Le blogue de basket

Dimanche 3 mai 2015 | Mise en ligne à 0h42 | Commenter Commentaires (3)

Chris Paul, comme dans un film

PHOTO TIRÉE DE TWITTER Un jeune Tim Duncan et un très très jeune Chris Paul

PHOTO TIRÉE DE TWITTER Un jeune Tim Duncan et un très jeune Chris Paul

On aurait voulu écrire un script plus parfait pour la fin de la série Clippers-Spurs qu’Hollywood l’aurait rejeté parce qu’il serait trop rocambolesque.

Les attentes démesurées avant le match numéro 7, remporté 111-109 par les Clippers, ont été comblées.

Le personnage principal: un dénommé Chris Paul, auteur du panier gagnant et de 26 points pour Los Angeles. Et tout ça, avec une blessure à la cuisse qui l’a clairement incommodé, et ce dès le premier quart. L’émotion de CP3 était à son comble une fois le match terminée, notamment lorsque Tim Duncan l’a pris dans ses bras pour le féliciter.

Georges Bitar (en personne! Pas au bout d’une ligne à la qualité audio discutable!) et moi-même en discutons ici, en plus de donner rapidement nos pronostics pour le deuxième tour des séries.

Simon

Lire les commentaires (3)  |  Commenter cet article

 

Jeudi 30 avril 2015 | Mise en ligne à 14h37 | Commenter Aucun commentaire

Clippers et Spurs, série en contrastes

Le sixième et possiblement fatidique match 6 de la série Los Angeles-San Antonio est ce soir, et les Spurs auront une chance de fermer les livres à la maison.

On en a déjà parlé plusieurs fois, mais ce duel est sans doute le plus intéressant du premier tour. D’un côté, l’athlétisme des vedettes des Clippers et de l’autre la sagesse des vétérans des Spurs. D’un côté le jeu collectif de San Antonio et de l’autre, les prouesses du Big Three de Los Angeles. Avant le début des séries, on aurait pu facilement imaginer l’une ou l’autre des formations en finale. Mais comment ne pas être heureux pour un bonhomme aussi sympathique que Tim Duncan?

Georges Bitar et moi parlons principalement du match 5 ici:

Dans l’épisode de cette semaine, nous revenons également sur la fin de la route pour Dallas, principalement de la fin de l’expérience Rondo. La transaction a coûté Jameer Nelson, Jae Crowder, Brandan Wright, deux choix au repêchage et une compensation monétaire aux Mavericks.

Comme si la rupture très publique entre Rondo et l’entraîneur-chef Rick Carlisle ne suffisait pas, les joueurs des Mavericks en ont rajouté dernièrement, comme on peut le lire ici, en français en plus de ça.

Également au menu cette semaine: une confirmation de ce qu’on savait déjà au sujet des Raptors.

Un petit rappel que vous pouvez vous inscrire à notre podcast directement sur iTunes (ou le lecteur de baladodiffusions de votre choix).

Simon

Aucun commentaire  |  Commenter cet article

 

Lundi 27 avril 2015 | Mise en ligne à 0h59 | Commenter Aucun commentaire

Quatre petits matchs et puis s’en vont

PHOTO TIRÉE DE TWITTER Paul Pierce s'est permis d'envoyer une dernière flèche aux partisans des Raptors, en se moquant de leur slogan We The North.

PHOTO TIRÉE DE TWITTER Paul Pierce s'est permis d'envoyer une dernière flèche aux partisans des Raptors, en se moquant de leur slogan We The North.

Dimanche soir était une journée funeste pour les Raptors de Toronto et les Celtics de Boston, qui sont tombés en vacances, éliminés respectivement par les Wizards de Washington, et les Cavaliers de Cleveland. Ils rejoignent du coup les Pelicans de la Nouvelle-Orléans parmi les équipes éliminées au premier tour des séries.

Les Celtics se sont battus jusqu’à la fin. Ils ont servi une opposition tout à fait respectable. Les trois premiers matchs se sont terminés avec un écart de moins de 10 points, et celui de dimanche, 113-100.

Cette dernière rencontre a bien failli déborder, d’ailleurs avec des gestes qu’on voit plus souvent sur la glace dans un match de hockey que sur le parquet. D’abord avec Kendrick Perkins…

Et ensuite J.R. Smith.

Pas une journée facile au bureau pour Jae Crowder.

Que Cleveland remporte sa série en quatre matchs n’est pas si surprenant, bien que Pascal et moi étions prêts à donner un match de grâce aux Celtics. On ne devrait pas vous apprendre grand-chose en disant que le Cavs seront dangereux pour la suite des séries.

Un mot sur LeBron James, qui a frôlé le triple-double avec 27 points, 10 rebonds et 8 passes décisives. Il n’était pas exactement au coeur de la conversation dans la course au titre de Joueur par excellence, mais il n’est pas moins un joueur formidable. Et dans son ombre, Kyrie Irving connaît d’excellentes premières séries en carrière, marquant encore 24 points dimanche.

Les Raptors à l’ère de glace
Si une fiche de 4-0 dans la série Boston-Cleveland ne raconte pas toute l’histoire, c’est le cas dans la série Washington-Toronto.

Kyle Lowry et compagnie ont terminé leur saison en queue de poisson, s’inclinant 125-94 à Washington. En saison, les Wizards avaient marqué en moyenne 98 points par match cette année.

Le résultat est quelque peu déformé par le fait que le match a vite glissé entre les mains de Toronto assez rapidement, et que Dwane Casey a été obligé de prendre des chances avec un alignement inhabituel.

Le fait demeure que les Wizards, comme d’autres équipes en deuxième moitié de saison, ont compris comment les Raptors fonctionnaient cette année, avec une attaque qui se fiait énormément au mouvement de ballon autour de l’arc de trois points et très peu sur le jeu à l’intérieur. La formule a marché pour un certain temps, assez longtemps pour garantir le championnat de division à Toronto, mais pas assez pour masquer les graves lacunes des Raptors aux positions avant.

Le poste de Dwane Casey comme entraîneur-chef est lourdement compromis, et la place de joueurs comme Greivis Vasquez (snif), Terrence Ross et Amir Johnson incertaine.

Et comme pour retourner une dernière fois le couteau dans la plaie pour les fans des Raptors, Paul Pierce a, une fois de plus, eu raison en disant qu’il manquait quelque chose à Toronto. Oui, le Nord, mais Non, pas cette année.

(Il y a tout de même une certaine ironie avec l’image partagée par The Truth sur son compte Twitter. Ceux qui connaissent la saga Game of Thrones savent que le Roi du Nord n’est pas exactement un rôle enviable. Je n’en dirai pas plus.)

Simon

Aucun commentaire  |  Commenter cet article

 

publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    mai 2015
    D L Ma Me J V S
    « avr    
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Archives

  • publicité