Pierre Couture

Pierre Couture - Auteur
  • Pierre Couture

    Pierre Couture est journaliste spécialisé dans le secteur des Affaires depuis 2003 au quotidien Le Soleil. Il pratique le métier depuis maintenant 17 ans.
  • Lire la suite »

    Partage

    Vendredi 23 août 2013 | Mise en ligne à 11h28 | Commenter Commentaires (24)

    Prêt à acheter du vin haut de gamme chez Couche-Tard ?

    713340-desjardins-evalue-30-probabilites-voir

    L’article de ma collègue Marie-Pier Cayer fait beaucoup jaser. Le géant du dépanneur Couche-Tard se lance dans la vente de vins haut de gamme dans ses établissements. Le prix des bouteilles peut même atteindre les 69,99 $ (taxes en sus).

    Les vins qui seront vendus chez Couche-Tard proviennent de l’entreprise d’importation de vins Julia Wine qui dénonce au passage le monopole de la Société des alcools du Québec (SAQ).

    Le président de Julia Wine, Alain Lord Mounir, est d’ailleurs convaincu de faire tomber le monopole de la société d’État avec la notoriété de sa marque. Les vins de Julia Wine étaient en vente en exclusivité chez Costco au cours des cinq dernières années.

    La question est maintenant de savoir si les consommateurs vont se ruer chez Couche-Tard pour acheter ses vins dont les noms des différents cépages ne peuvent être inscrits sur la bouteille et les présentoirs (c’est la loi).

    Qu’en pensez-vous ?


    • Même si je trouve que la SAQ a la “plume persante” quand vient de temps d’établir ses prix, jamais, au grand jamais, je n’encouragerai une entreprise comme Couche-Tard, dont le PDG se vote des augmentations de salaire faramineuses alors qu’il fait tout pour maintenir ses employés dans une précarité scandaleuse.

    • Un bon vin chez Couche-Tard, c’est comme une bonne toune à la radio commercial : Un produit intéressant au travers beaucoup de pollution. Pour ma part, je m’en passe.

    • Je ne mets jamais les pieds dans les succursales de cette indécente entreprise antisyndicale. De toute façon, j’aime mieux payer mon vin trop cher à la SAQ et que mon argent profite à la collectivité que de payer 2 piasses de moins et que des importateurs privés s’en mettent plein les poches, sans que la collectivité en bénéficie.

    • J’ai goûté à 2 vins différents qu’un ami avait acheté chez Costco. J’ignore combien il les avait payés, mais ils n’étaient pas bons. Rien pour concurrencer la variété et la qualité de ce qu’on retrouve à la SAQ.

    • Pourquoi pas? Si la qualité était identique et le prix meilleur, je le ferais. Mais tout le monde sait bien que les lois actuelles font en sorte que ça n’arrivera pas. Aux États-Unis et en France j’ai déjà acheté d’excellents vins à très bons prix chez des dépanneurs ou l’équivalent.

    • C’était des vins de Julia Wine. Un s’appelait French Nose. J’ai oublié l’autre. Mais comme je l’ai dit, bien ordinaire.

    • J’aimerais bien comprendre ce qui pousse des gens à faire des emplettes dans un dépanneur? À moins d’être vraiment à la dernière minute (23h), ça ne fait pas de sens. Donc pour répondre à la question, aucunement intéressé….

    • N’importe quoi qui pourrait modérer la SAQ dans ses hausses de prix devenus ridicules comparativement aux USA et (surtout) à l’Europe est bien venu en ce qui me concerne.

      Je suis d’accord que les profits iront au secteur privé. Mais ce fait ne peut être un alibi pour laisser la SAQ diminuer son offre à moins de 10 $, puis à moins de 15 $, puis 20 $ d’année en année. Vous avez des copains européens ? Ils sont abasourdis par le prix des bouteilles ici.

    • Est-ce tout monsieur ?Une 6/49 avec votre Merlot !

    • Non merci. La SAQ m’a accroché à la pastille de gout (dégout). Sans elle, je suis perdu.

      Je connais la configuration de ma SAQ par coeur. Les vins chers sont au fond. Dans un dépanneur, c’est la lait ou la Wildcat. Tout d’un coup que je me pense dans une SAQ. Un lait ou une Wildcat bien chambré … eurk !!!

