Pierre Couture

Pierre Couture - Auteur
  • Pierre Couture

    Pierre Couture est journaliste spécialisé dans le secteur des Affaires depuis 2003 au quotidien Le Soleil. Il pratique le métier depuis maintenant 17 ans.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 10 avril 2013 | Mise en ligne à 11h25 | Commenter Commentaires (37)

    Le Québec, le BS du Canada ?

    Michael Binnion, président de l'Association pétrolièr et gazière du Québec

    Michael Binnion est le président de l'Association pétrolière et gazière du Québec.

    Le grand patron du lobby gazier au Québec, Michael Binnion, n’y va pas avec le dos de la cuillère lorsqu’il parle du Québec, de la formule de péréquation et du développement du secteur pétrole et gaz.

    Le Québec est, selon lui, «un bénéficiaire de l’aide sociale» au Canada qui n’a pas intérêt à développer ses ressources naturelles.

    Dans son plus récent commentaire sur son blogue, M. Binnion, un Albertain et également pdg de la société Questerre Energy, soutient que le système de péréquation canadien ne permet pas au Québec de s’épanouir pleinement au niveau de son développement énergétique.

    Le Québec aurait ainsi peu d’intérêt à développer les secteurs du gaz et du pétrole car ses paiements de péréquation seront fortement réduits.

    Il propose une réforme de système fédéral de péréquation qui forcerait les provinces à exploiter d’abord leurs ressources naturelles sur leur territoire avant d’encaisser des dollars d’Ottawa

    Bon an mal, le Québec reçoit 8 milliards $ d’Ottawa par le système de péréquation.

    Contrairement à plusieurs provinces canadiennes comme l’Alberta, le Saskatchewan, la Colombie-Britannique et Terre-Neuve, le Québec refuse toujours de donner le feu vert à une exploitation du pétrole et du gaz sur son territoire.

    Qu’en pensez-vous ?

    Sur le Web : http://blog.questerre.com/fr


    • Et le Manitoba recoit 1,5 milliard $ avec un huitième de la population québécoise. Il les appellent comment les Manitobains ? Les doubles-BS ?

      Demandez-lui donc combien le Québec reçoit des 21 milliards dépensés en Défense ? À peine 15% selon le rapport Legault.

      En agriculture ? À peine 11 %.

      En affaires indiennes ? À peine 9 % des 9 milliards $.

      En pêcheries ? À peine 11 % des 5 milliards $.

      Pourquoi qu’on nous parle jamais de cela ?

    • Si tu calcule 8 milliards moins les impôts et les taxes que le Québec remet au fédéral sa fait combien ? Ça doit pas faire un très gros chiffre j’imagine.

    • Il n’a pas totalement raison et, pas totalement tort..

      Assurément que la péréquation deviendra un sujet très délicat dans les années à venir. Si on avait une autre PM en Alberta, celle qui est passé très près d’être élue, le sujet serait déjà sur la table. Pas surprenant, que les salves ont déjà commencées..

      L’exploitation des ressources naturelles ne doit pas devenir le seul critère qui compte dans le calcul de la péréquation. Mais, compte tenu que les surplus actuels des provinces dites “riches”, proviennent des ressources naturelles, ça polarise assurément le débat.

      Je vois plusieurs éléments à cette discussion:

      Un; la péréquation de doit pas devenir quelque chose de permanent. Ce n’est pas normal que le Québec, une province riche on n’en doute pas, profite de cette manne de façon répétitive depuis un nombre incalculable d’années.

      Deux: une province qui profite de la péréquation de devrait pas se donner des services au dessus de la moyenne canadienne; on ne peut pas demander aux autres provinces de payer pour des services qu’eux-mêmes ne se permeette pas, parce que trop onéreux. Le Québec est loin de donner l’exemple à cet égard.

