David Courchesne

David Courchesne - Auteur
  • David Courchesne

    Journaliste au pupitre à La Presse, David Courchesne a depuis quelques années délaissé le gant de cuir et les crampons pour le clavier et l’écran mais la passion du baseball demeure, Expos ou pas.
  • Lire la suite »

    Partage

    Vendredi 26 juillet 2013 | Mise en ligne à 14h00 | Commenter Commentaires (13)

    «Avant que les sièges ne soient réchauffés…»

    Dodgers_Scully_Baseball
    Photo Jae C. Hong, archives Associated Press

    «And just like that, before the seats are warm, Cincinnati, a very good ballclub, is up in front one to nothing.»

    Ma traduction libre de cette phrase : «Juste comme ça, avant même que les sièges ne soient réchauffés, Cincinnati, une très bonne équipe de baseball, prend les devants 1-0.»

    C’était après le circuit du voltigeur Xavier Paul en première manche du match entre les Reds de Cincinnati et les Dodgers de Los Angeles, jeudi soir, au Dodger Stadium.

    (Les spectateurs arrivent tard aux rencontres locales des Dodgers. La circulation, assurément.)

    Ces paroles, vous l’aurez peut-être deviné, ont été prononcées par le légendaire Vincent «Vin» Scully, descripteur des matchs des Dodgers de Brooklyn/Los Angeles depuis… une éternité.

    Brooklyn, ça donne une idée…

    Oublions la longue balle des Reds — loin de moi l’idée de faire preuve d’esprit partisan dans ce propos. Il s’agit plutôt d’un prétexte pour souligner (encore) l’excellence d’un homme.

    En percevant cette description aussi spontanée que colorée, je n’ai pu que constater comment l’écoute de M. Scully pendant une partie de baseball représentait chaque fois un plaisir renouvelé.

    Vous n’avez jamais entendu Vincent Scully «raconter» un match des Dodgers ? Faites-vous donc plaisir.

    En quelques minutes seulement, vous en apprendrez énormément au sujet des joueurs ainsi que sur le baseball en général.

    Simply The Best, chanterait Tina Turner…

    [david.courchesne@lapresse.ca]


    • Absolument d’accord, et en plus, il fait la description et l’analyse tout seul. Un match des Dodgers c’est l’équivalent d’un monologue de Vin Scully.

      Pour tout fan de baseball, l’écouter raconter un match est toute une expérience ! Il parvient à nous transmettre toute sa couleur par de simples phrases bien imagées comme celle que vous avez citée.

      Vraiment, il est un des purs plaisirs qu’offre l’expérience d’un match de baseball.

      ***
      Je suis allé faire mon tour au Dodgers stadium cet été et je m’attendais moi aussi – selon la rumeur bien persistante que les fans se présentent tard au stade et partent tôt – eh bien, je dois avouer que je n’ai pas vraiment été déboussolé par leur ponctualité reconnue douteuse. Les fans en majorité étaient tous là pour l’hymne national et toujours là à la fin de la huitième manche alors que l’égalité 1 à 1 tenait toujours le coup, jusqu’à ce que la nouvelle sensation cubaine des Dodgers brise cette parité en produisant le point gagnant!

      Je dois dire que c’était contre leurs rivaux de toujours les Giants, alors peut-être qu’en ces occasions leurs mauvaises habitudes deviennent un peu biaisées.

    • Évidemment qu’à peu près personne n’a jamais entendu Vin Scully, parce qu’au Québec, les gens ne s’abonnent pas à MLB Extra Innings, et ceux qui se prétendent amateurs de balle n’étaient en fait que des fans des Expos, et encore là, des fans des Expos qui n’allaient jamais au Stade, mais écoutaient Doucet et Brulotte en faisant la vaisselle, après l’élimination du CH et avant le camp d’entraînement du CH.

    • Écouter une game avec Vin Scully, c’est l’équivalent de se faire conter une histoire quand tu es tout petit. C’est plaisant à entendre et ça fait rêver.

