Le blogue de basket

Archive de la catégorie ‘NCAA’

Brandon Knight des Bucks a été quelques fois du mauvais côté d’un jeu spectaculaire. Samedi, il a pris sa revanche contre Greivis Vasquez et Jonas Valanciunas des Raptors.

Malgré l’absence de Derrick Rose et le départ de Luol Deng, les Bulls sont au quatrième rang dans l’association Est. Leur excellent jeu d’équipe est l’une des raisons de leur succès. En voici un bon exemple.

Rares sont les semaines où Gerald Green ne se retrouve pas dans les moments «As-tu vu ça?!?!». Cette semaine ne fait pas exception.

La grande finale

Nous sommes le 7 avril et c’est ce soir que le March Madness se terminera. Connecticut et Kentucky s’affronteront. La septième tête de série de l’Est contre la huitième du Midwest. Ces deux équipes ont probablement été sous-classées, mais reste qu’il était assez difficile de prédire qu’elles allaient survivent jusqu’à la fin.

UConn a été impressionnant dans sa victoire contre la Floride en demi-finale. Les Huskies semblaient incapables de réussir un lancer en début de rencontre, mais leur défense est restée solide, puis les paniers ont fini par s’accumuler.

PHOTO ASSOCIATED PRESS. Aaron Harrison des Wildcats de Kentucky n'a réussi qu'un seul tir de trois points lors de la demi-finale contre les Badgers de Wisconsin, mais c'est ce panier qui a fait la différence.

PHOTO ASSOCIATED PRESS. Aaron Harrison des Wildcats de Kentucky n'a réussi qu'un seul tir de trois points lors de la demi-finale contre les Badgers de Wisconsin, mais c'est ce panier qui a fait la différence.

L’autre match du Final Four s’est décidé dans les derniers moments grâce à un autre tir de trois points très clutch de Aaaron Harrison. C’était la troisième fois depuis le début du tournoi que la recrue de Kentucky inscrivait un trois points déterminant (il a réussi des lancers similaires contre Michigan et Louisville). Julius Randle a une fois de plus été très efficace pour les Wildcats marquant 16 points en 27 minutes. Notons que 79 444 personnes ont assisté à la partie, un record pour le basketball de la NCAA.

Mes prédictions ont été médiocres depuis le début du tournoi, alors je ne sais pas si ça vaut la peine que je me prononce… J’aime la fougue des jeunes Wildcats, alors go Kentucky!

P.

Lire les commentaires (4)  |  Commenter cet article






Mercredi 2 avril 2014 | Mise en ligne à 13h41 | Commenter Commentaires (2)

Bonne semaine pour le basket canadien

PHOTO NATHAN DENETTE, LA PRESSE CANADIENNE. DeMar DeRozan et Kyle Lowry ont joué un rôle crucial dans l'obtention d'une place en séries pour les Raptors.

PHOTO NATHAN DENETTE, LA PRESSE CANADIENNE. DeMar DeRozan et Kyle Lowry ont joué un rôle crucial dans l'obtention d'une place en séries pour les Raptors.

Les derniers jours ont été bons pour le basketball canadien et québécois.

D’abord, les Raptors se sont assurés d’une place en séries éliminatoires pour la première fois depuis 2008 lorsqu’ils ont battu les Celtics à Toronto, vendredi. Ils occupent toujours le premier rang de la division Atlantique, mais les Nets ne sont qu’un match et demi derrière.

Même si les 24 Canadiens qui participaient cette année au March Madness ont maintenant été éliminés, on peut affirmer que jamais les joueurs d’ici n’ont autant brillé lors du tournoi collégial américain. Comme en témoigne cet article, huit Canadiens étaient encore sur le terrain pour la ronde du Sweet 16. Parmi ceux qui se sont le plus illustrés, notons l’Ontarien Nik Stauskas de Michigan qui a tout fait sauf réussir le tir de trois points égalisateur contre Kentucky, dimanche. Les 24 points qu’il a marqués étaient sûrement ses derniers dans la NCAA, puisqu’il devrait être repêché en première ronde cet été.

Le Montréalais Kenny Chery a également bien fait pour les Bears de Baylor. Il a inscrit 14 points dans la surprenante victoire contre le puissant Doug McDermott et Creighton en deuxième ronde, puis en a ajouté 12 le match suivant contre Wisconsin.

Andrew Wiggins n’a pas eu un long tournoi alors que Kansas a été éliminé par Stanford dès le deuxième tour, mais il a tout de même décidé de mettre fin à sa carrière universitaire pour tenter sa chance dans la NBA. Malgré ses hauts et ses bas cette saison, le potentiel du joueur de 19 ans est énorme et son nom sera probablement le premier appelé par le nouveau commissaire de la NBA, Adam Silver, le 26 juin.