      Trois: une province qui en profite devrait présenter un plan pour rectifier la situation. L’Alberta cette année coupe des postes dans sa fonction publique, pourtant elle n’a même pas de déficit accumulé. En Ontario, on fait également des coupures et des gels de salaires. Au Québec, tous les fonctionnaires recevront leur augmentation; les haut-fonctionnaires des primes; les CPE ne seront pas indexés; bref, il y a un effort minime.

      Quatre: le Québec devrait profiter de la situation pour offrir d’exporter de l’électricité vers les Maritimes et vers l’Ontario (via le Témiscamingue); ça démontrerait une ouverture et ça permettrait de voir si les autres provinces sont sérieuses. Le Québec devrait aussi travailler à faire des alliances avec ses voisins. L’approche du Québec vs Terre-Neuve est ridicule.

      Pour ma part, si je faisais partie d’une province qui verse de la péréquation aux autres, j’exigerais une croissance zéro des dépenses de la part des provinces qui en reçoivent.

    • Tôt ou tard, le Québec exploitera ses ressources pétrolières et gazières, lorsque que nous serons satisfaits de la manière proposée de le faire convenablement. Cela prendra le temps qu’il faudra, mais lorsque le Québec exploitera ces ressources, celles de l’Alberta pourront fort bien être épuisées. Et qui sera bénéficiaire de l’aide social à ce moment-là ? Ce sera alors un juste retour d’ascenseur… Michael Binnion n’a plus vingt ans, son avenir est derrière lui. Bien sûr, il souhaite profiter de la manne au cours de sa vie. Mais malheureusement, il faut voir un peu plus loin que ça…

    • «Il propose une réforme de système fédéral de péréquation qui forcerait les provinces à exploiter d’abord leurs ressources naturelles sur leur territoire avant d’encaisser des dollars d’Ottawa.»

      Et l’hydro-électricité, c’est quoi, déjà?

      «Dans son récent essai Un gouvernement de trop (VLB, 2012), Stéphane Gobeil, conseiller politique de Pauline Marois, se livre à une démonstration comptable du fait que le fédéralisme n’est même pas rentable pour le Québec. En analysant minutieusement toutes les dépenses du fédéral, en calculant ce que le Québec envoie à Ottawa et ce qu’il en retire, en proposant de prudentes hypothèses d’économies rendues possibles par la fin des chevauchements de responsabilités (faire une seule déclaration de revenus au lieu de deux, par exemple, permettrait des économies de 666 millions), Gobeil en arrive à la conclusion qu’un Québec souverain, donc privé des transferts fédéraux, serait plus riche de deux milliards par année et, surtout, enfin vraiment libre.»

      http://www.laction.com/Opinion/Louis-Cornellier/2012-05-30/article-2988540/On-n%26rsquoest-pas-des-queteux!/1

      « Une fois souverain, le Québec s’en sortirait mieux financièrement que s’il devait conserver le statut de province dans la fédération canadienne. Dès la première année, l’État québécois dégagerait un surplus alors que la marge de manoeuvre atteindrait cinq milliards par année après cinq ans. »

      http://www.ledevoir.com/politique/quebec/81056/un-quebec-souverain-degagerait-un-surplus-de-cinq-milliards

    • M. Binnion utilise son blogue pour défendre ses positions. Je ne suis pas certain que ça lui rende service de les propager dans des médias de masse, pas plus à lui-même qu’à son entreprise et à l’association qu’il préside. Le développement de l’industrie pétrolière et gazière au Québec est un sujet sérieux. L’opinion exprimée par le président de Questerre est courante dans le ROC. Ça ne signifie pas qu’elle est fondée.