      @antiquebecor
      Moi de même. Le Métro-Richelieu près de chez moi ouvre jusqu’à 23:00. Donc Couche-Tard-Paye-Plus-Cher … non merci.

    • Voyons-voir ! Un merlot de bonne envergure qui se vendrait 28.75 à la SAQ, supposons qu’un Monsieur X arrive à 21H03 un Vendredi . Oops ! Il fait quoi ! Il ne veut par arriver avec un cheapette chez des amis. Il s’arrête au Couche Tard, un vin identique ou plus moins similaire se vend 43.99. La SAQ a quand même pris sa cote sur ce vin, le gouvernement du Québec se fait une TVQ sur un bien similaire mais majoré, l’employé est payé au salaire minimum !

    • ..Bien sûr, la SAQ a ses défauts dont le principal est sans doute d’être un aspirateur à fric pour un gouvernement financièrement exsangue d’avoir eu les yeux plus grands que la panse.

      Et je puis comprendre les défenseur du prétendu «libre marché» de vouloir sa mort. Ne sont-ils pas heureux que quand ils ont finalement réussi à établir leur monopole? Voyez les pétrolières.

      Mais moi, je tiens à la SAQ et non! Je n’achèterai pas de vin dit «haut de gamme» dans un dépanneur. Point final. Et de toute façon, un vin à 70$ la bouteille, qui boit ça tous les jours? Et surtout, qui a envie d’aller en chercher entre deux boites de Corn Flakes dans un dépanneur? Vaut mieux acheter de bons millésimes encore «jeunes» et les conserver comme du monde. Quand ils auront atteint leur sommet, vous en aurez des «vins à 70$» mais ils vous auront coûté une fraction de ce prix.

    • Haut de gamme?
      les vins sont assemblés à partir d’une demi douzaine de champs éparpillés gauche et à droite qui proviennent de 4 à 5 comtés différents.
      Aucune notion de terroir .
      Aucunes saveurs propres à une localité, un village, une parcelle donnée.
      Ni à un récoltant-vinificateur particulier.
      l’ère du Coke-Raisin…
      Ce que les Américains appellent, des «bordeaux mix»… (ils se caricaturent eux-mêmes !)

      Aie, payer 70$ pour un Coke Mix, il faut être vraiment riche .
      Moi, ce n’est pas mon cas…

    • Il est temps de mettre fin à la vente d’un produit de consommation par l’état. Le puritanisme (d’origine anglo-saxonne) associée à cette politique n’a plus sa place en 2013. Si l’état a besoin de plus de revenus, il peut toujours augmenter les taxes ou impôts.

      En ce qui concerne Couche-Tard, les québécois devraient être fiers de la réussite internationale d’une entreprise de chez nous. D’autant plus que via la Caisse de dépôt, l’investissement dans cette entreprise a plus que triplé au cours des trois dernières années. La syndicalisation des magasins n’est pas compatible avec le modèle d’affaires de ce type d’entreprise. Les marges sont minimes (par exemple pour chaque vente de $10, la compagnie génère un profit de $0,16) dans ce secteur et les emplois offerts sont des emplois de transition (pour étudiant ou pour personnes en attente d’un emploi dans ce domaine).

    • @samati 11h12

      Je suis d’accord avec vous en ce qui concerne la vente du vin. Dans plusieurs pays l’état ne s’en mêle pas (sauf pour percevoir la taxe) et les consommateurs ne s’en portent pas plus mal. Les indépendants paient leurs caissiers au salaire minimum tandis qua la SAQ paie deux à trois fois plus cher. Pourquoi les consommateurs devraient-ils faire les frais de cette pratique?

      Pour ce qui est du “puritanisme anglo-saxon” ce n’est pas aussi évident qu’on pense. Je pense que ça ne s’applique pas vraiment aux descendants des Angles et des Saxons qui font partie de l’Allemagne d’aujourd’hui. Par contre, les Anglais qui descendent aussi de ces peuples sont peut-être plus puritains, les Américains aussi. Donc le puritanisme est probablement beaucoup plus lié à la culture et à la religion qu’à l’héritage génétique. Ceci dit, la vente des alcools par un monopole d’état au Québec est un résultat du puritanisme (catholique). Toutefois, au Royaume-Uni réputé pour être plus puritain que nous, il n’y a pas de monopole d’état.