L’Ontarien Tyler Ennis, qui a excellé à sa première année à Syracuse, sera aussi admissible lors du prochain repêchage.

Finalement, le programme de développement Brookwood Bounce Elite s’est entendu avec Adidas sur un partenariat qui permettra à de nombreux jeunes joueurs québécois et canadiens de prendre part à des tournois d’envergure aux États-Unis ainsi qu’à des camps d’entrainement de haut niveau. Lisez le communiqué de presse (en anglais) ici.

Final Four

Les quatre équipes que je voyais au Final Four ont été éliminées. Alors, qui l’emportera? Connecticut m’a surpris, Kentucky est encore plus fort que je croyais, Wisconsin est aussi très talentueux, mais je crois que la Floride est presque imbattable. Et vous, votre choix?

P.

Lire les commentaires (2)  |  Commenter cet article






Jeudi 20 mars 2014 | Mise en ligne à 1h10 | Commenter Un commentaire

March Madness: 10 joueurs à surveiller

Les 64 équipes sont qualifiées. Tous les affrontements sont déterminés. Le véritable tournoi de la NCAA peut commencer. Le March Madness s’entame dans moins de 12 heures. Voici 10 joueurs qui méritent votre attention… et faites votre bracket avant qu’il ne soit trop tard.

Andrew Wiggins (Kansas)

Avant même de jouer son premier match dans la NCAA, Andrew Wiggins était considéré comme l’espoir numéro 1 du repêchage 2014 de la NBA. Il a connu une bonne saison chez les Jayhawks de Kansas, mais n’a pas dominé comme certains l’avaient anticipé. Le Canadien a affiché une moyenne de 17,4 points par partie en un peu plus de 32 minutes de jeu. Il a toutefois démontré son énorme potentiel en inscrivant 41, 30 et 22 points lors de ses trois dernières rencontres. Le tournoi du March Madness pourrait solidifier son rang de sélection au prochain repêchage.

PHOTO KIM KLEMENT, USA TODAY SPORTS. Andrew Wiggins, ailier, Kansas, première année.

PHOTO KIM KLEMENT, USA TODAY SPORTS. Andrew Wiggins, Kansas, ailier, première année.

Joel Embiid (Kansas)

Le gigantesque coéquipier d’Andrew Wiggins, Joel Embiid, va vraisemblablement manquer le début du tournoi en raison d’une blessure au dos. Kansas espère le revoir sur le terrain bientôt, car sa présence sur le terrain est possiblement plus importante que celle de Wiggins. À 2,13 m et 113 kg (7 pi, 250 lb), le Camerounais est un mur défensif qui a affiché des moyennes par partie de 8,1 rebonds et 2,6 contres cette saison. Son flair offensif s’est aussi grandement développé au cours de l’année (11,2 points par match). Embiid a même été comparé au légendaire Hakeem Olajuwon.

PHOTO RON CHENOY, USA TODAY SPORTS. Joel Embiid, Kansas, centre, première année.

PHOTO RON CHENOY, USA TODAY SPORTS. Joel Embiid, Kansas, centre, première année.

Jabari Parker (Duke)

Jabari Parker est fait pour la NBA. À 2,03 m et 107 kg (6 pi 8 po, 235 lb), le joueur de 19 ans possède un excellent tir, une grande agilité et sa vision du jeu est déjà très bonne. À sa première année avec les Blue Devils, il a inscrit en moyenne 19,3 points par match en plus de récupérer 8,8 rebonds. Parker n’est pas un athlète exceptionnel comme Wiggins, mais c’est un joueur travaillant et très mature pour son âge.

PHOTO MARK KONEZNY, USA TODAY SPORTS. Jabari Parker, Duke, ailier, première année.

PHOTO MARK KONEZNY, USA TODAY SPORTS. Jabari Parker, Duke, ailier, première année.

Julius Randle (Kentucky)

Kentucky fait face à Kansas State lors de la première ronde du tournoi. Les Wildcats contre les Wildcats. Cet affrontement devrait être chaudement disputé. Julius Randle devrait tout de même dominer, car c’est presque toujours le car. Outre les Gators de la Floride (les favoris dans la conférence Sud) dimanche dernier, les équipes adverses n’ont pu arrêter Randle cette saison. Ses moyennes par partie de 15 points et 10,5 rebonds le prouvent. À 2,06 m (6 pi 9 po), il est un peu petit pour jouer au poste d’ailier fort dans la NBA, mais des joueurs comme Carlos Boozer et Ben Wallace l’ont fait avant lui.

PHOTO MARK ZEROF, USA TODAY SPORTS. Julius Randle, Kentucky, ailier fort, première année.

PHOTO MARK ZEROF, USA TODAY SPORTS. Julius Randle, Kentucky, ailier fort, première année.