    • @nousnoune

      Merci pour ce petit exposé. Ça fait différent des discours des larbins qui ne cessent de tendre l’autre joue et de s’auto-flageller. Le Québec n’a pas sa juste pars du fric qu’il envoie au ROC et il s’en trouve pour applaudir cette situation et donner raison sur toute la ligne aux démagogues de l’ouest. Ils oublient le Québec paie aussi sa part de péréquation. Si on ajoute à cela le fric des Québécois qui servira à nettoyer la merde des minières, pétrolières et des gazières qui se sont sauvé sans la ramasser, ça fera un beau magot. Et comme vous dites, on entends jamais parler des autres provinces qui reçoivent de la péréquation. C’est sans doute le p’tit fond raciste historique du ROC envers le Québec. Nous n’en serions pas aux premiers commentaires racistes du ROC envers le Québec. Les excités canadians en font grand usage depuis fort longtemps. Les 3 tomes du ”Livre rouge du canada anglais” de Norman Lester en font un bel étalage. Mais bon, les larbins Québécois ont cette habitude de tendre l’autre joue comme on peut aussi le constater à la lecture de ces 3 tomes couvrant l’histoire et l’actualité du Québec.

      On voit de qui ça vient. Ça dit tout. L’Alberta sera la province la plus à risque d’être en défaut de paiement d’ici 10-20 ans. Quand une économie est basée que sur une seule activité, elle se met en situation de vulnérabilité. Surtout quand cette activité économique est hyper polluante, qu’elle utilise une quantité astronomique d’eau, qu’elle crée des milliards de tonnes de déchets hautement nocifs et qui en fin de compte utilise PLUS d’énergie qu’elle en produit.

      Le plus pitoyable dans toute cette histoire de péréquation, ce sont les larbins du Québec qui plient l’échine et/ou qui présentent l’autre joue comme une bande d’inférieurement complexés. La péréquation est un système inclus dans la constitution canadian que le Québec n’a pas signée.

      Voici un article qui déboulonne les mythes au sujet de la péréquation. les larbins devraient en prendre connaissance. Ça aurait le mérite de remettre les pendules a l’heure.

      Sylvain Pelletier

    • Le lien

      http://www.radio-canada.ca/nouvelles/carnets/2010/04/06/128553.shtml

      Sylvain Pelletier

    • Il n’y a pas juste l’environnement que ça concerne, il n’y a aucune rentabilité à extraire du gaz de schiste de toute façon !!! Source: Olivier Delamarche (France)

    • La différence entre le Québec et les autres provinces qui reçoivent de la péréquation, c’est que le Québec est la seule province qui en reçoit chaque année depuis que le programme existe.

    • Le Quebec bashing est toujours en bonne santé dans les tristes blogues de La Presse à ce que je vois. Vraiment, avec des amis comme ça on a pas besoin d’ennemis.
      Quant à ceux qui vantent tant l’Alberta, attendez un peu que les réserves commencent à s’y épuiser et que tout ce qui restera sera la facture de nettoyage pour ce gâchis. Vous allez les entendre changer de discours.
      Le fait est qu’actuellement, l’Alberta la “riche” a réussi a générer un déficit provincial malgré les revenus pétroliers (pauvres eux, le prix a un peu diminué cette année). Ça montre bien la faiblesse de leur économie, trop dépendante d’une ressource non renouvelable. Sans le pétrole cette province ne serait rien d’autre qu’un grand pâturage avec un beau parc national.

      Pierre Denis

    • Atchoum

      De grâce ne citez pas un conseiller politique de Pauline Marois. Un peu d’objectivité ne nuirait pas… Avez-vous remarqué que dépendant des allégeances, la réponse sera invariablement d’un côté ou de l’autre ? Il y a autant d’études qui prouvent la viabilité comme la non-viabilité d’un Québec Indépendant.

      L’Espagne est viable économiquement, l’Italie aussi, la Grèce aussi; est-ce que vous déménageriez là-bas demain matin ? Le chômage y est catastrophique. L’OCDE, pas les fédéralistes canadiens, se demande comment le Canada fait pour passer au travers de cette crise qui sévit dans plus de 80 % des pays en Occident. Est-ce que tout est mauvais au Canada ? Est-ce que le Québec ferait mieux seul ?

    • Nous sommes de perpétuels quémandeurs qui voulons rouler en Mercedes au frais des autres.

