Pierre Couture

Pierre Couture - Auteur
  • Pierre Couture

    Pierre Couture est journaliste spécialisé dans le secteur des Affaires depuis 2003 au quotidien Le Soleil. Il pratique le métier depuis maintenant 17 ans.
  • Lire la suite »

    Partage

    Lundi 10 décembre 2012 | Mise en ligne à 9h01 | Commenter Commentaires (2)

    30 milliards $ de bénéfices nets et ça continue pour les banques

    70191

    L’appétit des six grandes banques canadiennes ne semble pas avoir de limites. Elles ont réalisé en 2012 un bénéfice net avoisinant les 30 milliards $, en hausse de 18 % par rapport à 2011.

    Êtes-vous surpris ?

    La Banque Royale a été la plus rentable lors de l’exercice annuel terminé le 31 octobre en affichant des profits nets de 7,5 milliards $, en hausse de 17 %.

    C’est toutefois la performance financière de la Banque de Montréal (BMO) qui attire l’attention, elle qui a vu bondir son bénéfice net annuel de 35 %, à 4,2 milliards $.

    Les grandes banques canadiennes doivent surtout une fière chandelle à leurs clients canadiens, particuliers comme entreprises, qui ont continué à payer des sommes colossales pour avoir accès à des services bancaires.

    Au Québec, la BMO a notamment orchestré l’an dernier 17 des 22 financements boursiers d’importance réalisés par des entreprises québécoises dont Cominar, Genivar, Financière Power, Transforce et Saputo.

    Il faut savoir que les grandes banques redistribuent entre 30 % et 40 % de leurs profits à leurs actionnaires. Chemin faisant, si vous êtes actionnaire de la BMO, chaque action vous a permis d’encaisser un dividende annuel de 2,82 $ en 2012 comparativement à 2,28 $ pour une action de la Banque Royale.

    Plusieurs analystes doutent toutefois que les grandes banques poursuivent sur leur lancée en 2013. La récession européenne et les incertitudes entourant la fiscalité gouvernementale américaine (mur fiscal et rehaussement du plafond de la dette) pourraient ralentir leur soif de profits.


    • Et ils ont payé combien d’impôts ? Beaucoup je pense.

    • Ce sont seulement les profits qu’ils décident de déclarer car on sait très bien que les banques font beaucoup plus en transitant des milliards dans les paradis fiscaux qui échappent à la fiscalité d’ici.

      Sans parler des montants hors-bilan que les banques cachent à l’abris des curieux actionnaires comme par exemple les produits dérivés toxiques à risques comme les CDS,CDO.

      Aussi, les banques canadiennes auraient été renflouées de plus de 100 milliards $ par la FED privée américaine depuis 2008 !

      Le taux de réserve fractionnelle serait rendu à 25 pour 1 alors qu’elle était à 8 pour du temps de Paul Martin au pouvoir. Le précipice s’en vient avec tous ces «bail out» qui se font sur le dos des contribuables !

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    décembre 2012
    D L Ma Me J V S
    « nov   jan »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Archives

  • publicité