Pierre Couture

Pierre Couture - Auteur
  • Pierre Couture

    Pierre Couture est journaliste spécialisé dans le secteur des Affaires depuis 2003 au quotidien Le Soleil. Il pratique le métier depuis maintenant 17 ans.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 6 mars 2013 | Mise en ligne à 10h51 | Commenter Commentaires (7)

    Immobilier : chute des ventes de 25 % à Québec en février

    618529-nombre-transactions-marche-copropriete-chute

    Le marché immobilier de la région de Québec s’est sérieusement refroidi le mois dernier. Le nombre de transactions a chuté de 25 % par rapport à la même période l’an dernier. Au mois de décembre, le nombre de transactions avait également glissé de 33 % à Québec.

    Les données publiées par la Chambre immobilière de Québec indiquent que les ventes de copropriétés ont dégringolé de 32 % le mois dernier alors que les transactions de maisons unifamiliales ont baissé de 24 %.

    Chemin faisant, la valeur des 617 transactions enregistrées en février en a pris pour son rhume, en baisse de 21 %. Depuis le début de l’année, les ventes immobilières totales affichent une baisse de 14 %, à 283,3 millions $, dans la région métropolitaine de Québec.

    Malgré cette forte baisse de transactions, les prix de vente poursuivent leur progression sur un an.

    Il faut ainsi allonger en moyenne 272 282 $ (+4 %) pour l’achat d’une maison unifamiliale à Québec comparativement à 224 287 $ (+4 %) pour une copropriété.

    Les acheteurs de multiplex semblent très agressifs de leur côté. Le prix moyen de vente d’un immeuble à revenus (2 à 5 logements) a progressé depuis un an de 18 % à Québec, à 347 255 $.

    Qu’en pensez-vous ?


    • Avec la baisse de transactions marquée, très marquée même, depuis quelques mois et le gonflement de l’inventaire de résidences à vendre dans la région de Québec, ce n’est qu’une question de temps avant que la valeur moyenne commence à baisser. Pas de crash par contre, juste une lente descente, comme un ballon rempli d’hélium qui se vide tranquillement. C’est ce qui se produit ailleurs au Canada présentement et qui invariablement est en train de nous rattraper.

    • D’un coté, ça va faire du bien.
      Il y a un paquet de gens qui considéraient maintenant l’habitation comme un instrument de spéculation.
      Ça va en calmer une petite gang.

    • Vraiment !!!!! 25 % de baisse et les prix continuent d’augmenter, tout un paradoxe… Mais qui pour l’amour du saint ciel décide que les maisons continuent d’augmenter… «Le marché» ? Qui est le marché ? Les vendeurs ? Alors ils sont totalement naïfs. Si les acheteurs ne se présentent plus, comment vont-ils vendent à hauts prix ?

    • Contrairement à Vancouver ou les Asiatiques (Chinois) étaient en mesure de financer et spéculer avec leurs propres argent… à Québec mise à part Cominar il y a très peu de contracteurs en mesure de supporter un inventaire de condos et de maison en rangée!
      À court terme un bon nombre d’entre eux vont faire faillite au grand dam des institutions prêteuses et des fournisseurs de matériaux et de sous contractants ! Pour ce qui est des condos ils finiront invariablement en immeuble locatif (loyer) et/ou en résidence pour personne âgés deux éléments qui seront en demande de toute façon !
      Quand les gens auront compris qu’un condo de 2 chambres à 400 000 $ plus les frais communs mensuelle ça fait aucun sens surtout quand la maison unifamiliale se vend 350 000 $, bien ce jour là il y a aura beaucoup de condos par cher !

    • @mrzaza: C’est le prix moyen qui a monté, et le prix moyen est un indicateur totalement inutile. Ils ne prennent pas une maison type ou un benchmark ou qqchose du genre. Il suffit que le monde arrêtent d’acheter le bas de gamme (ce qui se produit habituellement au début de l’éclatement, parce que ce sont les premiers acheteurs qui disparaissent en premier) pour que la moyenne monte.

      Quant au prix des multiplex, c’est encore plus inutile comme statistique. Ça comprend tout ce qui est de 2 à 5 logements, alors si le 5 logements se vendent plus pendant un mois par pur hasard, ça hausse la moyenne. Pour que ça veule dire qqchose, il faudrait à tout le moins donner le prix de vente par unité de plex, pas le prix moyen des plex en général.

    • Et dire que Labeaume 1er s’apprête à charcuter les plus beaux quartiers de Quebecor City pour en construire d’autres. Misère…

    • Il y a au Québec une manipulation du marché immobilier en ce moment. Les villes veulent avoir de plus gros revenus et font augmenter le rôle d’évaluation. Les agents d’immeubles reçoivent tous les mêmes formations et essaient de faire croire aux acheteurs que les propriétés valent 15 % de plus que l’évaluation municipale et ce n’importe où au Québec. Alors que les propriétés demeurent 6 mois, 1 an et des fois jusqu’à 2 ans sur le marché ne trouvant preneur au prix demandé. Ce n’est pas comme cela que c’est supposé marcher, la valeur marchande est établie par les acheteurs qui acquiert les propriétés dans un délais normal entre 3-6 mois. Ce sont ces propriétés qui devraient être prises en compte et selon les secteurs pour déterminer la vraie valeur marchande des secteurs.

      Ce faisant, les villes et les agents vont tuer le marché et mettre des propriétaire dans l’embarras, ils finiront par perdre leurs propriétés. Il faudrait que la commission Charbonneau se penche sur ce problème. L’Association professionnelle des courtiers agit comme ça pour favoriser les constructeurs, les promoteurs immobiliers, les villes et les agents pour qu’ils fassent de plus gros profits sur les transactions de connivences.

      Les banques, elles sont protégées grâce aux garanties de prêts : elles ne prennent plus aucun risque. Corruption et collusion quand tu nous tient. En bout de ligne se sont les citoyens qui paient plus mais qui en profite vraiment ? On doit créer plus de coopératives d’habitation pour ralentir la roue de l’immobilier et donner plus de stabilité aux prix du marché. Des flambées de prix ça dessert tout le monde. Il n’y aura que les immigrants investisseurs qui pourront acquérir des immeubles ici. Voulons devenir une société de locataire du bien des étrangers ou demeurer propriétaire individuellement et collectivement des biens immobiliers ?

      On doit aussi commencer à densifier pour réduire les coûts des infrastructures et permettre aux retraités de rester chez eux le plus longtemps possible. En faisant du micro-lotissement, c’est-à-dire permettre la construction d’un autre immeuble sur le même lot, on diminue la charge pour chacun et cela permet de rentabiliser les infrastructures existantes. Qu’on construise un autre immeuble pour location, pour la vente à une famille ou que les retraités se construisent une plus petite habitation sur le même lot pour vendre leur maison familiale et rester dans le même quartier ou ils ont passé leur vie, c’est bon pour les citoyens, les villes, les constructeurs et les agents.

      Bien sûr les promoteurs, eux, n’auront qu’à faire des pressions pour que des rues dont les immeubles ont étés laissés à l’abandon soient changées de zonage pour densifier à au moins 11 étages pour construire des logements coopératifs avec des serres sur le toits pour des jardins communautaires, des commerces de proximité aux rez-de-chaussée et des stationnement souterrains pour favoriser le redéveloppement urbain.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    décembre 2014
    D L Ma Me J V S
    « avr    
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Archives

  • publicité