Marcus Smart (Oklahoma State)

Smart pourrait déjà être dans la NBA, mais il a estimé qu’il deviendrait un meilleur joueur s’il restait une saison de plus chez les Cowboys. Il a marqué un peu plus de points cette saison (de 15,4 à 17,8 points par match) et son taux de réussite s’est amélioré, mais ce sont surtout ses qualités de leader et sa compréhension du jeu qui se sont développées. Le club de la NBA qui mettra la main sur Smart pourra compter sur un excellent meneur de jeu.

PHOTO K.T. KING, ASSOCIATED PRESS. Marcus Smart, Oklahoma State, garde, deuxième année.

PHOTO K.T. KING, ASSOCIATED PRESS. Marcus Smart, Oklahoma State, garde, deuxième année.

Gary Harris (Michigan State)

Si les statistiques de Marcus Smart ne se sont pas grandement améliorées à sa deuxième saison dans la NCAA, celles de Gary Harris ont progressé de façon significative. En plus d’inscrire en moyenne près de cinq points de plus par rencontre (de 12,9 à 17,1), il a cumulé plus d’aides, de rebonds et de vols de ballon cette année. Les Spartans sont sous-estimés dans ce tournoi et Harris a l’occasion de démontrer qu’il peut aider une équipe de la NBA dès l’an prochain.

PHOTO MIKE CARTER, USA TODAY SPORTS. Gary Harris, Michigan State, garde, dexuième année.

PHOTO MIKE CARTER, USA TODAY SPORTS. Gary Harris, Michigan State, garde, deuxième année.

Doug McDermott (Creighton)

L’un des rares joueurs de quatrième année (senior) qui pourrait être repêchés en première ronde, Doug McDermott est un tireur d’élite. Entre sa première saison à Creighthon et celle-ci, il est passé de 14,9 à 26,9 points par match. Le joueur de 22 ans a toujours réussi plus de la moitié de ses lancers et plus de 40% de ses tirs de trois points (45% cette saison). Il n’est pas très rapide ou efficace en défense, mais tant qu’un joueur peut mettre le ballon dans le panier, il peut se trouver un emploi chez les pros.

PHOTO BRAD PENNER, USA TODAY SPORTS. Doug McDermott, Creighton, ailier, quatrième année.

PHOTO BRAD PENNER, USA TODAY SPORTS. Doug McDermott, Creighton, ailier, quatrième année.

Tyler Ennis (Syracuse)

Si vous n’avez pas encore vu le tir de trois de points victorieux de Tyler Ennis contre Pittsburgh, faites-le toute de suite. Cet incroyable lancer est un peu à l’image de la saison d’Ennis. Les chances de réussite de ce Canadien de 1,88 m (6 pi 2 po) étaient très minces, mais il a réussi. À sa première année, Ennis a mené l’Orange à une fiche de 27 victoires contre 5 défaites. Il a affiché des moyennes de 12,7 points et 5,6 aides par match. De plus, il a inscrit plus de 13 points lors de ses 5 dernières rencontres.

PHOTO RON KINNAN, USA TODAY SPORTS. Tyler Ennis, Syracuse, meneur de jeu, première année.

PHOTO RON KINNAN, USA TODAY SPORTS. Tyler Ennis, Syracuse, meneur de jeu, première année.

Laurent Rivard (Harvard)

Mon collègue Michel Marois a déjà dressé un portrait très complet de l’athlète de Saint-Bruno, alors que dire de plus sur Laurent Rivard. En quatre saisons avec le Crimson d’Harvard, le garde de 23 ans a toujours affiché une moyenne d’au moins 10 points par match, mais jamais plus de 11. Il est plus un shooter qu’un marqueur, mais parfois il en réussit plusieurs et son équipe provoque la surprise. On lui souhaite bonne chance pour son dernier tournoi.

PHOTO FOURNIE PAR L’UNIVERSITÉ HARVARD. Laurent Rivard, Harvard, garde, quatrième année.

PHOTO FOURNIE PAR L’UNIVERSITÉ HARVARD. Laurent Rivard, Harvard, garde, quatrième année.

Kenny Chery (Baylor)

L’autre Québécois qui participe au tournoi. On entend rarement parler de Kenny Chery, mais Baylor ne se serait probablement pas qualifié s’il n’avait pas aussi bien dirigé l’attaque des Bears. Le meneur de jeu de 5 pi 11 po a affiché des moyennes de 11,6 points et 5 passes cette saison. Puisqu’il en est à sa troisième année d’éligibilité universitaire (junior), il devrait être de retour l’an prochain.

PHOTO ASSOCIATED PRESS. Kenny Chery, Baylor, meneur de jeu, troisième année.

PHOTO ASSOCIATED PRESS. Kenny Chery, Baylor, meneur de jeu, troisième année.

P.

Un commentaire  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    décembre 2014
    D L Ma Me J V S
    « nov    
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Archives

  • publicité