Une bière, l'été

Une bière, l'été - Auteur
  • Alain McKenna

    Avec Alain McKenna, découvrez les nouveautés et les histoires de brasseries d’ici et d’ailleurs. De quoi élargir la palette des buveurs les plus fidèles et faire des accords étonnants entre la bière et les plats d’été!
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 13 juin 2012 | Mise en ligne à 14h53 | Commenter Commentaires (19)

    Une bonne bière, combien ça coûte?

    Inédit vs AmérindienneVoilà une question piège, surtout que les microbrasseurs doivent jongler avec plusieurs éléments financiers lorsqu’ils mettent un nouveau produit en vente. Mais la question se pose : une vraie bonne bière, à 10 dollars, c’est raisonnable?

    Sur la photo joignant cet article se trouvent deux bières que j’ai obtenues à peu près la même journée. L’Amérindienne Pâle ale de la brasserie Le Naufrageur et l’Inédit, d’Estrella Damm. La première est une bonne double IPA et coûte 10 dollars. La seconde est une blanche espagnole à fermentation basse conçue avec une certaine créativité par le chef catalan Ferran Adrià et coûte 8 dollars.

    Les gens du Naufrageur avaient l’air surpris d’apprendre que leur bière, tirée en « 600 quilles gaspésiennes », selon l’étiquette, était disponible dans certains commerces spécialisés montréalais. C’est un produit sélect, qui s’adresse à un groupe restreint de très grands amateurs de bière. Ça explique son prix élevé et sa rareté.

    Le prix est aussi lié au format de vente : des caisses de six ou de douze, des caisses mixtes, tous ces facteurs font varier prix de vente. On observe la hausse soutenue des ventes de bières artisanales et on voit bien que les acheteurs sont prêts à payer un peu plus pour un produit local, original, ou les deux.

    C’est un argument qui ne se défend pas tout le temps. Des bouteilles de bière québécoises à 10, 12, voire 15 dollars (au format un peu plus gros, heureusement) ne sont pas si rares. En fait, les rayons ne semblent pas se vider très très rapidement dans certains cas. Des amateurs commencent aussi à se plaindre.

    Les brasseurs justifient souvent habilement leur approche. D’un autre côté, l’acheteur pourra lui aussi facilement expliquer pourquoi il a préféré acheter une blanche espagnole plus abordable pour sa prochaine séance de dégustation.

    Parce qu’à la fin, c’est lui qui décide, n’est-ce pas? Diversification des produits rime souvent avec diversification des prix. Est-on prêts à l’accepter pour la bière, comme on le fait déjà pour le vin et bien d’autres choses?

    En tout cas si ça continue comme ça, on va bientôt pouvoir faire un guide des bières par tranche de prix…



    • Vous connaissez le principe de Duke Ellington, grand jazzaman? On lui a demandé de définir ce qu’était de “la bonne musique”. Ce à quoi il a répondu: c’est celle que l’on aime….Donc, combien pour une “bonne” bière? Ça dépend des goûts et ceux-ci ne sont pas à discuter! C’est quoi cet “élitisme” de la bière?! On parle de bière ici!

    • @ tague

      Désolé mais les goûts ça se discute mais ça se respecte.

      Et puis c’est quoi ce commentaire débile de parler d’élitisme?

    • Lorsqu’on considere qu’aussitot bue, la biere se retrouve aussi vite
      vers la “sortie, moins c’est cher, mieux c’est!

    • @tony: Dans tous les cas, vous me manquez de respect en disant que mon commentaire est débile. Allez donc boire une bonne John Labatte Classique comme André Champagne qui se fait sauter sur la table de la cuisine avec un abat-jour sur la tête….mais qui fait ça avec classe….si vous ne comprenez pas ce commentaire débile, allez voir Rock et Belles Oreilles: ça devrait vous relaxer! Bonne journée!

    • Rien ne vaut une bonne Sleeman dans une bouteille claire et transparente goûtant la moufette !

      Ça, c’est de la bière …

      paul béliard

    • @ Tague

      Aucun, mais alors là aucun rapport votre commentaire. Il ne vous demande pas qu’est-ce qu’une bonne bière mais COMBIEN ÇA COUTE. Lisez, bordel! On reprend, juste pour vous. Alors : Pour vous, la bière que vous trouvez bonne (Jusque là, ça va?) trouvez-vous que vous la payez trop cher? Pas la bière que je trouve bonne, celle que vous trouvez bonne avec vos papilles gustatives à vous.

