Pierre Couture

Pierre Couture - Auteur
  • Pierre Couture

    Pierre Couture est journaliste spécialisé dans le secteur des Affaires depuis 2003 au quotidien Le Soleil. Il pratique le métier depuis maintenant 17 ans.
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 20 mars 2014 | Mise en ligne à 9h45 | Commenter Commentaires (21)

    Une monnaie pour le Québec ?

    9dd43b20040416135051823

    Si un jour il accède à l’indépendance, le Québec serait beaucoup mieux servi par sa propre monnaie, soutiennent les économistes David Madani et Paul Ashworth de Capital Economics dans une note de recherche.

    Selon ces derniers, le Québec aurait tout à gagner à plus long terme à imprimer son propre dollar, notamment pour faire contrepoids au huard canadien poussé par les économies de l’Ouest et leur pétrole.

    Plus tôt en campagne électorale, la chef du Parti québécois (PQ), Pauline Marois, a dit qu’un Québec souverain conserverait le dollar canadien à condition d’avoir un siège à la Banque du Canada.

    Un dollar québécois serait invariablement déprécié face au huard et au billet vert. Or, cette situation profiterait aux exportateurs québécois et à l’économie du Québec davantage axée sur le secteur manufacturier.

    Les économistes Madani et Ashworth croient qu’avec un dollar plus faible, les taux d’intérêt seraient également plus bas au Québec.

    La décision d’adopter une nouvelle monnaie pourrait toutefois avoir des conséquences désastreuses pour l’économie québécoise, rappellent les auteurs. On pourrait alors assister à un exode des capitaux alors que le remboursement de la dette publique au Canada sera plus coûteuse en raison de la faiblesse du dollar québécois.

    Qu’en pensez-vous ?


    • Honnetement ,Monsieur Couture j’ai eclate de rire en voyant votre piastre Quebecoise, sa valeur ne depassera pas le Gourde Haitien…………..
      Bonne journee a vous.

    • Evidemment que le Canada va offrir un siege au Quebec a la banque du Canada !

      hehehehe

    • Le dollar canadien est à 90 cennes et les magasins ont déja commencé à augmenter leurs prix, imaginez le désastre pour la population avec une monnaie encore plus faible

    • Avec deux travailleurs pour un retraité et pire au surcroît sur les deux travailleurs il y en aura un sur deux qui sera employé de l’état…laissez moi vous dire que la monnaie Québecoise peut importe qui verra ça grosse face dessus et ben il ne vaudra même pas son coûtant à produire…la devise Canadian Tire sera très prisé par les nombreux sdf Québecois!
      Si au moins Régis pouvait décréter la Ville de Québec un état faisant maintenant partie des États-Unis d’Amérique…I have a dream…! À quand un partie politique d’extrême droite faisant la promotion d’un états souverain américain?

    • Sans hésiter, la meilleure chose à faire serait d’utiliser le dollar US. Notre économie est déjà complètement liée à celle des États-Unis, ce qui nous mettrait à l’abri des variations brutales des taux de change (et il ne faut pas oublier que c’est les variations qui font mal, dans un sens ou dans l’autre). Les banques ne pourraient plus non plus nous fou**er sur le taux de change en mettant un spread de 2-3%.

      De façon réaliste, on n’échange presque rien avec le ROC, mais beaucoup avec les USA. Le Québec fait plus d’échange avec le seul état de la Pennsylvanie qu’avec tout le ROC, et ce n’est même pas notre plus gros partenaire (c’est la Floride). Plus de 75% du commerce Québécois se fait avec les usa, le reste est partagé entre l’Europe, l’Asie et le ROC.

      Mais bon, pour le peureux qui ont peur d’exister, c’est pas super winner de proposer une solution déconnectée de la royauté.

    • @ elvince

      A vous lire je presume que vous devez pencher pour un Quebec independant , a moins que je me trompe vous auriez interet a remplacer les mots ” Spread et super winner ” la police de la langue pourrait vous lire et verifer vos anglicismes…..mais bon pour le “suiveux ” qui porte la fleur de lys avec bravoure surtout lorsques qu’on recoit des transferts de perequations de 19,6 milliards de $ d’Ottawa,pour l’exercise fiancier de 2014/2015….on peux dire n’importe quoi… j’ai hate que le Canada vous coupe les vivres, apres votre independance, nous sauverons cet argent au lieu de financer vos garderies et votre Bs………Bonne journee a vous.

    • Je propose le bidou.

    • @mrzaza
      Que de passion pour une idée non réalisée. Il faudra bien se poser la question si l’indépendance ce présente un jour.
      au sujet de la péréquation, elle n’est pas éternelle. La position démographique du Québec diminue au profit de l’ouest. alors, les transferts feront de même.Il faudra bien prendre des décision, sinon le bilan du budget du Québec ira de plus en plus vers la négative.
      peut-être l’indépendance n’est pas la solution, peut-être le changement de devise n’est pas la solution, mais au moins c’est une piste de réflexion. Ce n’est pas seulement de la mauvaise foi et de la bile refoulée.
      A ne pas vouloir changer on avance pas, a trop vouloir on frappe des murs. Soyons réaliste et envisageons les meilleurs solution.
      L’idée d’une monnaie américaine est farfelu mais loin d’être excentrique. il faut ce poser cette question. de toute façon, rien n’empêche qu’un jour le canada ce pose cette même question. Il faudra bien concurrencer le Yuan et l’euro le jour où l’on ne saura plus compétitif monétairement
      parlant. Alors indépendantiste ou non, nous seront confrontés à la question de la dolarisation américaine.

