Le blogue de basket

Archive de la catégorie ‘Rétro’

Dimanche 8 décembre 2013 | Mise en ligne à 11h05 | Commenter Commentaires (2)

Kobe est de retour !

Kobe Bryant effectuera son retour ce soir, à 21h30, alors que les Raptors rendront visite aux Lakers.

Le #24 n’a pas joué depuis avril après s’être déchiré le tendon d’Achille gauche. « Je ne crois pas avoir de limitation. Mes accélérations ne sont pas encore parfaites, mais je peux compenser et être efficace quand même », a mentionné celui qui espère remporter un sixième titre – et égaler Michael Jordan – avant de terminer sa carrière.

Son entraîneur Mike D’Antoni a indiqué qu’il limiterait le temps de jeu du joueur étoile, alors il serait surprenant que Bryant répète son exploit de 81 points contre les Raptors en 2006, mais on ne sait jamais…

P.

Lire les commentaires (2)  |  Commenter cet article






Mercredi 2 octobre 2013 | Mise en ligne à 13h00 | Commenter Commentaires (5)

L’été des retraites

PHOTO ASSOCIATED PRESS. Jason Kidd et Grant Hill ont conjointement été nommés recures de l'année en 1995.

PHOTO ASSOCIATED PRESS. Jason Kidd et Grant Hill ont conjointement été nommés recures de l'année en 1995.

Rebienvenue à tous!

La saison de la LNH vient de commencer, ce qui veut dire que celle de la NBA s’amorcera dans quelques semaines!

Avant de vous proposer mon état des forces à la suite d’un été assez mouvementé, j’aimerai revenir sur le départ pour la retraite de quelques grands joueurs. En effet, Grant Hill, Jason Kidd, Tracy McGrady, Rasheed Wallace et, selon les rumeurs, Allen Iverson ont décidé de mettre fin à leur carrière durant la saison morte.

Pour différentes raisons, ces athlètes ont laissé une marque indélébile sur la NBA et ses amateurs. Selon moi, les cinq devraient être intronisés au Temple de la renommée au cours des prochaines années.

Grant Hill

Après une brillante carrière collégiale avec Duke, Grant Hill a démontré son grand talent dès son arrivée chez les pros en remportant en 1995 le titre de recrue de l’année (conjointement avec Jason Kidd). Il était l’un des meilleurs joueurs du circuit durant ses six premières années avec les Pistons, mais une blessure à la cheville vers la fin de la saison 2000 l’ennuiera pendant les années suivantes. En sept saisons avec le Magic, Hill n’a joué que 204 matchs. Il n’a toutefois jamais abandonné et a retrouvé la forme à son arrivée à Phoenix en 2007 ne manquant que 15 rencontres au cours des quatre années suivantes. L’ancien Blue Devils est devenu un spécialiste de la défense vers la fin de sa carrière qu’il a prolongée jusqu’à l’âge de 40 ans.

Jason Kidd

Jason Kidd a pris sa retraite deux jours après Grant Hill, puis est devenu l’entraîneur des Nets une dizaine de jours plus tard. Kidd est reconnu pour ses nombreux triples-doubles, mais c’est son contrôle du rythme du jeu qui m’impressionnait le plus. Peu importe la situation, Kidd restait calme, prenait les bonnes décisions et faisait très peu d’erreurs. Durant la première moitié de sa carrière, Kidd n’était pas très efficace de la ligne de trois points. L’ancien de l’Université de la Californie a amélioré cet aspect de son jeu lors de son passage au New Jersey, puis a terminé sa carrière au troisième rang pour le nombre de trois points réussis.

Tracy McGrady

« Si seulement… » Il serait réducteur de résumer la carrière de Tracy McGrady en ces deux mots, mais on ne peut s’empêcher d’imaginer ce que les Raptors auraient pu être s’il était resté à Toronto. Ou si son dos et ses genoux ne l’avaient pas laissé tomber si rapidement. T-Mac était un marqueur naturel, dangereux aussitôt qu’il avait le ballon entre les mains. Sa performance de 13 points en 35 secondes restera le meilleur exemple.

Rasheed Wallace

M. Fautes Techniques (plus de 300 en carrière), Rasheed Wallace était aussi un joueur extrêmement polyvalent. Une force dans clé avec son gabarit imposant, il pouvait également réussir des tirs de l’extérieur et était un excellent défenseur. Son tempérament bouillant a certainement donné des maux de tête à ses entraîneurs et ses coéquipiers, mais personne ne pouvait douter de son désir de victoire. Il s’agit de la deuxième retraite pour Sheed, mais celle-ci semble être définitive puisqu’il est maintenant aide-entraîneur chez les Pistons.

Allen Iverson

Allen Iverson est sans contredit l’un des athlètes les plus talentueux de l’histoire de la NBA. De plus, sa passion et sa combativité resteront presque inégalées. Malheureusement, il n’a jamais accepté son déclin et a quitté la ligue sans avoir remporté de titre. AI est aussi à l’origine de plusieurs modes : le retour des bandeaux, les cornrows et les manches. Pour le meilleur et pour le pire, la NBA et ses fans ont adopté son image après le départ de Michael Jordan. The Answer est toujours resté lui-même et a su mérité notre respect.

P.

Lire les commentaires (5)  |  Commenter cet article






Vendredi 12 avril 2013 | Mise en ligne à 19h04 | Commenter Un commentaire

Il n’y aura jamais un autre Gary Payton

PHOTO JEFF HAYNES, REUTERS. Bernard King, Gary Payton et Rick Pitino lors de l’annonce de leur entrée au Temple de la Renommée.

PHOTO JEFF HAYNES, REUTERS. Bernard King, Gary Payton et Rick Pitino lors de l’annonce de leur entrée au Temple de la Renommée.

Je suis en retard, mais je tenais à écrire un billet, car il était l’un de mes joueurs préférés: Gary Payton fera son entrée au Temple de la renommée en septembre prochain.

Il sera accompagné par Bernard King, les entraîneurs Jerry Tarkanian, Guy Lewis et Rick Pitino, ainsi que Dawn Staley et Sylvia Hatchell.

Payton était un trash talker notoire, une peste en défense et un véritable leader. Il avait aussi une excellente vision du jeu. Bref, un meneur de jeu idéal.

Dans les années 90, alors qu’il était avec les Sonics, Payton formait un superbe duo avec Shawn Kemp. Ils étaient les Chris Paul et Blake Griffin de leur époque, mais en plus d’être électrisants et dominants, ils étaient un peu baveux.

The Glove et le Reign Man sont en grande partie responsables de mon amour pour le basket et j’étais déchiré lorsqu’ils ont affronté les Bulls en finale en 1996. Au moins, Payton a gagné un titre avec le Heat en 2006, mais pauvre Kemp…

Il nous restera toujours les souvenirs…

P.

Un commentaire  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    septembre 2014
    D L Ma Me J V S
    « août    
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    282930  
  • Archives

  • publicité