Yves Boisvert

Yves Boisvert - Auteur
  • Yves Boisvert

    Yves Boisvert est chroniqueur à La Presse depuis 2000, après avoir été chroniqueur judiciaire pendant 10 ans.
  • Lire la suite »

    Partage

    Vendredi 22 mai 2009 | Mise en ligne à 23h27 | Commenter Commentaires (10)

    Garnier défend son titre

    marathonman1.jpg
    Louis-Philippe Garnier (photo Banderas News)

    Il avait remarqué, jeune, qu’il sortait un peu du lot, question course à pied. Mais Louis-Philippe Garnier était surtout intéressé par le hockey et la balle-molle.

    Puis, à 26 ans, il a commencé à s’entraîner comme ça, sans but précis. Un mois plus tard, il se retrouve dans une fête de famille. Son cousin Claude est là. Ah bon, tu cours? Viens donc avec nous au Maski-Courons…

    Claude Thibault et ses copains s’entraînaient avec un certain sérieux sur des 10 km. Il a fait dans les 37 minutes à son sommet.

    Donc, Garnier se pointe au Maski-Courons, au printemps de 1991. “Il m’a planté par 12 minutes!” dit Thibault, encore éberlué, 18 ans plus tard.

    “J’ai fait environ 40 minutes et j’ai fini 24e sur 400″. Ça encourage un débutant qui a quatre semaines d’entraînement dans le corps… À l’automne, il faisait 33 minutes.

    Ainsi commence, sur le tard mais sur les chapeaux de roue, la carrière de coureur d’un des meilleurs marathoniens canadiens.

    Au 10 K, il a fait 31: 14 quelques années plus tard. Et au marathon, pour la troisième fois en quatre ans, il est champion canadien des “maîtres”, c’est-à-dire des plus de 40 ans.

    “Au début, je courais juste pour me dépasser, mais c’est devenu une passion.”

    Il court pour se rendre au travail (10km aller, 10km retour), dans un centre hospitalier. Il est aux cuisines. Il court aussi avec les participants à son cours de course à pied du cégep Maisonneuve (un cours ouvert au public, soit dit en passant, vérifiez pour la prochaine session).

    Dimanche, il court à Ottawa son deuxième marathon de la saison, qui est aussi le championnat canadien.

    Il a fait Boston en 2h38 cette année et il était 16e chez les 40-49. Déçu: les six années précédentes, il s’est classé parmi les 10 premiers de sa catégorie au marathon le plus prestigieux au monde, dont 3e en 2003. Cette même année, il a fait son meilleur temps à vie dans un marathon, 2h26.

    “La course, c’est une méditation pour moi. Je me retrouve.”

    Il s’entraîne six jours semaines et espère encore battre son record. Pourquoi pas cette année. “Je veux toujours m’évaluer, me dépasser.”

    Eh oui, pour lui comme pour tous les marathoniens, le mur existe. “Après 30 km, mes jambes ne fonctionnent plus de la même manière. Je force deux fois plus pour avancer. Je me parle, je m’encourage, je me dis OK, déjà 32 de faits… tu t’es bien entraîné… Mais à l’entraînement, je ne cours jamais plus que 2h30.”

    Et après 45 marathons et bien des expériences, il confirme ce que disent les livres: on ne peut pas mettre de temps en banque. “Si on part trop vite, on paye la dette en double et en triple à la fin. En fait, mon entraînement me sert à évaluer ma forme, à déterminer à quelle vitesse je peux courir de manière constante.”

    Longtemps, il s’est entraîné avec Alain Roy, coureur et médecin, qui lui a “tout appris”. Il est maintenant son propre entraîneur et celui de quelques amateurs, puisqu’il a atteint le niveau 2 de la fédaration d’athlétisme. Il songe à en faire une carrière.

    On peut lui écrire à lprunner@yahoo.ca. On peut aussi l’encourager dimanche, il sera au devant vers 7h, pas loin du Parlement, pour défendre son titre, et à la ligne d’arrivée autour des 9h30…


    • Merci pour la bio. Très intéressant à lire. Allez-vous en faire une série? Il y a plein d’athlètes intéressants au Québec normalement peu couverts dans les médias.

    • Bonne course à tous les participants du 5 km, 10 km, demi-marathon et marathon d’Ottawa! Je nous souhaite une belle journée et beaucoup de plaisir. Je participe au demi demain. Je suis loin de mon peak, alors je vise de terminer avec le sourire!

    • Louis-Philippe Garnier, un inconnu des amateurs de sports du Québec, un nobody vs les frères russes du Canadiens, mais un très grand athlète qui pratique le sport en amateur et non en professionnel.
      Les héros, ces inconnus, devraient donner des conférences dans les écoles primaires et secondaires sur un thème très simple :
      se réaliser
      yg

    • Et si nos soit disant experts sportifs lâchaient juste UN TOUT PETIT PEU le hockey… il me semble que ça nous ferait découvrir les Louis Philippe Garnier de ce monde qui s’entrainent dans l’ombre.

      Hein que t’es 110 % d’accord avec moi mon Ron ???

      Allez ! Bonne fin de semaine de course tout le monde, on s’amuse, on en profite c’est pour ça qu’on en a bavé cet hiver…

      Martin

    • Tout à fait d’accord avec Pepedamour. Si on valorisait plus les athlètes amateurs au Québec un gars avec le talent naturel de LP Garnier aurait été détecté et entrainé à l’adolescence, il aurait eu tout un bagage de compétitions sur courtes distances avant de passer au marathon où il aurait été encore plus dominant.
      Mais ce n’est pas dans notre culture. Dommage.

    • Bravo Bravo Monsieur Boisvert. 780 sur 10 000 avec moins d’un an d’entrainement. Une super belle performance. 1h43. Ne vous en faites pas pour le marathon de Montreal, vous avez tout ce qu’il faut faut pour réussir.

      Bon, moi c’est un peu moins reluisant mais j’ai tout de même terminé et je compte bien m’améliorer pour Montreal… un autre demi cependant.

      Félicitation à tous les coureurs de ce magnifique week-end.

    • Félicitation Monsieur Boisvert.

    • Je ne savais pas que c’était lui, mais je l’ai vu passer peu après 8h sur Colonel By. Il courait vite en titi. Le gars qui le suivait, un Africain dont le dossard (no 50 je pense) disait qu’il voulait terminer en 2h09, a lâché la course sous nos yeux. Quelqu’un a essayé de lui demander pourquoi. Pas répondu. Moment intense. Quelqu’un sait-il ce qui est arrivé et de qui il s’agissait ?

    • Toutes mes félicitations! Quelle belle journée nous avons eu. De mon côté, très loin de mon record perrsonnel, mais j’ai eu énormément de plaisir. Quelle expérience vivre un départ avec cette vague humaine. Mémorable. Auparavant, j’avais participé à des courses avec un nombre beaucoup plus restreint de coureurs. Je vais sûrement recourir à Ottawa!

    • @MCL

      Selon http://www.sportstats.ca/resultslive/s.php?ec=M&bib=50&last=&city=&first=

      Le #50 est FRED KARANJA du Kenya. Son temps de passage est de 1h08:46 pour le demi. C’est vraiment bon mais pas assez pour faire 2h09 sur le Marathon.

      Les professionnels font plusieurs courses par année. Comme ce n’était pas sa journée, il a probablement préféré abandonner et se reprendre ailleurs dans les prochaines semaines.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    octobre 2011
    L Ma Me J V S D
    « sept   nov »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Archives

  • publicité