    • En tout et partout, le Québec reçoit 2 191$ par habitant d’Ottawa en transferts

      Le Manitoba (c’est une province de l’Ouest M. Minnion) reçoit 2 633$ par habitant

      Le Manitoba recoit donc 20 % de plus que le Québec. UNE PROVINCE DE DE L’OUEST

      Le Yukon (c’est encore plus à l,Ouest) recoit 26 676$ per capita, Douze fois ce que le Québec recoit. Le Nunavut? 41 001$

      Mais il n’en parle pas

      http://www.fin.gc.ca/fedprov/mtp-fra.asp#Quebec

    • Il a raison !

    • Êtes-vous déjà allé au Manitoba ?

      J’espère qu’il n’y en a pas un ici qui va comparer la richesse et le potentiel de richesse du Québec avec le Manitoba. Sans rien enlever ni discréditer le Manitoba, ce n’est absolument rien de comparable.

      C’est ça qui est inacceptable, la richesse et le potentiel du Québec et avoir besoin de la péréquation pour boucler son budget. Et, en plus avoir le plus haut déficit accumulé, les taxes et impôts les plus élevés..

      Soyons honnêtes, il faut cesser de mettre la faute sur les autres: nous vivons au dessus de nos moyens et nous empruntons pour payer l’épicerie et demandons même à nos voisins d’en payer une partie.

    • Le Québec n’a jamais payé de péréquation aux autres provinces et n’en paiera jamais. Cela ne fait pas partie de notre culture d’aider nos compatriotes canadiens. Nous sommes cheap. J’aimerais que le Québec paie de la péréquation une fois dans son histoire.

    • Le cas du livre de Stéphane Gobeil a été irrémédiablement réglé ici:

      http://www.republiquedebananes.com/en-manchette/un-gouvernement-de-trop.html

    • @nounoune

      Personne ne prétend que le Québec reçoit le plus gros montant de péréquation per capita, ou encore qu’elle est la seule province à en recevoir. Arrête de défoncer des portes ouvertes.

    • Pour une fois Respectable a raison: le Québec n’a jamais payé de péréquation pour la simple et bonne raison qu’aucune province ne paie de la péréquation!

      La péréquation est un programme FÉ-DÉ-RAL, comme la Défense ou les pensions de vieillesse. Le Québec n’a pas un mot à dire sur ce programme.

      Sur les 16,1 milliards $ du programme, le Québec reçoit 7,833,000,000 (48%) et l’Ontario 3,169,000 (20%)

      Ce programme représente à peine 5 % du budget d’Ottawa. Vous êtes vous déjà demandé où étaient dépensé l’autre 95 % ? Pensez-vous que le Québec a sa juste part en Défense ? En Pêcheries ? En Affaires indiennes ? En recherches ? En Agriculture.

      http://www.fin.gc.ca/fedprov/eqp-fra.asp

    • Les provinces ne paient pas de péréquation, mais paient des redevances au fédéral sur les revenus des ressources naturelles. Une part importante des paiements de la péréquation provient des revenus des ressources naturelles.

      C’est la raison pour laquelle l’Alberta, BC, la Saskatchewan et Terre-Neuve ne reçoivent pas de paiements de péréquation.

      Voici un extrait des éléments de calcul du système:
      (Min des Finances du Canada)
      •Les provinces reçoivent le plus élevé des deux montants suivants : le montant qu’elles recevraient en excluant la totalité des revenus des ressources naturelles ou le montant qu’elles recevraient en excluant 50 % des revenus des ressources naturelles.

      Terre-Neuve n’en reçoit plus depuis qu’elle a signé un accord avec le fédéral sur les revenus pétroliers en provenance, entre autre de la plateforme Hibernia au large des côtes atlantiques.

      Donc, si le Québec par exemple, en venait à avoir des revenus importants de ses ressources naturelles, mines ou gisement tel Old Harry, des accords devraient être faits avec le fédéral pour les redevances. Et, assurément la part du Québec dans le système de péréquation baisserait. Mais ce serait comblé par les revenus et redevances sur le pétrole et mines.

