David Courchesne

David Courchesne - Auteur
  • David Courchesne

    Journaliste au pupitre à La Presse, David Courchesne a depuis quelques années délaissé le gant de cuir et les crampons pour le clavier et l’écran mais la passion du baseball demeure, Expos ou pas.
  • Lire la suite »

    Partage

    Lundi 27 octobre 2008 | Mise en ligne à 12h09 | Commenter Commentaires (4)

    Mission : impossible

    57049464-8a30-4eb7-b653-dd124a11c811.jpg

    Votre mission, si vous l’acceptez, sera délicate. Il s’agira pour vous, membres des Rays de Tampa Bay, de vaincre les Phillies de Philadelphie trois fois en autant de tentatives, en commençant sur le losange adverse par une confrontation avec Cole Hamels.

    Impossible ? Logiquement, non. Mais se frotter au lanceur le plus dominant des éliminatoires (4-0, 1.55), sur son terrain de jeu, représente une tâche colossale. Et même en cas de réussite, il faudra vaincre l’opposition deux autres fois sans broncher…

    Si vous échouez dans votre entreprise, M. Maddon, vous n’aurez pas tout perdu, loin de là. Personne ne prédisait autant de succès aux Rays le printemps dernier. Plusieurs observateurs pressentaient l’effondrement de l’équipe en avril, puis en mai. En juin, puis en juillet. En août, puis en septembre.

    Voilà qu’octobre s’achève et vos Rays jouent toujours au baseball. Pour atteindre la Série mondiale, contre toute attente, vous avez remporté le championnat de la division Est de l’Américaine et détrôné les Red Sox de Boston. Pas une mince affaire.

    Certes, la nervosité semble finalement s’être installée dans votre camp, M. Maddon. Les bévues se font plus nombreuses sur la «grande scène». Normal. Après tout, vous dirigez l’un des groupes de joueurs les plus jeunes des grandes ligues (contre le plus âgé) !

    L’Association des chroniqueurs de baseball d’Amérique vous décernera le titre de gérant de l’année dans l’Américaine tandis que le jeune Evan Longoria, qui en arrache présentement, se verra honoré en tant que recrue par excellence. Un baume sur la plaie.

    Et, soyons honnêtes, l’avenir s’annonce brillant pour votre organisation qui, jusqu’à tout récemment, n’allait nulle part. La risée du baseball majeur. Les Longoria, Upton et Pena, les Kazmir, Garza et Price ne font rire personne et imposent dorénavant le respect.

    À Philadelphie, les partisans n’en peuvent plus d’espérer que leurs favoris rapatrient un championnat majeur. Les 76ers (1983), les Flyers (1975) et les Eagles (1960) tardent pour gâter les supporteurs. Les Phillies (1980) ont la possibilité de mettre fin au supplice.

    La fameuse statistique : des 42 équipes ayant tiré de l’arrière 1-3 en Série mondiale, seulement six ont conclu une remontée avec l’ultime couronnement. Les derniers ? Bret Saberhagen, George Brett et les Royals de Kansas City, en 1985, contre les Cardinaux de Saint Louis.

    [david.courchesne@lapresse.ca]

    Lire aussi :
    Les Phillies rossent les Rays


    • Les Rays devront avant tout vaincre leur peur de l’échec. Où est Ethan Hunt quand on en a besoin? (Ethan Hunt=Tom Cruise dans «Mission Impossible»).

      On dirait que les Rays on préférés avoir Maxwell Smart comme agent secret.

      Je crois que la série contre les Red Sox a épuisé certains joueurs.

      La zone des prises est définitivement trop grande pour les Pena, Longoria et les autres. 31 retraits sur trois prises en 4 matchs pour les artilleurs des Phillies.
      Je croyais que Moyer était pour se faire frapper. Je croyais que Blanton était pour se faire frapper. Je croyais que Myers était…mais non! J’ai frappé un noeud!

      J’aimerais voir une belle partie ce soir. Pas d’erreurs de jugement. Pas d’erreurs point. De beaux jeux, de beaux relais, de belles courses.

      Ça fait plus de quarante ans que je regarde religieusement la série mondiale. Ma première était Dodgers-Twins en 1965. Ça, c’était du baseball!

      Aujourd’hui, c’est moins bon. Selon moi.

      La saison tire à sa fin, et je resterai sur mon appétit.

      J’espère que la joute de ce soir va être marquée de beaux jeux. Sinon, la saison morte sera lonnnnnnnnnggggggggggueeeeeeeee.

      Merci M. Courchesne. J’aime bien votre rubrique.

      Bonne partie ce soir.

      -Chingachgook

    • D’accord avec le patriarche chingachgook, ce duel est pénible à tous points de vue. Fin octobre: c’est le temps de mettre le BBQ ds le garage et tirer un trait sur la saison, j’espère que «préparation H» Hamel va fermer les livres dès ce soir.

    • C’est vrai que regarder du baseball quand la neige approche ce n’est pas très stimulant. Mais le pire problème, c’est la durée des matches. Quand j’étais petit garçon et que j’allais voir les Expos au Parc Jarry, il me semble que deux heures étaient la norme. Les matches de trois heures étaient l’exception. Aujourd’hui il faut compter de trois à quatre heures. En plus, on a décidé de présenter les parties à 8 h 30, ce qui est complètement ridicule, car il faut souvent patienter au-delà de minuit pour voir la fin. On ne me fera jamais croire que tout le monde est encore là rendu le jour suivant! Il me semble que le baseball majeur commet une grosse erreur de jugement en présentant des matches aussi tard et en laissant joueurs et gérants étirer le spectacle.

    • Une des choses qui saute aux yeux dans les séries c’est que le baseball majeur est prêt à sacrifier toute la “game” pour servir les réseaux de télé (Fox cette année) et l’argent. Le match d’hier n’aurait jamais dû débuter. Ensuite c’est complètement ridicule de débuter la série mondiale à la quatrième semaine d’octobre et en plus tous les matchs à 20h20 quand on sait que ça se termine jamais en 2-3 heures.

      En plus de ça on a vu toute l’improvisation dont Selig peut faire preuve en dictant une “suspention indéfinie” d’un match décisif de série mondiale. Bien sur que c’était la bonne décision mais disons que ça aurait dû arriver au moins deux manches plus tôt et puis c’est le genre de situation qui aurait due être dans le livre des règlements pour que tout le monde sâche à quoi s’en tenir avant qu’un tel cirque se produise pendant un match crucial.

      Bud Light a été chanceux que les Rays créent l’égalité. Les Rays aussi. Vraiment, quelle chance ils ont eux. Ils se sont en plus débarassé de Cole Hamels. Et en plus, que dire de l’arbitrage pitoyable de cette série.

      Vraiment, j’ai lâché ça hier avant qu’ils arrêtent le match tellement je trouvais ce match absurde et ridicule. Pour moi, cette série ne veut plus dire grand chose. Clown College

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    juillet 2013
    L Ma Me J V S D
    « juin   août »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  
  • Archives

  • publicité