      Dans le même sujet, d’autres commentateurs locaux méritent de se faire écouter si vous avez MLB.TV. Gary Cohen des Mets en est un qu’on entend trop peu souvent lors de matchs qui passent à Sportsnet. Commentateur très allumé qui connaît sa game, non-partisan, toujours très intéressant à écouter.

      Voici une liste partielle des équipes de commentateurs que j’aimerais écouter à chaque match qu’ils décrivent :
      Vin Scully (nommé plus haut)
      Gary Cohen (Mets) (nommé plus haut)
      Gary Thorne-Jim Palmer (Orioles),
      Dick Bremer-Bert Blyleven (Twins) (SURTOUT Blyleven, qui est toujours intéressant à écouter), Steve Busby-Tom Grieve (Rangers),
      Mike Krukow-Duane Kuiper (Giants),
      Steve Berthiaume-Bob Brenly (Diamondbacks),
      Don Orsillo-Jerry Remy (Red Sox) (Oui oui, des commentateurs intéressants à Boston, ça existe, même si l’accent de Remy peut devenir énervant, les 2 connaissent leurs affaires et sont très “entertainants”),
      Michael Kay-John Flaherty (Yankees) (J’insiste sur ce duo. Évitez Ken Singleton le plus possible, je l’ai entendu commenter un match contre le Texas et il a tellement l’air à s’ennuyer dans son box),
      Bob Carpenter-FP Santangelo (Nationals).

      Liste partielle des annonceurs que je ne suis plus capable d’endurer :
      Ken “Hawk” Harrelson (White Sox) (sa partisanerie “Us vs. them” va beaucoup trop loin, et il insiste beaucoup sur le Us/We quand il parle de ses White Sox)
      Buck Martinez (Blue Jays) (à la longue, sa voix vient siller mes oreilles tellement elle est énervante)
      Chip Caray-Joe Simpson (Braves)
      Rich Waltz-Tommy Hutton (Marlins) (Normal, quand ton équipe n’est pas intéressante, de ne pas s’intéresser à la game).

      Comme j’ai dit, ce sont des listes partielles. Je n’ai pas écouté toutes les équipes de commentateurs dans la ligue. Si vous en connaissez plus, discutez-en.

      BTW, est-ce que Bob Uecker est toujours actif?

    • Il y a quelques années, en parlant de Kevin Brown, qui induisait beaucoup de roulants avec sa balle tombante, il avait dit: He’s killing worms…!

    • Vince Scully est sans doute le plus grand, sauf qu´il ne sait jamais fait étrangler par André Le Géant. J´ai toujours eu un faible pour Bob Uecker, des vieux souvenirs d´enfance. Il ne faut pas oublié le regretté Harry Caray.

      J´écoute tellement de match des Red Sox que je suis habitué au duo Don Orsillo et Jerry Remy.

    • Vous devriez faire un jeu avec des phrases célèbres et demander qui est l´auteur de la célèbre phrase.

      Ex: Go crazy, folks! Go crazy!

      La réponse Jack Buck la voix des Cardinals

    • @robitquebeccity
      Merci pour la liste, j’en avais une mentalement mais pas aussi détaillée que la vôtre.
      Parmi les meilleurs, j’ajouterais Jon Miller (Giants), mon préféré après Scully. Il remplace parfois Kuiper mais est généralement à la radio.

      Bob Uecker est toujours là! À la radio, et ses Brewers lui donnent envie de boire:
      http://www.fangraphs.com/not/audio-bob-uecker-would-like-one-or-six-beers/

    • J’ai regardé un match des Dodgers plus tôt cet été. Orel Hershiser faisait partie de l’équipe de diffusion. Je dois dire que je l’ai trouvé vraiment très bon lui aussi et très rigolo!

      C’est entre autres ce qui fait la beauté de ce sport : la description des matchs!… Faut quand même le faire, occuper les ondes pendant 3 bonnes heures, alors que le jeu se déroule souvent au ralenti ;)… Ça laisse le temps pour des milliers d’anecdotes savoureuses! Et Dieu sait qu’il y en a dans le merveilleux monde du baseball!!