      Sur ce point, on ne peut contredire M. Binnion. Quant à sa prétention que le Québec est le BS du Canada c’est un autre débat…

    • ”Vous êtes vous déjà demandé où étaient dépensé l’autre 95 % ?”

      Les larbins affectés d’un grave complexe d’infériorité ne se pose pas trop de question. Ils se limitent à jouer l’ara de ceux qui s’adonne au Québec bashing.

      ”La différence entre le Québec et les autres provinces qui reçoivent de la péréquation, c’est que le Québec est la seule province qui en reçoit chaque année depuis que le programme existe.”

      En voici un bel exemple. Le Québec N’est pas la SEULE province à avoir profité de la péréquation depuis la création de ce programme. C’est le genre de commentaire que font les larbins qui aiment tendre l’autre joue et regarder le sol. Misère…

      Sylvain Pelletier

    • ”J’espère qu’il n’y en a pas un ici qui va comparer la richesse et le potentiel de richesse du Québec avec le Manitoba. Sans rien enlever ni discréditer le Manitoba, ce n’est absolument rien de comparable.”

      Et pourquoi donc ne devrions-nous pas comparer le Manitoba au Québec ? Parce que ça change la donne et que ça permet de démontrer le double discours de adeptes du Québec bashing en matière de péréquation ? La péréquation c’est bon pour 6 provinces et territoires mais ça ne devrait pas être bon pour le Québec ?

      Sylvain Pelletier

    • Ah oui ? Et combien le gouvernement fédéral met en subventions diverses pour le développement et l’exploitation des sables bitumineux en Alberta ???

      Connaissez-vous la réponse Monsieur Binnion ? Moi oui ET ça fait beaucoup plus que 8 milliards $.

      ET toutes ces entreprises richissimes (dont plusieurs reliées au secteur gaz-pétrole) qui cachent leurs revenus dans les mers du sud, n’agissent-elles pas en “bougons” ? Ne sont-elles pas elles aussi des BS aux crochets de l’État ?

      Les Québec est et a toujours été une importante vache à lait du système canadien, et sans son apport économique séculaire, en tant que province fondatrice du Canada, il n’est même pas certain que l’Alberta aurait eu les fonds de subventions nécessaires au développement de son industrie pétrolière.

      Benoît Duhamel.

    • syl20_65

      Oui tu as raison, le Nouveau-Brunswick, la Nouvelle-Écosse et l’Ile du Prince-Édouard sont aussi des abonnés permanents de la péréquation, comme le Québec. J’espère que tu es fier de faire partie de ce groupe trié sur le volet.

    • Vous les avez vu les Albertains? Sont poignés avec leur pétrole. Peuvent pas l’exporter.
      Alors ils sont à genoux devant les Québécois pour nous vendre leur pétrole sale.
      Et ils ont le culot de nous traiter de BS.

    • @nousnoune,@omnitag,

      En plus, quand l’Alberta était pauvre, il a fallu l’argent des Canadiens pour partir l’industrie pétrolifère. Avant, les albertains étaient des BS.

      @northenbud,

      Le pire c’est l’auto-Québec bashing.

    • M. Binnion a entièrement raison. Une province de BS.

    • Essayez donc de couper un chèque de BS a un gars style syl20_65, ou de le convaincre de faire du développement, ou d’exploiter les ressources naturelles…
      Mais par contre t’auras pas de misère a le convaincre de puiser dans les poches du voisins.

    • Pour ceux qui s’inquiètent des ressources pétrolières de l’Alberta, celle-ci possède des ressources pétrolières (pétrole léger et lourd) pour produire encore pendant plus d’une centaine d’année. Les ressources mondiales s’épuisant, les prix devraient continuer de monter pour probablement doubler d’ici 5 à 10 ans. Aucune crainte pour la santé finanncière de l’Alberta dans le futur. Son pétrole est déjà exporté aux USA par pipelines mais également par train.

