David Courchesne

David Courchesne - Auteur
  • David Courchesne

    Journaliste au pupitre à La Presse, David Courchesne a depuis quelques années délaissé le gant de cuir et les crampons pour le clavier et l’écran mais la passion du baseball demeure, Expos ou pas.
  • Lire la suite »

    Partage

    Vendredi 30 janvier 2009 | Mise en ligne à 17h22 | Commenter Commentaires (4)

    Difficile exercice d’humilité

    94285.jpg

    Voulez-vous m’expliquer, amateurs de balle, ce qu’attendent certains joueurs autonomes de premier plan pour apposer leur signature au bas d’un document d’embauche ? La lune ?

    Un rapide coup d’œil au calendrier de l’année 2009 permet de constater que les camps d’entraînement du baseball majeur se mettent en branle dans environ deux semaines.

    Deux courtes semaines ! Ne me dites pas que les Manny Ramirez, Adam Dunn et Bobby Abreu de ce monde, fin janvier, espèrent encore toucher le magot initialement convoité !

    Non, Dunn n’obtiendra pas les 56 millions de dollars désirés pour quatre ans, pas plus qu’Abreu ne décrochera un contrat de 45 millions pour trois printemps. Clair, net et précis.

    Et personne ne semble s’intéresser aux (coûteux) services de Ramirez ! Quand on pense que l’agent Scott Boras rêvait d’un chèque de plus de 100 millions pour son client…

    La réalité financière frappe Dunn, Abreu et Ramirez – d’autres aussi – comme une locomotive dépourvue de freins. Non, les dollars ne tomberont pas du ciel avec autant d’intensité que prévu.

    Alors, on fait quoi, messieurs, dans les circonstances ? Difficile, l’exercice d’humilité ? Chose certaine, les directeurs généraux n’imprimeront pas des tonnes de billets verts en 2009.

    Plusieurs joueurs, dont Jason Giambi, Pat Burrell, Andy Pettitte, John Smoltz et David Eckstein, ont compris et adopté les nouvelles règles du jeu. Mais avaient-ils véritablement le choix ?

    L’incertitude quant aux abonnements de saison et aux revenus publicitaires incite les organisations à la plus grande prudence dans leurs emplettes hivernales.

    Hypothèse : une panoplie de joueurs autonomes sont passés en mode «patience». Ils resteront tranquillement à la maison quelques mois en attendant les ouvertures de postes créées par les blessures ou les contre-performances des travailleurs en place.

    C’est risqué comme stratégie. La conjoncture économique réservera-t-elle en juin un meilleur sort aux propriétaires du baseball majeur qu’au mois de février ? Rien de moins sûr.

    [david.courchesne@lapresse.ca]


    • En 1959, lorsque Mickey Mantle connaît une saison très ordinaire (selon ses standards…) – - moyenne au bâton de .285 , 31 circuits et 75 points produits, moyenne de puissance de .517, le gérant général George Weiss veut réduire le salaire de Mantle pour l’année 1960 de 20% (de 75,000$ à 60,000$).

      Mantle tient son bout et attend. Il est prêt à baisser de 2,000$ tout au plus.
      Ce n’est que le 10 mars 1960 que Mantle se présente à 22H30 (sans préavis) à l’hôtel Soreno à St-Petersburg, où, le lendemain il rencontre George Weiss et signe un contrat 68,000$ (7,000$ de moins qu’en 1959).

      C’était avant le temps des agents libres. C’était avant le temps des Scott Boras et compagnie. C’était avant Marvin Miller.

      Il y a sans doute de la pression exercée par l’Association des joueurs de la MLB pour ne pas trop faire baisser les salaires.

      Il y a vingt ans, lorsque Kirby Puckett a signé un contrat de 9 millions pour trois ans ( devenant le plus haut salarié au baseball), les gens criaient au scandale! L’année suivante, il était devenu le 40e de cette liste…

      Quand des joueurs comme Pettitte ou Varitek connaissaient des saisons ordinaires (selon leur standard), il devrait accepter une baisse de salaire “comme des hommes” disait George Weiss dans le dossier de Mantle.

      Avec humilité, comme vous dîtes si bien.

      Messieurs les baseballeurs, il y a une récession chez vous. Et il y a aussi des jeunes loups qui aspirent à atteindre les grandes ligues. Pour beaucoup moins d’argent. Les gens iront au stade même si “Manny being Manny” n’est pas dans l’alignement. Même si Adam “not Dunn deal” n’y est pas.

      C’est peut-être une autre histoire de maux de tête à la Wally Pipp que nous verrons… Qui sait? Nous verrons peut-être un nouveau Lou Gehrig!

      -Chingachgook

    • Voyons Monsieur Courchesne, ils attendent tous une offre des Yankees, seule équipe à la fois assez riche et stupide pour accorder des contrats de ce genre !

    • Ils vont tout simplement faire des Niedermayer ou des Sundin d’eux-mêmes. Attendre juin, quand les clubs vont commencer à paniquer, pour être payés la même chose que s’ils avaient eu à jouer toute la saison.

    • Quelle anecdocte stupéfiante de ching sur Mickey Mantle. Je vois ici la mentalité de mon grand-père, qui est de la même génération que Mantle.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    janvier 2009
    L Ma Me J V S D
    « déc   fév »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archives

  • publicité