      Je suis aux îles de la Madeleine pour l’été. ici, ils brassent 4-5 très bonnes bières sous l’étiquette À l’abri de la tempête. La bouteille de 341 ml se détaille à entre 3,50 et 4$. La caisse de 6 entre 15,99 et 17,99$. C’est un peu cher, vrai. Mais comme ce ne sont pas des bières de soif, ça va. On étanche la soif avec la Alexander Keith brassé tout près mais on s’ouvre l’appétit avec une bonne noire de chez À l’abri de la tempête!

    • @toomuchmat: Quad on parle de combien pour une bonne bière et qu’on parle de bières à 10$, 8$ etc…On parle nécessairement de goûts: combien selon vos goûts, faut-il payer pour une bonne bière. Comme il faut tout vous expliquer alors voilà! Une bonne noire à 32 Celsius….hmmmmmm que c’est bon..ça ouvre l’appétit ça mon homme!

    • @ tague

      Le respect de mon commentaire était au même niveau que le vôtre.

      Ça va au même endroit? Désolé, je ne goûte pas avec mon gland…

      À ce compte, inutile de parler de bonne nourriture. Ça fait élitisme. Allons-y avec le moins cher, le kraft dîner. On parle de nourriture ici!

      Moi quand j’ai soif, je bois de l’eau. Alors avec votre bière, je trouve que vous faites pas mal élite.

      Personne ne parle de boire de la bière avec le petit doigt en l’air en passant. Vous choisissez vos bière avec le prix. Fine. Mois ça ne me dérange pas de payer 3-4$ pour ce que je considère comme étant de la meilleure bière. En plus, j’essaie d’acheter québécois puisque j’y trouve mon compte et que je trouve qu’ils se fendent le cul. Si cette bière était moins cher, ça ferait mon affaire mais ce n’est pas le cas et je vis très bien avec. C’est un choix.

      En passant, il existe un journal dédié à la bière qui est pas mal sympatique.

    • Pour répondre au titre de l’article, ça dépend de la nature du produit, du prix et des goûts.

      Les bières à prix plus élevé devraient en donner plus. Plus d’ingrédients pour un goût plus prononcé et/ou un style unique. Avec plus d’ingrédients, plus de sucre fermentescible et plus d’alcool, on peut garder au cellier quelques années et vivre une nouvelle expérience. Au final, on constate ce qui est offert et on décide si on est prêt à en payer le prix.

      J’ai payé $37 (oui, $37) pour une 750ml belge fermentée en fûts de bourgogne Côtes-de-nuits titrant 13%. Un peu fou ? Oui. Mais c’était très bon et complètement atypique ! Une expérience hors du commun ! Je l’ai partagé avec quatre personnes, un petit verre chaque à siroter lentement.

      Relativement parlant, il y a aussi des bières moins chères qui n’en valent pas le prix aussi bas soit il. Et que pensez d’une Molson Ex en fût à $10 le verre au Centre Bell ?

      Sur le site américain Beer Advocate, je vois souvent des plaintes de prix trop élevé mais c’est habituellement relié au fait que la bière n’a pas été appréciée. La réaction aurait elle été différente avec un prix plus bas ?

      La question est pertinente car je suis curieux de voir ce que sera prêt à payer le bièrophile d’ici pour l’expérimentation de plus en plus poussée.

    • @tague

      Il y a de très bons vins à 10-15$, tout comme il y a de mauvais vins à 30$ et plus. C’est un peu la même chose pour la bière, j’ai goûté à de mauvaises bières qui coûtaient 10$ pour une bouteille de 500 ml, alors que tu peux payer un 6-pack à 8$ pour de la St-Ambroise blonde, une excellente bière de soif. Sauf que une Samichlaus à 5$ à la SAQ, ça vaut amplement le coup.

