Le blogue de basket

Archive du 7 novembre 2012

PHOTO MIKE CASSESE, REUTERS/Mike Cassese. Kyle Lowry a inscrit 22 points, 7 rebonds et 5 passes dans la victoires des Raptors sur les Timberwolves dimanche.

PHOTO MIKE CASSESE, REUTERS/Mike Cassese. Kyle Lowry a inscrit 22 points, 7 rebonds et 5 passes dans la victoires des Raptors sur les Timberwolves dimanche.

Hier soir, les Raptors ont non seulement perdu leur rencontre contre le Thunder, mais aussi leur meneur et meilleur joueur depuis le début de la saison Kyle Lowry.

Même si leur fiche n’est que d’une victoire pour trois défaites, les Raptors ont démontré un potentiel fort intéressant lors de ces quatre parties et Lowry est l’un des grands responsables. En plus de prendre de bons tirs et d’en réussir la majorité, il repère ses coéquipiers lorsqu’ils sont en bonne position, joue une défense tenace et prend plusieurs rebonds malgré sa petite taille (1,83 m ou 6 pi). Il est également le leader émotif de l’équipe.

Lowry manquera le match de ce soir contre les Mavericks et sa blessure sera réévaluée demain. Puisqu’il ne s’agit que d’une foulure à la cheville, son absence ne devrait pas être trop prolongée. On le souhaite, car c’est plaisir de le voir jouer.

Un autre joueur que j’adore voir jouer est Kevin Durant. Il a profité du passage des Raptors à Oklahoma City pour souhaiter la bienvenue dans la NBA à la recrue Jonas Valanciunas. Le Lituanien de 20 ans a toutefois très bien réagi à sa «posterization».

Les deux premières victimes du règlement «anti-flopping»

À peine une semaine après le début de la saison régulière, la NBA a appliqué pour la première fois son nouveau règlement visant à contrer la simulation de fautes offensives communément appelée «flopping». José Juan Barea des Mavericks de Dallas et Donald Sloan des Cavaliers de Cleveland ont été les premiers joueurs sanctionnés.

Ils ont reçu un avertissement et devront payer une amende de 5000$ s’ils récidivent. Le montant augmentera graduellement pour atteindre 30 000$ pour une cinquième infraction. Au-delà de ce nombre, la pénalité pourrait être un match de suspension.

Rappelons qu’un «flop» consiste à exagérer la réaction physique à la suite d’un contact dans le but d’influencer les arbitres à appeler une faute à l’endroit d’un adversaire. La NBA a instauré ce règlement le 3 octobre dernier avant le début de la saison. Le commissaire de la ligue, David Stern, avait alors indiqué qu’il voulait mettre fin aux pratiques déloyales, estimant que les joueurs parviennent trop souvent à tromper les arbitres.

À la suite de l’adoption du règlement, plusieurs commentateurs avaient émis certaines réserves puisque les sanctions ne sont distribuées qu’à la suite du visionnement vidéo de l’infraction après le match. Le joueur n’est donc pas immédiatement pénalisé pour son geste et peut tout de même influencer le résultat de la partie. De plus, ils n’étaient pas certains que la pénalité était assez sévère et si elle allait réellement décourager les joueurs.

En sévissant aussi tôt dans la saison, la NBA a démontré qu’elle prend la situation très au sérieux. Son objectif n’est pas de dérober ses joueurs de quelques dollars, mais de faire en sorte que le «flopping» soit une action officiellement mal perçue par les joueurs, entraîneurs et partisans.

P.

Lire les commentaires (13)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    novembre 2012
    D L Ma Me J V S
    « oct   déc »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    252627282930  
  • Archives

  • publicité