    • Moi je crois que la Loi qui interdit de mettre le nom des cépages et leur provenance sur les bouteilles de vin vendus hors de la SAQ devrait s’appliquer à tout ce qui est vendu dans les épiceries et dépanneurs. À quoi ça sert de savoir ce qu’on mange ou boit ? Tsé. On devrait d’ailleurs mettre ça dans la Charte des valeurs québécoises. Vive le modèle québécois!

    • J’imagine déjà le jeune commis vérifier sa caisse quand une bouteille vin sera scannée à 69.99 + tx……

      Excusez moi monsieur, ça doit être une erreur, je vous le fais à 6.99!

    • @samati
      “les emplois offerts sont des emplois de transition ”
      Donc c’est correct d’exploiter ces gens ? Ne pas payer toutes leurs heures ? Essayer de faire du brainwash par rapport aux syndicats ? Ne pas donner assez d’heures à ceux qui ne peuvent que travailler dans ce genre de commerce et les forcer à avoir deux jobs ?

    • À la base, un dépanneur.. c’est fait pour dépanner.

      Qui n’a jamais été mal pris une fois alors qu’il aurait voulu une bonne bouteille et que la SAQ était fermée? Personnellement je ne crois pas y aller d’une de 70$, mais une coche en haut des bouteilles 15$ et moins peut être intéressant.

      Mais, dans tous les cas, si j’ai le temps c’est la SAQ qui sera mon fournisseur. Le dépanneur restera l’empire de la bière..

    • @gl00001
      Mes enfants ont travaillé lorsqu’ils étaient étudiants dans les dépanneurs Couche-Tard et dans d’autres commerces du même genre. Ils ont toujours été payé pour leurs heures et appréciaient de pouvoir travailler à temps partiel. Si quelqu’un veut travailler 40 heures par semaine, il y a d’autres choix qui s’offrent. Pour un emploi mieux payé il faut aller voir ailleurs selon les compétences propres à l’individu.

    • @samati
      Il y en a qui ne peuvent avoir de jobs mieux payées parce qu’ils n’ont pas les compétences. Quel est le problème de les faire travailler 40 heures ? Les avantages comme les congés fériés. Couche-Tard est radin au point de considérer ça. Tout le monde est à temps partiel, donc on ne leur paie pas les congés fériés.
      Vos enfants ont été chanceux de tomber un bon gérant de magasin.

    • La question est maintenant de savoir si les consommateurs vont se ruer chez Couche-Tard pour acheter ses vins dont les noms des différents cépages ne peuvent être inscrits sur la bouteille et les présentoirs (c’est la loi).
      ——————
      Je ne crois pas que les consommateurs vont se ruer…
      L’offre de vin est complémentaire à celle de la SAQ.

      PC, vous omettez de mentionner que la SAQ se prend une prime de 45% sur le prix de tout vins importés. J’en conclus qu’il n’y aura pas de rabais à faire en magasinant son vin chez Couche Tard puisque on devra ajouter les taxes au prix affiché.
      Couche Tard est un dépanneur… pour dépanner pas pour économiser.

    • Les mots dépanneur et Couche-Tard sont loins de rimer avec “haut de gamme”. Énorme travail marketing à faire là dessus qui selon moi relève de l’impossible. Le mot le dit, un dépanneur c’est fait pour dépanner. Les marchés d’alimentation offrent déjà ce genre de produit qui dépannent très bien. Il serait assez surprenant de voir leur part de marché prendre de l’expansion significativement.

      J’aimerais voir les dépanneurs tenter leur chance dans un créneau où la SAQ est encore peu présente, soit les micobrasseries québécoises.

    • bonne discution sur le sujet sur le forum fouduvin :

      http://www.fouduvin.ca/viewtopic.php?f=2&t=24741

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    mars 2013
    D L Ma Me J V S
    « fév   avr »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Archives

  • publicité