      Jacques Doucet était un maître, ici. Nous avons été très chanceux de l’avoir durant toutes ces années des Expos!

    • @robitquebeccity

      bien d’accord avec ta liste. Sauf pour le duo des braves. et dans ta liste à éviter, les 2 gars du Texas et de Seattle. leur partisanerie est bien présente.

    • “Go crazy, folks! go crazy!” la description de Jack Buck lorsque Ozzie Smith a claqué son cirxuit assomoir au-dépend de Tom Niedenfuer lors de la Série de Championnat de la Ligue Nationale au vieux Bush Memorial Stadium versus les Dodgers en ‘1985.

      Mes 2 descriptions préfèrées sont celle de R.I.P. Bob Murphy à la radio des Mets lors de l’i9nfâme erreur de Bill Buckner ‘1986. Celle de Tom Cheek avec le cirxuit décisif de Joe Carter W.S. ‘1993 “Touch’em all, Joe. you’ll never hit a bigger home run in your life !!”.

      Mention honorable pour celle de Vin Scully très simple sobre mais émotinnelle du circuit sur une jambe de Kirk Gibson ‘1998 versus Eckersley W.S. _

    • Wow, wow, wow!… Que de souvenirs, la Série mondiale de 1988! Ça me permet de revenir sur Hershiser, qui avait établi cette saison là l’incroyable marque (qui tient toujours aujourd’hui!) de 59 manches consécutives sans accorder un seul point mérité! Le tout en pleine course au championnat!!

      ÇA, c’est produire sous pression! ;)

    • .
      Jon Miller parle de lui ici.

      http://www.youtube.com/watch?v=Sqe8uq9BWVc

    • Parlant de citations:

      Séries Mondiales 1988: Circuit de Kirk Gibson aux dépens de Dennis Eckersley (I don’t believe what I just saw! – Jack Buck) (In a year that has been so improbable, the impossible has happened! – Vin Scully NBC)
      62e circuit de Mark McGwire : He did it! He did it! He did it! He did it! He did it! He did it! In St. Lou.!” – Joe Buck, le fils de Jack.
      Séries Mondiales 1986, la fameuse erreur de Bill Buckner : So the winning run is at second base, with two outs, three and two to Mookie Wilson. Little roller up along first; Behind the bag! It gets through Buckner! Here comes Knight and the Mets win it! – Vin Scully, NBC
      Le fameux circuit de Bobby Thompson en 1951: The Giants win the pennant! The Giants win the pennant! The Giants win the pennant! The Giants win the pennant! – Russ Hodges
      Cubs vs Dodgers, 1991: Andre Dawson has a bruised knee and is listed as day-to-day (pause). Aren’t we all? – Vin Scully
      Sur Tom Glavine : He’s (Tom Glavine) like a tailor; a little off here, a little off there & you’re done,take a seat! – Vin Scully

      Et il y a aussi l’inimitable Jerry Coleman, longtemps le descripteur des parties des Padres de San Diego. En voici quelques-unes qui sont des classiques:

      -He slides into second with a stand up double.

      - (Willie) McCovey swings and misses, and it’s fouled back.

      - Rich Folkers is throwing up in the bullpen.

      - There’s a hard shot to (Johnnie) LeMaster and he throws (Bill) Madlock into the dugout.

      - They throw (Dave) Winfield out at second — and he’s safe.

      - (Dave) Winfield goes back to the wall, he hits his head on the wall and it rolls off! It’s rolling all the way back to second base. This is a terrible thing for the Padres.

      - Young Frank Pastore may have just pitched the biggest victory of 1979, maybe the biggest victory of the year.

      - And Kansas is at Chicago tonight or is it Chicago at Kansas City? Well, no matter as Kansas leads in the eighth four-to-four.

      Et pour terminer, le “trademark” de Harry Carey, des Cubs: “Holy Cow!”

      Luc Lang,
      Québec, QC

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    janvier 2013
    L Ma Me J V S D
    « déc   fév »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Archives

  • publicité