      Les ressources potentielles (rien n’a encore été prouvé) en pétrole et en gas au Québec sont relativement modestes et leur exploitation ne passeront pas la barrière environnementale. L’exploitation des shales (pétrole à Anticosti et gaz dans la vallée du St-Laurent) a peu de chance de voir le jour. Le gisement possible Old Harry est en territoire fédéral et le partage des revenus devra se faire entre le fédéral, le Québec et Terre-Neuve. Selon des géologues il ne pourrait contenir que du gaz.

      Peu importe la technologie utilisée pour l’exploitation des shales, les écologistes s’y opposeront toujours et leur poids politique est trop important au Québec pour voir cette industrie naître.

    • Pendant ce temps, Petrolia, le titre de la compagnie responsable du «vol du siècle» de plusieurs centaines de milliards, ce transige présentement à 85 cents, proche de son bas historique. Je ne comprendrais jamais les Québécois.

    • @samati

      Tout à fait d’accord avec vous.

      Mais dites-moi, comment est-il possible d’entrevoir un peu de richesse dans un pays où la réflexion stratégique sur son avenir est noyautée par des intégristes tenants de la deep ecology ? Est-ce que l’avenir de notre pays passe vraiment par l’impérative nécessité de recycler notre caca, de s’habiller en oripeaux de lin et de boire notre urine en mangeant des gâteaux d’épeautre ???

      Comment espérer devenir une province riche avec ses ressources naturelles lorsque ces CAVE (Citizen Against Virtually Everything) s’opposent à tout. Le pétrole, la forêt, l’uranium, les mines, l’hydroélectricité et alouette. Comment faire lorsque ces groupes de pression et toutes les brigades écolos à leurs suite continuent de recourir délibérément à l’imposture et à la tromperie. La crédulité des Québécois et la poltronnerie des politiciens permettent à cette charlatanerie de conserver toute son efficacité.

      Certes, on ne peux plus développer comme il y a 50 ans. Je suis le premier à le reconnaître. Mais il y a toute une marge entre paralyser la croissance d’une province sur des motifs trompeurs voire carrément faux et l’implantation des puits de gaz de schiste à tous les 500m… Et personnellement je n’accorde aucune espèce de crédibilité à ces “scientifiques de pacotille”. Cependant, leur contribution, aussi nauséabonde soit-elle, est nécessaire. Néanmoins, dans la série “assoir on fait peur au monde”, voici les plus grandes réalisations des tree huggers :

      - Accusation à tort de Produits Forestiers Résolu basée sur de pures fausseté “scientifique”

      - Accusation à tort Asia Pulp and Paper basées sur des mensonges “scientifique”

      - Accusation à tort de Shell de vouloir saborder une plate-forme pétrolière pleine de brut, basée sur de purs mensonges

      - Sortie publique de “Pour le Québec aie meilleure mine” sur l’exploitation uranifère. Des fabulations sans aucun fondement scientifique en dépit du fait de l’existence d’un corpus de la littérature scientifique très fourni qui conclu à l’inexistence de preuves significatives des effets de l’entreposage de déchets radioactifs dans le sous-sol de Port Hope sur la santé humaine et animale.

      Des exemples de cette nature, on en compte des centaines de par le monde. Et on viendras me dire après que le Québec est une province de BS. Je ne dirais pas une province de BS. Je dirais plutôt une province de crédules oui. Pendant ce temps, le PQ a mis le suicide collectif à son agenda politique en gouvernement à coup de moratoires ridicules…

      Il est absolument insensé, je dis bien insensé, de laisser des groupes de pression contrôler l’avenir stratégique d’une province voyons donc ! C’est de la folie ! Surtout dans une province qui compte justement sur des ressources naturelles pour s’enrichir collectivement ! Et n’allez surtout pas croire que je suis négationniste ou stupide. Mais j’ai assez d’expérience dans le domaine pour constater les dommages que font ces terroristes environnementaux.

