Pierre Couture

Pierre Couture - Auteur
  • Pierre Couture

    Pierre Couture est journaliste spécialisé dans le secteur des Affaires depuis 2003 au quotidien Le Soleil. Il pratique le métier depuis maintenant 17 ans.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mardi 26 mars 2013 | Mise en ligne à 16h08 | Commenter Commentaires (6)

    11,1 M $ pour la patron de BCE : trop ou pas assez ?

    497775-george-cope-patron-bell-bce

    Le grand patron de BCE, George Cope, a vu son salaire progresser de 15 % en 2012. Sa rémunération globale a atteint les 11,1 millions $.

    En 2010, M. Cope avait gagné 9,6 millions $ alors que sa rémunération annuelle s’était élevée à 4,3 millions $ en 2010.

    Dans l’industrie des télécoms, la rémunération des grands patrons ne passe pas inaperçue. En 2011, le salaire du pdg de Telus s’était chiffré à 10,2 millions $ devant celui du patron de Rogers à 8,2 millions $.

    Il faut dire que BCE est une entreprise qui va très bien sous la gouverne de George Cope, et ce, dans un environnement passablement compétitif. Les revenus ont atteint l’an dernier la barre des 17,6 milliards $ sur des profits nets de 2,6 milliards $ (+18 %).

    BCE a ainsi remis un dividende annuel de 2,33 $ pour chaque action de la société en circulation.

    Qu’en pensez-vous ?


    • Si c’est avec des millions qu’il trouve le bonheur et qu’il juge sa valeur d’administrateur, grand bien lui en fasse. Riche monétairement, pôvre humainement.

    • En autant que la croissance des parts de marché, des profits et des dividendes est là, je n’ai pas de problème avec ça.
      Que les salaires des dirigeants soient élevés n’est pas nécessairement mauvais; c’est mauvais quand les actionnaires ne reçoivent pas leur juste part.
      Pour l’instant, Bell récompense ses actionnaires. Tous les secteurs de l’industrie ne font pas de même…

    • Personnellement, ce n’est pas tant les salaires élevés des dirigeants qui m’embêtent que la surévaluation de certains ainsi que le double discours. En effet, lorsque l’industrie de l’automobile a éprouvé de sérieux problèmes, plusieurs ont accusé les abus salariaux des maudits employés syndiqués sur le plancher (chaînes de montage). Je veux bien, mais quand je regarde la fourche salariale (les hauts dirigeants gagnent typiquement de 100 à 300 fois ces salaires), je trouve que tout est conforme. Et les statistiques ont clairement démontré que ce sont surtout les salaires en haut qui ont d’abord et avant tout grimpés.

    • Il est fortement surévalué. BCE est une compagnie sur l’autopilote qui fait tout juste ce dont on peut s’attendre d’elle. Dans ses marchés les plus compétitifs elle se fait manger des parts de marché par rogers ou vidéotron.
      Je ne crois pas que Cope serait parti de chez BCE s’il était payé la moitié de ça. Donc dans ce sens-là il est surpayé. Si j’étais sur le comité de rémunération, je lui aurais offert environ 5 millions $, et je suis pas mal certain qu’il aurait accepté.

    • Ça m’encourage de passer à Bell !!!
      J’ai encore reçu ma lettre mensuelle aujourd’hui…

    • Ce que j’en pense ?

      C’est une entreprise privée. Son patron aura beau gagner 50 millions par années, je n’en pense rien d’autre qu’il est chanceux d’être si bien payé. C’est tout.

      Ce n’est pas mon argent, ce n’est pas une société d’État.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    mars 2013
    D L Ma Me J V S
    « fév   avr »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Archives

  • publicité