je serais toujours chez le médecin. J`ai un ami qui fait le même travail que moi et il est à chaque mois chez le chiro ou parfois chez le médecin… Y`a un proverbe qui dit que les choses et les évenements on l`importances que l`on leur donnes, et j`y crois.

    • journalism at it’s best!
      Ça sent le Pulitzer, en effet. Y.B.

    • lol

    • J’irais même plus loin : l’entrainement devient, avec le temps, presque un duel avec ce corps paresseux, qui trouve mille moyens pour nous persuader d’arrêter, de ralentir la cadence, tous plus ingénieux les uns que les autres… Dans ces conditions, s’entraîner à long terme devient un peu la victoire de l’esprit sur le corps. Toujours à recommencer, cela dit.

      De mon point de vue, c’est l’entrainement par intervalles qui est le plus pénible. Combien de raisons d’abandonner nous viennent, le temps du sprint venu?

    • Parfois il faut l’écouter!
      C’est comme le slogan dans le parc des Laurentides: la route vous parle, écoutez-la!

      J’aurais dû écouter le mien lorsqu’il me disait de prendre une pause de quelques jous apès une rude épreuve de soccer que j’utilise comme entrainement par intervalles étant trop lâche pour le faire à la course! Résultat: entorse cheville gauche et moi qui rêvait d’un 10 km en compétition cette semaine. Me voilà privée de mon plaisir ultime. C’est un véritable drame! Heureusement, j’ai d’autres rêves, d’autres songes!

      Le corps est une machine comme le disait Descartes et il y a effectivement une large distance entre ce qu’il nous dit et notre cogito. Le corps donne des signes, pafois trompeurs certes mais à nous, courreurs de bon sens (la chose du monde la mieux partagée), de bien les interpréter!

    • J’ai 41 ans et je cours depuis 26 ans. Cette année, c’est la première fois que je cours seulement si le coeur m’en dit ; si la température me convient ; si je me sens bien physiquement…

      En fin, j’aime tellement courir… c’est pour cela que je n’en fait pas une religion. Ainsi, le jour que j’arrêterai de courir, je me sentirai très bien.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    décembre 2012
    L Ma Me J V S D
    « nov   jan »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Archives

  • publicité