      Il est plus que temps que la vérité revienne au centre. Il faut cesser de donner de la crédibilité à des groupes qui font de la désinformation et du mensonge des armes de destruction massive. Il faut cesser cette folie ! Comme le disait pertinemment Jacques Brassard récemment, “tout est permis quand il s’agit de contraindre les entreprises et les gouvernements à suivre les consignes édictées par la Multinationale Verte. Le but de la buts de guerre, sauver la Planète, protéger la nature, sauver une espèce menacée permettent le recours au mensonge et à la distorsion de la réalité” et j’ajouterais d’interdire toute forme de développement.

      Pauvre Québec.

    • La solution pour l’humanité c’est de laisser le gaz pis le pétrole dans le sol à son état naturel et de passer à autre chose.

      Moi ça me fend en 2 quand je lis du monde comme Binnion qui viennent nous raconter des balivernes au nom du Québec en venant nous dire comment penser.

      Je suis bien d’accord avec lui au sujet des investissements dans le pétrole et le gaz mais il ne pense pas à l’environnement ce lobbyiste gazier là, il pense à sa job et à aux fortunes des pétrolières. Dans le processus, il essaie de nous inférioriser pour avoir tenu un discours contraire au sien.

      Ce mec là est payé pour convaincre le monde à faire fausse route. Non à l’exploitation du pétrole et du gaz au Québec, oui à préserver l’air que je respire et l’eau que je bois, cela est plus prioritaire que l’économie.

      Faut pas se méprendre, nous ne seront jamais appelés aux urnes pour voter POUR ou CONTRE l’exploitation du pétrole au Québec, jamais. On va se faire imposer la décision finale encore une fois, c’est 0.000000000001% de la population du Canada qui va avoir décidé pour ses propres intérêts économiques.

    • La Caisse de Dépôt a des intérêts dans ce secteur, donc en principe vous avez des intérêts dans le pétrole et le gaz.

      Pour réduire la consommation de pétrole, il ne faudrait qu’imposer une taxe additionnelle de $2 sur le litre d’essence et une taxe de $1 000 sur les billets d’avion. Le chauffage au bois, plus polluant devrait être interdit. Le bétail, source importante de méthane et grand pollueur de nos rivières devrait être sacrifié.

      Je serais curieux de connaître à quoi l’on devrait passer pour satisfaire nos besoins énergétiques…

    • Dès le départ le Canada a été constitué en Haut et Bas Canada afin que les taxes du Québec servent au développement de l’Ontario. Ensuite le Québec a contribué au développement du chemin de fer pour développer le reste du Canada. Depuis les années 70, l’avènement du nationalisme québécois a clairement profité à établir Toronto comme principale ville du Canada.

      Le Québec a été graduellement dépossédé de ses outils de développements. Prenons juste comme exemple le développement de l’Aéroport de Montréal – Une compagnie – Air Canada a le pouvoir de pratiquement fermer l’Aéroport de Mirabel au profit des intérêts de Toronto. Les 2 villes avaient 2 terminaux dans les années 70 – Toronto en a maintenant 5 et Montréal en a 1. On pratiquement fermé Mirabel.

      Tant qu’à l’Alberta, elle, tout l’effort du financement de la recherche des sables bitumineux a aussi été payé par les taxes que le Québec envoie au ROC…

      Dans ses gros sabots d’Albertain, ce dirigeant se comporte comme un nouveau riche condescendant. Il ose traiter les Québécois de BS ? Cessez de nous couper dans nos possibilités de développement et vous n’aurez pas à payer de péréquation … Arrêtez de passer le Québec en dernier dans les projets de développement.

      Et si vous en avez assez de payer du BS, laissez au moins le Québec s’autodéterminer au lieu de saboter les référendums…

    • Premierement la principal priorité du Québec c’est le pétrole de l’île d’Aticosti quand le siffone le plus rapidement possible pour le bien du Québec et de tout la communauté.

    • Batison l’empire !!!

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    août 2013
    D L Ma Me J V S
    « juil   sept »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031
  • Archives

  • publicité