    • pour ce qui est de l’article de monsieur Dufour. Un dollars québécois est envisageable, mais très peu réaliste dans une économie mondiale. alors pourquoi y penser.

    • En 1970, les Libéraux avaient imprimé la piasse à Lévesque. Pour faire peur au monde ils l’avaient mis à 70 cents us. A l’époque, la piasse était à cours fixe à 92 cents us

      Évidemment que les Libéraux riaient fort, Jean Chrétien en tête A l’époque on disait aussi que si on se séparait on n’aurait pu de bananes, d’oranges et d’ananas parce qu’avec une piasse aussi faible, on n’aurait pas l,argent pour les acheter.

      Sous le régime de bananes de Chrétien (souvenez-vous des commandites), la piasse est tombée à 61 cennes. Mais nos enfants ont continué à manger des oranges et des ananas

    • Merci pour l’image Couture, faut que je montre ça à mon chum!

    • Votre blogue réflète une infime partie de la complexité d’un pays qui veut devenir indépendant dans le contexte des années 2000, où on est à l’ère des grands espaces économiques.

      Une province qui décide de se séparer d’un espace économique, comme le Canada, pourtant salué à travers le monde comme un modèle de fédération décentralisée qui fonctionne, ça ne se fera pas sans heurts Le Canada est loin d’être parfait mais il fait l’envie du monde entier, même des pays les plus riches au monde. Et dans un contexte semblable, personne ne se fera de cadeaux.

      Prenons des exemples concrets, l’Espagne et la Grèce ont analysé la possibilité de revenir à leur monnaie, parce qu’ils estiment qu’ils sont pénalisés par la valeur de l’Euro. Ça implique un nouveau modèle économique pour la Zone Euro, rejeté immédiatement à Bruxelles. Ou tu restes dans la Zone Euro en suivant les conditions négociées ou tu en sors, mais tu devras payer ce que tu dois.

      Si un pays ou une province décide de sortir d’un espace économique, il devra négocier toutes les règles et institutions qui le régissent. Ceux qui pensent que le Québec pourrait décider unilatéralement d’utiliser la monnaie canadienne ou la monnaie US rêvent tout haut. Ça ne fonctionne pas comme çà. Utiliser la monnaie canadienne implique une négociation sur les conditions et, l’utilisation de la Banque de Canada comme régulateur; le Québec dit en partant que c’est la Banque du Canada qui est responsable de la valeur élevé du dollar CDN; utiliser la monnaie canadienne empirera les choses puisque les décisions se prendront sans consultation du Québec, puisque ce sera la monnaie du Canada et non celle du Québec !

      La création d’une monnaie québécoise implique la création d’une Banque du Québec qui elle devra suivre les règles du FMI, sinon c’est une décote automatique. Tous les pays occidentaux savent que ce n’est pas quelque chose de facile et que les contraintes à respecter sont très complexes.

      Tout devra être négocié:
      -Le territoire (les autochtones ayant déjà dit qu’ils veulent demeurer au Canada); le nord du Québec, la partie la plus riche, leur appartient..
      -L’utilisation de la monnaie
      -L’appartenance à des traités comme l’Alena et autres également
      -Le transfert des employés du Gouvernement fédéral (26% du total)
      -Le transfert de la dette accumulée (26% du total)
      -Le transfert des actifs; c’est bien beau de dire qu’il y a des immeubles fédéraux à Ottawa, il y a des centres fédéraux dans des villes comme Montréal, Québec, Jonquière, Rimouski, Shawinigan, etc ..

      La liste pourrait s’allonger pendant 2 pages.

      Le Québec reçoit $9 milliards annuel de péréquation; ce sera zéro. Le Québec reçois $7 milliards annuellement de plus en transferts, que ce qu’il ne paie en impôt au fédéral; ça fait un trou annuel de $16 milliards en partant.Ça va prendre de méchantes optimisations pour aller chercher $16 milliards. On essaie d’optimiser pour boucler le budget et on y arrive pas…

      Bref, penser que tout çà serait facile, c’est de l’utopie. Ce sera 5 ans de négociations. Pendant ce temps, l’économie qui s’en occupera ? Qui voudra investir au Québec dans une haute période d’instabilité ? Demandez aux Français qui viennent s’établir au Québec ? Le chômage est à plus de 20% chez les plus jeunes.

      Et à la fin du processus, le Québec, voudra comme pays indépendant, s’associer à ses partenaires commerciaux existants.. On a changé quoi là ???