      Contraindre le prix de la bière, c’est empêcher les brasseurs de mettre des ingrédients plus dispendieux, de faire des expériences, d’utiliser des procédés plus longs, etc. Il y aura toujours de la Milwaukee Best Dry, tout comme on trouve encore du Harfang des neiges, mais un éventail de prix plus grand ne permettra que d’augmenter la diversité de l’offre de bière. Il n’y a pas de mal là-dedans…

    • @tony: Vous ne goûtez pas avec votre pied?! Non mais on se calme: mon commentaire initial était respectueux mais c’est vous qui avez déjanté, pas moi. Je ne critique pas les prix mais plutôt ceux qui associent prix à qualité ou qui dénature le fait que c’est juste de la bière..les nerfs!
      @jay_jay: Je ne veux pas contraindre les prix et je vais 100% dans votre sens…je suis un amateur de vins et je sais bien que le rapport prix qualité est plutôt logarithmique, non proportionnel, non linéaire…quand la relation est croissante (e.g. mauvais vin pour cher ça existe, oui).

      En général, je n’en reviens pas comment une commentaire anodin peut faire grimper dans les rideaux: prenez donc plus de bières….ça vous calmera! Très cordialement, A. Tanguay

    • Ah oui toby: “À ce compte, inutile de parler de bonne nourriture. Ça fait élitisme. Allons-y avec le moins cher, le kraft dîner. On parle de nourriture ici!”. J’ai parlé de moins cher moi?! Jamais…et en passant, c’est la même chose avec la bouffe…c’est pcq c’est cher que c’est bon…Je peux vous faire un excellent braisé aux tomates avec des coupes de viande vraiment pas chères. Bon…je vais allez prendre l’air et après une bière, uneLeffe…je suis en Bretagne et il pleut tout le temps…bon temps pour boire!

    • Ah oui tony: “À ce compte, inutile de parler de bonne nourriture. Ça fait élitisme. Allons-y avec le moins cher, le kraft dîner. On parle de nourriture ici!”. J’ai parlé de moins cher moi?! Jamais…et en passant, c’est la même chose avec la bouffe…c’est pas pcq c’est cher que c’est bon…Je peux vous faire un excellent braisé aux tomates avec des coupes de viande vraiment pas chères. Bon…je vais allez prendre l’air et après une bière, une Leffe…je suis en Bretagne et il pleut tout le temps…bon temps pour boire!

    • J’y vais avec l’offre et la demande…

      Je ne m’attends pas nécessairement à ce qu’une bière à 16$ pour 750 ml soit meilleure qu’une bière à 6 $ pour 750 ml. Mais la bière à 16 $ sera souvent brassée en plus petite quantité…

    • @mxmxd: Très bon commentaire…qui pourrait aussi mentionner les économies d’échelle et la compétition…tant qu’à parler de coûts, parlons des vraies affaires!

    • @tague
      Vous trouvez le commentaire de mxmxd “bon”, même s’il est élitiste !! Vous êtes vraiment dur à suivre.

    • gl00001

      Élitiste… Hein?

    • Les réactions a cet article est l’exemple parfait des commentaires de répliques imbéciles de certains et stupides @jutamat qui est propre aux blog hélas… avant d’écrires vos répliques entres ‘petits coqs’ ouvrez en une avant et ‘get a life’!!

      pour revenir au sujet, c’est surement une question de diffusion, Uniboue à un plus grand volume de vente pour permettre une Fin du monde 750ml a 5$ que BDT pour un même format à 12$.

    • Pour répondre à l’article, une bonne bière coûte bien le prix que l’on veut y mettre. J’ai goûté des bières exceptionnelles se détaillant à 2,59$ la bouteilles et j’ai trouvé de véritables horreurs qui en coûtaient 3x ce prix et plus. Il y a bien sûr des valeurs sûres ou des crus que l’on apprend à connaître (ex.: Gouden Carolus Cuvée Van de Keizer, Dominus Vobiscum Hibernus, etc) pour lesquels on est prêt (du moins, moi je le suis) à payer un peu plus pour se les procurer.

      Il n’en demeure pas moins que la vaste majorité des produits que je goûte à titre de dégustateur amateur (québcois dans la plupart des cas) me reviennent à moins de 5$ la bouteille, ce qu je considère raisonnable. Pour mon cellier, il va sans dire que le prix monte selon le produit convoité. Bref, comme le vin, la qualité d’une bière n’est pas du tout rattachée à son prix.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • My Categories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  •  

    juin 2012
    D L Ma Me J V S
    « sept   juil »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
  • Archives

  • publicité