David Courchesne

David Courchesne - Auteur
  • David Courchesne

    Journaliste au pupitre à La Presse, David Courchesne a depuis quelques années délaissé le gant de cuir et les crampons pour le clavier et l’écran mais la passion du baseball demeure, Expos ou pas.
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 24 mai 2012 | Mise en ligne à 0h00 | Commenter Commentaires (5)

    Une saison difficile pour les stoppeurs

    Walden

    La multiplication des blessures et, surtout, l’inefficacité de certains releveurs ont déjà entraîné de nombreux mouvements de personnel dans les enclos du baseball majeur cette saison.

    Ceux qu’on appelle les «stoppeurs» doivent monter sur la butte en fin de rencontre avec la mission de préserver l’avance de leur équipe pour concrétiser la victoire. Et visiblement, les apparences sont trompeuses ; leur travail semble moins facile qu’on pourrait parfois le croire…

    Le droitier Heath Bell, embauché par les Marlins de Miami le 1er décembre dernier pour trois saisons et 27 millions, s’est rapidement retrouvé dans le pétrin en sabotant quatre de ses sept premières occasions de sauvetage avec sa nouvelle équipe.

    Bell a accumulé 132 parties sauvegardées au cours des trois dernières saisons dans l’uniforme des Padres de San Diego, un sommet dans les majeures.

    Le gérant Ozzie Guillen n’a cependant eu d’autre alternative que de limiter temporairement les responsabilités de Bell. Celui-ci a récemment regagné son poste et il tente de reprendre sa vitesse de croisière.

    Avant de voir son nom apparaître sur la liste des joueurs blessés, Carlos Marmol, stoppeur des Cubs de Chicago depuis 2009, a également perdu son statut de premier releveur dans l’organisation en raison de performances décevantes.

    À Los Angeles, les Dodgers ont affiché un superbe premier quart de saison (30-14), mais leur homme de confiance, Javy Guerra, a connu sa part de difficultés. C’est maintenant Kenley Jansen qui s’acquitte de la tâche, avec un certain succès.

    Quelques dizaines de kilomètres plus loin, les Angels ont pris le même genre de décision, confiant au vétéran Scott Downs le mandat de remplacer Jordan Walden le temps que le jeune lanceur aux balles de feu retrouve ses repères.

    Toujours en Californie, les Athletics d’Oakland ont considéré que Grant Balfour devait céder sa place de spécialiste des fins de parties au profit de Brian Fuentes.

    Beaucoup de permutations, donc.

    Un releveur d’expérience comme Balfour accepte généralement mal un tel déclassement professionnel. «J’ai communiqué ma déception au gérant [Bob Melvin], a-t-il déclaré. J’étais en rogne. Mais qu’importe. Je me présenterai au monticule et je ferai le travail qu’on attend de moi.»

    Au pied levé

    Oui, certains lanceurs se tirent bien d’affaire lorsqu’appelés en renfort. Fernando Rodney, des Rays de Tampa Bay, et Santiago Casilla, des Giants de San Francisco, par exemple, font presque oublier que les titulaires Kyle Farnsworth et Brian Wilson soignent des blessures.

    Mais sauter dans les chaussures du meilleur releveur d’une équipe et maintenir le même niveau d’excellence peut représenter un défi colossal que plusieurs peinent à relever.

    Sans Drew Storen, blessé au coude droit, les Nationals de Washington ont demandé au vétéran Brad Lidge d’abattre une besogne qu’il connaît bien : celle de terminer les matchs. Sauf que Lidge est également tombé au combat, si bien qu’Henry Rodriguez a hérité du boulot.

    Résultat : pas convaincant du tout. Rodriguez compte trois sabotages, et les chances que le gérant Davey Johnson lui remette la balle dans des situations corsées sont dorénavant minimes.

    À Toronto, l’absence prolongée de Sergio Santos aurait normalement représenté une belle occasion, pour le vétéran Francisco Cordero, de retrouver le rôle de stoppeur qu’il a campé pendant neuf saisons avec les Rangers du Texas, les Brewers de Milwaukee et les Reds de Cincinnati. Mais ça n’a vraiment pas fonctionné.

    Chez les Yankees, la blessure au genou droit subie par Mariano Rivera pendant un exercice au bâton sur le terrain du Kauffman Stadium de Kansas City, le 3 mai, a évidemment modifié la hiérarchie dans l’enclos des New-Yorkais.

    Le gérant Joe Girardi misait sur David Robertson pour prendre les choses en main, mais un séjour sur la liste des joueurs blessés est venu contrecarrer ses plans. Voilà maintenant que Rafael Soriano s’occupe de la neuvième manche chez les Bombardiers du Bronx, le «troisième homme».

    Pour le moment, il tient le coup… mais il ne s’appelle pas Rivera.

    À suivre.

    Sur la touche
    Andrew Bailey (Red Sox)
    Kyle Farnsworth (Rays)
    Ryan Madson (Reds)
    Mariano Rivera (Yankees)
    Sergio Santos (Blue Jays)
    Joakim Soria (Royals)
    Drew Storen (Nationals)
    Huston Street (Padres)
    Brian Wilson (Giants)

    [david.courchesne@lapresse.ca]


    • Chez nos voisins de Toronto, Sergio Santos complète son programme de réhabilitation et si Casey Janssen continu sur sa bonne lancée, que faire avec Santos lorsqu’il sera de retour dans l’alignement des Jays au début du mois de juin ?

      Je doute que Francisco Cordero soit aussi mauvais toute l’année, alors au retour de Santos il va y avoir une sorte de congestion de releveur prêt pour la 8e et la 9e…

      À cela, je réponds Tim Scott, Mel Rojas, John Wetteland. Ou si vous préférez 7, 8 et 9e manche des Expos édition 94. Cette année-là si les Expos étaient en avance après 6 manches, vous pouviez pratiquement dire merci, bonsoir, game over !

    • @the_greatest
      Edition 94…the greatest! Que de bons souvenirs!
      Sujet intéressant, David

      P’is, David, ça fait du bien de ne pas entendre parler du futur coaCH!

    • @ the_greatest : belle analyse merci beaucoup. Un autre fan de Jays sur le blogue. Ça fait du bien. J’ai toujours l’impression qu’on ne peut pas parler des Jays sans se faire varloper. Moi je les suis depuis 4-5 ans plud sérieusement et d’un oeil distrait même à l’époque de Expos. J’aime l’édition de cette année. Vraiment une équipe agréable à regarder jouer. Toronto pourrait causer une surprise avec le nouveau format des série.

    • Les releveurs, c’est comme les goaleux au hockey : imprévisibles.

    • Un oublié de cette liste est Jonathan Papelbon des Phillies, 14 parties saufegardés en 14 situations et une moyenne de points mérités de 2.18. Dommage qu’il y est tant de blessés à Philadelphie…56 millions sur le payroll, c’est pas évident !

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    avril 2013
    L Ma Me J V S D
    « mar   mai »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    2930  
  • Archives

  • publicité