    • On va vendre plein de sirop d’érable mais on pourra plus se payer une darne de saumon. Nice.

    • Qu’on soit pour ou contre la souveraineté, qu’on estime probable ou non l’indépendance du Québec dans un avenir pas trop lointain, il n’est quand même pas mauvais que des gens sérieux examinent le meilleur choix à faire le cas échéant, non ?

      Messieurs Madani et Ashworth nous disent pourquoi le Québec ferait mieux de se doter de sa propre monnaie, et leurs conclusions me paraissent tout à fait sensées.

      Ce qui me frappe, moi, parmi les propos émis depuis le poing levé de PKP, c’est l’improvisation et l’amateurisme de Pauline Marois : il est visible qu’elle n’était pas du tout prête à répondre aux questions des journalistes quant à la monnaie du Québec après l’indépendance et qu’elle a exprimé les premières idées qui lui sont venues à l’esprit. Pitoyable.

      Comme le dit un de mes amis souverainistes, Pauline Marois est devenue chef du PQ «parce que c’était son tour». Elle n’est pas sans qualités, mais elle n’a pas la profondeur intellectuelle qu’on est en droit d’attendre d’un chef d’état. Rien à voir avec le fait qu’elle soit une femme : bien des femmes brillantes doivent se contenter de postes subalternes au profit d’hommes inférieurs à elles. Il n’empêche que madame Marois n’impressionne pas souvent quand elle doit s’expliquer en public; tous les premiers ministres qui l’ont précédée depuis Jean Lesage, quelle que soit leur couleur, étaient autrement plus habiles.

    • Sixties (12h05)

      Excellent commentaire. Une certaine dose de réalisme fait du bien de temps en temps.

    • @sisty

      Vous avez tout faux

      Le Nord appartient pas aux Indiens. Y’a 200,000 Québécois qui vivent au nord du 49e contre 16,000 Cris qui ont abandonné leurs droits en 1975 contre un pactole qui en a fait les autochtones les plus riches au Canada

      Le Québec recoit 17G de transfers par année mais les Ontariens en recoivent 19G. Faudrait arrêter de charrier! Per capita, le NB recoit 50% plus de transfert per capita que le Québec
      De plus le Canada a fait pour 160G de déficit sous les conservateurs. Alors, emprunter en notre nom ou en celui du Canada, c’est la même chose

    • Cette question là est sérieuse, je n’en connais pas la réponse, je suis confiant cependant qu’il y a une solution, y’a toujours des solutions lorsqu’on les cherche. Ça fera certainement partie des sujets qui seront abordés lorsque le PQ élaborera son “Livre Blanc sur la souveraineté”.

      Il y a plein de questions semblables qu’on peut se poser et auxquelles nous devrons trouver des réponses avant de décider de devenir indépendant / complètement autonome et même durant le processus d’accession à cette indépendance. Autant de questions que les bonhommes sept heures fédéralistes tenteront sûrement d’exploiter pour faire diversion.

    • Pour la monnaie, il y a quatre choix soit la piastre, le huard, le dollar américain ou l’Euro, Cela vaut la peine de l’analyser. À mon avis le meilleur choix c’est de $ américain car le dollar canadien est une monnaie insignifiante au niveau mondial juste un peu mieux que l’éventuel piastre

    • Si un jour, le Quebec se sépare, çà ne sera pas beau pour le Québec et le Canada. Alors pourqoui le ROC refuse le Québec dans la constitution avec le minimum de revendication ( René Lévesque)
      Les vrais affaires: Pour répondre a ceux qui voient la péréquation comme une offrande aux Québécois, ouvrez-vous les yeux. Le fédéral nous subventionne, parce que nous achetons de l’Ontario beaucoup, beaucoup plus que eux achète du Québec, exemple : auto changer a 4 ans en moyenne très, très payant pour eux, regarder maintenant sur tout ce que vous achetez a l’épicerie, regarder d’ou viennent ces marchandises 90 % Ontario, même pour les médicaments, même pour l’outillage de Canadien Tire. Nous sommes les plus gros clients de l’Ontario. Bientôt, nous deviendront un des plus gros clients de l’Alberta avec le pétrole. Croyez-vous vraiment que le ROC veut la séparation du Québec ??? En tant que client, nous avons un pouvoir de négociation incroyable avec Ottawa, si les gens du Québec se tiennent debout devant cette péréquation qui est en réalité une subvention pour tenir l’économie de l’Ontario. Avez-vous déjà imaginé l’économie de l’Ontario si ont décidait d’acheter nos autos ailleurs ?????

    • Bonjour M. Couture,

      Si le Danemark a sa propre monnaie, pourquoi pas le Québec? Il s’agit toutefois de gouverner prudemment dans le respect de l’environnement. Abolir le déficit, réduire la dette et surtout ne pas acheter des avions militaires de 8 milliards de dollars.

      Ce qui importe, c’est gouverner au centre comme Mme Bergen…

    • J’aime bien le CUC cubain

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    décembre 2012
    D L Ma Me J V S
    « nov   jan »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Archives

  • publicité